Google Analytics Alternative

bars à chichas

  • Bassenge – Conseil communal. Les bars à chichas sont indésirables. Avec le nouveau règlement, leur implantation devient très compliquée

    Considérés comme étant des lieux de débauche, le Conseil communal vient de réglementer l’implantation des bars à chichas. Ceux-ci ne pourront pas s’installer à moins d’un kilomètre d’une école, de lieux de culte, de crèches… Autrement dit, trouver un local intéressant va relever du parcours du combattant. 

    Les bars à chichas sont devenus très à la mode ces dernières années. Il s’agit d’endroits dans lesquels on peut fumer du tabac à l’aide, notamment, de pipes à eau. Mais s’ils ont le vent en poupe, ils sont aussi dans le collimateur de nombreux bourgmestres. Outre le fait qu’ils rentrent pleinement dans la loi interdisant de fumer dans les cafés (à moins d’un fumoir), ils engendrent aussi beaucoup de plaintes pour des nuisances liées à cette activité.

    Et si par exemple Herstal ou Liège n’ont pas encore légiféré en la matière, d’autres ont déjà franchi le pas en réglementant leur implantation. Comme Fléron et Waremme précédemment, Bassenge vient ainsi d’adopter un règlement de police relatif à l’implantation et à l’exploitation de bars à chichas et assimilés. « Ces établissements sont de plus en plus nombreux, on les banalise même, alors qu’ils engendrent pas mal de nuisances, principalement la nuit », explique Philippe Knapen, échevin des Finances mais également juriste à la Région wallonne. « Sur Bassenge, nous n’avons pas encore eu de demande de la part d’un futur exploitant. Mais nous avons préféré prendre les devants et couper directement l’herbe sous le pied de ceux qui voudraient ouvrir ce type de bar chez nous. Parce que le faire après l’ouverture du premier bar à chichas aurait été plus compliqué ».

    Et si une autorité communale ne peut interdire à quiconque de faire commerce, elle a trouvé la parade en conditionnant la manière dont l’implantation doit se faire. C’est ainsi que pour Bassenge, comme Fléron et Waremme, l’exploitation d’un bar à chichas est interdite à moins d’un kilomètre d’un établissement d’enseignement, d’une infrastructure sportive, d’un milieu d’accueil de la petite enfance, d’un centre culturel, d’un lieu de culte ainsi que de la gare. Autrement dit, rien que trouver un endroit qui correspond à ces critères relèvera déjà de l’exploit ! De plus, elle doit être soumise à une autorisation du bourgmestre, autorisation qui doit être introduite au moins trois mois avant le début de l’activité. Légal ? « Ce type de règlement se calque sur celui que nous avons adopté, voici plusieurs années, pour l’implantation des night-shops. Nous nous sommes également inspirés de celui adopté à Waremme. Nous l’avons également transmis, pour avis, à notre zone de police et je me suis également bien renseigné sur le volet juridique. Comme tous les règlements, il va être transmis à la tutelle qui a 30 jours pour statuer. Si elle ne le fait pas dans les délais, il devient exécutoire ».

    Et Philippe Knapen est d’autant plus serein que le règlement de Waremme et celui de Fléron ont été adoptés respectivement en juillet 2016 et octobre 2015 sans que la tutelle n’émette de remarque.

    (Source La Meuse samedi 15 octobre 2016 Aurélie Drion)