Google Analytics Alternative

Travaux et mobilité - Page 4

  • Des radars gratuits pour les communes wallonnes: ces Lidars seront prêtés aux polices locales et donc... multipliés!

    Maxime Prévot a lancé un marché de location de radars « lidar » pendant deux ans. Il y en aura huit qui – grande nouveauté – pourront être prêtés aux zones de police locale pour sécuriser des zones dangereuses ou des chantiers.

    http://www.lameuse.be/1663464/article/2016-09-06/des-radars-gratuits-pour-les-communes-wallonnes-ces-lidars-seront-pretes-aux-pol

  • Communiqué de la Zone Police Basse-Meuse. Démarrage d’un chantier de réhabilitation…

    logo info.jpgDémarrage d’un chantier de réhabilitation entre la frontière avec les Pays-Bas et Cheratte.

    A partir du mercredi 24 août, un chantier de réhabilitation et de sécurisation sera réalisé sur l'autoroute E25/A25, entre la frontière avec les Pays-Bas et Cheratte, soit sur plus de 7 kilomètres, en direction de Liège.

    Ces travaux visent à remplacer la couche d'usure sur l'ensemble du tronçon, à réparer le béton armé continu et à sécuriser la berme centrale.

    Ils sont prévus pour une durée de 60 jours ouvrables et devraient donc se clôturer fin du mois d'octobre 2016.

    logo police basse meuse 2.pngCe chantier, programmé dans le cadre du Plan Infrastructures 2016-2019, représente un budget de 4.850.000 € HTVA financé par la SOFICO en ce qui concerne le tronçon allant de Visé nord à Cheratte. Les 450 premiers mètres du chantier, situés en Région flamande, sont financés par cette dernière.

    Ce chantier est réalisé en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : la Direction générale opérationnelle Routes et Bâtiments du Service Public de Wallonie.

    Conséquences du chantier pour la circulation

    Des travaux préparatoires se tiendront dès ce mercredi 17 août impactant le trafic dans le sens Liège vers Maastricht :

    Dès ce mercredi 17 août, la voie de gauche sera soustraite au trafic depuis Argenteau, jusqu'à la frontière avec les Pays-Bas.

    à partir du 22 août, la voie de gauche sera fermée depuis Cheratte jusqu'à la frontière.

    dès le mercredi 24 août et jusqu'à la fin du chantier, la circulation s'effectuera sur une seule bande dans chaque sens, entre la frontière avec les Pays-Bas et Cheratte (la voie vers Liège sera basculée à contre-sens).

    dans le sens Liège vers Maastricht, toutes les sorties et tous les accès d'autoroute seront ouverts et la vitesse sera limitée à 90 km/h dans le chantier.

    dans le sens Maastricht vers Liège, la vitesse sera limitée à 50 km/h dans le chantier. Divers accès et sorties devront être successivement fermés afin de réaliser des réhabilitations de bretelles. Le principe sera de conserver toujours deux accès et une sortie accessibles. Des déviations seront mises en place.

    Dans un premier temps, seront fermés :

    l'accès N°1 « Visé Nord – Mouland-Moelingen » et celui du Quai des Fermettes ;

    la sortie N°1 « « Visé Nord – Mouland-Moelingen » »;

    le parking de Mouland ;

    la sortie N°2 « Visé » ;

    l'accès N°2a « Trilogiport » (il sera rouvert pour les festivités à Hermalle-sous-

    Argenteau du 26 au 31 août);

    la sortie N°4 « Cheratte ».

    Dans un premier temps, resteront ouverts :

    l'accès N°2 « Visé » ;

    la sortie et l'accès N°3 « Hermalle-sous-Argenteau ».

    L'accès N°4 « Cheratte » restera ouvert pendant tout le chantier.

    Un itinéraire de délestage à grande distance est recommandé aux usagers venant des Pays-Bas et se rendant vers le sud (France / Luxembourg) ou inversement :

    Il consiste, à partir de l'échangeur de Kerensheide (A2 >< A76) aux Pays-Bas, à emprunter l'E314 jusqu'à Lummen, puis l'E313/A13 jusqu'à Vottem, pour reprendre enfin l'E40/A3 vers Loncin.

  • Photos du jour. Les chicanes du thier de Glons : samedi, il s’en est fallu de peu…

    En effet, il s’en est fallu de peu, samedi 13 août 2016…  En témoignent les longues traces de freinage laissées sur la chaussée par un véhicule lourd qui a évité de peu les chicanes placées dans le thier. Voilà qui risque certainement d’en rajouter aux questions que continuent de se poser les usagers sur les réseaux sociaux sur la visibilité des chicanes placées à la sortie d’un tournant - angle mort - et le manque de signalisation de celles-ci.

    Heureusement qu'aucun véhicule ne se présentait en sens inverse...

    " D'une route sans histoire, ils en ont fait une route dangereuse ", nous a déclaré un riverain.

    Les photos:

    thier glons traces freinage.jpg

    thier glons traces freinage2.jpg

    thier glons traces freinage3.jpg

  • Exclusif. Le marquage routier wallon plus visible la nuit

    C’est quand on ne le voit pas que le danger se rapproche. On ne parle pas ici d’un tueur invisible, mais bien du marquage routier sur les principaux axes utilisés par les automobilistes en Wallonie.

    Car par temps de pluie ou par visibilité fort réduite (par brouillard ou quand la nuit est tombée) le marquage routier devient capital pour rester sur la bonne trajectoire et éviter des problèmes. Justement, la Wallonie a décidé de donner un coup d’accélérateur dans la rénovation du marquage aux sols sur nos routes et autoroutes.

    Il est temps, car selon une grande enquête européenne, 45 % du marquage autoroutier wallon devrait être refait afin de répondre aux normes européennes, contre 30 % à peine en Flandre.

    Cette différence peut s’expliquer facilement : la Wallonie avait déjà entamé une grande vague de rénovation du marquage au sol l’année passée, avant que la nouvelle norme 150 millicandela (mcd) au mètre carré ne soit prise comme référence.

    GRAND PLAN MARQUAGE

    Une norme qui indique la visibilité de nuit par temps sec. Mais le gouvernement wallon a vite rectifié le tir afin de répondre aux nouvelles normes. « Dans le cahier des charges à partir du 1 er janvier, l’exigence de rétro-réflexion des marquages routiers a été fixée à 150 mcd à la réception du marquage mais aussi pendant la durée de la garantie » , souligne Maxime Prévot. « Les exigences wallonnes ont été revues à la hausse car nous voulons être plus volontaristes, pour améliorer la visibilité des marquages routiers en toutes circonstances météorologiques » , poursuit le ministre.

    marquage routier.pngCela étant, l’amélioration de la visibilité va se faire progressivement. « Tout d’abord, l’entretien des marquages ne peut se faire que durant la belle saison et dans le cadre de l’entretien ou de réfection du revêtement », précise le ministre.

    Par ailleurs, il faut préciser que si les exigences wallonnes ont été revues à la hausse, cela ne signifie pas que tous les marquages qui présentent une rétro-réflexion moindre seraient dangereux. « Je tiens à préciser qu’il n’existe aucune norme minimale à respecter par les marquages routiers et il n’est donc pas exact de dire qu’un marquage qui n’atteint pas cette norme doit être immédiatement remplacé », poursuit le ministre. (Source La Meuse jeudi 11 août 2016)

  • Etrange. Boirs : un signal indique un rétrécissement de la chaussée à 28 mètres. Mais en fait… + Vidéo

    Attention ! Rétrécissement à 28 mètres ! C’est on ne peut plus précis.

    Mais en fait, nous avons eu beau chercher le dit rétrécissement de la chaussée, nous ne l’avons jamais trouvé. Alors ? A quoi cela sert-il d’avertir les usagers d’une modification de la chaussée, alors que celle-ci n’en présente aucune ? Bizarre.

    En prêtant une certaine attention à la signalisation communale, on tombe parfois sur des situations bien étranges à Bassenge… (photo et vidéo du lundi 8 août 2016)

    Regor

    signal rétrécissement boirs google street view.jpg

  • Emael. D’importants aménagements en cours dans la plaine de jeux de la rue du Fort…

    pétanque emael.jpg3.jpgA Emael, depuis le début de la semaine dernière le service des travaux de Bassenge a entrepris des travaux d’importance dans la plaine de jeux de la rue du fort.

    Des aménagements en différentes phases successives

    Tout d’abord, deux nouvelles pistes de pétanque ont vu le jour. Ensuite, venant ceinturer la surface, onze poteaux métalliques de 6 mètres ont été implantés. Ils sont destinés à recevoir des filets de protection. D’ici peu, un terrain de Beach volley sera aménagé grâce à un apport de sable, et ce, pour les besoins d’une épreuve d’un jour qui est organisée par un comité local et programmée cette année pour le 13 août. Enfin, pour le début du mois de septembre, après enlèvement du sable, le sol retrouvera son état initial et des aménagements sont prévus pour pouvoir y pratiquer du mini-foot.

    En matière d’aménagements d’infrastructures sportives, il est par ailleurs à observer que les deux pistes de pétanque, situées rue haute, à l’autre bout du village d’Emael, et qui avaient fait l’objet d’un investissement antérieur, sont aujourd’hui envahies par la végétation et devenues impraticables.

    pétanque emael.jpg3.jpg

    pétanque emael.jpg4.jpg

    Rue haute

    montage pistes de pétanque emael.jpg 

  • A proximité – Etonnant. A Hasselt, 10 minutes suffisent à un seul homme pour tondre les pelouses d’un grand parc. Voici pourquoi et comment… + Démonstration en vidéo

    tondeuse wright.2jpg en action.jpgA Hasselt, depuis un certain temps déjà, les services communaux chargés de l’entretien des espaces verts se sont équipés d’un matériel performant : un charroi de tondeuses autoportées de la marque américaine « Wright ».

    On reste pantois devant la rapidité d’exécution de ces engins…

    Il n’aura fallu, en effet, que 10 minutes, montre en main, à un seul homme aux manettes d’une tondeuse Wright placée en fonction « mulching » pour venir à bout de tondeuse wright.2jpg.jpgla tonte des pelouses du parc du « Z33 » en plein centre de Hasselt. Relevons principalement que les moteurs de ces tondeuses, de marque Kawazaki, développent une puissance d’une vingtaine de chevaux (modèle de base) et que les vitesses de tonte des machines vont de 12 jusqu’à 16 km/heure pour ce qui est du plus gros modèle. Une tondeuse autoportée Wright est déjà accessible à partir de 6.500 euros hors taxes. Mais que de temps gagné et quelle productivité ! Vraiment étonnant. On en reste pantois.

    Démonstration en vidéo

  • Votre itinéraire dans le détail. Le bus, où et quand ? Le TEC enfin sur Google Maps

    technologies.jpgC’est nouveau et ça marche. Depuis ce mercredi, les usagers des bus TEC peuvent calculer un itinéraire en bus ou en tram sur Google Maps. Les horaires et itinéraires de l’opérateur wallon de transport public ont en effet été intégrés au célèbre planificateur d’itinéraire de Google.

    Comment ça marche ? Pas compliqué. Il suffit de se rendre sur le site de Google Maps. Dans la fenêtre en haut à gauche, il faut cliquer sur le losange bleu (« itinéraire »). Vous encodez votre adresse de départ et votre destination. Vous sélectionnez le logo représentant le transport public (pas la voiture, ni le piéton) et votre itinéraire apparaît. Il combinera peut-être un parcours à pied, puis un morceau de chemin en train et le reste en bus. Tous les horaires et détails (numéro de bus) de votre parcours s’affichent. Google Maps vous présente « sur un plateau », tout votre trajet, en tenant compte des meilleures correspondances et en affichant la durée totale de votre parcours.

    Précisons que Google calcule le meilleur itinéraire (le plus rapide) et ses alternatives. Il ne mentionne néanmoins pas le coût du ou des billets. Dommage.

    LES TRAINS ET MÉTROS AUSSI

    Le TEC rejoint ainsi les autres opérateurs de transport public belges déjà présents sur Google Maps (la SNCB et la Stib) et permet de cette manière la recherche d’un déplacement en transport en commun dans toute la Belgique avec ce service. (Source La Meuse mercredi 7 juillet 2016)

  • Thier de Glons. Nouvelles modifications apportées aux dispositifs ralentisseurs : deux îlots directionnels remplacent les coussins berlinois

    îlots directionnels thier de glons route provinciale.jpgL’on s’en souvient, leur non-conformité avait été mise en cause par deux conseillers de l’opposition (PS) lors d’un Conseil communal. Depuis peu, deux coussins berlinois situés dans la côte de la route Provinciale, ont été rendus inopérants et deux îlots directionnels ont été aménagés. Toutefois, un riverain n’a pas manqué de manifester une certaine grogne : « Si l’un des deux coussins berlinois a été extrait, l’autre ne l’a pas été et est resté sur place en l’état. Après avoir été ceinturé par des bornes de béton blanc, il a été purement et simplement enseveli sous du béton. Je ne sais pas combien coûte un coussin berlinois en béton, mais l’ensevelir… Quel gâchis ! »

    Renseignements pris auprès d’un fabricant belge bien connu, le coût d’un coussin berlinois en béton (50 km/h) s’élève à 1.800 euros plus TVA 21%. Sans compter le coût des bandes réfléchissantes et le revêtement approprié. Ce sont donc quelque 2.000 euros qui auront été ensevelis sous le béton.

    A espérer tout de même que ces nouveaux aménagements aient permis à ce long feuilleton de trouver son épilogue. Quant aux nouveaux îlots directionnels, à l’approche desquels leur visibilité est assez réduite surtout en descendant le thier (virage), la prudence s’impose.

    Regor

    Photo : le coussin berlinois a été ceinturé par des bornes de béton

    îlots directionnels thier de glons route provinciale.jpg2.jpg sans béton.jpg

    îlots directionnels thier de glons route provinciale.jpg2.jpg sans béton.jpg 2.jpg

    Et, par la suite, enseveli sous du béton coulé

    îlots directionnels thier de glons route provinciale.jpg2.jpg

  • Eben et Bassenge. De beaux aménagements paysagers : ils ont été réalisés par l’entreprise Halleux de Boirs

    clos saint jacques plantations.jpg millepertuis.4jpg.jpgCes dernières semaines, de beaux aménagements paysagers ont été réalisés en deux endroits de la commune de Bassenge. Ces travaux d’embellissement ont été confiés par la commune à l’entreprise horticole Halleux de Boirs. C’est tout d’abord, à Bassenge, le rond-point situé au fond du nouveau lotissement du Clos Saint Jacques sur lequel 3.500 plants de millepertuis ont été plantés. Des touches de couleurs bleues et vertes amenées par les fleurs de quelques arbustes et des îlots de bambous viendront rehausser l’ensemble auquel les millepertuis, le tapissant, apporteront une couleur d’un jaune soutenu. A Eben, c’est le rond-point qui, lui aussi, a accueilli des milliers de plants de millepertuis. Mais ici, quelques fleurs communément connues aménagements paysagers bassenge,horticulture halleux,rond-point eben,clos saint jacques bassenge,millepertuis bassengepour réaliser des  « Prairies fleuries », rescapées des années précédentes, déclinent des tons plus chauds et, avec le bleu caractéristique des lavandes qui abondent au sommet, viennent ainsi relever le camaïeu de tons jaunes offert par les millepertuis. De toutes belles réalisations confiées à un professionnel des aménagements paysagers lesquels, en pleine floraison, ne pourront qu’apporter une certaine gaieté à ces deux lieux. Il est à souligner aussi que c’est le service des travaux (plantations) de Bassenge qui a procédé aux travaux préparatoires du sol sans lesquels la plantation ne put être opérée par l’entreprise Halleux dans les conditions ad hoc. A ces travailleurs de l’ombre, revient aussi toute la considération pour ces beaux travaux.

    Regor

    D'autres photos à découvrir ICI

    rond point eben millepertuis3. monsieur Halleuxjpg.jpg

    Ci-dessus Monsieur Halleux et sa collaboratrice

    clos saint jacques plantations.jpg millepertuis.jpg

    clos saint jacques plantations.jpg millepertuis.4jpg.jpg

    aménagements paysagers bassenge,horticulture halleux,rond-point eben,clos saint jacques bassenge,millepertuis bassenge

  • A Wonck, le chantier de la buvette et des installations de l’URW avance à grands pas…

    buvette wonck.jpgA très grands pas, même. Les entreprises et les différents corps de métiers ont, en effet, mis les bouchées doubles et, malgré le temps maussade et les nombreuses intempéries que nous avons connus ces derniers mois, le chantier progresse bien. Dans le bâtiment, aujourd’hui sous toit, fermé et isolé, les travaux intérieurs ont commencé. Voilà qui devrait réjouir plus d’un impatient de voir le bout du tunnel…

    buvette wonck.jpg

  • Basse-Meuse – Travaux. Non, l'A601 ne va pas rouvrir

    A601.jpgL'A601 reliant l'E40 à l'E313 est fermée depuis 18 mois et ne devrait jamais rouvrir. Les travaux pour la réhabiliter ont un coût trop élevé. Pourtant, en jetant un œil sur le site trafiroutes.wallonie.be, quelle n'a pas été notre surprise de voir que l'A601 devrait être rouverte ce 30 juin à 17h00. Mais ça ne sera pas le cas. Il s'agit d'une petite erreur d'encodage qui va être corrigée en mettant l'A601 comme « axe fermé » sans date de réouverture.( Source La Meuse mercredi 29 juin 2016)

    autoroute vottem a601.png

  • Cocasse. « Bassenge voulait annexer Juprelle, mais Juprelle ne se laisse pas faire… » Elle vient de reconquérir son territoire en y effectuant des travaux de débroussaillage…

    billet de tchantchès mai 2016.pngOn se souvient de cette histoire cocasse autant que pittoresque qui avait lieu au mois de mai dans laquelle la commune de Bassenge avait engagé des travaux, d’une certaine importance, sur le mémorial de la bataille de Rocourt. Un mémorial qui a été construit en 1996 sur le dessus de la route provinciale (rue de Dalles) pour célébrer l’anniversaire des 250 ans. Et comme le faisait remarquer Tchantchès dans son billet qu’il consacrait à ce sujet dans La Meuse, il y avait comme un hic, et pas des moindres ; puisque ledit mémorial est en fait sur la commune de… Juprelle et non celle de Bassenge (« Quand Bassenge veut annexer Juprelle » - Billet à lire ici)

    Mais cette semaine, la commune de Juprelle a reconquis son territoire…

    En effet, ses services d’entretien des voiries ont mené des travaux de débroussaillage qui se route provinciale juprelle débroussaillage3.jpgsont arrêtés à la frontière administrative (officielle) entre Juprelle et Bassenge (Glons). Ils sont également intervenus aux abords proches du monument que cette section de voirie englobe (Restauré et mis en valeur par Bassenge) et se le sont donc ainsi réappropriés.

    Les travaux de mise en valeur du monument, un bien appartenant à la commune de Juprelle, ainsi que ceux portant sur le nettoyage du trottoir (Juprelle) sur une longueur de plus de 100 mètres avaient nécessité le travail d’une équipe d’ouvriers de la commune de Bassenge composée de quatre hommes durant quatre semaines ainsi que requis l’aide de différents camions et engins ainsi que demandé l’apport de matériels divers.

    Au mois de mai, le signal de la limite administrative entre Juprelle et Glons avait été déplacé et rejoint un poteau placé au sommet de la côte (voir photos en 2013 et en mai 2016). Aujourd’hui – 22 juin 2016 -, la route est exempte de ce type de signal.

    Mais où est-il donc passé, ce signal ? Jouer avec les limites administratives entre deux communes ?  Pourquoi ? Restaurer un monument, une portion de trottoir qui ne lui appartient pas ?

    Outre l’aspect cocasse de l’histoire, elle commence tout de même à soulever pas mal de questions plus sérieuses. Trop ?

    Regor

    route provinciale juprelle débroussaillage.jpg

    rue provinciale signal glons octobre 2013.png

    Ci-dessus, photo prise en 2013 (google streetview)

    signal frontière administrative.jpg

  • Glons, route provinciale : la suite du feuilleton. Extraction d’un coussin berlinois et aménagement d’un îlot directionnel

    route provinciale 23 juin 2016 glons.jpgSur la route provinciale de Glons, la saga ne semble pas encore toucher à sa fin. Cette semaine, le service des travaux de Bassenge est encore une fois intervenu. Il s’agissait, cette fois, d’extraire un coussin berlinois de son emplacement et d’asphalter le fossé laissé béant. Ce qui fut fait en moins de deux.

    Et quels sont les aménagements en vue ?

    Renseignements pris ce jeudi matin auprès du chef d’équipe, un îlot directionnel va être aménagé. En effet, un coussin berlinois laissé en l’état mais rendu inopérant va route provinciale 23 juin 2016 glons.2jpg.jpgêtre ceinturé de bordures en béton et le passage des véhicules s’en verra ainsi alterné sur un seul côté de la route.

    Devant cette décision drastique, difficile de ne pas évoquer l’intervention du jeune Conseiller communal Christopher Sortino (PS) qui, lors du Conseil communal du 12 mai 2016, avançait la non-conformité des coussins berlinois à cet endroit au regard des prescriptions de la circulaire ministérielle (déclivité de la route 8%) tout comme il insistait sur la responsabilité portée par tous les membres du Collège en cas d’accident. Devant les propos tenus par le Bourgmestre à Aurélie Drion journaliste de La Meuse (voir ci-dessous), il semble bien que le Collège ait plutôt choisi de se rallier à l’avis du jeune Conseiller pour revoir le cas de ces dispositifs non-conformes et les rendre inopérants. Article ICI

    Le bourgmestre Piette avait tenu les propos suivants : « Nous avons demandé l’avis de différentes autorités, dont la police, qui nous ont dit que tout était OK. Si ces coussins berlinois causent un accident et qu’on nous attaque sur leur non-conformité, nous nous défendrons. Et il y aura un débat juridique là-dessus. »

    Force est donc de constater qu’il ne sera jamais question de débat. Un coussin berlinois a été extrait, l’autre rendu inopérant. La nouvelle option prise ayant été celle d’aménager une chicane. Ce jeudi matin, les travaux étaient en cours. 

    Regor

    route provinciale 23 juin 2016 glons.3jpg.jpg

    route provinciale 23 juin 2016 glons.4jpg.jpg

  • Météo et calamités. Il n’a jamais autant plu depuis un 1er janvier ! 31 communes wallonnes font appel au Fonds

    statistiques pluies,pluies 2016 bassenge,orages 2016 bassengeNon, vous n’avez pas rêvé ! Il est tombé beaucoup trop d’eau sur nos têtes en 2016. Au 20 juin, 608 l/m² avaient déjà été récoltés à Uccle depuis le 1 er janvier de cette année. Le précédent record datait de... 1937 ! Et ce mois de juin entre déjà dans les annales météorologiques, même s’il est loin d’être fini ! 

    Ô rage ô désespoir, écrivait Corneille. Dans le cas qui concerne les Belges, c’est plutôt : orage, eau, rage et désespoir ! La bonne nouvelle ? Il va faire chaud aujourd’hui et encore plus demain où on annonce même 30 degrés du côté de la Gaume et de l’Ardenne. La mauvaise ? C’est toujours la même, en fait : ce bref beau temps, on le paiera avec le retour des grosses averses. On prévoit des orages pour jeudi. Une grosse partie du pays est concernée. Le problème avec les orages, c’est qu’on ne sait jamais où ils vont tomber.

    En matière de pluie, on a été servi cette année. Les météorologues nous annoncent un triste record : depuis le 1 er janvier et jusqu’au 20 juin compris, il n’avait jamais autant plu à l’observatoire d’Uccle. Sur les 172 premiers jours de l’année, 608 millimètres ont déjà été récoltés, soit 608 litres au mètre carré. C’est donc un record depuis qu’on mesure ce type de données, c’est-à-dire depuis 1833 ! « En fait, le précédent record, qui vient donc d’être battu, datait de 1937. Entre le 1 er janvier et le 20 juin de cette année, 541 mm avaient été récoltés à Uccle » , nous apprend David Dehenauw. Le record est donc battu de 67 litres. L’an dernier, il était tombé 736,7 litres sur Uccle... pour les 365 jours de l’année. On n’en est plus très loin. En moyenne, sur une année, il pleut 852,4 litres. Quant au record, il est de 1.088,5 litres (2001).

    Pour rester dans les records de pluie, le mois de juin 2016 est déjà entré dans les annales alors qu’il est loin d’être terminé. Au 20 juin, 135,2 litres avaient été récoltés à Uccle depuis le début du mois. Cela le place déjà en cinquième position depuis 1833. Le record pour un mois de juin complet date de 1839 avec 173,7 litres tombés. « Ensuite, c’est 1963 avec 153,7 litres récoltés au mois de juin » , précise le météorologue. Suivent les mois de juin 1966 (140,5 litres) et 1859 (137,4 litres).

    31 COMMUNES WALLONNES

    Qui dit beaucoup dit, hélas, calamités. Hier, nous avons appris que seize communes wallonnes avaient déjà introduit une demande de reconnaissance de calamité naturelle en mai ou en juin. Il s’agit de Binche (à deux reprises), Assesse, Chastre, Comines, Tournai, Nassogne, Soumagne, Hamois, Malmedy, Marche-en-Famenne, Limbourg, La Roche-en-Ardenne, Erezée, Dison, Genappe et Verviers.

    Mais 15 autres vont sans doute les imiter : Silly, Herve, Thimister-Clermont, Waimes, Rochefort, Pépinster, Lobbes, La Louvière, Meix-devant-Virton, Paliseul, Havelange, Hotton, Juprelle, Durbuy et Trooz.

    Note : Comme on peut le remarquer, Bassenge n’a pas encore introduit de demande.

    (Source La Meuse 22 juin 2016)