Google Analytics Alternative

Faits divers

  • Bassenge. Les ouvriers du Service des travaux sauvent un cheval de la noyade ! Il était tombé dans le Geer (Vidéo exclusive !)

    Jeudi matin 1er décembre 2016, à Bassenge, pour une raison que l’on suppose être une glissade, un  cheval est tombé dans le Geer. Appelés sur les lieux, les pompiers sont arrivés rapidement. Faute d’être équipés du matériel adéquat devant les berges fortement escarpées, les pompiers ont alors fait appel au Service des travaux de Bassenge. C’est ainsi que le tracto-pelle a été amené sur le lieu. Les pompiers, qui n'ont pas eu peur de se mouiller(Sic), ont placé des sangles sous le poitrail du cheval et les ont raccordées à la benne. Grâce à la dextérité du conducteur de l’engin, comme à l'aide efficace des pompiers, le cheval a été ramené sain et sauf sur la terre ferme. Un véritable exploit qui méritait d’être relaté et applaudi.

    Le sauvetage en vidéo !

  • Basse-Meuse – Judiciaire. Cambriolages en série dans la région de Bassenge et Juprelle

    Une vague de cambriolages touche la zone de police de la Basse-Meuse. Juprelle est fortement touchée et la commune de Bassenge est, elle aussi, concernée. Et hier soir, un nouveau vol dans une habitation était constaté, cette fois à Mortier (Blegny). Signe que le phénomène est plutôt important, la zone de police nous a donné des chiffres qui interpellent : « Nos statistiques en matière de cambriolages étaient jusque-là stables. Mais là, on sait déjà qu’ils sont en augmentation. En 2015, nous en avions eu 466, alors que pour 2016, nous avons déjà 503 vols constatés ! Plus intéressant encore, les chiffres de ces trois derniers mois. En septembre, nous avons eu 7 cambriolages à Bassenge et 9 à Juprelle. En octobre, ils étaient respectivement de 8 et 6. Mais depuis début novembre, nous en avons déjà eu 9 à Bassenge et 28 à Juprelle, sur les 66 vols dans les habitations qui ont été constatés ce mois-ci sur l’ensemble de la zone ! »

    On l’a compris, Juprelle est particulièrement visée par ce ou ces voleur(s). « C’est un peu un village dortoir qui, en plus, est traversé par de grands axes et proche de l’autoroute. Ajoutez à cela que nous sommes dans une période habituellement plus propice aux cambriolages. Il fait sombre plus tôt, c’est plus facile pour les cambrioleurs d’être moins remarqués. D’ailleurs, la plupart des vols sont opérés en fin d’après-midi ou début de soirée. »

    La police conseille de « faire croire que la maison est occupée. Laisser une lampe allumée ou la radio. Mettre un programmateur pour que des lampes s’allument… Ne pas laisser pas de fenêtre ouverte, même en oscillo-battant. Ne pas laisser non plus traîner une échelle. »

    Depuis une dizaine de jours, des patrouilles ciblées sont organisées. Si vous constatez des agissements suspects, contactez le 101 ou la police de la Basse-Meuse au 04/374.89.00.

    Note de Regor

    Quelques témoignages recueillis sur Facebook

    • « Deux cambriolages cette semaine rien que chez nos voisins proches, rue de la Vallée; va-t-il falloir que nous organisions des rondes nous-mêmes pour nous protéger ? »
    • « Il semblerait qu'ils passent devant les maisons avec un accessoire qui ouvre les portes électriques des garages et entrent donc sans effraction, c'est réellement flippant. »

    http://www.rtl.be/info/magazine/hi-tech/ce-petit-boitier-a-25euro-peut-ouvrir-n-importe-quelle-voiture-ou-porte-de-garage--745300.aspx  

    • « J'ai retrouvé mes portes de garage ouvertes samedi passé et lundi...... J'ai prévenu la police et fait changer les codes des télécommandes des portes. J'habite rue Cordemont (Juprelle)
    • « Je viens de recevoir un coup de téléphone du ministère de l'intérieur me posant des questions sur le genre de maison que j'habite à cause des vols survenue dans la région.  Trouvez- vous normal qu'à 18h15, on vous pose ce genre de questions ???? Pour ma part je crois qu'il faut se méfier »
    • " En rentrant vers 18h30 chez moi, je suis interpellée par une personne conduisant une camionnette blanche pour me demander où se trouve le 730 rue provinciale à Slins. Je lui ai dit vers où se diriger. Mon fils me signale que la camionnette tourne toujours. »
    • « Notre voisin a été cambriolé hier soir à 21h alors qu'il s'était absenté 3/4h. Il y a donc forcément des gens qui surveillent les habitants qui sortent de chez eux, c'est obligé; à nous d'ouvrir l'oeil et de repérer des voitures inconnues. Vu la multiplication des vols, je pense que c'est une bonne idée que chacun partage son expérience afin que nous sachions tous à quoi nous devons être attentifs! »

    C’est en effet ce dernier témoignage qui permet de mettre en évidence un point commun à tous ces vols : une voiture stationnée dans un quartier avec des occupants à son bord qui portent une surveillance sur les habitudes des habitants.

    Ouvrir l’œil et le bon s’avère nécessaire.

    Regor

  • Wonck - Braquage à la Kalachnikov. La voiture des malfrats aperçue par un témoin

    Le vendredi 4 novembre dernier, une famille de Wonck a vécu l’enfer.

    En soirée, trois hommes armés et encagoulés ont fait irruption dans l’habitation de la rue du Ruisseau. Voyant que les occupants résistaient, ils ont ouvert le feu. Un des auteurs était armé d’une Kalachnikov et n’a pas hésité à en faire usage. Si le traumatisme psychologique est important, la famille doit aussi panser ses plaies au sens premier du terme.

    Effectivement, ce soir-là, le fils de 26 ans a pris une balle dans l’orteil, la mère a été blessée par de nombreux éclats de plomb, et le papa a essuyé un coup de crosse sur le crâne.

    Des sprays lacrymogènes ont aussi été utilisés sur la famille.

    UNE CAGOULE ARRACHÉE

    Les malfrats, quant à eux, sont repartis bredouilles à bord d’une Golf noire. Mais dans sa fuite, un des auteurs a été délesté de sa cagoule, arrachée dans un dernier réflexe par le papa.

    On apprend également qu’un témoin a aperçu la fameuse voiture ce soir-là. Elle était, selon lui, stationnée rue Sous-Waer, dans une cité située à environ 500 mètres de la rue du Ruisseau.

    Le témoin a vu une Golf de type 5 ou 6, avec des plaques françaises, garée devant le numéro 30 de la rue. Peu avant la commission des faits, elle a quitté son stationnement pied au plancher. Une personne se trouvait dans le véhicule. Cet homme était, selon ce témoin, âgé entre 20 et 30 ans maximum, avec une barbe naissante.

    Des éléments qui sont en cours de vérification par les enquêteurs de la section banditisme de la PJF de Liège, à qui l’enquête a été confiée.

    Du côté de la famille, la maman souffre toujours de blessures importantes aux jambes. (Source La Meuse mercredi 23 novembre 2016 Allison Mazzocatto)

  • Dans le tiroir aux souvenirs… En 1985… Fait divers tragique à Bassenge : un chien voulant ranimer son maître victime d'une thrombose, le mord mortellement.

    Un chien, qui d'après l'analyse de la SPA et du journaliste n'a pas l'air féroce, mais risque l'euthanasie. Un spécialiste de la psychologie animale nous éclaire davantage sur le sujet.

    L'émission à voir en suivant le lien ci-dessous ! (Archives Sonuma)

    http://www.sonuma.be/archive/fait-divers-et-psychologie-canine

    Fonds : RTBF

    Emission : CE SOIR

    Genre : EMISSION D'INFORMATION

    Diffusion : 28-02-1985

    Lieux : Bassenge, Belgique

    Intervenant(s) :

    Willy Lesur (Journaliste), Christian Druitte (Présentateur)

    http://www.sonuma.be/archive/fait-divers-et-psychologie-canine

    archives sonuma bassenge,sonuma bassenge,fait divers bassenge,chien mord son maître abssenge

  • Branche tombée - tempête Glons. Le glas a sonné pour le vieil arbre : il va être abattu

    arbre tombé glons.jpgNous consacrions, hier, un article à la chute d’une branche suite à la violence des vents. Nous posions la question de savoir si l’état de putréfaction de l’arbre ne constituait pas un danger d’autant qu’une grosse branche surplombe la rue Lulay. Le propriétaire nous a donné quelques explications. L’arbre va être abattu incessamment. Ceci étant, l’arbre, plus que centenaire, figure dans l’inventaire des arbres remarquables de Wallonie. Il est donc considéré comme classé. A ce titre, toute intervention – élagage, abattage – nécessite l’introduction d’une demande au Service de l’Urbanisme de la commune qui, travaillant de concert avec le SPF Wallonie (Patrimoine naturel), octroiera les autorisations nécessaires. Conscient du danger, suite à la première chute de branche il y a quelques temps déjà, le propriétaire avait introduit cette demande. Dès l’autorisation reçue, ce qui ne saurait tarder, le propriétaire fera appel à une entreprise spécialisée afin d’abattre le vieil arbre. Voilà de quoi rassurer tout le monde…

    Ci-dessous, le plan de situation de l'arbre classé (point rouge).

    arbre remarquable glons rue lulay.png

  • Bassenge et environs proches. Vague de vols : le point sur la situation

    Suite à l’article paru avant-hier sur ce blog qui avait pour sujet la vague de vols perpétrés à Juprelle, plusieurs témoignages ont déferlé sur Facebook pour attester de vols commis aussi en Vallée du Geer.

    Ainsi convient-il de faire le point sur cette vague de vols.

    Il y a deux jours, deux maisons ont été visitées à Boirs rue d’Once. Il y a un mois environ, c’était à Houtain que les malfrats avaient pénétré dans quelques maisons. A Juprelle, nous l’évoquions, des vols par effraction dans des habitations ont été commis dans différents villages de l’entité.

    Les communes limbourgeoises voisines ne sont pas en reste… En effet, les journaux limbourgeois voient leurs colonnes alimentées, ponctuellement, par des faits de ce genre.

    Des similitudes dans le modus operandi

    Dans les vols, il faut constater, en effet, certaines similitudes et constances. Fenêtres brisées, portes d’entrée fracturées au pied de biche, et des méfaits opérés la nuit tombée en l’absence des habitants. Armoires et tiroirs ouverts, fouillés. Butin commun aux différents vols perpétrés : argent, bijoux, matériel informatique. Plusieurs vols ont été commis alors que les habitants avaient quitté, momentanément, leur domicile pour se rendre au restaurant, chez des amis, etc… Ce qui amène donc à considérer que les malfrats, non seulement, opèrent des repérages minutieux mais mènent également des observations soutenues sur les habitudes des habitants. Pour exemple, dans un cas à Boirs comme un autre à Juprelle, avant les vols, une camionnette blanche avec deux jeunes à son bord, a stationné, plusieurs fois, et assez longtemps dans le quartier. Des personnes témoignent aujourd’hui de sa présence et disent avoir considéré ces agissements comme suspects. Trop tard, évidemment.

    Il faut, bien entendu, se garder de tout sentiment de peur ou de crainte car il s’agit de cas relativement épars ; mais il appartient tout de même à chacun d’être vigilant et de bien ouvrir l’œil afin d’être attentif à tout agissement suspect. Communiquer sur facebook permet aussi de se rassembler autour d'un fait de société et parer à toute éventualité. Pour les numéros de contact avec la Police, voir la rubrique ad-hoc, à droite sur le bandeau de ce blog.

    Tous les conseils pour vous prémunir contre les risques de vols en cliquant sur le lien ci-dessous:

    https://www.besafe.be/fr/conseils/comment-diminuer-le-risque-d-tre-victime-de-cambriolage

  • Tempête Glons. On l’a échappé belle ! Dans la rue principale de la bourgade, une grosse branche se rompt et s’abat sur le sol. D’un diamètre imposant, elle faisait une bonne vingtaine de mètres…

    On l’a échappé belle car on ne déplore aucun blessé ni aucun dégât majeur. Dans une propriété privée de la rue Lulay, suite aux grands vents de ce weekend, une grosse branche d’un arbre plus que centenaire s’est rompue et s’est abattue sur le sol. Heureusement, elle est tombée dans le jardin de la propriété privée et non sur la rue principale de Glons avec le trafic que connaît celle-ci. Il y a quelques mois seulement, suite à un orage, une grosse branche de ce même arbre s’était rompue, elle aussi. Tout semble indiquer que l’arbre entier est en phase de putréfaction. Situation d’autant plus interpellante que la branche majeure surplombe la rue Lulay. (Photo bandeau Quentin Polard. Autres Regor)

    arbre rue lulay.jpg

    arbre rue lulay 2.jpg

    arbre rue lulay 3.jpg

  • A proximité – Juprelle. Une vague de vols dans toute la commune !

    Thomas Michiels, gestionnaire du blog Juprelle – Sudinfo rapportait dernièrement en ses colonnes que, ces derniers jours, des vols à répétitions se produisent dans la commune de Juprelle. En ce qui concerne Bassenge Sudinfo, nous en avons encore eu confirmation ce matin (vendredi 18 novembre 2016) par le témoignage d’une dame de Juprelle à qui on a dérobé les bijoux alors qu’elle était allée, tout simplement, au restaurant. Les malfrats sont entrés dans sa maison en brisant une vitre.

    Puis, il y a aussi le témoignage de cette dame résidant à Boirs, rue d’Once, qui publie ceci sur Facebook (vendredi 18 novembre 2016) :

    « Faites attention !

    Une camionnette blanche circule dans nos rues. La police a le début du numéro de plaques, si vous voyez cette camionnette vous êtes prié de téléphoner à la police.

    Ils viennent de venir voler chez nos voisins Renée R. & Edouard V. rue d'once en face de la rue de l'Ile à Boirs, ils ont retourné la maison d'en haut jusqu'en bas. Toutes les armoires ont été visitées et le coffre forcé. Si quelqu'un, en passant, a vu quelque chose entre 17.50 et 18.50 veuillez aussi le signaler.

    Cela n'est pas possible que personne n'a rien vu alors que la porte de l'entrée devant en bois est carrément défoncer au pied de biche :(

    De plus, on me signale que deux jeunes ont circulé dans les rues et se cachent quand ils voient quelqu'un arriver. Merci pour nos voisins qui sont très choqués »

    Lire l’article entier en suivant le lien ci-dessous ou en cliquant ICI

    http://juprelle.blogs.sudinfo.be/archive/2016/11/10/une-vague-de-vols-dans-toute-la-commune-206998.html

  • Wonck – Braquage à la Kalachnikov. La maman, plus gravement touchée aux deux jambes

    Vendredi dernier, trois malfrats faisaient irruption dans une maison de la rue du Ruisseau, à Wonck. Voyant que les occupants résistaient, ils ont ouvert le feu à la Kalachnikov. Le fils de 29 ans a pris une balle dans l’orteil, la mère a été blessée par de nombreux éclats de plomb, et le papa a essuyé un coup de crosse sur le crâne. Si le père et le fils ont pu regagner leur domicile, la maman était, hier, toujours hospitalisée mais elle devait regagner son domicile. Elle souffre de graves blessures aux jambes et a dû être plâtrée. La famille reste fort éprouvée psychologiquement, nous confie une proche.( Source La Meuse mercredi 9 novembre 2016 Allison Mazzocatto)

  • Bassenge – Judiciaire. Braquage à la kalach : trois blessés à Wonck !

    attaque à main armée wonck novembre 2016.4.jpgTrois malfrats cagoulés ont fait irruption dans une maison : ils voulaient l’argent de la famille

    Vendredi, début de soirée cauchemardesque pour une famille de Wonck (Bassenge). Trois hommes ont fait irruption dans une maison de la rue du Ruisseau. Voyant que les occupants résistaient, ils ont ouvert le feu à la Kalachnikov. Le fils de 26 ans a pris une balle dans l’orteil, la mère a été blessée par de nombreux éclats de plomb, et le papa a essuyé un coup de crosse sur le crâne. Les malfrats sont repartis bredouilles ! 

    attaque à main armée wonck novembre 2016.2jpg.jpgIl y a des images qui impriment la rétine et des cris qui résonnent dans la tête. Cet état groggy, une famille de Wonck aura besoin de temps et de soutien pour le voir s’atténuer. Depuis vendredi, les questions fusent. Sans réponse. « Pourquoi nous ? Que voulaient-ils ? » Des zones d’ombre que l’enquête devra aussi éclaircir. Car depuis vendredi soir, la vie d’une famille a changé.

    Comme tous les vendredis, elle s’apprête à passer la soirée. Trois hommes frappent à la porte.

    ILS ENTRENT PAR L’ARRIÈRE

    Ne se doutant pas que les intrus sont habités de très mauvaises intentions, et pensant qu’il s’agit de proches dont elle attend la visite, attaque à main armée wonck novembre 2016.jpgla maîtresse de maison les invite à passer par l’arrière. Elle les voit. Ils sont trois, encagoulés, armés et déterminés. Mais elle ouvre, imaginant une blague d’Halloween perpétrée avec quelques jours de retard. Ma foi, ça aurait pu être drôle. Mais le trio n’est pas là pour rigoler.

    Il fait irruption dans la pièce, bouscule la mère de famille âgée de 51 ans, et l’asperge avec une bombe flash. Instinctivement, elle se dirige vers l’évier de la cuisine pour humidifier son visage. Mais elle est rapidement rattrapée par les malfrats qui la malmènent et l’immobilisent sur une chaise. Voyant leur mère et épouse agressée physiquement, le fils et son papa volent à son secours. Le père essuie un coup de crosse sur le crâne. Le fils est également flashé. À l’étage, sa fiancée est maîtrisée par un des individus.

    attaque à main armée wonck novembre 2016.3.jpgILS VOULAIENT DE L’ARGENT

    Ceux-ci veulent de l’argent. Mais il n’y en a pas. Le papa, 54 ans, est actuellement en congé maladie et son épouse est femme d’ouvrage. La famille résiste, les malfrats s’impatientent et deviennent de plus en plus nerveux, jusqu’à atteindre le point de non-retour.

    L’un d’eux est armé d’une Kalachnikov. Il ouvre le feu. Le fils, un jeune homme de 26 ans, est blessé par balle à l’orteil. La maman, elle, reçoit de très nombreux éclats de plomb dans la jambe, mais aussi aux mains, aux bras et au ventre.

    Voyant que leur périple criminel tourne au fiasco, les trois malfrats prennent la fuite. Dans l’allée, ils arroseront encore la façade de plusieurs tirs de Kalach avant de s’engouffrer dans une Golf noire dans laquelle un complice les attendait. Ils n’ont rien emporté !

    15 impacts retrouvés à l’intérieur de la maison

    Vendredi soir, la police de la Basse-Meuse, le parquet de Liège et un expert balistique sont descendus sur place. Les blessés ont été transportés à l’hôpital pour y être soignés. Leurs jours n’étaient, et ça relève du miracle, pas en danger. Ils devraient rentrer chez eux assez rapidement. A l’intérieur de l’habitation, 15 impacts de balle auraient été retrouvés par les experts! De nombreuses douilles ont aussi été ramassées, à l’intérieur du logement et dans l’allée.

    DE JEUNES AGRESSEURS

    Entendue, la famille a pu livrer quelques éléments aux policiers. Notamment, les malfrats semblaient relativement jeunes, et s’exprimaient en français. Par ailleurs, ils étaient visiblement fort nerveux.

    (Allison Mazzocatto La Meuse lundi 7 novembre 2016)

  • Bassenge – Judiciaire. Un braquage à la kalachnikov fait trois blessés à Wonck

    attaque à main armée wonck novembre 2016.4.jpgDébut de soirée cauchemardesque vendredi pour une famille de Wonck (Bassenge). Trois hommes ont fait irruption dans une maison de la rue du Ruisseau. Voyant que les occupants résistaient, ils ont ouvert le feu à la Kalachnikov. Le fils de 26 ans a pris une balle dans l’orteil, la mère a été blessée par de nombreux éclats de plomb, et le papa a essuyé un coup de crosse sur le crâne. Les malfrats sont repartis bredouilles !

    La suite en suivant le lien ci-dessous !

    http://www.lameuse.be/1712169/article/2016-11-06/un-braquage-a-la-kalachnikov-fait-trois-blesses-a-wonck

  • En Vallée du Geer, « On » tire sur les chats avec des plombs : des explications complémentaires.

    Hier, nous avons contacté la Vétérinaire Gonzalès afin d’en savoir un peu plus sur cette affaire de tirs sur les chats.

    Regor de Bassenge Sudinfo : « Sait-on dans quel coin, plus particulièrement, "on" tire sur les chats dans la Vallée du Geer ? Peut-on situer, les endroits, les villages, les quartiers ? »

    La Vétérinaire Gonzalès: « Non pas précisément. Le chat de ce matin est de Boirs, mais j'en ai eu d'un peu partout de la Vallée. Mon post sur Facebook se veut d'ailleurs très "général". » Et elle poursuit : « J'ai remis le plomb au propriétaire du chat qui, justement, est policier et a déjà déposé une plainte contre X, j'imagine. Ce n'était pas une petite bille ronde issue d’une de cartouche de fusil de chasse. Je n'y connais rien en armes, ni en différents plombs. Mais on le voit très clairement sur la photo si ça peut aider ... »

    Et effectivement, à bien analyser la forme du plomb visible sur la photo, il serait issu d’une carabine. Devant cette affaire sordide, ces tirs qui visent les chats un peu partout en Vallée du Geer, de nombreuses questions se posent…

    Montage Regor, source Wikipedia

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Plomb_(projectile) 

  • SNCB, technique de vol à la tire : un classique. Les voleurs à la tire attendent l’entrée en gare pour agir

    Voler le GSM et sauter sur le quai: une technique éprouvée.

    Samedi, une étudiante liégeoise a été victime d’un vol à la tire dans le train Charleroi-Liège. En quelques secondes, trois auteurs lui ont volé son smartphone et ont sauté sur le quai, juste avant que le train ne redémarre. Il ne s’agit pas d’un cas isolé. La technique est bien connue des services de police. 

    Maïté, 25 ans, de Liège, n’en revient toujours pas. Samedi à 15h51, elle monte dans le train à Charleroi pour rentrer chez elle, à Liège. Pour être plus tranquille, elle s’installe en 1 ère classe. À l’approche du premier arrêt, en gare de Châtelet, trois jeunes gens entrent dans son compartiment. Elle est occupée à envoyer un SMS avec son iPhone. Ils la bousculent, lui arrachent l’appareil des mains et sautent du train. La pauvre Maïté n’a pas le temps de leur courir après : les portes sont déjà fermées et le train redémarre.

    « Le procédé est assez classique » , nous dit-on à la police des chemins de fer. « C’est souvent juste avant la fermeture des portes et le départ du train que les voleurs agissent. Il y a aussi deux autres techniques assez connues. Un auteur, sur le quai, tape sur la vitre pour parler au voyageur. Il lui demande de l’aide de façon brouillonne. Alors que le voyageur a l’attention détournée, un complice à l’intérieur du wagon subtilise son sac ou son portefeuille dans sa veste. Un autre truc pour distraire la victime, est de laisser tomber des pièces de monnaie par terre, une carte de banque ou des documents. Le voyageur aide à les ramasser et se fait voler par un complice. »

    TROIS VOLS À LA TIRE PAR JOUR

    En 2015, 1.044 vols à la tire ont été commis dans les trains et gares SNCB du pays, soit 3 par jour. Ce chiffre est en diminution (2.429 en 2011). Les caméras de surveillance, toujours plus nombreuses sur les quais, dans les gares et même dans les trains pourraient expliquer cette baisse.

    « À ce jour, Securail exploite 9.211 caméras de surveillance » (contre 9.057 il y a un an), détaille Thierry Ney, porte-parole de la SNCB. 3.660 de ces caméras filment à l’intérieur des wagons. « Nos rames Desiro en sont équipées et ce sera aussi le cas pour les nouveaux trains M7, attendus pour 2018. »

    En 2015, la police a effectué 2.685 demandes d’images à Securail. « Dans 80 % des cas, ces images ont permis d’aider les enquêteurs » , ajoute Thierry Ney.

    Maïté a déposé plainte auprès de la police des chemins de fer à son arrivée en gare des Guillemins. Elle a pu décrire sommairement les auteurs du vol et a réussi à bloquer son iPhone. Mais même bloqués, ces trésors valent encore de l’or. Ils se revendent au vu de tous sur internet en seconde main, pour pièces détachées. La gare de Châtelet dispose de plusieurs caméras. Les images seront-elles exploitables ?

    « Lorsque les images montrent un auteur bien visible, on demande une capture d’écran et on diffuse l’image dans le bulletin de recherche et d’identification (BRI) destiné aux policiers », explique un policier. « Sans résultat, le parquet peut demander un appel à témoins auprès du grand public. Mais pour des faits graves, pas pour des vols simples. »

    Début 2017, 127 nouveaux agents Securail (en cours de formation) seront opérationnels. Ils seront alors 600 à observer le moindre comportement suspect. Du dangereux terroriste au simple voleur. (Source La Meuse vendredi 4 novembre 2016)

  • Kanne – Incroyable. « Tu es trop c… pour rouler en Flandre ». Les balades adoucissent les moeurs.. ( + 2 vidéos)

    Jean-Marie et Francis ont été agressés par un cycliste flamand alors qu’ils effectuaient une rando à vélo

    Deux cyclotouristes verviétois du dimanche roulaient, lundi après-midi, le long du canal Albert lorsqu’ils ont littéralement été agressés par un cycliste flamand extrêmement excité. Des insultes, des relents communautaires et des coups ont fusé. Récit d’une des victimes.   

    « Va rouler en Wallonie, t’es trop con pour rouler ici ! » Jean-Marie, 71 ans, et Francis, 70 ans, se souviendront longtemps de leur randonnée à vélo entre Lixhe et Kanne (Riemst). Ces deux Verviétois, le premier est de Battice et le second d’Andrimont, n’en reviennent toujours pas.

    Une véritable agression relatée par Jean-Marie. « Mon camarade et moi roulions tranquillement le long du canal Albert. Nous avions prévu d’effectuer un tour d’une quarantaine de kilomètres entre Lixhe et Kanne. Nous roulions à deux de front sur le RAVel lorsque, dans une chicane, un cycliste est arrivé à fond de balle derrière nous. Il nous a dépassés en criant « espèce de connard » et en portant un coup à mon camarade. »

    « IL AVAIT LA RAGE »

    Le cycliste pestait contre les deux amis qui, à son goût, ne laissaient que peu de place pour passer sur le chemin étroit. Francis rétorque : « C’est toi le connard ».

    Il n’en fallait pas plus pour que le cycliste flamand sorte de ses gonds. « J’ai été gendarme durant des années et ce type était énervé ! Que dis-je, il avait la rage de ceux qui ont consommé beaucoup de boissons alcoolisées au cours d’une soirée. »

    Le Flamand, un monsieur d’âge mûr, racé, sportif et équipé comme un potentiel vainqueur du Tour de France, s’arrête et s’en prend à Francis.

    Même si sa grossièreté fait peine à entendre, il s’exprime dans un français quasi parfait. « Tu as de la chance que tu es vieux sinon je te casserais la gu… Ce n’est pas comme cela qu’on roule ici ». Toute la scène est immortalisée par deux caméras de type Go Pro. Une est installée sur le casque de Jean-Marie, l’autre sur la potence de son vélo.

    Lorsque Francis et Jean-Marie lui disent qu’il arrivait trop vite et qu’il n’a pas signalé sa présence, le cycliste flamand devient dingue : « Va rouler en Wallonie, tu es trop con pour rouler ici… »

    Il remonte sur son vélo, effectue une dizaine de mètres puis se ravise. « Tu sais quoi ? » lance-t-il à Jean-Marie. « Je vais te mettre mon poing sur ta gu… De toute façon je suis flamand, je ne risque rien. »

    IL ARRACHE LA GO PRO

    L’homme vient au contact physique, il bouscule Jean-Marie. « Je vais te montrer ce qu’est un Flamand, c.. ». Il lui arrache la caméra Go Pro installée à l’avant de son vélo et la jette dans le canal Albert sans autre forme de procès. Il remonte sur son vélo et poursuit sa route. Francis et Jean-Marie, médusés, le regardent partir.

    « Nous n’avons pas insisté. Moi aussi j’aurais pu le bousculer mais tout le monde allait se retrouver dans le canal et les vélos aussi. Mon ami et moi, nous roulons sur des vélos électriques qui coûtent près de 3.000 euros et nous n’avions rien à gagner en nous opposant à ce Flamand raciste. Et dire que quelques minutes seulement avant cette agression, nous venions de dire que nous étions bien en Flandre », conclut Jean-Marie.

    Les deux amis ont déposé une plainte. Francis pour avoir reçu des coups. Jean-Marie, lui, a signalé les dégâts à son vélo ainsi que la caméra Go Pro jetée dans le canal Albert. (Arnaud Bisschop La Meuse de ce jeudi 3 novembre 2016)

    agression kanne, bagarre kanne

  • Samedi soir, sur l’autoroute, après avoir passé Boirs, le car de Virton (D1 amateurs) prend feu. Il revenait du match à Dessel (Photo + vidéo)

    Le feu aurait démarré au niveau du tableau de bord, d’après le compte Facebook du club. Les flammes se sont rapidement propagées à l’intérieur du véhicule. Le car s’est alors garé le plus rapidement possible et ses occupants ont pu être évacués en brisant une vitre.

    Les joueurs et le staff ont été pris en charge pour revenir en Gaume. Le bus sortait du contrôle technique la semaine dernière. Tous les passagers sont sains et saufs. + de photos et vidéo en suivant le lien ci-dessous :

    http://www.lameuse.be/1706946/article/2016-10-30/d1-amateurs-le-car-de-virton-prend-feu-en-revenant-du-match-a-dessel-photosvideo

    bus incendie.jpg

    bus en feu,car en feu,car en feu boirs

    bus en feu,car en feu,car en feu boirs

    bus en feu,car en feu,car en feu boirs