Google Analytics Alternative

ans vol colruyt

  • A proximité. Ans vol. Trois gitanes ont volé plusieurs milliers d’euros

    colruyt ans.jpgElles dérobaient des cartes de banque dans les terminaux

    Trois gitanes ont été interpellées ce vendredi au Colruyt d’Ans. Depuis plusieurs semaines, elles sévissaient dans les terminaux bancaires de la région liégeoise où elles dérobaient des cartes de banque. Certaines victimes ont été délestées de plusieurs milliers d’euros.

    Le modus operandi était toujours le même : tandis que l’une des trois faisait semblant de demander son chemin, les deux autres dérobaient la carte de banque de la victime après avoir préalablement mémorisé son code secret.

    Une fois la carte de banque de leur victime en poche, Julia (31 ans), Sabrina (27 ans) et leur complice mineure d’âge s’empressaient d’aller la faire chauffer dans les magasins.

    PLUS DE 1.000 EUROS DE LIVRES !

    Le trio sévissait principalement dans la région d’Ans, où elles ont été interpellées ce vendredi. Elles avaient été reconnues par l’agent de sécurité du Colruyt qui, alerté par leur manège, avait immédiatement interpellé la police.

    Julia et ses acolytes étaient en effet des habituées du Colruyt, où elles se rendaient pour faire leurs courses avec les cartes de banque volées.

    Avec, à chaque fois, la même requête au moment de passer à la caisse : un retrait de 250 euros minimum en plus du montant du caddie.

    Elles se sont également rendues à plusieurs reprises dans une librairie où elles ont dépensé des montants impressionnants. Ainsi, les trois voleuses ont notamment acheté pour 1.000 euros de livres lors de l’une de leurs visites dans la librairie.

    Une des victimes a ainsi été délestée de plus de 4.000 euros.

    Le trio avait été repéré sur les caméras de la BNP Paribas Fortis d’Ans où elles avaient retiré de l’argent avec différentes cartes simultanément.

     

    Les trois jeunes femmes étant en séjour illégal en Belgique, un mandat d’arrêt a été demandé par le parquet afin de s’assurer qu’elles ne quittent pas le territoire. (Source La Meuse 14 septembre 2015) (Photo : elles sévissaient au Colruyt d'Ans)