Google Analytics Alternative

Faits de société - Page 4

  • Un second taxi social à Bassenge. Les demandes de transport étaient devenues trop importantes

    Cela fait deux ans et demi que l’ASBL « Titres Services » a lancé son taxi social. Avec succès. Un deuxième taxi va donc prochainement arriver. 

    Ce samedi, l’ASBL « Titres Services » de Bassenge a fêté son 10 ème anniversaire. Et cet événement a été marqué par l’acquisition d’un second taxi social. Indispensable, car de nombreuses demandes de déplacement étaient refusées, faute de moyens.

    La suite de l’article en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-08-09,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-08-09,BASSE-MEUSE,1|9

  • Déchets – Bassenge. Après avoir mis la main sur un billet de 50 euros la semaine dernière, les collecteurs de déchets ont trouvé cette semaine…

    Ce dimanche, les bénévoles « nettoyeurs » de la Vallée du Geer, communément appelés les "Volonterres",  étaient à nouveau à pied d’œuvre. Après Glons, Boirs, Roclenge et Bassenge, cette fois, c’est Wonck qui était concerné. Et, durant leur périple, les collecteurs de déchets dans la Vallée du Geer ont trouvé… Une poubelle communale qui avait été jetée dans le Geer. Il l’en ont extraite et replacée à l’endroit prévu. Encore une belle journée placée sous le signe de la convivialité et de l’action bénévole.

    Félicitations à eux !

    ramasseurs de crasses août 2017.2jpg.jpg

    ramasseurs de crasses août 2017.3jpg.jpg

  • Epinglé. Ces trois chiens vont redonner vie à des forêts ravagées par des incendies

    L’histoire se passe au Chili. Trois Border Collie ont reçu pour mission de sauver des forêts du pays. En effet, au début de cette année, ce sont 470.000 hectares de forêts – oui, vous avez bien lu - qui sont partis en fumée suite à un gigantesque incendie que jamais le Chili n’avait connu jusque-là. Un épouvantable drame environnemental sur lequel l’association écologique Pewos a planché. De là est né une idée de génie. Le principe est pourtant simple : équiper des chiens de sacs à dos percés, les remplir de graines et ensuite emmener les chiens en balade dans les bois en les incitant à courir, jouer, explorer, batifoler… Et le tour est joué. Partout là où ils passent, les graines sont libérées et, le temps aidant, une nouvelle végétation verra le jour.

    Voilà certes une idée qui ne manque pas d’intérêt et, qui sait, pourrait inspirer d’autres utilisations. Tenons à préciser, comme le montre la vidéo, que la santé des chiens n’est pas mise en question et qu’il ne s’agit nullement de lieux pollués mais bien exempts de végétation.

    Voici donc le chien, meilleur ami de l’homme, devenu aussi sauveur de son environnement…

    Regor

  • Pub : Ikea s’amuse de la princesse Claire

    Décidément, la tenue de la princesse Claire pour ces festivités du 21 juillet n’a laissé personne de marbre.

    Son chapeau avait directement suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, les internautes faisant rapidement la comparaison entre son accessoire de mode et… un saladier signé Ikea, vendu par le géant suédois au prix de 4,99 euros.

    Des montages photos, détournant l’image de la Princesse, étaient apparus sur la toile, expliquant aux internautes que désormais, Ikea était devenu fournisseur de la Cour ou encore, que la Princesse ferait bien de lire le manuel d’utilisation du saladier…

    En voici un exemple :

    chapeau ikea.jpg

    chapeau ikea 2.jpg

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-26,BASSE-MEUSE,1|16

  • Ne dites plus « ULg », mais bien « ULiège »

    Le changement de logo et de sigle de l’Université entraîne de nombreux changements en cascade.

    Cette année, l’université de Liège fête son bicentenaire. Elle en a profité pour changer son acronyme « ULg » en « ULiège », comme les autres universités du pays. Suite à cela, d’autres changements auront lieu. L’objectif ? Se faire connaître à l’étranger. 

    Article complet à lire en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-15,BASSE-MEUSE,1|4

  • Amusant. Le selfie stick gourmand qui va faire sourire Médor

    Les photos des toutous souriants sur les réseaux sociaux sont légion. Mais lorsqu’on essaye de prendre notre compagnon à quatre pattes en photo à la maison, il se défile toujours, ce bougre ! Une firme californienne a trouvé la solution idéale pour obtenir le plus beau cliché : un selfie stick doté d’un petit os pour faire « sourire » votre chien.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-17,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-17,BASSE-MEUSE,1|18

  • Miss Liège 2018 : Cassandra (20 ans), bassengeoise, parmi les 15 candidates

    miss liège 2018.jpgCe vendredi, les 85 candidates francophones pour les finales provinciales de Miss Belgique 2018 ont été présentées officiellement. Parmi elles, 15 se présentent pour le concours de Miss Liège. Un nombre pas brillant quand on sait que le Hainaut, une autre province qui apporte généralement beaucoup de candidates, en compte 20 mais que Liège est à peine devant le Brabant wallon (14 filles) et la province de Namur (13).

    Ces résultats sont probablement à mettre sur le compte des nombreuses polémiques cassandra delince.jpgqui ont émaillé les dernières élections de Miss Belgique (une miss pas très jolie, une autre qui compare une personne de couleur noire à un caca…). Bref, quoi qu’il en soit, elles sont donc quand même 15 à espérer décrocher la couronne de Miss Liège. Parmi celles-ci, on retrouve pas moins de sept Bassimosanes. Il s’agit de Valentine Verherlewegen de Warsage (25 ans), Charlotte Wynen d’Oupeye (19 ans), Els Salve de Vottem (20 ans), Giovanna Verolla de Herstal (18 ans), Cassandra Delincé de Bassenge (20 ans), Jeanne Roglic de Juprelle (18 ans) et Célia Jacquemar de Richelle (19 ans). L'article complet à découvrir en suivant le lien ci-dessous :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-11,BASSE-MEUSE,1|10

    (Photos source Facebook et La Meuse)

  • Gens de chez nous. Voici certainement l’ouvrier agricole le plus âgé de la Vallée du Geer. Camille a 84 ans et est toujours actif dans une ferme de Wonck. Rencontre…

    camille vossen,ouvrier agricole wonck,ouvrier ferme wonck,ferme andré ruth wonckC’est au hasard d’un reportage dans la campagne de Wonck que nous avons rencontré Camille et que nous avons pu tailler une petite bavette avec lui. Une rencontre bien agréable à l’avenant. Camille Vossen, natif de Bilzen, est ouvrier agricole à la ferme d’André Ruth à Wonck. Il y travaille, excusez du peu, depuis 53 ans ! Et, à 84 ans, il est toujours sur le pont. Toujours bon pied bon œil, Camille ne prétend certainement pas fournir le même travail qu’un ouvrier agricole de la génération qui suit la sienne, mais comme il se plaît à le dire « Dans la ferme, je donne simplement un coup de main ici et là… » Ce mardi 4 juillet, jour où nous l’avons rencontré, la moisson venait de débuter. Dans le champ de blé proche, la moissonneuse-batteuse était en action. Sous un soleil écrasant, Camille s’était mis quelques instants à l’ombre sous le feuillage d’un talus en attendant de pouvoir, lui aussi, entrer en action au volant de son tracteur pour amener la remorque au lieu défini pour y charger les grains.

    Une bien belle rencontre que celle-là avec un « fringuant » octogénaire qui porte un jeans, et qui au moment de la photo, nous demandait avec un large sourire si le col de sa veste bleue était bien « mis ». Voilà donc un ouvrier agricole occupé depuis 53 ans par la même famille laquelle, tout naturellement, l’a adopté.

    Quelle belle leçon de vie !

    Merci Camille, pour ce bon moment passé à bavarder avec vous.

    Regor

  • Exclusif. Poubelles et trafic intelligents : 30 projets pour révolutionner les villes wallonnes

    Trouver une place de parking, éviter les bouchons, savoir où installer des piétonniers ou chauffer des quartiers grâce au traitement des eaux: tout cela va être bientôt possible dans les villes wallonnes grâce aux nouvelles technologies et au projet Wal-e-Cities. 

    La Wallonie n’a pas de pétrole, mais elle a des idées... et de l’intelligence. Qu’elle va concentrer dans ses principales villes. Nous avons pu nous procurer la nouvelle note du gouvernement wallon qui détaille comment, grâce aux nouvelles technologies, à la connectivité et à la collecte de données multiples, les villes, les entreprises et les Wallons vont faire un bond dans le futur.

    C’est ce qu’on appelle l’exploitation du « Big data » et « L’Open data ». Ça veut dire quoi? Concrètement, exploiter les données, notamment grâce aux capteurs, qui permettront de mieux connaître les besoins des citoyens, et donc de les aider dans leur quotidien.

    Cinq grands thèmes se dégagent de cette deuxième vague des Smart Cities : la mobilité, l’énergie et l’environnement, la gouvernance, l’urbanisme et le bien-être du citoyen.

    Tout cela peut paraître compliqué, mais grâce au nouveau budget (plus de 17 millions d’euros) octroyé à Wal-e-Cities et cofinancé à la fois par le gouvernement wallon et l’Europe, les nouvelles technologies vont permettre des avancées considérables dans notre vie de tous les jours.

    Par exemple, des avancées révolutionnaires sont attendues dans la collecte des poubelles, la création de zones piétonnes, la gestion du stationnement, du trafic, des travaux en ville, du chauffage urbain, de l’éclairage public.

    L’article complet avec toutes les explications en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-01,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-01,BASSE-MEUSE,1|18

  • Wallonie. Un régulateur pour mieux contrôler le prix de l’eau

    Les augmentations à gogo du prix de l’eau, c’est terminé pour les consommateurs wallons. Ce matin, le gouvernement va officiellement présenter la mise en place d’un véritable système de régulation du prix de l’eau en Wallonie, un peu à l’image du travail réalisé par la CWAPE pour contrôler les évolutions des tarifs du secteur de l’énergie.

    Concrètement, la note d’orientation déposée par le ministre Jean-Claude Marcourt (PS) vise à rendre votre facture plus juste, plus transparente et surtout mieux contrôlée par le régulateur. Car aujourd’hui, le consommateur wallon a du mal à comprendre pourquoi sa facture ne cesse d’augmenter, très régulièrement depuis des années – une nouvelle hausse de 0,25 euro par m³ entre en vigueur au 1 er juillet – alors que la consommation moyenne des ménages chute considérablement.

    Cette équation s’explique par le fait que si la consommation d’eau diminue, les coûts de maintien, d’amélioration ou d’assainissement du réseau ne diminuent pas. Ces coûts restant fixes, pour une consommation moindre, le prix par mètre cube augmente. Le mot-clé pour bien comprendre cette mécanique, c’est le coût-vérité de l’assainissement (CVA), qui intègre les coûts de collecte et d’épuration de l’eau dont les coûts liés à l’assainissement.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-29,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-29,BASSE-MEUSE,1|14

  • Glons: «On veut garder notre passage à niveau»

    Pour Herman Arkens et sa famille, c’est l’incompréhension.

    Infrabel vient d’introduire une nouvelle demande de permis d’urbanisme pour pouvoir supprimer le passage à niveau situé juste à côté de la gare de Glons. Une suppression qui va entraîner 9 expropriations et beaucoup d’incompréhensions chez les riverains.

    Nous en parlions il y a deux semaines : Infrabel veut supprimer le passage à niveau situé route de Paifve à Glons. À la place, un tunnel sera aménagé pour les piétons à l’emplacement du passage à niveau actuel. Et pour les voitures, un tunnel doit être construit une centaine de mètres plus au nord avec des voiries de liaison. Mais ce projet d’envergure suscite beaucoup d’étonnement auprès des riverains. «  Ce qui nous dérange surtout, c’est la manière dont il est géré  », explique Herman Arkens. «  Il y a deux ans et demi, Infrabel avait déjà présenté une première demande de permis. Plusieurs riverains dont nous avions relevé différents problèmes. Les choses ont donc traîné et on a cru que c’était abandonné. Et puis il y a quelques jours, on a appris indirectement la tenue d’une nouvelle enquête publique. Et si certaines améliorations ont été apportées par rapport au premier projet, c’est en allant prendre mes renseignements que j’ai découvert que j’allais être exproprié d’une centaine de mètres carrés."

    Article complet à découvrir en suivant le lien ci-dessous :

    http://basse-meuse.lameuse.be/97298/article/2017-06-26/glons-veut-garder-notre-passage-niveau

  • Sécurité. Des jouets interdits à cause des aimants

    Le SPF Économie a mené un grand contrôle visant les jouets. Principalement ciblés : les jouets contenant de petits aimants, et qui peuvent présenter une menace non négligeable en cas d’ingestion. Verdict : quatre jeux ne répondaient pas aux normes et ont été interdits chez nous.

    « Examiner de petits aimants dans des jouets peut paraître insignifiant mais c’est souvent dans le détail que l’on rencontre le diable », a réagi Kris Peeters, le ministre fédéral des Consommateurs. « Les aimants trop petits et trop puissants dans les jouets peuvent facilement être ingérés par les enfants et s’attirer mutuellement dans l’organisme, entraînant un risque de dommage aux organes. Nous ne voulons courir aucun risque lorsqu’il s’agit des enfants ».

  • Wallonie. L’eau augmente ce 1er juillet : + 25 centimes par mètre cube !

    Les Wallons n’y couperont pas : ce 1er juillet, le prix de l’eau va encore augmenter : + 25 centimes par m3. En cause, comme le souligne le député MR Pierre-Yves Jeholet, des coûts d’assainissement énormes qui ont amené la SPGE (Société publique de gestion de l’eau) à un endettement de 1,8 milliard d’euros !

    « Un important programme d’investissements de 800 millions d’euros d’ici à 2021 est en cours », remarque M. Jeholet, dans une interpellation à Carlo Di Antonio, ministre cdH de l’Environnement. « Nous le savons, la SPGE construit énormément de stations d’épuration depuis 1999. Elle a emprunté auprès de la Banque européenne d’investissement. » Ce qui explique donc la hauteur de l’endettement de la SPGE. Mais, comme le dit encore M. Jeholet, « cette situation financière signifie que si la SPGE veut continuer à emprunter sur les marchés, elle risque de devoir payer des charges d’intérêt exorbitantes, d’où l’idée d’augmenter ses marges. »

    C’est en réalité le ministre de l’Économie, Jean-Claude Marcourt (PS), qui a la tutelle sur l’augmentation des prix de l’eau. Et il a demandé à la SPGE de limiter fortement ses demandes de hausse.

    La SPGE demandait d’abord une hausse de 17 centimes en 2017, 16 centimes en 2018 et 15 centimes en 2019.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-06-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-06-26,BASSE-MEUSE,1|14

  • Bassenge. Le 18 juillet prochain, Paras commandos en manœuvres à Langu'âge et à Educ'Actif. Appel aux personnes intéressées par une expérience hors du commun

    Le 18 juillet prochain les Paras commandos de Marche les Dames effectueront des manœuvres dans la Vallée du Geer. Ces manœuvres consisteront entre autres en l'évacuation de civils en camions puis en bateaux. Langu'âge et Educ'Actif participent à cette journée et seront évacués. Si vous êtes intéressés par cette expérience hors du commun et que vous êtes libres le mardi 18 juillet vous pouvez laisser un message avec votre nom, prénom, date de naissance et numéro de portable.

    Nombre de personnes : 60

    Public : personnes de 2 à 99 ans

    Pour vous inscrire, rendez-vous sur la page Facebook:

    https://www.facebook.com/search/top/?q=langu%27%C3%A2ge%20sprl

  • Consigne sur les canettes: l’appel aux communes est lancé!

    En 2011, Carlo Di Antonio avait parlé d’une consigne sur les canettes en alu et les petites bouteilles en plastique. Six ans plus tard, on est entré dans la dernière ligne droite avec cet appel lancé, la semaine dernière, aux communes voulant participer à la phase test.

    La suite de l’article à lire ici :

    http://basse-meuse.lameuse.be/92121/article/2017-06-13/consigne-sur-les-canettes-lappel-aux-communes-est-lance