Google Analytics Alternative

blog regor

  • La page Humour… par Regor

    Allez, une petite pause humoristique. Avec, tout d’abord, cet étudiant du village de Montcuq qui a eu l’idée de mettre l’air de Montcuq en conserve. Un étudiant qui ne manque pas d’air…

    il vend l'air de moncuq en conserve.png

    (source La Meuse 14/11/2013)

    Une idée qui pourrait en susciter d’autres. Parce que nous, finalement en Vallée du Geer, nous avons la grotte du Trouloulou à Emael. On pourrait, dès lors, facilement imaginer que le propriétaire de la grotte édite un parfum, par exemple. Proposer l’air de la grotte du trouloulou dans un vaporisateur. Pourquoi pas ? Il pourrait l’appeler  « Senteurs de mon Trouloulou ». Quant à savoir s’il se vendrait aussi facilement que l’air de Montcuq, cela reste à démontrer…

    A Zwijndrecht, aux Pays-Bas, une gazette locale relate la visite du Bourgmestre Dominic Schrijer au domicile d’une centenaire. La photo d’illustration est assez étonnante. Si sa légende stipule que la centenaire fut honorée de la visite du Bourgmestre, la vieille dame n’apparaît pas sur la photo.

    bourgmestre rend visite à une centenaire.jpg

    Cette semaine, les bassengeois ont reçu un document dans leurs boîtes aux lettres. Publié par la commune de Bassenge, ce document annonce la journée de l’arbre qui prendra place prochainement. Mais voilà. Une faute, grosse comme un éléphant, s’est glissée dans le texte « A votre dispositions ». Alors, puisque disposition est au singulier et la syllabe « tion » ne prend pas de S, peu me chaut où vous l'écrirez, mais vous me la copierez 4 fois !

    journée de l'arbre folder.jpg

    A Glons, rue devant les cours, la signalisation abracadabrante : c’est fini. Tous les signaux ont été enlevés. Il n’en reste plus qu’un seul. Le contraste est saisissant.

    Avant (23 octobre):

    rue devant les cours ça se corse.jpg

    Après (14 novembre) :

    rue devant les cours sans signal.jpg

    Petite note pour terminer :

    Vous aurez compris que chez le blogueur de Bassenge, l’humour, l’autodérision et l’ironie lui sont coutumières (Dessinateur de presse). Aussi, me dois-je ici de rappeler que « Dire du mal » du personnel de Bassenge n’entre pas dans mes intentions. Et rappeler aussi que sans cette liberté de parfois aborder les choses au second degré, avec humour, autodérision et ironie, il n’y aurait plus de carnavals en Vallée du Geer.

    Regor