Google Analytics Alternative

Animaux - Page 2

  • Zo’Oborne, un nouveau centre de Zoothérapie à Glons. Il est unique en région liégeoise

    isabelle mathéi.jpgIsabelle est Ergothérapeute et peut se prévaloir d’une expérience de 25 ans au sein d’un Centre pour déficients mentaux où elle a occupé le poste de Directrice. Mais c’est aussi sa passion pour les animaux qui l’a conduite à élaborer un concept de rééducation par la Zoothérapie qui a fait ses preuves. Nous citerons pour exemple le centre établi à Limelette.

    Mais la Zoothérapie : qu’est-ce que c’est exactement ?

    La zootherapie ou thérapie assistée par l'animal utilise les effets positifs de la présence d'un animal zo'oborne 2.jpgdans le processus thérapeutique pour favoriser le bien-être du patient.

    Qui dit Centre de rééducation dit aussi installations

    Et certes, celles-ci ne manquent pas. A quelques encablures de sa propriété située en regard du bien connu Moulin Seronvalle de Glons du Val d’Oborne, le centre dispose de grands espaces et de locaux aussi vastes où évolue une ménagerie composée entre autres d’une vache et son petit veau, de poules, de lapins, de moutons, de pigeons etc… etc… la liste des animaux n’étant nullement exhaustive…

    Et tout ce petit monde se trouve sous la surveillance attentive de Nala, la petite chienne Border Collie, qui accompagne aussi Isabelle dans ses déplacements en Maison de repos.

    Des déplacements en Maisons de repos pour aller à la rencontre des personnes âgées

    En effet, c’est accompagnée de Nala qu’Isabelle se rend dans les maisons de repos zo'oborne 7.jpgpour rencontrer les personnes âgées qui, il faut le dire, n’avaient plus eu guère l’occasion depuis belle lurette de pouvoir caresser le meilleur ami de l’homme dont ils avaient parfois même oublié l’existence.

    Et, c’est là que se révèle l’importance de la démarche.

    Car après les caresses et la mise en confiance, commencent alors les jeux qui amènent à stimuler chez ces personnes des réflexes et des mouvements de manière intuitive qui s’ancrent dans un programme de rééducation plus complet. Pour ne citer que celui-là, le jeu de « lancer la baballe » est un des piliers.

    Le travail au Centre Zo-Oborne

    A Glons, le travail au Centre se veut plus éclectique et s’ouvre à différentes pathologies. On y retrouvera, notamment, des jeux et des exercices adaptés à des enfants qualifiés d’ « Hyper actifs » pour lesquels la concentration se retrouvera renforcée par l’observation d’un parcours réalisé par Lana, la petite chienne, qu’ils devront ensuite imiter et reproduire. Objectif thérapeutique : zo'oborne 5.jpgdévelopper la motricité globale.

    Mais ce n’est qu’un exemple parmi une large panoplie qui ne cesse de s’étoffer car, outre les déplacements en maisons de repos, le centre Zo'Oborne propose ses services aux enfants ou adultes porteurs d'un handicap, aux enfants hyperactifs...

    Des mini-stages durant le mois de juillet

    L’appel est lancé et voici ce qu’on peut lire sur la page Facebook de Zo’Oborne : « Votre enfant à un retard moteur, un retard de langage, des troubles autistiques ou caractériels, il est porteur de trisomie 21,... Ceci freine son accès aux « traditionnels » stages d'été... Je vous propose des stages adaptés où entouré d'animaux il pourra s'amuser... Inscrivez-vous... »

    zo oborne isabelle.jpgEt pour obtenir plus de renseignements ?

    Il faut alors se rendre sur la page Facebook en suivant ce lien :

    https://www.facebook.com/zooborne.be/

    Nous ne pouvons que souhaiter bon vent à cette nouvelle entreprise glontoise qui, avec Isabelle, est assurément en de bonnes mains.

    Et enfin, pour terminer, comment ne pas évoquer la valeur précieuse des échanges que l’être humain doit respecter et entretenir avec le monde animal quand il est démontré, comme c’est le cas ici, que quelques animaux qui lui sont familiers peuvent aussi par leur simple présence soulager certaines pathologies ou déficiences dont il peut souffrir ?

    Roger Wauters

    Zo’Oborne Centre de Zoothérapie

    Isabelle Palmus – Mathéi

    GSM 0485.922895

    Val d’Oborne 11+

    4690 Glons

    zo'oborne 6.jpg

    zo'oborne 3.jpg

    zo'oborne 4.jpg

  • Acte barbare. Ce chaton a été enfermé dans un four à 200º C !

    Il devrait s’en sortir. « Il reste si gentil malgré le calvaire que l’homme lui a fait subir », s’étonne le vétérinaire

    Un chaton de 10 mois traité comme un ballon de foot puis enfermé dans un four chauffé à 200 degrés ! Il y aurait passé 15 minutes avant d’être sauvé. Cela s’est déroulé chez nous en Belgique. Le tortionnaire risque gros. Quant au chaton, Sprotje, qui a terriblement souffert, il est aux petits soins et va s’en sortir. Un miracle… 

    Dans la nuit de mercredi à jeudi, lors d’une soirée bien arrosée entre amis à Courtrai, un chaton a subi un véritable calvaire. Non seulement il aurait été utilisé comme un ballon de foot pour divertir l’assemblée, mais il a fini dans le four de la cuisine. Il y aurait passé 15 minutes à 200 degrés. C’est un participant à la fête qui, entendant des bruits sourds à la cuisine (le chat se débattait pour sortir), l’a délivré. Il a d’abord tenté de soigner le pauvre animal, en passant ses brûlures sous la douche puis l’a amené, vendredi, chez un vétérinaire. L’animal était dans un état particulièrement grave : il souffrait de graves brûlures et de saignements internes, les coussinets de ses pattes sont complètement brûlés .« Mais son état évolue bien », comme nous l’a indiqué ce dimanche après-midi, Joshua Dutré, vétérinaire au cabinet Overleie de Courtrai. « Vu les circonstances, il ne va pas trop mal. Le chemin sera long vers une guérison complète, mais il devrait s’en sortir. Cela prendra plusieurs semaines. Le chaton commence à manger et à boire. On lui donne des antidouleurs et un médicament de la même famille que la morphine. Ses brûlures sont en ligne ou par rond, mais nous avons dû le bander quasi sur tout le corps, avec un bandage qui contient du miel. Le miel soulage et guérit la peau, il a un effet antibactérien. »

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-06-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-06-11,BASSE-MEUSE,1|16

  • Chiens saisis à Remicourt: une ASBL liégeoise cherche des dons

    Ce jeudi 3 mai, les inspecteurs du bien-être animal ont procédé à la saisie de 151 chiens à Remicourt. L’ASBL « L’assiette des 4 pattes », de Sprimont, a désormais 10 chiots de 3 semaines et leurs mamans à sa charge. Elle lance un appel aux dons !

    L’association est à la recherche de fournitures pour les bébés et leur maman.

    Voici ce dont les bénévoles ont besoin :

    – des alèses 60*40 cm toutes marques confondues

    – de la poudre à lessiver toutes marques confondues

    – des boîtes d’alimentation pour chiots (Royal Canin « starter mousse »)

    – de l’adoucissant toutes marques confondues

    – du détergent ménager toutes marques confondues

    – du désinfectant type DETTOL

    – des couvertures légères (lessivage tous les jours) pour le confort des bébés et leurs mamans.

    Les dons peuvent être déposés, soit dans les Tom&Co de Verviers, Spa et Malmedy. Ou encore directement au refuge (rue des écoles, 9 4140 Sprimont).

    « Nous allons également organiser une tombola au Tom&Co de Spa, ce 12 Mai, de 9h à 18h30 », indique l’association. « Les tickets seront en vente à 1€/ ticket, et les participants auront une chance sur 5 de gagner. La totalité des fonds sera utilisée pour les chiens et pour aider le refuge dans ses travaux. Nous fonctionnons sans chenil, et nous suivons chaque chien jusqu’au bout de sa vie. Nous n’avons pas beaucoup de moyens, mais nous avons une volonté de fer pour aider les animaux ».

    Si vous pouvez aider cette association, n’hésitez pas !

    Rappelons quand même que ces chiens ne sont pas encore à l’adoption.

    Infos au 0497/11.64.64

    (Source Sudinfo)

  • Région liégeoise. Arnaque à la vente de chiots

    Depuis plusieurs semaines, une annonce particulièrement alléchante circule sur les réseaux sociaux. Une dame prétend avoir recueilli un chiot. Par manque de temps, et parce que son mari est allergique, elle souhaite lui trouver une famille d’accueil. L’annonce est envoyée sur de nombreux groupes Facebook. Une fois il s’agit d’un bouledogue, une autre fois, cela concerne un cavalier king charles.

    Valérie, qui habite en région liégeoise, a contacté cette personne pour un jeune bouledogue. « J’avais déjà lu quelques commentaires qui parlaient d’une arnaque, mais j’ai quand même voulu essayer », nous dit-elle.

    Son interlocutrice, qu’elle contacte via la messagerie du célèbre réseau social, sait comment y faire. Elle indique qu’elle a trouvé « cette petite merveille » abandonnée par son maître, qu’elle souhaite lui trouver une famille aimante qui ne voudra pas la revendre par la suite. Elle veut également connaître l’attachement de la personne à la cause animale. Le chiot a même déjà un prénom : Orlinda. Bref, tous les ingrédients sont réunis pour faire fondre les amis des bêtes.

    Mais la situation se détériore quand elle commence à parler des frais de vétérinaire de 200 €, que Valérie devra payer avant de venir chercher le jeune bouledogue.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-05-05,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-05-05,BASSE-MEUSE,1|4

  • Pyrale du buis : des solutions existent

    Une solution de base, quasiment préventive, est d’inspecter, sans relâche, ses buis. La pyrale est parfaitement identifiable puisque le corps est vert et la tête est noire. « Elle n’est pas du tout urticante mais mettez tout de même des gants pour éviter le fil de soie tout collant », conseille François Verheggen. « Il faut la retirer du buis et l’écraser, surtout ne pas le jeter chez le voisin. Si votre buis est déjà fortement consommé, il faut impérativement le couper et le brûler, pas le composter. Cela ne sauvera pas votre buis mais vous sauverez, peut-être, les voisins. »

    En marge de ces solutions mécaniques, des actions chimiques existent aussi. « Il y a les insecticides phyto biologiques, estampillés « BT », que l’on trouve en jardinerie ou les insecticides plus classiques"

    Source La Meuse

  • Région liégeoise. La pyrale a débarqué et rase vos buis. Une inquiétante chenille d’Asie

    Elles sont voraces, redoutables, efficaces et terriblement envahissantes. Vous avez mis des années à entretenir et à tailler vos buis pour qu’ils fassent pâlir ceux des jardins de Versailles et elles, en quelques paires d’heures, rasent vos plantes. Elles, ce sont les pyrales du buis, une espèce de chenille originaire de l’Asie de l’Est arrivée en Belgique en 2017. Plusieurs cas ont été signalés à Liège, à Flémalle ou encore à Amay. 

    L’entomologiste, professeur à l’université de Liège, François Verheggen, nous dit tout sur la pyrale. « Cette espèce est arrivée en Europe en 2006, 2007 », explique-t-il. « C’était à la frontière franco-suisse. Après être passée par les Pays-Bas, elle est arrivée en Belgique, pour la première fois, en 2017. Cette chenille à la particularité de se nourrir exclusivement de buxacées dont il existe une centaine d’espèces différentes. C’est ce que l’on nomme un insecte spécialisé. »

    Il n’y a donc aucun risque pour vos haies de ligustrum ou de laurier. A contrario, vos buis, eux, sont dans le viseur des chenilles.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-04-27,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-04-27,BASSE-MEUSE,1|10

    Photo source Wikipedia :

    Par Didier Descouens — Travail personnel, CC BY-SA 4.0,

    https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32236385

  • Vallée du Geer. Communiqué important pour les détenteurs de chiens. Un renard porteur de la maladie de Carré constaté en notre Vallée

    Communiqué du Cabinet Vétérinaire Docteur François-Baron

    Attention

    Nouvelle information importante pour la vallée du Geer.

    Un renard décédé a été confirmé porteur de la maladie de Carré. Il est donc primordial de vérifier la validité de vaccination de votre chien. Elle doit avoir eu lieu, selon le type de vaccin, il y a moins de 1 à 3 années. À cette fin, veiller regarder, dans son carnet de vaccination, la date à laquelle le vaccin a été réalisé. Les vaccins Versican + DHPPi et Nobivac DHPPi couvrent la maladie de carré pour une durée de 3 années.

    En cas de doute, consulter votre vétérinaire.

    Bien à vous Vétérinaire Francois-Baron

  • Vive le printemps en Vallée du Geer ! Les photos et la vidéo du jour…

    La vidéo est signée Jean-Philippe Boulle et les photos du jour sont de votre blogueur. 

    Un paysage dans la campagne glontoise, toujours à Glons une grive musicienne dans un jardin, et enfin la vidéo d’un pic épeiche dans le site du petit Lourdes à Bassenge.

    paysage de glons avril 2018 Regor Photography.2jpg.jpg

    grive musicienne glons photo roger wauters.jpg

  • Encore un cadavre de mouton découvert à Boirs. Le mystère s’épaissit…

    cadavre mouton boirs avril 2018. 3 jpg.jpgC’est une joggeuse qui nous a avertis, le weekend dernier, de la présence d’un cadavre de mouton (toison brune), en état avancé de putréfaction, gisant derrière des buissons sur le bas-côté de la partie haute du Thier Begot à Boirs. Il semblerait qu'il s'agisse d'un animal adulte. L’endroit où il se trouve n’est pas bien loin de celui où récemment 6 autres cadavres d'ovins ont été découverts. Ce qui porte donc la liste à sept. Le mystère s’épaissit…

    cadavre mouton boirs avril 2018. 2 jpg.jpg

  • Virus mortel. 12 renards tués par la maladie de Carré à Liège. Propriétaires de chiens, attention !

    Le virus de la maladie de Carré a été détecté sur 12 renards et un raton laveur dans cinq communes liégeoises : Liège, Seraing, Flémalle, Comblain-au-Pont et Oupeye.

    Le risque d’infection est très important pour les chiens domestiques. Dans 50% des cas, ceux-ci en meurent. La seule solution, c’est la vaccination préventive. Après infection, la marge de manœuvre est très limitée pour les vétérinaires.

    La Faculté de médecine vétérinaire met en garde et conseille aux médecins et aux propriétaires de chiens de bien veiller au vaccin et aux rappels annuels. Surtout pour les chiens habitant ou fréquentant les régions boisées où ils ont plus de chance de détecter le virus.

    Actuellement, aucun chien n’a été infecté. Les symptômes sont la fièvre, les écoulements nasaux, les problèmes d’appétit, neurologiques ou digestifs. Si votre chien souffre de plusieurs de ces symptômes en même temps, consultez rapidement un vétérinaire.

  • Glons – Faits divers. Cinq moutons égorgés. Le bourgmestre et des joggeuses ont découvert cinq carcasses en pleine campagne dimanche dernier

    La Meuse de ce mercredi consacre un article à ce sujet. Il est signé Marc Gérardy.

    Macabre découverte dimanche dernier à Glons. Des carcasses de moutons et d’agneaux gisaient sur le sol. Ils ont sans doute été déterrés. 

    Comme chaque dimanche matin, Josly Piette, bourgmestre de Bassenge, se promenait dans l’entité. « Je marchais comme à mon habitude dans la campagne sur un chemin de remembrement que je connais très bien. Et j’ai aperçu au bord du chemin les carcasses de cinq agneaux et moutons abandonnés. J’ai poursuivi ma route et j’ai croisé trois joggeuses que je connais très bien et qui ont assisté au même triste spectacle que moi. Elles ont pris des photos qui se sont retrouvées rapidement sur les réseaux sociaux », raconte le bourgmestre de Bassenge, Josly Piette.

    Le clos d’équarrissage

    « Dès lundi matin à 7h30, j’ai convoqué une réunion à l’administration communale avec le service des travaux. Que faire dans un tel cas ? Conformément aux règles de santé publique : prévenir le clos d’équarrissage. Les responsables du clos nous ont demandé de rassembler les carcasses des moutons en un seul endroit. C’est ce que nous avons fait », précise Josly Piette.

    Il faut savoir qu’à l’équarrissage, les animaux sont entassés et broyés pour être notamment transformés en poussières d’os. On utilise ensuite ces poussières comme combustible. Chaque année, 1500 tonnes de cadavres d’animaux de compagnie y sont envoyées. L’équarrissage est gratuit, mais le transport est payant pour un animal de compagnie.

    « Nous avons aussi retiré dans le Geer un porc noyé que nous avons mis avec les carcasses des moutons. Ce n’était pas à la commune d’effectuer un tel travail mais si nous avions dû attendre l’intervention de la Région wallonne, cela aurait pris beaucoup plus de temps », ajoute le bourgmestre.

    « Tout s’est donc déroulé dans le respect des procédures », insiste Josly Piette.

    Il reste à déterminer ce qui s’est exactement passé dans la campagne de Glons. Depuis combien de temps se trouvaient ces carcasses d’agneaux et de moutons à cet endroit ? Qui les y a amenées ?

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce mercredi  ou en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-04-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-04-11,BASSE-MEUSE,1|6

    Opinion de Roger Wauters

    Mardi, en fin de journée, notre visite sur le lieu a permis de constater que les cadavres des moutons avaient été emportés.

    Qu'en est-il du suivi de la plainte déposée tant à la police judiciaire qu'à la police de l'environnement le lundi soir ? Les carcasses ont-elles été enlevées avant enquête ? Si oui, qu'en est-il du suivi de celle-ci ?

    Toutes les questions restent donc ouvertes...

     

     

  • Boirs - Sordide et inquiétant. Découverts en rase campagne les cadavres des moutons étaient dépecés. 5 agneaux et un mouton adulte… + Photos

    cadavre mouton avril 2018 glons7.jpgL’affaire fait grand bruit depuis la publication de l’article, publié sur ce même blog, sur la macabre découverte faite par une joggeuse de cadavres de moutons en pleine campagne entre Glons et Boirs. Abandonnés, dépecés, jetés là au bord d’un champ, tout le monde se demande la raison de cet acte si ce n’est de la pure cruauté. D’autant qu’à la vue des pauvres corps mutilés – Nous sommes retournés sur place ce lundi à 15h00 – impossible d’imaginer qu’ils aient pu être abattus selon les simples règles de respect des droits de l’animal.

    Un acte inqualifiable

    5 agneaux et un mouton adulte

    Parmi les personnes profondément choquée, Muriel de Rosa Canina (Les moutons de la Montagne Saint Pierre) nous a fait parvenir un message. Elle ne comprend pas. Portaient-ils les boucles Sanitel obligatoires ? Nous a-t-elle demandé. Question à laquelle nous n’avons pu répondre que par la négative.

    Sur Facebook, d’autres questions fusent. Un cas de maltraitance animale ? Etaient-ils affamés ? Ont-ils été enterrés puis déterrés ? Pourquoi ?

    Assailli de question, le jeune Conseiller communal bassengeois Christopher Sortino (PS) s’est rendu sur place. Il explique : « Je viens de me rendre sur place, après le boulot. Effectivement, c'est assez choquant : 5 agneaux visiblement déterrés et une carcasse d'une plus grosse taille.

    J'ai sonné à la police de l'environnement. Ces derniers, très professionnels, m'ont recommandé d'avertir les services communaux et les services de police. Ce que je viens de faire.

    J'ai envoyé un plan précis de l'endroit problématique à l'agent constatateur communal et ai introduit une plainte à la police contre X.

    J'ai également demandé à la commune de faire appel au clos d'équarrissage pour venir enlever les carcasses car, de mémoire, un jogging bien connu passe par là ce samedi.

    Je serai tenu informé de la suite de ce dossier et ne manquerai pas, le cas échéant, de vous en informer. »

    Effectivement, les participants à ce jogging du Televie de Glons sur lequel nous consacrerons un article demain ne méritent certainement pas la vue de ce spectacle désolant et sordide qui résulte d’un acte de barbarie d’une lâcheté sans aucune commune mesure.

    Attention les photos peuvent choquer !

    cadavre mouton avril 2018 glons.jpg

    cadavre mouton avril 2018 glons3.jpg

    cadavre mouton avril 2018 glons2.jpg

  • Macabre découverte. Le cadavre d’un chevreuil gisant dans un champ au bord de la route de Paifve à Glons

    chevreuil cadavre 2.jpgUne lectrice nous a fait part, ce mercredi 4 avril 2018 matin, de la macabre découverte du cadavre d’un chevreuil gisant dans un champ route de Paifve à Glons. Les services de Police ont été avertis par nos soins et vont se rendre sur le lieu.

    Pour rappel, sur ce tronçon de route, la prudence est de mise pour les usagers. (Photos ci-dessus Regor Bassenge Sudinfo)

    chevreuil cadavre route de paifve.jpg

  • Exclusif ! Un loup aperçu à Wonck ! La famille de promeneurs n'en revient toujours pas !

    loup wonck.jpgC’est vendredi en fin de journée au lieu-dit « Sur Heez » à Wonck, qu’une famille, en promenade, a aperçu un loup qui évoluait seul dans les broussailles d’un petit bosquet. La jeune dame raconte « Nous faisions une promenade en famille, avec mon mari et mes deux enfants, et nous passions par la campagne de Wonck pour rejoindre notre domicile à  Eben, quand tout à coup le petit (11 ans) s’écria « Là ! Il y a un loup ! » En pointant son doigt dans sa direction. Et, effectivement, on n’en croyait pas nos yeux. Il était là, devant nous. Mais à une certaine distance, quand même. Pas tout près. Mon mari prit vite son appareil photo. Mais le loup nous avait vus et il s’est précipité pour s’engouffrer rapidement dans le bosquet. La photo vaut ce qu’elle vaut, mais il a réussi à le photographier. La petite (8 ans) avait très peur. A tel point que nous avons dû changer de direction et prendre un autre chemin pour retourner à Eben. Au départ, quand le petit a crié, je croyais qu’il s’agissait d’un renard. Mais non, c’était bien un loup ! »

    D’autres témoignages convergent

    Un excellent photographe animalier Bassengeois dont nous tairons le nom, nous avait déjà évoqué la présence du loup à Wonck lors de sa participation à l’exposition « Clic and Shoot » en 2018 à Herstal. « Oui, oui, je suis certain que le loup est présent à Wonck. Malheureusement, je ne suis encore jamais parvenu à le photographier mais, je vous assure, je l’aurai ! .» Propos corroborés par Jean -P, un autre photographe animalier, lui aussi de la région « Pour ma part, j’ai déjà vu plusieurs de ses traces.. Mais je ne l’ai encore jamais rencontré…Dommage. »

    Un loup dans notre région ? Oui, c’est possible

    Car, au mois de janvier 2018 dernier, Sudinfo publiait l’article suivant :

    Le loup flamand est à 50 km de chez nous: certains éleveurs le redoutent… le fusil au poing!

    La louve sauvage Naya, qui a franchi la frontière belgo-néerlandaise il y a trois semaines, a fait ses premières victimes dans un élevage de Meerhout : elle a tué deux moutons et sévèrement blessé un troisième. Certains éleveurs wallons, qui ne sont qu’à 50 km de là, savent que l’animal est protégé. Mais ils assurent attendre Naya fusil au poing…

    Le problème est toujours le même à chaque réapparition du loup dans des zones où l’animal avait disparu : il finit par s’attaquer à des troupeaux de moutons, provoquant la colère des éleveurs.

    http://www.sudinfo.be/id35258/article/2018-01-23/le-loup-flamand-est-50-km-de-chez-nous-certains-eleveurs-le-redoutent-le-fusil

    Photo TdG.

  • Vallée du Geer. C’est la saison des amours. Attention aux canards…

    canards glons 2.jpgAvec les beaux jours qui reviennent, les canards sont de plus en plus nombreux à s’aventurer sur les routes et aux abords… Ce phénomène est lié à la « saison des amours »… Alors, pensez-y. En voiture, à l’approche des canards ralentissez…

    On les aime, nous, nos beaux canards de notre Vallée du Geer. Respectons-les. (Photo bandeau prise à Bassenge : Ali Aghroum)( Et Regor photo Glons vignette)