Google Analytics Alternative

Environnement - Page 3

  • Le CET d’Hallembaye n’est pas saturé

    Voici ce qu’on peut lire dans La Meuse ce mardi 8 août 2017.

    Ce dimanche, notre blogueur Regor publiait des photos pour le moins interpellantes. On y voyait en effet un amas impressionnant de déchets sortir du Centre d’enfouissement technique (CET) de Hallembaye. De quoi se demander s’il n’arrivait pas à saturation.

    Le centre d’enfouissement technique (CET) de Hallembaye est opérationnel depuis 1989. Il se situe dans une ancienne carrière qui se trouve le long de la rue d’Eben. Mais dimanche, notre blogueur Regor (bassenge.blogs.sudinfo.be) a été interpellé par une vue plutôt impressionnante. Depuis la route revenant de Lixhe, on pouvait en effet apercevoir un tas gigantesque de déchets culminer au-dessus de la carrière. Un peu comme si celle-ci était complète et que les déchets ne savaient plus y être stockés.

    Renseignement pris auprès d’Intradel, ce n’est pas tout à fait ça. «  Ce flanc du CET est en effet arrivé au maximum, ce qui ne veut pas dire que le site est arrivé à saturation. Il reste encore énormément de place  », explique Jean-Jacques De Paoli, porte-parole d’Intradel. «  Et si je peux comprendre que la vue soit désagréable, tout va être réglé dans les prochains jours. En effet, une fois qu’un flanc est arrivé à son maximum, on le recouvre de cailloux et d’une bâche de protection. Ensuite on recouvre de terre pour cacher l’ensemble et en faire une sorte de montagne. Ce recouvrement sera provisoire et deviendra définitif une fois que les déchets qui se trouvent en dessous se seront tassés. Alors, nous pourrons les recouvrir définitivement  ». L’endroit sera ensuite ensemencé afin de permettre à la nature de reprendre ses droits.

    La suite de l’article à découvrir en suivant ce lien :

    http://basse-meuse.lameuse.be/111457/article/2017-08-08/le-cet-dhallembaye-nest-pas-sature

  • Déchets – Bassenge. Après avoir mis la main sur un billet de 50 euros la semaine dernière, les collecteurs de déchets ont trouvé cette semaine…

    Ce dimanche, les bénévoles « nettoyeurs » de la Vallée du Geer, communément appelés les "Volonterres",  étaient à nouveau à pied d’œuvre. Après Glons, Boirs, Roclenge et Bassenge, cette fois, c’est Wonck qui était concerné. Et, durant leur périple, les collecteurs de déchets dans la Vallée du Geer ont trouvé… Une poubelle communale qui avait été jetée dans le Geer. Il l’en ont extraite et replacée à l’endroit prévu. Encore une belle journée placée sous le signe de la convivialité et de l’action bénévole.

    Félicitations à eux !

    ramasseurs de crasses août 2017.2jpg.jpg

    ramasseurs de crasses août 2017.3jpg.jpg

  • A proximité. Hallembaye : les photos du jour…

    A croire que le centre d’enfouissement technique de déchets Intradel de Hallembaye arrive à saturation. En effet, le sommet de la montagne est visible depuis la route en venant de Lixhe.

    décharge hallembaye.jpg

    décharge hallembaye3.jpg

  • Et si on parlait « Motocross » ? Un circuit permanent à Wonck : un leurre ou bientôt une réalité ?

    Comme le rapporte La Meuse de ce samedi 5 août 2017, le Grand Prix de Belgique a lieu, ce week end, sur le très sélectif terrain sablonneux de Lommel. Les chances belges d’y briller sont faibles. Sport extrêmement populaire chez nous jadis, il n’attire plus les foules. Désintérêt passager ou fin de l’âge d’or ? 

    C’est devenu une coutume à l’occasion du GP de Belgique. À chaque fois, on sort une longue liste de champions qui ont fait de notre pays le centre mondial du motocross durant un demi-siècle. Aujourd’hui, le constat est amer : la pépinière de talents s’est muée en morne plaine.

    Un désert dans lequel il convient de s’extasier, de temps en temps, devant les prouesses éphémères de l’un ou l’autre de nos pilotes.

    Mais qu’a-t-il pu se produire pour qu’on passe d’un sport qui était pratiqué dans presque tous les villages de Wallonie à une discipline marginalisée ?

    L’absence cruelle de circuits d’entraînement constitue une des raisons majeures à ce désintérêt. Pas de circuits, pas de pilotes ! Pas de pilotes, pas de champions !

    L’émulation qui poussait, par le passé, les gamins à imiter leurs aînés a disparu. Les ados qui s’achètent une moto de cross doivent souvent effectuer des dizaines, voire des centaines de kilomètres pour s’entraîner.

    Les normes environnementales sont si strictes que la demande d’un permis d’exploitation coûte très cher et prend des années. Et, souvent, la réponse est négative au terme du processus. « On n’est pas au bout de nos peines. La situation va empirer », prédit Stefan Everts, dix fois champion du monde. » Aujourd’hui, nous vivons toujours sur les acquis du passé mais dans une ou deux décennies, les gamins ne pratiqueront plus le motocross en référence à leurs glorieux aînés. »

    Alors... Un circuit permanent de Motocross à Wonck : un leurre ou bientôt une réalité ?

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-08-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-08-05,BASSE-MEUSE,1|36

  • Epinglé. Ces trois chiens vont redonner vie à des forêts ravagées par des incendies

    L’histoire se passe au Chili. Trois Border Collie ont reçu pour mission de sauver des forêts du pays. En effet, au début de cette année, ce sont 470.000 hectares de forêts – oui, vous avez bien lu - qui sont partis en fumée suite à un gigantesque incendie que jamais le Chili n’avait connu jusque-là. Un épouvantable drame environnemental sur lequel l’association écologique Pewos a planché. De là est né une idée de génie. Le principe est pourtant simple : équiper des chiens de sacs à dos percés, les remplir de graines et ensuite emmener les chiens en balade dans les bois en les incitant à courir, jouer, explorer, batifoler… Et le tour est joué. Partout là où ils passent, les graines sont libérées et, le temps aidant, une nouvelle végétation verra le jour.

    Voilà certes une idée qui ne manque pas d’intérêt et, qui sait, pourrait inspirer d’autres utilisations. Tenons à préciser, comme le montre la vidéo, que la santé des chiens n’est pas mise en question et qu’il ne s’agit nullement de lieux pollués mais bien exempts de végétation.

    Voici donc le chien, meilleur ami de l’homme, devenu aussi sauveur de son environnement…

    Regor

  • Incroyable ! Bassenge. Ils trouvent un billet de 50 euros parmi des déchets qu’ils étaient en train de collecter !

    C’est une histoire peu banale qui est arrivée ce dimanche matin à Norton et Ali deux membres du groupe de bénévoles « Volonterre » qui ramassaient les déchets jetés aux bords d’une route à Bassenge. Alors qu’ils étaient occupés, à l’aide de pinces, à s’emparer de canettes pour les introduire dans leur sac, ils aperçurent un petit papier enroulé qui affichait une couleur brune quelque peu délavée. Le petit rouleau était coincé en dessous de deux flacons en plastique. Ils s’en emparèrent et le déroulèrent pour constater qu’il s’agissait d’un billet de… 50 euros ! Il était 10h10. La journée avait bien commencé.

    Sur le coup de midi, après avoir terminé leurs collectes, le groupe se recomposa comme de coutume au lieu de rendez-vous fixé. Là, ils décidèrent de mettre cet argent à profit d’une bien sympathique manière : acheter des aliments et des boissons pour organiser un barbecue autour duquel ils se retrouveront la semaine prochaine après la collecte pour partager un bon moment de convivialité.

    Remarque.

    Vous l’aurez compris, cet article est faux. Mais, cela pourrait peut-être arriver un jour qu’un objet de valeur, ne fût-ce qu’une petite pièce de monnaie, soit ainsi retrouvé… Ceci dit, " les bénévoles ramasseurs de crasses de Bassenge  " organiseront tout de même leur barbecue en y allant de leur poche...

    Regor

    anecdote billet trouvé,billet 50 euros trouvé,ramasseurs de crasses,bénévoles volonterre bassenge,collecte de déchets bassenge

  • Bénévoles collecteurs de déchets. « Volonterre », l’action continue : ils étaient encore sur le pont ce dimanche à Roclenge

    collecte déchets dimanche 23 juillet 20172.jpgL'action continue... Après Glons et Boirs, ce week-end ils étaient à Roclenge. Belle surprise car​ le groupe de bénévoles collecteurs de déchets a accueilli de nouveaux participants... Merci à eux !

    Les prochains rendez-vous ont été fixés à dimanche prochain à Bassenge, 10h00 devant le fleuriste et le dimanche 6/8 à Wonck au Moulin Deborre rue des Platanes à 10h00.

    Sur la photo ci-dessous, une toute petite partie de l’équipe – composée de 10 participants - et le « butin » du jour.

    collecte déchets dimanche 23 juillet 20174.jpg

    collecte déchets dimanche 23 juillet 20173.jpg

  • Vallée du Geer-Bénévolat. Une nouvelle action de collecte des déchets a été entreprise dimanche dernier

    canettes boirs 2.jpgDimanche dernier, le groupe de bénévoles s’est à nouveau réuni pour « remettre ça » (Voir article précédent ICI). Après les rues de Glons lors d’une première action la semaine dernière, c’est à Boirs cette fois qu’ils sont entrés en action pour collecter les déchets abandonnés le long des routes. Et ce sont plusieurs centaines de canettes et flaconnages divers qui ont constitué l’important butin de l’avant-midi. Tout comme lors de la première action citoyenne bénévole, le groupe était composé d’une dizaine d’habitants provenant de différents villages de la Vallée du Geer, les personnes « références » étant : Ali Aghroum  pour Wonck, Michel Cajot et Muriel Bequet pour Glons, Mireille Embrechts pour Eben-Emael et Audrey Lahaye pour Bassenge. Si, globalement, les différents villages de la Vallée du Geer sont représentés, des « volonterre » de Boirs et Roclenge sont attendus.

    Enfin, au mois de septembre, des contacts seront pris avec la commune en vue d’établir un collecte déchets,collecte canettes,action citoyenne bassenge,collecte déchets bénévolatpartenariat.

    Si vous aussi, vous avez envie de retrousser vos manches et participer à une bonne action en partageant un bon moment de franche camaraderie, n’hésitez-pas à prendre contact avec Muriel ou Ali. Le prochain rendez-vous a été fixé dimanche prochain à 10h00 sur la Place Louis Piron à Roclenge. A midi, un petit verre de l’amitié vous y attendra.

    https://www.facebook.com/muriel.bequet.9

    https://www.facebook.com/ali.aghroum

  • Nouvelle amende en préparation. Moteur à l’arrêt : 50 à 10.000 euros !

    Les parents qui laissent tourner leur moteur alors qu’ils attendent la sortie de leurs enfants de l’école, Carlo Di Antonio (cdH) les a clairement dans le collimateur. À la dernière rentrée scolaire, le ministre wallon de l’Environnement leur avait dédié une campagne de sensibilisation.

    Mais il compte aller plus loin. Et frapper là où ça fait mal : au portefeuille. Au Parlement wallon, il vient d’en dévoiler un élément qui risque de faire du bruit : le montant d’une nouvelle amende. Qui oscillera entre 50 et 10.000 euros !

    Tout ceci s’inscrit dans une philosophie bien précise. C’est celle de protéger les enfants. « Par leur petite taille, ils sont en première ligne d’exposition aux gaz d’échappement » , expliquait-il à Sudpresse voici un an en nous dévoilant la campagne de sensibilisation. Le décret qu’il prépare s’inscrit dans le cadre plus global d’une lutte accrue contre la pollution atmosphérique liée à la circulation.

    Article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-15,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-15,BASSE-MEUSE,1|14

  • Un loup aperçu au Luxembourg : bientôt chez nous?

    Le Luxembourg est en émoi. La semaine dernière, un agriculteur a pris en photo un animal surpris par la lumière de ses phares. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un loup. Les experts le laissent entendre également. Cela marquerait le retour de la bête après 120 ans d’absence.

    Le loup serait donc à nos portes, si c’est bien un spécimen qui a été aperçu mercredi dernier, à Leudelange au Luxembourg. Ce soir-là, un agriculteur a vu une bête dans la lumière des phares de son tracteur. Il était environ 23h45. Il a dégainé son smartphone et a pris une photo, qui alimente toutes les conversations depuis. Et pour cause, on peut y voir une bête ressemblant fortement à un loup, de côté, à l’orée d’un petit bosquet.

    Les experts de l’administration de la nature et des forêts, l’équivalent de la DNF wallonne, ont examiné le cliché. Ils ne sont pas formels, mais laissent planer l’hypothèse qu’il s’agirait bien d’un loup. Une réponse définitive ne pourra être fournie qu’après l’analyse de poils et de déjections de l’animal.

    http://luxembourg.lameuse.be/102640/article/2017-07-11/un-loup-apercu-au-luxembourg-bientot-chez-nous

  • Action citoyenne à Glons – Collecte de déchets. Dimanche, ils étaient une dizaine à avoir répondu à l‘appel lancé par Muriel !

    nettoyage glons bénévoles.jpgA l’initiative de Muriel et Michel, un couple de glontois dont on a déjà parlé sur ce blog pour son implication dans ce type d’opération de nettoyage de déchets (voir ici), un appel était lancé sur Facebook dans le groupe local «  Le Geer dans la Vallée du Geer » afin de constituer un groupe de bénévoles prêts, eux aussi, à retrousser leurs manches. Sur Facebook, plusieurs personnes avaient répondu favorablement, le tout étant de savoir, concrètement, qui allait réellement honorer le rendez-vous fixé le dimanche à 10h00 à la gare de Glons. Et finalement, à la plus grande satisfaction de Muriel et Michel, c’est une dizaine de personnes issues de différents villages de la Vallée du Geer qui ont répondu présent pour participer à cette opération de nettoyage.

    nettoyage glons bénévoles2.jpgUne remarquable participation des jeunes

    Equipés de pinces et de sacs fournis par la commune, les vaillants « ramasseurs » de crasses, parmi lesquels une bonne partie de jeunes, s’en sont allés en toute convivialité et dans la bonne humeur à la collecte des déchets jetés par des personnes inciviques au bord des voiries.   

    Les bénévoles félicités par de nombreux promeneurs et cyclistes

    Ce dimanche matin à Glons, par cette magnifique journée ensoleillée, les promeneurs comme les groupes de cyclistes étaient légions à traverser le village. Arrivés à hauteur des bénévoles en action reconnaissables par leur gilet fluo et leurs instruments, on a souvent entendu s’exclamer les cyclistes « Vous êtes courageux ! Bravo ! » Ou encore « Merci ! Félicitations ! Bravo ! ». Les promeneurs, rencontrés au hasard, n’ont pas manqué eux aussi de leur adresser l’une ou l’autre félicitation…

    nettoyage glons bénévoles3.jpgCe qui, évidemment, ne fut pas pour déplaire à ces bénévoles qui, faisant preuve d’abnégation comme d’altruisme, continuaient vaillamment à remplir leurs sacs de déchets divers parfois même, il faut le dire, puants et répugnants.

    Durant ces deux heures, les personnes qui participaient à cette action n’ont pas manqué d’échanger des idées, des suggestions, d’émettre des souhaits afin de trouver des moyens pour sensibiliser les auteurs de ces incivilités et mettre un terme à ces actes inconsidérés. On y reviendra certainement après le cycle d’actions menées. Oui, car le groupe s’est d’ores et déjà fixé un nouveau rendez-vous.

    Une analyse

    On retiendra aussi cette analyse dressée par Michel et Ali suite à une collecte de canettes opérée sur la route de Paifve. Ils ont constaté que lorsqu’on remonte la route, sur la portion où se situent les maisons, la collecte de canettes s’est avérée relativement peu importante. Mais, par contre, dès passé celle-ci, lorsqu’on entre en rase campagne, les canettes et autres flaconnages abondent. Partant du fait qu’il serait utopique de penser que c’est précisément à cet endroit que tous les consommateurs de boissons aient fini le contenu de leur canette et s’en débarrassent de manière impulsive, force est donc d’en conclure qu’il s’agit d’un acte incivique réfléchi, prémédité. Peut-être s’agirait-il de placer un panneau de sensibilisation à cet endroit, ont-ils suggéré.

    nettoyage glons bénévoles6.jpgUn gros dépôt sauvage à l’entrée du Bois Platchet

    Lors de leur périple à la recherche de petits déchets, quelle ne fut pas leur surprise de tomber sur un important tas d’immondices à l’entrée du Bois Platchet. Impossible d’intervenir tant le volume était important. Un coup de fil à la commune s’imposera, dès lundi afin de leur demander d’agir.

    Après presque deux heures de collectes, tous les bénévoles se sont alors donnés rendez-vous devant l’église de Glons où les sacs ont été déposés afin que le service de la commune de Bassenge vienne les charger lundi dans une camionnette pour les amener à bon port. Enfin, les participants se sont fixé un nouveau rendez-vous : dimanche 16 juillet à 10h au parc à conteneurs de Boirs. Tous les nouveaux bénévoles sont bienvenus !

    Comme quoi, une bonne action commune permet de passer un bon moment et de se faire quelques nouveaux amis animés de la même motivation : tenir notre environnement propre.

    nettoyage glons bénévoles5.jpgUne magnifique opération citoyenne devant laquelle on ne peut évidemment qu’applaudir ! Merci !

    Regor

    Voir aussi :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2017/07/01/wallonie-plus-propre-action-a-bassenge-muriel-une-glontoise-228781.html

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2016/03/31/bassenge-bonne-action-dans-le-journal-la-meuse-de-ce-jeudi-d-184147.html

    nettoyage glons bénévoles8.jpg

    nettoyage glons bénévoles7.jpg

  • La photo du jour. Un dépôt sauvage à Wonck

    Une photo prise Sur Heez à Wonck. Et bientôt un reportage complet sur l’opération citoyenne de collecte des déchets qui a eu lieu à Glons ce dimanche 9 juillet au matin.

  • La photo du jour. La campagne de Wonck

    Photo prise ce mercredi 5 juillet 2017 à Wonck (Sur Heez)

    campagne de Wonck.jpg

  • Sous clé dans nos magasins, le Roundup est accessible en un clic sur Amazon ! En Wallonie, on peut l’acheter mais pas l’utiliser

    Le 1 er juin dernier, Carlo Di Antonio, le ministre wallon de l’Environnement, interdisait aux particuliers l’usage de tous les produits contenants du glyphosate. Pour l’instant, aucune mesure n’est prévue pour les professionnels. 

    Parmi ces produits, il y a le Roundup. Commercialisé depuis 1975, il s’agit d’un désherbant dont la substance active est le glyphosate. Il est produit par Monsanto, une société américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Jugé toxique et potentiellement cancérigène, le glyphosate n’a pas été retiré de la vente mais est interdit d’usage en Wallonie. Les magasins ont le droit d’en vendre mais sous certaines conditions. Actuellement, l’article n’est plus censé être en libre accès : les commerces doivent l’enlever des rayons et les placer dans une vitrine, sous clé. De plus, les vendeurs sont dans l’obligation d’avertir l’acheteur de la nocivité potentielle du produit et de fournir un feuillet explicatif sur la réglementation en vigueur.

    Malgré l’arrêté en vigueur, le produit est pourtant en vente libre sur Amazon, le géant du commerce électronique en ligne.

    L’article complet à lire ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-05,BASSE-MEUSE,1|15

  • A proximité. Autoroute-promenade

    La quiétude pour les promeneurs et les cyclistes, la vitesse pour les quads et les motos.

    Fermée depuis deux ans et demi, l’autoroute A601 est sans doute devenue le lieu de promenade le plus insolite de la Basse-Meuse. Si à certains moments, près de 100 personnes s’y retrouvent, leur présence reste pourtant interdite.

    Entendre le chant des oiseaux et admirer les fleurs à son rythme tout en étant sur une autoroute, il n’y a sans doute qu’en Basse-Meuse que c’est possible.

    Depuis la fin 2014, cette portion d’autoroute, longue de près de 5 km est fermée à la circulation dans les deux sens. Aujourd’hui, la végétation y pousse sans entretien pour le plus grand bonheur de la faune locale.

    Et s’il reste toujours les panneaux, poteaux et rails de sécurité, les lampes ont, elles, été enlevées depuis bien longtemps. Et à la place des camions et voitures, c’est un tout autre type de trafic qui y a pris place. Car avec ses longues lignes droites, l’A601 est devenue le terrain de jeux des promeneurs, cyclistes, vététistes et mêmes quadeurs et cyclocrossmen. Et s’il faut bien reconnaître que c’est un peu surréaliste et grisant de se promener ainsi sur une autoroute, ces nouveaux utilisateurs ont surtout trouvé le lieu parfait pour assouvir leur passion sans trop déranger. Mais la Police patrouille…

    Article complet à découvrir ici :

    http://basse-meuse.lameuse.be/99523/article/2017-07-03/autoroute-promenade