Google Analytics Alternative

arbitrage vidéo foot

  • L'arbitrage vidéo influencera le foot belge dès cette année...

    Le mariage entre le football et la vidéo se rapproche à grands pas. En Belgique, des tests « offline » seront réalisés dès ce vendredi lors de Gand-Charleroi. Avant de passer aux choses sérieuses avec des tests « online » lors de la saison 2017-18. 

    Ce vendredi, c’est la reprise du championnat de Belgique avec une belle affiche entre Gand et Charleroi. Mais, Gantois et Carolos n’auront pas seulement la primeur de relancer la compétition. Cette rencontre sera également le point de départ officiel des tests d’arbitrage vidéo « offline » après un galop d’essai en 2016 pour choisir l’opérateur qui sera finalement la société canadienne Evertz basée à Haren.

    En clair, un dispositif vidéo sera placé à côté de la Ghelamco Arena (NDLR : une camionnette avec sept écrans et un ancien arbitre de D1) mais l’arbitre vidéo n’interférera pas sur le déroulement de la rencontre. Ce ne sera pas le seul match de la 22 e journée à recevoir cet honneur puisque le même dispositif sera de mise lors de Courtrai – Zulte Waregem samedi et Standard – FC Bruges dimanche.

    Par contre, pour que l’arbitrage vidéo influence directement le cours d’une rencontre en Belgique, il faudra encore patienter quelques mois de plus.

    Dans le calendrier établi de concert par l’Union belge et la Pro League, 48 rencontres de la saison 2017-18 serviront de base pour des tests « online », c’est-à-dire avec une influence sur le déroulement de la rencontre. Concrètement, lors d’une de ces 48 joutes du championnat de D1A, si l’arbitre central considère qu’il ne faut pas donner un penalty alors que les images montrent qu’il y a une faute, l’arbitre vidéo (NDLR : ce seront des anciens arbitres de D1 dont Christophe Delacour, Tim Pots, Yves Marchand et Kris Bellon) pourra directement lui indiquer qu’il devrait désigner le coup de réparation. Le tout en ayant à l’esprit que la décision finale revient à l’arbitre principal et que ce dernier pourra regarder les images sur un écran de télé placé aux abords de la pelouse. Un modus operandi prévu pour trois autres phases de jeu en plus du penalty : but ou non, carte rouge ou non et identité d’un joueur.

    Article complet à lire ici :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-01-20,LIEGE|SU_QUOTIDIENS,2017-01-20,LIEGE,1|23