Google Analytics Alternative

Faits divers

  • Dans La Meuse de ce lundi : un article signé Regor. Wonck. Nani avait été piétinée par un cheval de 800 kilos 7 mois après, elle va mieux

    Nani et zoé 2.jpgRegor

    On se souvient tous de ce dramatique accident qui, à Wonck en septembre 2015, avait valu à Nani une quinquagénaire, plusieurs fractures dont la plus grave fut celle du thorax (nombreuses côtes cassées) ainsi qu’une perforation d’un poumon.

    Sept mois après les faits, nous avons pris de ses nouvelles. C’est accompagnée de sa fille, Zoé, que Nani nous a reçus dans un manège à Millen, non loin de Glons. A la voir arriver vers nous, aucune séquelle n’apparaît ; sa démarche est normale et elle affiche un beau sourire. « Je suis en revalidation, je suis suivie par une kyné, et ça va.. » nous dit-elle d’emblée.

    Et elle poursuit « Dans la vie de tous les jours, certains gestes me sont pourtant encore pénibles, d’autres restent impossibles à faire à cause des douleurs ressenties dans le bras droit, mais je sens des améliorations tous les jours. »

    Durant de longs mois, Nani a fait preuve d’une grande force de caractère et aujourd’hui elle continue à prendre plaisir à s’occuper de chevaux dont Vegas, celui de Zoé, sa fille. Elle se rend régulièrement au manège de Millen pour leur prodiguer des soins, les brosser, les amener au pré… Exactement comme avant l’accident.

    ELLE NE MONTE PLUS À CHEVAL

    Sauf que maintenant, sa capacité physique ne lui permet pas de monter à cheval. Au cours de la conversation, elle glisse : «Vous savez, durant mon coma, mon entourage m’a beaucoup aidée, ils m’ont beaucoup parlé. C’est important, de parler à une personne qui est dans le coma. Aujourd’hui, je me souviens même de propos qui m’ont été tenus… Je ne peux recommander aux personnes qui rendent visites à celles qui se trouvent dans le coma que de leur parler beaucoup… Cela m’a vraiment aidée.»

    Au moment de prendre congé de Nani et de sa fille Zoé, la maman tient à ajouter, avec un sourire en coin « Dans quelques mois, je compte bien remonter à cheval »

    article la meuse 18 avril 2016.png

  • A Wonck, la quinquagénaire avait été piétinée par un cheval de 800 kilos : nous avons pris des nouvelles de Nani…

    Nani et zoé.jpgOn se souvient tous de ce dramatique accident qui, à Wonck en septembre 2015, avait valu à Nani une quinquagénaire, plusieurs fractures dont la plus grave fut celle du thorax (nombreuses côtes cassées) ainsi qu’une perforation d’un poumon.

    Afin de prendre de ses nouvelles, nous lui avons rendu une petite visite ce mercredi 13 avril 2016 après-midi. C’est accompagnée de sa fille, Zoé, que Nani nous a reçus dans un manège à Millen, non loin de Glons. A la voir arriver vers nous, aucune séquelle n’apparaît ; sa démarche est normale et  elle affiche un beau sourire. « Je suis en revalidation, je suis suivie par une kyné, et ça va.. » nous dit-elle d’emblée.

    Nani et zoé 2.jpgEt elle poursuit « Dans la vie de tous les jours, certains gestes me sont pourtant encore pénibles, d’autres restent impossible à faire à cause des douleurs ressenties dans le bras droit, mais je sens des améliorations tous les jours… »

    Durant de longs mois, Nani a fait preuve d’une grande force de caractère et aujourd’hui elle continue à prendre plaisir à s’occuper de chevaux dont Vegas, celui de Zoé, sa fille. Elle se rend régulièrement au manège de Millen pour leur prodiguer des soins, les brosser, les amener au pré… Exactement comme avant l’accident. Sauf que maintenant, sa capacité physique ne lui permet pas de monter à cheval. Au cours de la conversation, elle glisse « Vous savez, durant mon coma, mon entourage m’a beaucoup aidée, ils m’ont beaucoup parlé. C’est important, de parler à une personne qui est dans le coma. Aujourd’hui, je me souviens même de propos qui m’ont été tenus… Je ne peux recommander aux personnes qui rendent visites à celles qui se trouvent dans le coma que de leur parler beaucoup… Cela m’a vraiment aidée. »

    Au moment de prendre congé de Nani et de sa fille Zoé, la maman tient à ajouter, avec un sourire en coin « Dans quelques mois, je compte bien remonter à cheval »

    Devant l’émotion suscitée par ce terrible accident dans toute notre région et même bien au-delà tout comme le nombre d’articles qui y ont été consacrés dans les médias, apprendre que Nani va bien, que son état de santé s’améliore et qu’elle est en voie de guérison totale constitue une excellente nouvelle qu'il nous paraissait normal de partager et faire savoir.

    Nous consacrerons bientôt un article sur Zoé (17 ans) et son cheval Vegas (5ans) qui vivent une rare relation fusionnelle…

    Regor

    vegas zoé plage.jpg

    Note : à Duinkerke, en France, la présence d'animaux est autorisée sur une plage bien spécifique.

  • Bassenge-Nandrin. L’adieu aux Liégeoises victimes du 22 mars

    enterrement aline bastin.pngCe vendredi, un dernier adieu a été fait à Aline, 29 ans, de Bassenge et Mélanie 29 ans, de Nandrin 

    Environ une semaine et demie après les attentats meurtriers de Bruxelles, Aline Bastin (Eben Emael) et Mélanie Defize (Nandrin) ont été inhumées dans l’intimité familiale. Un dernier hommage empreint d’une grande émotion. 

    Mélanie était la belle-sœur d'une amie d’Aline. Les deux Liégeoises avaient donc des amis en commun. Et ce funeste 22 mars, leurs destins se sont croisés une dernière fois. Elles se trouvaient toutes les deux dans le métro quand, à hauteur de la station enterrement aline bastin 4.jpgMaelbeek, Khalid El Bakraoui leur a ôté la vie. Ce vendredi, les attentats de Bruxelles étaient dans toutes les mémoires aux abords des églises d’Emael et de Nandrin. C’est là que les familles et les amis des deux jeunes femmes se sont réunis dans un dernier hommage.

    A Eben Emael, l’église Notre-Dame n’était pas assez grande pour accueillir la foule venue faire ses adieux à Aline, 29 ans. La police de la Basse-Meuse avait d’ailleurs placé un grand nombre de barrières Nadar pour empêcher le stationnement, et quelques policiers étaient présents pour veiller à ce que la mobilité aux alentours se fasse sans encombre.

    Si l’église était pleine à craquer, quelques retardataires avaient pu prendre place sur le perron, où les discours émouvants étaient à peine audibles. Qu’à cela ne tienne, tous étaient là avant tout pour soutenir enterrement aline bastin 6.jpgla famille Bastin. Les proches d’Aline ont pris la parole pour rendre hommage à la jeune femme, passionnée par les voyages et par son métier de communicatrice. De nombreux collègues et amis avaient d’ailleurs fait le déplacement pour lui dire au revoir une dernière fois. Les patients du Docteur Pierre Bastin, son papa, constituaient aussi une grande majorité de la foule. Le cabinet se trouve d’ailleurs à un jet de pierre de l’église.

    Si les attentats de Bruxelles étaient dans tous les esprits, le sourire rayonnant de la jeune femme les a battus à plate couture! Après une cérémonie d’un peu plus d’une heure, la famille a quitté l’église sur une chanson bien de circonstance. « Aline », de Christophe. C’est vrai, elle ne reviendra plus, mais comme le souvenir tendu aux personnes présentes le disait si bien: « La vie est tellement belle et pourtant si fragile: prenez-en soin! » (Source La Meuse samedi 2 avril 2016-  Allison Mazzocatto)

    enterrement aline bastin 3.jpg

    enterrement aline bastin 4.jpg

    Trois corbillards ont été nécessaires pour contenir les nombreuses fleurs, couronnes et messages...

  • Slins : des animaux sont morts… Violent incendie dans la ferme d’une échevine

    incendie fexhe-slins.pngCe jeudi, vers 20 heures, les pompiers de Liège et la police de la Basse-Meuse ont été appelés pour un violent incendie à Juprelle, et plus précisément sur le village de Slins.

    À leur arrivée, des flammes sortaient déjà du hangar d’une ferme, située à l’angle des rues de la mer et de la vaux. Cette ferme appartient à Anne Ghaye, échevine de l’Enseignement.

    Le hangar abritait plusieurs bêtes. Plusieurs animaux ont d’ailleurs perdu la vie dans l’incendie.

    On ignore également les causes du sinistre.

    Vers 20h30, le feu s’était totalement développé dans le hangar, et les pompiers liégeois avaient demandé un renfort de la protection civile de Crisnée.

    Les hommes du feu estimaient devoir travailler une bonne partie de la nuit sur place afin de circonscrire le sinistre. Finalement, en fin de soirée, celui-ci était maîtrisé mais un gros déploiement de pompiers était toujours sur les lieux. (Source La Meuse vendredi 1er avril 2016)

  • Bassenge. Aline, incinérée dans l’intimité

    L’avis nécrologique d’Aline Bastin, « fauchée par la barbarie à l’aube de son 29ème printemps », a été diffusé sur les réseaux sociaux. Malgré tout, la famille y précise que l’incinération de la jeune femme se fera dans l’intimité familiale. La cérémonie se déroulera ce vendredi 1 er avril, à 10h30, à l’Église Notre-Dame d’Emael. La réunion est souhaitée à l’église.

    ALINE BASTIN 2.jpgPour les amis de la jeune femme, la famille communique également qu’Aline repose au funérarium Massin de Visé, où les visites sont prévues ces mercredi 30 et jeudi 31 mars, de 17h à 19h. Il y a fort à parier que nombreuses seront les personnes souhaitant lui rendre un dernier hommage. La famille Bastin est particulièrement bien entourée.

    Dans l’avis nécrologique, la famille d’Aline précise également que, si vous le désirez, vous pouvez faire un don au FNRS - Télévie (BE440000-000142-45) avec la mention «
    En souvenir d’Aline Bastin ». Un registre de condoléances est par ailleurs ouvert sur www.funeraillesmassin.be, le site net des pompes funèbres. (Source La Meuse du mercredi 30 mars 2016)

    aline bastin,aline bastin funérailles,aline bastin incinération

  • Les funérailles d’Aline auront lieu le vendredi 1er avril 2016 à 10h30 en l’église Notre-Dame d’Emael

    aline bastin.pngComme l’indique le site ENAOS, Aline repose au funérarium Massin rue des carmes 23 à Visé où les visites auront lieu le mercredi 30 et le jeudi 31 mars de 17 à 19h00.

    Les funérailles d’Aline auront lieu le vendredi 1er avril 2016 à 10h30 en l’église Notre-Dame d’Emael. Le site ENAOS :

    http://www.enaos.net/P1230.aspx?IdPer=389258&IdAN=193329

  • La Vallée du Geer en deuil. C’est confirmé, Aline a perdu la vie dans les attentats de Bruxelles…

    ALINE BASTIN 2.jpgLa maman d’Aline Bastin s’est exprimée sur Facebook : « Gros choc, même si on s'y attendait. Ce matin - samedi 26 mars 2016 - on nous annonce la mort d'Aline. Cette fois, on en est sûr : Aline ne reviendra plus.... La DVI l'a, enfin, identifiée. Nous y sommes allés, le coeur brisé, chancelants, ce samedi. Heureusement la police et l'assistante sociale nous accompagnent durant cette terrible épreuve »

    Roger Wauters de Bassenge Sudinfo partage la peine des familles, des amis et des proches et leur adresse ses sincères condoléances. En ces moments douloureux, il invite les bassengeois et bassengeoises à continuer à leur apporter un maximum de soutien. R.I.P. Aline.

  • Plus beaucoup d’espoir… « On ne reverra plus notre belle Aline » Son corps n’a pas encore été identifié

    ALINE BASTIN 2.jpgSelon le propre aveu de la maman d’Aline Bastin, il n’y a plus d’espoir de retrouver la jeune Bassengeoise en vie. Elle se trouvait mardi dans le métro au moment de l’explosion... 

    Depuis plusieurs jours, ses amis et ses proches s’étaient pourtant mobilisés pour tenter de retrouver sa trace dans un des hôpitaux qui a accueilli des blessés. Mais ce vendredi matin, l’heure était déjà au souvenir, même si le corps de la jeune femme n’a, à l’heure d’écrire ces lignes, pas encore été identifié. Sur Facebook, nombreux sont ses amis ou des connaissances venus déposer un petit mot sous son avis de recherche. « Un esprit joyeux et solaire, une fille douce et sensible », décrit l’un d‘eux.

    « Elle ne reviendra plus. On a perdu espoir », a indiqué sa maman. « On est bien suivi par une assistante sociale de la police, qui nous sonne régulièrement. (…) Notre belle Aline ne reviendra plus (…) Son corps est désormais entre les mains de la DVI. »

    Aline se trouvait dans le métro au moment où Khalid El Berkaoui s’est fait sauter à hauteur de la station Maelbeek. Une station de métro qui se trouve à un jet de pierre de l’endroit où la jeune femme travaille.

    SON GSM FONCTIONNAIT

    Son GSM est resté accessible pendant une partie de la journée. « Son portable sonnait et Aline n'a jamais répondu, ni à moi, ni à ses collègues », explique encore sa maman sur internet. « On regrette qu'il ne soit pas permis de pister les GSM. Il paraît que l'accord d'un juge est nécessaire. On ne trouve pas ça normal lors d’un tel attentat! Moi, sa maman, je me disais que peut-être Aline était coincée sous les débris avec son GSM, et qu'on aurait pu alors la sauver en suivant le signal sonore. Mais l’après-midi, son GSM avait cessé de sonner. »

    Jeudi, il restait encore deux victimes de Maelbeek à identifier. Mais vendredi, en fin de journée, il n’y avait toujours aucun signe de la Liégeoise.

    Aline est la fille du Docteur Pierre Bastin, d’Eben Emael (Bassenge, en région liégeoise). Elle a fait ses humanités à l’Athénée Royal de Visé et vivait depuis quelque temps à Bruxelles, où elle travaillait comme chargée de communication pour C.R.E, une société située avenue des Arts. Elle laisse des parents, un grand-frère qui vit à l’étranger, et une foule d’amis brisés par le chagrin. (Allison Mazzoccato La Meuse samedi 26 mars 2016)

  • Aline Bastin n’a toujours pas été retrouvée par sa famille

    aline bastin.pngOn est toujours sans nouvelles d’Aline Bastin, cette jeune Bassengeoise qui travaillait et vivait à Bruxelles. Mardi matin, elle se rendait en métro sur son lieu de travail quand l’explosion a ravagé la station Maelbeek. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles de sa fille, sa maman a pu joindre le bureau où travaille Aline. L’entreprise était joignable, mais Aline n’y était pas. Elle devait également visiter un appartement vers midi. Là aussi, elle était aux abonnées absentes...

    Mercredi, les parents d’Aline ont à nouveau tenté de savoir où pouvait se trouver leur fille. Ils ont passé la journée à l’hôpital de Neder-Over-Heembeek - où les familles des disparus étaient accueillies - et ont été interrogés par la DVI (cellule d'identification des victimes), pour qu’elle dispose d’un maximum d’informations afin de la retrouver. « La localisation ou l'identification peuvent prendre plusieurs jours : il leur faut une certitude à 100% », expliquait son papa en dessous de l’avis de recherche posté par un proche d’Aline sur Facebook.

    Car c’est encore le flou total autour de la disparition de la jeune femme. La seule certitude dont dispose à l’heure actuelle la famille, c’est celle qu’Aline se trouvait bien dans le métro au moment de l’explosion.

    Et maintenant, où se trouve-t-elle? Hier, à l’heure d’écrire ces lignes, un gros point d’interrogation entourait encore sa situation. Sur les réseaux sociaux, la famille lançait un appel à la prière, et gardait l’espoir de la retrouver vivante. (Source La Meuse vendredi 25 mars 2016)

    La Maman d’Aline a laissé un commentaire sur ce blog (jeudi 24 mars 2016 à 21h45). A découvrir ici :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/03/24/attentats-de-bruxelles-une-bassengeoise-introuvable-aline-n-183441.html#article-comments

  • Attentats de Bruxelles. Une bassengeoise introuvable ! Aline n’est pas arrivée au travail ! Son avis de recherche a été partagé plus de 6.000 fois sur Facebook.

    aline bastin.pngLa situation d’Aline, une jeune femme de 29 ans originaire de la région liégeoise, suscite toujours les plus vives inquiétudes quant à son état de santé. Est-elle toujours en vie ? Est-elle blessée ? Si oui, quel est le degré de gravité de ses blessures ? Tout cela, hier, sa famille ne le savait toujours pas.

    FILLE D’UN MÉDECIN CONNU

    La jeune femme vit depuis quelque temps à Bruxelles, mais elle est originaire de Bassenge, en région liégeoise. Son papa, Pierre Bastin, est un médecin traitant apprécié et reconnu à Eben Emael.

    Sur la boîte vocale du docteur, un message sans équivoque : le généraliste annonce à ses patients qu’il ne peut les recevoir «pour des raisons familiales liées aux attentats de Bruxelles ». Car depuis deux jours, la famille Bastin court après la moindre information, même parcellaire, qui pourrait la rassurer à propos d’Aline. Car hier, les nouvelles ont circulé tous azimuts.

    En début d’après-midi, on apprenait qu’elle était signalée comme « safe », information malheureusement reconsidérée quelques heures plus tard.

    Et vers 18h, elle n’était pas encore reprise sur les listes de la Croix-Rouge…

    INSUPPORTABLE SILENCE

    « Mon mari a téléphoné aux hôpitaux, moi aussi. Nous refaisons le 1771 qu'il est conseillé de répéter toutes les heures. Mais encore une fois, Aline ne sait certainement pas décliner son nom », expliquait sa maman en marge de l’avis de recherche lancé sur les réseaux sociaux.

    Des parents qui sont bien évidemment désespérés devant ce terrible silence. Mardi, Aline se rendait en métro sur son lieu de travail quand l’explosion a ravagé la station Maelbeek. Il existe une forte probabilité qu’elle se trouvait à ce moment-là dans la rame sinistrée. Inquiète de ne pas avoir de nouvelles de sa fille, sa maman a pu joindre le bureau où travaille Aline. L’entreprise était joignable, mais Aline n’y était pas. Elle devait également visiter un appartement vers midi. Là aussi, elle était aux abonnées absentes... (La Meuse jeudi 24 mars 2016)

  • Macabre découverte ce dimanche à Wonck. Le corps d’un animal paraissant être celui d’une vache gisant dans le Geer, les membres et la tête sectionnés…

    vache dans le geer.jpg2.jpg3.jpgBien macabre découverte qu’ont faite des habitants de Wonck ce dimanche matin en apercevant le corps mort et mutilé d’un animal gisant dans le Geer et paraissant être celui d’une petite vache. Vu sa position, l’animal semble dépourvu de tête et des membres sectionnés émergent de l’eau. La photo, publiée sur facebook, a soulevé beaucoup de questions comme suscité émoi et indignation auprès de la population. Ces photos ont été prises dimanche en début d’après-midi. Nous ferons parvenir cet article à la commune de Bassenge pour suivi.

    Regor

    vache dans le geer.jpg

  • Une vague de vols en Vallée du Geer ? Des témoignages convergent et se recoupent…

    vols.jpgCes dernières semaines, différents commentaires sur Facebook ont fait état de vols perpétrés en certains villages de la Vallée du Geer. Vendredi dernier, rue du croupet à Boirs, des malfrats ont opéré leur méfait en soirée et, en l’absence des propriétaires, sont entrés par effraction dans une maison. Quelques heures auparavant, dans le quartier, une riveraine avait observé les va-et-vient « bizarres » d’un véhicule de couleur noire immatriculé en France. Le n° de plaque avait été relevé. Suite au vol, le numéro a été transmis à la Police. Plainte a été déposée.

    Alors, autant le savoir, être attentif et prudent.

    Quelques conseils sur Oreye Blogs Sudinfo en suivant ce lien :

    http://oreye.blogs.sudinfo.be/archive/2012/11/08/quelques-conseils-pour-eviter-les-cambirolages-a-votre-domic.html

  • Bassenge. De vibrants hommages rendus et une toute grande foule pour accompagner Cyril jusqu’à sa dernière demeure…

    enterrement cyril 4.jpgC’est ce samedi 27 février 2016 à 10h30 qu’avait lieu l’enterrement du jeune Cyril (21 ans) décédé dans un dramatique accident. Impossible de chiffrer le nombre de personnes qui avaient tenu à être présentes pour rendre un dernier et vibrant hommage à Cyril tant la foule était nombreuse et dense.

    Après la cérémonie religieuse célébrée dans une église bondée – un large parterre de personnes étaient amassées à l’extérieur – le cercueil fut placé sur le plateau du pick-up VW de Cyril qu’il affectionnait tant. Le cortège s’en est allé alors dignement l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure au cimetière de Bassenge. Sur le enterrement cyril 2.jpgchemin, plusieurs haies d’honneur et des hommages furent rendus au jeune « Sap » apprécié de toutes et tous. Samedi matin à Bassenge, comme dans toute la Vallée du Geer, l’émotion était forte et bien palpable. Que ce soit par une présence à l’enterrement de Cyril, par des commentaires et des partages de photos sur facebook ; les messages, les hommages et les honneurs à l'adresse du jeune Cyril se sont comptés par milliers…

    R.I.P. Cyril

    Regor

    Le reportage en photos ( Raymond, Patrick et Regor)

    enterrement cyril 5.jpg

    enterrement cyril 6.jpg

    enterrement cyril.jpg

    enterrement cyril 4.jpg

    cyril sapion,enterrement cyril sapion,enterrement sap,enterrement bassenge cyril sapion

  • Bassenge – Ecrasé par un Manitou. Une enquête est ouverte après la mort de Cyril Sapion. Des témoins mettent en cause les patrons du manège

    cyril sapion,accident cyril sapion,accident bassenge cyril sapionSelon des témoins, Cyril Sapion, en se mettant au volant du Manitou, aurait obéi aux ordres du patron de l’exploitation pour qui il travaillait. Ce dernier dément. Une enquête est en cours et le véhicule saisi pour expertise.

     

    Mardi matin, Cyril Sapion, 20 ans, perdait la vie, écrasé par le Manitou qu’il conduisait pour aider une voisine à déménager, à Roclenge. Le lourd véhicule s’est retourné, et le jeune homme a été écrasé.

    « Cyril était venu chez nous pour aider ma fille à déménager, expliquait Elisabeth Duchateau, propriétaire du manège au sein duquel le drame s’est produit (notre édition de mercredi). Au moment de l’accident, il n’y avait personne à la maison. Ma fille était partie travailler, mon mari n’était pas là, et moi, j’étais à Maastricht. Cyril avait sonné à ma fille le matin pour dire qu’il viendrait l’aider dans la journée. Pour nous, il n’y avait aucun problème à ce qu’il reste tout seul à la maison : c’est un voisin, je le connais depuis qu’il est tout petit. Depuis l’enfance, il était tout le temps à la maison, je savais qu’on pouvait lui faire confiance. »

    cyril sapion,accident cyril sapion,accident bassenge cyril sapionUne version qui est aujourd’hui mise à mal par plusieurs témoins. Dont Jacqueline Brokken, une ancienne habituée du manège : « Cyril travaillait là depuis ses 16 ans, explique-t-elle. Et s’il a pris le Manitou, c’est parce qu’il a obéi aux ordres de son patron, qui lui a dit d’enlever les crasses qui restaient dans l’appartement et de les faire brûler. »

    Selon Mme Brokken, qui cite notamment un témoin direct des faits, le mari de Mme Duchateau était donc bien présent au moment du drame. Et l’utilisation du tracteur ne serait donc pas une initiative personnelle de la victime. « D’autant que le Manitou était en mauvais en état : il n’avait plus de freins et plus de portière. Et ce n’était pas nouveau… »

    LE MANITOU EN MAUVAIS ÉTAT

    De lourdes accusations que n’hésitent pas à confirmer plusieurs amies du jeune homme, qui ont depuis lors enlevé leurs chevaux du manège incriminé : « Pour le démarrer, il fallait même taper dessus au marteau », complète l’une d’entre elles.

    Du côté des responsables du manège, on nie toute responsabilité dans le drame.

    La justice liégeoise a toutefois décidé d’approfondir le dossier.

    Les responsables du manège ont ainsi été entendus par les enquêteurs, qui tentent notamment de déterminer quelles étaient les relations exactes entre Cyril Sapion et les exploitants. Bénévolat ? Travail non déclaré ? Seule l’enquête permettra de trancher avec certitude.

    L’état du véhicule intéresse également au plus haut point les enquêteurs. Le Manitou a donc été saisi et va maintenant être soumis à expertise.

    Présentait-il des problèmes techniques susceptibles d’être à l’origine du drame ? Là aussi, il faudra attendre la fin des investigations pour savoir si les accusations portées par plusieurs habituées du manège se vérifient ou non.

    Les patrons de l’établissement sont quant à eux formels : Cyril ne travaillait pas au noir et rien ne peut leur être reproché.

    Ce sera donc à la justice de faire toute la lumière sur cet accident qui a coûté la vie à un jeune homme de 20 ans.

    cyril sapion,accident cyril sapion,accident bassenge cyril sapionDernier adieu. Ses funérailles auront lieu ce samedi

    Cyril Sapion allait fêter ses 21 ans et se préparait à entrer dans la vie active. « Ce garçon-là n’attendait qu’une chose, précise Jacqueline Brokken. Il voulait passer son permis camion et travaillait pour se le payer et se mettre ensuite à son compte. » « Il venait de terminer une formation de chauffeur poids lourd et il devait avoir son permis en juin », continue une amie. Mais il n’en sera finalement rien. Depuis hier, Cyril Sapion repose en effet au funérarium Joye, à Glons (rue Lulay), où les visites sont autorisées de 17 à 19h. Ses funérailles se dérouleront samedi à 10h30. La cérémonie se tiendra à l’église de Bassenge, où les amis du jeune homme ont d’ores et déjà promis de venir nombreux. Une page Facebook « Haie d’honneur pour notre ami Cyril » a d’ailleurs été créée par le groupe VAG Liège, qui rassemble les amoureux de belles carrosseries, dont faisait partie le jeune Bassengeois.

    (GEOFFREY WOLFF, La Meuse du vendredi 26 février 2016)

  • Drame à Roclenge. Cyril, 20 ans, meurt écrasé par son Manitou. Le jeune homme était aux commandes de l’engin quand celui-ci a basculé sur le côté, le piégeant

    cyril 2.pngUn dramatique accident s’est joué ce mardi matin à Roclenge. Cyril Sapion, un jeune de la commune, a perdu la vie écrasé par le Manitou qu’il était en train de manœuvrer. Il s’était rendu au domicile d’une voisine pour l’aider à déménager. Le jeune homme s’apprêtait à fêter ses 21 ans.

    L'article complet (La Meuse 24/02/2016)

    À Roclenge, les villageois sont sous le choc. À tout juste 20 ans, Cyril Sapion était bien trop jeune pour perdre la vie.

    Souriant, dynamique, sociable, le jeune homme était bien connu dans la région, où il était apprécié pour son tempérament joyeux. Et pour sa générosité.

    Cyril a perdu la vie mardi en fin de matinée au domicile de ses voisins, rue Royale, où il s’était rendu pour aider la fille de ceux-ci à déménager. C’est en manœuvrant son « Manitou », un engin de manutention, sur la propriété, qu’il a perdu la vie.

    Alors que Cyril se trouvait aux commandes du Manitou sur un terrain en pente, il en a perdu le contrôle pour une raison indéterminée – il n’y a pas de témoins de l’accident – et l’engin a versé sur le côté. Le jeune homme en a été éjecté, et s’est retrouvé écrasé sous le véhicule.

    C’est au domicile d’Élisabeth Duchateau que le drame s’est produit. Située juste en face du Aldi, sa ferme est devenue le théâtre macabre du ballet de la police et du médecin légiste.

    Pour elle, le décès subit de Cyril suscite le choc, mais aussi l’incompréhension.

    IL VOULAIT AIDER SA VOISINE

    Ainsi qu’Élisabeth Duchateau nous l’explique : « Cyril était venu chez nous pour aider ma fille à déménager. Au moment de l’accident, il n’y avait personne à la maison. Ma fille était partie travailler, mon mari n’était pas là, et moi, j’étais à Maastricht. Cyril avait sonné à ma fille le matin pour dire qu’il viendrait l’aider dans la journée. Pour nous, il n’y avait aucun problème à ce qu’il reste tout seul à la maison : c’est un voisin, je le connais depuis qu’il est tout petit. Depuis l’enfance, il était tout le temps à la maison, je savais qu’on pouvait lui faire confiance. »

    Ce qu’Élisabeth ne sait pas, par contre, c’est pourquoi Cyril a décidé de se servir d’un Manitou pour aider sa fille. Hybride entre un chariot élévateur et un tracteur agricole, cet engin de manutention semble en effet fort peu adapté à la tâche pour laquelle Cyril s’était rendu à la ferme Duchateau.

    « Il nous avait dit qu’il allait venir chercher ce qu’il fallait déménager à l’aide d’une Jeep et d’une remorque. Je ne comprends pas pourquoi il a utilisé un Manitou ».

    D’autant plus que, selon la famille de Cyril, celui-ci ne lui appartenait pas. Comme nous l’explique une de ses cousines, « Cyril n’avait pas de Manitou. On ne sait pas pourquoi il était au volant à ce moment-là, on est dans le vague ».

    À l’heure d’écrire ces lignes, le médecin légiste n’avait pas encore déterminé si Cyril avait été tué sur le coup. La cause de l’accident n’est pas encore non plus connue. Selon la police de la Basse-Meuse, Cyril aurait été piégé par le basculement de l’engin.

    Il laisse derrière lui proches et amis confrontés à l’injustice de son décès prématuré. (Source La Meuse mercredi 24 février 2016)

    Roger de Bassenge Sudinfo partage la peine de ses proches et leur présente ses plus sincères condoléances.

Nos rubriques