Google Analytics Alternative

Santé - Page 3

  • Communiqué de l’AFSCA. Fipronil : résultats des actions supplémentaires (15/08/2017)

    Après le blocage initial d’exploitations suspectes, l’AFSCA a entrepris plusieurs actions supplémentaires dans l’enquête sur l’utilisation de fipronil dans le secteur de la volaille. D’une part, un contrôle et un monitoring renforcé ont été mis en place concernant la présence de fipronil dans la viande des poules pondeuses et les ovoproduits ; d’autre part, des analyses complémentaires ont été effectuées dans toutes les exploitations de ponte qui n’avaient pas été suspectées sur base de l’enquête. Tous les résultats obtenus indiquent qu’il n’y a pas de danger pour la santé publique.

    Outre les contrôles et échantillonnages d'œufs réalisés dans les exploitations qui avaient déjà été identifiées comme suspectes sur base de l’enquête du parquet, l’AFSCA a effectué un monitoring des œufs dans les exploitations non suspectées, des ovoproduits dans les casseries d'œufs et de la viande de poules pondeuses dans les 2 seuls abattoirs belges pour les poules pondeuses.

    178 exploitations de ponte qui n’avaient pas été suspectées sur base de l’enquête du parquet, ont été visitées et toutes les étables de ces exploitations (266 au total) où des œufs sont pondus, ont été échantillonnées. Les résultats du monitoring de toutes les exploitations et leurs étables

    sont désormais disponibles. De faibles concentrations de fipronil ont été constatées dans 7 exploitations. Ces concentrations se trouvent en dessous de la valeur limite européenne (basée sur l’ARfD). Ces exploitations ont été bloquées immédiatement et les œufs provenant de ces exploitations ont été retirés du marché et détruits. Les résultats ont également été transférés au juge d’instruction.

    Après ce monitoring dans les exploitations non-suspectes, tout le secteur des poules pondeuses a été contrôlé. A l’exception d’un seul, tous les résultats sont en dessous de la valeur limite européenne.

    Pour rappel : les œufs concernés (code 3BE3114) sont rappelés au niveau du consommateur depuis le 8 aout.

    Dans le cadre du monitoring, treize analyses ont été réalisées sur des ovoproduits fabriqués durant la période juin-juillet dans les casseries d'œufs. Onze résultats sont conformes. Dans 2 échantillons une très faible concentration de fipronil a été découverte. Cette concentration est en dessous de la valeur limite européenne et ne représente aucun danger pour la santé publique. Les ovoproduits concernés ont été retirés du marché et détruits.

    La viande des poules pondeuses a également été analysée dans les abattoirs dans le cadre du monitoring. Les 30 analyses réalisées sont toutes conformes. Aucune trace de fipronil n’a été découverte dans la viande.

    L’Agence alimentaire effectue également des contrôles dans le secteur de la distribution afin de s’assurer que toutes les consignes sur le retrait des œufs sont respectées. Les directives sont en général bien suivies par le secteur de la distribution. Si des infractions sont constatées un procès-verbal est rédigé et les œufs ont été détruits.

    L’AFSCA rappelle également qu’outre le monitoring mis en place dans le secteur avicole, elle a réalisé environ 3 000 analyses quant à la présence de fipronil dans les produits végétaux tels que les fruits et légumes, le miel, les épices, le thé, etc. au cours de ces 3 dernières années. Plus de 99,9% de ces analyses étaient conformes.

    Vous trouverez l’état d’avancement concernant les exploitations de ponte bloquées et la méthode de travail appliquée sur le site Internet de l’AFSCA

    (http://www.favv-afsca.fgov.be/professionnels/denreesalimentaires/incidents/fipronil/ ).

    Les consommateurs peuvent toujours poser leurs questions via le numéro gratuit 0800/13.550.

  • Œufs contaminés: le scandale s’étend, des mesures de précaution et de soutien sont prises

    Le scandale des œufs contaminés dépasse les frontières européennes. La Commission prévoit une réunion à ce sujet le 26 septembre. Malgré ses actions et comptes rendus détaillés, l’Afsca reste critiquée. Le gouvernement propose des mesures de soutien pour les entreprises touchées

    Quinze pays de l’Union européenne, ainsi que la Suisse, la Corée du Sud et Hong Kong, sont maintenant touchés par la crise des œufs contaminés au fipronil. Dans l’Union européenne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, la France, la Suède, le Royaume-Uni, l’Autriche, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et le Danemark sont concernés, précise la Commission européenne. Celle-ci a également annoncé qu’elle réunirait ces pays lors d’une réunion destinée à « tirer les leçons » de la crise le 26 septembre.

    Pas de danger

    En Belgique, suite au scandale et à la demande de son ministre, l’Afsca a rendu publique un rapport des actions menées dans le cadre de ce dossier. Elle s’y défend notamment d’un quelconque manquement et met en avant les lenteurs de l’administration néerlandaise.

    Un certain nombre d’entreprises ont été bloquées à titre de précaution, et des échantillons ont été prélevés. Aussi bien les exploitations de poules pondeuses que les autres exploitations d’élevages et de reproduction ont été bloquées et des échantillons ont été prélevés. La priorité absolue a été accordée aux fermes de ponte qui produisaient des œufs parce qu’elles livrent directement au consommateur. 86 exploitations avicoles ont été préventivement bloquées dont 48 exploitations de poules pondeuses. Mardi 15 août, 21 exploitations étaient toujours bloquées, dont 15 exploitations de poules pondeuses.

    Au cours de la semaine passée, l’Agence a également diffusé les codes et rappelés certains lots d’œufs. Sur base des résultats des analyses complémentaires effectuées sur ceux-ci, elle a annoncé, début de semaine, que les mesures de précaution étaient annulées et que le rappel des œufs était levé à l’exception d’un lot (code 3BE3114).

    Après le blocage initial d’exploitations suspectes, l’Agence a effet entrepris plusieurs actions supplémentaires : « D’une part, un contrôle et un monitoring renforcé ont été mis en place concernant la présence de fipronil dans la viande des poules pondeuses et les ovoproduits (produits à base d’œuf) ; d’autre part, des analyses complémentaires ont été effectuées dans toutes les exploitations de ponte qui n’avaient pas été suspectées sur base de l’enquête. Tous les résultats obtenus indiquent qu’il n’y a pas de danger pour la santé publique ».

    178 exploitations de ponte qui n’avaient pas été suspectées ont été visitées et échantillonnées. De faibles concentrations de fipronil ont été constatées dans 7 exploitations mais ces concentrations se trouvent en dessous de la valeur limite européenne. Elles ont été bloquées immédiatement et leurs œufs ont été retirés du marché et détruits. Après ce monitoring dans les exploitations non suspectes, tout le secteur des poules pondeuses a été contrôlé. À l’exception d’un seul (voir code plus haut), tous les résultats sont en dessous de la valeur limite européenne. Dans le cadre du monitoring, treize analyses ont été réalisées sur des ovoproduits fabriqués durant la période juin-juillet dans les casseries d’œufs. Onze résultats sont conformes. Dans 2 échantillons une très faible concentration de fipronil a été découverte. Cette concentration est en dessous de la valeur limite européenne et ne représente aucun danger pour la santé publique. Les ovoproduits concernés ont été retirés du marché et détruits. La viande des poules pondeuses a également été analysée dans les abattoirs. Les 30 analyses réalisées sont toutes conformes. Aucune trace de fipronil n’a été découverte dans la viande. L’Agence alimentaire effectue également des contrôles dans le secteur de la distribution afin de s’assurer que toutes les consignes sur le retrait des œufs sont respectées.

    Enfin ; elle rappelle également, « qu’outre le monitoring mis en place dans le secteur avicole, elle a réalisé environ 3.000 analyses quant à la présence de fipronil dans les produits végétaux tels que les fruits et légumes, le miel, les épices, le thé… au cours de ces 3 dernières années. Plus de 99,9 % de ces analyses étaient conformes ».

    La suite sur :

    http://www.sillonbelge.be/1163/article/2017-08-16/oeufs-contamines-le-scandale-setend-des-mesures-de-precaution-et-de-soutien-sont

  • Fais pas l'oeuf

    Les œufs contaminés c’est quoi ? Un dossier complet qui apporte toutes les réponses.

    Nous vivons dans une société où le scandale se fait une place de choix et ce dans bien des domaines, qu’ils soient sportifs, politiques ou autres. Très (trop ?) souvent, le citoyen n’y comprend pas grand-chose. Voici donc un petit résumé d’un des feuilletons de l’été mais qui nous concerne tous : les œufs contaminés.

    Le dossier complet à découvrir sur Trooz Sudinfo ICI :

    http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2017/08/13/fais-pas-l-oeuf-232176.html

  • Santé. Les œufs contaminés au Fipronil : voici l’entreprise néerlandaise mise en cause… (Vidéo)

    Une fois n’est pas coutume. Mais, comme cette affaire fait grand bruit… Nous avons mis la main sur la vidéo de promotion de l’entreprise hollandaise Chickfriend mise en cause dans l’utilisation du Fipronil.

    Bedrijfsfilm chickfriend from THE TWINS FILMMONTAGE on Vimeo.

  • Votre éponge de cuisine est un réservoir à… bactéries

    Votre cuisine n’est pas aussi propre que ce que vous pensez ! En effet, des chercheurs ont établi qu’en moyenne, une éponge de cuisine contient plus de bactéries qu’une… toilette, contrairement aux idées reçues.

    Sur un espace d’1cm², les scientifiques ont dénombré pas moins de 54 milliards de bactéries. Si le chiffre peut paraître élevé, il est à mettre en perspective. Par exemple, le corps humain contient 37,2 trillions, soit des milliards de milliards, de bactéries.

    Les éponges, par leur consistance poreuse et absorbante, représentent des incubateurs idéaux pour les micro-organismes. « Les éponges représentent les plus gros réservoirs de bactéries actives dans toute la maison » affirment les chercheurs. Rien de sert de chercher à la nettoyer. L’idéal serait de remplacer l’éponge chaque semaine.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-08-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-08-03,BASSE-MEUSE,1|18

  • Communiqué que l’AFSCA. Les œufs présents sur le marché belge sont sûrs

    L’AFSCA effectue actuellement une enquête sur l’utilisation du fipronil dans le secteur avicole, en collaboration avec le Parquet. En effet, l’utilisation de cette substance n’est pas autorisée dans ce secteur.

    Le commerce des œufs dont la contamination est suspectée a été stoppé par l’Agence alimentaire. Toutes les entreprises concernées par une potentielle contamination des œufs par le fipronil sont bloquées et des échantillons sont en cours d’analyse.

    Sur base de l’analyse de risque effectuée, aucun danger pour la santé publique n’a été mis en évidence jusqu’à ce jour. L’enquête se poursuit et toutes les mesures nécessaires sont prises pour garantir la sécurité du consommateur.

    Voir aussi les entreprises concernées et les œufs retirés du marché :

    http://www.sudinfo.be/1893051/article/2017-07-25/l-afsca-retire-des-rayons-des-oeufs-contamines-par-des-insecticides

  • Le curcuma, le nouvel espoir face au cancer : le remède a déjà sauvé une malade britannique

    Depuis quelque temps déjà, les bienfaits du curcuma commencent à se faire connaître. Cette plante a prouvé à plusieurs reprises qu’elle freinait l’avancée des maladies cancéreuses. Dernier exemple en date : une Britannique a soigné son cancer du sang grâce, en partie, à des gélules de curcuma. Explications. 

    Le 24 juillet dernier, le Daily Mail annonce que Dieneke Ferguson, 67 ans, avait vaincu son cancer du sang après dix longues années. Diagnostiquée en 2007, la Britannique avait suivi plus de trois traitements anticancéreux inefficaces et douloureux durant cinq ans.

    Recherches concluantes

    Cependant, en 2012, elle a commencé une cure de curcuma en avalant des pilules de 8 grammes chaque jour. Le curcuma est issu de la plante du même nom, originaire d’Inde. De couleur jaune prononcée, il est utilisé comme épice notamment dans le curry, dont il est l’un des ingrédients. Le curcuma est aussi disponible sous de forme de complément alimentaire.

    « Je n’avais plus d’autre espoir… », raconte Dieneke. Cinq ans plus tard, le remède avait guéri son cancer.

    Toutes les explications en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-27,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-27,BASSE-MEUSE,1|18

  • Grippe aviaire : levée du confinement à Oupeye, Bassenge et Visé !

    L'AFSCA informe que les particuliers ne sont plus obligés de confiner leurs poules et autres volatiles.

    Les mesures prises pour lutter contre la propagation de la grippe aviaire suite au cas découvert à Bassenge sont donc levées comme le montre le courrier de l'afsca aux Bourgmestres concernés.

    grippe aviaire levée.jpg

  • Attention aux tiques ! Les tiques attaquent partout en Wallonie !

    Selon TiquesNet, les petites bêtes sont particulièrement abondantes dans près de 20 communes

    En cette période d’été, les tiques sont de retour. Les températures clémentes et l’humidité facilitent leur apparition. Grâce au site TiquesNet, nous pouvons identifier les endroits les plus touchés par les tiques. Un outil judicieux pour les vacanciers et les camps scouts… car il y a sûrement des tiques près de chez vous. 

    Qui dit camps dit nécessairement danger face aux morsures de tiques. En effet, le nombre de morsures demeure le plus important durant la période allant de mai à août. Selon le rapport 2016 de l’Institut Scientifique de Santé Publique, un peu moins de 3.500 morsures avaient été signalées pour le mois de juin et plus de 2.000 pour le mois de juillet.

    Un outil précieux

    TiquesNet est un projet de l’Institut Scientifique de Santé Publique qui a débuté en juin 2015. Le but est de déterminer le nombre de personnes victimes des tiques, d’identifier les régions où les morsures sont les plus fréquentes mais également de chiffrer le nombre de consultations après une morsure. En recueillant ces données, une cartographie précise est ainsi fournie sur la période et les zones d’activité des tiques en Belgique. Cela permet aux personnes exposées aux morsures de tiques de prendre les mesures de prévention adaptées.

    Voir le site Tiquesnet en cliquant sur le lien suivant :

    https://ticksnet.wiv-isp.be/

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-04,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-04,BASSE-MEUSE,1|18

  • Rappel d'un lot de céréale biscuitée de la marque Nestlé CERELAC 800g. Problématique : dépassement des normes de benzo(a)pyrène et des HAP.

    En concertation avec l’AFSCA, Nestlé Belgique procède au rappel d’un lot de céréale biscuitée de la marque CERELAC 800g. La date de durabilité minimale du lot concerné est le 07/2018 et le numéro de lot est L-70740291. Aucun autre lot de NESTLE CERELAC céréale biscuitée 800g, 250g et sans gluten 300g n’est concerné et ces produits peuvent être consommés en toute sécurité.

    (La date de durabilité minimale est visible sur le fond de l’emballage sous la mention « A consommer de préférence avant fin ».)

    Cette mesure intervient après qu’un dépassement des normes de benzo(a)pyrène et des HAP a été trouvé dans ce lot. Les HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) sont des contaminants communément trouvés dans la nature et dont des traces peuvent être trouvées dans l’alimentation.

    Il n’y a aucun risque pour la santé des bébés qui consomment le produit issu de ce lot.

    Comme Nestlé ne fait aucune concession quant à la qualité et la sécurité de ses produits, il a été décidé de rappeler ce lot du commerce. Nous regrettons très sincèrement cette situation et nous mettons toutes les mesures en place pour éviter une situation similaire à l’avenir.

    Les consommateurs qui seraient en possession d'une boîte de NESTLE CERELAC céréale biscuitée 800g du lot concerné (L-70740291) peuvent la détruire et se faire rembourser le produit et les frais postaux en découpant le fond de la boîte (qui indique le code barre du produit, le numéro de lot et la date de durabilité minimale) et en l’envoyant, accompagné de leurs coordonnées complètes (nom + adresse) et de leur numéro de compte bancaire (IBAN), à :

    CERELAC

    C/O HighCo Data

    BP 12794

    1733 Asse.

    Pour de plus amples informations :

    Numéro de téléphone : 0800 98016

  • Sécurité. Des jouets interdits à cause des aimants

    Le SPF Économie a mené un grand contrôle visant les jouets. Principalement ciblés : les jouets contenant de petits aimants, et qui peuvent présenter une menace non négligeable en cas d’ingestion. Verdict : quatre jeux ne répondaient pas aux normes et ont été interdits chez nous.

    « Examiner de petits aimants dans des jouets peut paraître insignifiant mais c’est souvent dans le détail que l’on rencontre le diable », a réagi Kris Peeters, le ministre fédéral des Consommateurs. « Les aimants trop petits et trop puissants dans les jouets peuvent facilement être ingérés par les enfants et s’attirer mutuellement dans l’organisme, entraînant un risque de dommage aux organes. Nous ne voulons courir aucun risque lorsqu’il s’agit des enfants ».

  • Communiqué de l'AFSCA. Rappel de préparé de Vleeswaren Coenen en Co.

    préparé.jpgRappel de Préparé avec numéro de lot 20172414 et à consommer jusqu’au 24.06.2017.

    Problématique : Présence de Listeria monocytogenes.

    Lors de contrôles microbiologiques effectués, la présence de listeria monocytogenes a été décelée dans le préparé.

    C’est pourquoi on a décidé, en concertation avec l’AFSCA (l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire), de rappeler ce produit et de le retirer de la vente.

    Description du produit:

    Préparé

    Lot: 20172414

    A consommer jusqu’ au: 24.06.2017

    Vendu du 14/06/17 au 20/06/17 inclus

    Poids: 250 g of 130 g

    Conditionnement : en ravier en plastic

    Producteur :  Vleeswaren COENEN & CO, Groenlarenstraat 40 – 3560 Lummen (erkenning B446-H)

    Ou vendeur: Bakkerij VANGROOTLOON, Schurhovenveld 1014 – 3800 Sint Truiden

    Information pour le consommateur:

    Vleeswaren COENEN & CO demande aux consommateurs de ne pas consommer ce préparé et de rapporter le produit en magasin. Entre-temps, ce produit a été retiré des rayons des magasins concernés.

    Les symptômes possibles d’une intoxication causée par la listeria sont : nausées et vomissements, crampes abdominales, diarrhée ou constipation, maux de tête et fièvre persistante (sensation de grippe). La listériose est une maladie grave dont le délai d’incubation peut aller jusqu’à 8 semaines. Les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées ainsi que les jeunes enfants et les personnes âgées doivent être particulièrement attentifs à ces symptômes. Les personnes qui ont consommé ce préparé et qui présentent ces symptômes sont invitées à consulter leur médecin traitant, en lui signalant la consommation de ce produit.

    Pour plus d’informations, les clients peuvent appeler le 013 / 52.20.62.

  • Colruyt rappelle les pommes de terre primeur Charlotte Boni Selection ! Attention, c’est un produit de base !

    Colruyt Belgique et Luxembourg, Collect&Go et Solucious rappellent les pommes de terre primeur Charlotte Boni Selection en emballage plastique de 5 kg, indique le distributeur vendredi dans un communiqué. La période de vente concernée s’étend du 19 mai au 2 juin.(Source La Meuse)

    Communiqué de l’ASCA : Lors d’analyses effectuées sur des pommes de terre primeur Charlotte, notre fournisseur a constaté que les valeurs résiduelles autorisées pour le fosthiazate avaient été dépassées dans quelques lots déterminés, en provenance de Chypre.

    Colruyt et Solucious ont donc décidé à titre préventif de retirer ces pommes de terre de la vente. Ils demandent à leurs clients de ne pas consommer ce produit en raison d’un risque possible pour la santé. Si des symptômes tels que nausées, vomissements, diarrhées… se manifestaient quelques heures après ingestion des pommes de terre, il leur est conseillé de contacter leur médecin ou le centre Antipoisons au 070 245 245.

    Entre-temps, tous les magasins ont retiré ce produit des rayons. Les consommateurs, qui ont encore en leur possession des pommes de terre primeur Charlotte correspondant aux numéros de lots ci-dessus sont invités à les rapporter en magasin, où elles leur seront remboursées.

    Pour plus d’informations, les clients peuvent appeler le 02 345 2345.

  • Grand retour du rhume des foins !

    Depuis le vendredi 12 mai, les concentrations en pollen de graminées mesurées dans l’air ont sensiblement augmenté marquant le grand retour du célèbre rhume des foins.

    Avec le beau temps et le vent modéré de ces derniers jours, les personnes allergiques au pollen ressentent des symptômes incommodants tels que des picotements, des larmoiements, des éternuements, un nez bouché ou une perte d’odorat.

    Le pollen se propageant dans l’air, seule la pluie leur permettra d’éviter ce mal-être. Il n’existe par contre aucune solution miracle. En attendant la fin de la saison, ces malades peuvent limiter les effets désagréables en évitant de tondre leur pelouse, en essayant de faire moins d’activités en plein air, en gardant leurs fenêtres fermées, en portant des lunettes de soleil et en ne séchant pas leur linge à l’extérieur.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-05-27,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-05-27,BASSE-MEUSE,1|14

    (photo La Meuse)

  • Des salades de pâtes au pesto rappelées pour la présence possible de listeria

    L’entreprise Nonna, située à Gembloux, rappelle sa salade de féculents ’Penne Poulet Pesto’ en raison de la présence potentielle de listéria monocytogenes, indique-t-elle mercredi. lre article complet en suivant le lien ci-dessous :

    http://www.sudinfo.be/1841705/article/2017-05-10/des-salades-de-pates-au-pesto-rappelees-pour-la-presence-possible-de-listeria