Google Analytics Alternative

Santé - Page 4

  • Pire que les lunettes des WC. Les pistolets à essence sont des nids à bactéries

    pompe.pngSelon une étude canadienne, il y a 11.000 fois plus de bactéries sur un pistolet à essence de station-service que sur le siège des toilettes. Les pistolets contiennent 12.980.425 espèces de bactéries par centimètre carré. Les machines où il faut sélectionner votre carburant et réaliser le paiement, présentent 16.884.269 sortes de bactéries par centimètre carré. Sur la lunette des toilettes d’une maison, il y en a que 7.154.

    1 malade sur 150

    71 % des pompes à essence sont fortement contaminées par des bactéries à l’origine de maladies, dont certaines peuvent être graves. Heureusement, la plupart ne posent pas véritablement de problèmes de santé. Les chercheurs ont notamment retrouvé sur les pistolets les bactéries de la gastro-entérite, de la grippe, de la pneumonie et de la méningite. Les pistolets transmettent une maladie à 1 client sur 150.

    Pour ne pas tomber malade, les scientifiques conseillent d’utiliser des gants en plastique ou du papier pour saisir le pistolet. Il faut également se laver les mains avec un savon ou un gel antibactérien.

    Votre volant héberge, quant à lui, neuf fois plus de bactéries que le siège de vos toilettes. La raison ? La majorité des gens nettoient leur domicile mais négligent leur voiture. 30 % des automobilistes nettoient leur habitacle au moins une fois par an et 10 % ont admis ne jamais nettoyer l’intérieur de leur voiture.

    On va finir par croire que les toilettes sont l’endroit le plus propre du monde.(Source La Meuse jeudi 29 décembre 2016)

  • Attention : Rappel "circuit de course en bois" de chez Kruidvat

    Le circuit ne répond pas aux exigences de sécurité. Risque d'étouffement pour les enfants.

  • Rappel de fromage ETIVAZ BOB-AOP. Problématique : possibilité de bris de verre.

    rappel produits, rappel fromage vache bleueSuite à un bris (une pipette en verre) survenu chez un producteur de fromage ETIVAZ en Suisse, la société MIFROMA, qui a fourni ce fromage en Belgique, a informé son client Vache Bleue de la possibilité de bris de verre dans certains fromages ETIVAZ.

    Pour cette raison et par mesure de précaution, Vache Bleue, en concertation avec l’AFSCA, a décidé de retirer de la vente et de rappeler les produits concernés auprès des consommateurs.

    Description du produit

    « ETIVAZ BOB-AOP » en vente dans les magasins de la chaine Delhaize :

    -              Nom : « ETIVAZ BOB-AOP »

    -              Date limite de consommation : du 7/12/2016 au 29/12/2016

    -              En vente : du 23/11/2016 au 21/12/2016

    Informations aux consommateurs

    Les consommateurs qui sont en possession de ce produit sont priés de ne pas le consommer et de le rapporter au point de vente où ils seront remboursés. Entretemps, tous les produits concernés ont été retirés de la vente.

    Seules ces dates limites de consommation pourraient présenter un problème. Aucune autre date limite de consommation n’est donc concernée.

    Pour plus d’information, vous pouvez prendre contact avec Vache Bleue via le numéro +32 67 89 49 40

    Source AFSCA

  • Le rapport de Test-Achats sur nos saucisses: accablant

    Trop salée, trop grasse, conservée à des températures trop élevées et contenant de trop de viande pour un seul repas, la saucisse ne devrait pas être au menu plus de deux fois par mois dit Test-Achats. Qui, dans son numéro de janvier, s’est penché sur cet aliment que nous consommons tous. La suite sur :

    http://www.lameuse.be/1744517/article/2016-12-18/le-rapport-de-test-achats-sur-nos-saucisses-accablant

  • Autorisation confirmée de la commercialisation de soja OGM de Monsanto en Europe

    Le tribunal de l'Union européenne a confirmé ce jeudi 15 décembre 2016 l'autorisation par la Commission européenne de la mise sur le marché européen de produits contenant du soja OGM de l'américain Monsanto.

    La justice européenne a ainsi rejeté le recours de trois organisations non gouvernementales allemandes, opposées à l'introduction de ces produits sur le marché, et qui avaient demandé à la Commission européenne d'effectuer un réexamen interne de sa décision d'autorisation. Des demandes rejetées par l'exécutif européen en 2013, car il les estimait infondées.

    Un an auparavant, la Commission avait autorisé la mise sur le marché de produits contenant du soja génétiquement modifié.  Elle avait donné son feu vert sur la base d'un avis favorable de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) émis en 2012. L'EFSA avait "considéré que le soja génétiquement modifié était, dans le contexte de ses utilisations envisagées, aussi sûr que le soja conventionnel (c'est-à-dire le soja non génétiquement modifié) quant à ses effets potentiels sur la santé humaine et animale ou sur l'environnement".

    La demande de commercialisation en Europe de ces produits par Monsanto remonte à 2009.

    Le processus d'évaluation pour les demandes d'autorisation de culture et de commercialisation d'OGM se déroule en quatre temps: consultation de l'EFSA sur les risques pour la santé, demande d'autorisation aux Etats sur base d'un avis favorable de l'EFSA, procédure d'appel si aucune majorité qualifiée ne se dégage entre les Etats. Enfin, si cette situation perdure, la décision finale revient à la Commission européenne.

    Depuis les années 1990, Monsanto est devenu spécialiste des Organismes génétiquement modifiés (OGM), principalement des variétés végétales, et fabrique également des herbicides.

    Il détient 30% du marché mondial des OGM grâce à son omniprésence aux Etats-Unis, où 80% de ses maïs transgéniques et 90% de ses sojas OGM sont utilisés par les agriculteurs. (Source Belga – Le sillon belge jeudi 15 décembre 2016) (photo wikipedia)

  • Une vidéo pour aider les consommateurs à mieux comprendre l'étiquetage nutritionnel

    Dès aujourd'hui, l’étiquetage nutritionnel devient obligatoire pour tous les aliments pré-emballés. Le SPF Santé publique et FEVIA lancent une vidéo pour aider les consommateurs à mieux comprendre cet étiquetage.

    L’étiquetage nutritionnel des aliments pré-emballés devient obligatoire à partir du 13 décembre 2016. Les consommateurs pourront mieux comparer les valeurs nutritionnelles des produits pré-emballés qu’ils achètent : un tableau devra obligatoirement figurer sur chaque emballage d’aliments pour informer sur les calories, les matières grasses (dont les acides gras saturés), les glucides (dont les sucres), les protéines et le sel qu’ils contiennent.

    Le Service Public Fédéral (SPF) Santé publique et FEVIA, la fédération de l’industrie alimentaire belge, lancent aujourd’hui une vidéo éducative pour aider les consommateurs à comprendre ce nouvel étiquetage obligatoire et choisir plus facilement les produits qui correspondent à leurs besoins.

    Un étiquetage obligatoire pour mieux connaître les aliments

    L’objectif de l’étiquetage obligatoire des aliments pré-emballés est de permettre aux consommateurs de mieux comprendre ce que contiennent les aliments qu’ils achètent et donc de mieux les choisir. Chaque emballage doit obligatoirement présenter un tableau comportant des informations sur les calories, les matières grasses (dont les acides gras saturés), les glucides (dont les sucres), les protéines et le sel contenus dans le produit. Ce tableau devra être similaire dans tous les pays européens.

    De manière volontaire, les entreprises peuvent aussi donner des informations :

    sur d’autres nutriments, comme les vitamines et les minéraux (Fer, Calcium, Magnésium, etc.).

    pour indiquer au consommateur ce qu’apportent les nutriments par portion (par exemple par bouteille de 250 ml). Dans ce cas, les entreprises peuvent indiquer le "pourcentage des apports de référence", qui montre ce que représente un nutriment par rapport à la quantité maximale qu’il est conseillé de consommer et permet au consommateur de ne pas surconsommer.

    Une vidéo pour aider les consommateurs à mieux comprendre l'étiquetage nutritionnel

    FEVIA, la fédération de l’industrie alimentaire belge, et le SPF Santé publique ont réalisé une vidéo éducative pour aider les consommateurs à comprendre les étiquettes des produits alimentaires. Cette vidéo explique de manière simple et ludique comment lire ces étiquettes. Chris Moris, directeur général de FEVIA, précise la motivation de leur initiative : « La vidéo sur l’étiquetage nutritionnel que nous lançons aujourd’hui ensemble contribue à notre engagement pour promouvoir une alimentation équilibrée. Comme avec la Convention Alimentation Equilibrée, que nous avons signée récemment avec la Ministre de la Santé, nous mettons en œuvre, en collaboration avec des partenaires clés, des moyens pour aider les consommateurs à adopter un mode d’alimentation plus équilibré ».

    La vidéo sur l’étiquetage nutritionnel est disponible dès aujourd’hui sur la page Facebook du SPF Santé publique@santebelgique  et sur le nouveau site web de FEVIA www.fevia.be .

    Visitez aussi www.referenceintakes.eu/fr  pour obtenir plus d’informations sur les Apports de référence. (Source Le sillon belge)

  • Communiqué de l’AFSCA. Rappel de Mix de boudins Fresh apéro

    Problématique : présence de la bactérie listéria monocytogenes

    Dans le cadre de l’application de son système d’autocontrôle et faisant suite à un premier rappel de produit, la société Fresh Concept S.A. a détecté la présence de la bactérie listéria monocytogenes dans le produit suivant :

    « MIX DE BOUDINS FRESH APERO» lots supplémentaires

    Par mesure de précaution afin de garantir la sécurité des consommateurs, la société Fresh Concept demande de ne pas consommer les lots suivants :

    Carrefour Market et Express : 38 barquettes de 150g portant les n° de lot :

    729581, DLC 06/12/2016

    730086, DLC 07/12/2016

    730608, DLC 08/12/2016.

    CORA : 36 barquettes portant le numéro de lot : 730608, DLC : 08/12/2016.

    Les symptômes possibles d’une intoxication causée par la listéria sont les suivants : fièvre et/ou de maux de tête, et cela dans un délai pouvant aller jusqu’à huit semaines après l’ingestion de l’aliment contaminé. La listériose est une maladie qui peut être grave. Les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées ainsi que les personnes âgées doivent être particulièrement attentives à ces symptômes.

    Les personnes qui ont consommé ces produits et qui présentent ce type de symptômes sont invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation.

    Pour toute question, la société Fresh Concept SA peut être contactée au 071 / 29 80 00 ou à l’adresse suivante : Fresh Concept S.A. Rue Hoyas, 49 - 6001 Marcinelle.

  • Trop de particules fines. Il est recommandé de ne pas faire de jogging

    Des concentrations élevées de particules fines sont mesurées dans l’air ambiant mardi dans toute la Belgique, fait savoir la Cellule interrégionale de l’Environnement (CELINE). La concentration moyenne de particules fines sur les dernières 24 heures a dépassé le seuil d’information de 50 µ/m³ dans les trois régions du pays.

    La concentration moyenne sur 24 heures mesurée était à 9h00 de 59 µ/m³ en Flandre (valeur moyenne), 52 µ/m³ en Wallonie (valeur moyenne) et 56 µ/m³ à Bruxelles (valeur moyenne).

    CELINE recommande notamment, dans les zones exposées à des concentrations élevées en polluants, de ne pas réaliser d’exercice physique intense et/ou prolongé, comme le jogging par exemple. En cas de nécessité, il ne faut pas hésiter à prendre un avis médical, ajoute la cellule.

    Le dépassement du seuil d’information est dû aux conditions météorologiques défavorables et à l’accumulation des polluants. En effet, la présence d’une inversion thermique et du vent faible entraîneront une dispersion peu efficace des polluants durant la journée de mardi.

    Dès mercredi, un vent plus fort assurera une meilleure dispersion des polluants et les concentrations de particules fines diminueront en soirée. Jeudi, on ne prévoit plus de dépassement du seuil d’information, selon CELINE.

    Paris connaît aussi des concentrations élevées de particules fines et même un de ses plus importants pics de pollution des dix dernières années. Des mesures spécifiques ont été prises, dont la circulation alternée. Contrairement, à la Belgique où le premier seuil d’alerte (concentrations supérieures à 70µ/m3 durant deux jours consécutifs), n’a pas été atteint.(Source La Meuse mardi 6 décembre 2016)

  • Vers une pénurie. Les bananes attaquées par deux champignons

    Si vous aimez les bananes, dépêchez-vous d’en consommer. D’abord parce que les prix vont très certainement flamber dans les prochains mois. Ensuite parce que la variété que nous dégustons va peut-être disparaître. Or, c’est pratiquement la seule à être cultivée à travers le monde. La banane Cavendish est en effet menacée par deux virus auxquels elle ne peut génétiquement pas résister.

    UNE SEULE VARIÉTÉ

    Pas de panique : on en trouvera encore dans les rayons dans les mois à venir mais les ingénieurs agronomes tirent la sonnette d’alarme. La pandémie est en train de ravager les plantations partout dans le monde. On tente de l’enrayer sans trop de résultats jusqu’ici. Le problème, c’est que la totalité des bananes exportées sont issues de la même variété. Elles sont donc génétiquement identiques et vulnérables aux mêmes champignons. Les ingénieurs agronomes préconisent donc de diversifier les cultures. Ils travaillent également à la création d’une nouvelle variété qui serait plus résistante aux maladies. Petit hic : cette nouvelle banane n’aurait pas vraiment la même saveur.

    Ce n’est pas la première fois que le fruit le plus apprécié dans le monde est menacé par une bactérie. Dans les années 60, la banane Gros Michel avait été décimée par le virus Panama. Elle aussi représentait la grande majorité de la production de l’époque. La Cavendish lui avait alors succédé sur le marché. (Source La Meuse jeudi 17 novembre 2016)

  • Flash info ! Toutes les volailles détenues à des fins commerciales doivent être confinées en raison du virus de la grippe aviaire !

    L’agence fédérale de la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) indique jeudi que tous les éleveurs professionnels de volailles doivent confiner leurs animaux. Cette décision a été prise par le ministre fédéral de l’Agriculture, Willy Borsus, à la suite de l’apparition du virus de la grippe aviaire de type H5N8 dans les pays limitrophes de la Belgique et ailleurs en Europe

    Des dizaines d’oiseaux sauvages contaminés par le virus H5N8 ont été retrouvés morts en Hongrie, Allemagne, Pologne, Autriche, Suisse, Croatie et aux Pays-Bas, indique l’Afsca dans son communiqué. Le virus, très contagieux, n’a pas encore été découvert en Belgique. Il est transporté par les oiseaux migrateurs qui séjournent en Sibérie les mois d’été et migrent vers le sud pour passer l’hiver.

    Les routes migratoires passant par la Belgique et le virus se transmettant facilement aux volailles par les oiseaux sauvages, le ministre fédéral de l’Agriculture a décidé, sur base de l’avis de l’Afsca et en concertation avec le secteur, d’imposer à partir de jeudi le confinement de toutes les volailles, sauf les autruches, d’éleveurs professionnels sur l’ensemble du territoire belge. Il est aussi recommandé aux amateurs d’isoler leurs animaux des oiseaux sauvages.

    Par ailleurs, les éleveurs et amateurs doivent alimenter et abreuver leurs volailles à l’intérieur. Aucune eau de surface non traitée ne peut être utilisée.

    « Je tiens à rassurer les consommateurs qu’il n’existe aucune risque pour eux. La viande et les œufs de volailles peuvent être consommés en toute sécurité», précise M. Borsus, cité dans le communiqué. Source La Meuse.be jeudi 10 novembre 2016)

    Le communiqué complet de l'AFSCA : Communiqué de l'AFSCA Grippe aviaire.pdf

  • Le nº1 mondial AB Inbev rachète la petite Ginette. Et par la même occasion s’offre une 1ère bière bio

    bière ginette.jpgLa Ginette, bière artisanale, et bio, du Brabant wallon, vient d’être rachetée par le géant AB Inbev. Pour Ginette, une opportunité de grandir. Pour AB Inbev, de pénétrer le marché du bio. 

    Ils étaient quatre, jusqu’à présent, à la tête de la bière Ginette. Quatre jeunes entrepreneurs de la région du Brabant wallon et de Bruxelles, passionnés par ce projet mais tous engagés, par ailleurs, dans un autre métier.

    C’est en 2010 qu’ils avaient lancé la première Ginette, une blanche certifiée bio et basée à Loupoigne, dans la commune de Genval. Très vite, elle connaît le succès, ce qui pousse les amis à développer d’autres goûts. Ce sont désormais, outre la blanche, des Ginette fruitée, triple et blonde que l’on trouve dans les rayons des magasins bio, des Delhaize et de certains Carrefour Market. Et à côté de leur goût, très apprécié, le logo et le look de ses étiquettes très colorées en font un produit sympa. Qui plaît d’autant plus qu’il s’agit d’une bière artisanale et produite par une bande de copains.

    BRASSÉE À LA BINCHOISE

    Brassée au départ à la Brasserie de Brunehaut, dans le Tournaisis, la Ginette sort désormais de La Binchoise, une brasserie artisanale installée dans le centre de Binche. Une production de 1.500 hectolitres, soit 500.000 bouteilles par an, que la brasserie ne peut pas dépasser. L’arrivée d’AB Inbev permet évidemment d’envisager d’autres options pour faire grandir la Ginette.

    « Ça va donner une envergure à notre projet », explique Didier Hamoir, l’un des fondateurs de la Ginette, « et désormais amener le bio dans un réseau beaucoup plus large. On trouve ça magique d’être le premier groupe bio à intégrer un groupe comme AB Inbev ! »

    Guillaume Bjöklund, Nicolas Laporta, Damien Coens et Didier Hamoir, qui possédaient jusqu’à présent la marque, vont continuer à s’en occuper. Les trois premiers en tant que consultants indépendants, tandis que Didier Hamoir sera employé par AB Inbev, et la marque intégrée dans un groupe baptisé Pionneer, dans lequel le numéro un mondial a décidé d’intégrer toutes ses bières spéciales et artisanales.

    Si, dans un premier temps, l’objectif est de passer à 3.000 hectolitres, le projet est d’atteindre les 20.000 hectolitres en cinq ans. « Grâce à cela, beaucoup plus de gens pourront accéder au bio », poursuit Didier Hamoir, très enthousiaste. « Et AB Inbev s’est rendu compte que c’était important d’être à l’écoute des tendances, de ce qui va se passer demain. Et nous voulons aussi travailler avec les agriculteurs, on veut les pousser à cultiver pour nous du houblon bio, que l’on ne trouve pas aujourd’hui en Belgique ».

    Dans ses cartons, la marque a aussi le projet d’ouvrir des bars et des snacks bio, dans lesquels elle proposerait aussi des produits alimentaires originaires d’Espagne. ( Source La Meuse samedi 22 octobre 2016)

    Remarque : vous le saviez qu’on ne trouve pas de houblon Bio en Belgique ?

  • Rappel de Steaks hachés 10 pièces surgelés 15% de MG, de la marque Cora. Problématique : présence d'E. Coli 026 : H ll.

    steack hâchés cora.pngSuite à la mise en évidence d'E. Coli 026 : H ll, la Société ELIVIA procède à un rappel de Steaks hachés 10 pièces surgelés 15%de MG de la marque Cora.

    Lots V2541115 en DDM 11/09/2016

    Lion d'Angers, 10 octobre 2016 - Un contrôle a mis en évidence la présence d'E.Coli 026 : H11 dans des steaks hachés surgelés 15% MG. Aussi, ELIVIA, en lien avec les autorités et CORA procède-t-il au rappel de steaks hachés surgelés 15% de MG lot V2541115 commercialisés sous la Marque de distributeur CORA.

    ELIVIA demande aux personnes qui en auraient achetés de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente où ils ont été achetés, contre remboursement, ou de les jeter.

    Les Escherichia coli 026 : H11 peuvent entraîner, dans la semaine qui suit leur ingestion, des douleurs abdominales et des vomissements, accompagnés ou non de fièvre et des diarrhées parfois sanglantes. Ces symptômes peuvent être suivis, dans 5 à 8% des cas, de complications chez les populations les plus fragiles (enfants, personnes âgées).

    Aussi les personnes qui auraient consommé les produits mentionnés ci-dessus et qui présenteraient ce type de symptômes, sont-elles invitées à consulter sans délai leur médecin traitant en lui signalant cette consommation ainsi que le lieu et la date d'achat.

    ELIVIA rappelle que la cuisson à cœur (c'est à dire la disparition de la couleur rosée) des viandes hachées est recommandée surtout lorsqu'elles sont destinées aux jeunes enfants et aux personnes âgées. (Source AFSCA 13/10/2016)

    steack hâchés cora.png

  • Cancérigène, la pelouse synthétique ? Une enquête avance de nouvelles preuves !

    pelouse synthétique.jpgAux Pays-Bas, une trentaine de matchs de football sur gazon synthétique ont été annulés.

    Accusé depuis longtemps d’encourager les blessures et les brûlures, le gazon synthétique est aujourd’hui au cœur d’une polémique beaucoup plus préoccupante, dont les Pays-Bas se font écho. Dans une enquête de plus de 30 minutes, la télévision néerlandaise affirme que le gazon synthétique pourrait être cancérigène. Une situation qui inquiète nos voisins à tel point que le gouvernement et la Fédération néerlandaise de football ont exigé du Ministère de la santé de procéder à des analyses, rapporte Le Figaro. Au niveau amateur, l’annonce a aussi été prise au sérieux : une trentaine de rencontres ont été annulés. Les Pays-Bas comptent près de 2.000 terrains synthétiques.

    Du plomb, du mercure, de l’arsenic

    À l’origine des risques cancérigènes du gazon synthétique : les pneus. Ou plutôt des granules de caoutchouc présents dans la composition du revêtement et composés à partir de pneus recyclés. Certains pneus contiendraient des produits toxiques comme le plomb, le mercure, le benzène et l’arsenic. Et seraient cancérigènes. «  Ces granules, ces particules, se retrouvent de partout sur les vêtements, sur le corps, dans les cheveux, se coincent dans les blessures après un entraînement  », témoigne le jeune Lewis Maguire au micro de la chaîne Vara. Le Britannique de 18 ans a contracté un lymphome après un entraînement de 12 semaines sur gazon synthétique avec l’équipe de football Leeds United. Depuis que le cancer de son fils s’est déclaré, le père de Lewis, Nigel, a quitté son travail et consacre son temps à attirer l’attention des autorités britanniques. Faute d’enquête approfondie, il réclame l’interdiction des entraînements de rugby et des gardiens de but sur les gazons synthétiques.

    Nigel Maguire tient à jour une liste d’anciens sportifs s’étant entraînés sur gazon synthétique, aujourd’hui atteints de cancer. Elle s’élève aujourd’hui à 230 malades. La Fifa lui a répondu qu’il n’y avait pas de preuve concrète liant l’apparition du cancer aux pelouses synthétiques.

    Les Etats-Unis tirent la sonnette d’alarme depuis 2014

    Le lien entre les granules de caoutchouc et le cancer avait déjà été mis en lumière aux Etats-Unis en 2014. La NBC avait raconté l’histoire d’Amy Griffin, coach de l’équipe de football féminine de Washington qui avait compilé une liste de 38 footballeurs américains (dont 34 gardiens de but) atteints du cancer. (Source La Meuse jeudi 14 octobre 2016)

  • Rappel de Carrefour : saucisses de poulet. Problématique : suspicion de présence de salmonelles.

    saucisse poulet carrefour.pngSuite à un contrôle et par mesure de précaution afin de garantir la sécurité du consommateur, la société Lammens demande de retirer du commerce des saucisses de poulet et les rappelle auprès des consommateurs suite à une présence possible de salmonelles. Celles-ci n’ont été vendues que dans 31 magasins Carrefour (sur plus de 750 magasins de Carrefour en Belgique) travaillant avec ce fournisseur.

    Description du produit :

    Nom : SAUCISSE DE POULET +- 500 G

    EAN : 2726197000000

    Lot : 2451

    La Société Lammens procède aujourd’hui par mesure de précaution au retrait de la vente des saucisses de poulet suite à la suspicion de la présence de salmonelles.

    L’ensemble des produits a été retiré de la vente. Certains de ces produits ont cependant été commercialisés, sur le marché belge, avant la mesure de retrait, dans 31 magasins Carrefour (sur plus de 750 magasins Carrefour en Belgique), entre le 8 et le 13 septembre. Il est donc recommandé aux personnes qui détiendraient des produits décrits ci-dessus de ne pas les consommer et de les détruire ou de les rapporter au point de vente où ils vous seront remboursés.

    Les toxi-infections alimentaires causées par les salmonelles se traduisent par des troubles gastro-intestinaux souvent accompagnés de fièvre dans les 12 à 72 heures qui suivent la consommation des produits contaminés. Ces symptômes peuvent être aggravés chez les jeunes enfants, les sujets immunodéprimés et les personnes âgées.

    Les personnes qui auraient consommé le produit mentionné ci-dessus et qui présenteraient ces symptômes, sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation.

    Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter le service consommateurs Carrefour Belgique en composant le numéro gratuit 0800.9.10.11, de 8h30 à 20h00 les jours ouvrables et de 9h à 17h le samedi. Les clients peuvent consulter la liste des magasins concernés sur

    http://www.carrefour.eu/fr/rappel-de-produits

    Carrefour Belgium s’excuse auprès de ses clients pour le désagrément occasionné.

    saucisse poulet carrefour.png

  • Rappel de OKay et OKay Compact : Martino OKay 200 g Problématique : présence de listeria monocytogenes .

    Martino Okay.jpgL’AFSCA signale le 2 septembre 2016 que lors de contrôles microbiologiques effectués par le laboratoire de Colruyt Group, la présence de listeria monocytogenes a été décelée dans le Martino OKay 200 g.

    Cette bactérie peut s’avérer dangereuse pour les jeunes enfants, les femmes enceintes (risque de fausse couche), les personnes ayant une immunité plus faible et les personnes âgées. Les symptômes possibles d’une intoxication causée par la listeria sont : nausées et vomissements, maux de ventre, diarrhée ou constipation, maux de tête et fièvre permanente (sensation de grippe). En cas de doute, il convient de consulter un médecin.

    OKay et OKay Compact ont donc décidé en accord avec l’AFSCA de retirer le Martino OKay 200 g de la vente et d’organiser un recall auprès les consommmateurs. Ce produit est vendu dans le freshmart des magasins OKay et OKay Compact.

    OKay et OKay Compact demandent à leurs clients de ne pas consommer ce produit et de bien vouloir le ramener en magasin, où il leur sera remboursé. Entre-temps, cet article a été retiré des rayons.

    Description du produit

    En vente chez OKay et OKay Compact.

    Martino 200 g

    Date limite de consommation : 07/09/2016

    Vendu du mercredi 31/8 au jeudi 1/9/2016 inclus

    Numéro d’article : 37824

    Vous avez acheté ce produit ? Ramenez-le dans votre magasin OKay ou OKay Compact, où il vous sera entièrement remboursé.

    Pour plus d’informations, les clients peuvent appeler le 02 361 67 74.