Google Analytics Alternative

Faits de société - Page 3

  • Epinglé Sudpresse. Mons lance une campagne choc contre la saleté: stop aux cochons! (VIDEO)

    Jeter vos mégots au sol, vos bouteilles à moitié vides par terre, uriner n’importe où…

    Est-ce que vous faites ça chez vous ?

    Non, alors ne le faites pas en rue ! Ne vous comportez pas en cochon. Mons lance une nouvelle campagne choc contre la saleté dans les espaces publics. Il y a de la prévention, de la sensibilisation, mais aussi le renforcement de la répression. Des caméras mobiles seront utilisées.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://www.laprovince.be/195992/article/2018-02-24/mons-lance-une-campagne-choc-contre-la-salete-stop-aux-cochons

    LA VIDEO

  • Alerte froid. Partout, la Croix-Rouge se tient prête à intervenir

    Le froid qui touche le pays et qui devrait s’intensifier durant les prochains jours implique une mobilisation accrue du réseau Croix-Rouge. C’est le cas dans plusieurs villes. À Bruxelles, des tournées sans-abri ont lieu chaque jour de la semaine.

    Un accueil de jour est organisé en semaine au chauffoir de Schaerbeek. Un accueil de week-end est organisé par la Croix-Rouge d’Etterbeek chaque samedi et dimanche.

    L’abri de nuit de Haren, prévu pour 300 personnes, accueille 340 sans-abri depuis 3 semaines. Il est opérationnel 24h/24 vu les températures. Dans le Hainaut, la Croix-Rouge sur roues est présente chaque soir à Tournai, place Carbonnelle.

    Les bénévoles distribuent de la soupe et des sandwiches chaque jour et des repas chauds les week-ends. À Namur, un accueil de jour sans-abri fonctionne chaque jour, week-end compris, à la Maison Croix-Rouge de Jambes. Du côté de Verviers, le bar à soupe reste ouvert jusqu’à 16h chaque jour au lieu de 14h.

    À Liège, la capacité d’accueil de l’abri de nuit a été élargie.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-02-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-02-24,BASSE-MEUSE,1|18

  • Région liégeoise – Politique et citoyenneté. Suivre en temps réel les projets communaux. Une plate-forme en ligne pour reconnecter les citoyens et la vie politique locale

    plate forme en ligne citoyens vie politique locale.jpgPermettre aux citoyens de suivre en temps réel l’évolution des différents projets initiés sur le territoire communal, tel est l’objectif d’un nouveau site internet. « WilWay », fondé par deux jeunes Liégeois, entend bien contribuer à fournir aux habitants des informations simples et transparentes via leur plate-forme. Une manière également de rapprocher les gens de la politique. Aywaille fait partie des cinq communes wallonnes pilotes qui vont mettre leurs premiers projets en ligne. 

    Prenez la mise en place d’une « zone bleue » pour réguler le stationnement dans le centre d’une localité, la construction d’une nouvelle plaine de jeux dans un quartier, l’installation d’un réseau d’égouttage dans une rue ou encore l’installation de nouvelles poubelles. Autant de projets qui touchent directement les citoyens de la commune. Le problème étant que les habitants ne sont pas toujours informés de ces projets de manière adéquate.

    (Re)connecter commune et citoyens

    Pour pallier ce manque, deux jeunes Neupréens, Aubry D’Inverno et Martin Collard, ont lancé une plate-forme en ligne baptisée « WilWay ». Ceux-ci sont partis de quatre constats : le désintérêt des citoyens pour la politique, les vues limitées sur la progression des projets, pas de sources de données centralisées et un manque d’outils de gestion des projets. D’où le lancement de la plate-forme web « WilWay », dont la mise en ligne officielle aura lieu ce mercredi à 18 heures. « Cela va permettre au citoyen lambda d’avoir une vue complète du projet, tout en donnant un outil de gestion simple à la commune », commente Aubry D’Inverno, l’un des cofondateurs.

    C’est le personnel administratif de la commune qui est chargé de compléter les différentes « cases » relatives au projet mis en ligne. Il est également possible de ne pas rendre cela « public » et de le garder « privé », juste pour les agents administratifs et communaux. Bien évidemment, l’objectif est de mettre en ligne un maximum de projets et, surtout, de les rendre accessibles facilement au grand public.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-02-14,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-02-14,BASSE-MEUSE,1|6

  • Pièces de 1 et 2 cent : le gouvernement veut en finir !

    Faut-il se passer définitivement des pièces de 1 et 2 cent ? Le débat a été réactivé par une étude du Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI), affirmant que 83 % des petits commerçants sont convaincus de la nécessité d’arrondir les prix à 0 ou 5 cent.

    Un arrondi qui est déjà d’actualité, puisque c’est la solution appliquée chez nous pour décourager l’usage de ces pièces. Mais les intéressés hésitent, de peur d’indisposer leurs clients.

    « Pour le moment, l’étude (du SNI, NdlR) constate que seuls 29 % des petits commerçants appliquent cette règle, souvent par crainte d’une réaction de leur clientèle », confirme le ministre des Finances, Johan van Overtveldt, interpellé il y a peu au Parlement. « Ces pièces représentent un coût considérable pour l’État, leur coût de production étant plus élevé que leur valeur faciale (…) Une évaluation de la législation est en cours. L’arrondi obligatoire est l’un des sujets discutés au gouvernement. »

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-02-14,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-02-14,BASSE-MEUSE,1|16

  • Attention ! Le pont de Loën fermé à la circulation ! le tablier du pont s'est soulevé !

    On vient d’apprendre ce jeudi matin que le pont de Loën était fermé à la circulation. Le tablier du pont s’est soulevé de 80 cm !

    De nouvelles infos dès que possible !

    pont de loën,pont de loën visé

  • Route provinciale – Glons. Accident mercredi matin : plusieurs poteaux emboutis et, heureusement, aucun blessé

    accident route provinciale glons février 2018.2jpg.jpgMercredi matin, 7 février 2018, en descendant le thier de Glons, qui était verglacé comme nous le relations dans un article hier, un conducteur a perdu le contrôle de son véhicule à l’entrée de la première chicane. Dans sa glissade, le véhicule a embouti un poteau-borne en béton et deux signaux de priorité de passage situés de part et d’autre d’un îlot ralentisseur. Certains témoins avancent l’hypothèse que, sur cette portion de route, le fait que l’épandage réalisé à Juprelle ne l’était pas à l’entrée de Glons constituait un piège redoutable auquel le conducteur se serait laissé prendre.

    Selon nos sources, l’accident n’a fait aucun blessé.

    accident route provinciale glons février 2018.3jpg.jpgDe manière récurrente sur les réseaux sociaux, comme ailleurs, la route provinciale de Glons est qualifiée de «  route de tous les dangers ». En tout état de cause, ce ne sont pas les différents accidents qui s’y produisent qui pourraient le démentir. Autant le savoir et agir en circonstance.

    (Photos prises mercredi en fin d’après-midi)

    accident route provinciale glons février 2018.4jpg.jpg

  • Sécurité routière en Wallonie. 6 tués et 328 blessés : c’est le bilan de 10 ans d’accidents liés aux nids-de-poule et aux casse-vitesse

    Avec sa succession de périodes de gel et de dégel, l’hiver est propice à la dégradation de la chaussée. Même s’ils ne sont nullement comparables aux ravages de la vitesse et de l’alcool, les nids-de-poule causent néanmoins des accidents. L’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR) a fait le compte. 

    « Les deux-roues – surtout motorisés – et les voitures sont principalement concernés par ce type d’accident », analyse Belinda Demattia de l’AWSR, se basant sur dix années de statistiques (2007-2016) pour la Wallonie. Les banques de données regroupent sous la même catégorie les sinistres provoqués par les nids-de-poule et les casses vitesse pris à trop vive allure. Il n’est donc pas possible de mesurer l’impact précis de chacun de ces cas de figure.

    L’article complet à lire sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-02-07,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-02-07,BASSE-MEUSE,1|16

  • Glons. Découverte de deux cadavres vraisemblablement de chiens, mutilés, gisant sur le bas-côté d’une route de campagne

    deux cadavres de chiens glons2.jpgA Glons, deux cadavres de chiens (?) de taille moyenne ont été découverts ce dimanche (4/02/2018). L’un présentant un pelage brun, l’autre noir (Tous deux avaient des poils mi-longs). Ils gisent sur le bas-côté d’une petite route de campagne (Dessus de la rue du Val d’Oborne). Leurs corps présentent des mutilations (Absence de pattes, notamment).

    Nous avons fait parvenir l’information, ce lundi, à qui de droit.

    Note :

    Nous ne publions pas les photos de gros plans. Elles pourraient en effet heurter fortement les personnes sensibles.

    deux cadavres de chiens glons 6 situation.jpg

  • Sécurité routière en Wallonie. Alcool : c’est reparti à la hausse pour les accidents !

    alcool.jpgLe pourcentage augmente pour sept des neuf premiers mois de 2017

    Selon les premières tendances de l’Agence wallonne pour la sécurité routière (AWSR), le pourcentage des accidents sous l’influence de l’alcool est reparti à la hausse en 2017, y compris en février. C’est pourtant le mois de la « Tournée minérale ». 

    Ce 1er février marque le début de la seconde édition de « Tournée minérale », destinée à faire prendre conscience des méfaits de l’alcool. Pour ce qui est de la sécurité sur nos routes, l’effet n’est pas vraiment probant, comme en atteste la dernière étude de l’Agence wallonne pour la sécurité routière. « Lors de l’opération « Tournée minérale » de février 2017, 13,3 % des conducteurs accidentés roulaient sous l’influence de l’alcool. Ce pourcentage était de 12,3 % un an plus tôt alors qu’il n’y avait pas d’action », indique Belinda Demattia de l’AWSR. Et d’estimer : « Il n’y a donc pas vraiment d’impact de la Tournée minérale sur les accidents liés à l’alcool ».

    La suite de l’article dans votre journal La Meuse de ce mercredi 31 janvier 2018

  • Les photos du jour. Mais qui sont donc ces bénévoles qui nettoient les abords de l’autoroute à Boirs ?

    natagora autoroute boirs 1.jpgPour rappel, la SPW interdit strictement l’accès à ces zones bordant directement les autoroutes. Mais qui sont donc ces bénévoles aperçus à Boirs ce 27 janvier 2018 en train de nettoyer les abords de l’autoroute, à gauche, en direction de Tongres ?

    La réponse demain...

    natagora autoroute boirs 2.jpg

  • Houtain-Saint Siméon. L’arrêt de tous les dangers est déplacé

    arrêt bus houtain.pngÀ la mi-novembre, nous vous parlions des risques que devaient prendre, chaque jour, une dizaine de jeunes habitants la rue de l’État à Houtain. Rentrant de l’école en bus, ils étaient débarqués à l’arrêt « Cité ». Un arrêt de bus qui est hyper dangereux, puisque situé sur un accotement étroit, sans trottoir ni même une zone un peu plus large.

    L’arrêt vient d’être « déplacé » en face des maisons.

    L’article complet à lire en suivant le lien ci-dessous :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-01-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-01-26,BASSE-MEUSE,1|10

  • Ce sont les travailleurs de l’ombre. Leur job : nettoyer et assainir Bassenge. Coup de projecteur

    bassenge ouvriers communaux crasses 2.jpgCet article pourrait commencer par une offre d’emploi. «  La commune de Bassenge engage des ouvriers pour ramasser les saloperies des gens… »

    Non. Il n’en est rien. A notre connaissance, la commune de Bassenge n’engage pas d’ouvriers supplémentaires car elle peut compter sur l’efficacité de l’équipe existante.

    Mais, il ne faut pas se voiler la face : « ramasser les saloperies des gens » est le travail demandé à cette équipe qui est amenée à sillonner la Vallée du Geer de bout en bout.

    « Nous trouvons absolument de tout », nous confie cet ouvrier occupé à charger une vieille carcasse de divan qui jonchait sur le bord d’une voirie. « Il nous est arrivé de tomber sur des cadavres en putréfaction de chiens, de chats, enfouis dans des sacs. Il est assez courant de découvrir des matières diverses, immondes, indescriptibles dégageant une odeur pestiférante. Des bidons de produits chimiques, des médicaments, des langes utilisés… En fait, le matin en quittant le Service des travaux, on ne sait jamais sur quoi on risque de tomber… »

    Pour les avoir quelque peu observés lors de reportages, ces ouvriers communaux font preuve d’une conscience professionnelle exemplaire, n’ayons pas peur des mots. Le lieu est assaini jusque dans les moindres détails. Nous en avons été témoins.

    Derrière les travailleurs, il y a des hommes. Comme d’autres métiers, mieux valorisés, ils luttent pourtant tous les jours contre un gros fléau comparable à un brasier difficile à circonscrire.

    Nous avons tenu à jeter un coup de projecteur sur ces travailleurs de l’ombre pour ne pas oublier aussi la pénibilité de leur travail quotidien ; un travail dont bénéficient tous les habitants de Bassenge.

    Et quand on parle dans les hautes sphères du titre d’Ambassadeurs de la propreté, ne serait-ce aussi à ces hommes-là que devraient aller nos pensées ?

    Regor

    bassenge ouvriers communaux crasses 4.jpg

    ouvriers communaux bassenge crasses 2.jpg

    tas de crasses 9 novembre.jpg

  • Criminalité. Les pickpockets sont là

    Pickpockets.jpgFoule compacte, magasins bondés : la période des soldes attire toujours les voleurs. Soyez prudents ! 

    En ce début d’année, le SPF Intérieur attire votre attention sur le danger que représentent les pickpockets. La période des soldes est propice aux vols. Surveillez bien vos sacs et vos poches, surtout si vous vous rendez dans des endroits très fréquentés. 

    Pas de repos pour les voleurs à la tire. Le mois de janvier est traditionnellement une période très dense pour les pickpockets et le SPF Intérieur le rappelle en prodiguant des conseils contre les voleurs à la tire.

    En 2013, plus de 40.000 faits avaient même été recensés. Un chiffre très élevé pour un petit pays comme le nôtre. Face à cette plaie quotidienne, les services de police ont décidé de réagir et depuis, les chiffres sont en diminution. (Photo illustration Wikipedia)

    L’article complet dans votre journal La Meuse :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-01-19,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-01-19,BASSE-MEUSE,1|14

  • Auprès de mon potager: c’est le moment de planifier!

    Alors que nous récoltons les derniers légumes du potager, les poireaux, les choux de Bruxelles, les panais, carottes de garde ou navets par exemple, nous pouvons déjà passer aux choses sérieuses en raisonnant le potager pour 2018. (Photo illustration Regor)

    Nous recevons déjà les catalogues des cercles horticoles, des jardineries et nous avons commencé l’inventaire des semences encore disponibles en stock (voir notre édition du 5 janvier).

    Nous allons vous aider à y voir plus clair en vous proposant de procéder…

    … Avec ordre et méthode !

    Nous allons choisir les espèces de légumes que nous allons tenter de cultiver cette année. Nous choisirons d’après nos habitudes et nos goûts, mais laissons de la place aux découvertes. Nous en profitons pour estimer les besoins de la famille en tenant compte des périodes éventuelles d’absence de certains d’entre eux lors de certaines périodes de l’année. Nous voilà avec une liste de production souhaitée en espèces, en quantité et en périodes souhaitées.

    Le calendrier du potager (lien vers tableaux ci-dessous) nous aidera à déterminer les nombres de plantes à prévoir par unité de surface. Il nous aide également à planifier nos semis pour arriver plus ou moins au bon moment avec nos productions. Ce sera du « plus ou moins », parce que les années culturales se suivent mais ne se ressemblent pas. S’il fait chaud ou froid, si le terrain est inaccessible pour les travaux à cause d’intempéries, il faudra bien s’adapter.

    Le calendrier des travaux à découvrir en suivant ce lien :

    http://www.sillonbelge.be/1912/article/2018-01-14/aupres-de-mon-potager-cest-le-moment-de-planifier

  • Les distributeurs de billets dans les grandes surfaces, c'est fini!

    distributeur billets.jpgExclusif. À partir du 2 janvier 2018, les supermarchés ne pourront plus disposer d’une machine permettant le retrait des billets de banque. « Une décision incompréhensible », clament les professionnels du secteur de la distribution

    L’article complet sur Sudinfo :

    http://www.sudinfo.be/2024582/article/2017-12-28/les-distributeurs-de-billets-dans-les-grandes-surfaces-c-est-fini