Google Analytics Alternative

Bassenge - Page 3

  • Grippe aviaire : nouvelle contamination dans un élevage amateur à Bassenge ! Mesures à Bassenge, Oupeye, Visé et Riemst

    Communiqué de l'AFSCA

    Le virus hautement pathogène H5N8 de la grippe aviaire a une nouvelle fois été constaté dans 1 élevage amateur à Bassenge (Liège), portant le nombre de cas officiels à 13. Une zone tampon temporaire d’un rayon de 3 km a été délimitée autour du site, s’étalant sur 4 communes : Bassenge, Oupeye, Visé et Riemst (Limbourg).

    Willy Borsus, Ministre de l’Agriculture : « Le nombre de cas détectés s’élève aujourd’hui à 13, mais rappelons que pour l’instant, les éleveurs professionnels ne sont pas touchés. J’insiste une fois de plus pour demander la vigilance de tous. »

    Au sein de cette zone, les déplacements de volailles, autres oiseaux et œufs à couver sont interdits et chaque détenteur doit nourrir et abreuver ses volailles à l’intérieur. De plus, les détenteurs d’oiseaux et de volailles de cette zone doivent envoyer à leur bourgmestre, endéans les 48 heures, un inventaire qui reprend, par espèce, le nombre d’animaux présents. Cette zone sera maintenue au moins 3 semaines.

    L’AFSCA rappelle que les détenteurs professionnels de toute la Belgique et les amateurs dans des zones où les oiseaux sauvages sont nombreux sont obligés de nourrir et abreuver leurs volailles à l’intérieur en permanence. Ces zones sont consultables sur le site internet de l’Agence alimentaire (www.favv.be/santeanimale/grippeaviaire/zonesnaturelles/).

     

    L’AFSCA demande à chaque détenteur d’oiseaux d’être vigilant et de faire appel à un vétérinaire si ses volatiles sont malades ou meurent soudainement.

    Une mortalité anormale chez les oiseaux sauvages peut toujours être notifiée sur le numéro d’appel gratuit 0800/99777.

    Et concernant la consommation de viandes et d’œufs ?

    Nous pouvons tout à fait rassurer le consommateur : la viande et les œufs de volailles sont tout à fait sains et peuvent être consommés en tout sécurité.

    L’ensemble des mesures est consultable sur le site internet de l’AFSCA :

    - www.afsca.be/santeanimale/grippeaviaire/

    - Pour les amateurs : www.favv.be/santeanimale/grippeaviaire/detenteursamateurs.asp

  • Sous clé dans nos magasins, le Roundup est accessible en un clic sur Amazon ! En Wallonie, on peut l’acheter mais pas l’utiliser

    Le 1 er juin dernier, Carlo Di Antonio, le ministre wallon de l’Environnement, interdisait aux particuliers l’usage de tous les produits contenants du glyphosate. Pour l’instant, aucune mesure n’est prévue pour les professionnels. 

    Parmi ces produits, il y a le Roundup. Commercialisé depuis 1975, il s’agit d’un désherbant dont la substance active est le glyphosate. Il est produit par Monsanto, une société américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Jugé toxique et potentiellement cancérigène, le glyphosate n’a pas été retiré de la vente mais est interdit d’usage en Wallonie. Les magasins ont le droit d’en vendre mais sous certaines conditions. Actuellement, l’article n’est plus censé être en libre accès : les commerces doivent l’enlever des rayons et les placer dans une vitrine, sous clé. De plus, les vendeurs sont dans l’obligation d’avertir l’acheteur de la nocivité potentielle du produit et de fournir un feuillet explicatif sur la réglementation en vigueur.

    Malgré l’arrêté en vigueur, le produit est pourtant en vente libre sur Amazon, le géant du commerce électronique en ligne.

    L’article complet à lire ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-05,BASSE-MEUSE,1|15

  • Emploi – A proximité. Action débarque enfin à Herstal

    C’est une bonne nouvelle pour les aficionados de l’enseigne mais aussi pour les habitants du quartier de La Préalle. Et il était surprenant que jusqu’ici, une ville comme Herstal ne disposait pas encore de cette enseigne sur ton territoire.

    Dans quelques jours, ce sera chose faite puisque le discounter non-alimentaire Action va débarquer à La Préalle dès le 15 juillet prochain. Et pas n’importe où puisque c’est dans l’ancien magasin Aldi, fermé depuis début septembre 2016.

    Notons qu’à l’heure d’écrire ces lignes, Action est toujours à la recherche de vendeuses pour son nouveau magasin. L’offre d’emploi peut être consultée sur action.jobs/be-fr ou herstal-commerce.be

    L’article complet à découvrir sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-05,BASSE-MEUSE,1|10

  • Météo. L’été sera bien beau et plus chaud que la normale: c’est la bonne nouvelle de MeteoBelgique

    Le temps médiocre de début juillet est bientôt derrière nous, explique MeteoBelgique. Les tendances, pour les trois prochains mois de l’année, sont plutôt bonnes. Surtout entre le 15 juillet et le 15 août. Ainsi que pour septembre. 

    Comme prévu par MeteoBelgique, le mois de juin a été plus chaud que la normale et plus sec. Lors des douze derniers mois, il n’y a qu’un mois où il y a eu plus de pluies que d’habitude. C’était en novembre. Entre le 1 er juillet 2016 et le 30 juin 2017, le déficit de pluie en mètre carré à Uccle est de 304,9 litres. Il aurait dû pleuvoir pendant 200 jours. Nous en avons eu 52,5 de moins ! « Les derniers jours de pluie fin juin auront fait du bien aux nappes phréatiques, à nos jardins et surtout à nos cultures », pointe le météorologue Philippe Mievis. Qui réitère ce qu’il avait dit il y a un mois : « Même si la Belgique connaît actuellement un répit, la tendance chaude et, sans doute sèche, semble se confirmer pour les trois prochains mois ». La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-04,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-04,BASSE-MEUSE,1|18

  • Attention aux tiques ! Les tiques attaquent partout en Wallonie !

    Selon TiquesNet, les petites bêtes sont particulièrement abondantes dans près de 20 communes

    En cette période d’été, les tiques sont de retour. Les températures clémentes et l’humidité facilitent leur apparition. Grâce au site TiquesNet, nous pouvons identifier les endroits les plus touchés par les tiques. Un outil judicieux pour les vacanciers et les camps scouts… car il y a sûrement des tiques près de chez vous. 

    Qui dit camps dit nécessairement danger face aux morsures de tiques. En effet, le nombre de morsures demeure le plus important durant la période allant de mai à août. Selon le rapport 2016 de l’Institut Scientifique de Santé Publique, un peu moins de 3.500 morsures avaient été signalées pour le mois de juin et plus de 2.000 pour le mois de juillet.

    Un outil précieux

    TiquesNet est un projet de l’Institut Scientifique de Santé Publique qui a débuté en juin 2015. Le but est de déterminer le nombre de personnes victimes des tiques, d’identifier les régions où les morsures sont les plus fréquentes mais également de chiffrer le nombre de consultations après une morsure. En recueillant ces données, une cartographie précise est ainsi fournie sur la période et les zones d’activité des tiques en Belgique. Cela permet aux personnes exposées aux morsures de tiques de prendre les mesures de prévention adaptées.

    Voir le site Tiquesnet en cliquant sur le lien suivant :

    https://ticksnet.wiv-isp.be/

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-04,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-04,BASSE-MEUSE,1|18

  • Protection du Patrimoine. La Wallonie déclasse 20 de ses monuments. D’autres suivront. Une vaste étude va être lancée

    L’occasion de s’arrêter, à Bassenge, sur les éléments du Patrimoine classés.

    La loi sur la conservation des monuments et sites remonte à 1931. Le ministre du Patrimoine, Maxime Prévot, veut vérifier si les critères qui ont justifié le classement de près de 3.000 biens sont toujours bien présents… et justifiés. Une opération pilote a été menée sur environ 550 chapelles, fermes et maisons. Résultat : vingt ont été déclassées ou le seront.

    « Dès lors que les classements sont opérés depuis 85 ans en application d’une loi de 1931, il est apparu nécessaire d’opérer une sorte de bilan de cet héritage », précise le ministre wallon du Patrimoine, Maxime Prévot. La Wallonie compte près de 3.000 monuments classés. À ce titre, leurs propriétaires bénéficient d’une subvention régionale contribuant à l’entretien et aux réparations. Le budget annuel investi par la Wallonie est de 25 millions d’euros afin de pérenniser des biens reconnus d’intérêt général pour les générations actuelles et futures.

    La suite de l’article à découvrir sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-03,BASSE-MEUSE,1|22

    Et quels sont les biens classés à Bassenge ?

    Les voici ( Choisir Bassenge dans la liste déroulante ) :

    http://spw.wallonie.be/dgo4/site_thema/index.php

  • A proximité. Autoroute-promenade

    La quiétude pour les promeneurs et les cyclistes, la vitesse pour les quads et les motos.

    Fermée depuis deux ans et demi, l’autoroute A601 est sans doute devenue le lieu de promenade le plus insolite de la Basse-Meuse. Si à certains moments, près de 100 personnes s’y retrouvent, leur présence reste pourtant interdite.

    Entendre le chant des oiseaux et admirer les fleurs à son rythme tout en étant sur une autoroute, il n’y a sans doute qu’en Basse-Meuse que c’est possible.

    Depuis la fin 2014, cette portion d’autoroute, longue de près de 5 km est fermée à la circulation dans les deux sens. Aujourd’hui, la végétation y pousse sans entretien pour le plus grand bonheur de la faune locale.

    Et s’il reste toujours les panneaux, poteaux et rails de sécurité, les lampes ont, elles, été enlevées depuis bien longtemps. Et à la place des camions et voitures, c’est un tout autre type de trafic qui y a pris place. Car avec ses longues lignes droites, l’A601 est devenue le terrain de jeux des promeneurs, cyclistes, vététistes et mêmes quadeurs et cyclocrossmen. Et s’il faut bien reconnaître que c’est un peu surréaliste et grisant de se promener ainsi sur une autoroute, ces nouveaux utilisateurs ont surtout trouvé le lieu parfait pour assouvir leur passion sans trop déranger. Mais la Police patrouille…

    Article complet à découvrir ici :

    http://basse-meuse.lameuse.be/99523/article/2017-07-03/autoroute-promenade

  • Rappel d'un lot de céréale biscuitée de la marque Nestlé CERELAC 800g. Problématique : dépassement des normes de benzo(a)pyrène et des HAP.

    En concertation avec l’AFSCA, Nestlé Belgique procède au rappel d’un lot de céréale biscuitée de la marque CERELAC 800g. La date de durabilité minimale du lot concerné est le 07/2018 et le numéro de lot est L-70740291. Aucun autre lot de NESTLE CERELAC céréale biscuitée 800g, 250g et sans gluten 300g n’est concerné et ces produits peuvent être consommés en toute sécurité.

    (La date de durabilité minimale est visible sur le fond de l’emballage sous la mention « A consommer de préférence avant fin ».)

    Cette mesure intervient après qu’un dépassement des normes de benzo(a)pyrène et des HAP a été trouvé dans ce lot. Les HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) sont des contaminants communément trouvés dans la nature et dont des traces peuvent être trouvées dans l’alimentation.

    Il n’y a aucun risque pour la santé des bébés qui consomment le produit issu de ce lot.

    Comme Nestlé ne fait aucune concession quant à la qualité et la sécurité de ses produits, il a été décidé de rappeler ce lot du commerce. Nous regrettons très sincèrement cette situation et nous mettons toutes les mesures en place pour éviter une situation similaire à l’avenir.

    Les consommateurs qui seraient en possession d'une boîte de NESTLE CERELAC céréale biscuitée 800g du lot concerné (L-70740291) peuvent la détruire et se faire rembourser le produit et les frais postaux en découpant le fond de la boîte (qui indique le code barre du produit, le numéro de lot et la date de durabilité minimale) et en l’envoyant, accompagné de leurs coordonnées complètes (nom + adresse) et de leur numéro de compte bancaire (IBAN), à :

    CERELAC

    C/O HighCo Data

    BP 12794

    1733 Asse.

    Pour de plus amples informations :

    Numéro de téléphone : 0800 98016

  • Grippe aviaire: assouplissement des mesures dès ce dimanche

    Dès ce 2 juillet, le ministre de l’Agriculture Willy Borsus assouplit un certain nombre de mesures de protection adoptées au cours des dernières semaines dans le cadre de la grippe aviaire.

    Quatre semaines après la constatation de la première contamination par le virus hautement pathogène H5N8 de la grippe aviaire chez un éleveur amateur de Wellin, une série de mesures peuvent être assouplies. L’analyse des différentes contaminations constatées au cours de ces dernières semaines dans les communes de Wellin, Sainte-Ode, Soignies, Zuienkerke, Quiévrain, Oostkamp, Ath, Menin, Couvin, Courcelles et Wangenies (Fleurus) a démontré que le virus s’était propagé fin mai – début juin via la vente sur des marchés publics.

    L’application stricte des mesures de protection a permis d’empêcher que la grippe aviaire ne continue de se propager. « Néanmoins, le danger n’est pas encore totalement derrière nous et la vigilance reste de mise », avertit l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca).

    Retour à la normale

    Les déplacements d’oiseaux autres que les volailles sont à nouveau autorisés dans les zones de protection et de surveillance entourant Oostkamp et Menin en ce qui concerne :

    – les oiseaux ne provenant pas de ces zones ;

    – les oiseaux provenant de ces zones pour autant que l’éleveur ne détienne pas de volailles ;

    – les oiseaux provenant de commerces et d’animaleries.

    À l’intérieur des zones de protection et de surveillance établies autour d’Oostkamp et de Menin, les marchés et autres rassemblements restent interdits. L’enlogement de pigeons de sport en vue de vols de concours est désormais autorisé à condition que les pigeons proviennent d’éleveurs amateurs ne détenant pas de volailles Et que cet enlogement se fasse dans un local d’enlogement désigné à l’intérieur de la zone concernée.

    À partir du 15e  jour suivant la délimitation des zones tampons, les assouplissements appliqués dans les zones de protection et de surveillance établies autour d’Oostkamp et de Menin s’appliquent également dans les zones tampons établies autour des cas détectés à Sainte-Ode, Soignies, Zuienkerke, Quiévrain, Ath, Couvin, Courcelles et Wangenies (Fleurus).

    Dans le reste du pays

    Dans le reste du pays, les marchés de volailles et autres oiseaux sont à nouveau autorisés pour les professionnels. Ces derniers ne peuvent toutefois pas vendre d’oiseaux aquatiques (canards, oies, cygnes…). La vente occasionnelle d’oiseaux sur les marchés reste quant à elle interdite. Si plusieurs négociants sont présents sur un même marché, la distance qui les sépare doit être la plus grande possible.

    Les autres rassemblements de volailles sont également à nouveau autorisés dans le reste du pays. Les oiseaux aquatiques (canards, oies, cygnes…) ne sont toutefois pas autorisés. Les volailles doivent avoir été confinées dans les 10 jours qui précèdent le rassemblement.

    L’Afsca rappelle également à chaque détenteur d’être vigilant et de faire immédiatement appel à un vétérinaire si ses oiseaux montrent des symptômes de maladie ou meurent subitement.

    Une mortalité anormale chez les oiseaux sauvages peut toujours être notifiée via le numéro d’appel gratuit 0800/99.777. (Source Le Sillon belge)

  • Voici quand votre été et le soleil seront de retour!

    Si les premiers jours des grandes vacances sont inexorablement marqués par la pluie, l’été fera son retour mercredi prochain, avec du soleil et des températures allant jusqu’à 25 degrés, selon les prévisions de l’IRM.

    La suite de prévisions sur :

    http://basse-meuse.lameuse.be/99035/article/2017-07-01/voici-quand-votre-ete-et-le-soleil-seront-de-retour?from_direct=true

  • Wallonie plus propre - Action à Bassenge. Muriel, une glontoise, lance un appel sur Facebook pour constituer un groupe de bénévoles afin de collecter les déchets. En quelques heures, ils sont déjà plus de 10 à avoir répondu présents !

    Voici le message adressé, hier, par Muriel, une glontoise, dans le groupe «  Le Geer dans la Vallée du Geer » : « Des candidats pour monter une équipe dans la vallée du Geer ??? Sortie promenade-nettoyage 1x/mois. On se promène, on fait une bonne action, on se fait des amis et puis on boit un verre ensemble...Tout bénef ! »

    Et, en très peu de temps, un noyau de bénévoles s’est formé. Ce samedi matin, ils sont déjà plus de dix !

    Un grand coup de balai ! Un premier rendez-vous à la gare de Glons.

    Muriel va se charger de contacter la commune pour obtenir des pinces de ramassage et les sacs plastiques adéquats. Elle explique « Mon idée est de le faire le dimanche matin de 10h à 11h, tous les 2ème dimanche du mois. Vient qui veut et qui peut.  Premier rendez-vous dimanche 9 juillet à 10h à la gare de Glons. Nous allons contacter la commune pour obtenir des sacs et des sticks. »

    Le groupe, composé de personnes provenant de tous les villages de la Vallée du Geer ne demande qu’à s’étoffer. Aussi un appel est-il lancé !

    Si vous aussi vous voulez vous investir quelques heures en partageant de bons moments au sein d’un groupe de personnes motivées, n’hésitez pas à contacter Muriel via Facebook uniquement :

    https://www.facebook.com/muriel.bequet.9?fref=ufi

    Pour voir la discussion dans le groupe « Le Geer dans la Vallée du Geer », suivre ce lien :

    https://www.facebook.com/groups/120539254786737/

  • Exclusif. Poubelles et trafic intelligents : 30 projets pour révolutionner les villes wallonnes

    Trouver une place de parking, éviter les bouchons, savoir où installer des piétonniers ou chauffer des quartiers grâce au traitement des eaux: tout cela va être bientôt possible dans les villes wallonnes grâce aux nouvelles technologies et au projet Wal-e-Cities. 

    La Wallonie n’a pas de pétrole, mais elle a des idées... et de l’intelligence. Qu’elle va concentrer dans ses principales villes. Nous avons pu nous procurer la nouvelle note du gouvernement wallon qui détaille comment, grâce aux nouvelles technologies, à la connectivité et à la collecte de données multiples, les villes, les entreprises et les Wallons vont faire un bond dans le futur.

    C’est ce qu’on appelle l’exploitation du « Big data » et « L’Open data ». Ça veut dire quoi? Concrètement, exploiter les données, notamment grâce aux capteurs, qui permettront de mieux connaître les besoins des citoyens, et donc de les aider dans leur quotidien.

    Cinq grands thèmes se dégagent de cette deuxième vague des Smart Cities : la mobilité, l’énergie et l’environnement, la gouvernance, l’urbanisme et le bien-être du citoyen.

    Tout cela peut paraître compliqué, mais grâce au nouveau budget (plus de 17 millions d’euros) octroyé à Wal-e-Cities et cofinancé à la fois par le gouvernement wallon et l’Europe, les nouvelles technologies vont permettre des avancées considérables dans notre vie de tous les jours.

    Par exemple, des avancées révolutionnaires sont attendues dans la collecte des poubelles, la création de zones piétonnes, la gestion du stationnement, du trafic, des travaux en ville, du chauffage urbain, de l’éclairage public.

    L’article complet avec toutes les explications en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-01,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-01,BASSE-MEUSE,1|18

  • Rectificatif à apporter à un avis de recherche paru sur ce blog

    armand linotte.jpgLe 7 juin dernier, à la demande de ses parents, nous publiions sur ce blog, un avis de recherche concernant Monsieur Armand Linotte de Wonck. Selon les informations qui nous avaient été transmises par message, nous décrivions Armand comme souffrant d’un lourd handicap. Il n’en est rien. Le message a été mal interprété. En réalité, Armand a été victime d’un accident de travail il y a plusieurs années déjà, mais il n’en a conservé que peu de séquelles. D’autre part, Armand a été retrouvé à Ans et non à Hermalle comme indiqué. Nous avons discuté avec lui ce jeudi 29 juin, d’où ce rectificatif, et c’est aujourd’hui un garçon qui a retrouvé le moral, sa « fugue » faisant pour lui partie du passé.

  • Bassenge – Pêcheurs du bas-Geer. Installation d’un panneau didactique en bordure de la Via Jecore

    panneau didactique bassenge pêcheurs bas-geer.jpgFourni par la Région wallonne, un panneau didactique vient d’être installé à Bassenge en bordure de la Via Jecore à proximité du bras mort du Geer, pêcherie gérée par les Pêcheurs du Bas-Geer (derrière parking Aldi). Outre le règlement de pêche en vigueur en ce lieu, il reprend un poster des poissons de rivière et, chose qui ne manque pas d’intérêt, un plan des différents empoissonnements qui ont été opérés sur le Geer depuis quelques années dans la vallée. C’est Monsieur Moessens, membre du Comité des pêcheurs, qui s’est attelé à la tâche avec le petit coup de main opportun de Regor, le blogueur de Bassenge Sudinfo, pour l’agrafage des documents. Bien sympathique moment.

    Note : La Via Jecore, fort fréquentée, est la piste cyclable qui traverse la Vallée du Geer de part en part et qui relie Tongres à Maastricht.

    panneau didactique bassenge pêcheurs bas-geer2.jpg

    panneau didactique bassenge pêcheurs bas-geer3.jpg

  • Les «fermes pédagogiques» officiellement reconnues en Wallonie

    Le concept de «fermes pédagogiques» est désormais officiellement reconnu en Wallonie à la suite d’un arrêté du gouvernement wallon pris en date du 8 juin. Le ministre wallon de l’agriculture, René Collin, a annoncé cette reconnaissance mardi à la Ferme de la Géronne à Chêne (Léglise - province de Luxembourg), première du genre mise sur pied il y a 22 ans. L’activité principale de ces fermes est la production mais elles accueillent également des groupes scolaires tout au long de l’année et proposent des stages ainsi que des anniversaires à la découverte des activités agricoles.

    Actuellement, la Wallonie compte une petite soixantaine de fermes pédagogiques qui ont accueilli, en tout, 100.000 enfants en 2016. Le concept avait vu le jour en 1994 à l’initiative des deux syndicats agricoles de l’époque (UPA et AAB) au travers de deux réseaux. Après la fusion des syndicats agricoles en 2001, les réseaux se sont regroupés au sein de l’asbl «Accueil Champêtre en Wallonie» encadrant les agriculteurs dans leur diversification touristique.

    Jusqu’ici, le concept ne bénéficiait toutefois pas de reconnaissance officielle. «Il s’agit d’encourager les agriculteurs vers la diversification et non pas d’ajouter des balises», a indiqué mardi le ministre Collin. Pour pouvoir bénéficier de la dénomination, les critères suivants doivent être remplis: la demande doit venir d’un agriculteur en activité, l’agriculteur et/ou un animateur doit disposer d’une formation pédagogique et des critères de sécurité sont également pris en compte.

    (Belga – Le sillon belge)