Google Analytics Alternative

Initiatives citoyennes

  • Regor de Bassenge Sudinfo : « Dimanche, j’étais en train de filmer les « Volon-Terres » qui ramassaient les déchets dans un sentier pédestre, quand tout à coup ! » (Vidéo)

    La vidéo (courte) parle d’elle-même…

  • Vallée du Geer – Propreté. Les bénévoles « Volon-terres » étaient encore à l’œuvre ce dimanche. Les déchets de plus en plus surprenants (vidéo)

    volon-terres septembre 2017 2.jpgPour la 10ème fois, si nos calculs sont justes, les « Volon-terres » étaient encore à pied d’œuvre ce dimanche pour passer au peigne fin les abords des routes et des chemins de la belle Vallée du Geer afin d’en extraire les déchets divers qui les jonchent. Cette fois, c’est à Bassenge qu’ils opéraient. Le groupe s’étoffe et ils étaient une petite quinzaine de personnes à œuvrer ce dimanche. Au sein du groupe, la présence de Rudi VanHerck de Natagora, venu leur prêter main forte pour manifester sa solidarité, a été évidemment fort appréciée.

    Voici ce que nous dit Séverine, une membre des « Volon-terres » :

    volon-terres septembre 2017,volon-terres de la vallée du geer septembre 2017,volon-terres bassenge 2017« C'est encore la saison des moissons! Les Volon-Terres se sont réunis ce dimanche à Bassenge pour la récolte dominicale. L'équipe s'agrandit et nous sommes heureux d'avoir accueilli hier le plus jeune membre, le charmant Tom (6 mois- il faut commencer jeune!) accompagné de ses 2 grandes soeurs et papa/maman. Nous avons eu également l'agréable surprise de pouvoir compter sur le soutien actif de Natagora, en la personne de Rudi Vanherck, coordinateur général, pince et sac en main.

    Là où Roclenge semble sponsorisée par CaraPils et Jupiler, Bassenge - et notamment le site du Petit Lourdes - est apparemment parrainé par le genièvre Petermann, en alternance avec la Vodka Erikstoff.

    Les Volon-Terres qui se sont occupés de ce terrain, ont eu la grande surprise, en remontant un bout de chemin nettoyé 10 minutes avant, d'y trouver de nouvelles crasses, certainement larguées là par les occupants des voitures/motos/vélos qui venaient de passer. Que dire !

    Les photos parlent d’elles-mêmes, la récolte fut abondante! Quand on pense que les mêmes endroits avaient été nettoyés 6 semaines avant!!

    Les cartons de l'arrêt de bus Rue Nouwen - signalés il y a plus d'une semaine à la commune - n'ont toujours pas été ramassés. Nous y avons rajouté un sac devenant trop lourd pour le ramener à notre point de départ.

    Mais nous ne nous découragerons pas!! Venez nous rejoindre ce dimanche, 10h00-midi. Le lieu de rencontre sera publié rapidement. Merci à tous pour votre soutien, moral ou autre, et à très bientôt!! »

    Voilà qui est dit.

    volon-terres septembre 2017,volon-terres de la vallée du geer septembre 2017,volon-terres bassenge 2017Sur le coup de midi, le jeune Conseiller communal Christopher Sortino (PS) est venu leur rendre une petite visite, histoire de manifester son soutien mais aussi de les écouter et de deviser avec eux afin de dégager des pistes de travail en profondeur. On aura certainement l’occasion d’y revenir. Enfin, les gestionnaires du café « Le Canotier » (Salle La Passerelle) ont aimablement offert le verre de l’amitié au groupe qui, certes, l’avait bien mérité ! Le geste les a fort touchés, nous ont-ils dit.

    Des déchets de plus en plus surprenants : la vidéo !

  • Vallée du Geer – Nettoyage. Les « Volonterres » n’en démordent pas : ils passent les villages au peigne fin

    volonterres septembre 2017 3.jpgCela fait maintenant deux mois et demi qu’un groupe de bénévoles est fermement décidé à nettoyer la Vallée du Geer de tous les déchets qui jonchent les bords des routes. Ils étaient encore à pied d’œuvre ce dimanche matin entre Boirs et Roclenge suivant le programme qu’ils se sont fixés. En effet, un second cycle a été entamé la semaine dernière à Glons.

    Ils ont entrepris des contacts avec la commune (l’ensemble du Conseil communal), un rapport lui a été envoyé afin d’essayer de dégager des solutions. Nous devrions donc en savoir plus bientôt.

  • Boirs. Les Volon'terres étaient de nouveau au rendez-vous ce dimanche et avec le soleil...

    Retour pour le deuxième tour à Boirs où les bénévoles « Volon’terres » ont malheureusement eu à déplorer deux nouveaux dépôts de déchets divers.

    Mais ils ne se découragent pas pour autant... Rendez-vous dimanche prochain à Roclenge.

    Sur la photo, une partie de l’équipe qui grandit chaque semaine...

  • Bénévoles collecteurs de déchets. « Volonterre », l’action continue : ils étaient encore sur le pont ce dimanche à Roclenge

    collecte déchets dimanche 23 juillet 20172.jpgL'action continue... Après Glons et Boirs, ce week-end ils étaient à Roclenge. Belle surprise car​ le groupe de bénévoles collecteurs de déchets a accueilli de nouveaux participants... Merci à eux !

    Les prochains rendez-vous ont été fixés à dimanche prochain à Bassenge, 10h00 devant le fleuriste et le dimanche 6/8 à Wonck au Moulin Deborre rue des Platanes à 10h00.

    Sur la photo ci-dessous, une toute petite partie de l’équipe – composée de 10 participants - et le « butin » du jour.

    collecte déchets dimanche 23 juillet 20174.jpg

    collecte déchets dimanche 23 juillet 20173.jpg

  • Vallée du Geer-Bénévolat. Une nouvelle action de collecte des déchets a été entreprise dimanche dernier

    canettes boirs 2.jpgDimanche dernier, le groupe de bénévoles s’est à nouveau réuni pour « remettre ça » (Voir article précédent ICI). Après les rues de Glons lors d’une première action la semaine dernière, c’est à Boirs cette fois qu’ils sont entrés en action pour collecter les déchets abandonnés le long des routes. Et ce sont plusieurs centaines de canettes et flaconnages divers qui ont constitué l’important butin de l’avant-midi. Tout comme lors de la première action citoyenne bénévole, le groupe était composé d’une dizaine d’habitants provenant de différents villages de la Vallée du Geer, les personnes « références » étant : Ali Aghroum  pour Wonck, Michel Cajot et Muriel Bequet pour Glons, Mireille Embrechts pour Eben-Emael et Audrey Lahaye pour Bassenge. Si, globalement, les différents villages de la Vallée du Geer sont représentés, des « volonterre » de Boirs et Roclenge sont attendus.

    Enfin, au mois de septembre, des contacts seront pris avec la commune en vue d’établir un collecte déchets,collecte canettes,action citoyenne bassenge,collecte déchets bénévolatpartenariat.

    Si vous aussi, vous avez envie de retrousser vos manches et participer à une bonne action en partageant un bon moment de franche camaraderie, n’hésitez-pas à prendre contact avec Muriel ou Ali. Le prochain rendez-vous a été fixé dimanche prochain à 10h00 sur la Place Louis Piron à Roclenge. A midi, un petit verre de l’amitié vous y attendra.

    https://www.facebook.com/muriel.bequet.9

    https://www.facebook.com/ali.aghroum

  • Bassenge. L’asbl Bassenge On Move fait encore parler d’elle

    bassenge on move presse.jpgCette fois, c’est le magazine Proximag de ce 10 mai 2017 qui consacre un article à la jeune Asbl bassengeoise qui décidément n’arrête pas de se distinguer. Après avoir rappelé le nombre important de personnes qui gravitent autour de l’asbl, soit en tant que bénévoles (20) ou membres adhérents (400), la journaliste Irène Brône accorde en son article une large place aux explications données par Christopher Sortino et René Deckers, Président et Vice-président. Ceux-ci rappellent tout d’abord qu’au total c’est une dizaine d’activités que l’asbl BOM a mises en place. Puis, de les détailler avec, tout d’abord, l’école de la réussite (gratuit), ensuite la Jogging Academy, l’exposition de photographies « Clic and Shoot », le concours de la plus belle photo de Bassenge, l’initiation à la plongée sous-marine (gratuit), la soirée Loto Quine, le goûter-spectacle, les achats groupés d’énergies, le concours du plus beau jardin de Bassenge, différents soupers pour récolter des fonds pour des activités solidaires, et enfin des colis alimentaires destinés à la Croix-Rouge. L’article se conclut comme il avait commencé par cette phrase : « Bassenge On Move : ça bouge ! »

    Regor

    Pour contact : Christopher Sortino 0499.634214

    bassenge on move presse.jpg

  • Le magazine NEST de ce mois d’avril consacre un dossier de 6 pages à Ali Aghroum de Wonck, passionné de nature

    ali chouettes chevêches.jpgC’est en effet sous l’intitulé « Un paradis pour les hirondelles » que la journaliste Isabelle Masson-Loodts consacre un dossier complet à Ali Aghroum, figure bien connue en Vallée du Geer, dans le magazine NEST de ce mois d’avril (Le Vif – L’express). Elle y aborde, d’abord, l’intérêt porté par Ali pour les hirondelles puis, elle retrace l’histoire de ce garçon venu de Bruxelles qui a choisi de poser ses pénates en Vallée du Geer et, ensuite, développe comment il est passé de la réflexion à l’action. Le dossier se clôture sur la tour en bois qu’il a réalisée et placée en sa propriété afin de sensibiliser les promeneurs et les passants à la cause de la nature et dont le symbolisme s’ancre dans la notion de « Pari tourné vers l‘avenir.»

    Un article de 6 pages, couleurs sur papier glacé, illustré de splendides photos de Frédéric Pauwels.

    ali abeilles.pngPrésentation du n° d’avril du magazine Nest

    « Avec le soleil qui fait déjà plus que pointer le bout de son nez, nous aspirons tous à profiter du grand air. Dans ce numéro d'avril, vous ne serez pas en reste!

    Nous vous proposons une escapade en Irlande pour y admirer des paysages à couper le souffle et savourer une cuisine traditionnelle agréablement revisitée. Pour les adeptes de jardin, nous avons concocté un dossier mobilier & accessoires pour en profiter en toute saison. Pour ceux qui aiment plonger leurs mains dans la terre, nous vous invitons à découvrir le potager de Marc, qui cultive ses légumes sous cloches. Enfin, le printemps, c'est aussi le retour des hirondelles. Justement, dans la vallée du Geer, Ali Aghroum a décidé de participer activement à la préservation de cet oiseau emblématique. »

    ali aghroum,magazine nest,magazine nest ali aghroum,hirondelles aliPour faire la connaissance de la journaliste Isabelle Massons-Loodts, un article à découvrir ici :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2014/12/13/journaliste-a-la-rtbf-madame-nature-en-visite-a-glons-adopte-133300.html

    Source :

    http://weekend.levif.be/lifestyle/nest/maison/votre-nest-d-avril-vous-attend-des-ce-vendredi/article-normal-638171.html

  • Pour l’asbl Bassenge On Move, 2017 commence en force !

    L’asbl Bassenge On Move se donne pour objectif de proposer chaque année des initiatives qui contribuent au dynamisme de notre commune. Revenons sur quelques moments forts de ce début d’année et profitons-en pour rappeler le grand loto quine qui aura lieu le 9 avril prochain !

    bassenge on move 2017.jpg

    lotto quine bassenge on move.jpg

  • Innovation. Rentabilisez vos déplacements en livrant des colis !

    Les particuliers gagneront des points carburant

    Envie de rentabiliser vos trajets en voiture ? Deux Liégeois lancent Hytchers, une application qui permettra à des particuliers de livrer des colis en se faisant rembourser une partie de leurs frais de carburant. Elle sera mise en service fin janvier sur la ligne Liège-Bruxelles-Anvers. 

    Antoine Dessart, un Verviétois de 25 ans, et Jonas Douin, un Visétois de 24 ans, tous deux ingénieurs civils, se sont rencontrés sur les bancs du master en entrepreneuriat de HEC Liège. C’est là qu’ils ont commencé à mettre au point leur projet de livraison collaborative de produits. Baptisée Hytchers, la start-up liégeoise s’appuie sur une application actuellement en phase de test. Le principe ? « L’idée est de transposer le modèle Blablacar (une plateforme de covoiturage entre particuliers NDLR) au transport de colis, explique Antoine Dessart. Nous avons créé une appli qui permet aux automobilistes de voir si, sur le trajet qu’ils doivent emprunter, il y a un colis à livrer sur leur route. »

    Le but est en effet d’éviter tout détour important, tant pour la prise en charge que pour la livraison du paquet. D’où le partenariat qui a été noué avec Total et son réseau de stations-service. « L’idée est née en 2014, se souvient M. Dessart. Après mes études d’ingénieur, j’étais parti en stop à Istanbul. Et je me suis aperçu en chemin que j’avais oublié ma lampe de poche. Je me suis alors dit qu’il devrait être possible de me la faire suivre, en stop également. Et quand on fait du stop, on sait que le meilleur point de contact, c’est la station-service. »

    Hytchers vise aujourd’hui principalement les expéditeurs professionnels, actifs notamment dans l’e-commerce. À eux de faire parvenir les colis qu’ils doivent envoyer vers une des stations-service du réseau. Les utilisateurs de l’appli font ensuite le reste en les délivrant dans la station-service la plus proche du domicile du destinataire.

    Une formule qui, comme ça a été le cas pour Uber et les chauffeurs de taxi, pourrait créer des tensions avec les professionnels du transport de colis ? « Nous avons pris nos précautions pour que ça n’arrive pas, intervient Antoine Dessart. Chez nous, les transporteurs seront ainsi rémunérés en points carburant, en fonction du nombre de colis transportés et du nombre de kilomètres parcourus. Ça ne permet donc pas d’en faire une activité lucrative, juste de rembourser son carburant. L’idée n’est pas en effet d’inciter des automobilistes à prendre leur voiture un dimanche pour livrer un colis, on veut juste faire la liaison entre l’entreprise et le particulier, mais avec un transport écologique. »

    Le système devrait être pleinement opérationnel et ouvert au grand public dès la fin janvier, entre Liège, Bruxelles et Anvers. Mais les deux Liégeois recherchent encore quelques personnes pour tester l’application d’ici là. Inscriptions sur www.hytchers.com. (Source La Meuse jeudi 8 décembre 2016)

    Et la page Facebook :

    https://www.facebook.com/hytchers/

  • Commune de Bassenge. Eclairage Public : invitation à une action citoyenne.

    poteau électrique.jpgCommuniqué de la commune de Bassenge. RESA, le gestionnaire du réseau d’éclairage viendra pour l’entretien trimestriel chez nous à Bassenge du 28/11/2016 au 2/12/2016. Afin d’assurer le service maximal et ainsi garantir notre service nous sollicitons votre collaboration. Nous vous demandons de nous communiquer par toutes les voies possibles le n° du poteau défectueux ainsi que le nom de la rue avant le 25/11 à 12h00 au plus tard.

    Ce n° se trouve sur la face avant, (donc côté rue), du poteau.

    En vous remerciant d’avance pour votre participation,

    le Collège communal de Bassenge .

    poteau électrique.2jpg.jpgRue Royale n°4, 4690 Bassenge

    Tél: 04/286.91.40 Site : bassenge.be

  • A proximité. Geer – Innovation. La laisse qui s’accroche au poignet arrive chez nous

    La toiletteuse Sabrina Cabay en propose depuis septembre.

    Lishinu, invention slovène, est une laisse pour chien qui permet au maître de se balader (ou courir) les mains libres. Elle s’accroche effectivement au poignet et il suffit d’un mouvement de bras pour retenir l’animal. Aux Ptits Canins, salon de toilettage à Ligney (Geer), Sabrina Cabay a commandé six exemplaires et se dit convaincue par le concept. 

    « J’ai découvert cette laisse originale par hasard, en surfant sur YouTube à la recherche de vidéos sur les chiens. J’ai trouvé ça génial et j’ai pris contact avec le fournisseur slovène pour savoir si je pouvais en commander à petite échelle, histoire de tester le produit », rapporte Sabrina Cabay, toiletteuse du salon Aux Ptits Canins, ouvert en janvier dernier.

    La Geeroise de 36 ans a finalement pris six laisses, une par couleur. Elle les a reçues en septembre. « Je n’ai pas l’exclusivité du produit, mais à part La Goujonnière à Waremme, je ne connais aucun magasin qui en vend. Ici, c’est avant tout un salon de toilettage, mais je propose aussi quelques accessoires », précise-t-elle.

    Lishinu est la première laisse rétractable à bracelet, c’est-à-dire que vous pouvez promener votre chien en ayant les mains libres puisqu’elle s’attache à votre poignet. Cela s’adresse autant aux sportifs (qui courent avec leur chien par exemple) qu’aux jeunes parents avec poussette, aux adeptes du shopping ou du téléphone portable qui sont généralement gênés par une laisse avec enrouleur classique. « On m’a déjà demandé si on pouvait faire du vélo avec, mais je déconseille d’accrocher la laisse à la bicyclette même, car si le chien tire, vous partez avec. Mieux vaut porter la laisse sur soi », lance-t-elle avec un clin d’oeil. L’idée vient de Slovénie. Alors que le futur inventeur nouait un lacet défait lors d’une promenade avec son compagnon à quatre pattes, celui-ci a pris la fuite et n’a été retrouvé que quatre jours plus tard. Le maître a alors conçu un système de laisse qui empêcherait un tel incident de se reproduire.

    Avant toute chose, Sabrina Cabay a voulu tester le concept. « J’ai essayé avec différentes races de chien. Je craignais de faire voler les Shih Tzu, lance-t-elle en riant. Je dirais que la laisse convient très bien aux chiens à partir de 6 ou 7 kg jusque 30 kg, pas pour un Chihuahua par exemple car la traction est trop forte », conseille-t-elle.

    La laisse mesure 3 mètres et est dotée d’un système autobloquant (comme les ceintures de sécurité) : si le chien tire brusquement, l’extension de la laisse se bloque. Vous pouvez rediriger votre animal avec un mouvement du bras. Il y a aussi une poignée pour garder l’animal au pied, quand nécessaire. Et ceux qui préfèrent peuvent toujours tenir la laisse en main via le système de fermeture velcro. « Ce qui est bien, c’est qu’on peut aussi accrocher l’attache n’importe où facilement, à un pied de table ou de chaise en terrasse, par exemple », note-t-elle. (Source La Meuse jeudi 20 octobre 2016)

  • En toute discrétion, sans tambour ni trompette, un couple de glontois ramasse les « crasses » aux bords des routes… Nous les avons rencontrés par hasard….

    collecte déchets bords des routes, actes citoyen, acte civique, michel et murille, collecte déchets bords des routes glonsCe samedi 26 mars 2016 en fin de journée, nous avons rencontré par hasard un couple de glontois qui, équipés de sacs poubelles et de pinces spéciales, étaient occupés à ramasser les canettes, déchets et autres récipients jetés sur le bord d’une route à Glons. Après les avoir observés à l’œuvre, nous nous sommes approchés d’eux pour entamer une petite conversation.

    Tandis que Muriel nous dit tout simplement : « C’est notre Bonne Action de la semaine… », Michel fait remarquer : «On trouve de tout ! Et partout ! Même des bouteilles d’alcool fort… Comme les canettes, elles ne sont même pas bues en entier… Il reste souvent de l’alcool dedans… ». Sur cette portion de route, nous avons déjà récolté de quoi, pratiquement, remplir deux sacs.

    Muriel et Michel ne manqueraient pour rien au monde les actions menées par la commune de Bassenge et ils participeront encore à celle qui sera mise en place au mois d’avril prochain. En attendant, de leur propre initiative, ils mènent de temps à autre leur propre action bénévole, comme ce fut le cas ce weekend de Pâques. Et, il le font naturellement, sans tambour ni trompette.

    Pour obtenir des sacs poubelles de grand volume, ils se rendent à la commune qui les leur fournit volontiers. Dès mardi, la collecte terminée, ils conduiront comme de coutume leur butin au parc à container.

    Voilà une attitude civique remarquable qui méritait d’être signalée.

    Chapeau !

    Et la photo du butin du weekend !

    collecte déchets bords des routes,actes citoyen,acte civique,michel et murille,collecte déchets bords des routes glons

  • Spectaculaire ! Lundi, une imposante caravane résidentielle a survolé les toits de Roclenge ! (photos + vidéo)

    caravane 12.pngC’était l’effervescence ce lundi matin 22 février 2016 sur l’avenue Hoffman de Roclenge dans le quartier situé côté gauche de l’église. But de l’opération : placer une imposante caravane résidentielle dans la cour d’une maison située à 35 mètres en la faisant survoler les toits. Possible ? Oui ! En faisant appel à la firme Havart de Micheroux et sa grue télescopique de 80 tonnes. Sans lésiner sur les moyens, c’est en effet ce qu’a osé faire cette roclengeoise pour accueillir sa maman et sa caravane résidentielle derrière chez elle.

    caravane 2.jpgTandis que, le matin, la résidentielle était chargée à Herstal et acheminée ensuite vers Roclenge par convoi exceptionnel, sur place, les préparatifs allaient bon train : 70 tonnes (deux camions) venaient compléter le poids de la grue télescopique pour arriver, excusez du peu, à un total de 150 tonnes. En effet, si la caravane devait enjamber les toits elle devait être placée à 35 mètres du lieu où officiait la grue : d’où cet apport de poids supplémentaire à la base.

    Il était 13h15 lorsque le camion – un convoi exceptionnel - transportant la résidentielle est arrivé sur place. Sitôt amarrée, la grue télescopique l’a fait survoler les toits et trouver sa place définitive dans la cour (au cm près). Du côté de la famille, des voisins et des amis, personne n’a voulu manquer le spectacle même si tous avaient le cœur serré.

    caravane 6.jpgUn défi, relevé avec brio et un spectacle rare dont beaucoup se souviendront…

    Cette opération d’envergure, s’il en est, qui a permis de placer une caravane résidentielle dans le village de Roclenge a été possible grâce à l’accord de la commune de Bassenge et son service des travaux qui a assuré la signalisation et ainsi sécurisé l’endroit durant les manœuvres.

    « Ce lundi 22 février 2016, une imposante caravane résidentielle a survolé les toits de Roclenge… » (D'autres photos dans l'album colonne ci-contre à droite ou en cliquant ICI )

    Regor

    La vidéo !

  • Elle remet au goût du jour les mouchoirs en tissu ! À 20 ans, la liégeoise Caroline Van Genechten vend « Caro »

    mouchoir.pngÂgée de 20 ans à peine, Caroline Van Genechten, étudiante en commerce extérieur, créé « Caro ». Il s’agit de mouchoirs en tissu 100 % en coton, tendances, fabriqués en Italie mais réalisés en Belgique. 

    Qui a dit que le mouchoir en tissu était moche et obsolète ? Depuis quelques mois, Caroline Van Genechten, originaire de Crisnée, remet ce bon vieux mouchoir au goût du jour grâce à « Caro ». « Il s’agit d’un mouchoir 100 % en coton au look sympa, original et coloré », explique Caroline Van Genechten, étudiante en commerce extérieur.

    Un défi lorsqu’on a que 20 ans. « Si je ne le fais pas maintenant, quelqu’un d’autre le fera à ma place. » En effet, le concept existe déjà au Canada.

    mouchoir 2.pngAvec cette invention, elle souhaite ainsi trouver une façon de redorer le blason des mouchoirs en tissu ternes et peu ragoûtants que tout le monde a vite fait de cacher dans sa poche après utilisation.

    « Avec des designers, qui m’ont aidée pour la création, je me suis rendue en Italie, dans une région près de Milan où j’y ai rencontré un fabricant de mouchoirs en tissu qui a décidé de collaborer avec moi. »

    Une production européenne qui tient à cœur à Caroline Van Genechten. « Je préfère créer de l’emploi en Europe. Et puis, je l’avoue, j’ai surtout eu un coup de cœur pour l’Italie. »

    C’est bien connu, Milan est célèbre pour être notamment la capitale de la mode ! D’ailleurs, à 20 ans, cette ambitieuse crisnéenne souhaite donner une seconde vie au mouchoir en tissu. « Ici, il y a moyen de l’utiliser comme pochette de costume ou comme ruban pour les cheveux ou encore à mettre autour du poignet. »

    Une façon subtile donc d’être, à tout moment, bien habillé avec une touche élégance. « J’ai vraiment voulu donner une image colorée et à la fois rétro de ma marque. Ici, le mouchoir en tissu devient réellement un objet de mode à part entière. C’est un accessoire de mode fashion. »

    BOUTIQUE EN LIGNE

    Mais en plus de se soucier du paraître de sa clientèle, Caroline Van Genechten souhaite surtout ainsi promouvoir l’écologie. « Il est important de faire attention à son empreinte écologique, à sa consommation de mouchoirs en papier, cause principale de la déforestation. »

    D’ailleurs, pour se procurer ce mouchoir « Caro », une boutique en ligne existe. « Ce projet me permet vraiment d’allier l’écologie et la mode, mes deux passions. »

    La commune de Crisnée voit naître de jeunes entrepreneurs ! Une fois sortie de ses études en juin 2016, Caroline Van Genechten sera déjà patron d’une société. « Cela fonctionne bien, depuis décembre 2015, date d’ouverture, près de 200 mouchoirs ont déjà été vendus. »

    Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site www.mycaro.be.