Google Analytics Alternative

éoliennes bassenge

  • Projet écolo. 400 signatures récoltées pour construire des éoliennes

    Après avoir réalisé une réunion d’informations, pour ensuite faire une étude d’incidence et une enquête publique, la société EDF Luminus a, en collaboration avec la coopérative HesbEnergie, récemment déposé deux demandes de permis pour l’exploitation et la construction de plusieurs éoliennes. Le but de cette initiative ? Faire en sorte qu’un parc de cinq éoliennes soit prévu sur les communes de Juprelle (4 éoliennes) et de Bassenge (1 éolienne) et que sept autres éoliennes soient également implantées dans la campagne située au sud-est du village de Bassenge, au lieu-dit Hauts de Froidmont.

    En tout, près de 400 signatures ont été récoltées en faveur de cet important projet qui a d’ailleurs été présenté ce jeudi et ce vendredi aux communes concernées. « Une fois que l’enquête sera terminée, un délégué de la région wallonne va s’occuper de relire l’ensemble de l’enquête. Nous devrons à mon avis attendre un peu plus de six mois pour savoir si le projet va oui ou non être accepté. Une fois que la décision sera rendue, nous aurons deux possibilités : soit il sera accepté mais les personnes qui sont contre introduiront un recours, soit il sera refusé et nous introduirons nous-mêmes un recours. Mais objectivement, toute cette procédure devrait prendre une bonne année », explique Bernard Deboyser, administrateur-délégué d’HesbEnergie. Une initiative écologique qui nécessite quand même d’importantes sommes d’argent quand on sait que pour une seule éolienne, il faut au moins compter trois millions et demi d’euros. « Les gens qui investissent sont gagnants. Ils auront droit à 5 ou 6% du rendement des éoliennes et auront également un impact positif sur le futur écologique de la planète et de leurs enfants. »(Source La Meuse samedi 4 février 2017)

  • Projet écolo. 400 signatures récoltées pour construire des éoliennes

    Après avoir réalisé une réunion d’informations, pour ensuite faire une étude d’incidence et une enquête publique, la société EDF Luminus a, en collaboration avec la coopérative HesbEnergie, récemment déposé deux demandes de permis pour l’exploitation et la construction de plusieurs éoliennes. Le but de cette initiative ? Faire en sorte qu’un parc de cinq éoliennes soit prévu sur les communes de Juprelle (4 éoliennes) et de Bassenge (1 éolienne) et que sept autres éoliennes soient également implantées dans la campagne située au sud-est du village de Bassenge, au lieu-dit Hauts de Froidmont.

    En tout, près de 400 signatures ont été récoltées en faveur de cet important projet qui a d’ailleurs été présenté ce jeudi et ce vendredi aux communes concernées. « Une fois que l’enquête sera terminée, un délégué de la région wallonne va s’occuper de relire l’ensemble de l’enquête. Nous devrons à mon avis attendre un peu plus de six mois pour savoir si le projet va oui ou non être accepté. Une fois que la décision sera rendue, nous aurons deux possibilités : soit il sera accepté mais les personnes qui sont contre introduiront un recours, soit il sera refusé et nous introduirons nous-mêmes un recours. Mais objectivement, toute cette procédure devrait prendre une bonne année », explique Bernard Deboyser, administrateur-délégué d’HesbEnergie. Une initiative écologique qui nécessite quand même d’importantes sommes d’argent quand on sait que pour une seule éolienne, il faut au moins compter trois millions et demi d’euros. « Les gens qui investissent sont gagnants. Ils auront droit à 5 ou 6% du rendement des éoliennes et auront également un impact positif sur le futur écologique de la planète et de leurs enfants. »(Source La Meuse samedi 4 février 2017)

  • Bassenge: ça sent mauvais pour les éoliennes

    Ce n’est vraiment pas tout de suite que les premières éoliennes s’érigeront dans les campagnes bassengeoises. Deux projets voient ainsi leur planning freiné voire stoppé soit par des recours, soit par un refus de permis.

    Les hauteurs bassengeoises attirent, plus que jamais, les promoteurs éoliens. Plusieurs projets sont en cours d’élaboration dont deux situés à l’est de la commune. Et pour eux, tout ne se passe pas comme prévu. Avec, tout d’abord, celui porté par Elicio, une filiale de Nethys. Neuf éoliennes devraient être installées à Wonck, plus précisément au nord du village et de la rue du Chéra, à la limite avec Riemst. Ces machines, d’une puissance totale de 22,5 MW, de quoi alimenter 13.000 ménages, seraient situées à 500 ou 600 mètres des premières habitations. La demande de permis unique a été introduite en juin dernier. Et si le 9 novembre, la Région wallonne décidait d’octroyer ce permis, depuis, une pluie de recours ont été introduits. A ce jour, l’administration communale de Riemst, la Province du Limbourg, le ministère flamand de l’Environnement, la Province du Limbourg (Pays-Bas), le ministère du Milieu et des Infrastructures des Pays-Bas et une dizaine de personnes, des habitants de Riemst principalement, ont ainsi introduit un recours.

    Une décision qui ne surprend vraiment pas : toutes les instances citées avaient rendu un avis défavorable lors de la demande de permis. Pour les Pays-Bas, ce parc éolien poserait principalement des problèmes à l’aéroport de Maastricht. La hauteur des turbines, 150 mètres, serait problématique pour les avions en approche. La piste 03 et donc le couloir aérien sud ne pourraient plus être utilisés, ce qui réduirait l’accessibilité de l’aéroport. Pour les autres autorités, ce sont, dans les grandes lignes, la proximité avec de nombreuses colonies de chauves-souris, l’impact visuel et les normes en matière de nuisances sonores, différentes d’une région à l’autre, qui ont été pris en compte pour émettre un avis défavorable et donc introduire leur recours. Celui-ci est en cours d’examen auprès de l’administration wallonne qui a 100 jours pour l’analyser. Une fois le rapport établi, celui-ci sera envoyé au ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, qui disposera quant à lui d’un délai de 30 jours pour statuer.

    Le projet WindVision refusé

    Autre projet dans la tourmente, celui de WindVision. L’entreprise voulait installer cinq éoliennes à Eben-Emaël. D’une hauteur, ici aussi, de 150 mètres, ces éoliennes devaient se trouver à 500 mètres des premières habitations, sur une plaine agricole d’Emaël, entre la rue Joseph Mélotte, Emaelerweg et la frontière avec Riemst. Mais ce projet a clairement du plomb dans l’aile.

    La demande de permis unique a été refusée par la Région wallonne en juin dernier. Un refus confirmé en recours par le ministre Di Antonio, le 7 novembre dernier. Les raisons : une zone de très grand intérêt chiroptérologique (chauve-souris) et la proximité avec l’aéroport de Maastricht. Et si, en d’autres termes, il s’agit des arguments qui ont amené aux recours contre le projet d’Elicio, les deux projets sont distants de quatre kilomètres à vol d’oiseau. Ce qui fait sûrement toute la différence. (Source La Meuse jeudi 15 décembre 2016)

  • Bassenge – Demande de permis. 9 éoliennes Elicio (Nethys) à Wonck

    éoliennes illustration.pngAprès celle introduite à la fin de l’année dernière par WindVision Belgium, une nouvelle demande de permis unique pour la construction et l’exploitation d’un champ d’éoliennes vient d’être déposée sur la table du Collège communal bassengeois.

    Ici, c’est Elicio, filiale de Nethys, qui a introduit la demande. Celle-ci porte sur l’installation de neuf éoliennes à Wonck, plus précisément au nord du village et de la rue du Chéra, à la limite avec Riemst.

    Ces neuf éoliennes se trouveront à 500 ou 600 mètres des premières habitations, soit plus que ce qui est recommandé par la Région wallonne. Elles auront une puissance totale de 22,5MW et devraient produire annuellement près de 45.000 mégawatts, soit de quoi alimenter près de 13.000 ménages en électricité verte.

    Une électricité qui sera réinjectée dans tout le réseau et n’alimentera donc pas uniquement Bassenge.

    L’enquête publique relative à ce dossier a démarré ce 3 juin et se clôturera le 4 juillet. Vu la nature du permis, l’enquête publique se déroule conjointement dans les communes de Bassenge, Visé, Juprelle et Oupeye. Le dossier peut être consulté dans les services d’Urbanisme de ces communes.

    (Source La Meuse mercredi 8 juin 2016)

  • Emael projet. Permis demandé pour 5 éoliennes…

    éolienne emael.pngSi ces années ont été mises à profit pour réaliser les études d’incidences et les adaptations techniques, jusqu’ici, aucune demande de permis n’avait été introduite. C’est désormais chose faite puisque WindVision Belgium vient de déposer une demande de permis d’environnement pour la construction et l’exploitation d’un parc de cinq éoliennes.

    Celles-ci auront une puissance allant de 2 à 3 MW et une hauteur maximale de 150 mètres. Le lieu retenu pour accueillir ce parc éolien est situé sur une plaine agricole d’Emaël, entre la rue Joseph Mélotte, Emaelerweg et la frontière avec Riemst. Les premières habitations se trouvent à plus de 500 m.

    Impossible malheureusement d’avoir plus d’informations, notamment pour savoir pourquoi de six éoliennes dans le projet initial, il n’en reste finalement plus que cinq. Les bureaux de WindVision sont en effet fermés durant cette période de Noël. Néanmoins, l’enquête publique démarrera ce 4 janvier pour se clôturer le 2 février. Durant cette période, le dossier pourra être consulté au service de l’Urbanisme (Rue du Frêne, 38 à Boirs) chaque jour ouvrable pendant les heures de service de 8h30 à 12h et le samedi de 10 à 12h. Signalons qu’en Basse-Meuse quatre autres projets éoliens sont à l’étude avec 12 éoliennes à Wihogne/Xhendremael, 9 à Wonck, 8 à Bassenge/Houtain et 5 à Paifve/Glons. Mais avec cette demande de permis, c’est celui de WindVision qui est le plus avancé et qui pourrait donc devenir le premier parc éolien de la région. (Source La Meuse mardi 29 décembre 2015)

  • Bassenge. Ecolo prône les éoliennes citoyennes

    éoliennes illustration.pngCe samedi à 9h45, la locale Ecolo de Bassenge organise une balade sur le thème des éoliennes. On le sait, Bassenge est actuellement une commune très prisée par les promoteurs éoliens. Deux projets sont ainsi en cours d’étude : un à Wonck et l’autre à Eben-Emaël pour un total de quatorze machines. Favorable à ce type de production d’énergie, Ecolo a donc décidé d’organiser une balade qui doit avant tout permettre d’expliquer concrètement les deux projets. « Nous partirons du moulin du Brouckay pour nous diriger vers les deux sites et ainsi avoir une idée approximative de leur implantation, explique Michel Malherbe, chef de groupe Ecolo. A cette balade prendra part Philippe Knapen, l’échevin de l’Environnement. Il sera présent pour expliquer les différents projets. Nous aurons également Bernard Delville qui est un spécialiste de l’éolien citoyen ». Car l’objectif d’Ecolo est double. D’abord permettre aux gens de mieux comprendre les tenants et aboutissants des deux dossiers « pour ainsi expliquer les avantages et inconvénients et, pourquoi pas, éviter d’éventuels recours lors des demandes de permis». Ensuite, Ecolo veut insuffler une dynamique et inciter les gens à investir là-dedans, via une coopérative citoyenne. « On sait déjà que le projet de Nethys, celui situé à Wonck, devrait avoir une éolienne citoyenne. Mais ce que nous aimerions, c’est déjà être sûrs qu’il y ait assez de personnes qui investissent mais aussi, pourquoi pas, en voir développer d’autres. On souhaite vraiment que les citoyens se mobilisent pour en avoir le plus possible ». Première étape de cette sensibilisation, ce samedi matin. Infos auprès de Michel Malherbe : 0486/80.01.64 ou malherbe.michel@busmail.net

    (Source La Meuse jeudi 4 juin 2015)

  • Des éoliennes citoyennes à Bassenge ? Ce samedi 6 juin, Ecolo vous invite à découvrir le site des projets éoliens

    Départ à 9h45 au Moulin du Broukay. Tous les renseignements sur les illustrations ci-dessous !

    écolo juin 2015.png

    écolo juin 2015 2.png

  • 31 éoliennes en projet dans la région. Juprelle et Bassenge attirent les promoteurs éoliens… Voici les emplacements choisis en Vallée du Geer ! L’article complet !

    éoliennes.pngUn projet a dû être abandonné en raison de la proximité avec le radar de Belgocontrol, mais un autre vient de le remplacer, avec celui d’EDF Luminus qui projette l’installation de cinq machines entre Paifve et Glons. Au total, quatre parcs sont en cours d’étude. La première demande de permis devrait arriver après l’été. Si aucun mât n’est encore sorti de terre, la Basse Meuse pourrait, à terme, accueillir 31 éoliennes. La Basse Meuse, mais surtout Juprelle et Bassenge, les deux communes sur lesquelles se concentrent actuellement tous les projets.

    Et si, depuis qu’il a été fermé, l’ancien radar de l’OTAN situé à Glons ne pose plus de souci aux promoteurs, celui de Belgocontrol retarde toujours autant les dossiers. Voire les fait passer à la trappe. On fait le point.

    – « Au Fond des vaches »

    Le plus ancien projet qui était à l’étude vient d’être abandonné. Portée par Eneco Wind, l’idée était d’installer six éoliennes en rase campagne, au lieu-dit « Au Fond des vaches », une plaine agricole située le long de l’E313, entre Fexhe-Slins, Heure-le-Romain et Houtain-Saint-Siméon. Lancé en 2010 ou 2011, le projet est passé à la trappe. En cause ? L’aéroport de Bierset. Situées dans l’axe d’atterrissage, les éoliennes auraient pu gêner les avions, et aucune solution technique acceptée par Belgocontrol n’a pu être trouvée.

    – Wihogne/Xhendremael

    C’est le plus gros parc actuellement à l’étude dans la région, puisque Nethys envisage d’installer 12 éoliennes dans une zone agricole, à l’ouest du village de Wihogne et au nord du village de Xhendremael, entre la rue de Juprelle et la frontière avec Tongres. Quelque peu freiné par la proximité avec le radar de Belgocontrol, cet élément pourrait obliger Nethys à diminuer le nombre de machines.

    L’ex-Tecteo Energy espère néanmoins pouvoir boucler l’étude d’incidence à la fin de cette année, et déposer la demande depermis d’ici un an.

    – Wonck

    Autre projet de Nethys, ici le parc devrait s’implanter au nord du village et de la rue Chera, à la limite avec Riemst. Neuf éoliennes devraient être érigées, dont une financée par une coopérative citoyenne portée par la commune de Bassenge. L’étude d’incidence est terminée et les plans sont en cours de finalisation. La demande de permis devrait être introduite après les grandes vacances.

    – Eben-Emaël

    WindVision a, dans ses cartons, l’implantation de cinq éoliennes au nord de la carrière CBR, sur un terrain limitrophe avec Riemst. L’étude d’incidence serait, ici aussi, en cours d’achèvement.

    – Paifve

    C’est le quatrième et dernier parc éolien en cours de développement.

    Le dossier n’en est qu’à ses débuts, puisque son initiateur, EDF Luminus, présentera son projet à la population le 11 juin prochain à 20h, à la salle A Trîhê (rue Lambert Tilkin). Cette réunion permettra également de lancer l’étude d’incidence. Cinq éoliennes pourraient être installées entre Paifve et Glons dès la fin 2017. Si toutes ces éoliennes sont un jour en activité, elles devraient produire suffisamment d’électricité pour pouvoir répondre à la consommation de près de 51.000 ménages.

    (Source La Meuse 21  mai 2015)

  • 31 éoliennes en projet dans la région. Juprelle et Bassenge attirent les promoteurs éoliens…

    éoliennes.pngUn projet a dû être abandonné en raison de la proximité avec le radar de Belgocontrol, mais un autre vient de le remplacer, avec celui d’EDF Luminus qui projette l’installation de cinq machines entre Paifve et Glons. Au total, quatre parcs sont en cours d’étude. La première demande de permis devrait arriver après l’été. Si aucun mât n’est encore sorti de terre, la Basse Meuse pourrait, à terme, accueillir 31 éoliennes. La Basse Meuse, mais surtout Juprelle et Bassenge, les deux communes sur lesquelles se concentrent actuellement tous les projets.

    Un article à découvrir dans votre journal La Meuse de ce jeudi 21 mai 2015

  • Bassenge. Une éolienne citoyenne en projet…

    Bassenge une éolienne citoyenne en projet.pngL’article de La Meuse de ce samedi 7 juin 2014.

    Bassenge une éolienne citoyenne en projet.png

  • Les bassengeois heureux ? La carte de l’éolien en Wallonie valse à la poubelle !

    photo éoliennes.pngLes deux ministres wallons écolos, Jean-Marc Nollet (Énergie) et Philippe Henry (Aménagement du territoire), ont décidé de retirer la carte d’implantation des futures éoliennes après avoir mené une enquête publique auprès des communes.

    Pour rappel, la Wallonie s’est fixé l’objectif d’une production annuelle de 3.800 GWh à l’horizon 2020, soit près de 15 % des besoins en électricité.

    Le résultat de l’enquête publique sur la carte de l’implantation des futures éoliennes a montré très clairement la désapprobation de la plupart des citoyens. Le développement éolien n’est pas mis en cause mais c’est surtout l’identification des lieux d’implantation des éoliennes qui pose problème. 62 communes sur 114 se sont dites défavorables à la carte de l’éolien.

    « On a tenu compte des avis de la population. On a décidé d’organiser les choses autrement. On aura au niveau wallon uniquement un découpage territorial, des lots géographiques dans lesquels on va pouvoir envisager le développement éolien d’une manière cohérente. Ensuite, il y aura la deuxième étape, le travail lot par lot, on réutilisera tout ce qui a été dit dans l’enquête publique qui concerne le niveau local », a commenté sur la Première le ministre Philippe Henry.

    Et le ministre écolo d’ajouter : « Nous ne sommes pas là pour imposer des choses d’une manière théorique même si elles sont justifiées, explicables si la population ne les comprend pas ».

     

    Les deux ministres vont proposer au gouvernement wallon de garder le découpage de la Wallonie en lots qui seront ensuite proposés aux promoteurs. « Au moment où les promoteurs remettront leurs propositions d’implantation précise des éoliennes, à nouveau une consultation sera organisée et les citoyens pourront s’exprimer », a déclaré à la Première Jean-Marc Nollet. (source Le Soir 4/12/2013)

  • Bassenge. Les projets d’éoliennes font couler beaucoup d’encre…

    photo éoliennes.pngDeux articles consécutifs dans La Meuse sur les projets d’éoliennes à Bassenge. Décidément, avant de « faire couler » de l’électricité, c’est plutôt d’encre dont il s’agit pour l’instant… Voici les deux articles.

    parc éolien bassenge.png

    deux projets éoliennes article a la meuse 2 novembre 2013.png

  • Bassenge. Deux candidats pour un seul parc éolien…

    photo éoliennes.pngAprès le projet de Tectéo présenté début de l’année, c’est Windvision qui va proposer à la population un projet éolien sur la commune de Bassenge ce mercredi soir. La population est conviée à la réunion ce mercredi soir dès 20h00 au Centre Culturel de Wonck rue des martyrs, 17.

    Ne manquez pas l’article de Damien Malvetti dans le journal La Meuse de ce mercredi 30 octobre !

  • Bassenge. Encore un projet éolien en Vallée du Geer !

    photo éoliennes.pngDécidément, Bassenge séduit particulièrement les projets éoliens. Au début de cette année, Texteo Energy présentait un projet de neuf éoliennes implantées à Wonck. Elles permettraient de produire 45.000 mégawatts, de quoi alimenter 13.000 ménages en électricité. Quelques mois plus tard, c’est une autre société qui est intéressée pour installer des éoliennes à Bassenge. Ce 30 octobre, à 20h00 au Centre Culturel de Wonck, Windvision Belgium viendra ainsi présenter son projet à la population. La suite de l’article dans votre Meuse de ce vendredi 11 octobre.

    Lire aussi, l’article précédent :

    éoliennes wonck.png

  • Neuf éoliennes à Wonck ? L’article dans sa totalité…

    photo éoliennes.pngQui de Juprelle/Oupeye ou Bassenge accueillera le premier champ éolien de la Basse-Meuse, voire même de la région ? Les paris sont ouverts après l’annonce d’un projet de neuf éoliennes initié par Tecteo Energy. Il devrait s’implanter à Wonck. Une réunion d’information est programmée le 31 janvier prochain.

    Voici l’article dans sa totalité :

    éoliennes wonck.png