Google Analytics Alternative

Environnement

  • Communiqué : fortes perturbations dans les services d’Intradel ce vendredi !

    Communiqué d’Intradel

    La grève générale de ce vendredi 14 décembre impactera fortement les services d’Intradel et de ses sous-traitants.

    Outre le fait que le centre administratif sera fermé, voici le point pour ce qui concerne les collectes en porte-à-porte et les recyparcs.

    Collectes (DMR et Organiques) :

    Des perturbations pourraient avoir lieu sur les communes de : Amay, Aubel, Berloz, Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Dison, Engis, Ferrières, Fexhe, Fléron, Hannut, Herstal, Marchin, Ouffet, Oupeye, Seraing, Ans, Bassenge, Jalhay, Liège, Lontzen, Neupré, Raeren, Soumagne, Verlaine, Verviers et Visé.

    Si vos conteneurs ou sacs n’étaient pas repris, il conviendra de les ressortir à la collecte suivante.

    Recyparcs :

    Seuls les recyparcs suivants seront ouverts : Seraing boncelles, Waremme, Amay, Huy, Spa, Limbourg et Thimister.  Soit 8 sur 49.

    Le recyparc de Boirs sera donc fermé !

    Dans ces conditions, nous suggérons, autant que faire se peut de reporter la visite ou de téléphoner au recyparc afin de connaître les disponibilités.

    La liste des recyparcs et leurs numéros de téléphone sont disponibles sur notre site internet à l'adresse https://www.intradel.be/trier-ses-dechets/recyparcs.htm?lng=fr

  • Plantation de pommiers dans la nouvelle réserve Natagora de Boirs : les élèves de l’école Sainte Marie apportent une aide significative

    plantation pommiers réserve boirs.jpgJeudi dernier, c’est avec beaucoup d’entrain et dans la bonne humeur que les élèves des 5ème et 6ème années de l’école Sainte Marie de Boirs se sont attelés à la plantation d’une vingtaine de jeunes pommiers dans la nouvelle réserve naturelle du "Thier de Boirs".

    Sous la surveillance de leur Institutrice, Madame Christelle, et encadrés par des bénévoles de Natagora, ils se sont appliqués et ont travaillé selon les règles de l’Art. Les trous destinés à recevoir les jeunes plants avaient été préalablement creusés dans cette partie de la surface autrefois utilisée comme remblai lors de la construction de l’autoroute en contrebas. Les enfants ont alors plantation pommiers réserve boirs4.jpgdisposé des cailloux, briques et autres gravats pour former des pierriers qui furent ensuite recouverts d’un pralinage composé de boue, d’argile et eau. Fortes des explications reçues par les spécialistes de Natagora, les petites têtes blondes de l’école aux infrastructures proches de la réserve pourront désormais se prévaloir d’être devenus expertes en la matière et faire état, à la postérité, du fait que ce sont elles qui ont plantés les anciennes variétés de pommiers dans la réserve naturelle du Thier de Boirs ce jeudi 29 novembre 2018.

    Sur le coup de midi, le groupe fut appelé à se rassembler pour partager une bonne soupe bien chaude et revigorante après le long travail fourni. Elle avait été concoctée par Claudine Jordan, gestionnaire de la réserve, toujours aux petits soins avec les enfants des écoles dont l’aide apportée à Natagora est certes toujours significative.

    Un bel avant-midi où, en plantant ces arbres, les enfants avaient rendez-vous quelque part avec leur avenir….

    plantation pommiers réserve boirs3.jpg

    plantation pommiers réserve boirs7.jpg

    plantation pommiers réserve boirs5.jpg

    plantation pommiers réserve boirs2.jpg

  • Bassenge – Santé et nature. Apprendre gratuitement à jardiner bio. Des potagers KreaVert bientôt en Basse-Meuse (+ reportage photos)

    kreavert boirs 10.jpgDepuis cet été, un potager communautaire d’un genre nouveau a fait son apparition à Boirs, juste à côté de l’église. Un potager où on apprend la culture bio, tout en venant se servir gratuitement, à n’importe quelle heure de la journée ! 

    Ce mercredi après-midi, une dizaine de personnes se sont retrouvées juste à côté de l’église de Boirs où un potager d’un nouveau genre a vu le jour voici quelques mois. La plupart ont reçu de précieux conseils sur la manière de planter des arbres pendant que d’autres arrachaient des mauvaises herbes, arrosaient les légumes ou récoltaient quelques carottes ou bettes. « Ce potager s’inscrit dans le cadre du projet KreaVert. Il s’agit d’un projet transfrontalier, subsidié par le Feder et la Région wallonne, explique kreavert boirs 7.jpgAgathe Jenffer, responsable du projet. Pour la Belgique, il est mis en place par le Cynorhodon. Il veut favoriser l’inclusion sociale tout en développant des villes comestibles. Sur des espaces publics, à la place de pelouse, on va développer des potagers communautaires, accessibles à tous ».

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-11-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-11-24,BASSE-MEUSE,1|10

    kreavert boirs.jpg

    kreavert boirs 4.jpg

    kreavert boirs 2.jpg

    kreavert boirs 8.jpg

    kreavert boirs 6.jpg

    kreavert boirs 5.jpg

  • Le black-out à nouveau d’actualité cet hiver

    Allons-nous nous retrouver plongés dans le noir lors de certaines soirées d’hiver ?

    Le retour au premier plan de l’éclairage à la bougie n’est pas à exclure : les travaux de rénovation de la centrale nucléaire Doel 1 prendront plus de temps que prévu, ce qui ravive les craintes de pénuries électriques pour cet hiver. Des inquiétudes que confirme Philippe Van troeye (CEO d’Engie Electrabel) : «  Pour janvier et février, c’est tendu  ». La reconnexion de la station au réseau était attendue pour le 10 décembre mais elle n’aura finalement pas lieu avant fin janvier 2019. Et pour ne rien arranger, le même problème pourrait se poser à Doel 2 où des contrôles supplémentaires, avec des robots adaptés, doivent encore être réalisés. Son redémarrage, prévu le 31 décembre, est donc fortement incertain…

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/308960/article/2018-11-18/le-black-out-nouveau-dactualite-cet-hiver?from_direct=true

  • Bassenge. Journée de l’arbre ce samedi 17 novembre 2018

    Comme chaque année, la Commune de Bassenge organise sa grande Journée de l’Arbre ce samedi 17 novembre 2018 de 14h30 à 19h.

    La traditionnelle distribution de plants se déroulera sur la Place Louis Piron à Roclenge. 

    Différents stands vous y attendront et vers 17h, Saint Nicolas distribuera des bonbons aux enfants.(Photo illustration Regor)

    journée de l'arbre 2018.jpg

  • Risque de pénurie d’électricité : Bassenge parmi les premières concernées dans le plan de délestage

    article vlan pénurie électricité bassenge.jpgC’est, en effet, ce que révèle un article paru dans le Vlan de cette semaine. Bassenge fait partie de la tranche 8 du plan de délestage mis en place par le Gouvernement fédéral en cas de risque de pénurie par grand froid (- 10, -15 °).

    Diego Sanchez, porte-parole de la ville de Herstal, qui elle aussi compte parmi les communes concernées, s’est exprimé : «  Il est tout de même nécessaire de prendre les devants et d’anticiper un maximum sur ce qu’il pourrait se passer et en avertir la population… ».

    Article publié dans le Vlan  ci-dessous :

    article vlan pénurie électricité bassenge.jpg

  • Les premières balayeuses 100 % électriques arrivent en Belgique. Kauffman Cleaning les importe d’Italie. Nous en verrons bientôt en région liégeoise.

    C’est dans l’air du temps. Les véhicules électriques ont de plus en plus la cote. Et c’est le cas également dans les flottes des véhicules communaux.

    Bruxelles-Propreté a montré la voie en septembre dernier. Elle a acheté une balayeuse de voirie 100 % électrique pour nettoyer le centre de la capitale. Cette machine est issue d’une technologie de dernière génération et permet un nettoyage optimal.

    « C’est une première dans la région de Bruxelles-Capitale. Cette balayeuse va permettre de rendre les rues de la capitale encore plus propres et ce, plus écologiquement. C’est la seule balayeuse compacte au monde à être entièrement motorisée électriquement ! », précise Didier Meul, délégué technico-commercial chez Kauffman Cleaning à Remouchamps-Aywaille.

    La société aqualienne dispose en effet d’une collaboration avec Bruxelles-Propreté qui est la référence dans la propreté en Belgique. « Bruxelles-Propreté a d’abord investi dans des voitures électriques puis dans des camions-poubelles électriques et maintenant dans des balayeuses de voirie électriques. Car nous avons effectué des démonstrations avec de plus petites balayeuses 100 % électriques dans les communes bruxelloises il y a 15 jours, et ces démonstrations étaient plus que positives. En 2020, Bruxelles-Propreté souhaite que l’ensemble de sa flotte soit 100 % électrique », précise encore Didier Meul.

    On forme le personnel

    Kauffman Cleaning est spécialisée dans la vente, l’entretien et la réparation de matériels de nettoyage en Wallonie. « Nous sommes une entreprise innovante qui recherche sans cesse la performance dans son domaine, tout en tenant compte du facteur écologique. Nous nous chargeons aussi de la formation du personnel », ajoute Didier Meul.

    Plusieurs Ville sont déjà intéressées.

    Des balayeuses électriques bientôt à Bassenge ? (Source Sudinfo)

  • A proximité en Basse-Meuse. A Mortroux, la Jeunesse entretient le ruisseau local

    jeunesse mortroux ruisseau,entretient ruisseau jjeunesse locale,entretient ruisseau jeunesse mortrouxLes Mortrousiens ont décidé de prendre les choses en main

    À Mortroux, la Jeunesse apprécie montrer l’exemple. Ainsi, elle n’organise pas uniquement des événements festifs. En effet, elle s’occupe également de l’entretien de l’un des principaux atouts naturels du village, à savoir le ruisseau d’Asse. 

    Les jeunes ont donc pris les choses en main. « En nous promenant, nous avions découvert la présence de crasses dans et à côté du cours d’eau », constate un membre de ce comité local.

    « Nous en avions parlé entre nous et nous avons décidé de passer à l’action. Ainsi, nous nous sommes donné rendez-vous et nous avons nettoyé le Ri d’Asse. Plusieurs villageois étaient surpris de notre initiative. Il est vrai, et nous en sommes conscients, que c’est assez rare de voir des jeunes entretenir leur commune. Mais finalement, ils ont compris que c’était pour le bien de leur village. Bref, ils ont fini par nous encourager, ce qui nous a encore davantage motivés ».

    Cette initiative a bien évidemment été saluée par la commune de Dalhem. « La commune a d’ailleurs apporté sa contribution », ajoute un riverain. « En effet, c’est elle qui a géré le chargement des déchets ».

    Un bel exemple à suivre, en tous cas.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-11-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-11-05,BASSE-MEUSE,1|11

  • Eben-Emael - Carrière du Romont. CBR veut étendre le Romont, ensuite, les terres seront rendues à l’agriculture

    La carrière du Romont devrait s'étendre de 24 hectares dans les prochaines années. La demande d'autorisation est en cours et une vingtaine de propriétaires devraient être expropriés. Mais une fois les gisements épuisés, ces hectares redeviendront des plaines agricoles. 

    (NDLR. Note de grandeur : 24 hectares équivalent à 34 terrains de football (7.140 m2)

    Depuis 1973, la société C.B.R. exploite la carrière du Romont pour y extraire le fameux tuffeau de Maastricht mais aussi des craies et du limon. Le gisement s'étend sur 550 hectares, dont 330 en région wallonne, à Eben-Emael. Actuellement, 220 hectares sont inscrits en zone d'extraction au plan de secteur. 230 millions de tonnes de craie et de tuffeau peuvent ainsi être excavées. Si le dernier permis d'extraction a été délivré à C.B.R. en 2004, la société doit régulièrement demander de nouvelles autorisations. Elle n'est ainsi autorisée à exploiter qu'une zone à la fois. Une fois que cette partie est pratiquement totalement exploitée, C.B.R. doit entreprendre des démarches pour pouvoir étendre la carrière. Ce qui vient d'être fait dernièrement, une enquête publique se tiendra d'ailleurs du 5 novembre au 5 décembre.

    Une soixantaine de parcelles

    La demande concerne 24 hectares, répartis sur une soixantaine de parcelles.

    L’article complet et détaillé est à lire en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-10-29,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-10-29,BASSE-MEUSE,1|8

  • Campagne de Glons – Dépôt sauvage. Stupéfaction ! Au même endroit, découverte d’un second dépôt à quelques jours d‘intervalle !

    Stupéfaction ce vendredi devant la découverte d’un nouveau dépôt sauvage au même endroit ( à 20m de distance) que celui où un premier fut constaté mercredi dernier et qui faisait l’objet d’un article le jeudi 25 octobre sur ce blog.

    Pour le premier, la commune avait été prévenue. Mais désormais, recharger les deux dépôts sauvages nécessitera l’utilisation d’un camion benne.

    Notons aussi que c’est à ce même endroit que furent découverts des cadavres de moutons il y a quelques mois…

    Stupéfaction, incompréhension, indignation, révolte…

    Roger Wauters

    dépôt sauvage 26 octobre 2018 2glons.jpg

  • Eben-Emael - Avis d’enquête. Extension de la carrière du Romont : arrêté d’expropriation de 60 parcelles cadastrales ou parties de parcelles cadastrales

    carrière romont extansion.jpgUn avis à la population vient d’être affiché sur le lieu et publié sur le site Bassenge.be.

    « Une enquête publique se déroulera prochainement dans le cadre d’une demande d’arrêté d’expropriation en vue de de l’extension de la carrière du Romont à Bassenge. L’enquête publique sera ouverte le 5 novembre 2018 et clôturée le 5 décembre 2018. »

    L’enquête publique est à découvrir en cliquant sur ce lien :avis cbr carrière romont.pdf

     

    (Photo Hitachi Construction Machinery « Pelle géante Hitachi EX1900-6 dans la carrière du Romont »)

  • Photos du jour. La belle campagne de Glons

    Photos prises ce mercredi 24 octobre 2018 sur les hauteurs de Glons, côté rive gauche du Geer.

    photo du jour glons.jpg

  • Exclusivité. La ville de Tongres mise sur le Geer pour envisager l’avenir. 13 millions d’euros pour un projet d’envergure ! (Photos + Vidéo )

    geer tongres.jpgC’est un chantier très important qui est en cours actuellement à Tongres du côté du quartier bien connu des bassengeois sous le nom de «  Les Motten ». Les travaux portent sur la modification du tracé du Geer qui, depuis des siècles, est étroitement lié à l’Histoire de Tongres. Rappelons que jusqu’en 1951, la rivière occupait une place de choix au centre-ville mais, devenue alors un véritable égout à ciel ouvert, il fut décidé de la canaliser dans des conduites souterraines à cause notamment des odeurs nauséabondes qui s’en dégageaient. Ainsi, depuis près de septante ans, disparaissait-il sous terre en dessous de voiries et autres parkings d’importance et n’était plus guère visible que longeant l’ancien Béguinage à ciel ouvert. Le projet vise à repenser geer tongres 4.jpgtotalement la zone en aménageant des parcs, des surfaces vertes récréatives, en y intégrant les étangs etc… dans lesquels le Geer serpentera à ciel ouvert en retrouvant la place qu’il occupait au siècle dernier.

    Ce nouveau concept sert de catalyseur au développement urbain en veillant à améliorer la qualité de vie, d’accueil, l’aspect convivial et familial et à travailler sur l’image de la ville qui se verra encore renforcée par les liens forts qu’elle entretient avec son passé (La plus ancienne ville de Belgique).

    D’autre part, les auteurs du projet ont voulu également anticiper le futur en reliant la Culture (Centre Culturel de Velinx) à la Nature (Réserve naturelle De Kevie) en s’appuyant sur l’ancienne configuration geer tongres 5.jpgdu Geer tel qu’il se présentait par le passé.

    Le chantier a débuté en 2017 et la fin des travaux est programmée pour fin 2019. En attendant, c’est un ouvrage hydraulique important et complexe qui demande des solutions afin d’allier la présence de sources (De Motten), le nouveau cours du Geer et les eaux de ruissellement que la remise à ciel ouvert de la rivière impliqueront. Le coût total du projet est estimé à 13 millions d'euros, dont 42% pour VMM et 58% pour la ville de Tongres.

    Nous aurons certainement l’occasion de revenir sur ce sujet dans les mois qui viennent.

    Roger Wauters

    (Source Vlaams Milieu Maatschappij – Traduction d'extraits Roger geer tongres 6.jpgWauters)

    Pour en savoir plus :

    https://www.vmm.be/water/beheer-waterlopen/projecten/jeker-door-tongeren

    LA VIDÉO DIDACTIQUE

  • Canettes : le projet lancé. Neufchâteau est la 1ère commune à participer au projet de reprise

    Les canettes représentent un problème majeur en termes de propreté publique. C’est pourquoi le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio a souhaité lancer un projet-pilote en Wallonie de reprise des canettes abandonnées dans la nature. Neufchâteau est la première des 24 communes participantes au projet à tester le dispositif, présenté ce mardi. 

    Chaque année, les Belges consomment 1,6 milliard de canettes dont 32 millions terminent au bord des routes, sur les trottoirs ou encore dans les ruisseaux. En termes de propreté publique, les canettes constituent donc un problème majeur. C’est pourquoi le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio a décidé de mettre sur pied un projet-pilote de reprise des canettes abandonnées dans la nature wallonne, organisé en concertation avec le secteur de l’emballage et la cellule Be WaPP. En fait, l’idée ne date pas puisqu’elle se trouvait inscrite dans une proposition de résolution destinée à assurer la propreté des espaces publics émise il y a plusieurs années déjà. Un texte porté entre autres par Dimitri Fourny et Carlo Di Antonio, alors député wallon. « Ça a été un travail de longue haleine », rappelle le député-bourgmestre de Neufchâteau. « Ce projet-pilote poursuit un double objectif : avoir un impact positif sur la propreté publique mais aussi faire réfléchir celui qui abandonne les canettes dans la nature. Il jettera maintenant une pièce de 5 centimes… », explique Carlo Di Antonio.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-26,BASSE-MEUSE,1|18

  • Bassenge Environnement. Une 10ème réserve naturelle à Boirs

    natagora réserve thier de bois septembre 2018.11jpg.jpgLe Thier de Boirs pour développer la biodiversité

    Le réseau Natura 2000 de Basse Vallée du Geer compte une dixième réserve naturelle. Acquis à la fin de l’année 2017, les 9,5 hectares du Thier de Boirs devraient accueillir, d’ici quelques années, orchidées, thym, hélianthème, papillons et autres reptiles. 

    Avec ses 38 km², Bassenge accueille une biodiversité incroyable. Une faune et une flore riche, préservées dans deux zones Natura 2000. On connaît beaucoup celle de la Montagne Saint-Pierre. Celle de la Basse Vallée du Geer un peu moins. Depuis la fin 2017, elle vient pourtant de s’enrichir d’une dixième réserve naturelle. Natagora a en effet acquis les 9,5 hectares du Thier de Boirs. Ce dernier, tout qui est déjà passé sur l’E313 à hauteur de Bassenge, l’a déjà vu. Cette ancienne carrière en partie comblée et ses magnifiques falaises de craie blanche sont bien visibles depuis l’autoroute.

    C’est ce magnifique espace composé de parois, mais aussi de vastes prés que Natagora a pu racheter fin 2017, dans le cadre du projet LIFE Pays mosan. Inaugurée voici quelques jours, Natagora a déjà un projet précis pour cette dixième réserve de la Basse Vallée du Geer.

    L'article complet d'Aurélie Drion en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-24,BASSE-MEUSE,1|8