Google Analytics Alternative

Environnement - Page 4

  • Glons. L’abattage du vieux marronnier de la rue Lulay est imminent

    On vient d’apprendre que l’abattage du vieil arbre était imminent. Par sécurité, il doit impérativement être réalisé avant la fin de ce mois de novembre. Ce qui, pour le trafic, risque de causer certaines perturbations.

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/11/27/glons-abattage-du-vieux-marronnier-de-la-rue-lulay-un-arrete-208844.html

  • Roclenge. L’édition 2016 de la journée de l’arbre a encore fait le plein ! Le reportage

    journée de l'arbre 2016 reportage.jpgComme chaque année, la commune de Bassenge organisait sa grande journée de l’arbre sur la Place Louis Piron à Roclenge. Cette année, elle avait lieu le samedi 19 novembre dès 14h30. Des animations accompagnaient cette grande journée de distribution gratuite de plants d’arbres et, en fin d’après-midi, après son périple dans la Vallée du Geer, Saint Nicolas a été accueilli en fanfare pour le bonheur des petits enfants comme des grands. Tout au long de la journée un large public a déambulé dans les chapiteaux dans une ambiance on ne peut plus conviviale.

    Ce jour-là, ce ne sont pas moins de 320 arbres fruitiers, 325 groseilliers et journée de l'arbre 2016 reportage2.jpgframboisiers, 100 hêtres et charmes, 355 arbustes qui ont été distribués.

    (Photo composition bandeau : source Bassenge.be) (Les autres photos Regor)

    journée de l'arbre 2016 reportage3.jpg

    journée de l'arbre 2016 reportage4.jpg

    journée de l'arbre 2016 reportage5.jpg

    journée de l'arbre 2016 reportage6.jpg

    Un petit concours était organisé et permettait d'obtenir ce colis de produits locaux en le sous-pesant et en indiquant son poids sur le formulaire ad hoc.

  • Wallonie – Environnement. Le 1er décembre, c’est la fin des petits sacs en plastique à la caisse

    Les commerçants ne pourront plus distribuer ces sacs à usage unique 

    Dans les commerces wallons, on se prépare à la révolution. À partir du 1 er décembre, soit jeudi prochain, le sac de caisse en plastique léger à usage unique sera interdit. Des emballages qu’on retrouve trop souvent abandonnés dans la nature ou les océans. 

    Jeudi prochain, le consommateur et les commerçants wallons vont véritablement devoir changer leurs habitudes. Le 1 er décembre, l’interdiction des sacs de caisse en plastique léger entrera en vigueur en Wallonie. « Par sac de caisse, on entend celui utilisé pour regrouper et transporter les achats lors du passage à la caisse, qu’il soit gratuit ou payant, quel que soit le type de commerce et le lieu de vente », précise le cabinet du ministre Di Antonio. Que ce soit le cordonnier, l’épicier ou le maraîcher… tous devront respecter cette nouvelle règle et nul n’est censé ignorer la loi.

    Et les petits sacs biodégradables vendus à la caisse devront aussi disparaître. « L’utilisation d’un sac à usage unique doit sortir de nos habitudes », estime le ministre Di Antonio. « Nous souhaitons un remplacement de ceux-ci par les sacs réutilisables, les cabas ou encore les sacs en plastique rigide. »

    Du côté de la grande distribution, on accueille avec « fraîcheur » ces nouvelles règles. « Depuis 2004, les commerces alimentaires proposent des sacs réutilisables à la place des sacs à usage unique », lance Nathalie De Greve, head of product policy and sustainability chez Comeos, la fédération de la distribution. « Par contre, pour le non-alimentaire, c’est un peu plus compliqué. Les commerçants vont devoir s’organiser et proposer, par exemple, des sacs en papier qui coûteront plus cher. »

    Les sacs utilisés pour emballer les fruits et légumes ou les denrées humides au point de vente, qu’ils soient gratuits ou payants, feront aussi, dans le futur, l’objet d’une interdiction. Des négociations sont actuellement en cours entre le ministre et les représentants du secteur. « Ces emballages très légers sont nécessaires pour des raisons d’hygiène », affirme Nathalie De Greve de Comeos. « Pour les fruits et légumes, le sac en papier n’est pas une bonne alternative. Il n’est pas étanche, ni résistant aux déchirures. Enfin, il engendrera une perte de temps à la caisse, car le sac devra être ouvert par les caissières. Un acteur majeur de la distribution a calculé que cela lui coûterait 3,8 millions d’euros par an. Et à cela, il faut ajouter qu’il coûte 3,5 fois plus cher que le sac en plastique. »

    Du côté du ministre de l’Environnement, on se montre ouvert au dialogue. « Pour le cas des fruits et légumes, nous aimerions aller vers une interdiction totale, mais nous n’avons pas envie d’offrir une voie royale aux fruits préemballés dans un emballage en frigolite », explique Carlo Di Antonio. « Le secteur nous fait des propositions comme les sacs biodégradables. L’avantage de ces derniers est qu’ils sont fabriqués chez nous sur une base agricole. Les sacs en plastique traditionnels sont généralement fabriqués en Asie. » (Source La Meuse mercredi 23 novembre 2016)

    sacs plastiques composition sudpresse.png

  • Branche tombée - tempête Glons. Le glas a sonné pour le vieil arbre : il va être abattu

    arbre tombé glons.jpgNous consacrions, hier, un article à la chute d’une branche suite à la violence des vents. Nous posions la question de savoir si l’état de putréfaction de l’arbre ne constituait pas un danger d’autant qu’une grosse branche surplombe la rue Lulay. Le propriétaire nous a donné quelques explications. L’arbre va être abattu incessamment. Ceci étant, l’arbre, plus que centenaire, figure dans l’inventaire des arbres remarquables de Wallonie. Il est donc considéré comme classé. A ce titre, toute intervention – élagage, abattage – nécessite l’introduction d’une demande au Service de l’Urbanisme de la commune qui, travaillant de concert avec le SPF Wallonie (Patrimoine naturel), octroiera les autorisations nécessaires. Conscient du danger, suite à la première chute de branche il y a quelques temps déjà, le propriétaire avait introduit cette demande. Dès l’autorisation reçue, ce qui ne saurait tarder, le propriétaire fera appel à une entreprise spécialisée afin d’abattre le vieil arbre. Voilà de quoi rassurer tout le monde…

    Ci-dessous, le plan de situation de l'arbre classé (point rouge).

    arbre remarquable glons rue lulay.png

  • Commune de Bassenge. Eclairage Public : invitation à une action citoyenne.

    poteau électrique.jpgCommuniqué de la commune de Bassenge. RESA, le gestionnaire du réseau d’éclairage viendra pour l’entretien trimestriel chez nous à Bassenge du 28/11/2016 au 2/12/2016. Afin d’assurer le service maximal et ainsi garantir notre service nous sollicitons votre collaboration. Nous vous demandons de nous communiquer par toutes les voies possibles le n° du poteau défectueux ainsi que le nom de la rue avant le 25/11 à 12h00 au plus tard.

    Ce n° se trouve sur la face avant, (donc côté rue), du poteau.

    En vous remerciant d’avance pour votre participation,

    le Collège communal de Bassenge .

    poteau électrique.2jpg.jpgRue Royale n°4, 4690 Bassenge

    Tél: 04/286.91.40 Site : bassenge.be

  • Subsides. 785 nouvelles poubelles pour la région liégeoise

    Quatorze communes vont recevoir des poubelles publiques, des cendriers de rue et des aspirateurs

    Le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, vient de débloquer 3,53 millions d’euros pour améliorer la propreté en Wallonie. Dont 440.000 euros rien que pour la région liégeoise, qui va pouvoir acheter aspirateurs, poubelles et cendriers de rue.

    Carlo Di Antonio (cdH), le ministre wallon de l’Environnement, vient de débloquer un budget de 3,53 millions d’euros en vue d’améliorer la propreté dans le sud du pays. Un budget qui va permettre l’installation de 6.776 nouvelles poubelles publiques et de 1.400 cendriers de rue dans 170 communes, ainsi que l’achat de 94 aspirateurs de rue.

    Parmi ces 170 communes, 14 de l’arrondissement de Liège qui vont recevoir, au total, 440.000 euros de subsides wallons pour acquérir au moins 10 aspirateurs, 785 nouvelles poubelles et 103 cendriers de rue. Certaines communes n’ont en effet pas encore communiqué au cabinet Di Antonio ce qu’ils comptaient faire de ce cadeau inespéré. D’autres poubelles ou cendriers de rue devraient donc voir le jour dans les communes qui n’affichent pour l’instant aucune commande alors qu’elles ont obtenu des subsides wallons.

    Le ministre Di Antonio entend ainsi répondre aux critiques de Wallons, dont 40 % estiment que leur région est sale, notamment à cause du nombre insuffisant de poubelles.

    Un cadeau qui complète évidemment l’offre déjà disponible en la matière, cartographiée pour la première fois grâce à l’inventaire réalisé par les communes elles-mêmes.

    Selon les chiffres communiqués par le ministre Di Antonio, une ville comme Seraing dispose actuellement de 385 poubelles.

    Les cendriers de rue sont par contre beaucoup plus rares dans les communes de l’arrondissement de Liège. Selon ces mêmes chiffres, seule Aywaille s’est déjà un peu équipée en la matière, avec 39 cendriers.

    Ailleurs, peu ou pas du tout d’équipement similaire.

    Les subsides annoncés par le ministre sont donc d’autant plus bienvenus. À l’échelle de la Wallonie, ils vont permettre de plus que doubler le parc existant. De 1.156 cendriers actuellement installés dans les rues des localités wallonnes, on va ainsi passer 2.556 unités. De quoi améliorer sans conteste la propreté de la Wallonie. (Source La Meuse samedi 19 novembre 2016)

    " Plusieurs communes n'ont pas encore rentré leurs commandes "

    Billet de Regor. Il semblerait donc bien que Bassenge n’ait pas encore rentré ses commandes. Pourtant, ce serait bienvenu. Certaines poubelles publiques font défaut depuis des mois. L’on se souvient, en effet, de celles situées sur des aires de repos auxquelles des vandales avaient bouté le feu. Ce fut le cas, au printemps 2016 à Boirs, rue de l’île, ainsi qu’à Wonck, plus tard dans l'été, juste après la ferme des hirondelles (via Jecore).

  • Troisième opération d’empoissonnement du Geer. Lundi, 550 kilos de carpes ont rejoint la rivière (Photos + Vidéo )

    empoissonnement du geer lundi 14 novembre 2016 4.jpgSi, pour l’empoissonnement précédent, en février dernier, le choix s’était porté sur des lieux situés entre Roclenge et Emael, cette fois c’est la partie en amont du Geer qui a été choisie et ce, au départ de Glons.

    Ce lundi 14 novembre à 11h00, des membres de la société « Les pêcheurs du Bas-Geer » étaient fidèles au rendez-vous fixé en dessous du viaduc de Boirs et, délégué par le SPF, l’agent Frédéric Henrotay de la Division Nature et forêts (Direction de la chasse et de la pêche) avait rejoint le groupe pour superviser les opérations (contrôle qualité, état sanitaire, suivi).

    empoissonnement du geer lundi 14 novembre 2016 1.jpgCinq lieux où, à chaque fois, 110 kilos de carpes ont rejoint la rivière. Des carpes d’un demi kilo environ et âgées de deux ans.

    La première mise à l’eau a été effectuée à proximité du pont de la rue Oborne à Glons, puis à la Bas-Slins ainsi qu’à Boirs etc…

    Ce nouvel empoissonnement fait suite à celui effectué l’année dernière ainsi qu’au mois de février de cette année ; deux opérations dont les résultats ont été probants. En effet, tant les membres de la société de pêche que l’agent du SPW Nature et Forêt ont été unanimes pour avancer qu’aucune mortalité n’a été constatée et que dans le Geer, au contraire et de surcroît, des bancs de poissons ont été aperçus régulièrement en différents endroits (photos à l’appui). Force est donc de reconnaître empoissonnement du geer lundi 14 novembre 2016 3.jpgque les efforts consentis tant en matière d’assainissement du Geer, et l’on pense au rôle actif joué par le Contrat de rivière Meuse Aval, qu’en investissement pour les empoissonnements, tous commencent à porter leurs fruits. A ce sujet, notons que les achats de poissons de piscicultures destinés aux empoissonnements de cours d’eau sont subsidiés par  le SPF Nature et Forêt et que ce financement provient des permis de pêche.

    Si l’on additionne les 550 kilos de poissons remis dans le Geer ce lundi avec les 1.377 kilos qui l’ont été précédemment (en deux phases), cela permet de constater que près de deux tonnes de poissons évoluent aujourd’hui dans la rivière.

    Il va sans dire que les différents partenaires pour la réintroduction des poissons dans le Geer, et ils ne sont certainement pas les seuls, souhaitent ardemment que la rivière, milieu naturel qui abrite aujourd’hui de nombreuses espèces soit respectée par tous car les gestes d’incivilités (déchets divers jetés dans la rivière), déjà fortement décriés et interdits, relèvent plus que jamais d’actes criminels volontaires.

    En tout cas, des empoissonnements en lesquels toute la Vallée du Geer fonde énormément d’espoir.

    Toutes les photos dans l'album en cliquant ICI

    Regor

    LA VIDEO

    Voir aussi article précédent:

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/02/25/apres-plus-de-trente-ans-pouvoir-a-nouveau-pecher-dans-le-ge-180337.html

  • Bassenge. Journée de l’arbre ce samedi 19 novembre 2016 : distribution gratuite de plants d’arbres et différentes animations

    Comme chaque année, la commune de Bassenge organise sa grande journée de l’arbre sur la Place Louis Piron à Roclenge. Elle prendra place ce samedi 19 novembre dès 14h30. Des animations accompagneront cette grande journée de distribution gratuite de plants d’arbres et, en fin d’après-midi, après son périple dans la Vallée du Geer, Saint Nicolas est attendu sur la Place où il sera accueilli en fanfare pour le bonheur des petits enfants comme des grands.

    Tous les renseignements sur les illustrations ci-dessous : 

    journée de l'arbre 2016 bassenge.png

    journée de l'arbre 2016 bassenge saint nicolas.png

  • La plus grande «super lune» du 21ème siècle aura lieu le 14 novembre

    super lune le soir.jpgLa Nasa est formelle. Ce lundi 14 novembre aura lieu la plus grande «super lune» du 21ème siècle. Un phénomène rare attendu de pied ferme par les amateurs d'astronomie.

    Il faudra en profiter, puisque ce que la Nasa décrit comme l'une des «plus impressionnante apparitions lunaires du siècle» ne se reproduira avec une telle intensité que le 25 novembre 2034.

    La plus belle «super-lune» de l’année est effectivement prévue le 14 novembre, c’est-à-dire une lune énorme et très brillante.

    Notre seul satellite ne tourne pas en suivant un parcours (qu’on appelle «orbite») qui a la forme d’un cercle. Son orbite est ovale. Par conséquent, la distance de la lune à la terre varie au cours d’un mois, soit le temps nécessaire pour que la lune fasse un tour complet autour de notre planète.
    À son périgée (point le plus proche de la terre), la lune semblerait 14% plus grosse et 30% plus brillante qu’à son point le plus lointain (apogée).
    DEUX CONDITIONS RÉUNIES
    Une fois par mois, nous voyons la pleine lune, c’est-à-dire complète, sous la forme d’un beau disque, elle brille donc plus à nos yeux. Lors d’une super-lune, le satellite est à son point le plus proche de la terre mais est aussi visible complètement. La parfaite combinaison de ces deux phénomènes ne se représentera d’ailleurs plus avant le 25 novembre… 2034.
    Ce 14 novembre, la super-lune sera maximale pendant deux heures. Selon la Nasa, la lune paraîtra plus grande et plus visible qu’elle ne l’a jamais été depuis 1948. Dans ces cas exceptionnels, la Nasa parle «d’extra super lunes».
    3 SUPER-LUNES EN 2016
    Une autre super lune a pu être observée le 16 octobre dernier et une prochaine est prévue le 14 décembre.
    En espérant que les nuages ne viendront pas gâcher le spectacle…
    ( Source La Meuse du 6 novembre 2016)

  • A proximité. Les orages de mai-juin reconnus comme calamités publiques. Et pour Bassenge ?

    Le gouvernement a finalisé le dossier des calamités publiques du mois de mai dernier en reconnaissant les orages violents et coulées des 27, 28 et 29 mai dans les communes de Merbes-le-Château, Assesse, Juprelle et Theux.

    Par ailleurs, l’IRM ayant validé définitivement ses données de précipitations journalières, le gouvernement a étendu la reconnaissance qu’il avait décidée le 7 juillet, concernant les pluies abondantes et inondations des 2 et 3 juin, aux communes de Nassogne, de Tenneville et de Rendeux. La même démarche a été effectuée pour les orages du 5 juin : la reconnaissance comme calamité publique est accordée aux communes de Comblain-au-Pont, Herve, Juprelle en province de Liège, Manhay et Paliseul en province de Luxembourg et Momignies dans le Hainaut.

    Dès la parution des arrêtés de reconnaissance au Moniteur belge, les citoyens auront jusqu’à fin octobre pour introduire un dossier de demande d’indemnisation par le fonds des calamités. Dans un premier temps, les sinistrés doivent d’abord contacter leur compagnie d’assurances, le fonds n’intervenant que de manière supplétive. (Source La Meuse samedi 12 novembre 2016)

    Cela amène tout naturellement la question : « Et pour Bassenge, pas de reconnaissance ? » (Voir vidéo en cliquant sur le lien ci-dessous)

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/06/02/impressionnant-inondations-du-2-juin-2016-il-a-traverse-rocl-191040.html

    orages reconnus calamités publiques,orages reconnaissance calamités publiques

  • Nouvel empoissonnement du Geer ce lundi 14 novembre 2016. Rendez-vous en dessous du pont de Boirs à 11H.

    Les pêcheurs du Bas-Geer procéderont à un nouvel empoissonnement du Geer ce lundi 14 novembre 2016. Rendez-vous est donné en dessous du pont de Boirs à 11H. La population est invitée à venir assister à l'empoissonnement. Celles et ceux qui le souhaitent, peuvent donner un coup de main en aidant à porter les bassines.

    Voir aussi le reportage ( + vidéo) sur l’empoissonnement précédent qui avait lieu au mois de février de cette année 2016 en cliquant sur le lien ci-dessous :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/02/25/apres-plus-de-trente-ans-pouvoir-a-nouveau-pecher-dans-le-ge-180337.html

    empoissonnement février 2016.jpg

  • Environnement - Boirs. Dépôts sauvages d’un nouveau genre : au moins 6 pains entiers jetés dans la nature

    C’est en se promenant avec sa petite fille dimanche dernier sur le Thier Begot à Boirs que ce papa a fait cette incroyable découverte. Pas moins de 6 gros pains entiers, coupés en tranches, paraissant encore propres à la consommation, jetés sur un dépôt sauvage composé de canettes et autres flaconnages… Le papa nous a écrit en expliquant que sa petite fille (7 ans) a été véritablement choquée devant ce triste tableau et qu’il n’avait pu, malheureusement, lui donner quelque explication. La seule parade qu’il a pu trouver : lui dire qu’il allait prendre des photos et nous les faire parvenir afin que cela se sache.

    Des actes inconcevables autant qu’honteux. Dans un pays civilisé ?

    Note : ce dépôt sauvage est situé sur un terrain privé laissé à l'abandon depuis bien longtemps.

    Regor

    thier begot 2.jpg

    thier begot 4.jpg

    thier begot 5.jpg

  • Balade pédestre, à Spa, à la découverte de la source de Géronstère… et visite de la Tour panoramique avec vue sur les Fagnes

    spa4.jpgCette fois, histoire de varier un peu, nous avons quitté la Vallée du Geer, pour nous en aller, ce mardi, à la découverte de la source de la Géronstère à Spa*. Ensuite, nous nous sommes rendus au Domaine de Bérinzenne* pour profiter du spectacle à couper le souffle qui s’offre aux promeneurs du haut de la tour panoramique*. Une balade pédestre d’une dizaine de kms dont nous sommes revenus les yeux écarquillés devant la beauté des paysages, le chatoiement des couleurs automnales tout comme nous avons pris un grand bol d’air revivifiant.

    Toutes les photos, copyright Regor, sont à découvrir dans l’album colonne ci-contre à droite ou en cliquant ICI.

    *La source de la Géronstère est l'une des sources les plus connues de la région de Spa (altitude 400 mètres). Il s'agit d'un pouhon, source ferrugineuse et carbo-gazeuse typique de la haute-Ardenne. Ses eaux sont issues du massif de la fagne de Malchamps. Connue pour son fort goût, elle le fut aussi sous le nom de l'Enragée.

    spa8.jpgHistoire

    La source est mentionnée dès 1559 par Gilbert Limborh dans son ouvrage sur les Fontaines acides de la forest d'Ardenne. Il faudra attendre 1749 pour qu'une route praticable permette de l'atteindre. La fontaine n'est à cette époque pas aménagée. Une petite habitation y sera construite en 1646.

    En 1651, le comte Conrad von Burgsdorff fit protéger la source par une niche en marbre couverte d'un dôme de pierres de taille soutenu par quatre piliers de marbre rouge et aménageat les alentours. Un bâtiment plus grand est édifié en 1735. Une galerie le reliera à la source. Une glacière est ajoutée en 1832.

    En 1890, la ville envisage le captage de la source. En 1893, le bâtiment est détruit dans un incendie. Le petit édifice de marbre est attribué au pouhon Pia.

    En 1975, la ville décide d'un réaménagement proche de celui en vigueur au xvIII ème siècle. François Bourotte sera l'architecte de cette réhabilitation.

    *La Tour panoramique du Domaine de Bérinzenne géré par le CRIE de Spa

    spa12.jpgA l’extrême sud-est du plateau des Hautes Fagnes, au pied de la fagne de Malchamps et à l’orée de la forêt du sud de Spa, se niche le Domaine de Bérinzenne. Intégré dans le périmètre de protection des célèbres eaux de la ville thermale, le site est prédestiné à aborder le thème de l’eau et la préservation des nappes aquifères mais aussi la protection des milieux de vie. Il accueille tout public soucieux de se «res-sourcer» grâce à la présence conjointe du CRIE de Spa, du Musée de la Forêt et des Eaux, du parc récréatif et des barbecues.

    *La Tour panoramique

    En ce qui concerne la structure, la tour a été réalisée en mélèze. Les platelages et les portes d’accès sont en chêne. Située à l’altitude de 570m, la tour, dont la base est un carré de 4m de côté, repose sur 4 colonnes en béton lissé. Le toit en ardoises naturelles, culmine à 24m. La construction est très élancée ; le rapport hauteur/largeur est proche de 6. Cette tour possède deux plates-formes de vision situées, l’une à 10m de hauteur, l’autre à 22m. 86 marches mènent à cette dernière. Ces plates-formes mesurent 26m². Elles sont décalées de 45° par rapport à la structure de la tour. Elles débordent des colonnes de la tour afin de permettre une vue panoramique totalement dégagée.

    Pour des raisons de sécurité et de fluidité de circulation, la tour possède deux escaliers : un pour la montée, l’autre pour la descente. Il n’est possible de passer d’un escalier à l’autre qu’au niveau des plates-formes d’observation. La tour est orientée selon les points cardinaux, matérialisés au sol par une rose des vents dont elle occupe le centre.

    Voir aussi le site du CRIE de Spa :

    http://www.berinzenne.be/FR/Domaine/domaine_domaine.htm

  • Couleurs d’automne en Vallée du Geer : faites-nous parvenir vos photos !

    Vous aimez l'automne et ses magnifiques couleurs ?

    N'hésitez pas à prendre une photo près de chez vous et, surtout, venez la partager avec nos nombreux lecteurs.

    Il vous suffit de me l'envoyer par mail : roger.wauters@gmail.com

    Nous constituerons ainsi un magnifique album haut en couleurs…

    La photo du bandeau est d’Augustin Royer.

  • Écologie. 210 bouteilles en plastique par habitant en 2015

    Selon le rapport annuel 2015 de Fost Plus, le Service de gestion des déchets qui couvre 92 % du marché belge, les Belges ont recyclé 65.931 tonnes de bouteilles et de flacons en plastique. Un chiffre en augmentation chaque année. En 2013, il s’élevait à 62.903 tonnes.

    La Belgique comptant un peu plus de 11 millions d’habitants, on peut considérer que chaque Belge a recyclé 5,99 kilos de bouteilles et de flacons en plastique en 2015.

    DANS LE TOP 3

    Sachant qu’une bouteille de Spa d’1,5 litre pèse 28,5 grammes, nous pouvons donc conclure que chaque citoyen belge aura utilisé environ 210 bouteilles en un an.

    Environ parce que le rapport annuel de Fost Plus ne permet pas de faire la distinction entre les bouteilles et les flacons. « Je tiens à préciser que ces chiffres concernent donc les bouteilles mais également les flacons recyclés c’est-à-dire, les détergents, les cosmétiques… », nous expliquait Fatima Boudjaoui, porte-parole de Fost Plus.

    En 2011, on comptait 203 bouteilles en plastique par habitant. Une croissance légère, certes, mais une croissance tout de même.

    Rappelons qu’au niveau européen, la Belgique se situe dans le top 3 des pays qui recyclent le mieux avec l’Autriche et l’Allemagne. (Source La Meuse vendredi 28 octobre 2016)