Google Analytics Alternative

Police - Page 2

  • Glons et environs. Vague de vols de plaques de voitures…

    logo info.jpgVendredi 5 août 2016 dernier, dans le quartier de la gare de Glons, un vol de plaques de voitures (AV et AR) a été perpétré sur un véhicule parqué à l’extérieur sur la voirie. Ce fait ayant été annoncé dans un groupe local sur Facebook, des internautes n’ont pas manqué de commenter en faisant état de faits similaires en différents endroits de la région : Visé, Liers, Slins… Plaintes ont été déposées à la Police. La vigilance s’impose.

    vols de plaques de voitures glons,vols plaques voitures,vols plaques voitures basse meuse

  • Basse-Meuse Police locale. Voici les numéros de GSM de vos agents de police ! Vous pouvez désormais les contacter !

    police basse meuse téléphones gsm illustration photo.pngLa zone de police de la Basse-Meuse vient d’entreprendre une réorganisation de ses services avec pour objectif principal de renforcer la présence des policiers de quartier sur le terrain et les rendre plus facilement joignables par la population. 

    « On ne voit jamais notre inspecteur de quartier ». En Basse-Meuse, comme dans les autres zones de police du Royaume, ce reproche est régulièrement formulé par la population. Une absence sur le terrain qui s’explique par le fait que l’inspecteur de quartier doit remplir d’autres missions qui l’empêchent d’être présent dans les rues.

    Dans la zone de police Basse-Meuse, on vient d’engager sept nouveaux policiers pour alléger la charge de travail des inspecteurs de quartier et leur permettre de remplir leur mission première : une police de proximité qui s’occupera de récolter des informations, traiter des différents de voisinage ou régler des nuisances (haies non coupées, voitures mal stationnées, trottoirs défoncés…). Et si on devrait enfin voir plus souvent son inspecteur marcher dans son quartier, il sera désormais beaucoup plus facilement joignable. Depuis ce mercredi, tous les inspecteurs de quartier de « Mosa » ont un GSM de service sur lequel la population peut les joindre (durant leurs heures de service) ou leur laisser un message vocal. Une infraction ? Une demande de renseignement ? Voici la liste des inspecteurs de quartier ainsi que leur numéro de GSM.

    BASSENGE

    Boirs : Johan Cartenstart (0474/05.00.07). Bassenge et Roclenge : Stéphan Crutzen (0474/04.85.21). Wonck : Nathalie Dothée (0474/19.11.99). Glons : Micheline Froidmont (0474/18.43.63). Eben-Emaël : Francis Houtmeyers (0474/17.77.36).

    BLEGNY

    Housse : David Graeven (0474/05.42.99). Barchon : Emilie Leruitte (0474/17.37.78). Saive : Valérie Pitchot (0474/04.86.13). Blegny (partie), Mortier et Trembleur : Stéphane Poupier (0474/04.50.79). Blegny (partie) et Saint-Remy : Jean-Marie Van Reeth (0474/04.88.69).

    DALHEM

    Warsage et Mortroux : Eric Delince (0474/05.28.62). Dalhem et Feneur : André Jedrzejski (0474/17.87.61). Berneau, Bombaye, Neufchâteau et Saint-André : Laurence Prégardien (0474/18.70.35).

    JUPRELLE

    Voroux, Lantin et Wihogne : Philippe Hermans (0474/18.18.81). Juprelle, Villers-Saint-Simeon et Paifve : Eric Renier (0474/13.04.65). Fexhe-Slins, Slins et Liers : Joëlle Stefani (0474/13.39.00).

    OUPEYE

    Vivegnis : Alexandre Berte (0494/53.08.12). Haccourt : Mailys Bonhomme (0474/05.18.88). Hermalle-sous-Argenteau : Jean Colin (0497/49.10.89). Houtain-Saint-Siméon et Heure-le-Romain : Gilbert Delhoff (0497/49.04.20). Oupeye(partie) : Alain Depaifve (0497/49.10.88). Oupeye (partie) : Jean-Marie Frenay (0474/03.38.50). Hermée : Candy Jacques (0474/17.15.59).

    VISÉ

    Visé-Centre et La Wade : Denis Beaujean : (0474/18.39.46). Argenteau, Les Roches et Ma Campagne : Boris Charpentier (0474/13.24.03). Cheratte-Haut et Cheratte-Bas : Denis Merenne (0491/43.59.65). Lixhe, Lanaye, Devant-le-Pont et Zoning de Visé : Jacques Van Ass (0474/04.60.01).

    Rappelons qu’en cas d’urgence, le seul numéro à former reste le 101.

    (Source La Meuse Aurelie Drion vendredi 3 juin 2016)

  • Plaque en partie masquée. Attache-remorque : gare à l’amende salée !

    attache remorque.jpgSur certains modèles de voiture, l’emplacement de la plaque minéralogique est situé très bas sur la carrosserie. C’est notamment le cas de l’Opel Meriva ou de la Peugeot 508. La boule de l’attache-remorque peut masquer partiellement les deux lettres du centre, compliquant la reconnaissance de l’immatriculation sur la photo flash du radar. Attention, c’est illégal et vous risquez une amende salée si le policier n’est pas certain de votre bonne foi.

    « Rien ne peut empêcher la lecture d’une plaque », rappelle le commissaire Olivier Quisquater, responsable de l’émission « Contacts ». « Il nous arrive effectivement de verbaliser des véhicules dont l’attache-remorque cache les lettres. Le policier a le choix entre deux sanctions : soit il opte pour l’amende de base à 55 euros, soit il estime qu’il y a une volonté délibérée d’échapper aux poursuites en cas d’excès de vitesse. L’amende peut alors se chiffrer à plusieurs centaines d’euros », précise le spécialiste de la sécurité routière. Par ailleurs, l’agent peut mentionner dans son procès-verbal l’obligation pour le conducteur de représenter à la police le véhicule remis en règle.

    UN MODÈLE AMOVIBLE

    Si la plaque est trop basse, la seule solution consiste à installer une attache-remorque amovible qui sera uniquement déployée au moment du tractage.

    La police n’est pas la seule avec laquelle le propriétaire de la voiture risque d’avoir un problème. « Lors du passage au contrôle technique, nous nous assurons de la bonne lisibilité de la plaque », prévient Marie De Backer porte-parole du Goca, la fédération des entreprises d’inspection automobile.

    Le préposé contrôle si tous les chiffres et les lettres sont présents sur la plaque. Cette dernière ne doit pas être recouverte d’un film réfléchissant, ni présenter d’autres trous que ceux prévus. « Il y a aussi des dimensions à respecter. La plaque ne peut pas être à plus de 30 centimètres du bord inférieur de la voiture », ajoute Marie De Backer. Et évidemment, il ne faut pas que l’attache-remorque soit mal placée. Le véhicule qui ne satisfait pas à ces règles reçoit un certificat de circulation dont la durée est limitée à trois mois, le temps que les adaptations requises soient faites. (Source La Meuse 8 mars 2016)

    attache remorque.jpg

  • Basse-Meuse, collège de Police. Rassemblements de motards interdits

    motards hells angels.pngRéuni jeudi, le collège de police a décidé d’interdire, sur tout le territoire de la zone de police Basse-Meuse (Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye et Visé), les rassemblements et manifestations de motards. Il s’agira d’étendre aux cinq autres communes une mesure prise par Oupeye après le meurtre de Jeff Nyssens, le 26 décembre dernier, par crainte de représailles.

    Jusqu’au 29 janvier au moins, les trois clubs de motards de la commune ne peuvent en effet plus organiser d’activités dans leur local et tout rassemblement de motards est interdit. Une double interdiction qui sera donc prolongée sur Oupeye tout en étant étendue au reste de la zone. « Par facilité pour le travail des policiers qui ne devront pas jouer avec des règlements pour chaque commune de la zone, et surtout par mesure de précautions...

    « Parce qu’on se méfie toujours des représailles, les six bourgmestres de la zone de police ont décidé de prendre une ordonnance commune », confirme le bourgmestre de Bassenge Josly Piette, aussi président de la zone.

    Dans les faits, cet élargissement ne devrait pas entrer en vigueur avant la fin du mois. « Nous sommes en train d’élaborer un projet d’ordonnance de police qui sera ensuite soumis le 28 janvier prochain, au collège de police, précise Alain Lambert, le chef de la zone de police. Les bourgmestres devront alors décider quand elle entrera en application et pour quelle durée. En attendant, je rappelle que toute manifestation sur un lieu public doit être soumise à une autorisation du bourgmestre. »

    Quant à Serge Fillot, il s’est dit très satisfait du soutien qu’il a reçu de ses homologues : « Il n’y a pas de cadre légal réglementant les rassemblements motards. Le seul moyen de corseter la chose était de prendre cette ordonnance de police argumentée. Et en l’étendant à toute la zone de police, ça va aussi permettre de ne pas reporter les représailles éventuelles à 50 m de la limite d’Oupeye ». (La Meuse samedi 16 janvier 2016 Aurélie Drion)

  • Nouveau ! A la Police fédérale, deux drones pour, notamment, traquer les terroristes

    drône police.pngDu neuf dans le paysage policier belge. La police fédérale va bientôt lâcher dans notre ciel ses quatre premiers drones. Ils seront tous équipés de caméras. L’un, déjà acheté, n’attend plus que le feu vert du Moniteur belge, pour entrer en action. C’est une question de jours.

    « Cet appareil servira pour deux missions en priorité », explique Michaël Jonniaux, commissaire divisionnaire à la police fédérale de la route. « D’abord, pour les accidents de la route, le drone pourra venir photographier les lieux afin d’en tirer des plans numériques qui serviront aux experts et à la justice. Ce sera plus rapide qu’un photographe qui doit monter son appareil sur un mât et moins cher qu’un hélicoptère. Ensuite, ce drone pourra venir en appui pour la recherche des personnes disparues. Ce sera un outil supplémentaire par rapport à l’hélico ».

    FILMER UN ASSAUT EN DIRECT

    Deux autres drones seront achetés début 2016 pour les unités spéciales. Ces engins silencieux permettront de repérer des lieux, préparer des opérations et même filmer en direct afin de repérer toute fuite lors de l’assaut d’un repaire de terroristes, par exemple.

    Le quatrième drone est destiné à la police scientifique pour photographier les scènes de crime. (Source La Meuse jeudi 24 décembre 2015)

  • Campagne Bob. La police fédérale de la route sort le grand jeu pour la Noël

    alcool.jpg

    Si vous comptez prendre le volant pendant les fêtes de fin d’année, il vous faudra être plus sobre que jamais. Dans le cadre de la campagne Bob, lancée le 27 novembre dernier, la police de la route va renforcer ses contrôles alcool. « En plus des équipes d’intervention habituelles, nous allons mobiliser du personnel supplémentaire dans chaque zone », prévient Michael Jonniaux, directeur de la police fédérale de la route.

    POUR LE NOUVEL AN AUSSI

    Initié ce 24 décembre, le dispositif spécial sera opérationnel jusqu’au 25 dans l’après-midi. Il ne s’agit donc pas de se limiter aux retours de soirée aux petites heures de la nuit. Les contrôles concerneront aussi les conducteurs qui se rentrent d’un repas de famille ce vendredi à midi. « Nous réitérerons cette opération les 31 décembre et 1 er janvier, selon les mêmes principes », annonce Michaël Jonniaux.

    Près d’un mois après le début de la campagne, les polices fédérales et locales n’ont pas encore fait de bilan intermédiaire. « J’ai assisté à deux contrôles un vendredi soir. Nous étions dans la moyenne des personnes positives. Mais ce n’est pas forcément représentatif de l’ensemble du pays », indique Michaël Jonniaux. Lors de la campagne d’hiver de l’année dernière, 2,8 % des personnes contrôlées présentaient un taux d’alcool supérieur au seuil légal. Pour rappel, plus de 5.400 accidents corporels impliquant au moins un usager sous l’influence de l’alcool surviennent chaque année.

    WEEK-END SANS ALCOOL

    En plus des deux réveillons ciblés par la fédérale, les services de police dans leur ensemble vont mener des contrôles intensifs lors d’un « week-end sans alcool » prévu du 15 au 18 janvier 2016.

    À cette occasion, les conducteurs totalement sobres se verront offrir un sac Bob exclusif contenant de nombreux cadeaux et accessoires. Cette action célèbre le vingtième anniversaire des campagnes Bob.( Source La Meuse mercredi 23 décembre 2015)

  • Juprelle. La prison de Lantin monopolise 2,5 policiers par jour. Et d’autre part, du côté des finances, la dotation annuelle de Bassenge s’élève à 912.101 euros !

    lantin.png

    La prison de Lantin ne fait décidément que coûter cher tant à Juprelle qu’à l’ensemble des communes qui composent la zone de police Basse-Meuse. Au lieu d’être sur le terrain, 2,5 policiers doivent s’y rendre chaque jour pour réaliser différents devoirs.

    À Juprelle, la réforme des polices a vraiment du mal à passer. Pourquoi ? Parce que depuis qu’elle a été mise en place, la dotation communale que Juprelle doit octroyer à la zone de police de la Basse-Meuse est exorbitante et ne fait qu’augmenter d’année en année.

    Pour 2016, Juprelle devra ainsi débourser 1.086.195 euros (+5,61 %). Si on compare avec une autre commune de la zone de police, qui a plus ou moins le même nombre d’habitants et la même superficie, Bassenge ne devra verser « que » 912.101 euros.

    LES PRISONS COÛTENT CHER

    Comment expliquer cette différence ? Par la présence de deux établissements pénitentiaires (la prison de Lantin et le centre de défense social de Paifve) sur le territoire juprellois. Une double présence qui doit être intégrée dans le calcul de la dotation communale et qui a du mal à être acceptée par la bourgmestre.

    D’autant qu’en plus de coûter cher à Juprelle, ça a une conséquence directe sur la présence policière sur le terrain pour l’ensemble de la zone de police. Car quotidiennement, la prison de Lantin monopolise, 2,5 policiers sur les 145 agents opérationnels que compte la zone. « Ce ne sont pas des policiers attachés à Juprelle, précise Christine Servaes, la bourgmestre de Juprelle. Mais ils doivent y aller pour faire des reconnaissances parentales, des papiers liés à la carte d’identité, réaliser des devoirs demandés par le parquet, mais aussi, acter des plaintes ».

    Ce que nous a confirmé Alain Lambert, le chef de la zone de police. « Nous avons effectivement l’équivalent de 2,5 temps plein qui ne font que ça. Aller à la prison de Lantin ou à Paifve pour s’occuper de traiter toutes les apostilles ou gérer les plaintes émanant des détenus ou des surveillants. Et tout cela représente une masse de travail considérable. »

    Et à ces 2,5 policiers quotidiens, il faut ajouter ceux qui doivent remplacer les gardiens lors des grèves. « Comme nous n’avons pas la capacité pour le faire seuls, nous recevons un renfort du fédéral et des autres zones de police, mais à chaque grève, la zone de police de la Basse-Meuse doit mettre à disposition 18 policiers par 24h », précise le commissaire. « Dix-huit policiers qui doivent alors mettre de côté leurs missions de base ».

    Avec, pour conséquence directe, une présence policière sur le terrain qui parfois fait défaut. (Source La Meuse. Aurélie Drion le jeudi 17 décembre 2015)

  • L'alcool au volant, c'est désormais tolérance zéro pour les jeunes: ils ne pourront même plus boire une seule bière!

    alcool jeunes.jpgLa ministre fédérale de la Mobilité, Jacqueline Galant, veut mieux accompagner les automobilistes pendant leurs premières années de conduite, le temps qu’ils acquièrent une maturité suffisante au volant. Elle souhaite également un meilleur suivi de l’historique des infractions via le permis de conduire. (Source La Meuse mardi 15 décembre 2015) Lasuite de l'article ici :
    http://www.lameuse.be/1444828/article/2015-12-14/l-alcool-au-volant-c-est-desormais-tolerance-zero-pour-les-jeunes-ils-ne-pourron

  • Quatrième marathon de contrôles de vitesse dès ce lundi 6 heures: levez le pied!

    contrôles police.jpgLa police a lancé ce lundi à 6 heures du matin son 4ème marathon de contrôles de vitesse: 128 des 192 zones de police locales y prennent part et la police fédérale de la route a désigné 178 agents pour contrôler la vitesse d’un maximum d’automobilistes. La suite sur :

    http://www.lameuse.be/1424493/article/2015-11-16/quatrieme-marathon-de-controles-de-vitesse-des-ce-lundi-6-heures-levez-le-pied

  • Alcool au volant. Près de 250.000 contrôles de fin d’année !

    contrôle alcoolémie.jpgLa campagne Bob hivernal débutera, cette année, plus tôt que prévu avec un lancement programmé pour le vendredi 27 novembre 2015 et durant huit semaines. L’occasion pour les policiers de faire des contrôles d’alcoolémie plus accrus et veiller au bon déroulement des festivités de fin d’année mais aussi les fêtes patronales telles que la Saint-Éloi, la Sainte-Barbe et la Saint-Nicolas.

    Si aucun chiffre n’est encore avancé, on peut estimer à 250.000 le nombre d’opérations qui s’effectueront sur l’ensemble des provinces et des régions de Belgique comme c’était le cas l’an dernier.

    Cette 21nième édition s’accompagne d’une nouveauté puisque les policiers locaux lancent une nouvelle initiative : un marathon de contrôle d’haleine. alcool.jpgUne nuit sans alcool qui se tiendra le week-end des 16 et 17 janvier.

    « Le citoyen pourrait se demander pourquoi ces contrôles sont annoncés mais c’est bien pour le responsabiliser. On espère qu’il prendra ainsi toutes ses dispositions (trouver un Bob, prendre un taxi, loger chez des amis) pour ne pas prendre le volant. Il y repensera à l’avenir en optant pour ces solutions qui peuvent sauver des vies », commente le commissaire Michaël Jonniaux, le directeur de la police fédérale de la route. (Source La Meuse 7 novembre 2015)

  • La photo de Regor dans le billet de Tchantchès de ce mardi dans La Meuse…

    racket glons 11.jpgUn policier sur un panneau perché pour les voleurs arrêter

    Ben valèt, on ne dira plus que les policiers ne font pas tout ce qui est leur pouvoir pour arrêter les malfrats. Si tu regardes la photo ci-dessous publiée par mon cama Regor sur son blog de Bassenge, tu verras en effet que les policiers bassi-mosans ne reculent devant rien pour faire régner l’ordre. L’un d’entre eux a ainsi été jusqu’à se percher sur un panneau de signalisation pour tenter de repérer deux jeunes soupçonnés d’avoir racketté d’autres jeunes dans un bus. Les malfrats s’étaient enfuis dans un champ de maïs, pensant ainsi semer leurs poursuivants. Mais c’était sans compter sur l’ingéniosité des policiers de la Basse-Meuse. Résultat des courses : la fable du policier perché se termine par un voleur arrêté. Là-dessus, je m’en vais boire un fris pèkèt à la santé de mes camas de la police. Tchantchès ( Source La Meuse mardi 25 août 2015)

    racket glons 11.jpg

  • La plupart des radars fixes sont illégaux: ils ne se conforment pas à la législation sur la vie privée

    radar fixe.jpgLa grande majorité des centaines de radars fixes qui jalonnent les routes du royaume sont illégaux car ils ne se conforment pas à la législation sur la vie privée, rapportent jeudi les journaux de Mediahuis. Voir l'article sur : 

    http://www.sudinfo.be/1357356/article/2015-08-20/la-plupart-des-radars-fixes-sont-illegaux-ils-ne-se-conforment-pas-a-la-legislat

  • Alcool au volant: voici les communes les plus contrôlées et les moins contrôlées l'été dernier (carte interactive)!

    alcool.jpgQuelques jours avant le début de la campagne Bob, nous publions les chiffres des contrôles d’alcool au volant menés lors de la campagne Bob de l’été 2014. Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne ! On apprend ainsi que 21 communes belges ont échappé à tout contrôle, dont 13 en Wallonie.

    http://www.sudinfo.be/1300718/article/2015-06-01/alcool-au-volant-voici-les-communes-les-plus-controlees-et-les-moins-controlees

  • A proximité. Visé, appel à témoin ! Un cycliste renversé entre la vie et la mort !

    vélo renversé.pngMardi vers 21 heures, un cycliste a été renversé par un automobiliste, rue des Cimentiers à Visé, plus communément appelée « la nouvelle percée », entre Hallembaye et Visé. En raison de l’heure plutôt tardive de cet accident, il se peut que le conducteur ait été surpris et n’ait vu le cycliste qu’au dernier moment. Néanmoins, il a pris la fuite. Or, le cycliste, un jeune habitant de Heusden, est grièvement blessé. Il a été transporté à la Citadelle de Liège. Ses jours sont en danger ! La police de la Basse-Meuse recherche activement le propriétaire du véhicule, une fourgonnette de type Partner, Combo ou Berlingo, sans vitre sur les côtés, mais avec deux portes vitrées à l’arrière. Une fourgonnette de couleur foncée, qui a certainement l’avant-droit endommagé, puisqu’il a percuté violemment la roue arrière du vélo. Toutes personnes pouvant apporter des éléments susceptibles de faire avancer l’enquête peuvent contacter la police au 0474/978.002 ou au 04/374.89.30. (Source La Meuse 24 avril 2015)

  • Soyez prudents: nouvelle opération de contrôle de vitesse sur nos routes ce jeudi

    logo police basse meuse 2.pngLa police fédérale et certaines zones de police locale organisent jeudi une nouvelle opération de contrôle contre la vitesse excessive qui durera 24 heures. Cette action intervient durant la semaine sans amende lancée à l’appel des syndicats policiers.

    http://www.lameuse.be/1269627/article/2015-04-22/soyez-prudents-nouvelle-operation-de-controle-de-vitesse-sur-nos-routes-ce-jeudi