Google Analytics Alternative

Travaux et mobilité - Page 5

  • Pour les mobylettes, les vélos électriques rapides et quadricycles légers. La mini-plaque cyclo est désormais disponible. Obligatoire dès le 11 décembre

    Ca y est ! La mini-plaque d’immatriculation pour équiper les vélos électriques rapides (speed pedelec), les voitures sans permis et les cyclomoteurs et scooters de classe A et B est enfin disponible !

    Elle était réclamée haut et fort car, jusqu’ici, la nouvelle législation exigeait une plaque d’immatriculation pour tous ces véhicules : mais elle n’existait qu’en format « moto » (21 cm x 14), pas du tout adapté à des véhicules plus légers. La nouvelle plaque mesure 12 cm sur 8, elle commence par la lettre « S » et affichera 7 caractères rouges sur fond blanc.

    Depuis plusieurs mois, tous les cyclomoteurs neufs doivent être immatriculés. Mais 200.000 cyclomoteurs en circulation, plus anciens, doivent l’être avant le 11 décembre prochain. Très peu se sont mis en ordre jusqu’ici (moins de 5.000) car tous attendaient qu’une nouvelle plaque d’immatriculation, plus petite, soit disponible. Ce qui est désormais le cas. Elle devra être fixée à l’arrière des cyclomoteurs et scooters de classe A et B, mais aussi des quads légers (moins de 25 km/h) et des petites voitures sans permis. Les vélos électriques les plus puissants devront en être équipés également (les speed pedelecs, pouvant aller jusqu’à 4.000 watts et 45 km/h) même si ces derniers ne sont pas toujours dotés d’un support pour les accueillir sur le garde-boue ou à l’arrière de la selle.

    MANNE FINANCIÈRE ET SÉCURITÉ

    Ces mini-plaques, obligatoires dès le 11 décembre, coûtent 30 euros (42€ s’il s’agit d’une régularisation). Elles ne seront pas personnalisables comme le sont, moyennant 2.000 euros, leurs grandes sœurs pour voitures et motos. En comptant 30 euros par plaque et 200.000 cyclomoteurs à équiper, cela rapportera 6 millions d’euros à l’État, dont il faudra évidemment déduire la fabrication des plaques et les frais d’envoi.

    Mais l’immatriculation de tous ces véhicules légers était réclamée depuis 2008 par les États généraux de la sécurité routière. « J’ai assisté un jour à un contrôle de vitesse à la sortie d’une école » , raconte Benoît Godart, porte-parole de l’IBSR. « Les deux premiers cyclomoteurs n’ont pas posé de souci mais le troisième a pris la fuite sans difficulté : il avait 10 mètres d’avance et s’est engouffré dans une petite rue étroite. Il était impossible de le rattraper. » La maniabilité de ces véhicules en ville et l’anonymat du conducteur, garanti par le casque, laissent peu de chance aux policiers qui les contrôlent ou aux personnes qui en sont victimes. Une griffe sur une voiture en passant dans une file à l’arrêt ou un rétroviseur accroché ? Si le cyclo veut prendre la fuite, il n’aura aucun mal à disparaître.

    Le ministre Wathelet, quand il était à la Mobilité, avait réclamé cette immatriculation, estimant que tout véhicule équipé d’un moteur doit être identifiable. Il n’avait pas tort car les accidents provoqués par les cyclomoteurs ne se limitent pas toujours à une griffe sur une portière.

    782 DÉLITS DE FUITE EN 2015

    « En 2015 », explique Benoît Godart, « 782 accidents corporels ont été provoqués par des scooters légers qui ont pris la fuite sans demander leur reste : 746 ont laissé sur place un blessé léger, 35 un blessé grave et le dernier a laissé… un tué ! On peut espérer une amélioration du comportement général des conducteurs de scooters dès qu’ils seront identifiables par leurs plaques. » (Source La Meuse mercredi 28 septembre 2016)

    plaque immatriculation vélos électriques.png

  • Basse-Meuse - chantier de l’E25. La circulation à nouveau perturbée cette semaine

    Actuellement en place, le chantier de l’E25 reliant Cheratte aux Pays-Bas va subir un nouveau relifting. Et cela va modifier les règles de circulation.

    Ainsi, on apprend que la sortie à Mouland, l’accès menant au Trilogiport et la sortie nº4 à Cheratte vont rester fermés. Tout comme la sortie à Visé Nord qui mène au Quai des Fermettes en direction de Liège. Concrètement, cette dernière sera fermée dès 6h jusqu’à demain 6h.

    Quant à la sortie nº2 dans la Cité de l’Oie, elle sera fermée demain de 6h à 22h. À noter aussi que ce jeudi, l’accès nº2 à Visé sera fermé de 9h à 22h.

    Quelques modifications sont également à signaler du côté de Hermalle-sous-Argenteau. Si l’accès à l’autoroute sera uniquement fermé à partir de jeudi (12h) jusqu’au lendemain à la même heure, la sortie vers la Cité des cramignons ne pourra, pour sa part, pas être empruntée jeudi et vendredi (de 12h à 22h). (Source La Meuse mardi 27 septembre 2016)

  • Route provinciale à Glons : encore de la casse

    Cette fois, c’est un poteau de signalisation qui a été renversé par un véhicule. Actuellement donc, à cet endroit, la signalisation de priorité n’est plus assurée.

    route provinciale septembre 2016.jpg

    route provinciale septembre 2016.2.jpg

  • Boirs, Roclenge… Nouvel enrobage de la grand-route : attention aux gravillons !

    enrobage boirs roclenge.jpgDepuis ce lundi, le MET procède à un nouvel enrobage de la grand-route qui traverse les villages de Boirs, Roclenge… Le trafic des véhicules dégage beaucoup de poussières tout comme les gravillons se retrouvent projetés. Dans la nuit de mardi à mercredi, une voiture a fait une sortie de route à hauteur du cimetière de Roclenge ; un abribus a été embouti.

    Pour rappel, comme l’indique la signalisation qui a été placée, le 30 km/h est de mise.

    La prudence s’impose.

    enrobage boirs roclenge.2.jpg

  • Quand les communes innovent. Pour inciter les usagers à ralentir, voici une initiative qui ne manque pas d’intérêt

    C’est une initiative des communes de Courcelles et Chapelle-Lez-Herlaimont. Des statues d’enfants ont été placées de part et d’autre de passages pour piétons, pour signaler le danger et inciter à ralentir… Un usager écrit sur Facebook : « Bravo aux responsables de cette initiative. Ces statues d'enfants attirent vraiment l'attention et incitent à ralentir... J'ai moi-même été surpris de loin et j’ai ralenti encore plus tôt que prévu... Aux autres communes, prenez exemple !!! »

    Voilà, certes, un système assez simple et qui ne manque pas d’intérêt.

    Regor

    statues enfants signal2.jpg

    statues enfants signal.jpg

  • Wallonie. WC publics dans chaque commune ! Des toilettes propres et gratis partout : le pressing du parlement

    Pire que les cabines téléphoniques : les toilettes publiques ont quasiment disparu en Wallonie. Le parlement wallon vient d’approuver une résolution qui pousse les élus locaux à placer des WC publics, gratuits et propres dans un maximum de communes. 

    C’est arrivé au moins une fois à tout le monde. Avoir un besoin très pressant et se retrouver loin de la maison ou de toilettes propres. Et c’est encore plus problématique pour les enfants ou les personnes âgées ou atteintes de certaines pathologies.

    Bref, à l’initiative de plusieurs députés wallons PS (Christie Morreale, Patrick Prévot et Bruno Lefebvre) les toilettes publiques pourraient faire leur retour en force sur toutes les places de Wallonie. « Se rendre aux toilettes est un besoin primaire, parfois difficile à satisfaire, soulignent les élus PS, et c’est encore plus grave lors des festivités locales ou de manifestations diverses, c’est même un frein pour le développement touristique de la Wallonie » .

    HYGIÈNE ET SÉCURITÉ : AÏE !

    Autre problème, le manque de propreté et de sécurité autour des WC publics ou payants existants. « Tout cela rend les toilettes existantes glauques, alors que leur utilité ne peut être remise en cause, poursuivent les élus, c’est pourquoi il est important de surmonter les obstacles d’entretien, de sécurité et de financement pour réfléchir à l’élargissement de l’offre » .

    Bonne nouvelle : la résolution vient d’être adoptée par le parlement wallon. Concrètement, les députés demandent aux communes de prévoir sur leur territoire un accès en permanence aux toilettes publiques, et d’en assurer la propreté, l’entretien et la sécurité.

    Bref, d’élargir considérablement l’offre en toilettes publiques et gratuites.

    Il faut dire que la situation actuelle est loin d’être parfaite.

    WALLONIE : SYMPA MAIS…

    À ce sujet, une enquête a été réalisée, fin 2015, dans le cadre d’une application mobile (WC asapp) qui permet de localiser et d’évaluer les toilettes accessibles dans les lieux culturels, commerces et établissements horeca.

    Les enquêteurs se sont rendus au hasard dans 573 lieux avec pour mission d’accéder le plus vite possible à une toilette. Ils se sont essentiellement rendus dans les magasins (45,9 %), dans des restaurants (25,66 %) et des cafés (15,36 %).

    Si les toilettes sont plus facilement accessibles en Wallonie, le manque d’hygiène y est aussi plus marqué. Ainsi, dans 56 % des cas, on a accepté immédiatement de leur indiquer les toilettes. L’enquête, réalisée dans les dix provinces du pays, a bien révélé que l’accès aux toilettes est plus facilement octroyé côté francophone (65,36 %).

    Côté propreté, la situation s’inverse puisqu’on constate une différence de qualité entre les deux parties du pays : 74 % des toilettes sont considérées comme propres en Flandre, contre 44 % au Sud du pays. Enfin, la Flandre compte davantage de WC payants que la Wallonie (14 % contre 4 %). (Source La Meuse mercredi 14 septembre 2016)

  • Travaux. Le chantier du viaduc de Herstal en phase 5. Rétablissement de trois voies de circulation.

    Cela devrait être une bonne nouvelle pour beaucoup d’entre vous : le chantier du viaduc de Herstal entrera, le lundi 19 septembre prochain, en phase 5. Par rapport à la phase 4, cela signifie le rétablissement, dans les deux sens, de trois voies de circulation. Par ailleurs, la bretelle venant de Loncin vers l’échangeur de Cheratte sera rouverte. La durée de cette cinquième phase sera d’environ un mois et demi.

    (Source Ville Herstal -  Facebook mardi 13 septembre 2016)

  • La photo du jour. Glons : signal de fin de zone 70 km/h ?

    Clin d'oeil. Comme nous le faisait remarquer un lecteur, cela va faire une vingtaine d’années que le signal (fin de 75 km/h) contredit le précédent, situé à l’entrée de la zone, et qui impose la tenue d’une vitesse de 70 km/h. Mais bon, il faut reconnaître aussi que les chiffres sont tellement délavés… que le signal n’a plus guère d’importance…

    Regor

    signal 75 km heure2.jpg

  • Des radars gratuits pour les communes wallonnes: ces Lidars seront prêtés aux polices locales et donc... multipliés!

    Maxime Prévot a lancé un marché de location de radars « lidar » pendant deux ans. Il y en aura huit qui – grande nouveauté – pourront être prêtés aux zones de police locale pour sécuriser des zones dangereuses ou des chantiers.

    http://www.lameuse.be/1663464/article/2016-09-06/des-radars-gratuits-pour-les-communes-wallonnes-ces-lidars-seront-pretes-aux-pol

  • Communiqué de la Zone Police Basse-Meuse. Démarrage d’un chantier de réhabilitation…

    logo info.jpgDémarrage d’un chantier de réhabilitation entre la frontière avec les Pays-Bas et Cheratte.

    A partir du mercredi 24 août, un chantier de réhabilitation et de sécurisation sera réalisé sur l'autoroute E25/A25, entre la frontière avec les Pays-Bas et Cheratte, soit sur plus de 7 kilomètres, en direction de Liège.

    Ces travaux visent à remplacer la couche d'usure sur l'ensemble du tronçon, à réparer le béton armé continu et à sécuriser la berme centrale.

    Ils sont prévus pour une durée de 60 jours ouvrables et devraient donc se clôturer fin du mois d'octobre 2016.

    logo police basse meuse 2.pngCe chantier, programmé dans le cadre du Plan Infrastructures 2016-2019, représente un budget de 4.850.000 € HTVA financé par la SOFICO en ce qui concerne le tronçon allant de Visé nord à Cheratte. Les 450 premiers mètres du chantier, situés en Région flamande, sont financés par cette dernière.

    Ce chantier est réalisé en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : la Direction générale opérationnelle Routes et Bâtiments du Service Public de Wallonie.

    Conséquences du chantier pour la circulation

    Des travaux préparatoires se tiendront dès ce mercredi 17 août impactant le trafic dans le sens Liège vers Maastricht :

    Dès ce mercredi 17 août, la voie de gauche sera soustraite au trafic depuis Argenteau, jusqu'à la frontière avec les Pays-Bas.

    à partir du 22 août, la voie de gauche sera fermée depuis Cheratte jusqu'à la frontière.

    dès le mercredi 24 août et jusqu'à la fin du chantier, la circulation s'effectuera sur une seule bande dans chaque sens, entre la frontière avec les Pays-Bas et Cheratte (la voie vers Liège sera basculée à contre-sens).

    dans le sens Liège vers Maastricht, toutes les sorties et tous les accès d'autoroute seront ouverts et la vitesse sera limitée à 90 km/h dans le chantier.

    dans le sens Maastricht vers Liège, la vitesse sera limitée à 50 km/h dans le chantier. Divers accès et sorties devront être successivement fermés afin de réaliser des réhabilitations de bretelles. Le principe sera de conserver toujours deux accès et une sortie accessibles. Des déviations seront mises en place.

    Dans un premier temps, seront fermés :

    l'accès N°1 « Visé Nord – Mouland-Moelingen » et celui du Quai des Fermettes ;

    la sortie N°1 « « Visé Nord – Mouland-Moelingen » »;

    le parking de Mouland ;

    la sortie N°2 « Visé » ;

    l'accès N°2a « Trilogiport » (il sera rouvert pour les festivités à Hermalle-sous-

    Argenteau du 26 au 31 août);

    la sortie N°4 « Cheratte ».

    Dans un premier temps, resteront ouverts :

    l'accès N°2 « Visé » ;

    la sortie et l'accès N°3 « Hermalle-sous-Argenteau ».

    L'accès N°4 « Cheratte » restera ouvert pendant tout le chantier.

    Un itinéraire de délestage à grande distance est recommandé aux usagers venant des Pays-Bas et se rendant vers le sud (France / Luxembourg) ou inversement :

    Il consiste, à partir de l'échangeur de Kerensheide (A2 >< A76) aux Pays-Bas, à emprunter l'E314 jusqu'à Lummen, puis l'E313/A13 jusqu'à Vottem, pour reprendre enfin l'E40/A3 vers Loncin.

  • Photos du jour. Les chicanes du thier de Glons : samedi, il s’en est fallu de peu…

    En effet, il s’en est fallu de peu, samedi 13 août 2016…  En témoignent les longues traces de freinage laissées sur la chaussée par un véhicule lourd qui a évité de peu les chicanes placées dans le thier. Voilà qui risque certainement d’en rajouter aux questions que continuent de se poser les usagers sur les réseaux sociaux sur la visibilité des chicanes placées à la sortie d’un tournant - angle mort - et le manque de signalisation de celles-ci.

    Heureusement qu'aucun véhicule ne se présentait en sens inverse...

    " D'une route sans histoire, ils en ont fait une route dangereuse ", nous a déclaré un riverain.

    Les photos:

    thier glons traces freinage.jpg

    thier glons traces freinage2.jpg

    thier glons traces freinage3.jpg

  • Exclusif. Le marquage routier wallon plus visible la nuit

    C’est quand on ne le voit pas que le danger se rapproche. On ne parle pas ici d’un tueur invisible, mais bien du marquage routier sur les principaux axes utilisés par les automobilistes en Wallonie.

    Car par temps de pluie ou par visibilité fort réduite (par brouillard ou quand la nuit est tombée) le marquage routier devient capital pour rester sur la bonne trajectoire et éviter des problèmes. Justement, la Wallonie a décidé de donner un coup d’accélérateur dans la rénovation du marquage aux sols sur nos routes et autoroutes.

    Il est temps, car selon une grande enquête européenne, 45 % du marquage autoroutier wallon devrait être refait afin de répondre aux normes européennes, contre 30 % à peine en Flandre.

    Cette différence peut s’expliquer facilement : la Wallonie avait déjà entamé une grande vague de rénovation du marquage au sol l’année passée, avant que la nouvelle norme 150 millicandela (mcd) au mètre carré ne soit prise comme référence.

    GRAND PLAN MARQUAGE

    Une norme qui indique la visibilité de nuit par temps sec. Mais le gouvernement wallon a vite rectifié le tir afin de répondre aux nouvelles normes. « Dans le cahier des charges à partir du 1 er janvier, l’exigence de rétro-réflexion des marquages routiers a été fixée à 150 mcd à la réception du marquage mais aussi pendant la durée de la garantie » , souligne Maxime Prévot. « Les exigences wallonnes ont été revues à la hausse car nous voulons être plus volontaristes, pour améliorer la visibilité des marquages routiers en toutes circonstances météorologiques » , poursuit le ministre.

    marquage routier.pngCela étant, l’amélioration de la visibilité va se faire progressivement. « Tout d’abord, l’entretien des marquages ne peut se faire que durant la belle saison et dans le cadre de l’entretien ou de réfection du revêtement », précise le ministre.

    Par ailleurs, il faut préciser que si les exigences wallonnes ont été revues à la hausse, cela ne signifie pas que tous les marquages qui présentent une rétro-réflexion moindre seraient dangereux. « Je tiens à préciser qu’il n’existe aucune norme minimale à respecter par les marquages routiers et il n’est donc pas exact de dire qu’un marquage qui n’atteint pas cette norme doit être immédiatement remplacé », poursuit le ministre. (Source La Meuse jeudi 11 août 2016)

  • Etrange. Boirs : un signal indique un rétrécissement de la chaussée à 28 mètres. Mais en fait… + Vidéo

    Attention ! Rétrécissement à 28 mètres ! C’est on ne peut plus précis.

    Mais en fait, nous avons eu beau chercher le dit rétrécissement de la chaussée, nous ne l’avons jamais trouvé. Alors ? A quoi cela sert-il d’avertir les usagers d’une modification de la chaussée, alors que celle-ci n’en présente aucune ? Bizarre.

    En prêtant une certaine attention à la signalisation communale, on tombe parfois sur des situations bien étranges à Bassenge… (photo et vidéo du lundi 8 août 2016)

    Regor

    signal rétrécissement boirs google street view.jpg

  • Emael. D’importants aménagements en cours dans la plaine de jeux de la rue du Fort…

    pétanque emael.jpg3.jpgA Emael, depuis le début de la semaine dernière le service des travaux de Bassenge a entrepris des travaux d’importance dans la plaine de jeux de la rue du fort.

    Des aménagements en différentes phases successives

    Tout d’abord, deux nouvelles pistes de pétanque ont vu le jour. Ensuite, venant ceinturer la surface, onze poteaux métalliques de 6 mètres ont été implantés. Ils sont destinés à recevoir des filets de protection. D’ici peu, un terrain de Beach volley sera aménagé grâce à un apport de sable, et ce, pour les besoins d’une épreuve d’un jour qui est organisée par un comité local et programmée cette année pour le 13 août. Enfin, pour le début du mois de septembre, après enlèvement du sable, le sol retrouvera son état initial et des aménagements sont prévus pour pouvoir y pratiquer du mini-foot.

    En matière d’aménagements d’infrastructures sportives, il est par ailleurs à observer que les deux pistes de pétanque, situées rue haute, à l’autre bout du village d’Emael, et qui avaient fait l’objet d’un investissement antérieur, sont aujourd’hui envahies par la végétation et devenues impraticables.

    pétanque emael.jpg3.jpg

    pétanque emael.jpg4.jpg

    Rue haute

    montage pistes de pétanque emael.jpg 

  • A proximité – Etonnant. A Hasselt, 10 minutes suffisent à un seul homme pour tondre les pelouses d’un grand parc. Voici pourquoi et comment… + Démonstration en vidéo

    tondeuse wright.2jpg en action.jpgA Hasselt, depuis un certain temps déjà, les services communaux chargés de l’entretien des espaces verts se sont équipés d’un matériel performant : un charroi de tondeuses autoportées de la marque américaine « Wright ».

    On reste pantois devant la rapidité d’exécution de ces engins…

    Il n’aura fallu, en effet, que 10 minutes, montre en main, à un seul homme aux manettes d’une tondeuse Wright placée en fonction « mulching » pour venir à bout de tondeuse wright.2jpg.jpgla tonte des pelouses du parc du « Z33 » en plein centre de Hasselt. Relevons principalement que les moteurs de ces tondeuses, de marque Kawazaki, développent une puissance d’une vingtaine de chevaux (modèle de base) et que les vitesses de tonte des machines vont de 12 jusqu’à 16 km/heure pour ce qui est du plus gros modèle. Une tondeuse autoportée Wright est déjà accessible à partir de 6.500 euros hors taxes. Mais que de temps gagné et quelle productivité ! Vraiment étonnant. On en reste pantois.

    Démonstration en vidéo