Google Analytics Alternative

Entreprises et Economie locales

  • Grande nouveauté. Ikea lance le photovoltaïque « low-cost »

    Ce n’est plus un secret pour personne, le géant suédois de l’ameublement Ikea cherche à se diversifier. Après les télévisions et les frigos, il met un pied dans l’énergie renouvelable et se lance dans la vente de panneaux photovoltaïques. Disponibles sur le site internet de la marque dès ce vendredi, ils arriveront fin janvier dans les magasins. Pas d’inquiétude, les Belges ne sont pas des cobayes en la matière. Ces panneaux sont déjà commercialisés depuis quelques mois au Royaume-Uni, en Suisse, en Pologne et aux Pays-Bas.

    Ils sont produits par le fabricant anglais Solarcentury qui s’occupera de l’évaluation du toit, de l’administratif, du transport et du placement du produit. Pas de guide de montage, ni de vis qui manque pour cet achat. Les panneaux seront aussi garantis 25 ans et l’installation 6 mois. Tous deux ont été conçus pour générer de l’électricité au moins 40 ans.

    Les particuliers intéressés auront le choix entre un placement complet ou l’achat individuel de panneaux en fonction de leurs besoins. De cette manière, il est possible de compléter une installation déjà existante.

    Le délai moyen entre le moment où vous entamez les démarches et celui où vous avez un système opérationnel variera entre 4 et 6 semaines. Pour le placement proprement dit, il faut compter un jour complet.

    À partir de 4.000 €

    Après avoir tenté de rendre le design démocratique, le géant suédois applique les mêmes principes au photovoltaïque. L’offre de base se veut abordable, il faut compter 4.370 euros pour 12 panneaux polycristallins. Pour une installation plus performante, avec 12 monocristallins, le prix tourne autour des 4.900 euros.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-10-13,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-10-13,BASSE-MEUSE,1|14

  • C’est la loi. L’agriculteur doit retirer les traces qu’il laisse

    Avec l’arrivée de l’automne, on entre dans une période dense au niveau des récoltes. Les agriculteurs y vont bon train pour ramasser un maximum de betteraves, pommes de terre, etc. Mais ces nombreuses récoltes et les réguliers allers-retours entre champs et routes laissent inévitablement des traces sur le macadam. Une situation dangereuse si la météo se montre peu clémente.

    Cinq tués en 2016

    Devenues soudainement très glissantes, les routes peuvent provoquer des accidents qui ont, parfois, de lourdes conséquences. En 2016, l’institut Vias a recensé 239 accidents avec tués ou blessés dus à la saleté de la chaussée. « Il y a eu 2 tués sur des routes sales (0,3 %) et 3 tués sur des routes humides et sales (0,5 %). Donc 5 tués au total », note tout de même Benoît Godart, porte-parole de Vias.

    Un conducteur qui n’adapte pas sa vitesse à l’état gras de la chaussée (dû à une fine couche de boue et de pulpe de betteraves) doit supporter un quart des responsabilités après un accident. C’est également le cas pour la commune si elle ne constate pas la présence anormale de boue et qu’elle ne veille pas à prendre les mesures nécessaires.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-10-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-10-11,BASSE-MEUSE,1|18

  • Un tout nouveau site Web pour le Val du Geer ! L’offre se veut aussi variée que copieuse et... comporte des surprises !

    En ce début octobre, le Val du Geer de Bassenge vient de mettre en ligne un tout nouveau site reprenant l’ensemble de ses activités. Celles-ci n’ont cessé de croître ces dernières années et une mise à jour était nécessaire. D’une composition soignée, avec un schéma aisé tout comme l’est sa lecture, le site propose une description complète et détaillée de l’offre de services et de produits proposé par le Val du Geer dans des domaines aussi variés qu’éclectiques. Ainsi, y retrouvera-t-on :

    Emballage bois

    Marquage & lettrage

    Textile

    Casquettes

    Sacs nylon

    Sublimation

    Panneaux & stickers

    Véhicules & vitrines

    Bois

    Confection

    Fabrication métallique

    Conditionnement hospitalier

    Conditionnement pharmaceutique

    Mobilier de jardin

    D’ici peu, le site se voudra encore plus interactif en s’inscrivant dans ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui l’E-Commerce. En attendant, afin de mieux aborder les nombreuses activités de cette société dont le dynamisme n’est plus à démontrer, la visite de ce nouveau site s’impose. Assurément.

    Le site web d’« Une équipe au rythme de vos projets », à découvrir ici :

    http://www.valdugeer.be/

    Pour rappel, présentation de la Société

    Le Val du Geer  est une Entreprise de Travail Adapté (ETA) c'est-à-dire une entreprise qui procure à une personne souffrant d’un handicap et en âge de travailler la possibilité d'avoir un statut social actif.

    Fondé en 1964, le Val du Geer compte plus de 240 travailleurs encadrés par des collaborateurs expérimentés.

    Le Val du Geer a évolué depuis sa création vers une société professionnelle, compétitive et durable.

    Actif dans de nombreux secteurs - le travail du bois, du métal, le conditionnement (Divers, médical, hospitalier et pharmaceutique), la logistique, la revalorisation des emballages, le marquage, le lettrage, la confection textile - le Val du Geer assure à ses clients locaux, nationaux et frontaliers des solutions complètes.

    Toujours soucieux d'être à la pointe de la performance, le Val du Geer investit chaque année environ 10 % de son chiffre d'affaires afin de mieux servir ses clients.

    Le Val du Geer assure donc la promotion de la personne handicapée tout en développant une activité économique de très grande qualité.

    Le Val du Geer a un statut d’ASBL (l’Asbl POUR DEMAIN, commercialement : Le Val du Geer) et son siège social est situé à Bassenge, entre Visé et Tongres.

    Certifié ISO 9001, le Val du Geer est actif sur 5 sites d’exploitation

    2 sites à Bassenge : Rue de la Grotte et Rue Nouwen

    1 site à Boirs : Rue au Crameux

    1 site à Ans : Rue des Français

    1 site de logistique à Sclessin : Rue Ernest Solvay

  • Vin de Liège : vendanges sur la parcelle d’Emael à partir de ce jeudi 5 octobre !

    C’est ce jeudi 5 octobre que débuteront les vendanges de la coopérative Vin de Liège sur le vignoble d’Emael. La journée débutera à 8h00 et se clôturera aux environs de 16h30. N’hésitez-pas à rendre une petite visite amicale aux vendangeurs !

    En ce qui nous concerne, nous y réaliserons un reportage dans l’après-midi.

    En espérant que le temps soit clément…

    vendanges vin de liège 2017,vendanges emael 2017

  • Attention ! Fermeture Recyparcs ce 03/10/17

    Communiqué d’Intradel. Faisant suite à l'agression de la semaine dernière, la CGSP d'Intradel convoque une Assemblée générale de ses affiliés.

    En conséquence, une quarantaine de Recyparcs seront fermés l'après-midi de ce mardi 3 octobre :

    Aywaille, Clavier, Comblain, Esneux, Ferrières, Liège Angleur, Nandrin, Ouffet, Seraing 2 Boncelles, Sprimont, Trooz, Burdinne, Flémalle 1, Flémalle 2, Huy, Saint-Georges, Waremme, Wasseiges, Ans, Bassenge, Blegny, Grâce-Hollogne, Herstal, Juprelle, Liège Glain, Oupeye, Visé, Chaudfontaine, Liège Sart-Moray, Seraing 1 Marnix, Seraing 3 Jemeppe, Jalhay, La Calamine, Limbourg, Plombières, Raeren, Spa, Thimister, Verviers 1 et Verviers 2.

    Cette liste ayant été mise à jour ce lundi, nous conseillons vivement aux usagers de systématiquement téléphoner au call center d'Intradel (04/2407474) avant de se rendre dans un recyparc qui ne serait pas dans la liste ci-dessus ou de reporter au lendemain leur visite au parc.

  • Fromages crème : la valse des emballages… Le fromage Abbaye de Maredsous fabriqué en Slovaquie ? Le dossier étonnant de notre collègue Pierre Neufcour du Blog Visé Sudinfo

    Notre collègue Pierre Neufcour du Blog Sudinfo de Visé consacrait hier un article à la valse des emballages des fromages-crème. Voici ce qu’il en dit comme introduction à son article :

    « Tout a commencé il y a quelques semaines lors d'achats dans une grande surface fière de ses "prix rouges". Etant dans la partie frigo, une boîte de triangles de fromage a attiré notre attention. Hormis l'étiquette, elle ressemblait à s'y méprendre à sa voisine, portant l'effigie d'un animal rouge et hilare. Le système d'ouverture des deux emballages était semblable, une ficelle rouge à tirer pour déchirer la bande autocollante. Pour tout vous dire, le prix nettement inférieur de la "Boni" nous poussa à goûter son contenu.

    Surprise à l'ouverture de la boîte : le système d'ouverture des petits triangles était pile poil le même que ceux de la marque la plus chère! Et au goût, rien à dire, quasiment la même chose. Mais d'autres surprises nous étaient réservées. »

    La suite de l’article (étonnant) à découvrir sur le blog de Pierre Neufcour en suivant le lien ci-dessous :

    http://vise.blogs.sudinfo.be/archive/2017/09/26/alimentation-vous-avez-dit-circuit-court-236040.html

  • Une date de péremption sur l’électroménager

    Votre machine à lessiver n’essore plus et elle a à peine quatre ans ? Vous venez de dépasser d’un mois, la date de garantie de votre four micro-ondes et paf, il ne fonctionne plus ? Votre smartphone se décharge à une vitesse V prime alors qu’il date de 2016…

    Qui n’est pas confronté à ce genre de situation ?

    Alors, ne vous êtes-vous jamais dit : les appareils, ça fonctionnait bien plus longtemps avant !

    Régulièrement des rapports dénoncent ce qu’on appelle l’obsolescence programmée des appareils électroniques.

    Et le vice-premier ministre Kris Peeters et la ministre Marie-Christine Marghem ont réagi ensemble en commandant une étude sur ce phénomène.

    Quels sont les résultats de l’étude ? « Le rapport ne permet pas de démontrer de façon formelle l’existence de l’obsolescence programmée. Cependant, on a constaté que la vie des produits électroniques est souvent inférieure à ce que le consommateur pourrait s’attendre. Ceci est particulièrement le cas pour les smartphones, les téléviseurs, les machines à laver, les imprimantes et les ordinateurs », nous dit-on au cabinet Peeters.

    Allonger la garantie

    Le rapport recommande de prendre une série de mesures pour prolonger la durée de vie de ces produits. Les ministres Peeters et Marghem vont examiner ces recommandations. Pour l’heure, le Ministre Kris Peeters souhaite un allongement de l’extension de la garantie de ces produits : « Un allongement de vie de ces appareils électroniques est évidemment une bonne chose pour les consommateurs. Mais cela ne s’arrête pas là. Chaque année, 111.000 tonnes de déchets électroniques sont collectées en Belgique, soit environ 10 kilogrammes par habitant ».

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-09-27,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-09-27,BASSE-MEUSE,1|18

  • Impressionnant. Le clocher de l’église de Roclenge en cours de réparation. Les ouvriers travaillent à 50 m ! (Vidéo)

    réparation clocher église roclenge.jpgDans un article précédent, nous abordions le danger présenté par un élément de toiture du clocher de l’église de Roclenge qui menaçait de se détacher. Ce vendredi 22 septembre, l’entreprise Egide Hermans de Glons est intervenue pour procéder aux réparations. Appel a été fait à la Société Havart de Liège qui a mis une grue télescopique à la disposition de l’entreprise glontoise. Comme nous l’avons constaté sur place ce vendredi matin, les ouvriers travaillent à 50 mètres de haut en toute décontraction.

    La Vidéo !

    réparation clocher église roclenge2.jpg

  • Emael. Les Paniers de Martine : " Vous avez dit circuits courts ? "

    les paniers de Martine Pommes de terre.jpgA Emael, au 52 de la rue Haute, sous le nom de «  Les Paniers de Martine «  un distributeur automatique vous propose des produits frais, de saison, locaux et à un prix juste. Difficile de trouver un circuit de vente plus court…

    Pour découvrir sa gamme et les produits proposés, rendez-vous sur sa page Facebook :

    https://www.facebook.com/pg/Les-paniers-de-Martine-296912524069536/about/?ref=page_internal

  • L’appétit pour le beurre fait flamber son prix

    Trop de demande, pas assez d’offre : le marché manque de matière grasse. Du coup, le prix du beurre a explosé et aucune baisse n’est attendue avant le début de l’an prochain.

    Exceptionnelle », « jamais-vu », « extraordinaire », « énorme »… Chez tous nos interlocuteurs, c’est la surenchère verbale pour qualifier la flambée, inédite donc, qui a saisi depuis plusieurs mois déjà les cours internationaux du beurre. En un an et demi, le prix à la tonne a bondi de 200 % pour frôler désormais les 7.000 euros.

    La raison ? « C’est une question d’offre et de demande, explique Renaat Debergh, administrateur délégué de la Confédération belge de l’industrie laitière (CBL). Du côté de la demande, on constate rien qu’en Europe une hausse de 7 % de la consommation de matière grasse (NDLR, la principale composante du lait, avec la matière protéique), qui ne se limite pas au beurre. Il y a plus de demande pour des produits laitiers plus gras, comme les yaourts grecs, les yaourts entiers ou les fromages. Il y a aussi une hausse de consommation de viennoiseries dans le monde. Enfin, plusieurs études scientifiques ont « réhabilité » le beurre, notamment aux États-Unis. »

    La suite sur « Le sillon belge » en suivant ce lien :

    http://www.sillonbelge.be/1316/article/2017-09-14/lappetit-pour-le-beurre-fait-flamber-son-prix

  • Vendanger en Vallée du Geer, c’est possible. Pas besoin nécessairement d’aller en France

    vin de liège vignobles 2017 2.jpgL’activité est physique, on le sait. Mais se déroule en général dans une ambiance très conviviale. Pour certains, les vendanges sont un moment de l’année à ne pas rater. Et autant savoir qu’il n’est pas toujours nécessaire de descendre en Bourgogne ou en Moselle pour y participer. Vin de Liège, par exemple, a besoin de 30 volontaires chaque jour et cela durant deux semaines. 

    Vous rêvez de vendanger mais vous n’avez pas forcément la possibilité de partir en France pour vivre cette expérience durant plusieurs jours ? Pas de panique, en région liégeoise, vous pourrez trouver votre bonheur. Certains des onze vignobles de la région cherchent des bénévoles. Et le premier auquel on pense, c’est évidemment Vin de Liège. Avec ses 12 hectares, il est le plus grand de la région. Et chaque année, fort de sa philosophie d’ouvrir le vignoble au plus grand nombre, Vin de Liège fait appel aux bénévoles pour venir récolter les précieuses grappes. « Depuis les premières vendanges, il y a quatre ans, nous avons dû avoir 900 vendangeurs », explique Alec Bol, administrateur de la Coopérative. « Bien sûr, sur une même année ou d’année en année, certaines personnes reviennent. C’est pourquoi, à mon avis, on a dû avoir 400 à 500 personnes différentes qui sont venues vendanger ». Et alors que les vendanges 2017 devraient se dérouler d’ici une quinzaine de jours, il est encore possible de se porter volontaire.

    Les personnes qui s’inscrivent via vendanges@vindeliege.be  ont toutes leurs chances d’être contactées.

    La suite de l’article sur

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-09-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-09-11,BASSE-MEUSE,1|8

    (Photos du vignoble à Emael 2017 : Regor photography)

  • Grand projet d’Ikea à Hognoul : un nouveau centre commercial et une possible extension de son magasin actuel.

    projet IKEA.jpgLe public sera informé le 21 septembre prochain. 

    La célèbre société d’ameublement Ikea, installée à Hognoul, poursuit son développement.

    Elle envisage d’agrandir son magasin actuel mais pas immédiatement, comme le révélaient ce mercredi matin nos confrères de Vivacité.

    Ikea souhaite également créer un zoning commercial à proximité de son bâtiment bleu bien connu (voir photo ci-contre).

    « Nous allons lancer une étude d’incidence pour ces deux projets. Et dans ce cadre, nous organisons une première réunion d’information le 21 septembre prochain à Hognoul rue Louis Germeaux, 12 à destination du public » , précise Steven Desmet, directeur de la communication d’Ikea.

    « Ikea souhaite toujours s’intégrer dans l’environnement des lieux qu’elle occupe et obtenir une bonne mobilité », ajoute Steven Desmet.

    En ce qui concerne l’identité des futures enseignes qui s’installeront dans le centre commercial voisin d’Ikea, aucun nom n’a encore filtré et ne sera dévoilé le 21 septembre prochain. Il s’agira d’enseignes pour le semi-lourd (mobilier, électro-ménager…) comme le prévoit le schéma de développement régional.

    La suite de l’article à découvrir ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-09-07,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-09-07,BASSE-MEUSE,1|8

  • Etonnant. Roclenge : des signaux qui ne signalent rien

    info tourisme 2.jpgPas vraiment utiles ces signaux qui ne signalent rien. Pourtant, n’est-ce pas en ce bureau que les visiteurs de la Vallée du Geer pourront y trouver toutes les informations touristiques ? Informations touristiques avec un I majuscule, comme celui qui est censé être présent sur les signaux…

    Exempts d'indication et tels qu'ils se présentent, surtout ne pas les confondre avec le signal "Parking". Car parquer son véhicule sur un trottoir est interdit.

    info tourisme 1.jpg

    (Photos non « photoshopées »)  

  • Un second taxi social à Bassenge. Les demandes de transport étaient devenues trop importantes

    Cela fait deux ans et demi que l’ASBL « Titres Services » a lancé son taxi social. Avec succès. Un deuxième taxi va donc prochainement arriver. 

    Ce samedi, l’ASBL « Titres Services » de Bassenge a fêté son 10 ème anniversaire. Et cet événement a été marqué par l’acquisition d’un second taxi social. Indispensable, car de nombreuses demandes de déplacement étaient refusées, faute de moyens.

    La suite de l’article en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-08-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-08-09,BASSE-MEUSE,1|9

  • Communiqué que l’AFSCA. Les œufs présents sur le marché belge sont sûrs

    L’AFSCA effectue actuellement une enquête sur l’utilisation du fipronil dans le secteur avicole, en collaboration avec le Parquet. En effet, l’utilisation de cette substance n’est pas autorisée dans ce secteur.

    Le commerce des œufs dont la contamination est suspectée a été stoppé par l’Agence alimentaire. Toutes les entreprises concernées par une potentielle contamination des œufs par le fipronil sont bloquées et des échantillons sont en cours d’analyse.

    Sur base de l’analyse de risque effectuée, aucun danger pour la santé publique n’a été mis en évidence jusqu’à ce jour. L’enquête se poursuit et toutes les mesures nécessaires sont prises pour garantir la sécurité du consommateur.

    Voir aussi les entreprises concernées et les œufs retirés du marché :

    http://www.sudinfo.be/1893051/article/2017-07-25/l-afsca-retire-des-rayons-des-oeufs-contamines-par-des-insecticides