Google Analytics Alternative

Politique

  • Epinglé. Parlement wallon : proposition du PS pour les invendus alimentaires. Invendus : la Wallonie doit donner, pas jeter !

    deborah geradon.jpgC’est une proposition de décret très attendue qui arrive en commission Agriculture du Parlement wallon, ce lundi. Celle qui vise à organiser la gestion et la distribution des invendus alimentaires et des produits agricoles non calibrés en Wallonie. Elle date de mars… 2015 et elle a été déposée par le PS.

    « C’est le bon moment pour avoir ce débat », explique Déborah Géradon, l’une des signataires du document. « Oui, cela a tardé car j’espérais que nous pourrions avancer sur ce texte et sur celui qu’avait déposé le cdH, la grande différence étant que celui du PS affichait un caractère contraignant. Comme cela n’avançait pas, comme la majorité des partis soutient cette thématique, comme les projets pilotes à Herstal et Seraing fonctionnent bien, que Carrefour a déjà intégré cette donnée sans y avoir été contraint, je pense donc que les temps sont mûrs pour un débat. »

    Un débat sur fond de recrudescence de la pauvreté en Wallonie et de population sensibilisée au gaspillage alimentaire. « Il faut généraliser et pérenniser les projets pilotes qui fonctionnent au niveau local », précise Mme Géradon, « mettre sur pied un système plus efficace de distribution des invendus alimentaires. Mais je ne m’arrête pas aux grandes surfaces. Il y a aussi le monde agricole et l’industrie agroalimentaire. Une partie de la production ne rentre pas dans la chaîne alimentaire, parfois à cause d’un mauvais calibrage. Cette production est parfaitement consommable, cela n’a aucun sens ! »

    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 25 septembre 2017

  • Bassenge. Le jeune conseiller communal Christopher Sortino fulmine : « Voici les toilettes de l’administration communale de Bassenge réservées aux personnes à mobilité réduite ! »

    toilettes PMR Commune de Bassenge.jpgLe jeune Conseiller communal Christopher Sortino (PS) vient de déposer un post sur Facebook qui n’est pas piqué des vers. Tout d’abord, resituons le contexte. Ayant été lui-même immobilisé durant plusieurs mois suite à un accident et se trouvant aujourd’hui en rééducation, le jeune conseiller fait partie de ces personnes dites à mobilité réduite (PMR). Alors qu’il se rendait au Centre administratif de la commune de Bassenge pour obtenir des renseignements, il tomba à la renverse devant l’état des toilettes mises à la disposition de personnes souffrant d’un handicap.

    Voici ce qu’il écrit, photos à l’appui :

    « Je vous présente les toilettes (inaccessibles) réservées aux personnes à mobilité réduite (PMR) de l’administration communale de Bassenge. christopher et rené.pngNous sommes passés, ce jour, à l’administration avec mon collègue René Deckers (Conseiller communal PS). Vous me direz : pourquoi les deux conseillers communaux que nous sommes font scandale sur les réseaux sociaux ? Car le 22 août dernier, j’ai déjà attiré l’attention du directeur général de la commune sur cette situation de façon constructive. Et, depuis, rien n’a bougé.

    J’ai donc, ce jour, été directement exprimer ma pensée à ce sujet à Josly Piette, notre Bourgmestre, qui était dans son bureau, porte ouverte et qui a à mon sens bien conscience de cette situation. Je lui ai promis de porter ce dossier au conseil communal de septembre, avec René Deckers.

    Alors, pourquoi ces toilettes sont-elles utiles ? Je vais vous l’expliquer… puisque certains ne semblent pas comprendre les enjeux. La toilette PMR est plus large qu'une toilette classique (on peut y rentrer avec sa chaise roulante) et est généralement équipée d’un point d’appui (barre pliable) pour que la PMR qui ne dispose par exemple plus de ses jambes puisse se mettre sur la toilette. Quand elles sont, comme ici, inaccessibles, la personne en chaise roulante doit sortir de sa chaise (ce n’est pas toujours possible), se traîner par terre (ramper) jusqu’à la toilette, grimper sur la toilette en prenant appui sur celle-ci (et non sur la barre pliable prévue à cet effet, vive l’hygiène) et puis, faire demi-tour : sortir de la toilette sans avoir d’appui (c’est dangereux : nouveau risque de blessure), se traîner à nouveau par terre pour rejoindre sa chaise et puis, monter sur celle-ci, du moins si la personne a assez de force physique pour le faire. Sinon, elle reste calée, par terre.

    Cette situation, humiliante et non conforme au concept de dignité humaine, ne doit plus se produire, spécialement dans une administration communale sensée être accessible à tous... Et comme le dire au Directeur Général n’est visiblement pas suffisant pour faire changer les choses, nous porterons ce point au prochain conseil communal. »

    Comme en attestent les photos, les toilettes sont encombrées d’objets divers et on y retrouve notamment des poubelles publiques et des sacs bleus contenant des canettes et autres déchets… Quant à l’état du pot du WC… « Bonjour l’hygiène », écrivait une dame dans un commentaire sur Facebook.

    Après l'état du WC, un manque de parkings pour PMR devant les bâtiments communaux, une problématique déjà soulevée aussi…

    Enfin, il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’au mois de mai, déjà, lors d’un Conseil communal, les deux conseillers Sortino et Deckers attiraient l’attention des autorités sur le manque de places de parkings pour handicapés devant les bâtiments communaux. Vidéo à découvrir ici :

    https://www.facebook.com/christopher.sortino.5/videos/vb.844888907/10155290292633908/?type=3&theater

  • Habitants de Bassenge. Le bureau des Finances de Visé ne déménagera pas à Liège. Marcel Neven, Bourgmestre de Visé est intervenu

    Dans l’article intitulé «  Le mot du Bourgmestre » (de Visé) paru dans le Visé magazine de ce 22 août 2017, on apprend que Marcel Neven, alerté au mois de juin par des informations concernant le déménagement du Service des Finances de l’Allée verte de Visé vers Liège, a écrit un courrier au Ministre des Finances Johan Van Overtveldt pour lui manifester son opposition. Citons Marcel Neven « Il est clair que ce déménagement engendrerait de nombreux inconvénients pour la population des communes de Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle et Visé… »

    Le Bourgmestre de Visé vient de recevoir une réponse favorable à son courrier.

    Extrait de celui-ci « Après analyse, il s’est avéré qu’il était injuste de mettre fin à ce contrat de bail, raison pour laquelle le SPF Finances n’abandonnera pas le bâtiment pour le 31 janvier 2018 »

    Le Bourgmestre de Visé de conclure son mot par « C’est donc une victoire pour les Visétois, mais il conviendra de rester attentif à l’avenir… »

    Mais, cette victoire l’est aussi assurément pour les Bassengeois car, en effet, comme l’indiquait le courrier envoyé au SPF Finances par Marcel Neven « Ces personnes devraient se déplacer à Liège dans un quartier où les places de parking sont quasi inexistantes. Sans oublier les transports en commun inadaptés surtout pour les communes rurales – cfr Bassenge. Ce transfert constituerait également un handicap lors du dépôt des déclarations fiscales et autres formalités au volet finances… »

    Et donc, en résumé, suite à l'intervention de Marcel Neven Bourgmestre de Visé, les Bassengeois pourront ainsi continuer à effectuer leurs opérations en cette petite ville proche de Bassenge.

    Regor

    (photo google streetview)

  • Bassenge – Politique. Incertitude au MR pour les élections 2018

    Philippe Dodrimont, président d’arrondissement, devrait voir les membres bassengeois à la rentrée

    Avec une seule élue, le MR bassengeois est le petit Poucet local. Et alors que les autres partis traditionnels planchent sur leur liste pour les prochaines élections communales, au MR de Bassenge, c'est plutôt l'incertitude qui règne. 

    Avec 10,66% des voix en 2012, le MR s'est classé, à Bassenge, 4ème et dernier parti. Il n'a eu qu'une seule élue, Catherine Thomassen.

    Un résultat finalement honorable compte tenu du fait qu'en 2006, le MR s'était allié aux IC et à Ecolo pour former le cartel OSER, cartel qui avait éclaté en cours de législature, et qu'en 2012 sa liste ne comptait que 12 candidats sur 19.

    Et si le soir du 14 octobre 2012, on était plutôt satisfait de ce résultat, il faut bien reconnaître que depuis, le MR s'est fait des plus discrets et que Catherine Thomassen n'est pas des plus actives aux conseils communaux.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-08-10,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-08-10,BASSE-MEUSE,1|8

  • Nouvelle amende en préparation. Moteur à l’arrêt : 50 à 10.000 euros !

    Les parents qui laissent tourner leur moteur alors qu’ils attendent la sortie de leurs enfants de l’école, Carlo Di Antonio (cdH) les a clairement dans le collimateur. À la dernière rentrée scolaire, le ministre wallon de l’Environnement leur avait dédié une campagne de sensibilisation.

    Mais il compte aller plus loin. Et frapper là où ça fait mal : au portefeuille. Au Parlement wallon, il vient d’en dévoiler un élément qui risque de faire du bruit : le montant d’une nouvelle amende. Qui oscillera entre 50 et 10.000 euros !

    Tout ceci s’inscrit dans une philosophie bien précise. C’est celle de protéger les enfants. « Par leur petite taille, ils sont en première ligne d’exposition aux gaz d’échappement » , expliquait-il à Sudpresse voici un an en nous dévoilant la campagne de sensibilisation. Le décret qu’il prépare s’inscrit dans le cadre plus global d’une lutte accrue contre la pollution atmosphérique liée à la circulation.

    Article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-15,BASSE-MEUSE,1|14

  • Wallonie. L’eau augmente ce 1er juillet : + 25 centimes par mètre cube !

    Les Wallons n’y couperont pas : ce 1er juillet, le prix de l’eau va encore augmenter : + 25 centimes par m3. En cause, comme le souligne le député MR Pierre-Yves Jeholet, des coûts d’assainissement énormes qui ont amené la SPGE (Société publique de gestion de l’eau) à un endettement de 1,8 milliard d’euros !

    « Un important programme d’investissements de 800 millions d’euros d’ici à 2021 est en cours », remarque M. Jeholet, dans une interpellation à Carlo Di Antonio, ministre cdH de l’Environnement. « Nous le savons, la SPGE construit énormément de stations d’épuration depuis 1999. Elle a emprunté auprès de la Banque européenne d’investissement. » Ce qui explique donc la hauteur de l’endettement de la SPGE. Mais, comme le dit encore M. Jeholet, « cette situation financière signifie que si la SPGE veut continuer à emprunter sur les marchés, elle risque de devoir payer des charges d’intérêt exorbitantes, d’où l’idée d’augmenter ses marges. »

    C’est en réalité le ministre de l’Économie, Jean-Claude Marcourt (PS), qui a la tutelle sur l’augmentation des prix de l’eau. Et il a demandé à la SPGE de limiter fortement ses demandes de hausse.

    La SPGE demandait d’abord une hausse de 17 centimes en 2017, 16 centimes en 2018 et 15 centimes en 2019.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-26,BASSE-MEUSE,1|14

  • Permis de conduire. L’ivresse à vélo n’entraînera plus la déchéance

    La commission de l’Infrastructure de la Chambre a approuvé mardi une proposition de loi qui assouplit les règles du Code de la route à propos de la conduite sous influence. Elle vise à éviter que des catégories comme les cyclistes ou des personnes en chaise roulante ou en trottinette ne se voient retirer leur permis de conduite si elles sont contrôlées dans cet état.

    La loi visait jusqu’à présent « quiconque conduit un véhicule ou une monture » sans distinction et punissait tout le monde de la même manière. Avec la proposition de Sabien Lahaye-Batteu (Open Vld), la déchéance du droit de conduire ne sera pas prononcée lorsque l’infraction a été commise avec un véhicule qui n’est pas soumis à un permis de conduire. (Source La Meuse) (Photo Dailymotion)

  • Intercommunale. Josly Piette succède à Cédric Halin chez Publifin

    josly piette bassenge.JPGOn l’annonçait samedi dans La Meuse, Cédric Halin, le « chevalier blanc » d’Olne, celui qui avait révélé le scandale Publifin, a envoyé sa lettre de démission comme administrateur de l’intercommunale Publifin. Il devient auditeur à la Cour des Comptes au premier juillet et ne peut donc conserver ce mandat.

    Etiqueté cdH, c’était donc aux sociaux-chrétiens à pourvoir à son remplacement. Et c’est Josly Piette (74 ans), Bourgmestre de Bassenge, qui a été désigné par Benoît Lutgen, le président du cdH, pour lui succéder.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-06,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-06,BASSE-MEUSE,1|8

  • Bassenge: personne ne remplacera l’échevine Fabienne Heptia

    Fabienne heptia 2.jpgLe 10 février dernier, Fabienne Heptia décédait après avoir lutté de longs mois contre la maladie. Échevine depuis 2000, elle avait en charge l’Aménagement du territoire, l’Urbanisme, l’État civil, l’Énergie, les Rivières, les Carrières, les Logements et l’Agriculture.

    Depuis son décès, personne n’avait pris sa place au sein du Collège communal. Une nouvelle conseillère avait bien été désignée, mais personne n’était « monté » au Collège. Une volonté du cdH de d’abord respecter une certaine période de deuil et ensuite de ne pas précipiter les choses.

    Et après plusieurs mois de réflexion, le cdH de Bassenge a décidé que personne ne remplacerait Fabienne Heptia.

    La suite de l’article en suivant ce lien :

    http://basse-meuse.lameuse.be/83178/article/2017-05-17/bassenge-personne-ne-remplacera-lechevine-fabienne-heptia

  • Conseil communal de Bassenge. Nouvelle motion Publifin. Le jeune Conseiller Christopher Sortino (PS) : « Bassenge n’a rien à dire aux Bourgmestres des autres communes ! »

    publifin 3.JPGElle avait été annoncée comme vraiment étonnante. Et, en effet, la nouvelle motion déposée par le Cdh le fut, assurément. L’article du journal La Meuse du samedi 15 avril 2017 relate la nouvelle motion déposée, lors du Conseil communal du jeudi 13 avril 2017, par le parti majoritaire CdH à Bassenge, visant à proposer aux bourgmestres des communes de la zone Police Basse-Meuse (Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé) de reverser à leur commune respective tous les émoluments qu’ils perçoivent dans les Intercommunales. Un geste qui serait calqué sur celui de Josly Piette, Bourgmestre de Bassenge. Le jeune conseiller PS Christopher Sortino, politologue, est intervenu pour souligner, tout d’abord, que si le Conseil communal a pour compétence la gestion de la commune de Bassenge, il en est tout autrement lorsqu’il s’agit des autres communes. Pour reprendre les termes de la journaliste dans son article qui relate les propos tenus par le jeune Conseiller« Le Conseil communal de Bassenge n’a rien à dire aux autres communes ! »

    Puis, poursuivant son argumentation contre cette motion, Christopher Sortino avançait le fait que Josly Piette demanderait aux Bourgmestres des autres communes de la Basse-Meuse de rétrocéder les rémunérations (Émoluments – jetons) de tous leurs mandats alors que lui-même ne le fait pas !

    Comme l’indique l’article dont référence ici (voir lien en bas de page), Josly Piette a plus d’une vingtaine de mandats dont 2 sont rémunérés.

    Grosse pierre d’achoppement entre le jeune Conseiller et le Bourgmestre de Bassenge : la commune de Bassenge verse des fonds au parti CdH

    Christopher Sortino a alors développé son raisonnement en informant les membres du Conseil qu’en 2016, une somme de près de 9.000 euros (Rémunérations de mandats de Josly Piette) a transité par les caisses de la commune de Bassenge pour aboutir dans celles du parti CdH. Et le jeune élu de l’opposition de déclarer que cela pourrait poser des questions quant à la légalité de ces opérations.

    Mais Josly Piette a répondu qu’il n’y avait rien d’anormal. Il a enchaîné en expliquant l’exercice comptable « Je dois reverser une partie de ce que je gagne à mon parti, comme cela se fait dans les autres partis. Au lieu que cela transite sur mon compte et que je reverse la majorité à la commune et une partie au Cdh, c’est la commune de Bassenge qui le fait. Auparavant, c’était l’AIDE (Intercommunale démergement et épuration des eaux) qui le faisait. Mais les procédures ont changé. C’est donc la commune de Bassenge qui s’en charge. Mais s’il ne trouve pas cela légal, que Sortino porte plainte contre moi ! ».

    Nous avons contacté le jeune Conseiller

    motion publifin bassenge,motion publifin cdh bassenge,motion publifin cdh bassenge conseil communalContacté par nos soins, Christopher Sortino a rappelé que sur sa page facebook, le CDH de Bassenge affirmait que Josly Piette ne rétrocédait rien à son parti politique (cf. encadré ci-contre). « Cela m’a étonné de lire de tels propos. Tous les mandataires politiques reversent à leur parti : c’est souvent la règle. Affirmer le contraire sur les réseaux sociaux en voulant donner des leçons aux autres Bourgmestres a éveillé ma curiosité. J’ai donc été vérifier cette affirmation auprès de la receveuse communale, avec mon collègue René Deckers. Je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’un mensonge. C’est dommage de devoir en arriver là pour sauver les meubles : je rappelle que la motion du CDH a été rédigée pour faire oublier la nôtre qui visait à rendre publiques nos rémunérations d’élus. Le CDH de Bassenge, notamment, a refusé de la signer. Entre mensonges et versements financiers qui posent certaines questions, je pense que le CDH de Bassenge est très mal placé pour donner des leçons aux autres ».  

    L’intervention de Christopher Sortino au Conseil communal à lire ICI

    Ambiance…

    Source La Meuse samedi 15 avril 2016

    Article à découvrir ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-04-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-04-15,BASSE-MEUSE,1|8

  • Bassenge – Affaire Publifin. Ecolo veut élargir le C.A. de Publifin

    écolo bassenge,michel malherbe bassengeSur des propositions de Michel Malherbe, les représentants de Bassenge viendront ainsi avec toute une série d'amendements. Le premier : proposer que le nouveau conseil d'administration soit élargi à des représentants des travailleurs, avec voix consultative, ainsi qu'à des administrateurs indépendants représentant les usagers.

    L’article complet, dans La Meuse du 13 mars 2017,  à découvrir ici :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-03-13,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-03-13,BASSE-MEUSE,1|10

  • Après les journées sans alcool, les journées sans cerveau. Un article de Jan Segers dans Het laatste nieuws.

    « Même Donald Trump peut avoir un sursaut d’honnêteté. Invité à évaluer ses premières semaines de présidence, le nouvel homme fort des États-Unis a fait preuve de franchise : « je me donne un A+ pour les efforts engagés, mais j’ai conscience que ce sont les résultats qui comptent. Pour la communication, je nous attribuerais un C+ : nous ne sommes pas parvenus à expliquer correctement nos intentions au peuple américain. »

    Je serais bien curieux de connaître les notes que se donneraient le premier ministre Michel et le ministre-président Bourgeois s’ils devaient eux aussi se livrer à un tel exercice d’introspection critique. L’inflation atteint des sommets. Notre argent se déprécie à vue d’œil. Notre facture énergétique ne fait qu’augmenter. Qu’avons-nous à faire de leurs bonnes intentions si les résultats ne suivent pas ? Comment faites-vous, dans un gouvernement, pour justifier encore ce qui devenu injustifiable ? » La suite de l’article à découvrir sur le site Daardaar ou en cliquant ICI

    http://daardaar.be/rubriques/apres-journees-alcool-journees-cerveau/

  • Bassenge – Conseil communal. La motion « transparence » du PS rejetée

    logo politique communale .jpgMais le cdH reviendra le mois prochain avec une motion pour le moins surprenante.

    Article complet à lire dans La Meuse de ce samedi 11 mars 2017

    http://journal.lameuse.be/

  • Bassenge: Fabienne Hossay devient conseillère

    fabienne hossay.jpgSuite au récent décès de Fabienne Heptia, échevine de l'Aménagement du territoire, le cdH n'avait plus que 12 élus sur 13 à Bassenge.

    Il fallait donc désigner un remplaçant, ce qui vient d'être fait. Fabienne Hossay prêtera serment jeudi en tant que conseillère communale. Cette question étant réglée, le cdH va devoir s'atteler à désigner un nouvel échevin qui reprendra les compétences échevinales de Fabienne Heptia.

    La décision ne sera pas connue avant plusieurs semaines. (Source La Meuse 6 mars 2017)

  • Bassenge - Bâtiment public. 8 logements sociaux dans l’ex-gendarmerie de Roclenge

    Mis en vente durant six ans, l’ancienne gendarmerie de Bassenge vient enfin de trouver un acquéreur ! Elle est idéalement située, rue Marcel de Brogniez, à quelques pas de nombreux commerces et d’un arrêt de bus, et ce rachat constitue une double bonne nouvelle pour les Bassengeois. Car non seulement c’est un chancre qui va disparaître, mais en plus de nouveaux logements vont y être créés.

    C’est en effet la Régionale visétoise d’habitation qui va prochainement en devenir propriétaire, les actes devant encore être signés. Et si elle n’est pas encore officiellement maître des lieux, la Régionale sait déjà parfaitement ce qu’elle va faire de ce bien : des logements sociaux. « La commune de Bassenge est en dessous des 10 % de logements sociaux imposés par la Région wallonne », explique Christine Dessart, présidente de la R.V.H., société qui gère les logements sociaux de Visé, Bassenge et Dalhem. « Dans le cadre de notre ancrage communal, nous avions un programme pour créer, sur cette commune, des nouveaux logements sociaux. Ils n’ont finalement pas pu se faire pour diverses raisons. C’est alors que nous avons eu des vues pour racheter l’ancienne gendarmerie de Roclenge ».

    Mais les choses, ici aussi, ont connu quelques difficultés. « Lors de la vente publique, notre offre n’était pas la plus élevée. On avait donc fait une croix dessus jusqu’à ce que l’acquéreur potentiel se retire ».

    La vente est donc aujourd’hui en passe d’être finalisée et des travaux pourraient démarrer dès cette année pour réaménager cette vaste propriété comprenant un bâtiment principal, trois logements de fonction et des garages. « Nous allons transformer le bâtiment principal en huit logements sociaux. Il restera encore à réaménager les anciens logements de fonction, ce qui sera fait plus tard, sur un prochain programme d’ancrage communal ».

    La R.V.H. devra aussi se pencher sur la revalorisation du vaste terrain qui se trouve sur la propriété. (Source La Meuse samedi 4 mars 2017)