Google Analytics Alternative

bibliothèque vallée du geer

  • L’enquête du lundi. Nos bibliothèques en voie de disparition

    kathleen wuyard.pngFace à la diminution des lecteurs, deux solutions se présentent : s’adapter… ou être contraint de fermer 

    Si l’arrivée d’internet a bousculé les habitudes de lecture, cela a aussi chamboulé le paysage des bibliothèques liégeoises.   Et si certaines ont disparu, les autres font preuve d’inventivité pour continuer à attirer les lecteurs. Enquête sur une véritable révolution culturelle.

    Les chiffres recueillis par la Fédération Wallonie Bruxelles sont sans appel : depuis 2004, le nombre de prêts annuels enregistrés dans les bibliothèques a chuté de 2 millions, pour se stabiliser à 10.5 millions de prêts par an.

    Si l’on prend l’ensemble de la Fédération, près d’un quart des communes (21 %) ne dispose d’ailleurs plus de bibliothèques fixes.

    Un constat alarmant, qui n’est heureusement pas à déplorer dans l’arrondissement liégeois : sur les 24 communes, une seule ne bénéficie plus de bibliothèque pour le moment.

    Mais la situation n’est pas toute rose pour autant. Avec ses trois bibliothèques pour un peu plus de 13.000 habitants, la commune d’Esneux n’a pas à rougir de son offre culturelle. Mais malgré la diversité et la facilité d’accès, les statistiques sont tout de même en baisse. « Deux de nos bibliothèques sont gérées par la commune, et la troisième est privée, mais toutes enregistrent une diminution de la fréquentation. Dans les années 90, il y avait environ 25.000 prêts par an à la bibliothèque de Tilff : désormais, il y en a moins de la moitié seulement » nous dit-on à la commune.

    En cause ? « L’arrivée d’internet a signifié de grands changements pour nous. Avant, on avait beaucoup d’étudiants qui venaient emprunter de la documentation, désormais, ils trouvent tout sur leur ordinateur ».

    Et face à la défection des lecteurs, certaines bibliothèques ferment leurs portes pour ne plus les rouvrir. C’est notamment le cas dans la commune d’Awans, où la bibliothèque a fermé il y a quelques années suite à la fin du bail, et n’a pas encore été relancée, bien qu’une réouverture dans la nouvelle maison communautaire soit envisagée.

    À Beyne-Heusay, une des deux bibliothèques communales a dû fermer faute de préposé pour s’en occuper. Si au sein de la commune, on regrette que « personne n’ait les compétences d’assurer ce poste pour le moment » et que le poste suscite moins d’intérêt que les positions d’employé, on nous affirme toutefois une volonté de garder les deux bibliothèques en activité.

    Quitte à prendre exemple sur les communes où la lecture reste florissante.

    Une offre adaptée

    Ainsi, à Aywaille, les trois bibliothèques ont été pensées pour se distinguer et attirer une population de lecteurs sans cesse renouvelée. « Notre particularité, c’est que nos bibliothèques sont liées depuis longtemps aux écoles communales, et ce partenariat s’inscrit dans une volonté d’encourager la lecture publique. Nous avons maintenu une bibliothèque dans chacune des anciennes communes, avec des id entités distinctes. À Harzé, on met plutôt l’accent sur les BD, à Remouchamps, ce sont plutôt les ouvrages classiques, et à Aywaille, on se concentre sur les livres jeunesses et pour les tout-petits » nous explique le responsable. Qui organise une multitude d’activités pour attirer lecteurs et curieux. Diversifier pour mieux rester ? Un pari gagnant pour les bibliothèques de la région. (Source La Meuse lundi 26 décembre 2016)

  • Bibliothèque de la Vallée du Geer : l’horaire de rentrée… !

    horaire rentrée 2014 bibliothèque.jpgLa Bibliothèque de la Vallée du Geer (Glons) vient de publier son nouvel horaire de rentrée 2014. Nous relayons l’information (Source bulletin paroissial Bonne Nouvelle).

    horaire rentrée 2014 bibliothèque.jpg