Google Analytics Alternative

aline bastin attentats bruxelles

  • La Vallée du Geer en deuil. C’est confirmé, Aline a perdu la vie dans les attentats de Bruxelles…

    ALINE BASTIN 2.jpgLa maman d’Aline Bastin s’est exprimée sur Facebook : « Gros choc, même si on s'y attendait. Ce matin - samedi 26 mars 2016 - on nous annonce la mort d'Aline. Cette fois, on en est sûr : Aline ne reviendra plus.... La DVI l'a, enfin, identifiée. Nous y sommes allés, le coeur brisé, chancelants, ce samedi. Heureusement la police et l'assistante sociale nous accompagnent durant cette terrible épreuve »

    Roger Wauters de Bassenge Sudinfo partage la peine des familles, des amis et des proches et leur adresse ses sincères condoléances. En ces moments douloureux, il invite les bassengeois et bassengeoises à continuer à leur apporter un maximum de soutien. R.I.P. Aline.

  • Plus beaucoup d’espoir… « On ne reverra plus notre belle Aline » Son corps n’a pas encore été identifié

    ALINE BASTIN 2.jpgSelon le propre aveu de la maman d’Aline Bastin, il n’y a plus d’espoir de retrouver la jeune Bassengeoise en vie. Elle se trouvait mardi dans le métro au moment de l’explosion... 

    Depuis plusieurs jours, ses amis et ses proches s’étaient pourtant mobilisés pour tenter de retrouver sa trace dans un des hôpitaux qui a accueilli des blessés. Mais ce vendredi matin, l’heure était déjà au souvenir, même si le corps de la jeune femme n’a, à l’heure d’écrire ces lignes, pas encore été identifié. Sur Facebook, nombreux sont ses amis ou des connaissances venus déposer un petit mot sous son avis de recherche. « Un esprit joyeux et solaire, une fille douce et sensible », décrit l’un d‘eux.

    « Elle ne reviendra plus. On a perdu espoir », a indiqué sa maman. « On est bien suivi par une assistante sociale de la police, qui nous sonne régulièrement. (…) Notre belle Aline ne reviendra plus (…) Son corps est désormais entre les mains de la DVI. »

    Aline se trouvait dans le métro au moment où Khalid El Berkaoui s’est fait sauter à hauteur de la station Maelbeek. Une station de métro qui se trouve à un jet de pierre de l’endroit où la jeune femme travaille.

    SON GSM FONCTIONNAIT

    Son GSM est resté accessible pendant une partie de la journée. « Son portable sonnait et Aline n'a jamais répondu, ni à moi, ni à ses collègues », explique encore sa maman sur internet. « On regrette qu'il ne soit pas permis de pister les GSM. Il paraît que l'accord d'un juge est nécessaire. On ne trouve pas ça normal lors d’un tel attentat! Moi, sa maman, je me disais que peut-être Aline était coincée sous les débris avec son GSM, et qu'on aurait pu alors la sauver en suivant le signal sonore. Mais l’après-midi, son GSM avait cessé de sonner. »

    Jeudi, il restait encore deux victimes de Maelbeek à identifier. Mais vendredi, en fin de journée, il n’y avait toujours aucun signe de la Liégeoise.

    Aline est la fille du Docteur Pierre Bastin, d’Eben Emael (Bassenge, en région liégeoise). Elle a fait ses humanités à l’Athénée Royal de Visé et vivait depuis quelque temps à Bruxelles, où elle travaillait comme chargée de communication pour C.R.E, une société située avenue des Arts. Elle laisse des parents, un grand-frère qui vit à l’étranger, et une foule d’amis brisés par le chagrin. (Allison Mazzoccato La Meuse samedi 26 mars 2016)

  • Aline Bastin n’a toujours pas été retrouvée par sa famille

    aline bastin.pngOn est toujours sans nouvelles d’Aline Bastin, cette jeune Bassengeoise qui travaillait et vivait à Bruxelles. Mardi matin, elle se rendait en métro sur son lieu de travail quand l’explosion a ravagé la station Maelbeek. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles de sa fille, sa maman a pu joindre le bureau où travaille Aline. L’entreprise était joignable, mais Aline n’y était pas. Elle devait également visiter un appartement vers midi. Là aussi, elle était aux abonnées absentes...

    Mercredi, les parents d’Aline ont à nouveau tenté de savoir où pouvait se trouver leur fille. Ils ont passé la journée à l’hôpital de Neder-Over-Heembeek - où les familles des disparus étaient accueillies - et ont été interrogés par la DVI (cellule d'identification des victimes), pour qu’elle dispose d’un maximum d’informations afin de la retrouver. « La localisation ou l'identification peuvent prendre plusieurs jours : il leur faut une certitude à 100% », expliquait son papa en dessous de l’avis de recherche posté par un proche d’Aline sur Facebook.

    Car c’est encore le flou total autour de la disparition de la jeune femme. La seule certitude dont dispose à l’heure actuelle la famille, c’est celle qu’Aline se trouvait bien dans le métro au moment de l’explosion.

    Et maintenant, où se trouve-t-elle? Hier, à l’heure d’écrire ces lignes, un gros point d’interrogation entourait encore sa situation. Sur les réseaux sociaux, la famille lançait un appel à la prière, et gardait l’espoir de la retrouver vivante. (Source La Meuse vendredi 25 mars 2016)

    La Maman d’Aline a laissé un commentaire sur ce blog (jeudi 24 mars 2016 à 21h45). A découvrir ici :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/03/24/attentats-de-bruxelles-une-bassengeoise-introuvable-aline-n-183441.html#article-comments

  • Attentats de Bruxelles. Une bassengeoise introuvable ! Aline n’est pas arrivée au travail ! Son avis de recherche a été partagé plus de 6.000 fois sur Facebook.

    aline bastin.pngLa situation d’Aline, une jeune femme de 29 ans originaire de la région liégeoise, suscite toujours les plus vives inquiétudes quant à son état de santé. Est-elle toujours en vie ? Est-elle blessée ? Si oui, quel est le degré de gravité de ses blessures ? Tout cela, hier, sa famille ne le savait toujours pas.

    FILLE D’UN MÉDECIN CONNU

    La jeune femme vit depuis quelque temps à Bruxelles, mais elle est originaire de Bassenge, en région liégeoise. Son papa, Pierre Bastin, est un médecin traitant apprécié et reconnu à Eben Emael.

    Sur la boîte vocale du docteur, un message sans équivoque : le généraliste annonce à ses patients qu’il ne peut les recevoir «pour des raisons familiales liées aux attentats de Bruxelles ». Car depuis deux jours, la famille Bastin court après la moindre information, même parcellaire, qui pourrait la rassurer à propos d’Aline. Car hier, les nouvelles ont circulé tous azimuts.

    En début d’après-midi, on apprenait qu’elle était signalée comme « safe », information malheureusement reconsidérée quelques heures plus tard.

    Et vers 18h, elle n’était pas encore reprise sur les listes de la Croix-Rouge…

    INSUPPORTABLE SILENCE

    « Mon mari a téléphoné aux hôpitaux, moi aussi. Nous refaisons le 1771 qu'il est conseillé de répéter toutes les heures. Mais encore une fois, Aline ne sait certainement pas décliner son nom », expliquait sa maman en marge de l’avis de recherche lancé sur les réseaux sociaux.

    Des parents qui sont bien évidemment désespérés devant ce terrible silence. Mardi, Aline se rendait en métro sur son lieu de travail quand l’explosion a ravagé la station Maelbeek. Il existe une forte probabilité qu’elle se trouvait à ce moment-là dans la rame sinistrée. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles de sa fille, sa maman a pu joindre le bureau où travaille Aline. L’entreprise était joignable, mais Aline n’y était pas. Elle devait également visiter un appartement vers midi. Là aussi, elle était aux abonnées absentes... (La Meuse jeudi 24 mars 2016)