Google Analytics Alternative

boirs

  • A Boirs, des traces de soucoupes volantes ? Le mystère plane…

    ruelle martienne cratère.jpgA Boirs, dans une ruelle perpendiculaire à la rue d’Once, de véritables cratères sont situés au centre de la chaussée. Ils font penser à des traces laissées par des soucoupes volantes…

    Vous l’aurez compris et ne laissons pas planer le doute plus longtemps : même si, à Boirs, la ruelle se dénomme « Ruelle Martienne » ce sont bien de gros nids de poules qui abondent au milieu de la voirie et non des traces laissées par les soucoupes volantes des petits hommes verts…

    ruelle martienne cratère bien visible.jpgEt, au grand dam des riverains – la rue compte cinq habitations –, depuis des lustres, la commune semble avoir oublié cette portion de voirie. « La commune n’a jamais procédé à un quelconque nouvel enrobage… Ni même entretenu notre ruelle… Nous sommes des laissés pour compte… » Commente cette dame sur Facebook.

    Nous étant rendus sur place, force est de constater que le revêtement de la ruelle est jonché, de part et d’autre, de nids de poules de toutes tailles, ce qui rend l’accès aux habitations assez pénible. En tous cas, les amortisseurs des véhicules en prennent un coup. « Même si le nom de la ruelle pourrait le faire penser », nous dit cette dame, « Dans la « ruelle martienne » à Boirs, les riverains ne vivent pas sur une autre planète… » A-t-elle précisé.

    ruelle martienne cratère 5.jpg

    ruelle martienne cratère 4.jpg

    ruelle martienne plaque.jpg

  • Boirs. Aujourd’hui, on s’arrête devant un banc qui ne sert à rien… Billet de Regor

    banc boirs 2.jpgLe billet de Regor. Allez, aujourd’hui, on s’arrête devant un banc. Devant un banc, mais surtout pas sur le banc. Ce banc, tout le monde le connaît. Cela fait belle lurette qu’il fait partie du paysage de la Vallée du Geer. Il est situé à Boirs, rue aux crameux, près du petit pont qui surplombe le Geer. Sa couleur vert pomme, son allure de vieille carcasse de pédalo, l’absence d’ancrage au sol et son centre de gravité trop haut ne sont pas ses seules particularités. Aux dangers potentiels que son usage présente, le choix de son emplacement, juste en dessous d’un banc boirs 5.jpgcerisier portant des fruits, pose également question. En effet, en cette saison,  les fruits, arrivés à pleine maturité, se détachent au gré des coups de vent pour venir choir en contrebas sur l’assise du banc où ils éclatent, libérant ainsi un jus saumâtre de couleur brune nuancée de violet. Aussi, cette assise, incurvée, est-elle constamment nappée de jus de cerises. Pour la personne qui, en quête d’une halte salutaire, y aurait jeté son dévolu, c’est loupé. Ou, alors dans un geste de désespoir, fallut-il qu’elle sacrifie son pantalon ou sa jupe pour les livrer aux taches indélébiles dont les vêtements ne s’en banc boirs 4.jpgremettraient jamais. Et donc, ce banc qui présente différents pièges et qui est potentiellement dangereux ne sert à rien. Et enfin, comme l’écrivait mon ami Philippe sur Facebook au sujet du banc de Boirs : « Et, en plus, il est moche ! »

    On s’est arrêté aujourd’hui devant un banc qui ne sert à rien.

    Regor

    banc boirs 3.jpg

    banc boirs 6.jpg

    banc boirs 7.jpg

    banc boirs 2.jpg

  • Bas-Slins. Aux bords du Geer, les claustras de branches de saule tressées se parent de feuilles…

    claustras saule feuilles 1.jpgA la Bas-Slins, entre Glons et Boirs, cela fait une bonne quinzaine de jours que les premières feuilles sont apparues sur les branches de saule plantées dans le sol et tressées pour former claustra. Mais aujourd’hui, le phénomène a pris de l’ampleur et, bientôt, les branches tressées vont former un feuillage dense pour composer une barrière naturelle à la fois esthétique et efficace qui parera à tout danger. Vous avez été très nombreux à lire et apprécier l’article précédent consacré à cette réalisation qui, pour rappel,  est due à l’hydraulique agricole (Wallonie). Voir lien en bas d'article.

    claustras saule feuilles 2.jpg

    claustras saule feuilles 3.jpg

    claustras saule feuilles 4.jpg

     

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2014/03/16/glons-bas-slins-de-superbes-structures-de-branches-de-saule-103775.html

  • Viaduc de Boirs. Egouttage : la phase d’aménagement des caniveaux est en vue… + Photos et vidéo !

    égouttage viaduc 3.jpgSelon le Chef de chantier Kuppens de la firme Franki que nous avons rencontré il y a quelques jours sur le chantier du nouveau viaduc de Boirs, les travaux destinés aux décharges des eaux de surface du viaduc arriveront bientôt à leur phase ultime. Des caniveaux vont être aménagés. Ils recueilleront les eaux résiduelles de surface émanant des conduites de décharges – et elles sont très nombreuses – les eaux allant ensuite rejoindre le Geer. Cet égouttage s’inscrit exactement dans le même schéma que celui dont était équipé l’ancien viaduc.

    Compte tenu de la surface du viaduc, de sa forme concave et de la quantité d’eau recueillie en cas de fortes précipitations, d’aucuns souhaiteraient pourtant que, cette fois, il eut été tenu compte, dans de telles circonstances, de l’importance de l’afflux d’eau qui, via ce système de décharge directe, viendra rapidement grossir le débit du Geer en contrebas. Et, ces mêmes, constatant l’absence de « bassin d’orage » ou autres système de rétention d’eau, se posent donc la question : « Dans de telles conditions, la petite rivière pourra-t-elle les absorber sans réchigner ? ». Seul l’avenir nous le dira.

    égouttage viaduc 3.jpgégouttage viaduc 4.jpg

    La vidéo 

  • Enduro: interview du jeune pilote Quentin Vinken de Boirs

    quentin vinken, enduro warnant, espoirs enduroDeuxième manche du Championnat de Belgique d’Enduro.

    Le jeune pilote de Boirs Quentin Vinken continue son apprentissage chez les Espoirs. Malgré de petites erreurs et quelques chutes, " l'Husaberg Boy " garde le moral. Son objectif premier reste de prendre du plaisir et de grappiller quelques places au classement.

    Quentin nous vient de la catégorie du 50cc où il évoluait l’an dernier et il a fait le grand saut pour passer au 125 cc où l’apprentissage est rude. Mais Quentin n’a pas froid aux yeux !

    Bravo et bonne continuation au jeune pilote de la Vallée du Geer !

    Bassenge Blog Sudinfo remercie Hugue Baudouin du blog Sudpresse ESM Moteurs (voir lien ci-dessous)

    L'interview de Quentin Vinken (vidéo)

     
     
    Voir aussi toutes les infos sur http://moteurs.blogs.sudinfo.be/archive/2012/03/19/warnant-interview-quentin-vinken.html
     
  • Un Roman de Georges-Arnold Kuppens, natif de Boirs, vient de sortir chez l’éditeur Dricot.

    « Comme une épingle de nourrice » 

    comme une épingle de nourrice, éditeur dricot, georges arnold kuppens, boirsGeorges-Arnold KUPPENS est né à Boirs-sur-Geer, en 1943. Il a habité dès la fin de la guerre dans les Cantons germanophones de l'Est de la Belgique.

    Trilingue, français-allemand-néerlandais, il a entrepris des études d'instituteur à Verviers. Métier qu'il a assuré pendant 17 ans à Herve. Passionné par la discussion pédagogique, il a suivi de nombreuses formations universitaires (Liège, Louvain, Namur, Osnabrück) en anthropologie, psychologie sociale et pédagogie. Professeur de pédagogie, ensuite inspecteur de l'enseignement obligatoire, pendant 25 ans, en Communauté germanophone de Belgique, il a noué de nombreux contacts avec des pédagogues belges, allemands, autrichiens, néerlandais et québécois. Avec eux il a étudié, comparé et mis en oeuvre des pratiques cohérentes de réforme de l'enseignement.

    Il a dirigé de nombreux projets pédagogiques européens en matière d'architecture scolaire,comme une épingle de nourrice, éditeur dricot, georges arnold kuppens, boirs
    d'apprentissage assisté par ordinateur et d'apprentissage des langues étrangères.

    « Comme une épingle de nourrice » : quatrième de couverture.

    Le temps et les hommes passent sur la ville de Liège et la toute voisine vallée du Geer. Avec la fièvre des passionnés, cinq générations de Kappès se débattent à travers le XXe siècle. Elles se transmettent des objets insolites d'où s'échappe la mémoire silencieuse d'un secret de famille lié à l'amour d'un prêtre -professeur de philosophie au Grand-Séminaire de Liège - pour une jeune femme. Les deux fils rouges de l'histoire vont s'épingler de manière inattendue, pour joindre les mains hasardeuses du destin et engendrer un tendre suspense.

    L'intuition de la liberté, le respect de la nature, la confiance dans l'enfance, la force des convictions, le souci de la loi et singulièrement la vigilance en éducation sont autant de fleurs qui ne cessent jamais de s'épanouir au cours du récit.

    Extraits :

    La nuit n'était pas encore tout-à-fait au bout de ses peines. La porte de la discrète maison dont la façade venait à nouveau d'être blanchie à la chaux pour les fêtes mariales du 15 août 1919, se referma discrètement. Une ombre longue se faufila le long des murs blancs de l'impasse des Capucins. Elle rebondissait, s'allongeait puis raccourcissait aussitôt, sautant de seuil en seuil, de fenêtre en fenêtre. La lune était encore haute et claire, ce matin. D'un pas rapide et sûr, l'homme se dirigea vers la rue Hors-Château ; il n'avait d'ailleurs pas le choix. Il n'était pas fatigué ; il ne l'était que très rarement. Au contraire, il ressentait son corps d'athlète jusqu'au plus profond... léger et bien reposé.

    La porte qui s'était si discrètement refermée depuis peu s'ouvrit à nouveau et une voix qui se faisait la plus mince possible se fit entendre.

    - Marcel ! Ton bréviaire !

    Il se retourna, revint sur ses pas et, d'un geste énervé, arracha le livre des mains tendues dans l'ouverture de la porte. Se rendant compte de son agacement injustifié, il se ressaisit et posa sur le front de l'intervenante, un tendre baiser. Le bréviaire sous le bras, Marcel reprit son chemin, moins gaillard, comme si le poids du psautier l'empêchait tout à coup de goûter le plaisir qui l'emplissait il y a quelques instants encore. Ou bien était-ce d'avoir oublié d'emporter le bréviaire par distraction ? Il était, en effet, très distrait et cela l'énervait, surtout lorsque d'autres personnes devaient intervenir pour corriger ses oublis.

    L’ouvrage est disponible dans toutes les bonnes librairies et notamment à la librairie Morin de Roclenge. Editeur Dricot. 258 Pages. Prix : 17 euros.

    Le site de l'éditeur Dricot : http://www.dricot.be/html/f/livre.asp?book=703460 

  • La Warnerboirs production va tourner un film dans la vallée du Geer..!

    Source : journal La Meuse de ce samedi 22 octobre.

    Film boirs.jpgFin octobre, la Warnerboirs production lancera le premier tour de manivelle d’un court-métrage burlesque tourné dans la Vallée du Geer. D’ores et déjà, ce film est retenu pour le festival du Court-métrage de Liège de juin 2012.

    Tout est parti d’une rencontre inattendue lors des fêtes de “ Boirs est Barjot ” de cet été. Frédéric Henry, responsable technique de Canal Visé ASBL, découvre les joyeux fêtards de Boirs. C’est le début d’un beau délire.

    Philippe Olislagers, le président de L’ASBL, raconte: “ L’objectif de Canal Visé est de promouvoir la culture populaire de la Basse-Meuse. Pour cela, nous nous rendons aux fêtes de village, aux expos, concerts, spectacles. Lors de la dernière fête d’été de Boirs est Barjot, une idée a germé: pourquoi ne pas réaliser un court-métrage avec ces joyeux drilles? ”

    Ça y est, le projet est lancé et l’appel aux acteurs est ouvert. “ À l’heure actuelle, la distribution est composée d’une centaine d’acteurs mais nous sommes ouverts à d’autres candidatures pour autant que les gens aiment s’amuser sans se prendre au sérieux. ”

    Dès le 5 novembre, les rues de Boirs vivront au rythme des tournages. Tout doit être bouclé pour juin 2012 et le Festival du Court-métrage de Liège. “ En attendant, nous avons pas mal de pain sur la planche. Mais notez déjà à votre agenda que le 23 mars 2012, nous tournerons la dernière scène aux Étangs de la Julienne et que pour l’occasion nous organiserons un « Forest Mob » signale Philippe tandis que Frédéric ajoute: “ Nous ne nous prenons pas au sérieux mais nous prenons au sérieux ce que nous faisons ”.

    Pour ce qui est de l’histoire, nous n’en saurons pas beaucoup plus car Frédéric et Philippe aiment maintenir le suspens. “ C’est un retour vers l’imaginaire et le rêve où chacun prend un malin plaisir à redevenir un enfant. Je dois ajouter que Philippe est un inconditionnel de Peter Pan... Cela devrait vous mettre sur la piste ”, confie Frédéric. Quant au scénario, Philippe Niesen, homme de théâtre incontournable à Liège, apporte sa précieuse collaboration à ces deux passionnés du “ hobby positif ”.

    La Warnerboirs production se lance dans le burlesque. Fin de l'article paru dans La Meuse.

    Ajoutons à cet article du journal " La Meuse " que suite à l'annonce parue récemment dans un " toutes-boîtes " local, la WarnerBoirs production est à la recherche de : sponsors, comédiens, techniciens, assistants... Candidatures à envoyer à warnerboirsproduction@gmx.fr . Cette dernière annonce également qu'un casting sera organisé et que toutes les informations seront données lors d'une séance qui y sera spécialement consacrée.