Google Analytics Alternative

Faits divers

  • Photos exclusives ! A ne pas faire ! Descendre le thier de Glons avec ce type d’engin est très dangereux et interdit !

    engin route provinciale 3.jpgA ne vraiment pas faire ! C’est excessivement dangereux et interdit sur la voie publique. Photos prises à Glons, route Provinciale, samedi 21 mai 2016 dernier en fin de journée ! (photos Regor)

    engin route provinciale.jpg

    engin route provinciale 3.jpg

    engin route provinciale 2.jpg

     

  • Accident mortel à Lanaye: Sébastien Kellens, 19 ans, rêvait de partir un jour au Québec... ses amis n'ont pas réussi à le sauver

    accident Lanaye.JPG«  Un garçon charmant  », «  sans problème  », «  bon étudiant  », «  pas guindailleur du tout  » : c’est le portrait que dressent les proches de Sébastien Kellens, 19 ans, victime du terrible accident de la route qui s’est produit jeudi en fin d’après-midi dans le bas du Thier des Critchons, à Lanaye.

    L’article complet :

    http://www.lameuse.be/1571935/article/2016-05-14/accident-mortel-a-lanaye-sebastien-kellens-19-ans-revait-de-partir-un-jour-au-qu

  • Lanaye: un Oupéyen de 19 ans meurt sous les yeux de ses amis. Un jeune bassengeois parmi les blessés…

    accident Lanaye.JPGLe blog Visé Sudinfo de notre collègue Pierre Neufcour  rapporte aujourd’hui en ses colonnes que ce jeudi, vers 18 heures, un dramatique accident de la circulation s’est produit à Lanaye, au pied du thier de la Montagne Saint-Pierre. Un Oupéyen de 19 ans a perdu la vie. Le jeune Loïc de Bassenge compte parmi les blessés. Un article à découvrir sur le blog Visé Sudinfo en suivant le lien ci-dessous (photo Pierre Neufcour)

    http://vise.blogs.sudinfo.be/archive/2016/05/12/lanaye-un-oupeyen-de-19-ans-meurt-sous-les-yeux-de-ses-amis-188713.html

    Précision : 

    Extrait de l'article de La Meuse : 

    Loïc, un Bassengeois de 19 ans et Anthony, un Herstalien de 21 ans, deux autres passagers, ont été transportés à l’hôpital en état de choc, mais ils ne sont pas blessés. Loïc se trouvait d’ailleurs à l’arrière du véhicule, à côté de Sébastien, quand le drame s’est produit

  • Liège - tribunal correctionnel. Glons : otage dans la maison qu’il rénovait

    logo info.jpgLe scénario donne froid dans le dos : Frédéric, qui vient d’acheter une maison à Glons, la rénove dès qu’il a un peu de temps libre. Le 14 octobre 2014, il s’y rend en fin de journée avec un copain, couvreur de profession, venu lui donner un coup de main. Ils sont occupés à travailler lorsque vers 19h30, deux hommes encagoulés, dont un possédant une arme de poing, surgissent ; ils sont entrés via une échelle laissée là pour les travaux. Les deux jeunes hommes sont jetés au sol, ils reçoivent des coups au visage et dans l’abdomen. Le couvreur est ligoté puis laissé sur place, tandis que Frédéric est emmené de force dans sa propre voiture, dont il doit remettre les clés à ses agresseurs. Sur la route, ils le questionnent sur les systèmes de sécurité dans la maison de son père, à Juprelle, où ils l’emmènent. Quand ils surgissent là, le papa s’empare d’une arme. Mais on le menace de tuer son fils, et il est contraint de se plier aux injonctions des malfrats.

    C’est la seule prise d’otage qui figurait dans l’énorme dossier sur lequel vient de statuer le tribunal correctionnel de Liège. Mais il comptait beaucoup d’autres faits particulièrement traumatisants : deux agressions dans la maison d’un notaire d’Embourg, puis d’autres home-jackings à Julémont, à Remicourt, à Fléron, à Aywaille, avec détentions arbitraires des victimes, enfermées dans leur cave, leur chambre ou leur dressing.

    Le principal prévenu écope de 11 ans, deux complices prennent 8 ans ; 4 autres écopent de 5 ans de prison (avec ou sans sursis, selon leur implication et leurs antécédents).(Source La Meuse jeudi 12 mai 2016)

  • Liège: le tagueur de la nouvelle passerelle déjà identifié... Le bassengeois risque gros!

    passerelle taguée.jpgUne grande désolation s’est emparée hier des promeneurs de la nouvelle passerelle : cette dernière avait malheureusement déjà été taguée, une semaine à peine après son inauguration…

    « Faut-il systématiquement toujours gâcher ce qui est beau ? », se demandait cette Liégeoise promenant son chien. Et effectivement, ce tag n’a strictement aucun intérêt. Et surtout pas une quelconque valeur artistique.

    « Le sale appelant le sale », il faudra absolument le nettoyer rapidement. Et là, ce n’est pas encore gagné.

    Du côté du SPW, le Secteur Public de Wallonie, propriétaire de l’ouvrage, on nous dit qu’une convention va bientôt être signée avec la Ville de Liège pour son entretien. Mais qu’elle ne l’est pas encore. Ce qui explique sans doute que la Ville ne soit pas encore intervenue.

    Cependant, depuis plusieurs années, la Ville de Liège se montre intransigeante avec les tagueurs. Il faut dire que le nettoyage de leurs bêtises coûte cher, très cher : 700.000 euros par an !

    Et elle refuse d’utiliser le système des amendes administratives. Elle dépose plainte systématiquement au parquet en se constituant partie civile. Grâce à cela, elle a pu obtenir de très lourdes condamnations : une fois 10.000 euros et une autre 15.000 euros ! Ce qui devrait tout de même donner à réfléchir.

    Grâce à cette politique, la police est systématiquement appelée sur place, elle prend des photos et les compare avec sa banque de données des tags.

    Dès qu’il a vu cette information dans La Meuse d’hier, le chef de corps, Christian Beaupère, a envoyé ses hommes et le tagueur a été directement identifié. Sa signature se trouvait dans la banque de données.

    Il s’agit d’un habitant de Bassenge qui avait déjà été pris sur le fait en 2013. Il va être interrogé et sera traduit en justice.

    Certes, on ne pourra pas le reconduire à la frontière liégeoise avec du goudron et des plumes, comme au temps de Lucky Luke, mais il devrait toutefois le sentir passer financièrement. (Source La Meuse.be)

  • Incendie Roclenge. Le « vieux château » en ruine de la rue J.Derrick a été la proie des flammes.

    incendie roclenge mai 2016.3jpg.jpgDans la nuit de mardi à mercredi, pour des raisons inconnues, le « château » abandonné et en ruine de la rue Derrick à Roclenge a été la proie des flammes. Plusieurs véhicules de pompiers ont été dépêchés sur le lieu et l’incendie a été circonscrit. Suite à une reprise du feu, les pompiers ont dû se rendre une seconde fois sur les lieux mercredi après-midi (photos). La Police a ouvert une enquête. La grande propriété, à l’abandon depuis des lustres, venait d’être acquise par un promoteur, la Société Générale construction.

    incendie roclenge mai 2016.2jpg.jpg

    incendie roclenge mai 2016.4jpg.jpg

    incendie roclenge mai 2016.3jpg.jpg

    incendie roclenge mai 2016.5jpg.jpg

    incendie roclenge mai 2016.6jpg.jpg

  • Juprelle. La commune vend ses meubles

    meubles juprelle vente.pngLes offres écrites sont à envoyer au collège communal de Juprelle.

    Drôle d’annonce que celle parue dans le dernier numéro du bulletin communal de Juprelle. On peut en effet y voir la mise en vente des anciens meubles de la salle des mariages, notamment. 

    Vous êtes à la recherche de pavés de rue, d’un pulvérisateur pour tracteur, d’un camion d’occasion, de poutres en bois ou d’anciens meubles ? La petite annonce que vient de passer la commune de Juprelle dans son dernier bulletin communal pourrait donc vous intéresser. « Ce n’est pas la première fois que nous mettons en vente certaines choses », commente Christine Servaes, bourgmestre de Juprelle. « À chaque fois que le stock devient trop grand dans les hangars du service des Travaux, on vend ainsi l’excédent de pavés. Et pour le bois de chauffage, c’est assez habituel ».

    Mais ce qui l’est moins, c’est la vente de meubles. « C’est même la première fois. Généralement, on récupère tout ce qu’on nous donne et on le garde. Nos meubles de bureaux proviennent ainsi notamment de la Justice de paix ou de chez Ethias. Mais pour la salle des mariages, cela faisait plus de 40 ans que nous n’avions pas changé le mobilier et nous ne voulions pas y installer du mobilier abîmer ou de seconde main. Pour la première fois donc depuis bien longtemps, on a acheté du mobilier et on se débarrasse de l’ancien ».

    Voici ce qui est à vendre :

    > Un lot de pavés de rue 18x20 (faire offre à partir de 20 €/m²) ;

    > Un lot de pavés de rue 15x15 (faire offre à partir de 20 €/m²) ;

    > Des poutres en bois 30x20 longues de 2,40 m, 3 m ou 3,40 m (35 €/mct) ;

    > Des poutres en bois 15x15 longues de 2,10 m, 2,40 m, 2,70 m et 3 m (15€/mct) ;

    > Environ 15 stères de bois de chauffage (faire offre à partir de 40 €/stère) ;

    > Un pulvérisateur pour tracteur (faire offre à partir de 1.000 €) ;

    > Un camion Mercedes type 1820 simples ponts tri benne année 02/1997 et 225.000 Kms (faire offre à partir de 12.000 €) ;

    > Et les meubles de l’ancienne salle des mariages (table, bancs, chaises…).

    Si vous êtes intéressés, il est possible de venir voir les articles en prenant rendez-vous auprès de l’administration communale (04/278.66.54). Les offres sont à renvoyer rapidement par écrit au Collège communal.(Source La Meuse mardi 3 mai 2016)

  • Grosses perturbations, à nouveau, dans les TEC: le point dans chaque région

    tec grève.jpgLes actions menées ce mardi par la CGSLB contre plusieurs mesures décidées par le gouvernement fédéral en marge de son contrôle budgétaire perturbent le réseau des bus Tec dans toutes les provinces de Wallonie, ressort-il du site internet infotec.be. Dans certains dépôts, moins de la moitié des bus sont sortis. Les Tec Liège-Verviers, Hainaut et Charleroi sont particulièrement touchés.

    Toutes les infos ici :

    http://www.sudinfo.be/1563382/article/2016-05-03/grosses-perturbations-a-nouveau-dans-les-tec-le-point-dans-chaque-region

  • Dans La Meuse de ce lundi : un article signé Regor. Wonck. Nani avait été piétinée par un cheval de 800 kilos 7 mois après, elle va mieux

    Nani et zoé 2.jpgRegor

    On se souvient tous de ce dramatique accident qui, à Wonck en septembre 2015, avait valu à Nani une quinquagénaire, plusieurs fractures dont la plus grave fut celle du thorax (nombreuses côtes cassées) ainsi qu’une perforation d’un poumon.

    Sept mois après les faits, nous avons pris de ses nouvelles. C’est accompagnée de sa fille, Zoé, que Nani nous a reçus dans un manège à Millen, non loin de Glons. A la voir arriver vers nous, aucune séquelle n’apparaît ; sa démarche est normale et elle affiche un beau sourire. « Je suis en revalidation, je suis suivie par une kyné, et ça va.. » nous dit-elle d’emblée.

    Et elle poursuit « Dans la vie de tous les jours, certains gestes me sont pourtant encore pénibles, d’autres restent impossibles à faire à cause des douleurs ressenties dans le bras droit, mais je sens des améliorations tous les jours. »

    Durant de longs mois, Nani a fait preuve d’une grande force de caractère et aujourd’hui elle continue à prendre plaisir à s’occuper de chevaux dont Vegas, celui de Zoé, sa fille. Elle se rend régulièrement au manège de Millen pour leur prodiguer des soins, les brosser, les amener au pré… Exactement comme avant l’accident.

    ELLE NE MONTE PLUS À CHEVAL

    Sauf que maintenant, sa capacité physique ne lui permet pas de monter à cheval. Au cours de la conversation, elle glisse : «Vous savez, durant mon coma, mon entourage m’a beaucoup aidée, ils m’ont beaucoup parlé. C’est important, de parler à une personne qui est dans le coma. Aujourd’hui, je me souviens même de propos qui m’ont été tenus… Je ne peux recommander aux personnes qui rendent visites à celles qui se trouvent dans le coma que de leur parler beaucoup… Cela m’a vraiment aidée.»

    Au moment de prendre congé de Nani et de sa fille Zoé, la maman tient à ajouter, avec un sourire en coin « Dans quelques mois, je compte bien remonter à cheval »

    article la meuse 18 avril 2016.png

  • A Wonck, la quinquagénaire avait été piétinée par un cheval de 800 kilos : nous avons pris des nouvelles de Nani…

    Nani et zoé.jpgOn se souvient tous de ce dramatique accident qui, à Wonck en septembre 2015, avait valu à Nani une quinquagénaire, plusieurs fractures dont la plus grave fut celle du thorax (nombreuses côtes cassées) ainsi qu’une perforation d’un poumon.

    Afin de prendre de ses nouvelles, nous lui avons rendu une petite visite ce mercredi 13 avril 2016 après-midi. C’est accompagnée de sa fille, Zoé, que Nani nous a reçus dans un manège à Millen, non loin de Glons. A la voir arriver vers nous, aucune séquelle n’apparaît ; sa démarche est normale et  elle affiche un beau sourire. « Je suis en revalidation, je suis suivie par une kyné, et ça va.. » nous dit-elle d’emblée.

    Nani et zoé 2.jpgEt elle poursuit « Dans la vie de tous les jours, certains gestes me sont pourtant encore pénibles, d’autres restent impossible à faire à cause des douleurs ressenties dans le bras droit, mais je sens des améliorations tous les jours… »

    Durant de longs mois, Nani a fait preuve d’une grande force de caractère et aujourd’hui elle continue à prendre plaisir à s’occuper de chevaux dont Vegas, celui de Zoé, sa fille. Elle se rend régulièrement au manège de Millen pour leur prodiguer des soins, les brosser, les amener au pré… Exactement comme avant l’accident. Sauf que maintenant, sa capacité physique ne lui permet pas de monter à cheval. Au cours de la conversation, elle glisse « Vous savez, durant mon coma, mon entourage m’a beaucoup aidée, ils m’ont beaucoup parlé. C’est important, de parler à une personne qui est dans le coma. Aujourd’hui, je me souviens même de propos qui m’ont été tenus… Je ne peux recommander aux personnes qui rendent visites à celles qui se trouvent dans le coma que de leur parler beaucoup… Cela m’a vraiment aidée. »

    Au moment de prendre congé de Nani et de sa fille Zoé, la maman tient à ajouter, avec un sourire en coin « Dans quelques mois, je compte bien remonter à cheval »

    Devant l’émotion suscitée par ce terrible accident dans toute notre région et même bien au-delà tout comme le nombre d’articles qui y ont été consacrés dans les médias, apprendre que Nani va bien, que son état de santé s’améliore et qu’elle est en voie de guérison totale constitue une excellente nouvelle qu'il nous paraissait normal de partager et faire savoir.

    Nous consacrerons bientôt un article sur Zoé (17 ans) et son cheval Vegas (5ans) qui vivent une rare relation fusionnelle…

    Regor

    vegas zoé plage.jpg

    Note : à Duinkerke, en France, la présence d'animaux est autorisée sur une plage bien spécifique.

  • Bassenge-Nandrin. L’adieu aux Liégeoises victimes du 22 mars

    enterrement aline bastin.pngCe vendredi, un dernier adieu a été fait à Aline, 29 ans, de Bassenge et Mélanie 29 ans, de Nandrin 

    Environ une semaine et demie après les attentats meurtriers de Bruxelles, Aline Bastin (Eben Emael) et Mélanie Defize (Nandrin) ont été inhumées dans l’intimité familiale. Un dernier hommage empreint d’une grande émotion. 

    Mélanie était la belle-sœur d'une amie d’Aline. Les deux Liégeoises avaient donc des amis en commun. Et ce funeste 22 mars, leurs destins se sont croisés une dernière fois. Elles se trouvaient toutes les deux dans le métro quand, à hauteur de la station enterrement aline bastin 4.jpgMaelbeek, Khalid El Bakraoui leur a ôté la vie. Ce vendredi, les attentats de Bruxelles étaient dans toutes les mémoires aux abords des églises d’Emael et de Nandrin. C’est là que les familles et les amis des deux jeunes femmes se sont réunis dans un dernier hommage.

    A Eben Emael, l’église Notre-Dame n’était pas assez grande pour accueillir la foule venue faire ses adieux à Aline, 29 ans. La police de la Basse-Meuse avait d’ailleurs placé un grand nombre de barrières Nadar pour empêcher le stationnement, et quelques policiers étaient présents pour veiller à ce que la mobilité aux alentours se fasse sans encombre.

    Si l’église était pleine à craquer, quelques retardataires avaient pu prendre place sur le perron, où les discours émouvants étaient à peine audibles. Qu’à cela ne tienne, tous étaient là avant tout pour soutenir enterrement aline bastin 6.jpgla famille Bastin. Les proches d’Aline ont pris la parole pour rendre hommage à la jeune femme, passionnée par les voyages et par son métier de communicatrice. De nombreux collègues et amis avaient d’ailleurs fait le déplacement pour lui dire au revoir une dernière fois. Les patients du Docteur Pierre Bastin, son papa, constituaient aussi une grande majorité de la foule. Le cabinet se trouve d’ailleurs à un jet de pierre de l’église.

    Si les attentats de Bruxelles étaient dans tous les esprits, le sourire rayonnant de la jeune femme les a battus à plate couture! Après une cérémonie d’un peu plus d’une heure, la famille a quitté l’église sur une chanson bien de circonstance. « Aline », de Christophe. C’est vrai, elle ne reviendra plus, mais comme le souvenir tendu aux personnes présentes le disait si bien: « La vie est tellement belle et pourtant si fragile: prenez-en soin! » (Source La Meuse samedi 2 avril 2016-  Allison Mazzocatto)

    enterrement aline bastin 3.jpg

    enterrement aline bastin 4.jpg

    Trois corbillards ont été nécessaires pour contenir les nombreuses fleurs, couronnes et messages...

  • Slins : des animaux sont morts… Violent incendie dans la ferme d’une échevine

    incendie fexhe-slins.pngCe jeudi, vers 20 heures, les pompiers de Liège et la police de la Basse-Meuse ont été appelés pour un violent incendie à Juprelle, et plus précisément sur le village de Slins.

    À leur arrivée, des flammes sortaient déjà du hangar d’une ferme, située à l’angle des rues de la mer et de la vaux. Cette ferme appartient à Anne Ghaye, échevine de l’Enseignement.

    Le hangar abritait plusieurs bêtes. Plusieurs animaux ont d’ailleurs perdu la vie dans l’incendie.

    On ignore également les causes du sinistre.

    Vers 20h30, le feu s’était totalement développé dans le hangar, et les pompiers liégeois avaient demandé un renfort de la protection civile de Crisnée.

    Les hommes du feu estimaient devoir travailler une bonne partie de la nuit sur place afin de circonscrire le sinistre. Finalement, en fin de soirée, celui-ci était maîtrisé mais un gros déploiement de pompiers était toujours sur les lieux. (Source La Meuse vendredi 1er avril 2016)

  • Bassenge. Aline, incinérée dans l’intimité

    L’avis nécrologique d’Aline Bastin, « fauchée par la barbarie à l’aube de son 29ème printemps », a été diffusé sur les réseaux sociaux. Malgré tout, la famille y précise que l’incinération de la jeune femme se fera dans l’intimité familiale. La cérémonie se déroulera ce vendredi 1 er avril, à 10h30, à l’Église Notre-Dame d’Emael. La réunion est souhaitée à l’église.

    ALINE BASTIN 2.jpgPour les amis de la jeune femme, la famille communique également qu’Aline repose au funérarium Massin de Visé, où les visites sont prévues ces mercredi 30 et jeudi 31 mars, de 17h à 19h. Il y a fort à parier que nombreuses seront les personnes souhaitant lui rendre un dernier hommage. La famille Bastin est particulièrement bien entourée.

    Dans l’avis nécrologique, la famille d’Aline précise également que, si vous le désirez, vous pouvez faire un don au FNRS - Télévie (BE440000-000142-45) avec la mention «
    En souvenir d’Aline Bastin ». Un registre de condoléances est par ailleurs ouvert sur www.funeraillesmassin.be, le site net des pompes funèbres. (Source La Meuse du mercredi 30 mars 2016)

    aline bastin,aline bastin funérailles,aline bastin incinération

  • Les funérailles d’Aline auront lieu le vendredi 1er avril 2016 à 10h30 en l’église Notre-Dame d’Emael

    aline bastin.pngComme l’indique le site ENAOS, Aline repose au funérarium Massin rue des carmes 23 à Visé où les visites auront lieu le mercredi 30 et le jeudi 31 mars de 17 à 19h00.

    Les funérailles d’Aline auront lieu le vendredi 1er avril 2016 à 10h30 en l’église Notre-Dame d’Emael. Le site ENAOS :

    http://www.enaos.net/P1230.aspx?IdPer=389258&IdAN=193329

  • La Vallée du Geer en deuil. C’est confirmé, Aline a perdu la vie dans les attentats de Bruxelles…

    ALINE BASTIN 2.jpgLa maman d’Aline Bastin s’est exprimée sur Facebook : « Gros choc, même si on s'y attendait. Ce matin - samedi 26 mars 2016 - on nous annonce la mort d'Aline. Cette fois, on en est sûr : Aline ne reviendra plus.... La DVI l'a, enfin, identifiée. Nous y sommes allés, le coeur brisé, chancelants, ce samedi. Heureusement la police et l'assistante sociale nous accompagnent durant cette terrible épreuve »

    Roger Wauters de Bassenge Sudinfo partage la peine des familles, des amis et des proches et leur adresse ses sincères condoléances. En ces moments douloureux, il invite les bassengeois et bassengeoises à continuer à leur apporter un maximum de soutien. R.I.P. Aline.

Nos rubriques