Google Analytics Alternative

Faits divers - Page 3

  • Accident à Bassenge : le conducteur décède au volant

    Accident mortel ce lundi en fin de matinée rue Neuve à Bassenge.

    Un habitant de Bassenge, âgé de 83 ans, était au volant de sa voiture VW Polo lorsqu’il a été victime d’un malaise fatal.

    En provenance de Haccourt, il avait emprunté la rue de l’Etat qu’il venait de descendre pour se retrouver rue Neuve à Bassenge.

    Trajectoire modifiée

    C’est dans cette rue que l’octogénaire a perdu le contrôle de son véhicule qui a quitté sa trajectoire pour aller s’encastrer dans le pilastre du viaduc, à l’entrée du pont de chemin de fer, juste avant le carrefour en direction de Wonck.

    C’est ce qu’a expliqué un témoin de la scène à la zone de police de la Basse-Meuse.

    L’octogénaire était seul en cause dans cet accident et heureusement, aucun véhicule n’arrivait en sens inverse.

    L’identité de l’octogénaire n’est toujours pas connue.

    L’article complet sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-04-10,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-04-10,BASSE-MEUSE,1|6

  • Boirs. Cadavres de moutons découverts au bord d’un chemin de campagne : les barbares sont parmi nous

    Une joggeuse a découvert ce weekend d'avril 2018 un certain nombre de cadavres de moutons (adultes et jeunes) gisant au bord d‘un chemin de campagne à Boirs. Des touffes de laine sont  dispersées un peu partout.

    Désormais, les barbares sont parmi nous...

  • Macabre découverte. Le cadavre d’un chevreuil gisant dans un champ au bord de la route de Paifve à Glons

    chevreuil cadavre 2.jpgUne lectrice nous a fait part, ce mercredi 4 avril 2018 matin, de la macabre découverte du cadavre d’un chevreuil gisant dans un champ route de Paifve à Glons. Les services de Police ont été avertis par nos soins et vont se rendre sur le lieu.

    Pour rappel, sur ce tronçon de route, la prudence est de mise pour les usagers. (Photos ci-dessus Regor Bassenge Sudinfo)

    chevreuil cadavre route de paifve.jpg

  • Roclenge, Glons… Vague de vols en Vallée du Geer. Elle publie les photos des voleurs sur Facebook !

    voleurs bassenge 2.jpgPlusieurs personnes nous signalent une vague de vols ou tentatives en Vallée du Geer. Deux perpétrés la semaine dernière à Roclenge, l’autre hier à Glons.

    La dame, une Glontoise, témoigne sur Facebook :

    « Ce vendredi entre 17:00 et 18:00 heures, trois individus sont rentrés par effraction chez moi à Glons. Ils circulaient à bord d'une Citroën saxo blanche immatriculée en France. Pouvez-vous diffuser au maximum ce message et les photos suivantes. De bons voisins sont parvenus à les photographier. »

    La vigilance s'impose.

    La photo des voleurs

    voleurs bassenge.jpg

  • Conférence des Bourgmestres. Bientôt une prison à Glons ? Ce projet compte parmi sept autres sites désaffectés pressentis

    C’est Willy Demeyer, en tant que président des bourgmestres de l’agglomération liégeoise, qui a évoqué le premier la possibilité de construire une nouvelle prison sur d’anciennes friches industrielles.

    La conférence des bourgmestres de l’arrondissement de Liège a joué pleinement son rôle dans ce dossier. « Nous avons en effet pour objectif de ne plus urbaniser les zones agricoles existantes, explique notre interlocuteur. Nous devons conserver une ceinture verte pour offrir des terrains capables de « Nourrir Liège ». Nous privilégions donc la densification des zones d’habitat existantes ainsi que la réaffectation des anciennes friches industrielles. »

    Du coup, les bourgmestres liégeois ont demandé à la S.P.I. (Société Provinciale d’Industrialisation) de lister une série de terrains qui pourraient répondre aux exigences de la Régie des bâtiments

    Il faut entre 6 et 8 ha

    « La Régie demande un terrain de 6 à 8 hectares, d’une bonne accessibilité en transports en commun, pas trop entouré d’habitations, pas pollué et que ça puisse aller vite, résume notre contact. Aucun site ne possède toutes ces qualités bien sûr. Nous avons donc dressé une liste de huit anciens sites désaffectés avec leurs avantages et leurs inconvénients. »

    Et à ce petit jeu, huit sites ont été étudiés par la S.P.I.

    1. Le site de la Chimeuse, à cheval sur Liège et Saint-Nicolas, déjà évoqué mais qu’il faudrait dépolluer davantage que ce qui ne l‘a déjà été par la Spaque.
    2. L’ancien site militaire de l’OTAN à Glons (Bassenge) mais il est en bonne partie souterrain et il faudrait aussi empiéter sur des champs. « Et on ne veut plus mettre de prisons dans des champs ! »
    3. Une zone bleue à Liers (Herstal). « Une zone bleue est une zone dédiée sur le plan de secteur à des équipements publics ou communautaires. Et une prison entre dans cette définition. »
    4. Une zone bleue à Horion-Hozémont (Grâce-Hollogne),
    5. Une troisième à Alleur (Ans).
    6. Le site de l’ancienne cimenterie Holcim, le long du Canal Albert à Haccourt (Oupeye). « Mais il pourrait aussi servir de terrains portuaires au cas où le Trilogiport viendrait à être saturé. »
    7. Une autre zone industrielle abandonnée à Hermalle-sous-Argenteau (Oupeye), avec la même remarque que pour le terrain de Holcim.
    8. Et enfin un site désaffecté aussi dans le zoning industriel des Hauts-Sarts (Herstal).

    On aurait même aussi pensé à l’ancienne caserne de Saive mais elle a été bien réutilisée, ainsi qu’à l’arsenal de Rocourt mais qui n’est pas abandonné.

    Toutes ces options vont être présentées à la Régie des Bâtiments qui devra alors choisir.

    Le dossier complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce vendredi 30 avril 2018

  • 31 vélos volés à Liège cherchent leurs propriétaires

    La police de Liège vient de publier les photos d’une trentaine de vélos volés et retrouvés dans le centre-ville. Elle recherche maintenant leurs propriétaires.

    Si le vélo a aujourd’hui le vent en poupe en ville, pour la plus grande joie des défenseurs de l’environnement, cela fait aussi le bonheur des voleurs, qui voient dans ces deux-roues laissés sur le trottoir une opportunité à saisir.

    «  Mais un second fichier, reprenant lui aussi une trentaine de vélos, va bientôt être diffusé. Il reprendra des vélos retrouvés sur l’ensemble de la zone.  »

    L’article complet dans le journal La Meuse.

    Plus de renseignements en suivant ce lien :

    http://www.policeliege.be/voles-retrouves.php

  • Les hypermarchés Carrefour en grève en région liégeoise ces vendredi et samedi

    Une assemblée du personnel s’est déroulée mardi matin à l’hypermarché de Belle-île afin de faire le point sur les conseils d’entreprise qui ont eu lieu la semaine dernière ainsi que lundi. « On nous a encore répété que le magasin est déficitaire, que le loyer coûte cher, que le panier moyen n’est pas assez élevé... Bref, cela n’a pas apporté grand-chose pour les travailleurs. L’intention est toujours de fermer le magasin mais on n’en sait pas plus. La direction s’est contentée de dire qu’elle nous reverrait dans les jours et semaines à venir», déplore Claude Fagnoul, tout en soulignant le courage des employés « qui viennent travailler dans de telles conditions, avec autant d’incertitudes quant à leur avenir».

    A la suite de l’annonce de ce mouvement de grève, il a été annoncé que d’autres hypermarchés Carrefour emboîteront le pas. Ceux de Flémalle, Boncelles, Fléron, Herstal et Ans seront donc fermés vendredi et samedi.

    La suite de l’article :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-28,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-28,BASSE-MEUSE,1|6

  • Tentatives d’Home invasion à l’aide d’un extincteur en Vallée du Geer aussi !

    Nous relations hier, dans un article relayé de La Meuse, la mésaventure qu’a connue un habitant de Houtain Saint Siméon en ouvrant sa porte à un inconnu et qui a reçu une giclée de produit d'extincteur en pleine figure. Sur Facebook, plusieurs personnes témoignent de faits similaires qui se sont passés en Vallée du Geer ces jours derniers. Nous aurons certainement l’occasion d’y revenir mais en attendant la prudence s’impose !

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-22,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-22,BASSE-MEUSE,1|10

  • A proximité - Houtain. Ils sonnent chez lui et lui vident un extincteur dans les yeux ! Une tentative de home invasion ?

    agression extincteur houtain.pngComplètement fou ! Frédéric, un habitant de Houtain-Saint-Siméon (Oupeye, en région liégeoise), n’a pas eu le temps de comprendre ce qu’il se passait ce mercredi soir : deux individus, des inconnus, ont sonné à sa porte et lui ont vidé un extincteur dans les yeux lorsqu’il leur a ouvert ! Il nous explique cette mésaventure qui aurait pu terminer encore plus mal. 

    Frédéric, un habitant de Houtain-Saint-Siméon (Oupeye), n’en revient toujours pas. Ce mercredi soir, il entend que l’on sonne à la porte de son domicile. L’Oupeyen va alors ouvrir et, avant même qu’il puisse voir vraiment à qui il a affaire, il reçoit un puissant jet froid dans les yeux !

    « J’étais aveuglé ! »

    « C’était vers 19h45. J’ai entendu qu’on sonnait à ma porte, nous explique le quadragénaire. Je ne me suis pas étonné parce que ça arrive souvent que ma petite voisine vienne à cette heure-là, pour me demander de la conduire à l’école le lendemain. J’ai alors ouvert et là, un grand gars d’une vingtaine d’années m’a dit ‘bonsoir’… »

    Une fraction de seconde plus tard, voilà Frédéric Thys pétrifié.

    « Le premier gars m’avait à peine salué qu’un second apparaissait avec un extincteur et me le vidait dans les yeux ! J’étais aveuglé, nous dit Frédéric, toujours sous le choc. Mais, heureusement, j’ai quand même réussi à voir que le second individu tentait de pousser sa jambe à l’intérieur de chez moi, et j’ai réussi à le repousser ! »

    Les deux jeunes, au moins – « si ça se trouve, ils étaient plus, mais je ne voyais rien » –, repoussés, ont alors pris la fuite.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-22,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-22,BASSE-MEUSE,1|10

  • Judiciaire. Fusillade de Slins : Hollanders s’est donné la mort en son domicile de Wonck

    Peter Hollanders, 45 ans, s’est donné la mort mardi à son domicile de Wonck. L’information a été confirmée par son avocat, M e Pascal Rodeyns. Depuis des années, il était, nous dit-on « d’une extrême fragilité psychologique ». Cela après avoir enduré de très lourds problèmes de santé. Notamment une nécrose osseuse au niveau du bassin. Lundi, une chambre des mises en accusation a eu lieu concernant son dossier. Des devoirs complémentaires avaient été demandés. Mais la date d’un procès se rapprochait inévitablement. Ce qui a pu, peut-être, le pousser à commettre l’irréparable.

    Il arrive à moto et tire

    Car Peter Hollanders devait répondre de faits graves. Un mardi du mois de mai 2015, il était 17h passées de quelques minutes lorsqu’un homme circulant à moto s’est présenté au domicile de la famille Huskens, à Slins.

    Laurent, le papa âgé de septante ans, était à l’avant de la maison, tout près de la barrière. Le motard a alors tiré de nombreux coups de feu dans sa direction. Laurent, touché à l’abdomen et au thorax par quatre balles, s’est effondré dans sa propriété. Alerté par le bruit, Marc, 43 ans, policier à Bruxelles, qui se trouvait chez son papa, s’est dirigé vers l’avant de la maison où il a découvert l’horreur. Le tireur a, à nouveau, ouvert le feu et a touché Marc qui, tant bien que mal, s’est traîné dans le jardin à l’arrière de l’habitation.

    Très vite, les voisins sont arrivés sur les lieux et les secours ont été avertis. Marc et Laurent ont été conduits au CHR de la Citadelle à Liège. Ils s’en sortiront tous les deux.

    L’article complet à lire en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-22,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-22,BASSE-MEUSE,1|4

  • Thier de Glons. Le verglas crée le chaos. Des dégâts à plusieurs véhicules, mais pas de blessés : le reportage photos

    carambolage thier de glons accident dégats mars 4 2018.jpgCe mardi vers 7h30, une neige drue s’est soudain abattue sur le thier de Glons rendant la route excessivement glissante. A cette heure, le trafic est particulièrement intense car outre toutes les personnes qui se rendent à leur travail ou qui conduisent leurs enfants à l’école, le flux du trafic est grossi par le personnel du Radar de Glons et les bus des transports en commun (TEC). C’est un de ceux-ci qui a rencontré des difficultés en montant, à hauteur de la dernière chicane, et s’est mis en travers de la route. S’en est suivi un certain nombre d’accrochages de véhicules et de sorties de route. Mais, comme annoncé dans un précédent article qui reposait sur un premier témoignage, le terme de carambolage n’était pas vraiment approprié car il s’agissait d’accidents successifs à quelques minutes d’intervalle et non simultanés.

    carambolage thier de glons accident dégats mars 3 2018.jpgInterrogé, le chauffeur du TEC s’est voulu assez laconique « La route était verglacée, mon bus s’est mis en travers à hauteur de la chicane ». L’inspecteur du TEC, à ses côtés pour prendre son témoignage, a acquiescé en hochant de la tête. Ils n’en diront pas plus.

    Une conductrice, quant à elle, explique : « Je descendais le thier de Glons pour me rendre à Riemst et je ne connaissais pas cette route (Elle est infirmière). Pour moi, la route de Glons était un passage obligé. À 8h00,  la route était verglacée. Les services n’étaient pas encore intervenus. J’ai abordé la descente au pas mais la voiture a carambolage thier de glons accident dégats mars 20182.jpgglissé je n’ai pas pu éviter la deuxième " chicane ". Ma voiture a touché un poteau de signalisation. Mais elle n’a touché aucun autre véhicule, ni personne, et je ne suis pas blessée, heureusement. Mais des dégâts à la voiture, ça oui, j’en ai.  Au dire des autres usagers que j’ai rencontré ce mardi matin, il est temps que quelque chose bouge car il va y avoir des tués sur cette route et, je vous assure, ce n’est pas à cause de la vitesse comme certains le disent !!! »

    Il était un peu plus de 8h00, quand plusieurs camionnettes du service des travaux de la commune sont arrivées sur les lieux avec des sacs de sel de déneigement. Les ouvriers, présents en nombre, ont alors procédé à l’épandage au moyen de seaux (voir photo). En peu de temps la route était à nouveau accessible. Il est toutefois à noter que la Police n'est pas descendue sur les lieux.

    carambolage thier de glons accident dégats mars 5 2018.jpg

  • Bassenge – Conseil communal. On ne bougera pas les chicanes de la route Provinciale

    La proposition du conseiller Christopher Sortino a été rejetée

    Sur Facebook, l’élu PS avait annoncé qu’il révélerait le nom de chaque élu de Bassenge avec le sens de son vote en ce qui concerne la sécurisation de la route à Glons.

    La proposition de Christopher Sortino a été votée et rejetée par 13 contre (12 Cdh + 1 Ecolo).

    L’article complet signé Aurélie Drion dans La Meuse du 20 mars 2018 en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-20,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-20,BASSE-MEUSE,1|8

  • Route Provinciale – Glons. Carambolage dans le thier de Glons ce mardi matin : plusieurs véhicules impliqués…

    Un gros carambolage a eu lieu ce matin dans le thier de glons. Plusieurs véhicules ont été impliqués (photo prise à 9h00). En cause, une petite neige tombée dès le lever du jour qui a rendu la route glissante. Nous y consacrerons bientôt un reportage photo. En attendant, tous les véhicules ont été dégagés, dont un bus du TEC, en ciseau, qui obstruait la chaussée. La route est à nouveau accessible.

  • Bassenge – Judiciaire. Le braqueur avait loupé son hold-up

    Un habitant de Bassenge a comparu devant le tribunal correctionnel de Liège pour y répondre d'une attaque à main armée commise dans une friterie de Tongres alors qu'il était âgé de 18 ans. Les faits avaient été perpétrés le 29 mars 2013 en soirée par le prévenu, qui avait travaillé aux repérages des lieux, et deux mineurs d'âge. Ces derniers avaient fait irruption dans le commerce, armés d'un taser pour l'un, et d'un pistolet pour l'autre.

    Le premier était resté du côté des clients, et l'un d'eux avait d'ailleurs reçu une décharge de taser. Le second avait sauté au-dessus du comptoir et, face au couple de patrons, il avait tiré en l'air en criant « Caisse ! Caisse ! » Mais le propriétaire des lieux s'était rendu compte que cette arme était factice. Il avait empoigné le porteur de celle-ci, la lui avait arrachée, et lui avait porté des coups de crosse.

    A l'arrière-cuisine, le père de la gérante avait compris ce qui se passait. Sans hésiter, il s'était emparé de son fusil de chasse, et il était allé prêter main forte à sa fille et son beau-fils. La vue de cet homme armé avait définitivement convaincu les deux tout jeunes malfrats de prendre la poudre d'escampette.

    Dénoncé par ses complices, le prévenu avait d'abord nié, lors de son premier interrogatoire peu après les faits. Réentendu quelques mois plus tard, il avait avoué avoir joué les éclaireurs.

    Du temps a passé depuis et le prévenu en a profité pour indemniser les victimes. Il était sans antécédent judiciaire et n'a plus commis de délit depuis. Pour ces raisons, le tribunal l'a condamné à 120 heures de travail, ou un an de prison ferme s'il ne les fait pas.

    La Meuse jeudi 15 mars 2018 àlire ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-03-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-03-15,BASSE-MEUSE,1|6

  • Roclenge. Plusieurs blessés dans un accident impliquant trois véhicules. Leurs jours ne sont toutefois pas en danger… (Photos)

    accident roclenge mars 2018.4jpg.jpgIl était environ 15h20, ce dimanche, lorsqu’un violent accident s’est produit à Roclenge sur la rue M. de Brogniez, juste à hauteur de l’ancienne librairie Morin. Trois véhicules y étaient impliqués (6 personnes). Venant de Bassenge, une jeune conductrice au volant d’une Toyota bleue a dépassé un véhicule (de couleur grise) en plein tournant à l’approche de l’ancienne librairie Morin. Elle s’est alors trouvée face à face avec un véhicule venant en sens inverse avec, au volant, une jeune conductrice qui était accompagnée de son moniteur d’auto-école. Le choc frontal, très violent, s’est produit entre ces deux véhicules. Les services de secours, rapidement arrivés sur les lieux ont dû procéder à la désincarcération de la conductrice, auteure de l’accident. Celui-ci a fait plusieurs blessés dont trois, au moins (lors de notre arrivée sur le lieu), ont dû être amenés à l’hôpital. Devant l’importance des dégâts aux véhicules, on aurait pu craindre le pire, mais heureusement, selon accident roclenge mars 2018.2jpg.jpgles informations recueillies auprès des services concernés aucune victime de l’accident ne voit ses jours en danger.

    A cet endroit, la vitesse est limitée à 50 km/h. Une enquête policière est en cours.

    accident roclenge mars 2018.3jpg.jpg

    accident roclenge mars 2018.5jpg.jpg