Google Analytics Alternative

Culture, éducation permanente

  • Il était considéré comme le père fondateur du rock: Chuck Berry est mort (vidéos)

    Chuck Berry, un des pères fondateurs du rock’n roll, est décédé samedi à l’âge de 90 ans. Le guitariste et chanteur américain pouvait s’enorgueillir d’avoir révolutionné la musique.

    Article et vidéos à découvrir sur :

    http://www.lameuse.be/1810222/article/2017-03-19/il-etait-considere-comme-le-pere-fondateur-du-rock-chuck-berry-est-mort-videos

  • Dossier brûlant pour la Ministre de l’éducation. Vers une troisième maternelle obligatoire, la décision sera prise en 2017

    Rendre obligatoire la fréquentation de la 3ème maternelle sera un sujet brûlant pour la ministre de l’Éducation en 2017. La décision tombera cette année et, après évaluation, elle pourrait être progressivement étendue aux autres années maternelles. Améliorer la qualité de notre enseignement, cela démarre dès le début de l’aventure scolaire ! 

    Le projet figure en bonne place dans la « bible » du Pacte pour un enseignement d’excellence. Le dernier avis du groupe central invite les autorités francophones à franchir le pas. Si ces quelque 300 pages ne sont encore qu’au stade de l’avis rendu par les professionnels de l’enseignement, plusieurs aspects relatifs aux maternelles devraient être tranchés dans les mois à venir.

    On pense à un meilleur encadrement des élèves. La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) investit moins dans l’enseignement maternel que la moyenne des pays de l’OCDE. Le Pacte d’excellence invite la ministre (et ses successeurs) à investir 50 millions d’euros pour améliorer l’encadrement, soit l’engagement à terme de 1.100 personnes. Toutes ne seront, bien sûr, pas engagées en 2017 (le Pacte envisage des améliorations à apporter dans un délai de 10 à 15 ans), mais une partie de l’effort devrait être concrétisée cette année. En clair : du personnel complémentaire devrait déjà être engagé dans les prochains mois. Combien ? Trop tôt pour le dire.

    L’autre dossier chaud est celui de la fréquentation régulière de la 3 e maternelle. Un monstre du Loch Ness ! Cela fait des années que l’abaissement de l’obligation scolaire de 6 à 5 ans (Ecolo proposait même 3 ans) unit les partis francophones… Sauf que cette décision-là ne dépend pas de la Communauté française, mais du fédéral. Cela supposerait une modification de la Constitution… et l’aval des partis flamands qui freinent des quatre fers : la modification aurait un impact sur la Loi spéciale de financement et au Nord, on craint qu’il soit négatif pour la Flandre.

    Comment faire alors ? La solution vient… de Flandre. Là-bas, les enfants ne peuvent être inscrits dans une école primaire que s’ils ont fréquenté une 3 e maternelle pendant 220 demi-jours. On ne parle plus d’abaisser l’âge de l’obligation scolaire, mais de rendre obligatoire la fréquentation. Ce qui est tout sauf idiot : rappelons que 97 % des petits francophones sont inscrits dans une école maternelle. Le problème est donc bien celui d’une fréquentation assidue de cet enseignement.

    Proche du système flamand

    La FWB va-t-elle calquer sa décision sur ce qui existe en Flandre ? Le système devrait en tout cas être très proche, confie-t-on dans l’entourage de la ministre. Quant à savoir si c’est elle qui prendra l’initiative ou si elle la laissera au Parlement, c’est beaucoup plus flou… Mais cela devrait avancer rapidement rassure-t-on. Rappelons qu’alors « simple » députée, Marie-Martine Schyns avait soutenu (en 2015) une proposition de décret qui s’inspirait de l’exemple flamand.

    À propos d’enseignement maternel, on évoque aussi l’élaboration d’un référentiel (l’apprentissage va être revu en s’appuyant sur les outils numériques, le jeu, la psychomotricité, la communication ou l’expérimentation). Sans oublier une décision qui a déjà été prise par le gouvernement à la fin de l’année dernière et qui entre en vigueur cette année : un arrêté fixant des règles beaucoup plus strictes pour maintenir exceptionnellement un enfant une année supplémentaire dans le maternel. (Source La Meuse mardi 3 janvier 2017)

  • L’enquête du lundi. Nos bibliothèques en voie de disparition

    kathleen wuyard.pngFace à la diminution des lecteurs, deux solutions se présentent : s’adapter… ou être contraint de fermer 

    Si l’arrivée d’internet a bousculé les habitudes de lecture, cela a aussi chamboulé le paysage des bibliothèques liégeoises.   Et si certaines ont disparu, les autres font preuve d’inventivité pour continuer à attirer les lecteurs. Enquête sur une véritable révolution culturelle.

    Les chiffres recueillis par la Fédération Wallonie Bruxelles sont sans appel : depuis 2004, le nombre de prêts annuels enregistrés dans les bibliothèques a chuté de 2 millions, pour se stabiliser à 10.5 millions de prêts par an.

    Si l’on prend l’ensemble de la Fédération, près d’un quart des communes (21 %) ne dispose d’ailleurs plus de bibliothèques fixes.

    Un constat alarmant, qui n’est heureusement pas à déplorer dans l’arrondissement liégeois : sur les 24 communes, une seule ne bénéficie plus de bibliothèque pour le moment.

    Mais la situation n’est pas toute rose pour autant. Avec ses trois bibliothèques pour un peu plus de 13.000 habitants, la commune d’Esneux n’a pas à rougir de son offre culturelle. Mais malgré la diversité et la facilité d’accès, les statistiques sont tout de même en baisse. « Deux de nos bibliothèques sont gérées par la commune, et la troisième est privée, mais toutes enregistrent une diminution de la fréquentation. Dans les années 90, il y avait environ 25.000 prêts par an à la bibliothèque de Tilff : désormais, il y en a moins de la moitié seulement » nous dit-on à la commune.

    En cause ? « L’arrivée d’internet a signifié de grands changements pour nous. Avant, on avait beaucoup d’étudiants qui venaient emprunter de la documentation, désormais, ils trouvent tout sur leur ordinateur ».

    Et face à la défection des lecteurs, certaines bibliothèques ferment leurs portes pour ne plus les rouvrir. C’est notamment le cas dans la commune d’Awans, où la bibliothèque a fermé il y a quelques années suite à la fin du bail, et n’a pas encore été relancée, bien qu’une réouverture dans la nouvelle maison communautaire soit envisagée.

    À Beyne-Heusay, une des deux bibliothèques communales a dû fermer faute de préposé pour s’en occuper. Si au sein de la commune, on regrette que « personne n’ait les compétences d’assurer ce poste pour le moment » et que le poste suscite moins d’intérêt que les positions d’employé, on nous affirme toutefois une volonté de garder les deux bibliothèques en activité.

    Quitte à prendre exemple sur les communes où la lecture reste florissante.

    Une offre adaptée

    Ainsi, à Aywaille, les trois bibliothèques ont été pensées pour se distinguer et attirer une population de lecteurs sans cesse renouvelée. « Notre particularité, c’est que nos bibliothèques sont liées depuis longtemps aux écoles communales, et ce partenariat s’inscrit dans une volonté d’encourager la lecture publique. Nous avons maintenu une bibliothèque dans chacune des anciennes communes, avec des id entités distinctes. À Harzé, on met plutôt l’accent sur les BD, à Remouchamps, ce sont plutôt les ouvrages classiques, et à Aywaille, on se concentre sur les livres jeunesses et pour les tout-petits » nous explique le responsable. Qui organise une multitude d’activités pour attirer lecteurs et curieux. Diversifier pour mieux rester ? Un pari gagnant pour les bibliothèques de la région. (Source La Meuse lundi 26 décembre 2016)

  • Coup de cœur – Maastricht. Un musicien de rue jouant d’un drôle d’instrument. Des petits airs qui vous réchauffent le cœur…(Vidéo)

    Au hasard d’une récente promenade à Maastricht, nous avons rencontré ce musicien de rue, jouant d’un drôle d’instrument, mi violon, mi trompette. De petits airs connus, dont on peine pourtant à retrouver l’origine et les titres, mais qui vous réchauffent le cœur.

    Quel est cet instrument ?

    Cet instrument, d’origine roumaine, est appelé Violon à pavillon ou « Stroh violon »

    Le violon à pavillon ou vioară cu goarnă en roumain, est un instrument à cordes frottées rare que l'on trouve surtout en Transylvanie, typique de la région de Bihor. On l'appelle également « violon à cornet », « violon à entonnoir », « hidede cu tolcer », ou « violon Stroh » (parfois abrégé en stroviol ou strohviol), du nom de l'inventeur Augustus Stroh (1828-1914). On trouve aussi les appellations «Violophone» ou «Violon-jazz».

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Violon_%C3%A0_pavillon

  • Une idée sortie pour ce dimanche ? Exposition Clic&Shoot de l'ASBL Bassenge on Move et de l'Amicale du personnel d'Intradel !

    Jusque ce dimanche soir 18h (dernier jour). Entrée libre et gratuite

    Présentation de l’exposition :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/10/17/herstal-clic-and-shoot-une-grande-exposition-internationale-204685.html

    clic and shoot 2016 salle.jpg

  • Dès lundi. 5 posters gratuits à l’achat de votre journal !

    Vos petites têtes blondes s’intéressent à la géographie ? Ils rêvent de devenir incollables sur la localisation des pays dans le monde entier ? Ou, au contraire, vous êtes professeur et vous souhaitez apprendre la géographie à vos élèves de manière pratique et ludique avec de belles cartes ? Alors la nouvelle action du groupe Sudpresse est faite pour vous !

    ILS SAURONT TOUT !

    Du 17 au 21 octobre, cinq magnifiques posters vous seront offerts gratuitement à l’achat de vos journaux La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Éclair et La Capitale.

    Chaque jour de la semaine, une carte différente couvrira un thème spécifique pour tout découvrir.

    La carte du 17 octobre sera, par exemple, dédiée à la Belgique, celle du 18 à l’Europe et celle du 19 au monde.

    DES INFOS À PORTÉE DE MAIN

    Pour terminer la semaine en beauté, vos bambins recevront jeudi prochain le poster du tourisme en Belgique et la carte des reliefs et des cours d’eau en Europe le lendemain.

    Très pratique, vous pourrez alors les afficher dans la chambre ou, si vous êtes professeur, dans votre salle de classe pour toujours avoir ces informations à portée de main.

    Ce sont vos élèves qui vous remercieront car vos cours leur apparaîtront beaucoup plus agréables.

    Rendez-vous donc dans votre librairie dès ce lundi pour pouvoir profiter de cette nouvelle action. (Source La Meuse samedi 15 octobre 2016)

  • Ecoles: un accident sur deux se produit dans la cour de récré!

    Chaque année, des milliers d’enfants et d’adolescents se blessent à l’école. Des accidents qui, dans la grande majorité des cas, ne prêtent heureusement pas trop à conséquence. Ethias et Belfius, qui assurent un grand nombre d’écoles, nous ont fourni leurs derniers chiffres. Et si l’on compare Wallonie et Flandre, on constate qu’au Sud du pays, il y a davantage d’accidents dans la cour de récré

    http://www.lameuse.be/1666637/article/2016-09-10/ecoles-un-accident-sur-deux-se-produit-dans-la-cour-de-recre

  • Bassenge. Une soirée débat autour du film « Demain », ce vendredi 2 septembre à la salle paroissiale rue Nouwen.

    L’asbl « Vivre jeune à Bassenge » propose, ce vendredi 2 septembre 2016, une soirée débat articulée autour du film «  Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent. Cette soirée sera animée par la journaliste Irène Brône.

    L’entrée est gratuite et le public est attendu dès 19h00. Tous les renseignements sur l’illustration ci-dessous.

    La bande annonce !

    Extrait du film "Demain" - Rob Hopkins, l'un des fondateurs du Transition Network 

    soirée débat film demain bassenge,fil demain bassenge,mélanie laurent,cyril dion,film demain,bande annonce film demain,projection film demain bassenge

  • A proximité. Un établissement routier gallo-romain découvert aux Hauts-Sarts

    Il a fonctionné entre le 1 er et le 3 e siècle apr. J.-C. 

    Il y a un peu plus d’un an, nous apprenions la présence d’archéologues dans le zoning des Hauts-Sarts à Herstal. Ils étaient à la recherche de vestiges datant du début de notre ère. Et ce qu’ils y ont trouvé est digne d’intérêt. Retour sur cette découverte. 

    Alors que les établissements routiers sont nombreux dans le zoning des Hauts-Sarts, il est comique de constater que notre époque et notre industrie n’ont pas été les premiers à le coloniser de la sorte.

    L’an dernier, des archéologues de la Région wallonne ont en effet mis au jour une sorte de station-service de l’époque gallo-romaine. Une halte ravitaillement qui a essentiellement fonctionné entre le 1 er et le 3 ème siècle de notre ère.

    La découverte a été faite durant le premier semestre 2015, lors des travaux d’extension de l’entreprise Skechers. En réalité, les archéologues soupçonnaient depuis longtemps l’existence de tels vestiges. En 2001, des restes datant de l’Antiquité tardive avaient été découverts à proximité immédiate du site. Et lorsqu’en 2014, Skechers a introduit sa demande de permis pour son extension, les archéologues ont sauté sur l’occasion.

    Après une première évaluation, des fouilles plus complètes ont été menées de janvier à juillet 2015. Elles ont donc permis de mettre au jour un établissement routier d’époque romaine. Ce dernier avait été aménagé le long de la voie qui reliait Tongres à la Meuse, une voie qui correspond à l’actuel tracé de la chaussée Brunehaut.

    Cet établissement routier avait bel et bien pour vocation de ravitailler les voyageurs et leurs montures, le tout dans un certain confort. Pour preuve, l’inventaire exact de ce qui y a été trouvé. On sait ainsi qu’il y avait plusieurs bâtiments fondés sur poteaux de bois. L’un d’entre eux possédait une cave en pierre ornée de niches dont le comblement a livré des restes d’enduits peints. Pour le confort des voyageurs, des sortes de thermes sont aussi apparus, avec un ensemble de bains maçonné, avec chauffage par le sol, des baignoires pour l’eau chaude et d’autres pour l’eau froide.

    L’établissement servait aussi à se restaurer. Des structures de traitement des denrées périssables comme un séchoir et d’autres servant de stockage pour la conservation des denrées périssables comme des silos enterrés ont ainsi été mis au jour tout comme des batteries de foyers servant à la cuisson des aliments.

    Enfin, on y a également trouvé des vestiges indiquant un travail de forge sur place. Une découverte qui ne surprend pas puisqu’il n’était pas rare de devoir réparer les véhicules. D’ailleurs, un bandage/cerclage de roue en fer a ainsi été remonté à la surface.

    Tous ces éléments ont bien évidemment permis de dater la période d’activité de cet établissement routier. Ce dernier aurait ainsi essentiellement fonctionné durant le Haut-Empire (1 er -3 e siècle après Jésus-Christ) mais aussi durant l’époque de l’Antiquité tardive (4 ème siècle). (Source La Meuse samedi 27 août 2016)

  • Cours de philosophie en primaire: les parents devront choisir pour le 15 septembre

    C’est la grande nouveauté de cette rentrée scolaire : un cours de philosophie et de citoyenneté verra le jour en primaire. Voici ce que vous devez savoir à son sujet. L'article entier en suivant le lien ci-dessous :

    http://www.lameuse.be/1652725/article/2016-08-23/cours-de-philosophie-en-primaire-les-parents-devront-choisir-pour-le-15-septembr

  • Emael. L'école de la réussite 2016 : c'est parti !

    école de la réussite 2016 salle emael.2jpg.jpgCommuniqué de l’asbl Bassenge On Move. Ecole de la réussite

    « Cette semaine a été consacrée à la première rencontre entre les professeurs et les élèves. L'occasion d'avoir un premier contact, d'échanger sur les points de matière à revoir et, surtout, de briefer l'étudiant afin que celui-ci prépare au mieux ses examens. 30 demandes d'aide ont été enregistrées cette année. Il s'agit donc maintenant de préparer, pour chacune de celles-ci, un cours particulier sur mesure. Ceux-ci sont, pour rappel, entièrement gratuits. C'est un gros défi... que nous allons relever, comme durant les éditions 2014 et 2015 »

    école de la réussite 2016 salle emael.3jpg.jpg

    école de la réussite 2016 salle emael.jpg

  • Bassenge – Culture. Le jazz au Broukay en photos

    jazz 2016.jpgDans le cadre du 20ème anniversaire du Festival de Jazz au Broukay, l’administration communale de Bassenge accueille l’exposition « Jazz au Broukay, 20 ans déjà ! ». Cet événement raconte l’épopée du Festival de Jazz au Broukay, des concerts intimistes au pied de la Tour d’Eben-Ezer jusqu’à ceux sous chapiteau. Les photos montrent des musiciens tels que Steve Houben à ses débuts ou encore, le Rosenberg Trio.

    Le but de Marc Garcet, l’organisateur de cet événement musical, est la conviction toujours tenace que ces instants suspendus, ces moments magiques où la musique rassemble, permet de renvoyer toutes les personnes à un rapport égalitaire. C’est cette égalité, qu’à travers la musique, à travers ce festival, nous cherchons à transmettre, à faire vivre, à faire agir. Il ne s’agit donc pas uniquement de vivre ensemble mais plutôt d’agir ensemble…

    Les amateurs de jazz sont attendus les 19, 20 et 21 août pour le traditionnel Festival de Jazz au Broukay. Cette 20ème édition mettra à l’honneur des grands noms du jazz comme Philip Catherine Quartet, O Juliette, Samson Schmitt Quintet… Une programmation de la Maison du Jazz de Liège.

    (Source La Meuse mercredi 20 juillet 2016)

    http://www.jazzaubroukay.be/

  • Inédit ! Petit film sur Kanne en 1964. Une vidéo de Jean Geelen.

    kanne 1964.jpgSur Youtube, Jean Geelen  a publié un petit film sur Kanne en 1964. On peut y apercevoir, notamment, des « blocteux » en plein travail.

  • L’Ecole de la Réussite : des cours de rattrapage gratuits pour vos enfants ! Les inscriptions sont officiellement ouvertes !

    logo bassenge on move original.jpgDans un communiqué distribué toutes-boîtes, l’asbl Bassenge On Move vient de lancer officiellement les inscriptions pour l’école de la réussite qui en est déjà à sa troisième édition.  En voici la teneur : « Pour la plupart de nos jeunes, les vacances d’été sont synonymes d’amusement et de plaisir. Pour d’autres, elles signifieront travail et étude afin de préparer au mieux les examens de seconde session. Dans ce contexte, certains élèves disposeront très certainement d’un accompagnement adapté et personnalisé qui les aidera à affronter au mieux les différentes épreuves de dernière chance. Pour d’autres, cet accompagnement est tout simplement impensable au regard des coûts qu’il engendre.

    Pour la suite et les modalités d’inscription cliquez sur le lien suivant : école de la réussite 2016 3ème édition.pdf

  • Tempête autour du CE1D (2ème secondaire). Examen « trop facile » ? Le chat Flocon déjà star sur Facebook !

    chat flocon.jpgIncroyable ! En deux jours, le chat Flocon est devenu une star sur Facebook. Il a droit à sa page personnelle et a déjà plus de 200 « supporters ». Flocon ? C’est le nom d’un chat qui figure dans l’épreuve certificative externe qui s’impose à tous les enfants achevant leur deuxième année secondaire : le fameux CE1D. Dans l’épreuve de français, ils devaient lire un texte, puis répondre à des questions. Savoir reconnaître Flocon, entre quatre photos de chats, était l’une des premières questions.

    Plusieurs profs de français ont réagi avec virulence ce week-end. Ils ont pris pour cible cette épreuve qu’ils trouvent trop facile, loin des exigences que leur imposent les programmes et juste destinée, disent-ils, à éviter d’alimenter ce redoublement qui nous coûte si cher.

    « Le CE1D de cette année », que ces enseignants rebaptisent « Certificat En Désespérance », « a atteint des profondeurs abyssales que nous ne pensions jamais atteindre même dans nos pires cauchemars… »

    Mise sur la sellette, la ministre a réagi… rappelant qu’elle n’avait rien à voir dans la rédaction des épreuves, fait d’un groupe de douze spécialistes qui sont d’ailleurs désignés pour plusieurs années. Ce qui est recherché dans ces examens, dit-elle, c’est une stabilité, pas un nivellement par le bas. Non, ces épreuves ne sont pas une manière de réduire artificiellement le redoublement. La preuve ? Elles existent depuis des années et nos écoles figurent malgré tout parmi les mauvais élèves en matière de redoublement !

    LE MR TRÈS ACIDE

    Une sortie qui ne va pas convaincre l’opposition MR. « Chaque année, nous dénonçons le niveau trop faible du CEB, qui envoie dans le secondaire des élèves qui n’ont pas les prérequis nécessaires pour poursuivre leur cursus. Alors, ne soyons pas étonnés qu’on aligne l’épreuve du CE1D sur le CEB pour éviter la catastrophe ! », a claqué Françoise Bertieaux, cheffe du groupe MR au parlement francophone. (Source La Meuse mardi 21 juin 2016)