Google Analytics Alternative

Faits divers - Page 3

  • Basse-Meuse – Vague de braquages. « C’est à celui qui commettra le plus de braquages » Rachel, libraire, a été victime d’une bande

    Boulangeries, pharmacies, librairies... Depuis les dernières fêtes de fin d'année, de nombreux petits commerces de proximité ont été braqués dans la Basse-Meuse. L'un des derniers en date est la librairie « du Rond-Point » à Oupeye. La gérante, Rachel Antoine, et sa fille ont tenu à témoigner. 

    Depuis septembre 2017, Rachel Antoine a repris la librairie « du Rond-Point », rue Visé-Voie à Oupeye. Ce 19 avril, comme tous les jours, elle arrive à 5h pour préparer l'ouverture. Tout est normal jusqu'à ce moment... « J'ai entendu du bruit qui venait du côté du garage. Via les caméras de surveillance, j'ai vu trois hommes cagoulés. J'ai crié pour les faire fuir, en vain. Ils ont alors levé le volet de la porte d'entrée et se sont précipités à l'intérieur. L'un d’eux m'a ordonné de m’asseoir et a pris l'argent de la caisse. Les deux autres étaient occupés à prendre un maximum de paquets de cigarettes ». Elle n'a pas vraiment été frappée. « Ils m'ont un peu bousculée. Le meneur a aussi saisi mon cutter pour m'impressionner, sans sortir la lame ». Par contre, Rachel a reçu des menaces verbales. « Le meneur m'a dit que si j'appelais la police, il reviendrait me tuer ». Et comme si le traumatisme n'était déjà pas assez grand, Rachel a justement reconnu ce meneur. « A sa voix et son regard. C'est un jeune de 18 ans qui habite à 500 m de la librairie et qui vient régulièrement. Quand la police est arrivée, parce que je l'ai évidemment appelée, ils ont essayé de l'interpeller. Mais il a disparu de son domicile durant trois semaines »

    L’article complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce mercredi ou en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-05-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-05-09,BASSE-MEUSE,1|12

  • Organisateurs de joggings. Confondre Facebook et la voie publique : ça, c’est fait ! Mais c’est honteux

    tags jogging glons.jpgOpinion

    Je le dis d’emblée, je n’ai absolument rien contre les joggings, les joggeurs(euses) et ce sport, bien au contraire.

    Ceci étant dit.

    J’ai vu, hier, dans la campagne de Glons, ces messages écrits à la bombe de peinture sur la route (Voie publique) par des organisateurs de Joggings (Cliquer sur photo ci-contre pour l'agrandir). Ils discutent entre eux. Ils se laissent des messages... Ils papotent... Il n’est sans doute pas inutile de rappeler que ces actes inciviques sont passibles d’amendes salées. Taguer, c’est taguer : la loi est la même pour tout le monde.

    Et, de surcroît, outre la route, les bombes s’en prennent à la nature en aspergeant aussi les arbres !

    A partir du moment où l’on confond un mur facebook avec la voie publique, comme la nature, et qu’on commence à y inscrire des messages, des commentaires etc… et au rythme où les joggings se succèdent chaque année, où va-t-on aller ?

    Roger Wauters

    tags jogging glons 2.jpg

  • Wonck – Home invasion. Ils avaient tiré sur une famille à la Kalachnikov : un homme placé sous mandat d’arrêt

    Noureddine, 27 ans et bien connu de la justice liégeoise, comparaîtra prochainement devant le tribunal correctionnel. On lui reproche un braquage et plusieurs tentatives dans des banques de la région, ainsi qu’un violent home invasion commis en novembre 2016 à Bassenge. Une famille avait essuyé des tirs de Kalachnikov : la maman et le fils avaient été blessés.

    Le 4 novembre 2016, une mère de famille de Bassenge croit à une mauvaise blague quand elle aperçoit trois individus encagoulés et armés à l’arrière de son domicile. La scène qui va suivre sera d’une rare violence. Un individu bouscule la quinquagénaire. Elle sera également aspergée avec une bombe flash. Instinctivement, elle se dirige vers l’évier de la cuisine pour humidifier son visage. Mais elle est rapidement rattrapée par les malfrats qui la malmènent et l’immobilisent sur une chaise. Voyant leur mère et épouse agressée physiquement, le fils et son papa volent à son secours. Le père essuie un coup de crosse sur le crâne. Le fils est également flashé. À l’étage, sa fiancée est maîtrisée par un des individus. La famille va résister et les malfrats vont devenir de plus en plus nerveux, jusqu’à tirer à la Kalachnikov dans la maison.

    Le fils et la maman seront blessés par balles. «  J’ai encore été réopérée récemment  », nous confie la maman. «  J’avais notamment le tendon sectionné. Mais je n’ai toujours pas retravaillé. Mon fils, lui, est bien remis. Cela avait été très violent.  »

    On apprend aujourd’hui qu’un homme a été placé sous mandat d’arrêt pour ces faits. Noureddine Naït-M’bark est âgé de 27 ans. Il est en aveux. Ses complices n’ont, quant à eux, pas été identifiés.

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce jeudi 19 avril 2018 ou en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/220303/article/2018-04-19/ils-avaient-tire-sur-une-famille-la-kalachnikov

    Et l’article publié sur Bassenge Sudibnfo le 7 novembre 2016 en suivant ce lien :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/11/07/bassenge-judiciaire-un-braquage-a-la-kalachnikov-fait-trois-206700.html

  • Encore un cadavre de mouton découvert à Boirs. Le mystère s’épaissit…

    cadavre mouton boirs avril 2018. 3 jpg.jpgC’est une joggeuse qui nous a avertis, le weekend dernier, de la présence d’un cadavre de mouton (toison brune), en état avancé de putréfaction, gisant derrière des buissons sur le bas-côté de la partie haute du Thier Begot à Boirs. Il semblerait qu'il s'agisse d'un animal adulte. L’endroit où il se trouve n’est pas bien loin de celui où récemment 6 autres cadavres d'ovins ont été découverts. Ce qui porte donc la liste à sept. Le mystère s’épaissit…

    cadavre mouton boirs avril 2018. 2 jpg.jpg

  • Accident spectaculaire - Thier de Glons. Ses freins lâchent à l’approche d’une chicane : un tracteur et sa remorque (14 tonnes) finissent leur course dans une rangée d’habitations ! Une façade complètement démolie

    accident glons tracteur remorque 13 avril 2018 thier glons.jpgIl était plus ou moins 8h30  ce vendredi 13 avril 2018.

    Un tracteur venant de Juprelle  et qui et se rendait à Glons avec un chargement de terre empruntait la route provinciale (thier de Glons - pente à 8 %).  A l’approche de la chicane située peu avant le tunnel du chemin de fer, les freins du tracteur ont lâché… S’en est alors suivie une course folle durant plusieurs centaines de mètres dans la rue provinciale durant laquelle il a accroché une voiture (mal parquée - au niveau du Magasin Spar), a ensuite traversé la grand route pour enfin terminer sa course dans une rangée d’habitations situées de l’autres côté de celle-ci. Il s'est encastré dans une accident glons tracteur remorque 13 avril 2018 thier glons 2.jpgfaçade et l'a complètement démolie.

    L’accident n’a fait aucun blessé si ce n’est le chauffeur du tracteur, en état de choc, qui présente quelques égratignures au front. La Police est descendue sur le lieu. On l'a vraiment échappé belle !

    Plus de renseignements dans un prochain article.

    accident route provinciale glons 2018,accident tracteur remorque route provinciale glons 2018,accident route provinciale avril 2018

    accident glons tracteur remorque 13 avril 2018 thier glons 6.jpg

    accident glons tracteur remorque 13 avril 2018 thier glons 5.jpg

    accident glons tracteur remorque 13 avril 2018 thier glons 4.jpg

  • Boirs - Sordide et inquiétant. Découverts en rase campagne les cadavres des moutons étaient dépecés. 5 agneaux et un mouton adulte… + Photos

    cadavre mouton avril 2018 glons7.jpgL’affaire fait grand bruit depuis la publication de l’article, publié sur ce même blog, sur la macabre découverte faite par une joggeuse de cadavres de moutons en pleine campagne entre Glons et Boirs. Abandonnés, dépecés, jetés là au bord d’un champ, tout le monde se demande la raison de cet acte si ce n’est de la pure cruauté. D’autant qu’à la vue des pauvres corps mutilés – Nous sommes retournés sur place ce lundi à 15h00 – impossible d’imaginer qu’ils aient pu être abattus selon les simples règles de respect des droits de l’animal.

    Un acte inqualifiable

    5 agneaux et un mouton adulte

    Parmi les personnes profondément choquée, Muriel de Rosa Canina (Les moutons de la Montagne Saint Pierre) nous a fait parvenir un message. Elle ne comprend pas. Portaient-ils les boucles Sanitel obligatoires ? Nous a-t-elle demandé. Question à laquelle nous n’avons pu répondre que par la négative.

    Sur Facebook, d’autres questions fusent. Un cas de maltraitance animale ? Etaient-ils affamés ? Ont-ils été enterrés puis déterrés ? Pourquoi ?

    Assailli de question, le jeune Conseiller communal bassengeois Christopher Sortino (PS) s’est rendu sur place. Il explique : « Je viens de me rendre sur place, après le boulot. Effectivement, c'est assez choquant : 5 agneaux visiblement déterrés et une carcasse d'une plus grosse taille.

    J'ai sonné à la police de l'environnement. Ces derniers, très professionnels, m'ont recommandé d'avertir les services communaux et les services de police. Ce que je viens de faire.

    J'ai envoyé un plan précis de l'endroit problématique à l'agent constatateur communal et ai introduit une plainte à la police contre X.

    J'ai également demandé à la commune de faire appel au clos d'équarrissage pour venir enlever les carcasses car, de mémoire, un jogging bien connu passe par là ce samedi.

    Je serai tenu informé de la suite de ce dossier et ne manquerai pas, le cas échéant, de vous en informer. »

    Effectivement, les participants à ce jogging du Televie de Glons sur lequel nous consacrerons un article demain ne méritent certainement pas la vue de ce spectacle désolant et sordide qui résulte d’un acte de barbarie d’une lâcheté sans aucune commune mesure.

    Attention les photos peuvent choquer !

    cadavre mouton avril 2018 glons.jpg

    cadavre mouton avril 2018 glons3.jpg

    cadavre mouton avril 2018 glons2.jpg

  • Accident à Bassenge : le conducteur décède au volant

    Accident mortel ce lundi en fin de matinée rue Neuve à Bassenge.

    Un habitant de Bassenge, âgé de 83 ans, était au volant de sa voiture VW Polo lorsqu’il a été victime d’un malaise fatal.

    En provenance de Haccourt, il avait emprunté la rue de l’Etat qu’il venait de descendre pour se retrouver rue Neuve à Bassenge.

    Trajectoire modifiée

    C’est dans cette rue que l’octogénaire a perdu le contrôle de son véhicule qui a quitté sa trajectoire pour aller s’encastrer dans le pilastre du viaduc, à l’entrée du pont de chemin de fer, juste avant le carrefour en direction de Wonck.

    C’est ce qu’a expliqué un témoin de la scène à la zone de police de la Basse-Meuse.

    L’octogénaire était seul en cause dans cet accident et heureusement, aucun véhicule n’arrivait en sens inverse.

    L’identité de l’octogénaire n’est toujours pas connue.

    L’article complet sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-04-10,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-04-10,BASSE-MEUSE,1|6

  • Boirs. Cadavres de moutons découverts au bord d’un chemin de campagne : les barbares sont parmi nous

    Une joggeuse a découvert ce weekend d'avril 2018 un certain nombre de cadavres de moutons (adultes et jeunes) gisant au bord d‘un chemin de campagne à Boirs. Des touffes de laine sont  dispersées un peu partout.

    Désormais, les barbares sont parmi nous...

  • Macabre découverte. Le cadavre d’un chevreuil gisant dans un champ au bord de la route de Paifve à Glons

    chevreuil cadavre 2.jpgUne lectrice nous a fait part, ce mercredi 4 avril 2018 matin, de la macabre découverte du cadavre d’un chevreuil gisant dans un champ route de Paifve à Glons. Les services de Police ont été avertis par nos soins et vont se rendre sur le lieu.

    Pour rappel, sur ce tronçon de route, la prudence est de mise pour les usagers. (Photos ci-dessus Regor Bassenge Sudinfo)

    chevreuil cadavre route de paifve.jpg

  • Roclenge, Glons… Vague de vols en Vallée du Geer. Elle publie les photos des voleurs sur Facebook !

    voleurs bassenge 2.jpgPlusieurs personnes nous signalent une vague de vols ou tentatives en Vallée du Geer. Deux perpétrés la semaine dernière à Roclenge, l’autre hier à Glons.

    La dame, une Glontoise, témoigne sur Facebook :

    « Ce vendredi entre 17:00 et 18:00 heures, trois individus sont rentrés par effraction chez moi à Glons. Ils circulaient à bord d'une Citroën saxo blanche immatriculée en France. Pouvez-vous diffuser au maximum ce message et les photos suivantes. De bons voisins sont parvenus à les photographier. »

    La vigilance s'impose.

    La photo des voleurs

    voleurs bassenge.jpg

  • Conférence des Bourgmestres. Bientôt une prison à Glons ? Ce projet compte parmi sept autres sites désaffectés pressentis

    C’est Willy Demeyer, en tant que président des bourgmestres de l’agglomération liégeoise, qui a évoqué le premier la possibilité de construire une nouvelle prison sur d’anciennes friches industrielles.

    La conférence des bourgmestres de l’arrondissement de Liège a joué pleinement son rôle dans ce dossier. « Nous avons en effet pour objectif de ne plus urbaniser les zones agricoles existantes, explique notre interlocuteur. Nous devons conserver une ceinture verte pour offrir des terrains capables de « Nourrir Liège ». Nous privilégions donc la densification des zones d’habitat existantes ainsi que la réaffectation des anciennes friches industrielles. »

    Du coup, les bourgmestres liégeois ont demandé à la S.P.I. (Société Provinciale d’Industrialisation) de lister une série de terrains qui pourraient répondre aux exigences de la Régie des bâtiments

    Il faut entre 6 et 8 ha

    « La Régie demande un terrain de 6 à 8 hectares, d’une bonne accessibilité en transports en commun, pas trop entouré d’habitations, pas pollué et que ça puisse aller vite, résume notre contact. Aucun site ne possède toutes ces qualités bien sûr. Nous avons donc dressé une liste de huit anciens sites désaffectés avec leurs avantages et leurs inconvénients. »

    Et à ce petit jeu, huit sites ont été étudiés par la S.P.I.

    1. Le site de la Chimeuse, à cheval sur Liège et Saint-Nicolas, déjà évoqué mais qu’il faudrait dépolluer davantage que ce qui ne l‘a déjà été par la Spaque.
    2. L’ancien site militaire de l’OTAN à Glons (Bassenge) mais il est en bonne partie souterrain et il faudrait aussi empiéter sur des champs. « Et on ne veut plus mettre de prisons dans des champs ! »
    3. Une zone bleue à Liers (Herstal). « Une zone bleue est une zone dédiée sur le plan de secteur à des équipements publics ou communautaires. Et une prison entre dans cette définition. »
    4. Une zone bleue à Horion-Hozémont (Grâce-Hollogne),
    5. Une troisième à Alleur (Ans).
    6. Le site de l’ancienne cimenterie Holcim, le long du Canal Albert à Haccourt (Oupeye). « Mais il pourrait aussi servir de terrains portuaires au cas où le Trilogiport viendrait à être saturé. »
    7. Une autre zone industrielle abandonnée à Hermalle-sous-Argenteau (Oupeye), avec la même remarque que pour le terrain de Holcim.
    8. Et enfin un site désaffecté aussi dans le zoning industriel des Hauts-Sarts (Herstal).

    On aurait même aussi pensé à l’ancienne caserne de Saive mais elle a été bien réutilisée, ainsi qu’à l’arsenal de Rocourt mais qui n’est pas abandonné.

    Toutes ces options vont être présentées à la Régie des Bâtiments qui devra alors choisir.

    Le dossier complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce vendredi 30 avril 2018

  • 31 vélos volés à Liège cherchent leurs propriétaires

    La police de Liège vient de publier les photos d’une trentaine de vélos volés et retrouvés dans le centre-ville. Elle recherche maintenant leurs propriétaires.

    Si le vélo a aujourd’hui le vent en poupe en ville, pour la plus grande joie des défenseurs de l’environnement, cela fait aussi le bonheur des voleurs, qui voient dans ces deux-roues laissés sur le trottoir une opportunité à saisir.

    «  Mais un second fichier, reprenant lui aussi une trentaine de vélos, va bientôt être diffusé. Il reprendra des vélos retrouvés sur l’ensemble de la zone.  »

    L’article complet dans le journal La Meuse.

    Plus de renseignements en suivant ce lien :

    http://www.policeliege.be/voles-retrouves.php

  • Les hypermarchés Carrefour en grève en région liégeoise ces vendredi et samedi

    Une assemblée du personnel s’est déroulée mardi matin à l’hypermarché de Belle-île afin de faire le point sur les conseils d’entreprise qui ont eu lieu la semaine dernière ainsi que lundi. « On nous a encore répété que le magasin est déficitaire, que le loyer coûte cher, que le panier moyen n’est pas assez élevé... Bref, cela n’a pas apporté grand-chose pour les travailleurs. L’intention est toujours de fermer le magasin mais on n’en sait pas plus. La direction s’est contentée de dire qu’elle nous reverrait dans les jours et semaines à venir», déplore Claude Fagnoul, tout en soulignant le courage des employés « qui viennent travailler dans de telles conditions, avec autant d’incertitudes quant à leur avenir».

    A la suite de l’annonce de ce mouvement de grève, il a été annoncé que d’autres hypermarchés Carrefour emboîteront le pas. Ceux de Flémalle, Boncelles, Fléron, Herstal et Ans seront donc fermés vendredi et samedi.

    La suite de l’article :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-28,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-28,BASSE-MEUSE,1|6

  • Tentatives d’Home invasion à l’aide d’un extincteur en Vallée du Geer aussi !

    Nous relations hier, dans un article relayé de La Meuse, la mésaventure qu’a connue un habitant de Houtain Saint Siméon en ouvrant sa porte à un inconnu et qui a reçu une giclée de produit d'extincteur en pleine figure. Sur Facebook, plusieurs personnes témoignent de faits similaires qui se sont passés en Vallée du Geer ces jours derniers. Nous aurons certainement l’occasion d’y revenir mais en attendant la prudence s’impose !

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-22,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-22,BASSE-MEUSE,1|10

  • A proximité - Houtain. Ils sonnent chez lui et lui vident un extincteur dans les yeux ! Une tentative de home invasion ?

    agression extincteur houtain.pngComplètement fou ! Frédéric, un habitant de Houtain-Saint-Siméon (Oupeye, en région liégeoise), n’a pas eu le temps de comprendre ce qu’il se passait ce mercredi soir : deux individus, des inconnus, ont sonné à sa porte et lui ont vidé un extincteur dans les yeux lorsqu’il leur a ouvert ! Il nous explique cette mésaventure qui aurait pu terminer encore plus mal. 

    Frédéric, un habitant de Houtain-Saint-Siméon (Oupeye), n’en revient toujours pas. Ce mercredi soir, il entend que l’on sonne à la porte de son domicile. L’Oupeyen va alors ouvrir et, avant même qu’il puisse voir vraiment à qui il a affaire, il reçoit un puissant jet froid dans les yeux !

    « J’étais aveuglé ! »

    « C’était vers 19h45. J’ai entendu qu’on sonnait à ma porte, nous explique le quadragénaire. Je ne me suis pas étonné parce que ça arrive souvent que ma petite voisine vienne à cette heure-là, pour me demander de la conduire à l’école le lendemain. J’ai alors ouvert et là, un grand gars d’une vingtaine d’années m’a dit ‘bonsoir’… »

    Une fraction de seconde plus tard, voilà Frédéric Thys pétrifié.

    « Le premier gars m’avait à peine salué qu’un second apparaissait avec un extincteur et me le vidait dans les yeux ! J’étais aveuglé, nous dit Frédéric, toujours sous le choc. Mais, heureusement, j’ai quand même réussi à voir que le second individu tentait de pousser sa jambe à l’intérieur de chez moi, et j’ai réussi à le repousser ! »

    Les deux jeunes, au moins – « si ça se trouve, ils étaient plus, mais je ne voyais rien » –, repoussés, ont alors pris la fuite.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-22,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-22,BASSE-MEUSE,1|10