Google Analytics Alternative

éoliennes eben emael

  • Bassenge: ça sent mauvais pour les éoliennes

    Ce n’est vraiment pas tout de suite que les premières éoliennes s’érigeront dans les campagnes bassengeoises. Deux projets voient ainsi leur planning freiné voire stoppé soit par des recours, soit par un refus de permis.

    Les hauteurs bassengeoises attirent, plus que jamais, les promoteurs éoliens. Plusieurs projets sont en cours d’élaboration dont deux situés à l’est de la commune. Et pour eux, tout ne se passe pas comme prévu. Avec, tout d’abord, celui porté par Elicio, une filiale de Nethys. Neuf éoliennes devraient être installées à Wonck, plus précisément au nord du village et de la rue du Chéra, à la limite avec Riemst. Ces machines, d’une puissance totale de 22,5 MW, de quoi alimenter 13.000 ménages, seraient situées à 500 ou 600 mètres des premières habitations. La demande de permis unique a été introduite en juin dernier. Et si le 9 novembre, la Région wallonne décidait d’octroyer ce permis, depuis, une pluie de recours ont été introduits. A ce jour, l’administration communale de Riemst, la Province du Limbourg, le ministère flamand de l’Environnement, la Province du Limbourg (Pays-Bas), le ministère du Milieu et des Infrastructures des Pays-Bas et une dizaine de personnes, des habitants de Riemst principalement, ont ainsi introduit un recours.

    Une décision qui ne surprend vraiment pas : toutes les instances citées avaient rendu un avis défavorable lors de la demande de permis. Pour les Pays-Bas, ce parc éolien poserait principalement des problèmes à l’aéroport de Maastricht. La hauteur des turbines, 150 mètres, serait problématique pour les avions en approche. La piste 03 et donc le couloir aérien sud ne pourraient plus être utilisés, ce qui réduirait l’accessibilité de l’aéroport. Pour les autres autorités, ce sont, dans les grandes lignes, la proximité avec de nombreuses colonies de chauves-souris, l’impact visuel et les normes en matière de nuisances sonores, différentes d’une région à l’autre, qui ont été pris en compte pour émettre un avis défavorable et donc introduire leur recours. Celui-ci est en cours d’examen auprès de l’administration wallonne qui a 100 jours pour l’analyser. Une fois le rapport établi, celui-ci sera envoyé au ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, qui disposera quant à lui d’un délai de 30 jours pour statuer.

    Le projet WindVision refusé

    Autre projet dans la tourmente, celui de WindVision. L’entreprise voulait installer cinq éoliennes à Eben-Emaël. D’une hauteur, ici aussi, de 150 mètres, ces éoliennes devaient se trouver à 500 mètres des premières habitations, sur une plaine agricole d’Emaël, entre la rue Joseph Mélotte, Emaelerweg et la frontière avec Riemst. Mais ce projet a clairement du plomb dans l’aile.

    La demande de permis unique a été refusée par la Région wallonne en juin dernier. Un refus confirmé en recours par le ministre Di Antonio, le 7 novembre dernier. Les raisons : une zone de très grand intérêt chiroptérologique (chauve-souris) et la proximité avec l’aéroport de Maastricht. Et si, en d’autres termes, il s’agit des arguments qui ont amené aux recours contre le projet d’Elicio, les deux projets sont distants de quatre kilomètres à vol d’oiseau. Ce qui fait sûrement toute la différence. (Source La Meuse jeudi 15 décembre 2016)