Google Analytics Alternative

bière ginette

  • Le nº1 mondial AB Inbev rachète la petite Ginette. Et par la même occasion s’offre une 1ère bière bio

    bière ginette.jpgLa Ginette, bière artisanale, et bio, du Brabant wallon, vient d’être rachetée par le géant AB Inbev. Pour Ginette, une opportunité de grandir. Pour AB Inbev, de pénétrer le marché du bio. 

    Ils étaient quatre, jusqu’à présent, à la tête de la bière Ginette. Quatre jeunes entrepreneurs de la région du Brabant wallon et de Bruxelles, passionnés par ce projet mais tous engagés, par ailleurs, dans un autre métier.

    C’est en 2010 qu’ils avaient lancé la première Ginette, une blanche certifiée bio et basée à Loupoigne, dans la commune de Genval. Très vite, elle connaît le succès, ce qui pousse les amis à développer d’autres goûts. Ce sont désormais, outre la blanche, des Ginette fruitée, triple et blonde que l’on trouve dans les rayons des magasins bio, des Delhaize et de certains Carrefour Market. Et à côté de leur goût, très apprécié, le logo et le look de ses étiquettes très colorées en font un produit sympa. Qui plaît d’autant plus qu’il s’agit d’une bière artisanale et produite par une bande de copains.

    BRASSÉE À LA BINCHOISE

    Brassée au départ à la Brasserie de Brunehaut, dans le Tournaisis, la Ginette sort désormais de La Binchoise, une brasserie artisanale installée dans le centre de Binche. Une production de 1.500 hectolitres, soit 500.000 bouteilles par an, que la brasserie ne peut pas dépasser. L’arrivée d’AB Inbev permet évidemment d’envisager d’autres options pour faire grandir la Ginette.

    « Ça va donner une envergure à notre projet », explique Didier Hamoir, l’un des fondateurs de la Ginette, « et désormais amener le bio dans un réseau beaucoup plus large. On trouve ça magique d’être le premier groupe bio à intégrer un groupe comme AB Inbev ! »

    Guillaume Bjöklund, Nicolas Laporta, Damien Coens et Didier Hamoir, qui possédaient jusqu’à présent la marque, vont continuer à s’en occuper. Les trois premiers en tant que consultants indépendants, tandis que Didier Hamoir sera employé par AB Inbev, et la marque intégrée dans un groupe baptisé Pionneer, dans lequel le numéro un mondial a décidé d’intégrer toutes ses bières spéciales et artisanales.

    Si, dans un premier temps, l’objectif est de passer à 3.000 hectolitres, le projet est d’atteindre les 20.000 hectolitres en cinq ans. « Grâce à cela, beaucoup plus de gens pourront accéder au bio », poursuit Didier Hamoir, très enthousiaste. « Et AB Inbev s’est rendu compte que c’était important d’être à l’écoute des tendances, de ce qui va se passer demain. Et nous voulons aussi travailler avec les agriculteurs, on veut les pousser à cultiver pour nous du houblon bio, que l’on ne trouve pas aujourd’hui en Belgique ».

    Dans ses cartons, la marque a aussi le projet d’ouvrir des bars et des snacks bio, dans lesquels elle proposerait aussi des produits alimentaires originaires d’Espagne. ( Source La Meuse samedi 22 octobre 2016)

    Remarque : vous le saviez qu’on ne trouve pas de houblon Bio en Belgique ?