Google Analytics Alternative

Environnement - Page 2

  • Orages en Vallée du Geer : des photos époustouflantes !

    On les doit (encore une fois) à Jean-Philippe Boulle qui n’a pas hésité à prendre ces clichés hier alors que l’orage grondait sur notre région. Ces photographies lui ont demandé plusieurs heures d'affût dans la voiture.

    orages vallée du geer 2.jpg

    orages vallée du geer 3.jpg

    orages vallée du geer 4.jpg

  • Inauguration d'une dixième réserve naturelle à Bassenge ce 15 septembre

    Le samedi 15 septembre, Natagora inaugure la réserve naturelle du Thier de Boirs, acquise fin 2017, et présente les enjeux des travaux de restauration prévus. Cette nouvelle parcelle agrandit de près de 10 ha un superbe ensemble dans la continuité de la Montagne Saint-Pierre.

    Dix réserves naturelles s’égrainent dorénavant en basse vallée du Geer, sur le territoire de la commune de Bassenge. Afin de faire connaissance avec ce nouveau site et de comprendre les enjeux des travaux qui y seront menés, une visite guidée est organisée dans la foulée de l’inauguration. À cette occasion, un panneau didactique sera dévoilé. La presse pourra poser ses questions à la suite de l’intervention de Philippe Funcken, directeur général de Natagora, et de Thierry Ory, coordinateur du projet LIFE Pays mosan dans le cadre duquel s’est faite cette acquisition. L’après-midi se clôturera par un drink.

    Pelouses sur craies et sur graviers

    Le Thier de Boirs constitue la réserve naturelle la plus occidentale de la Montagne Saint-Pierre. Il s’agit aussi de la plus visible. Ancienne carrière, en partie comblée, ses imposantes falaises s’étirent encore sur plus de 700 m. Sur le Thier de Boirs, les pelouses sur craie et sur graviers, potentiellement riches en espèces de plantes et d’insectes, sont fortement dégradées, envahies par les petits arbres et les broussailles. Afin de donner toutes ses chances au renouveau d’une nature diversifiée (orchidées, thym, hélianthème, origan puis insectes et reptiles), de nombreux travaux de restauration doivent encore avoir lieu.

     Prairie fleurie

    Pour la gestion à venir, Natagora privilégie la collaboration avec les agriculteurs locaux. Les prairies qui s’étendent au pied des falaises et les pelouses qui couvrent leur sommet seront dorénavant gérées de façon extensive.

    Nous vous invitons cordialement à l'inauguration du site le 15 septembre à 14h au bout de la rue de l’Église à 4690 Boirs. Au programme :

    14h - Inauguration de la réserve naturelle – interventions et découverte du panneau didactique

    15h -  Visite guidée de la réserve naturelle

    16h - Drink inaugural

    Contact presse : Rudi Vanherck - Assistant de projet pour le LIFE Pays Mosan - rudi.vanherck@natagora.be - 0477 42 37 89.

    Photo bandeau : Rudi Vanherck

  • Les bulles à textiles cibles des criminels… ( Vidéo)

    Une vidéo de « Wallonie plus propre »

  • Roclenge – Rue J.Derricks. Projet de 11 lots à bâtir : avis d’enquête publique

    A Roclenge, rue J.Derricks, une enquête publique vient d’être lancée concernant la création d’un lotissement comportant 11 lots à bâtir et un lot non bâtissable. Les affiches ont été apposées sur le mur ceinturant la propriété (voir illustration).

    L’enquête a lieu du 17 août au 17 septembre (clôture).

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir:

    roclenge lotissement 2.jpg

  • Région liégeoise canicule. Sécheresse dans huit communes : Bassenge en fait partie

    En région liégeoise, les agriculteurs seront dédommagés

    Le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin (cdH), a annoncé la reconnaissance, par l’IRM, du caractère exceptionnel de la sécheresse. Cette reconnaissance concerne déjà 166 communes wallonnes, dont huit dans l’arrondissement liégeois. 

    On s’en doutait, les effets de la canicule vont faire mal, très mal. Et les agriculteurs sont sans doute ceux qui en pâtiront le plus… Avec la sécheresse, les récoltes s’annoncent très mauvaises.

    Heureusement, les agriculteurs des communes reconnues trop « sèches » pourront être dédommagés.

    Et le ministre wallon de l’Agriculture, René Collin, a annoncé la reconnaissance, par l’IRM de Belgique, du caractère exceptionnel de la sécheresse. Premier critère nécessaire pour l’indemnisation des agriculteurs.

    Plus de communes que prévu

    À l’heure actuelle, huit communes de l’arrondissement liégeois sont reprises dans le listing du ministre wallon : Aywaille, Bassenge, Comblain-au-Pont, Dalhem, Oupeye, Sprimont, Visé et Trooz.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-16,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-16,BASSE-MEUSE,1|12

  • Natagora. Gestion dans la Réserve naturelle de Derrière Lavaux à Bassenge ce samedi !

    Communiqué.

    Le samedi 18 août 2018- de 9h00 à 15h00

    Envie de prendre l'air dans une ambiance au parfum de Reine-des-prés ?

    De donner un coup main au ramassage du foin avant la floraison des Colchiques d’Automne ?

    Alors rendez-vous vous est donné ce samedi 18 août pour la traditionnelle petite journée de gestion à la « Réserve Natagora de Derrière Lavaux » à Bassenge.

    Le rendez-vous est fixé à 9h00 devant la gare des autobus du T.E.C. à Bassenge (rue Grand-Route à Wonck) ou bien directement à l'entrée de la réserve naturelle pour les habitués.

    REPAS : prenez votre pique-nique .

    En fonction de la météo ; vous aurez la possibilité de cuisson sur feu de bois (barbecue) hors de la Réserve .

    Vous pouvez également passer pour leur dire un petit bonjour...

     

    RAPPEL :

    Lieux de rendez-vous :

    A la gare des bus TEC - Grand Route - 4690 Wonck (Bassenge) à 9 h 00

    Contact : Alexandre Bernier (0476/89.28.65 - bernier.alexandre@gmail.com

    But : Ramassage de foin sur la prairie humide.

    Outil : prendre des gants, le reste est fourni sur place

  • On retire 1.000 tonnes de déchets par an de la Meuse (vidéo)

    Photo bandeau : le barrage de Lixhe après les récents orages…

    On n’imagine pas tout ce que la Meuse peut charrier comme déchets. Et tous se retrouvent forcément coincés dans les trois barrages que compte la région liégeoise à Ivoz-Ramet, à l’Île Monsin et à Lixhe. Reportage chez ceux qui sont chargés de nettoyer notre fleuve.

    À l’île Monsin, il y a bien sûr le pont-barrage, mais aussi, juste à côté, la centrale hydroélectrique de EDF-Luminus. Et c’est par elle que passe tout le débit de la Meuse afin de produire de l’électricité.

    « En régime normal, dans nos trois turbines passent toutes les secondes 450 m² d’eau, explique Dimitrios Voidanidis, le responsable des centrales hydroélectriques EDF. Avec ce débit et la chute d’eau de cinq mètres, on produit de l’énergie verte pour 35.000 ménages liégeois. »

    La suite sur :

    http://www.lameuse.be/264053/article/2018-08-10/retire-1000-tonnes-de-dechets-par-de-la-meuse-video

  • Bassenge Inondations. « Les bassins de retenue sont efficaces »

    Un article signé Aurélie Drion

    Dans notre édition de mercredi (La Meuse), nous reprenions une information de notre blogueur de Bassenge, Regor, concernant la reconstruction du bassin de retenue du Bois Hamé. Une information qui stipulait que ce bassin avait cédé lors des violents orages de juin et que les autorités avaient décidé de le reconstruire à l’identique, au même endroit, plutôt que d’en faire un plus haut. Un article qui a fait réagir Josly Piette, bourgmestre de Bassenge.

     « D’abord, le bassin n’a pas cédé. Il a débordé en raison des pluies diluviennes et des flots d’eau qui sont arrivés chez nous lorsque deux bassins d’orage, situés à Ans/Rocourt, ont cédé. D’ailleurs l’eau a complètement raviné le haut du bassin. Ensuite, si le bassin de retenue du Bois Hamé a été fait à cet endroit et pas plus haut, c’est pour une raison très simple. En raison des courbes et des pentes, les coulées de boue arrivent dans la ravine par les champs, quelques mètres au-dessus de notre bassin de retenue. Le faire plus haut ne servirait donc à rien ».

    La suite des explications et l'article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-03,BASSE-MEUSE,1|8

    Photo bandeau : le bassin de retenue en cours de reconstruction (Regor)

  • Glons – Orages du 1er juin. Dans La Meuse de ce mercredi : le bassin de Glons reconstruit à l’identique

    Le bassin de retenue du Bois Hamé, à Glons, avait cédé lors des intempéries du 1er juin dernier. Il va être reconstruit à l’identique, nous apprend le blog Sudinfo de Bassenge. Le bassin avait en effet cédé sous la pression des coulées de boue. Le village de Glons avait été le plus touché par ces inondations. De nombreuses rues avaient été totalement sous eaux. « On ne comprenait pas cet afflux qu’on n’avait plus connu depuis 40 ans. Mais une enquête a permis de déterminer que deux bassins d’orage ont cédé du côté du plateau d’Ans/Rocourt et toute cette eau est arrivée chez nous en plus de tout le reste », avait précisé Josly Piette, bourgmestre de Bassenge, dans nos colonnes.

    Depuis quelques semaines, le service des travaux est occupé à reconstruire le bassin de retenue à l’identique en utilisant les mêmes matériaux. Option a donc été, en temps d’orage et de pluies abondantes, de continuer à contenir et canaliser les éventuelles coulées de boues au niveau le plus bas de cette chavée (ravine), et non d’intervenir au point haut.

    Bientôt la vidéo prise le lendemain des calamités sur ce blog.

    Les photos des travaux sont à découvrir sur notre blog http://bassenge.sudinfo.be

    L’article à découvrir ici :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-01,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-01,BASSE-MEUSE,1|8

  • Eben-Emael – Carrière. Le permis unique refusé pour la carrière Marnebel

    marnebel 5.jpgLes riverains craignaient des nuisances

    Soulagement pour les riverains de la carrière Marnebel. Le ministre Carlo Di Antonio vient de confirmer le refus de permis unique introduit par le nouvel exploitant du site. Il faut dire que pour les habitants, les craintes étaient plus que nombreuses. Depuis le début de l’année, des riverains de la carrière Marnebel se sont mobilisés.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse ou en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-07-30,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-07-30,BASSE-MEUSE,1|8

  • Glons – rue du bois Hamé. Le bassin de retenue en cours de reconstruction à l’identique

    Il avait cédé lors des pluies diluviennes du 1er juin dernier avec les conséquences qu’on a connues.

    Voir article ICI. Depuis quelques semaines, le service des travaux est occupé à reconstruire le bassin de retenue à l’identique en utilisant les mêmes matériaux. Option a donc été, en temps d'orage et de pluies abondantes, de continuer à contenir et canaliser les éventuelles coulées de boues au niveau le plus bas de cette chavée (ravine) et non d’intervenir au point haut.

    Le bassin avait cédé sous la pression des coulées de boue

    bassin retenue glons,bassin retenue bois hamé,bassin retenue rue bois hamé glons

    Il est en cours de reconstruction

    bassin retenue glons,bassin retenue bois hamé,bassin retenue rue bois hamé glons

    bassin de retenue glons bois hamé juillet 2018.2 jpg.jpg

    bassin de retenue glons bois hamé juillet 2018.3jpg.jpg

  • Glons. « Les jardins de la Casa », un lieu voué à la Permaculture. Petite visite en vidéo

    C’est dans un des plus vieux hameaux du village de Glons que les propriétaires du lieu ont décidé, cette année, de mettre leur projet à bien et d’utiliser l’espace (2 ares) pour y pratiquer la permaculture. Au stade de laboratoire, les résultats sont aussi probants que prometteurs.

    Alors, la permaculture, qu’est-ce que c’est ?

    « La permaculture est une philosophie et une approche de l’usage de la terre visant la conception de lieux de vie et d’activités écologiquement soutenables. La permaculture utilise les caractéristiques des plantes et des animaux et les combine à celles du site et des installations afin de créer, sur la plus petite surface possible un écosystème cultivé qui puisse assurer la vie, que ce soit à la ville ou à la campagne… » Extraits du livre de Bill Mollison éditions Passerelle-Eco.

    Petite visite en vidéo

    Sur demande, "Les jardins de la Casa" pourront être visités durant le mois d’août.

  • Canicule. Déjà trois communes en manque d’eau !

    Une nouvelle réunion du Centre de crise pour faire le point sur la sécheresse se tiendra le 6 août

    Le Centre régional de crise a annoncé ce mercredi une restriction totale de l’eau sur trois communes : Havelange, Somme-Leuze et Hotton. Une autre réunion se tiendra le 6 août pour faire le point sur l’évolution de la sécheresse. En attendant, il faudra se passer de kayaks et protéger les poissons. Explications. 

    Comme annoncé dans nos éditions d’hier (La Meuse), une réunion du Centre régional de crise se tenait mercredi après-midi à Namur. Objectif : faire le point sur la situation de l’eau en Wallonie.

    Grâce à toute une série d’acteurs de la Région wallonne responsables du réseau, une photographie précise de la situation actuelle en Wallonie a pu être tirée. Concernant l’eau potable, trois communes vont devoir se serrer la ceinture. « Hotton, Somme-Leuze et Havelange ne sont pas interconnectées aux autres réseaux. Les captages qui les alimentent sont limités pour l’instant donc nous recommandons ne pas arroser les jardins, nettoyer les voitures ou remplir les piscines dans ces communes », commente Paul Dewil, directeur du Centre régional de crise.

    Pour l’heure, les autres communes wallonnes ne tombent sous le coup d’aucune restriction mais cela pourrait changer assez vite. Une autre réunion du CRC-W est d’ailleurs déjà programmée le 6 août prochain afin d’évaluer la situation globale. D’ici là, il leur est toutefois conseillé de ne pas gaspiller l’eau en évitant par exemple de trop arroser les jardins.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-07-26,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-07-26,BASSE-MEUSE,1|14

  • Environnement – Déchets dans la nature. Voici les 24 communes wallonnes qui testeront la reprise des canettes contre une prime de 5 centimes

    Vingt-quatre communes ont été retenues pour participer à un projet-pilote de reprise des canettes, indique mardi le ministre wallon de l’Environnement, Carlo Di Antonio, dans un communiqué. Le projet, qui sera lancé en septembre, vise les canettes abandonnées dans la nature. Chaque pièce rapportée donnera droit à une prime de 5 centimes à faire valoir dans des commerces locaux.

    Pendant deux ans, les citoyens et organisations des 24 communes participantes pourront ramener des canettes abandonnées dans l’espace public. Deux systèmes seront testés de manière alternative et progressive: une reprise automatisée à l’aide d’une machine spécifique et une reprise manuelle via le personnel communal. Après un an, les deux scénarios seront évalués et «des ajustements éventuels pour la suite du projet» pourront être décidés.

    Il est toutefois à noter que Bassenge ne figure pas parmi les 24 communes.

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://www.sudinfo.be/id66351/article/2018-07-24/voici-les-24-communes-wallonnes-qui-testeront-la-reprise-des-canettes-contre-une

  • Bassenge Environnement. Pas de permis pour les éoliennes de Bassenge

    La Basse-Meuse, et plus précisément Bassenge, accueillera-t-elle un jour des éoliennes sur son territoire ? Une chose est sûre : les demandes de permis se multiplient et jusque-là, nous ne voyons rien à l'horizon.

    La raison ? Les multiples recours qui sont systématiquement introduits lorsqu'un permis est enfin délivré. Les dernières éoliennes à en faire les frais, ce sont celles d'EDF Luminus. Le producteur d'énergie souhaitait implanter cinq éoliennes entre les villages de Wihogne et Glons, aux alentours de la route de Glons.

    Quatre devaient être érigées sur Juprelle et une sur Bassenge. Refusé en première instance, le permis unique avait finalement été délivré sur recours, en septembre dernier, par le ministre de l'Environnement. Mais un particulier et l'ASBL « Le Vent Tourne » ont introduit un recours en annulation au Conseil d'Etat.

    Ces derniers estiment que les éoliennes auraient un impact paysager, sonore et visuel pour les habitants des communes de Juprelle et Bassenge et l’environnement, mais surtout pourraient nuire à la sécurité du trafic aérien. Les éoliennes que EDF Luminus souhaite implanter se situent en effet à 12 km du radar de Liège.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/257624/article/2018-07-23/eoliennes-de-luminus-permis-annule