Google Analytics Alternative

Faits divers - Page 5

  • Attention ! Le pont de Loën fermé à la circulation ! le tablier du pont s'est soulevé !

    On vient d’apprendre ce jeudi matin que le pont de Loën était fermé à la circulation. Le tablier du pont s’est soulevé de 80 cm !

    De nouvelles infos dès que possible !

    pont de loën,pont de loën visé

  • Route provinciale – Glons. Accident mercredi matin : plusieurs poteaux emboutis et, heureusement, aucun blessé

    accident route provinciale glons février 2018.2jpg.jpgMercredi matin, 7 février 2018, en descendant le thier de Glons, qui était verglacé comme nous le relations dans un article hier, un conducteur a perdu le contrôle de son véhicule à l’entrée de la première chicane. Dans sa glissade, le véhicule a embouti un poteau-borne en béton et deux signaux de priorité de passage situés de part et d’autre d’un îlot ralentisseur. Certains témoins avancent l’hypothèse que, sur cette portion de route, le fait que l’épandage réalisé à Juprelle ne l’était pas à l’entrée de Glons constituait un piège redoutable auquel le conducteur se serait laissé prendre.

    Selon nos sources, l’accident n’a fait aucun blessé.

    accident route provinciale glons février 2018.3jpg.jpgDe manière récurrente sur les réseaux sociaux, comme ailleurs, la route provinciale de Glons est qualifiée de «  route de tous les dangers ». En tout état de cause, ce ne sont pas les différents accidents qui s’y produisent qui pourraient le démentir. Autant le savoir et agir en circonstance.

    (Photos prises mercredi en fin d’après-midi)

    accident route provinciale glons février 2018.4jpg.jpg

  • Glons – Route provinciale. Encore beaucoup d’embarras ce mercredi dans le thier de Glons suite à la neige et au gel

    Les commentaires des usagers ont encore fusé, ce matin du mercredi 7 février 2018 sur facebook. Une usagère: « Je viens de glisser en descendant... Il y avait une autre voiture qui se trouvait dans le talus.... Impossible de m’arrêter pour voir si ça allait... » « Devant moi, un camion n’arrive pas à monter » écrit une autre dame. Elle poursuit  « Depuis combien de temps on l'annonçait ce temps pour que cette route ne soit pas dégagée ? Je suis désolée pour cette personne de ne pas m’être arrêtée mais franchement pas moyen... » et les commentaires affluaient…

    On a déjà souvent rappelé que la route provinciale de Glons, une côte à 8%, a fait l’objet de différents aménagements ralentisseurs. Nous y avons consacré moult articles. Il est clair que par un tel temps qui combine chutes de neige et températures nettement inférieures au O degré, cette voie devenue glissante et fort empruntée demanderait une attention particulière de la part des services communaux. En attendant, ce matin, les utilisateurs n’arrêtaient pas de pester.

    Durant l’avant-midi, les services concernés ont procédé à un épandage. A l’heure où ces lignes sont écrites, la situation est rétablie. (Photo prétexte)

  • Glons. Découverte de deux cadavres vraisemblablement de chiens, mutilés, gisant sur le bas-côté d’une route de campagne

    deux cadavres de chiens glons2.jpgA Glons, deux cadavres de chiens (?) de taille moyenne ont été découverts ce dimanche (4/02/2018). L’un présentant un pelage brun, l’autre noir (Tous deux avaient des poils mi-longs). Ils gisent sur le bas-côté d’une petite route de campagne (Dessus de la rue du Val d’Oborne). Leurs corps présentent des mutilations (Absence de pattes, notamment).

    Nous avons fait parvenir l’information, ce lundi, à qui de droit.

    Note :

    Nous ne publions pas les photos de gros plans. Elles pourraient en effet heurter fortement les personnes sensibles.

    deux cadavres de chiens glons 6 situation.jpg

  • Sécurité routière en Wallonie. Alcool : c’est reparti à la hausse pour les accidents !

    alcool.jpgLe pourcentage augmente pour sept des neuf premiers mois de 2017

    Selon les premières tendances de l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR), le pourcentage des accidents sous l’influence de l’alcool est reparti à la hausse en 2017, y compris en février. C’est pourtant le mois de la « Tournée minérale ». 

    Ce 1er février marque le début de la seconde édition de « Tournée minérale », destinée à faire prendre conscience des méfaits de l’alcool. Pour ce qui est de la sécurité sur nos routes, l’effet n’est pas vraiment probant, comme en atteste la dernière étude de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. « Lors de l’opération « Tournée minérale » de février 2017, 13,3 % des conducteurs accidentés roulaient sous l’influence de l’alcool. Ce pourcentage était de 12,3 % un an plus tôt alors qu’il n’y avait pas d’action », indique Belinda Demattia de l’AWSR. Et d’estimer : « Il n’y a donc pas vraiment d’impact de la Tournée minérale sur les accidents liés à l’alcool ».

    La suite de l’article dans votre journal La Meuse de ce mercredi 31 janvier 2018

  • Houtain-Saint Siméon. L’arrêt de tous les dangers est déplacé

    arrêt bus houtain.pngÀ la mi-novembre, nous vous parlions des risques que devaient prendre, chaque jour, une dizaine de jeunes habitants la rue de l’État à Houtain. Rentrant de l’école en bus, ils étaient débarqués à l’arrêt « Cité ». Un arrêt de bus qui est hyper dangereux, puisque situé sur un accotement étroit, sans trottoir ni même une zone un peu plus large.

    L’arrêt vient d’être « déplacé » en face des maisons.

    L’article complet à lire en suivant le lien ci-dessous :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-01-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-01-26,BASSE-MEUSE,1|10

  • Boirs. Le travail a repris au Val du Geer

    val du geer boirs.pngLe 17 décembre dernier, un incendie avait totalement détruit le stock de médicaments

    Le 17 décembre dernier, un incendie éclatait au sein d'une des cinq implantations du « Val du Geer », une entreprise de travail adaptée. Situé rue Aux Crameux, le site de Boirs est spécialisé dans le conditionnement de médicaments. Moins d'un mois après l'incendie, le travail a pu reprendre normalement. 

    A quelques jours de Noël, c'était donc la désolation pour l'entreprise du Val du Geer et les 25 personnes qui travaillent sur le site de Boirs.

    Un incendie éclatait en effet au sein d'un des bâtiments. «  Et on ne sait pas comment le feu a éclaté », précise Eric Simonis, directeur du site. «  L'expert a conclu à un sinistre d’origine accidentelle et de cause inconnue ».

    Un travail très spécifique

    Et si les dégâts ont finalement été limités, seule de la marchandise a été détruite, le travail a seulement pu reprendre mardi dernier. «  En attendant, comme nous avons plusieurs implantations (deux autres à Bassenge, une à Ans et une à Sclessin, NDLR), nous avons pu recaser une bonne partie du personnel dans nos autres activités. Une petite minorité a dû être mise au chômage technique ».

    L’article complet en suivant le lien ci-dessous :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-01-20,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-01-20,BASSE-MEUSE,1|10

    incendie boirs val du geer.jpg

  • Criminalité. Les pickpockets sont là

    Pickpockets.jpgFoule compacte, magasins bondés : la période des soldes attire toujours les voleurs. Soyez prudents ! 

    En ce début d’année, le SPF Intérieur attire votre attention sur le danger que représentent les pickpockets. La période des soldes est propice aux vols. Surveillez bien vos sacs et vos poches, surtout si vous vous rendez dans des endroits très fréquentés. 

    Pas de repos pour les voleurs à la tire. Le mois de janvier est traditionnellement une période très dense pour les pickpockets et le SPF Intérieur le rappelle en prodiguant des conseils contre les voleurs à la tire.

    En 2013, plus de 40.000 faits avaient même été recensés. Un chiffre très élevé pour un petit pays comme le nôtre. Face à cette plaie quotidienne, les services de police ont décidé de réagir et depuis, les chiffres sont en diminution. (Photo illustration Wikipedia)

    L’article complet dans votre journal La Meuse :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-01-19,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-01-19,BASSE-MEUSE,1|14

  • A proximité. Fexhe-Slins : Christian meurt écrasé sous la voiture qu’il réparait

    christian.jpgLe terrible accident a eu lieu jeudi dernier, rue de Houtain, à Fexhe-Slins (Juprelle, région liégeoise). Christian Gielen, qui venait de fêter ses 58 ans, a été écrasé par le moteur de la voiture qu’il réparait. Grièvement blessé, sa vie ne tenait plus qu’à un fil. Lequel a fini par se rompre lundi…

    Jeudi 4 janvier, comme il le faisait régulièrement, Christian Gielen était occupé à bricoler sur sa voiture dans son garage. L’auto était posée sur des blocs et Christian se trouvait en dessous, occupé à réparer l’une ou l’autre chose.

    Et puis, le drame ! Pour une raison que l’enquête devra déterminer, le moteur s’est décroché et est tombé sur Christian, lui écrasant la partie supérieure du corps. L’un de ses fils a aussitôt soulevé la voiture avec un cric, extrait son père et entrepris une première tentative de réanimation.

    Quelques minutes plus tard, les pompiers arrivaient sur place et prenaient le relais, bientôt rejoints par le Smur. Christian Gielen était ensuite admis au CHR de La Citadelle (Liège) entre la vie et la mort. Malheureusement, sa situation était désespérée. Le malheureux est décédé ce lundi. Au matin, ses proches lui faisaient d’ailleurs leurs adieux, publiant de touchants messages sur Facebook.

    La suite de l'article à découvrir en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/174924/article/2018-01-09/juprelle-christian-meurt-ecrase-sous-la-voiture-quil-reparait

  • Glons. Déraciné par une bourrasque de vent, un gros bouleau s’abat juste à côté d’une maison. On a eu beaucoup de chance…

    bouleau abattu glons.jpgOn a eu beaucoup de chance, en effet hier durant la nuit, lorsque dans une propriété de la rue Van der Wielen à Glons un imposant bouleau, déraciné par une bourrasque de vent, s’est abattu violemment dans une prairie juste à côté des maisons avoisinantes. "Un véritable « coup de bol » qu’il soit tombé dans cette direction", nous ont dit des riverains.

    bouleau abattu glons2.jpg

    bouleau abattu glons3.jpg

  • Houtain et Liège. Deux pharmacies ciblées par des bandes de braqueurs

    pharmacie 3.jpgCe mardi, deux pharmacies ont reçu la triste visite de bandes de braqueurs. Le premier fait s’est déroulé à Houtain-Saint-Siméon. Quatre auteurs ont fait irruption dans le commerce de la rue de la station, deux d’entre eux étaient porteurs d’un couteau. Ils ont menacé la préposée et lui ont demandé de se reculer du comptoir. Les malfrats se sont alors servis dans la caisse avant de prendre la fuite.

    Rue d’Amercoeur, à Liège, une autre pharmacie a été ciblée.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-12-20,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-12-20,BASSE-MEUSE,1|8

  • Bassenge –Carjacking. Ils menacent de lui couper un doigt pour le carjacker

    car jacking bassenge.jpgUn des deux auteurs a oublié sa carte d’identité. Ils ont été arrêtés

    Un couple originaire de Seraing, soupçonné d’un violent carjacking, a été interpellé ce vendredi. Les faits s’étaient déroulés jeudi vers 22h30 sur un parking de l’autoroute E313, à hauteur de Bassenge.

    Jeudi soir, un sexagénaire originaire de Roclenge qui faisait une halte sur le parking autoroutier de Bassenge, sur la E313, a eu l’attention attirée par une voiture qui semblait accidentée. L’homme s’est alors approché du véhicule, au volant duquel se trouvait une dame d’une trentaine d’années, et lui a proposé son aide. Un homme est alors sorti de ce même véhicule et a immédiatement roué de coups le bon Samaritain. Le couple s’est alors emparé de son portefeuille et de son téléphone portable et, sous une pluie de coups, notamment à l’aide d’un pique à brochettes, lui a ordonné de livrer son code, tout en menaçant de lui couper un doigt à la cisaille s’il ne s’exécutait pas.

    Le sexagénaire a donc obtempéré. Le couple l’a alors abandonné sur place, sérieusement blessé, avant de prendre la fuite dans la voiture de leur victime. Non sans avoir pris la précaution au préalable d’enlever les marques d’immatriculation de leur voiture, qu’ils ont abandonnée sur le parking.

    La carte d’identité oubliée dans la voiture

    Malheureusement pour le couple de malfrats, cette "petite erreur" leur a été fatale.

    L’article complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce lundi ou en suivant le lien ci-dessous :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-12-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-12-18,BASSE-MEUSE,1|6

  • A Boirs, le Val du Geer a été la proie d’un incendie

    incendie boirs val du geer.jpgGros dégagement de fumée et fortes odeurs de plastic brûlé ont commencé à planer sur le petit village de Boirs en ce milieu de dimanche après-midi. Les habitants ont de suite prévenu les pompiers de Liège qui sont arrivés sur place vers 16 heures.

    Au bout de la rue Aux Crameux, se trouve une des cinq implantations du « Val du Geer », une entreprise de travail adapté qui occupe 240 personnes à Bassenge, Ans et Sclessin. Elle est spécialisée dans le travail du bois, du métal, le conditionnement, la logistique, la revalorisation des emballages, le marquage, le lettrage, la confection textile…

    « Ici, il s’agissait de conditionnement de médicaments, explique un des pompiers. Le feu a pris au fond d’un des bâtiments. Nous avons envoyé plusieurs camions sur place. Il a fallu près d’une heure pour maîtriser l’incendie. À 17 heures, tout était terminé. »

    Les dégâts matériels sont importants mais on ne déplore aucune victime. Une enquête est en cours.

    L'article complet sur :

    http://www.lameuse.be/167799/article/2017-12-17/boirs-le-val-du-geer-ete-la-proie-dun-incendie

  • Lu sur Facebook. St Nicolas, patron de la malbouffe : une mère enseignante ne digère pas ! Son message, repris sur Facebook, a été vu plus de 80.000 fois !

    saint nicolas malbouffe.pngÉlodie est enseignante et mère d’une petite fille de trois ans. Elle écrit sur Facebook qu’elle a pleuré quand son enfant est revenue à la maison avec les cadeaux du grand saint Nicolas. « Ils étaient les symboles du monde que je déteste, que j’abhorre, même, et que je combats tous les jours ». 

    Élodie Bertholomé est originaire de Verviers. Elle est surtout mère d’une petite fille de trois ans et enseignante. Samedi, elle a écrit sur sa page Facebook un long message, témoignage d’une maman qui n’a pas digéré les cadeaux donnés à l’école par le grand saint Nicolas. Son message a été lu par Jonathan Fischbach, l’administrateur du site « Enseignons.be ». Il lui a demandé s’il pouvait relayer son « post » pour en faire une carte blanche. Elle a accepté et, depuis, elle a été lue par près de 82.000 internautes, elle a suscité 243 commentaires, été partagée 162 fois et est accompagnée de 743 émoticônes.

    Bonbons à la poubelle

    Dans son message adressé à saint Nicolas, elle avoue qu’elle a pleuré en voyant les cadeaux ramenés de l’école par sa petite fille. « Dans l’assiette emballée dans un plastique, il y avait plein d’autres emballages contenant des sucreries industrielles issues de grandes multinationales ». Qui ont fini, précise-t-elle, dans la poubelle. Dans cette même assiette, il y avait un autre emballage contenant un mini-avion de chasse « symbole de la guerre » ainsi qu’un berlingot d’une limonade sur-sucrée « d’ailleurs interdite par les institutrices en temps normal parce que c’est mauvais pour la santé… et que ça colle quand c’est renversé par terre ». « Ma fille a aussi reçu une botte de perles à enfiler. Sympa, surtout si on pense que ce jeu a probablement été fabriqué dans un pays fort lointain par les enfants que tu paies grassement pour travailler dans tes usines ». Élodie se demande pourquoi les garçons ont reçu, eux, un jeu avec des formes à clouer ? « Ne sont-ils pas, eux aussi, capables d’enfiler des perles pour offrir des bijoux à leurs parents ? »

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-12-13,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-12-13,BASSE-MEUSE,1|14

  • L’affichage des chasses n’est pas obligatoire : promeneurs en danger ! Incroyable : aucune contrainte légale n’existe pour les chasseurs

    chasse interdiction promeneurs 2.jpgNous sommes en pleine période de chasse et plusieurs incidents, heureusement sans gravité, nous reviennent. Le dernier remonte au 26 novembre dernier. Michel, un Namurois, s’est retrouvé au beau milieu d’une partie de chasse, alors qu’il se baladait paisiblement dans les bois à Gesves. Les affiches étaient mal placées ou inexistantes. La faute à qui ? À personne ! Les chasseurs ne sont pas obligés de placer ces affiches. Pas très rassurant. Le ministre Collin promet… de rectifier le tir. 

    Nous avons tous déjà vu ces affichettes punaisées sur les troncs d’arbre ou sur les piquets de clôture, à l’entrée des bois. On y voit un dessin (un chasseur qui pointe son fusil) ainsi que les dates des journées de chasse. Avec la mention « passage interdit » (affiche rouge) ou « Pour votre sécurité » (affiche jaune d’avertissement). On s’y fie à 100 % et, en toute logique, s’il n’y a pas d’affiche, on se dit qu’il n’y a pas de chasse et donc, qu’on peut y aller, qu’il n’y a aucun danger.

    Détrompez-vous ! Ces affiches, placées par les chasseurs, ne sont pas obligatoires !

    L’article complet à découvrir dans votre Meuse de ce jour

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-12-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-12-11,BASSE-MEUSE,1|2