Google Analytics Alternative

Nature

  • Les photos du jour – Jardin en Vallée du Geer. La fleur de la fève « Aguadulce » : un vrai régal pour les yeux !

    Au-delà des fleurs exploitées en tant que telles pour leur beauté, très souvent celles des légumineuses ne manquent pas d’intérêt. C’est le cas de la plante « Aguadulce » qui produit des fèves. En ce printemps ensoleillé, c’est dans la petite serre d’un jardin de Glons qu’une Aguadulce offre ses fleurs en spectacle. Un vrai régal pour les yeux…

    fève aguadulce 2.jpg

    fève aguadulce 3.jpg

    fleurs fève aquadulce,fève aquadulce,fleurs fève aquadulce

  • Vive le printemps en Vallée du Geer ! Les photos et la vidéo du jour…

    La vidéo est signée Jean-Philippe Boulle et les photos du jour sont de votre blogueur. 

    Un paysage dans la campagne glontoise, toujours à Glons une grive musicienne dans un jardin, et enfin la vidéo d’un pic épeiche dans le site du petit Lourdes à Bassenge.

    paysage de glons avril 2018 Regor Photography.2jpg.jpg

    grive musicienne glons photo roger wauters.jpg

  • Boirs. Les bénévoles de Natagora débroussaillent un talus d’autoroute pour favoriser la floraison des orchidées !

    natagora autoroute boirs 2.jpgL’opération s’est effectuée avec l’accord de la SPW

    Samedi dernier, à Boirs, une équipe de bénévoles de Natagora était à pied d’œuvre sur un talus longeant l’autoroute d’Anvers (A gauche en montant vers Tongres). Mission du jour : débroussailler les jeunes pousses de bouleaux afin de permettre à la végétation de mieux se développer mais aussi, tout particulièrement, viser à faciliter la floraison des Orchidées ! En effet, le lieu est connu pour en abriter de nombreuses ! C’est avec l‘aide d’une section de scouts de Ste Walburge à Liège que cette opération s’est effectuée, comme à l’habitude, dans la bonne humeur et avec beaucoup d’entrain même si certains n’ont pas manqué de manifester certaines douleurs aux mollets à cause de la pente abrupte (Sic).

    natagora autoroute boirs 1.jpgIl est à noter, à souligner même, que si la SPW a donné son accord à Natagora, les talus d’autoroutes sont formellement interdits d’accès au public. Les bénévoles de Natagora, encadrés par des responsables de la section, ont suivi scrupuleusement les consignes formulées par la SPW (gilets fluo, périmètre de sécurité, etc… etc…)

    Un bel emblème pour la Vallée que ce tapis d’orchidées qui, au printemps, attendra les nombreux usagers de l’autoroute en signe de « Bienvenue en Vallée du Geer »

    Voici donc la réponse à un précédent article par lequel nous posions la question : « Mais qui sont donc ces bénévoles qui nettoient les abords de l’autoroute à Boirs ? »

  • En France. Adieu les cotons tiges en plastique ! Pour protéger la biodiversité des océans

    cotons tiges.jpgLes autorités françaises font retirer des magasins toute une série de produits contenant du plastique

    La France vient d’interdire les cotons tiges et les cosmétiques contenant des microbilles afin de préserver la biodiversité des océans. Ce sera le tour de la vaisselle en plastique en 2020.

    Mais pourquoi prendre de telles mesures ? Ces produits sont à l’origine d’une pollution marine importante. Rien que sur une année, nos cure-oreilles représentent 1,2 million de tonnes de détritus. Cette somme comptabilise uniquement ceux repris dans le circuit de collecte des déchets. Il faut donc y ajouter des dizaines de tonnes pour ceux qui terminent dans les océans ou échoués sur les plages.

    « Les cotons tiges font partie des déchets les plus présents dans les milieux aquatiques », affirme la porte-parole de l’association Surfrider Foundation Europe au Parisien. « Beaucoup de gens jettent les cotons tiges dans la cuvette des toilettes plutôt que dans la poubelle de la salle de bains. En 2015, nous en avons ainsi retrouvé pas moins de 16.226 dans les rivières européennes. Mis bout à bout, cela équivaut à trois tours Eiffel et demie. »

    L’article complet à lire ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-01-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-01-09,BASSE-MEUSE,1|16

  • Glons - Octobre 2017. Pour la seconde fois en un an, les pissenlits arborent leurs aigrettes…

    12 octobre 2017. Une prairie sur les hauteurs de Glons. Elle est située à l’ouest du village. Et puis là, comme au printemps, singulièrement alors que l’automne est arrivé, quantité de pissenlits offrent au vent leurs aigrettes afin qu’il se charge de disséminer les graines. Un temps particulièrement doux une bonne partie de l’année serait-il à l’origine du phénomène ? Auquel cas, l’espoir manifesté par les pissenlits de voir leurs graines à nouveau germer augurerait-il d’un hiver particulièrement clément ?

    Ce faisant, autant se rallier à l’optimisme manifesté par les pissenlits. Non ?

    Regor

    pissenblits glons 2.jpg

    intelligence des fleurs.jpegAu fait. Pour les amateurs, un livre à lire absolument :

    « L'intelligence des fleurs par Maurice Maeterlinck »   

    L'intelligence des fleurs

    Éditeur : G. CRÈS (30/11/-1)

    Résumé :

    Il s'agit d'un livre exceptionnel qui nous développe la vie secrète des plantes et plus particulièrement des fleurs et qui nous révèle les preuves de l'intelligence des fleurs.

    Ces preuves sont innombrables, continuelles, surtout parmi les fleurs, où se concentre l'effort de la vie végétale vers la lumière et l'esprit. S'il se rencontre des plantes et des fleurs maladroites ou malchanceuses, il n'en est point qui soient entièrement dénuées de sagesse et d'ingéniosité.

    Toutes s'évertuent à l'accomplissement de leur œuvre toutes ont la magnifique ambition d'envahir et de conquérir la surface du globe en y multipliant à l'infini la forme d'existence qu'elles représentent.

    Pour atteindre ce but, elles ont, à la raison de la loi qui les enchaîne au sol, à vaincre à la multiplication des animaux. Aussi, la plupart ont-elles recours à des ruses, à des combinaisons, à une machinerie, à des pièges, qui, sous le rapport de la mécanique, de la balistique, de l'aviation, de l'observation des insectes, par exemple, précédèrent souvent les inventions des connaissances de l'Homme.

    Dans ce livre, Maurice Maeterlinck nous livre un véritable hymne à la Nature et tente de replacer l'homme à sa juste place, en toute humilité, au sein de la Création immortelle...

  • Eben-Emael, gestion de la réserve d’Heyoule par les bénévoles de Natagora. Un reportage vidéo !

    Comme si vous y étiez… Le 02 septembre 2017 dernier, les bénévoles de Natagora étaient à pied d’œuvre pour procéder à des travaux de gestion à la réserve NATAGORA d'Heyoule à Eben-Emael. Faucher les herbes et évacuer la tonte permettront d’obtenir de belles pelouses fleuries !

    Un reportage de Jean Marie Spapen

  • Le plantain ce méconnu…

    Alors que l’on essaye par tous les moyens de s’en débarrasser, peut-être serait-il utile d’y accorder un peu d’attention et, par exemple, d’utiliser ses feuilles et ses fleurs fraîches, que l’on peut récolter 10 mois sur 12.

    Cependant, il vaut mieux cueillir le plantain lorsqu’il est en fleurs, au printemps et loin de toute source de pollution. Bien laver les feuilles. Pour les sécher, placez-les au soleil ou dans un four chaud.

    Il est depuis toujours le principal allié des randonneurs pour se débarrasser des moustiques. Comme il est de nature astringente, il absorbe les toxines. On peut l’écraser ou bien le mâcher et l’employer comme cataplasme sur une piqûre, une morsure, sur un bouton d’acné ou sur une coupure. Il faut laisser agir le plantain pendant 4 à 12 heures..

    Quelques exemples des services qu’il peut nous rendre :

    Salade : préférez les jeunes feuilles que vous ajouterez à votre salade habituelle. C’est légèrement amer, avec un léger parfum de champignon.

    Légume : cuisez les feuilles et utilisez-les en soupe (comme pour les orties).

    Infusion : laissez infuser pendant 10 minutes, 1,5 g de feuilles/fleurs pour 1 litre d’eau frémissante (entre 2 à 4 tasses par jour). Très efficace pour la toux, les rhumes et la constipation.

    Décoction : utilisez-les en gargarisme ou en lotion. 10 à 20 g de plantes entières (feuilles, fleurs et même les racines) dans 1 litre d’eau, laissez bouillir le mélange 10 minutes. Buvez-en une tasse à chaque repas.

    Macération : indiqué pour les problèmes digestifs ou urinaires. Mettez 30 à 60 g dans 1 litre d’eau. Faites bouillir 3 minutes et faites macérer une nuit entière. Buvez cette macération pendant la journée

    Collyre : utilisez la décoction, et vous pouvez éventuellement ajouter du mélilot et/ou du bleuet.

    Friction : frottez et massez la peau avec des feuilles fraîches. Attendez quelques heures avant de rincer à l’eau claire.

    Compresses et cataplasmes : mettez des feuilles fraîches sur les blessures, les varices et les rhumatismes.

    Gélules : 2 gélules 3 fois par jour (buvez beaucoup d’eau).

    Sirop : 2 cuillères à soupe si vous avez une toux sèche ou grasse.

    Pour faire votre sirop c’est très simple. Séchez les feuilles préalablement lavées avec un linge propre. Écrasez-lez avec du miel à quantité égale afin d’en extraire les sucs. Laisser cuire pendant 20mn à feu très doux. Vous pouvez le conserver au réfrigérateur. On recommande ce sirop pour soulager les infections respiratoires et la grippe. Cependant, si les problèmes persistent, consultez votre médecin.

    Le plantain est l’un des médicaments naturels les plus utiles de la planète voir également l'article scientifique complet

    http://www.espritsciencemetaphysiques.com/plantain-plante-jardins.html

  • Ce samedi, gestion dans réserve naturelle Natagora de « Derrière Lavaux » à Bassenge

    Communiqué d’Alexandre Bernier de Natagora

    Envie de prendre l'air dans une ambiance au parfum de Reine-des-prés ? De donner un coup main au ramassage du foin avant la floraison des Colchiques d’Automne ? Alors rendez-vous ce samedi 12 août pour notre traditionnelle (demi)-journée de gestion à la « Réserve naturelle de Derrière Lavaux » à Bassenge.

    Le rendez-vous est fixé à 9h00 devant la gare des autobus du T.E.C. à Bassenge (rue Grand-Route à Wonck) ou bien directement à l'entrée de la réserve naturelle pour les habitués.

    Vous n'aurez besoin de prendre que de votre pique-nique, avec la possibilité de cuisson sur feu de bois (barbecue en fonction de la météo).

    A samedi, Alexandre.

    BERNIER Alexandre

    Rue de Mons 30 à 4607 Bombaye (BELGIQUE)

    Tél. +(32) 04 376.64.44

    GSM +(32) 0476/892.865

    bernier.alexandre@gmail.com

  • 79 moutons bassengeois en ribote à Liège

    Les moutons de la Montagne Saint Pierre issus de l’élevage de Rosa Canina de Glons vont jouer les tondeuses à gazon écologiques sur les Coteaux de la Citadelle à Liège. Et ce sont quelque 79 moutons qui, samedi matin, ont fait leur transhumance depuis la place Saint-Lambert jusqu’à la ferme Fabry, à Sainte-Walburge, où ils vont pâturer sur les quelque 13 hectares de terrain jusqu’à la fin de la belle saison. Quelque 250 personnes ont suivi avec intérêt cette manifestation originale.

    http://basse-meuse.lameuse.be/96539/article/2017-06-24/70-moutons-en-vedette-dans-le-centre-de-liege-video

  • Photo du jour. Boirs est lavande…

    Si chaque année le mois d’août voit s’organiser les fameuses festivités de « Boirs est barjot », dès le mois de juin le village est aussi «  Boirs est lavande »… Photo prise ce dimanche 18 juin 2017 sur le dessus de Boirs au lieu-dit « L’arbre au gibet ».

    L'article qui y était consacré dans La Meuse l'année dernière :

    lavande boirs.jpg

  • Plus de 28.000 plantes ont des propriétés médicinales

    Plus de 28.000 espèces de plantes sont actuellement répertoriées comme ayant un usage médical, révèle un rapport publié jeudi par le centre de recherche botanique des Kew Gardens de Londres.

    Au total, le rapport, qui a pour ambition de dresser un état des lieux des plantes dans le monde et dont c’est la deuxième édition, recense 28.187 plantes aux propriétés médicinales, un chiffre en progression de 59% par rapport à 2016 et «probablement très prudent».

    Parmi les nouvelles variétés découvertes figurent neuf espèces d’une plante grimpante appelé Mucuna, utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson. «Ce rapport souligne l’énorme potentiel des plantes dans des domaines comme le diabète et le paludisme», a expliqué à l’AFP Monique Simmonds, directrice scientifique adjointe des Kew Gardens.

    L’artémisinine et la quinine, deux substances issues des plantes, «sont parmi les armes les plus importantes dans notre arsenal pour lutter contre la malaria, dont 214 millions de cas et 400.000 décès ont été recensés en 2015», rappelle le rapport. Malgré leur potentiel, moins de 16% des espèces utilisées dans des remèdes sont citées dans des publications médicales, note le rapport.

    Au total, 128 scientifiques de 12 pays différents ont travaillé à l’élaboration de cette publication, qui souligne la découverte de 1.730 nouvelles espèces par rapport à l’année dernière. Parmi elles figurent cinq nouvelles espèces de manihot, une variante du manioc, découvertes au Brésil et qui «ont le potentiel d’augmenter les récoltes de manioc en les diversifiant», constituant ainsi «une nourriture du futur».

    Le rapport a aussi suivi la destruction de plantes en analysant des images satellites. Les chercheurs ont ainsi découvert qu’au cours des 16 dernières années, «une moyenne de 340 millions d’hectares de la planète brûlent chaque année», soit grosso modo «la taille de l’Inde», a précisé à l’AFP le docteur Sarah Wyse, qui a contribué au rapport. Mais si ce chiffre semble alarmant, Mme Wyse a souligné que certaines plantes ont besoin de ces incendies «pour se régénérer». «Ces feux ne sont pas en soi une mauvaise chose pour de nombreux écosystèmes, parce que la plupart des plantes s’adaptent au feu», a-t-elle dit.

    Le rapport a également calculé que «le coût potentiel pour l’agriculture mondiale si la propagation de parasites invasifs et pathogènes n’est pas stoppée» est de «540 milliards de dollars (492 milliards d’euros) par an». Il souligne la nécessité de «mesures de biosécurité plus strictes», notamment pour le commerce des plantes vivantes. La mondialisation du commerce et les voyages internationaux facilitent, par exemple, la dissémination des criquets et autres chenilles légionnaires, particulièrement destructrices pour le maïs. Le domaine des Kew Gardens, installé à l’ouest de Londres, abrite l’une des plus importantes collections de plantes de la planète dans ses serres et ses magnifiques jardins. C’est également un centre de recherche botanique mondialement connu qui veut faire de son «State of the World’s Plants» un outil de référence. (Source Le sillon belge et Belga)

  • La Nature en fête ces 20 et 21 mai. Activités autour des 25 ans de Natura 2000 et du programme LIFE

    Notre nature Européenne est en fête. Natura 2000 et les projets LIFE célèbrent leurs 25ème anniversaire ce 21 mai 2017. Pour mettre cet événement en lumière, des dizaines activités nature sont organisées à travers toute la Belgique

    En 1992, la Directive "Habitat" est adoptée. Elle vient complémenter la Directive "Oiseaux" en vigueur dans l'Union européenne depuis 1979. Ensemble, elles définissent les fondements du réseau Natura 2000, un vaste réseau international de sites protégés. Les deux directives comprennent une liste d'espèces et d'habitats d'intérêt communautaire à préserver au niveau européen. Chaque Etat Membre est responsable du maintien des habitats et espèces dans un bon état de conservation. En Wallonie, les 240 sites du réseau Natura 2000 couvrent une surface de 221 000 ha (13% du territoire).

    Un fond pour les actions en faveur de la nature, de l'environnement et du climat

    Depuis 1992 également, le programme LIFE (L'Instrument Financier Européen) soutien les projets de conservation de la nature au sein de l'Union européenne. Grâce à ce fond, de nombreux projets ont pu contribuer à la restauration d'habitats naturels menacés et à la conservation d'espèces protégées en Belgique, dont plusieurs coordonnés par Natagora. Initié en 2015, le projet Belgium Nature Integrated Project (BNIP) rassemble les principaux acteurs de la conservation de la nature en Belgique. Son objectif est de développer un cadre opérationnel, d’apporter une expertise et de soutenir les projets Natura 2000 sur le terrain.

    Nature en fête

    Pour célébrer l'anniversaire de ces piliers de la protection de la nature européenne, les nombreux partenaires du LIFE Intégré (BNIP) proposent un large panel d'activités gratuites. De la randonnée en zone humide à la visite d'un écoduc, en passant par la gestion de réserves naturelles, elles permettent au grand public de découvrir de façon ludique et festive le réseau Natura 2000 et ses implications dans nos régions.

    Le programme des activités proposées le week-end des 20 et 21 mai 2017 est disponible sur www.nature-en-fete.be

    Le programme complet à découvrir ici :

    Nature en Fete 18 mai au 4_juin_2017.pdf

  • Le magazine NEST de ce mois d’avril consacre un dossier de 6 pages à Ali Aghroum de Wonck, passionné de nature

    ali chouettes chevêches.jpgC’est en effet sous l’intitulé « Un paradis pour les hirondelles » que la journaliste Isabelle Masson-Loodts consacre un dossier complet à Ali Aghroum, figure bien connue en Vallée du Geer, dans le magazine NEST de ce mois d’avril (Le Vif – L’express). Elle y aborde, d’abord, l’intérêt porté par Ali pour les hirondelles puis, elle retrace l’histoire de ce garçon venu de Bruxelles qui a choisi de poser ses pénates en Vallée du Geer et, ensuite, développe comment il est passé de la réflexion à l’action. Le dossier se clôture sur la tour en bois qu’il a réalisée et placée en sa propriété afin de sensibiliser les promeneurs et les passants à la cause de la nature et dont le symbolisme s’ancre dans la notion de « Pari tourné vers l‘avenir.»

    Un article de 6 pages, couleurs sur papier glacé, illustré de splendides photos de Frédéric Pauwels.

    ali abeilles.pngPrésentation du n° d’avril du magazine Nest

    « Avec le soleil qui fait déjà plus que pointer le bout de son nez, nous aspirons tous à profiter du grand air. Dans ce numéro d'avril, vous ne serez pas en reste!

    Nous vous proposons une escapade en Irlande pour y admirer des paysages à couper le souffle et savourer une cuisine traditionnelle agréablement revisitée. Pour les adeptes de jardin, nous avons concocté un dossier mobilier & accessoires pour en profiter en toute saison. Pour ceux qui aiment plonger leurs mains dans la terre, nous vous invitons à découvrir le potager de Marc, qui cultive ses légumes sous cloches. Enfin, le printemps, c'est aussi le retour des hirondelles. Justement, dans la vallée du Geer, Ali Aghroum a décidé de participer activement à la préservation de cet oiseau emblématique. »

    ali aghroum,magazine nest,magazine nest ali aghroum,hirondelles aliPour faire la connaissance de la journaliste Isabelle Massons-Loodts, un article à découvrir ici :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2014/12/13/journaliste-a-la-rtbf-madame-nature-en-visite-a-glons-adopte-133300.html

    Source :

    http://weekend.levif.be/lifestyle/nest/maison/votre-nest-d-avril-vous-attend-des-ce-vendredi/article-normal-638171.html

  • Spectaculaire ! A l’approche d’un danger, cette plante a le pouvoir extraordinaire de recroqueviller ses feuilles… Nous avons découvert le Mimosa Pudica près de la Vallée du Geer – VIDEO -

    Mimosa Pudica.gifLe mimosa pudique (Mimosa pudica) est une plante rampante de 10 à 40 cm de haut (pouvant atteindre dans la nature un peu plus d'un mètre), appartenant à la famille des Fabaceae (et anciennement aux Mimosaceae), originaire d'Amérique tropicale et largement naturalisée à travers le monde.

    Thigmonastie

    Les feuilles alternes ont la particularité de se replier au moindre choc (le vent, la pluie, le toucher...), ce qui en jargon botanique est appelé thigmonastie. Il s'agit de l'un des mouvements les plus spectaculaires du règne végétal, dû à de petits renflements à la base des feuilles et des folioles. Ces renflements, appelés pulvinus, sont composés de cellules « motrices » spécialisées et sont gonflés d'eau. Au moindre attouchement, cette eau est évacuée dans les tissus avoisinants. La rétraction des feuilles touchées commence dans le 10e de seconde après le contact, et se déroule en deux temps selon l'importance du contact. Tout d'abord, les folioles touchés se replient et "disparaissent à la vue" en environ 3 à 4 secondes. Un choc plus fort induit le repli des feuilles voisines, et s'il est plus fort encore le mouvement de repli atteint toutes les feuilles d'un même côté puis est suivi du repli des feuilles du côté opposé de la plante. Il y a donc deux transmissions distinctes : la première rétractation des folioles qui se propage à environ 2 mètres par minute, et dans un deuxième temps la rétractation des feuilles, quatre fois plus lente, atteignant toute la plante. Le tout est en trois mouvements : les folioles, les feuilles, puis toute la plante.

    Une fois le calme revenu, les feuilles reprennent leur port.

    Ce mouvement est réalisé même lors de longues sécheresses. Des hypothèses plausibles sont émises quant à la raison de ce camouflage : protection contre les intempéries et contre les prédateurs herbivores (un rameau sans feuilles, voire replié sur lui-même, serait moins appétissant). Reste à savoir pourquoi cette stratégie n'est pas employée par d'autres plantes si elle est aussi efficace qu'il y paraît.

    Nous avons découvert le Mimosa pudica, en Hollande, dans une jardinerie proche de la Vallée du Geer.

    Regor

  • Vallée du Geer – Invitation. S’investir pour la nature

    natagora, gestion natagora, natagora vallée du GeerCet article est paru dans La Meuse ce lundi 6 février 2017

    « Envie de vous investir pour préserver et valoriser le patrimoine naturel de la Vallée du Geer? Envie de dépenser un peu de temps libre pour une bonne cause? La commission de gestion des réserves naturelles de la Basse Vallée du Geer vous propose de la rejoindre.

    « Une bonne dizaine de réserves naturelles à notre actif, plus d'une dizaine de journées de gestion par an. Sans compter les balades et autres activités. Des réunions permettant l'échange d'idées sur l'avenir de la nature dans la vallée du Geer », dit-elle dans un communiqué publié sur notre blog de Bassenge. Infos sur bassenge.blogs.sudinfo.be » (Source La Meuse lundi 6 février 2017)