Google Analytics Alternative

Culture, éducation permanente

  • Eben-Emael. After Work Jazz au Moulin du Broukay ce vendredi 9 juin dès 18h30 et présentation du livre de Marc Garcet

    jazz broukay 2017.jpgLe Moulin du Broukay d’Eben-Emael a le plaisir de vous inviter le vendredi 9 juin à 18h30 à l’After work jazz. C’est l’opportunité pour les amateurs de jazz de se réunir autour du groupe jazz manouche « O Juliette ». Lors de cette même soirée, nous aurons l’occasion de participer à la présentation du livre de Marc Garcet intitulé « Quand des hommes et des femmes œuvrent avec le jazz ».

    L’entrée est gratuite et une restauration à la carte est possible.

    Programme :

    18h00 : Accueil

    18h30 : Présentation du livre « Quand des hommes et des femmes œuvrent avec le jazz » de Marc Garcet.

    19h00 : Jazz manouche groupe « O Juliette »

     Infos : 04/286.92.70 ou moulin@aigs.be

  • Glons. La ministre Schyns invitée à faire des pizzas

    Ce vendredi, la ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns était de passage à Glons. Et pas n’importe où puisqu’elle s’est arrêtée à la pizzeria La Sirena 2 où l’attendaient des élèves de 5ème et 6ème primaires de l’école du Sacré-Coeur de Glons.

    Une visite qui s’inscrivait dans un programme pédagogique. Durant plusieurs semaines, les enfants ont ainsi appris tout ce qu’il fallait savoir sur la composition et l’histoire de la pizza.

    La suite à découvrir sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-05-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-05-15,BASSE-MEUSE,1|10

  • Bassenge. L’asbl Bassenge On Move fait encore parler d’elle

    bassenge on move presse.jpgCette fois, c’est le magazine Proximag de ce 10 mai 2017 qui consacre un article à la jeune Asbl bassengeoise qui décidément n’arrête pas de se distinguer. Après avoir rappelé le nombre important de personnes qui gravitent autour de l’asbl, soit en tant que bénévoles (20) ou membres adhérents (400), la journaliste Irène Brône accorde en son article une large place aux explications données par Christopher Sortino et René Deckers, Président et Vice-président. Ceux-ci rappellent tout d’abord qu’au total c’est une dizaine d’activités que l’asbl BOM a mises en place. Puis, de les détailler avec, tout d’abord, l’école de la réussite (gratuit), ensuite la Jogging Academy, l’exposition de photographies « Clic and Shoot », le concours de la plus belle photo de Bassenge, l’initiation à la plongée sous-marine (gratuit), la soirée Loto Quine, le goûter-spectacle, les achats groupés d’énergies, le concours du plus beau jardin de Bassenge, différents soupers pour récolter des fonds pour des activités solidaires, et enfin des colis alimentaires destinés à la Croix-Rouge. L’article se conclut comme il avait commencé par cette phrase : « Bassenge On Move : ça bouge ! »

    Regor

    Pour contact : Christopher Sortino 0499.634214

    bassenge on move presse.jpg

  • Enseignement secondaire : les parents recevront un formulaire. Une ou deux heures de philo et citoyenneté ? À choisir fin mai !

    Les cours d’éducation à la philosophie et à la citoyenneté (EPC) débarqueront donc en septembre dans les écoles secondaires du réseau officiel (écoles communales, provinciales, de la Fédération Wallonie-Bruxelles…), une année après avoir enrichi le programme de l’enseignement primaire. Les référentiels sont prêts, la ministre de l’Éducation, Marie-Martine Schyns (cdH), les a présentés lundi. Un programme concerne les enfants du premier degré (1 ère et 2 ème ), un autre ceux des 2 ème et 3 ème degrés, étant entendu que le secret de la réussite résidera dans la manière d’articuler ces cours, vu que tous les enfants n’auront pas le même nombre d’heures de cours.

    Le principe, c’est le choix : dès septembre, tous les enfants de secondaire auront au moins une heure d’EPC qui remplacera, dans l’officiel, une heure de religion ou de morale. Ceux qui le souhaitent pourront avoir deux heures d’EPC… et donc plus aucune minute de religion ou de morale.

    La suite de l’article avec tous les renseignements en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-05-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-05-09,BASSE-MEUSE,1|16

  • Emael - Les photos du jour. Le visage émerveillé d’un enfant. Il vient de gagner à un jeu d’adresse ancien

    C’était samedi dernier à Emael, lors de la promenade organisée par l’asbl Bassenge On Move dans les environs du Fort d’Eben Emael. Proposée par l’asbl BOM conjointement avec « La Basoche », cette promenade, qui avait rassemblé une cinquantaine de personnes, s’inscrivait dans le cadre d’une journée mêlant différentes activités dont les bénéfices seront reversés à l’asbl « Mouvement personne d’abord ».

    Avant d’entamer la promenade, les participants étaient invités à se mesurer à un jeu d’adresse ancien leur permettant ainsi d’obtenir des points comptant parmi ceux recueillis ensuite dans un questionnaire ayant le fort d’Eben - Emael pour sujet.

    Article précédent à découvrir ici :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2017/03/30/bassenge-on-move-asbl-et-la-basoche-unis-pour-la-bonne-cause-220551.html

    Les photos :

    jeu ancien gamin.jpg

    jeu ancien gamin2.jpg

    jeu ancien gamin 3.jpg

    jeu ancien gamin 4.jpg

    Photos Regor

  • L’agenda des visites du Fort d’Eben-Emael

    Pour information, voici l’agenda 2017 des visites programmées pour découvrir le Fort d’Eben-Emael. Tous les renseignements en cliquant sur l'illustration ci-dessous :

    visites fort d'eben emael.jpg

     

  • Vis mon village 2017 ! La Wallonie et la Fondation Roi Baudouin collaborent afin de soutenir les projets d’habitants qui s’engagent pour faire vivre leur village

    Ce 7 avril 2017, la Fondation Roi Baudouin, en présence du Ministre wallon de la Ruralité, René Collin, a lancé la 6ième édition de son appel à projets « Vis mon village ! ». Cette édition bénéficie, pour la première fois, d’un important soutien de la Wallonie.

    L’appel à projets “Vis mon village!” vise à soutenir les habitants qui veulent réaliser un projet concret au bénéfice de l’amélioration de la qualité de vie et du renforcement des contacts entre les habitants dans leur village.

    Forte de l’engouement des précédentes éditions, la Fondation bénéfice cette année  du soutien du Ministre wallon de la Ruralité René Collin, ce qui permettra la sélection d’un plus grand nombre de projets. La qualité de vie des personnes vivant en milieu rural est une priorité pour le Ministre qui rappelle que 80% du territoire wallon est rural et qu’il regroupe 40% de la population.

    Les projets introduits visent à améliorer la qualité de vie à l’échelle locale. Ils favorisent les contacts entre des groupes d’habitants larges et diversifiés. Les initiatives proposées couvrent un large éventail de préoccupations: la stimulation de la vie communautaire dans le village (des activités de loisirs communes, des initiatives pour le village…); la solidarité entre les habitants (entraide, services…); les contacts entre habitants du village (journal du village, site web du village, local communautaire…); la conservation ou la création d’activités culturelles (spectacle de quartier, cercles divers…); l’amélioration du cadre de vie (entretien de petits jardins, éléments de paysage, plaines de jeux, espaces verts, lieux de rencontre…), etc.

    Les projets peuvent être déposés par :

    -    des habitants du village qui se sont associés de manière formelle ou informelle (association de fait, groupe d’habitants, comité de voisinage,…) ;

    -    des associations ou des organisations travaillant au niveau local (maisons de jeunes, centres culturels, associations socio-culturelles…). Dans ce dernier cas, les activités doivent s’adresser à tous les habitants du village.

    Les dossiers de candidature sont à remplir jusqu’au 30 mai 2017 via le lien suivant :

    https://www.kbs-frb.be/fr/Activities/Calls/2017/303034

    Un jury indépendant sélectionnera les projets en fonction de plusieurs critères :

    -              la participation active des habitants ;

    -              l’implication de ceux qui n’ont pas encore pris part à des initiatives locales;

    -              la durabilité et la plus-value du projet ;

    -              le caractère rural ; la qualité, l’originalité et la faisabilité du projet.

     jusqu’à 5.000 euros.

    Cet appel à projets s’inscrit dans le domaine d’action Engagement sociétal de la Fondation. Il vise à renforcer l’impact des initiatives des citoyens et des associations.

    Personal Contacts:

    Mr. Sophie Van Malleghem

    Phone: 02-549.02.36

    Email:    vanmalleghem.s@kbs-frb.be

    https://www.kbs-frb.be/fr/Activities/Calls/2017/303034

    vis mon village 2017,fondation roi baudouin vis mon village 2017,appel vis mon village 2017

  • Glons. Bibliothèque publique : « Créez votre BD ! », un concours bien sympa !

    La bibliothèque publique de Glons vous invite à participer au concours "Créer votre BD". Un illustrateur (Hubert) se tiendra à votre disposition pour vous guider et conseiller ce samedi 1 avril de 10h à 12h.

    https://www.facebook.com/Biblioth%C3%A8que-Publique-Saint-Victor-748443058586225/

    Plus d'information via l'affiche ci-dessous :

    bibliothèque saint victor créez votre bd.jpg

  • Pour l’asbl Bassenge On Move, 2017 commence en force !

    L’asbl Bassenge On Move se donne pour objectif de proposer chaque année des initiatives qui contribuent au dynamisme de notre commune. Revenons sur quelques moments forts de ce début d’année et profitons-en pour rappeler le grand loto quine qui aura lieu le 9 avril prochain !

    bassenge on move 2017.jpg

    lotto quine bassenge on move.jpg

  • Il était considéré comme le père fondateur du rock: Chuck Berry est mort (vidéos)

    Chuck Berry, un des pères fondateurs du rock’n roll, est décédé samedi à l’âge de 90 ans. Le guitariste et chanteur américain pouvait s’enorgueillir d’avoir révolutionné la musique.

    Article et vidéos à découvrir sur :

    http://www.lameuse.be/1810222/article/2017-03-19/il-etait-considere-comme-le-pere-fondateur-du-rock-chuck-berry-est-mort-videos

  • Dossier brûlant pour la Ministre de l’éducation. Vers une troisième maternelle obligatoire, la décision sera prise en 2017

    Rendre obligatoire la fréquentation de la 3ème maternelle sera un sujet brûlant pour la ministre de l’Éducation en 2017. La décision tombera cette année et, après évaluation, elle pourrait être progressivement étendue aux autres années maternelles. Améliorer la qualité de notre enseignement, cela démarre dès le début de l’aventure scolaire ! 

    Le projet figure en bonne place dans la « bible » du Pacte pour un enseignement d’excellence. Le dernier avis du groupe central invite les autorités francophones à franchir le pas. Si ces quelque 300 pages ne sont encore qu’au stade de l’avis rendu par les professionnels de l’enseignement, plusieurs aspects relatifs aux maternelles devraient être tranchés dans les mois à venir.

    On pense à un meilleur encadrement des élèves. La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) investit moins dans l’enseignement maternel que la moyenne des pays de l’OCDE. Le Pacte d’excellence invite la ministre (et ses successeurs) à investir 50 millions d’euros pour améliorer l’encadrement, soit l’engagement à terme de 1.100 personnes. Toutes ne seront, bien sûr, pas engagées en 2017 (le Pacte envisage des améliorations à apporter dans un délai de 10 à 15 ans), mais une partie de l’effort devrait être concrétisée cette année. En clair : du personnel complémentaire devrait déjà être engagé dans les prochains mois. Combien ? Trop tôt pour le dire.

    L’autre dossier chaud est celui de la fréquentation régulière de la 3 e maternelle. Un monstre du Loch Ness ! Cela fait des années que l’abaissement de l’obligation scolaire de 6 à 5 ans (Ecolo proposait même 3 ans) unit les partis francophones… Sauf que cette décision-là ne dépend pas de la Communauté française, mais du fédéral. Cela supposerait une modification de la Constitution… et l’aval des partis flamands qui freinent des quatre fers : la modification aurait un impact sur la Loi spéciale de financement et au Nord, on craint qu’il soit négatif pour la Flandre.

    Comment faire alors ? La solution vient… de Flandre. Là-bas, les enfants ne peuvent être inscrits dans une école primaire que s’ils ont fréquenté une 3 e maternelle pendant 220 demi-jours. On ne parle plus d’abaisser l’âge de l’obligation scolaire, mais de rendre obligatoire la fréquentation. Ce qui est tout sauf idiot : rappelons que 97 % des petits francophones sont inscrits dans une école maternelle. Le problème est donc bien celui d’une fréquentation assidue de cet enseignement.

    Proche du système flamand

    La FWB va-t-elle calquer sa décision sur ce qui existe en Flandre ? Le système devrait en tout cas être très proche, confie-t-on dans l’entourage de la ministre. Quant à savoir si c’est elle qui prendra l’initiative ou si elle la laissera au Parlement, c’est beaucoup plus flou… Mais cela devrait avancer rapidement rassure-t-on. Rappelons qu’alors « simple » députée, Marie-Martine Schyns avait soutenu (en 2015) une proposition de décret qui s’inspirait de l’exemple flamand.

    À propos d’enseignement maternel, on évoque aussi l’élaboration d’un référentiel (l’apprentissage va être revu en s’appuyant sur les outils numériques, le jeu, la psychomotricité, la communication ou l’expérimentation). Sans oublier une décision qui a déjà été prise par le gouvernement à la fin de l’année dernière et qui entre en vigueur cette année : un arrêté fixant des règles beaucoup plus strictes pour maintenir exceptionnellement un enfant une année supplémentaire dans le maternel. (Source La Meuse mardi 3 janvier 2017)

  • L’enquête du lundi. Nos bibliothèques en voie de disparition

    kathleen wuyard.pngFace à la diminution des lecteurs, deux solutions se présentent : s’adapter… ou être contraint de fermer 

    Si l’arrivée d’internet a bousculé les habitudes de lecture, cela a aussi chamboulé le paysage des bibliothèques liégeoises.   Et si certaines ont disparu, les autres font preuve d’inventivité pour continuer à attirer les lecteurs. Enquête sur une véritable révolution culturelle.

    Les chiffres recueillis par la Fédération Wallonie Bruxelles sont sans appel : depuis 2004, le nombre de prêts annuels enregistrés dans les bibliothèques a chuté de 2 millions, pour se stabiliser à 10.5 millions de prêts par an.

    Si l’on prend l’ensemble de la Fédération, près d’un quart des communes (21 %) ne dispose d’ailleurs plus de bibliothèques fixes.

    Un constat alarmant, qui n’est heureusement pas à déplorer dans l’arrondissement liégeois : sur les 24 communes, une seule ne bénéficie plus de bibliothèque pour le moment.

    Mais la situation n’est pas toute rose pour autant. Avec ses trois bibliothèques pour un peu plus de 13.000 habitants, la commune d’Esneux n’a pas à rougir de son offre culturelle. Mais malgré la diversité et la facilité d’accès, les statistiques sont tout de même en baisse. « Deux de nos bibliothèques sont gérées par la commune, et la troisième est privée, mais toutes enregistrent une diminution de la fréquentation. Dans les années 90, il y avait environ 25.000 prêts par an à la bibliothèque de Tilff : désormais, il y en a moins de la moitié seulement » nous dit-on à la commune.

    En cause ? « L’arrivée d’internet a signifié de grands changements pour nous. Avant, on avait beaucoup d’étudiants qui venaient emprunter de la documentation, désormais, ils trouvent tout sur leur ordinateur ».

    Et face à la défection des lecteurs, certaines bibliothèques ferment leurs portes pour ne plus les rouvrir. C’est notamment le cas dans la commune d’Awans, où la bibliothèque a fermé il y a quelques années suite à la fin du bail, et n’a pas encore été relancée, bien qu’une réouverture dans la nouvelle maison communautaire soit envisagée.

    À Beyne-Heusay, une des deux bibliothèques communales a dû fermer faute de préposé pour s’en occuper. Si au sein de la commune, on regrette que « personne n’ait les compétences d’assurer ce poste pour le moment » et que le poste suscite moins d’intérêt que les positions d’employé, on nous affirme toutefois une volonté de garder les deux bibliothèques en activité.

    Quitte à prendre exemple sur les communes où la lecture reste florissante.

    Une offre adaptée

    Ainsi, à Aywaille, les trois bibliothèques ont été pensées pour se distinguer et attirer une population de lecteurs sans cesse renouvelée. « Notre particularité, c’est que nos bibliothèques sont liées depuis longtemps aux écoles communales, et ce partenariat s’inscrit dans une volonté d’encourager la lecture publique. Nous avons maintenu une bibliothèque dans chacune des anciennes communes, avec des id entités distinctes. À Harzé, on met plutôt l’accent sur les BD, à Remouchamps, ce sont plutôt les ouvrages classiques, et à Aywaille, on se concentre sur les livres jeunesses et pour les tout-petits » nous explique le responsable. Qui organise une multitude d’activités pour attirer lecteurs et curieux. Diversifier pour mieux rester ? Un pari gagnant pour les bibliothèques de la région. (Source La Meuse lundi 26 décembre 2016)

  • Coup de cœur – Maastricht. Un musicien de rue jouant d’un drôle d’instrument. Des petits airs qui vous réchauffent le cœur…(Vidéo)

    Au hasard d’une récente promenade à Maastricht, nous avons rencontré ce musicien de rue, jouant d’un drôle d’instrument, mi violon, mi trompette. De petits airs connus, dont on peine pourtant à retrouver l’origine et les titres, mais qui vous réchauffent le cœur.

    Quel est cet instrument ?

    Cet instrument, d’origine roumaine, est appelé Violon à pavillon ou « Stroh violon »

    Le violon à pavillon ou vioară cu goarnă en roumain, est un instrument à cordes frottées rare que l'on trouve surtout en Transylvanie, typique de la région de Bihor. On l'appelle également « violon à cornet », « violon à entonnoir », « hidede cu tolcer », ou « violon Stroh » (parfois abrégé en stroviol ou strohviol), du nom de l'inventeur Augustus Stroh (1828-1914). On trouve aussi les appellations «Violophone» ou «Violon-jazz».

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Violon_%C3%A0_pavillon

  • Une idée sortie pour ce dimanche ? Exposition Clic&Shoot de l'ASBL Bassenge on Move et de l'Amicale du personnel d'Intradel !

    Jusque ce dimanche soir 18h (dernier jour). Entrée libre et gratuite

    Présentation de l’exposition :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/10/17/herstal-clic-and-shoot-une-grande-exposition-internationale-204685.html

    clic and shoot 2016 salle.jpg

  • Dès lundi. 5 posters gratuits à l’achat de votre journal !

    Vos petites têtes blondes s’intéressent à la géographie ? Ils rêvent de devenir incollables sur la localisation des pays dans le monde entier ? Ou, au contraire, vous êtes professeur et vous souhaitez apprendre la géographie à vos élèves de manière pratique et ludique avec de belles cartes ? Alors la nouvelle action du groupe Sudpresse est faite pour vous !

    ILS SAURONT TOUT !

    Du 17 au 21 octobre, cinq magnifiques posters vous seront offerts gratuitement à l’achat de vos journaux La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Éclair et La Capitale.

    Chaque jour de la semaine, une carte différente couvrira un thème spécifique pour tout découvrir.

    La carte du 17 octobre sera, par exemple, dédiée à la Belgique, celle du 18 à l’Europe et celle du 19 au monde.

    DES INFOS À PORTÉE DE MAIN

    Pour terminer la semaine en beauté, vos bambins recevront jeudi prochain le poster du tourisme en Belgique et la carte des reliefs et des cours d’eau en Europe le lendemain.

    Très pratique, vous pourrez alors les afficher dans la chambre ou, si vous êtes professeur, dans votre salle de classe pour toujours avoir ces informations à portée de main.

    Ce sont vos élèves qui vous remercieront car vos cours leur apparaîtront beaucoup plus agréables.

    Rendez-vous donc dans votre librairie dès ce lundi pour pouvoir profiter de cette nouvelle action. (Source La Meuse samedi 15 octobre 2016)