Google Analytics Alternative

basse meuse développement

  • Basse-Meuse économie. Basse-Meuse Développement célèbre ses 10 ans. Un acteur majeur en Basse-Meuse

    basse meuse.pngBasse-Meuse Développement vient de fêter ses 10 ans. Plutôt méconnue du grand public, cette ASBL joue pourtant un rôle essentiel dans l’économie bassis-mosane. Développer l’emploi, soutenir les entreprises et accompagner les porteurs de nouveaux projets sont ses missions premières.

    Avec l’inauguration récente du Trilogiport, ce sont 2.000 emplois qui seront créés dans le futur. Et c’est Basse-Meuse Développement qui a été mandatée pour s’occuper des offres d’emploi. Et il n’a pas fallu attendre que ces offres voient le jour pour que l’ASBL reçoive des candidatures spontanées. « Nous en avons déjà reçu de très nombreuses au cours de ces derniers mois », confirme Benjamin Blaise, directeur de Basse-Meuse Développement. « Une fois un premier tri effectué, nous avons déjà intégré près de 300 candidatures à la réserve de recrutement gérée avec le Forem. Sur ces 300 demandes, près de 80 % proviennent d’habitants de la Basse-Meuse. Et à l’heure actuelle, les profils recherchés sont très larges. Principalement dans le domaine de la logistique, mais aussi de l’administratif ou de la sécurité. On ne pourra affiner les profils qu’une fois que les entreprises s’implanteront ».

    Et le directeur de souligner que si le Trilogiport doit, à terme, créer 2.000 emplois, ce sera progressif. « On atteindra ce chiffre qu’une fois que la plate-forme tournera à plein régime, d’ici quelques années ».

    Et développer l’emploi, surtout bassismosans, c’est un des quatre piliers d’action de l’ASBL, avec le développement économique, l’économie sociale et l’Eurégio. C’est d’ailleurs à la suite de l’annonce de la fermeture de la phase à chaud de la sidérurgie que l’ASBL a été créée. En Basse-Meuse, 1.200 emplois étaient concernés par cette fermeture. En décembre 2004, Oupeye, Visé et Herstal ont ainsi décidé de créer une structure qui aiderait à la relance économique dans la région. Mise sur les rails un an plus tard, l’ASBL a depuis été rejointe par Blegny, Bassenge et Dalhem. Elle défend aujourd’hui les intérêts d’un territoire de 190 km² comptant plus de 112.000 habitants. Soutenue par d’importantes entreprises de la région, elle est aujourd’hui devenue un interlocuteur incontournable. Son travail a ainsi permis de contribuer à l’augmentation du nombre d’entreprises actives dans les trois communes pionnières de 16 % entre 2005 et 2013.

    Dans le même temps, malgré la restructuration de la sidérurgie, le chômage dans ces communes est resté stable. Et si pour le moment l’un de ses dossiers les plus importants est le Trilogiport, Basse-Meuse Développement travaillera aussi, dans le futur, sur la reconversion de la caserne de Saive, peut-être le remplissage de la future zone 4 des Hauts-Sarts et la réhabilitation de Chertal. (Source La Meuse mardi 8 décembre 2015)

  • Bassenge – Dalhem - Oupeye - Visé : une union afin de mener différents projets ruraux…

    gal.pngLes communes de Bassenge, Dalhem, Oupeye et Visé ont décidé de déposer leur candidature afin de former, pour la première fois, un GAL en Basse-Meuse. «Un GAL est un groupe d’action locale, constitué le plus souvent sous la forme d’une ASBL, et chargé de mener des projets de développement liés à la ruralité », explique Benjamin Blaise, directeur de l’ASBL BasseMeuse Développement.

    La suite dans votre journal La Meuse de ce lundi 5 janvier 2015

    Voir également l’article paru sur ce blog :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2014/12/30/appel-de-basse-meuse-developpement-asbl-le-developpement-de-135018.html

  • Appel de Basse Meuse développement asbl : « Le développement de notre territoire vous intéresse ? »

    gal.pngBassenge, Dalhem, Oupeye et Visé ont décidé de déposer une candidature pour former, pour la première fois, un Groupe d’action locale en Basse-Meuse. Basse-Meuse-Développement lance un appel aux bassengeois. A découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous.

    Appel à participation Bassenge.pdf

  • Excès. L'ex-directeur de Basse-Meuse Développement a rentré des notes de restos pour... 16.000€ en un an !

    basse meuse développementL’asbl Basse-Meuse Développement a fini 2011 dans le rouge… En cause: les dépassements budgétaires d’Eric Froidcoeur, l’ex-directeur. Il a rentré des notes de restos pour 16.000€. Depuis, il n’occupe plus le poste.

    Pour rappel, Basse Meuse développement est une asbl créée le 3 décembre 2004 par les communes de Herstal, Oupeye et Visé. Par la suite, la commune de Bassenge a rejoint l’association. Basse Meuse Développement s’est donné pour mission de : soutenir les entreprises, accompagner les porteurs de projet, développer l’emploi, communiquer et promouvoir. Pour ce faire, les quatre communes allouent chacune à l’association une dotation annuelle d’environ 40.000 euros. (Voir ici plus de renseignements : http://www.bassemeuse.be/fr/membres/ )

    Un trou de 40.000 euros dans les caisses !

    L’asbl Basse-Meuse Développement se portait bien jusqu’en 2010 et le début des frasques d’Eric Froidcoeur. Elle affiche désormais un trou de 40.000 euros dans ses caisses !

    La note de restaurant de l’ancien Directeur de Basse Meuse Développement s’élevait à 64 euros par jour ouvrable : un dépassement de plus de 1.000 euros par mois !

    Pour redresser la barre, les responsables de l’asbl ont mis sur pied un plan d’apurement, sur trois ou quatre ans. Celui-ci devrait permettre de remettre l’asbl à flots, sans freiner les projets sur lesquels elle travaille. Juste avant le départ d’Eric Froidcoeur, un nouveau directeur a été mis en place: Benjamin Blaise. C’est lui qui s’est rendu compte de l’ampleur des excès de son prédécesseur, en finalisant les comptes de l’asbl.

    Le dossier complet ici Excès Basse Meuse développement le dossier complet.pdf 

    basse meuse développement

    (Source La Meuse du samedi 23 juin 2012)

    Le dossier complet ici : Excès Basse Meuse développement le dossier complet.pdf