Google Analytics Alternative

Environnement

  • Canettes : le projet lancé. Neufchâteau est la 1ère commune à participer au projet de reprise

    Les canettes représentent un problème majeur en termes de propreté publique. C’est pourquoi le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio a souhaité lancer un projet-pilote en Wallonie de reprise des canettes abandonnées dans la nature. Neufchâteau est la première des 24 communes participantes au projet à tester le dispositif, présenté ce mardi. 

    Chaque année, les Belges consomment 1,6 milliard de canettes dont 32 millions terminent au bord des routes, sur les trottoirs ou encore dans les ruisseaux. En termes de propreté publique, les canettes constituent donc un problème majeur. C’est pourquoi le ministre wallon de l’Environnement Carlo Di Antonio a décidé de mettre sur pied un projet-pilote de reprise des canettes abandonnées dans la nature wallonne, organisé en concertation avec le secteur de l’emballage et la cellule Be WaPP. En fait, l’idée ne date pas puisqu’elle se trouvait inscrite dans une proposition de résolution destinée à assurer la propreté des espaces publics émise il y a plusieurs années déjà. Un texte porté entre autres par Dimitri Fourny et Carlo Di Antonio, alors député wallon. « Ça a été un travail de longue haleine », rappelle le député-bourgmestre de Neufchâteau. « Ce projet-pilote poursuit un double objectif : avoir un impact positif sur la propreté publique mais aussi faire réfléchir celui qui abandonne les canettes dans la nature. Il jettera maintenant une pièce de 5 centimes… », explique Carlo Di Antonio.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-26,BASSE-MEUSE,1|18

  • Bassenge Environnement. Une 10ème réserve naturelle à Boirs

    natagora réserve thier de bois septembre 2018.11jpg.jpgLe Thier de Boirs pour développer la biodiversité

    Le réseau Natura 2000 de Basse Vallée du Geer compte une dixième réserve naturelle. Acquis à la fin de l’année 2017, les 9,5 hectares du Thier de Boirs devraient accueillir, d’ici quelques années, orchidées, thym, hélianthème, papillons et autres reptiles. 

    Avec ses 38 km², Bassenge accueille une biodiversité incroyable. Une faune et une flore riche, préservées dans deux zones Natura 2000. On connaît beaucoup celle de la Montagne Saint-Pierre. Celle de la Basse Vallée du Geer un peu moins. Depuis la fin 2017, elle vient pourtant de s’enrichir d’une dixième réserve naturelle. Natagora a en effet acquis les 9,5 hectares du Thier de Boirs. Ce dernier, tout qui est déjà passé sur l’E313 à hauteur de Bassenge, l’a déjà vu. Cette ancienne carrière en partie comblée et ses magnifiques falaises de craie blanche sont bien visibles depuis l’autoroute.

    C’est ce magnifique espace composé de parois, mais aussi de vastes prés que Natagora a pu racheter fin 2017, dans le cadre du projet LIFE Pays mosan. Inaugurée voici quelques jours, Natagora a déjà un projet précis pour cette dixième réserve de la Basse Vallée du Geer.

    L'article complet d'Aurélie Drion en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-24,BASSE-MEUSE,1|8

  • Bassenge. Le cru 2019 de Vin de Liège se vendange

    Il ne faisait qu’une petite dizaine de degrés et un ciel plombé qui a amené quelques averses. Mais les conditions climatiques de samedi n’ont pas refroidi les 47 personnes qui sont venues vendanger, bénévolement, pour Vin de Liège.

    Ils avaient pour mission de récolter les précieuses grappes sur 1,5 hectare de vignes situées à Eben-Emaël (entité de Bassenge). « On a calculé qu’un vendangeur met 10 secondes par grappe et une minute et demie par pied », sourit Alec Bol, administrateur de la coopérative à succès. Sachant qu’il y avait, ce samedi, près de 7.500 pieds à vendanger, on vous laisse calculer le temps que les 47 bénévoles auront mis pour accomplir leur mission. Une tâche réalisée dans la bonne humeur et la motivation.

    Il faut dire aussi que Vin de Liège fait tout pour choyer ses vendangeurs. Petite soupe sur le coup de 10h. Pain saucisse à midi. Et un petit verre de vin en récompense de cette dure journée.

    L'article complet à découvrir sur :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-24,BASSE-MEUSE,1|11

  • Wallonie. Le prix de l’eau n’augmentera pas

    La SWDE le promet. Mais les réserves wallonnes ont eu « chaud » 

    La canicule de cet été a entraîné une surconsommation d’eau, mais aussi une augmentation des fuites. Rien d’alarmant, promet toutefois la SWDE… 

    Bonne nouvelle pour les consommateurs wallons : aucune augmentation du prix de l’eau ne se profile à l’horizon. Et c’est valable tant pour la fin de l’année que pour 2019. L’information a été dévoilée ce vendredi par Éric Van Sevenant, président du comité de direction de la SWDE, la société wallonne des eaux, qui gère à elle seule 65 % de l’eau potable consommée au sud du pays.

    En pratique, elle s’occupe de ce qu’on appelle le CVD, le coût vérité de la distribution de l’eau. Mais en parallèle, on apprend que la deuxième composante du prix payé par le consommateur – le CVA, ou coût vérité de son assainissement – n’augmentera pas non plus durant le même laps de temps. Cumulées, ces deux informations signifient donc que la facture des ménages ne sera pas impactée par des hausses avant, au moins, 2020.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-22,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-22,BASSE-MEUSE,1|14

  • Inauguration de la 10ème réserve naturelle à Boirs : rectificatif

    Madame Claudine Jordan de la régionale Natagora Basse-Meuse nous a fait savoir que les membres du Collège de Bassenge lui avaient fait parvenir un message d’excuse pour décliner l’invitation à cet événement. Retenus par d’autres obligations, ils étaient dans l’impossibilité d’y assister.

    Voilà donc l’explication de leur absence à cette inauguration qui avait lieu samedi dernier.

    Roger Wauters

  • Elections du 14 octobre 2018. On ne votera pas sur du papier recyclé !

    papier élections,papier recyclé,papier élections 2018Tout le monde veut sauver la planète, et dans le même temps, on apprend que le 14 octobre prochain, on va voter sur du papier non-recyclé ! Ce sera ainsi dans les 262 communes de Wallonie. Le SPW confirme l’info. « Nous renonçons au papier recyclé car nous craignons qu’il ne soit trop transparent », explique Nicolas Yernaux, le porte-parole du Service Public de Wallonie. « Ce qui ne garantirait pas le secret du vote » . Mais il existe pourtant du papier recyclé non transparent ? « Oui, mais alors nous devions en prendre un plus épais et cela allait entraîner une dépense considérable ».

    La Région wallonne a donc commandé 121,1 tonnes de papier non recyclé au prix de 350.000 €, à la société Igepa.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-09-19,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-09-19,BASSE-MEUSE,1|12

  • Orages en Vallée du Geer : des photos époustouflantes !

    On les doit (encore une fois) à Jean-Philippe Boulle qui n’a pas hésité à prendre ces clichés hier alors que l’orage grondait sur notre région. Ces photographies lui ont demandé plusieurs heures d'affût dans la voiture.

    orages vallée du geer 2.jpg

    orages vallée du geer 3.jpg

    orages vallée du geer 4.jpg

  • Inauguration d'une dixième réserve naturelle à Bassenge ce 15 septembre

    Le samedi 15 septembre, Natagora inaugure la réserve naturelle du Thier de Boirs, acquise fin 2017, et présente les enjeux des travaux de restauration prévus. Cette nouvelle parcelle agrandit de près de 10 ha un superbe ensemble dans la continuité de la Montagne Saint-Pierre.

    Dix réserves naturelles s’égrainent dorénavant en basse vallée du Geer, sur le territoire de la commune de Bassenge. Afin de faire connaissance avec ce nouveau site et de comprendre les enjeux des travaux qui y seront menés, une visite guidée est organisée dans la foulée de l’inauguration. À cette occasion, un panneau didactique sera dévoilé. La presse pourra poser ses questions à la suite de l’intervention de Philippe Funcken, directeur général de Natagora, et de Thierry Ory, coordinateur du projet LIFE Pays mosan dans le cadre duquel s’est faite cette acquisition. L’après-midi se clôturera par un drink.

    Pelouses sur craies et sur graviers

    Le Thier de Boirs constitue la réserve naturelle la plus occidentale de la Montagne Saint-Pierre. Il s’agit aussi de la plus visible. Ancienne carrière, en partie comblée, ses imposantes falaises s’étirent encore sur plus de 700 m. Sur le Thier de Boirs, les pelouses sur craie et sur graviers, potentiellement riches en espèces de plantes et d’insectes, sont fortement dégradées, envahies par les petits arbres et les broussailles. Afin de donner toutes ses chances au renouveau d’une nature diversifiée (orchidées, thym, hélianthème, origan puis insectes et reptiles), de nombreux travaux de restauration doivent encore avoir lieu.

     Prairie fleurie

    Pour la gestion à venir, Natagora privilégie la collaboration avec les agriculteurs locaux. Les prairies qui s’étendent au pied des falaises et les pelouses qui couvrent leur sommet seront dorénavant gérées de façon extensive.

    Nous vous invitons cordialement à l'inauguration du site le 15 septembre à 14h au bout de la rue de l’Église à 4690 Boirs. Au programme :

    14h - Inauguration de la réserve naturelle – interventions et découverte du panneau didactique

    15h -  Visite guidée de la réserve naturelle

    16h - Drink inaugural

    Contact presse : Rudi Vanherck - Assistant de projet pour le LIFE Pays Mosan - rudi.vanherck@natagora.be - 0477 42 37 89.

    Photo bandeau : Rudi Vanherck

  • Les bulles à textiles cibles des criminels… ( Vidéo)

    Une vidéo de « Wallonie plus propre »

  • Roclenge – Rue J.Derricks. Projet de 11 lots à bâtir : avis d’enquête publique

    A Roclenge, rue J.Derricks, une enquête publique vient d’être lancée concernant la création d’un lotissement comportant 11 lots à bâtir et un lot non bâtissable. Les affiches ont été apposées sur le mur ceinturant la propriété (voir illustration).

    L’enquête a lieu du 17 août au 17 septembre (clôture).

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir:

    roclenge lotissement 2.jpg

  • Région liégeoise canicule. Sécheresse dans huit communes : Bassenge en fait partie

    En région liégeoise, les agriculteurs seront dédommagés

    Le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin (cdH), a annoncé la reconnaissance, par l’IRM, du caractère exceptionnel de la sécheresse. Cette reconnaissance concerne déjà 166 communes wallonnes, dont huit dans l’arrondissement liégeois. 

    On s’en doutait, les effets de la canicule vont faire mal, très mal. Et les agriculteurs sont sans doute ceux qui en pâtiront le plus… Avec la sécheresse, les récoltes s’annoncent très mauvaises.

    Heureusement, les agriculteurs des communes reconnues trop « sèches » pourront être dédommagés.

    Et le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin, a annoncé la reconnaissance, par l’IRM de Belgique, du caractère exceptionnel de la sécheresse. Premier critère nécessaire pour l’indemnisation des agriculteurs.

    Plus de communes que prévu

    À l’heure actuelle, huit communes de l’arrondissement liégeois sont reprises dans le listing du ministre wallon : Aywaille, Bassenge, Comblain-au-Pont, Dalhem, Oupeye, Sprimont, Visé et Trooz.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-16,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-16,BASSE-MEUSE,1|12

  • Natagora. Gestion dans la Réserve naturelle de Derrière Lavaux à Bassenge ce samedi !

    Communiqué.

    Le samedi 18 août 2018- de 9h00 à 15h00

    Envie de prendre l'air dans une ambiance au parfum de Reine-des-prés ?

    De donner un coup main au ramassage du foin avant la floraison des Colchiques d’Automne ?

    Alors rendez-vous vous est donné ce samedi 18 août pour la traditionnelle petite journée de gestion à la « Réserve Natagora de Derrière Lavaux » à Bassenge.

    Le rendez-vous est fixé à 9h00 devant la gare des autobus du T.E.C. à Bassenge (rue Grand-Route à Wonck) ou bien directement à l'entrée de la réserve naturelle pour les habitués.

    REPAS : prenez votre pique-nique .

    En fonction de la météo ; vous aurez la possibilité de cuisson sur feu de bois (barbecue) hors de la Réserve .

    Vous pouvez également passer pour leur dire un petit bonjour...

     

    RAPPEL :

    Lieux de rendez-vous :

    A la gare des bus TEC - Grand Route - 4690 Wonck (Bassenge) à 9 h 00

    Contact : Alexandre Bernier (0476/89.28.65 - bernier.alexandre@gmail.com

    But : Ramassage de foin sur la prairie humide.

    Outil : prendre des gants, le reste est fourni sur place

  • On retire 1.000 tonnes de déchets par an de la Meuse (vidéo)

    Photo bandeau : le barrage de Lixhe après les récents orages…

    On n’imagine pas tout ce que la Meuse peut charrier comme déchets. Et tous se retrouvent forcément coincés dans les trois barrages que compte la région liégeoise à Ivoz-Ramet, à l’Île Monsin et à Lixhe. Reportage chez ceux qui sont chargés de nettoyer notre fleuve.

    À l’île Monsin, il y a bien sûr le pont-barrage, mais aussi, juste à côté, la centrale hydroélectrique de EDF-Luminus. Et c’est par elle que passe tout le débit de la Meuse afin de produire de l’électricité.

    « En régime normal, dans nos trois turbines passent toutes les secondes 450 m² d’eau, explique Dimitrios Voidanidis, le responsable des centrales hydroélectriques EDF. Avec ce débit et la chute d’eau de cinq mètres, on produit de l’énergie verte pour 35.000 ménages liégeois. »

    La suite sur :

    http://www.lameuse.be/264053/article/2018-08-10/retire-1000-tonnes-de-dechets-par-de-la-meuse-video

  • Bassenge Inondations. « Les bassins de retenue sont efficaces »

    Un article signé Aurélie Drion

    Dans notre édition de mercredi (La Meuse), nous reprenions une information de notre blogueur de Bassenge, Regor, concernant la reconstruction du bassin de retenue du Bois Hamé. Une information qui stipulait que ce bassin avait cédé lors des violents orages de juin et que les autorités avaient décidé de le reconstruire à l’identique, au même endroit, plutôt que d’en faire un plus haut. Un article qui a fait réagir Josly Piette, bourgmestre de Bassenge.

     « D’abord, le bassin n’a pas cédé. Il a débordé en raison des pluies diluviennes et des flots d’eau qui sont arrivés chez nous lorsque deux bassins d’orage, situés à Ans/Rocourt, ont cédé. D’ailleurs l’eau a complètement raviné le haut du bassin. Ensuite, si le bassin de retenue du Bois Hamé a été fait à cet endroit et pas plus haut, c’est pour une raison très simple. En raison des courbes et des pentes, les coulées de boue arrivent dans la ravine par les champs, quelques mètres au-dessus de notre bassin de retenue. Le faire plus haut ne servirait donc à rien ».

    La suite des explications et l'article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-03,BASSE-MEUSE,1|8

    Photo bandeau : le bassin de retenue en cours de reconstruction (Regor)

  • Glons – Orages du 1er juin. Dans La Meuse de ce mercredi : le bassin de Glons reconstruit à l’identique

    Le bassin de retenue du Bois Hamé, à Glons, avait cédé lors des intempéries du 1er juin dernier. Il va être reconstruit à l’identique, nous apprend le blog Sudinfo de Bassenge. Le bassin avait en effet cédé sous la pression des coulées de boue. Le village de Glons avait été le plus touché par ces inondations. De nombreuses rues avaient été totalement sous eaux. « On ne comprenait pas cet afflux qu’on n’avait plus connu depuis 40 ans. Mais une enquête a permis de déterminer que deux bassins d’orage ont cédé du côté du plateau d’Ans/Rocourt et toute cette eau est arrivée chez nous en plus de tout le reste », avait précisé Josly Piette, bourgmestre de Bassenge, dans nos colonnes.

    Depuis quelques semaines, le service des travaux est occupé à reconstruire le bassin de retenue à l’identique en utilisant les mêmes matériaux. Option a donc été, en temps d’orage et de pluies abondantes, de continuer à contenir et canaliser les éventuelles coulées de boues au niveau le plus bas de cette chavée (ravine), et non d’intervenir au point haut.

    Bientôt la vidéo prise le lendemain des calamités sur ce blog.

    Les photos des travaux sont à découvrir sur notre blog http://bassenge.sudinfo.be

    L’article à découvrir ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-01,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-01,BASSE-MEUSE,1|8