Google Analytics Alternative

Police - Page 3

  • Juprelle. La prison de Lantin monopolise 2,5 policiers par jour. Et d’autre part, du côté des finances, la dotation annuelle de Bassenge s’élève à 912.101 euros !

    lantin.png

    La prison de Lantin ne fait décidément que coûter cher tant à Juprelle qu’à l’ensemble des communes qui composent la zone de police Basse-Meuse. Au lieu d’être sur le terrain, 2,5 policiers doivent s’y rendre chaque jour pour réaliser différents devoirs.

    À Juprelle, la réforme des polices a vraiment du mal à passer. Pourquoi ? Parce que depuis qu’elle a été mise en place, la dotation communale que Juprelle doit octroyer à la zone de police de la Basse-Meuse est exorbitante et ne fait qu’augmenter d’année en année.

    Pour 2016, Juprelle devra ainsi débourser 1.086.195 euros (+5,61 %). Si on compare avec une autre commune de la zone de police, qui a plus ou moins le même nombre d’habitants et la même superficie, Bassenge ne devra verser « que » 912.101 euros.

    LES PRISONS COÛTENT CHER

    Comment expliquer cette différence ? Par la présence de deux établissements pénitentiaires (la prison de Lantin et le centre de défense social de Paifve) sur le territoire juprellois. Une double présence qui doit être intégrée dans le calcul de la dotation communale et qui a du mal à être acceptée par la bourgmestre.

    D’autant qu’en plus de coûter cher à Juprelle, ça a une conséquence directe sur la présence policière sur le terrain pour l’ensemble de la zone de police. Car quotidiennement, la prison de Lantin monopolise, 2,5 policiers sur les 145 agents opérationnels que compte la zone. « Ce ne sont pas des policiers attachés à Juprelle, précise Christine Servaes, la bourgmestre de Juprelle. Mais ils doivent y aller pour faire des reconnaissances parentales, des papiers liés à la carte d’identité, réaliser des devoirs demandés par le parquet, mais aussi, acter des plaintes ».

    Ce que nous a confirmé Alain Lambert, le chef de la zone de police. « Nous avons effectivement l’équivalent de 2,5 temps plein qui ne font que ça. Aller à la prison de Lantin ou à Paifve pour s’occuper de traiter toutes les apostilles ou gérer les plaintes émanant des détenus ou des surveillants. Et tout cela représente une masse de travail considérable. »

    Et à ces 2,5 policiers quotidiens, il faut ajouter ceux qui doivent remplacer les gardiens lors des grèves. « Comme nous n’avons pas la capacité pour le faire seuls, nous recevons un renfort du fédéral et des autres zones de police, mais à chaque grève, la zone de police de la Basse-Meuse doit mettre à disposition 18 policiers par 24h », précise le commissaire. « Dix-huit policiers qui doivent alors mettre de côté leurs missions de base ».

    Avec, pour conséquence directe, une présence policière sur le terrain qui parfois fait défaut. (Source La Meuse. Aurélie Drion le jeudi 17 décembre 2015)

  • L'alcool au volant, c'est désormais tolérance zéro pour les jeunes: ils ne pourront même plus boire une seule bière!

    alcool jeunes.jpgLa ministre fédérale de la Mobilité, Jacqueline Galant, veut mieux accompagner les automobilistes pendant leurs premières années de conduite, le temps qu’ils acquièrent une maturité suffisante au volant. Elle souhaite également un meilleur suivi de l’historique des infractions via le permis de conduire. (Source La Meuse mardi 15 décembre 2015) Lasuite de l'article ici :
    http://www.lameuse.be/1444828/article/2015-12-14/l-alcool-au-volant-c-est-desormais-tolerance-zero-pour-les-jeunes-ils-ne-pourron

  • Quatrième marathon de contrôles de vitesse dès ce lundi 6 heures: levez le pied!

    contrôles police.jpgLa police a lancé ce lundi à 6 heures du matin son 4ème marathon de contrôles de vitesse: 128 des 192 zones de police locales y prennent part et la police fédérale de la route a désigné 178 agents pour contrôler la vitesse d’un maximum d’automobilistes. La suite sur :

    http://www.lameuse.be/1424493/article/2015-11-16/quatrieme-marathon-de-controles-de-vitesse-des-ce-lundi-6-heures-levez-le-pied

  • Alcool au volant. Près de 250.000 contrôles de fin d’année !

    contrôle alcoolémie.jpgLa campagne Bob hivernal débutera, cette année, plus tôt que prévu avec un lancement programmé pour le vendredi 27 novembre 2015 et durant huit semaines. L’occasion pour les policiers de faire des contrôles d’alcoolémie plus accrus et veiller au bon déroulement des festivités de fin d’année mais aussi les fêtes patronales telles que la Saint-Éloi, la Sainte-Barbe et la Saint-Nicolas.

    Si aucun chiffre n’est encore avancé, on peut estimer à 250.000 le nombre d’opérations qui s’effectueront sur l’ensemble des provinces et des régions de Belgique comme c’était le cas l’an dernier.

    Cette 21nième édition s’accompagne d’une nouveauté puisque les policiers locaux lancent une nouvelle initiative : un marathon de contrôle d’haleine. alcool.jpgUne nuit sans alcool qui se tiendra le week-end des 16 et 17 janvier.

    « Le citoyen pourrait se demander pourquoi ces contrôles sont annoncés mais c’est bien pour le responsabiliser. On espère qu’il prendra ainsi toutes ses dispositions (trouver un Bob, prendre un taxi, loger chez des amis) pour ne pas prendre le volant. Il y repensera à l’avenir en optant pour ces solutions qui peuvent sauver des vies », commente le commissaire Michaël Jonniaux, le directeur de la police fédérale de la route. (Source La Meuse 7 novembre 2015)

  • La photo de Regor dans le billet de Tchantchès de ce mardi dans La Meuse…

    racket glons 11.jpgUn policier sur un panneau perché pour les voleurs arrêter

    Ben valèt, on ne dira plus que les policiers ne font pas tout ce qui est leur pouvoir pour arrêter les malfrats. Si tu regardes la photo ci-dessous publiée par mon cama Regor sur son blog de Bassenge, tu verras en effet que les policiers bassi-mosans ne reculent devant rien pour faire régner l’ordre. L’un d’entre eux a ainsi été jusqu’à se percher sur un panneau de signalisation pour tenter de repérer deux jeunes soupçonnés d’avoir racketté d’autres jeunes dans un bus. Les malfrats s’étaient enfuis dans un champ de maïs, pensant ainsi semer leurs poursuivants. Mais c’était sans compter sur l’ingéniosité des policiers de la Basse-Meuse. Résultat des courses : la fable du policier perché se termine par un voleur arrêté. Là-dessus, je m’en vais boire un fris pèkèt à la santé de mes camas de la police. Tchantchès ( Source La Meuse mardi 25 août 2015)

    racket glons 11.jpg

  • La plupart des radars fixes sont illégaux: ils ne se conforment pas à la législation sur la vie privée

    radar fixe.jpgLa grande majorité des centaines de radars fixes qui jalonnent les routes du royaume sont illégaux car ils ne se conforment pas à la législation sur la vie privée, rapportent jeudi les journaux de Mediahuis. Voir l'article sur : 

    http://www.sudinfo.be/1357356/article/2015-08-20/la-plupart-des-radars-fixes-sont-illegaux-ils-ne-se-conforment-pas-a-la-legislat

  • Alcool au volant: voici les communes les plus contrôlées et les moins contrôlées l'été dernier (carte interactive)!

    alcool.jpgQuelques jours avant le début de la campagne Bob, nous publions les chiffres des contrôles d’alcool au volant menés lors de la campagne Bob de l’été 2014. Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne ! On apprend ainsi que 21 communes belges ont échappé à tout contrôle, dont 13 en Wallonie.

    http://www.sudinfo.be/1300718/article/2015-06-01/alcool-au-volant-voici-les-communes-les-plus-controlees-et-les-moins-controlees

  • A proximité. Visé, appel à témoin ! Un cycliste renversé entre la vie et la mort !

    vélo renversé.pngMardi vers 21 heures, un cycliste a été renversé par un automobiliste, rue des Cimentiers à Visé, plus communément appelée « la nouvelle percée », entre Hallembaye et Visé. En raison de l’heure plutôt tardive de cet accident, il se peut que le conducteur ait été surpris et n’ait vu le cycliste qu’au dernier moment. Néanmoins, il a pris la fuite. Or, le cycliste, un jeune habitant de Heusden, est grièvement blessé. Il a été transporté à la Citadelle de Liège. Ses jours sont en danger ! La police de la Basse-Meuse recherche activement le propriétaire du véhicule, une fourgonnette de type Partner, Combo ou Berlingo, sans vitre sur les côtés, mais avec deux portes vitrées à l’arrière. Une fourgonnette de couleur foncée, qui a certainement l’avant-droit endommagé, puisqu’il a percuté violemment la roue arrière du vélo. Toutes personnes pouvant apporter des éléments susceptibles de faire avancer l’enquête peuvent contacter la police au 0474/978.002 ou au 04/374.89.30. (Source La Meuse 24 avril 2015)

  • Soyez prudents: nouvelle opération de contrôle de vitesse sur nos routes ce jeudi

    logo police basse meuse 2.pngLa police fédérale et certaines zones de police locale organisent jeudi une nouvelle opération de contrôle contre la vitesse excessive qui durera 24 heures. Cette action intervient durant la semaine sans amende lancée à l’appel des syndicats policiers.

    http://www.lameuse.be/1269627/article/2015-04-22/soyez-prudents-nouvelle-operation-de-controle-de-vitesse-sur-nos-routes-ce-jeudi

  • Opération européenne : ça va flasher ce jeudi 16 avril !

    flash.pngUne vingtaine de pays européens, dont la Belgique, participeront, ce jeudi 16 avril à une nouvelle opération européenne de contrôle de la vitesse sur les routes. Cette journée se traduira par des contrôles de vitesse plus nombreux qu’à l’accoutumée, de 6 h du matin à minuit. Une semaine plus tard, le 23 avril même si la date n’a pas été annoncée officiellement, la Belgique sera le terrain d’une nouvelle opération d’envergure. La proximité des deux événements relève de la coïncidence. Les syndicats policiers ont, pour leur part, menacé de faire grève la semaine prochaine. (source La Meuse 15 avril 2015)

  • La police fédérale de la route veut augmenter les contrôles alcool

    alcool.jpgLa police fédérale de la route souhaite augmenter de façon importante le nombre de contrôles alcool dans le pays. Actuellement, entre 240.000 à 250.000 contrôles sont effectués par an. Article complet à découvrir sur Sudinfo.be :

    http://www.sudinfo.be/1237132/article/2015-03-15/la-police-federale-de-la-route-veut-augmenter-les-controles-alcool

  • Basse-Meuse. Les carnavals « pollués » par des bandes de mineurs : près de 400 jeunes Liégeois confondent les carnavals de village avec la City Parade…

    carnaval fauteurs de troubles première page.pngSamedi, en plein carnaval de Slins, 150 jeunes, essentiellement des mineurs, étaient expulsés du carnaval et raccompagnés, via deux bus, au centre-ville de Liège. La police de la Basse-Meuse explique sa politique et sa façon de travailler sur des événements ultra-spécifiques comme les carnavals. Les policiers de la Basse-Meuse doivent faire face à un phénomène récent qui pollue les sept carnavals que compte la zone : les bandes de jeunes. Et par bande, on entend plusieurs centaines d’individus puisqu’au carnaval de Bassenge, par exemple, ils étaient près de 400. « Les jeunes – ils ont entre 12 et 18 ans – agissent comme s’ils étaient dans une « City Parade », explique le commissaire Jean-François Duchesne, directeur des opérations pour la police de la Basse-Meuse. «Il y a des chars, de la musique techno, de l’alcool et des jeunes filles, il n’en faut pas plus pour voir des comportements inappropriés fleurir. Les ados harcèlent les spectateurs, ils courent derrière les chars pour voler des boissons, ils sont parfois en état d’ivresse et commettent des dégradations. Ils viennent s’amuser au carnaval mais pas avec les mêmes buts que les spectateurs traditionnels. Samedi, à Slins, des groupes de plusieurs dizaines de jeunes suivaient les chars en courant, en bousculant tout sur leur passage, sur les capots et les toits des voitures garées».

    Lire la suite

  • Scandaleux: la police de la Basse-Meuse verse 250.000 euros au commissaire pour le faire taire et éviter de le nommer chef de zone. L’article complet !

    police basse meuse nomination.jpg 2.pngLa zone de police de la Basse-Meuse va payer 250.000 euros au commissaire Philippe Lambert pour éviter de le nommer chef de zone. C’est le prix à payer pour qu’il cesse ses recours au Conseil d’Etat, tous en sa faveur jusqu’à présent. La zone de police de la Basse-Meuse qui regroupe les communes de Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé se prépare à débourser discrètement 250.000 euros pour en terminer avec une procédure de nomination de chef de zone qui dure depuis… 14 ans ! Objectif : se « débarrasser » de l’encombrant Philippe Lambert, candidat malheureux au poste tant convoité, qui n’a cessé depuis lors d’introduire des recours au Conseil d’Etat. Conseil d’Etat qui, à chaque fois, lui a donné raison. Et manifestement, ça a fini par agacer les responsables de la zone de police, qui ont décidé d’en finir une bonne fois pour toutes en mettant la main au portefeuille pour offrir une retraite dorée au candidat mécontent. Une police basse meuse nomination.jpg 2.png piette.pnginformation qu’on se refuse à confirmer du côté de la zone de police. Josly Piette, le bourgmestre de Bassenge et président de la zone de police, est très clair : aucun commentaire, confidentialité oblige. Mais l’histoire de ce petit « pécule de départ » a fini par fuiter dans les couloirs des commissariats de la Basse-Meuse. Où les policiers n’apprécient que modérément ces largesses financières à l’heure où les budgets « police » sont de plus en plus serrés. «Ils chicanent pour quelques dizaines d’euros, n’ont pas d’argent pour engager les inspecteurs qui manquent, mais savent sortir 250.000 euros pour ne pas appliquer une décision qui émane pourtant du Conseil d’Etat», s’étonne un connaisseur du dossier.

    Lire la suite

  • Scandaleux: la police de la Basse-Meuse verse 250.000 euros au commissaire pour le faire taire et éviter de le nommer chef de zone

    police basse meuse nomination.jpgLa zone de police de la Basse-Meuse va payer 250.000 euros au commissaire Philippe Lambert pour éviter de le nommer chef de zone. C’est le prix à payer pour qu’il cesse ses recours au Conseil d’Etat, tous en sa faveur jusqu’à présent.

    La zone de police de la Basse-Meuse – qui regroupe les communes de Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé – se prépare à débourser discrètement 250.000 euros pour en terminer avec une procédure de nomination de chef de zone qui dure depuis… 14 ans !

    commissaire philippe lambert,zoner police basse meuse,police basse meuseToutes les explications dans l’article en suivant le lien :

    http://www.lameuse.be/1212773/article/2015-02-13/scandaleux-la-police-de-la-basse-meuse-verse-250000-euros-au-commissaire-pour-le

    commissaire philippe lambert,zoner police basse meuse,police basse meuse

    En première page de la Meuse de ce samedi 14 février 2015

  • Avis de la Zone de Police : changement d'horaire

    logo police basse meuse 2.pngZone de Police : changement d'horaire

    Mesdames, Messieurs,

    Merci de bien vouloir noter que dans le cadre d'une réorganisation, les Commissariats Locaux seront désormais fermés à l'accueil du public le samedi matin.

    En cas d'urgence (pour un fait significatif et non dans le cadre d'une procédure administrative ou d'une plainte non urgente) vous pouvez vous adresser au commissariat central situé à 4681 Hermalle-Sous-Argenteau, rue du Passage d'Eau 40 accessible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

    Les commissariats Locaux (un dans chacune des six communes de la Zone de Police) resteront accessibles suivant l'horaire fixé antérieurement et affiché à l'entrée du Commissariat.

    Merci de votre compréhension

    Alain Lambert Chef de Zone.

    (Source Bassenge.be)

    logo police basse meuse.png