Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 9

  • Environnement – Déchets dans la nature. Voici les 24 communes wallonnes qui testeront la reprise des canettes contre une prime de 5 centimes

    Vingt-quatre communes ont été retenues pour participer à un projet-pilote de reprise des canettes, indique mardi le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, dans un communiqué. Le projet, qui sera lancé en septembre, vise les canettes abandonnées dans la nature. Chaque pièce rapportée donnera droit à une prime de 5 centimes à faire valoir dans des commerces locaux.

    Pendant deux ans, les citoyens et organisations des 24 communes participantes pourront ramener des canettes abandonnées dans l’espace public. Deux systèmes seront testés de manière alternative et progressive: une reprise automatisée à l’aide d’une machine spécifique et une reprise manuelle via le personnel communal. Après un an, les deux scénarios seront évalués et «des ajustements éventuels pour la suite du projet» pourront être décidés.

    Il est toutefois à noter que Bassenge ne figure pas parmi les 24 communes.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://www.sudinfo.be/id66351/article/2018-07-24/voici-les-24-communes-wallonnes-qui-testeront-la-reprise-des-canettes-contre-une

  • Ça se passe chez nous en Vallée du Geer. Après les concombres bio emballés dans du plastique, voici les oiseaux sans tête de… ?

    Dans un dépliant publicitaire reçu ce mardi dans notre boîte aux lettres, nous avons épinglé cette promotion : Oiseaux sans tête de bœuf !

    Certes, ils ont été décapités, mais voilà enfin des oiseaux « normaux » pour préparer de délicieux mets. On ne sait pas si les oiseaux aux têtes de bœufs vendus précédemment étaient des mutants qui évoluaient à proximité d’une centrale nucléaire belge (origine Belgique), mais au moins maintenant nous pouvons être sûr que les oiseaux mis sur le marché répondent aux normes de l’AFSCA.

    Si la tradition veut que les oiseaux soient présentés sans têtes dans les étals des supermarchés, on peut désormais être sûrs que ces « Oiseaux sont 100% oiseaux »et qu’ils sont garantis sans têtes de bœufs. Voilà de quoi rassurer les consommateurs.

    Une rubrique clin d’œil, bien entendu. Mais pas un clin d’œil de bœuf, non plus. Un des miens.

    Roger Wauters

  • Bassenge Environnement. Pas de permis pour les éoliennes de Bassenge

    La Basse-Meuse, et plus précisément Bassenge, accueillera-t-elle un jour des éoliennes sur son territoire ? Une chose est sûre : les demandes de permis se multiplient et jusque-là, nous ne voyons rien à l'horizon.

    La raison ? Les multiples recours qui sont systématiquement introduits lorsqu'un permis est enfin délivré. Les dernières éoliennes à en faire les frais, ce sont celles d'EDF Luminus. Le producteur d'énergie souhaitait implanter cinq éoliennes entre les villages de Wihogne et Glons, aux alentours de la route de Glons.

    Quatre devaient être érigées sur Juprelle et une sur Bassenge. Refusé en première instance, le permis unique avait finalement été délivré sur recours, en septembre dernier, par le ministre de l'Environnement. Mais un particulier et l'ASBL « Le Vent Tourne » ont introduit un recours en annulation au Conseil d'Etat.

    Ces derniers estiment que les éoliennes auraient un impact paysager, sonore et visuel pour les habitants des communes de Juprelle et Bassenge et l’environnement, mais surtout pourraient nuire à la sécurité du trafic aérien. Les éoliennes que EDF Luminus souhaite implanter se situent en effet à 12 km du radar de Liège.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/257624/article/2018-07-23/eoliennes-de-luminus-permis-annule

  • Un concombre emballé dans du plastique, c'est bio !

    Un article pertinent à découvrir sur le blog Trooz Sudinfo de mon collègue Charles Clessens.

    Ici :

    http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2018/07/23/un-concombre-emballe-dans-du-plastique-c-est-bio-259939.html

  • Une chaleur accablante jusqu’au 12 août !

    La chaleur accable la Belgique depuis plusieurs semaines. En fin de semaine, nous ferons même face à une période de canicule avec des températures qui dépasseront les 35 degrés par endroit. La pluie n’est toujours pas au programme et le mois d’août s’annonce toutnaussi chaud.

    Le dossier complet dans votre journal La Meuse de ce jour ou en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-07-23,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-07-23,BASSE-MEUSE,1|2

  • Protection animale. La Flandre interdit le gavage ; pas la Wallonie

    Il reste 9 producteurs de foie gras en Wallonie

    La Wallonie était pionnière concernant l’interdiction de l’élevage d’animaux à fourrure et la Flandre vient de lui emboîter le pas. Mais nos voisins du nord vont plus loin en y ajoutant l’interdiction de gavage. Une pratique qui est encore autorisée chez nous. 

    Le gouvernement flamand a adopté un projet de décret qui interdit d’ici à la fin 2023 l’élevage d’animaux à fourrure ainsi que le gavage, technique utilisée pour produire du foie gras. Les 17 fermes d’élevage de visons et l’unique producteur de foie gras installés en Flandre vont devoir cesser leurs activités, indique dimanche Ben Weyts, le ministre flamand du Bien-Être animal. L’association Gaia, qui « ne cache pas son bonheur », rappelle que le gavage est toujours légal en Wallonie.

    « L’élevage d’animaux pour la production de fourrure a été interdit ces dernières années en Région wallonne (2015) et dans la Région de Bruxelle Capitale (2017), mais il s’agissait à chaque fois d’une interdiction symbolique puisqu’aucune ferme d’élevage d’animaux à fourrure n’est établie ni en Wallonie ni à Bruxelles. La Flandre, elle, compte toujours 17 élevages d’animaux à fourrure, qui peuvent présenter des autorisations pour 325.000 animaux. Chaque année, plus de 200.000 animaux y sont encore tués », souligne Ben Weyts dans un communiqué.

    Le projet de décret interdit l’élevage d’animaux à fourrure lorsque ces animaux sont abattus uniquement pour leur fourrure. Le gavage, qui consiste à faire ingurgiter par la force un excès d’aliments, va également être banni. C’est déjà le cas à Bruxelles depuis l’an dernier mais pas en Wallonie, la Région du pays qui compte le plus de producteurs de foie gras. En Flandre, seul un producteur de foie gras est encore actif.

    À partir de 2023

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-07-23,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-07-23,BASSE-MEUSE,1|14

  • La sécheresse que nous connaissons est visible depuis l’espace

    Ce ne sont pas les quelques gouttes qui sont tombées hier et ce samedi (et encore, pas partout) qui changent quelque chose à la période de sécheresse que nous connaissons. Or, dans les prochains jours, il ne faut pas s’attendre à de la pluie. La sécheresse est même visible depuis l’espace, comme le montre notre photo.

    La semaine qui arrive ne va pas améliorer l’état des sols. Il va faire très chaud avec des maximas dépassant les 30 degrés. Au rythme où vont les choses, on s’approche très vite de l’année record de 1976.

    Les jardins sont secs, les champs sont jaunes et les prairies d’habitude si vertes sont complètement roussies. La sécheresse se voit même de l’espace. Le British Met Office, l’institut météorologique britannique, a diffusé deux images satellite qui montrent la sécheresse du sud de l’Angleterre et, par la même occasion, de la Belgique.

    Les prévisions pour dimanche et lundi montrent un temps calme et chaud mais les températures devraient encore rester sous les 30 degrés.

    De mardi à samedi, le soleil sera bien présent malgré quelques développements nuageux et le temps sera sec à une éventuelle ondée près, très localisée. Il fera surtout de plus en plus chaud: les maxima dépasseront les 30 degrés dans la plupart des régions, sauf à la côte. La nuit, les températures peineront d'ailleurs à descendre sous les 20 degrés.

    Il s’agira d’éviter les gros efforts au soleil, de bien s’hydrater et de veiller aux personnes les plus fragiles ; personnes âgées et jeunes enfants.

    La photo de la sécheresse visible de l’espace à découvrir en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/257228/article/2018-07-21/la-secheresse-que-nous-connaissons-est-visible-depuis-lespace

  • Sécheresse : attention aux chutes de branches!

    La sécheresse qu’on connaît depuis plusieurs semaines ne fragilise pas que les petites plantes. Certains arbres peuvent en souffrir et ainsi perdre leurs branches, met en garde Bruxelles Environnement. Mieux vaut donc, cet été, toujours jeter un œil vers le ciel et être « très prudent dans les parcs, sous la couronne des arbres, mais également en forêt et aux abords des alignements en voirie, notamment pour les zones de stationnement ».

    Ils transpirent trop

    Tant les arbres de ville que de forêt sont concernés. Les platanes, quant à eux, perdent également leur écorce.

    Exposés au soleil d’été, les arbres adultes de nos régions transpirent de l’ordre de 1.000 à 3.000 litres par jour. Cela permet à la sève brute de circuler jusqu’aux feuilles et de les refroidir pour éviter qu’elles ne grillent. Ce qui finit d’ailleurs par se produire si l’arbre ne peut plus s’hydrater pendant une période prolongée.

    Parfois, en cas d’ensoleillement intense, des branches tombent soudainement indépendamment de leur taille ou de l’état de santé de l’arbre.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/257216/article/2018-07-22/secheresse-attention-aux-chutes-de-branches?from_direct=true

  • Bonne Fête nationale belge à toutes et tous !

    Petit rappel historique…

    Le 4 octobre 1830, la Belgique acquiert son indépendance des Pays-Bas. Le Congrès national belge se charge alors de choisir un roi au pays émergent. Louis-Philippe Ier, qui vient d'être élu roi des Français, refuse pour ne pas créer d'incidents diplomatiques avec les Anglais (ceux-ci ont toujours vu dans la neutralité militaire du territoire belge l'une des conditions de leur sécurité). Le trône est ensuite proposé à Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha, respecté pour son glorieux passé militaire, notamment contre Napoléon Bonaparte. Le 26 juin, il devient officiellement le premier roi des Belges sous le nom de Léopold Ier. Son couronnement a lieu à Bruxelles, le 21 juillet 1831, date anniversaire de la fête nationale belge depuis.

    Un roi pour la Belgique

    La Belgique ayant arraché son indépendance au roi de Hollande en 1830, le prince Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha prête serment sur la Constitution le 21 juillet 1831, à Bruxelles, et devient le premier roi des Belges sous le nom de Léopold 1er. Sa descendance règne encore à Bruxelles en la personne du roi Philippe. L'anniversaire de cet événement est devenu fête nationale.

    ( Source mysticstaff.pythonanywhere.com)

  • A proximité. Rocourt: braquage à main armée cette nuit à la clinique St-Vincent

    Trois personnes encagoulées ont agressé un agent d’accueil pour être conduit au coffre-fort. Aucun blessé n’est à déplorer.

    Un braquage à main armée a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi entre 2h40 et 2h50 à la clinique St-Vincent de Rocourt. Trois personnes encagoulées et armées ont agressé un agent d’accueil afin d’être conduites au coffre-fort de la clinique.

    Après s’être assurée que les patients présents étaient en sécurité, la coordinatrice de nuit a rapidement alerté les forces de police, lesquelles sont arrivées dans le quart d’heure. Les malfaiteurs étaient déjà repartis sans que le coffre-fort ait été ouvert. Il n’y a eu aucun blessé. Nul patient ni accompagnant ne s’est retrouvé sous leur menace.

    Une prise en charge psychologique a été mise en place pour les membres du personnel confrontés au braquage, dont le CHC tient à saluer la réaction rapide et très professionnelle.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://www.sudinfo.be/id65833/article/2018-07-20/rocourt-braquage-main-armee-cette-nuit-la-clinique-st-vincent

  • Le gouvernement régional adopte définitivement le Code wallon du bien-être animal

    Le gouvernement wallon a adopté définitivement jeudi le Code du bien-être animal qui vise à assurer la protection et le bien-être des animaux, en tenant compte de leurs besoins physiologiques et éthologiques ainsi que de leurs rôles au sein de la société et de l’environnement.

    Comportant 12 chapitres et 109 articles, ce code, porté par le ministre régional Carlo Di Antonio (cdH), traite notamment de la détention des animaux, des pratiques interdites et des interventions autorisées sur ces derniers, de leur commerce, de leur transport et de leur introduction sur le territoire wallon, de leur mise à mort, des expériences pratiquées sur eux ainsi que du contrôle, de la recherche, de la constatation, de la poursuite, de la répression et des mesures de réparation des infractions en matière de bien-être animal.

    À la suite de l’entrée en vigueur de ce code, dont l’article premier stipule que l’animal est un être sensible, un permis sera désormais nécessaire pour détenir un animal. L’abandon, la négligence et la maltraitance seront interdits tout comme l’entrave de leur liberté de mouvements.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://www.sudinfo.be/id65737/article/2018-07-19/le-gouvernement-regional-adopte-definitivement-le-code-wallon-du-bien-etre

  • Glons. La zoothérapie ou comment soigner grâce aux animaux : un reportage de RTC Liège (Vidéo)

    Voici ce qu’on peut lire sur la page d’accueil du site de la télévision RTC : « A Glons, dans la commune de Bassenge, une ergothérapeute se lance dans la  pratique de la zoothérapie avec des animaux de compagnie et de la ferme. Cette nouvelle forme de thérapie utilise la proximité d'un animal. Chiens, chats, lapins, poules, sont mis à contribution à l'image de ce qui se pratique déjà au Québec, pour venir en aide à certains types de patients. »

    Le reportage

  • Bassenge – Elections communales. La liste socialiste est presque complète à Bassenge

    Le PS ambitionne de devenir incontournable. 12 des 16 candidats connus sont de nouveaux venus

    Alors que la tête de liste n’a été désignée que voici un mois, les choses n’ont pas traîné pour les socialistes bassengeois. Quatre semaines plus tard, ils dévoilent leur liste quasi complète. Ils sont les premiers à le faire dans leur commune.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-07-19,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-07-19,BASSE-MEUSE,1|8  

  • Encore une macabre découverte dans la campagne de Glons. Des restes d’animaux dépecés dans des sacs plastiques…

    Encore une bien macabre découverte qu’a faite une promeneuse hier, 17 juillet 2018, dans la campagne des hauteurs de Glons côté rive droite du Geer – on se souvient des cadavres de moutons retrouvés il y a quelques mois dans la campagne entre Glons et Boirs.

    Sur le bas côté d’un chemin menant à la Chavée de la Chapelle des pauvres, des sacs plastiques, entr’ouverts, laissaient apparaître des restes de cadavres d’animaux. A première vue, il s’agirait d’ovins, mais identifier les races s’avère difficile. En effet, on distingue une petite toison de couleur beige (jeune mouton ?) et des morceaux de pattes recouvertes de poils bruns foncés. L’état des sabots, en état de putréfaction avancé, ne permettent pas d’établir l’origine : chevreuil ou chèvre… ?

    Mouton ? Chèvre, chevreuil ? Les trois ?

    Il convient donc de se garder d’émettre quelque hypothèse comme ce fut le cas dans les réseaux sociaux où il était question de braconnage et où les commentaires abondaient…

    Seul indice : les sacs plastiques pour PMC sont frappés de la marque Fostplus et les recommandations d’usage sont rédigées en néerlandais.

    Roger Wauters

    cadavres animaux glons juillet 2018.jpg