Google Analytics Alternative

bécassine

  • A proximité. Une bécassine prise en photo !

    bécassine.pngLe vétérinaire Belleflamme a découvert cet animal rare près de Mouland.

    Une fois de plus, Serge Belleflamme a réussi un magnifique coup. Ce docteur en médecine vétérinaire, par ailleurs passionné de nature et de photographie, est parvenu à prendre une bécassine en photo. Le Dalhemois a découvert la trace de cet animal rare à quelques pas de la frontière linguistique entre Berneau et Mouland. Et ce, alors qu’il pensait aller prendre quelques clichés de castors ! 

    « Photo-découverte de la semaine ! Je n’avais jamais réussi à photographier cet oiseau dans notre région auparavant. Le (re)connaissez-bécassine 2.jpgvous ? Petit indice : ce n’est pas ma cousine ». C’est par ces mots que Serge Belleflamme a commenté sa publication sur Facebook. Évidemment, il a agrémenté ce statut de photographies toutes fraîches.

    Contacté par nos soins, Serge Belleflamme est revenu sur cette fantastique découverte. « Je n’avais jamais vu un tel oiseau dans notre région », tenait-il à préciser d’entrée de jeu. « D’ailleurs, une seule personne d’un certain âge a commenté ma publication en disant qu’elle avait déjà vu une bécassine le long de la Berwinne, mais c’était il y a très longtemps ! Bref, c’est vraiment un animal rare que je suis parvenu à prendre en photo. C’était d’autant plus spécial qu’il est très compliqué de photographier une bécassine au bécassine 3.jpgsol ou en plein vol. Personnellement, je ne me déplaçais pas pour cet animal. En effet, je ne savais qu’il y avait des oiseaux de ce type là-bas, à cet endroit. Si je prenais la route de Berneau, c’était pour photographier des castors ».

    Afin de parfaire l’information, Serge Belleflamme tenait à divulguer d’autres précisions. « Histoire d’être certain de mon coup, j’ai demandé à des ornithologues français de confirmer la chose. Ces derniers ont davantage l’habitude de voir de tels animaux. Et c’est avec joie qu’ils m’ont annoncé qu’il s’agissait bien d’une bécassine des marais. C’est vraiment un très bel oiseau. De surcroît, son bec est assez long. Il faut dire qu’elle cherche sa nourriture dans les marais »...

    « UN VÉRITABLE BONHEUR »

    Si pour le docteur en médecine vétérinaire, il s’agit clairement d’une surprise, sa narration est très précise lorsqu’on lui demande les raisons qui permettent d’expliquer l’arrivée d’une bécassine des marais dans notre belle région. « Je trouve que nous commençons à retrouver pas mal d’animaux que nous n’avions plus l’habitude de croiser dans nos contrées. J’ai par exemple posté récemment sur Facebook des photos d’aigrettes blanches ou de cigognes noires. Le peu de pollution dans notre région, et plus particulièrement dans cette région au centre de la frontière linguistique, est un élément explicatif. En effet, ce milieu se situe à côté d’une zone protégée située en région flandrienne. Les conditions sont donc idéales pour ces animaux. Pour nous, et plus précisément pour des passionnés de photographie comme moi, c’est un véritable bonheur de voir de telles espèces » !

     

    (Source La Meuse 17 août 2015)

    bécassine 2.jpg