Google Analytics Alternative

  • Pas de courrier à Visé, Blegny, Bassenge, Soumagne et Herstal (Reportage RTC - Vidéo)

    RTC publie un article par lequel il nous informe que les travailleurs de Bpost se sont croisés les bras ce matin à Visé. Ils ont suivi le mouvement de grève lancé lundi à Herstal. Cette action anticipe un mouvement national de grève tournante prévue la semaine prochaine mais le personnel de Bpost estime que la situation sur le terrain n'est plus tenable vu les efforts consentis depuis plusieurs années.

    Le reportage à découvrir en vidéo :

  • Le pont de Lixhe-Visé rouvert à la fin de cette année?

    Depuis le 8 février dernier, le pont de Lixhe à Visé est interdit à toute circulation. Il s’est soulevé de 50 centimètres suite à la rupture d’une des deux bielles qui ancrent le pont à hauteur de la rue de la Croix, une rupture due à la corrosion.

    La société Travhydro avait installé un échafaudage qui descendait le long de l’ouvrage pour travailler sous le tablier du pont mais il a été heurté à trois reprises par des péniches et la société l’a démonté.

    Une réunion s’est tenue ce mardi matin pour décider de la suite des travaux à mener car le retard s’accumule. Les travaux devaient être achevés idéalement pour la fin de ce mois mais il n’en sera rien.

    L’article complet dans votre journal La Meuse de ce mercredi 31 octobre 2018

  • Région liégeoise. La récolte des bouchons, c’est toujours d’actualité!

    En avril dernier, la société Eryplast, à Herstal, a cessé la récolte des bouchons de plastique dont l’apport financier est indispensable à certaines associations. Depuis, beaucoup pensent que l’action n’existe plus. Mais deux adolescentes et leur maman ont créé un point de collecte à Hognoul et tiennent à le faire savoir.

    La transformation des bouchons en plastique, effectuée jusqu’alors par la société herstalienne Eryplast, a cessé début avril dernier. Une reprise de l’activité était annoncée un temps par Eloy à Sprimont, mais ne s’est finalement pas concrétisée. Conclusion, nombreux sont les citoyens qui pensent désormais qu’une telle récolte est devenue inutile. «  Faux  », scande Isabelle Klinkers, de Hognoul (Awans). «  La récolte des bouchons en plastique destinée à financer la formation des chiens guides pour malvoyants et aveugles existe toujours ! Il serait dommage de cesser cette pratique super-utile, en pensant à tort que cela n’existe plus  », insiste-t-elle.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://www.lameuse.be/300601/article/2018-10-30/la-recolte-des-bouchons-cest-toujours-dactualite

  • Eben-Emael - Carrière du Romont. CBR veut étendre le Romont, ensuite, les terres seront rendues à l’agriculture

    La carrière du Romont devrait s'étendre de 24 hectares dans les prochaines années. La demande d'autorisation est en cours et une vingtaine de propriétaires devraient être expropriés. Mais une fois les gisements épuisés, ces hectares redeviendront des plaines agricoles. 

    (NDLR. Note de grandeur : 24 hectares équivalent à 34 terrains de football (7.140 m2)

    Depuis 1973, la société C.B.R. exploite la carrière du Romont pour y extraire le fameux tuffeau de Maastricht mais aussi des craies et du limon. Le gisement s'étend sur 550 hectares, dont 330 en région wallonne, à Eben-Emael. Actuellement, 220 hectares sont inscrits en zone d'extraction au plan de secteur. 230 millions de tonnes de craie et de tuffeau peuvent ainsi être excavées. Si le dernier permis d'extraction a été délivré à C.B.R. en 2004, la société doit régulièrement demander de nouvelles autorisations. Elle n'est ainsi autorisée à exploiter qu'une zone à la fois. Une fois que cette partie est pratiquement totalement exploitée, C.B.R. doit entreprendre des démarches pour pouvoir étendre la carrière. Ce qui vient d'être fait dernièrement, une enquête publique se tiendra d'ailleurs du 5 novembre au 5 décembre.

    Une soixantaine de parcelles

    La demande concerne 24 hectares, répartis sur une soixantaine de parcelles.

    L’article complet et détaillé est à lire en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-10-29,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-10-29,BASSE-MEUSE,1|8

  • Météo: la neige fondante arrive !

    Il fera sec ce dimanche avec assez bien de nuages dans le sud et davantage d’éclaircies dans le nord et l’ouest du pays. Les maxima iront de 2 à 9 degrés avec un vent désagréable qui renforcera l’impression de froid. Cette nuit, l’Institut royal météorologique prévoit un temps nuageux avec un peu de neige fondante en Ardenne et des faibles pluies avec possibilité de quelques flocons de neige fondante dans le centre du pays. Dans l’ouest, le temps restera probablement sec. Les minima seront de 2 degrés. Lundi, il fera toujours très frais avec parfois un peu de pluie et de légères chutes de neige en Ardenne.

    L’article complet :

    https://www.lameuse.be/299697/article/2018-10-28/meteo-la-neige-fondante-arrive?from_direct=true

  • Campagne de Glons – Dépôt sauvage. Stupéfaction ! Au même endroit, découverte d’un second dépôt à quelques jours d‘intervalle !

    Stupéfaction ce vendredi devant la découverte d’un nouveau dépôt sauvage au même endroit ( à 20m de distance) que celui où un premier fut constaté mercredi dernier et qui faisait l’objet d’un article le jeudi 25 octobre sur ce blog.

    Pour le premier, la commune avait été prévenue. Mais désormais, recharger les deux dépôts sauvages nécessitera l’utilisation d’un camion benne.

    Notons aussi que c’est à ce même endroit que furent découverts des cadavres de moutons il y a quelques mois…

    Stupéfaction, incompréhension, indignation, révolte…

    Roger Wauters

    dépôt sauvage 26 octobre 2018 2glons.jpg

  • Eben-Emael - Avis d’enquête. Extension de la carrière du Romont : arrêté d’expropriation de 60 parcelles cadastrales ou parties de parcelles cadastrales

    carrière romont extansion.jpgUn avis à la population vient d’être affiché sur le lieu et publié sur le site Bassenge.be.

    « Une enquête publique se déroulera prochainement dans le cadre d’une demande d’arrêté d’expropriation en vue de de l’extension de la carrière du Romont à Bassenge. L’enquête publique sera ouverte le 5 novembre 2018 et clôturée le 5 décembre 2018. »

    L’enquête publique est à découvrir en cliquant sur ce lien :avis cbr carrière romont.pdf

     

    (Photo Hitachi Construction Machinery « Pelle géante Hitachi EX1900-6 dans la carrière du Romont »)

  • Photos du jour. La belle campagne de Glons

    Photos prises ce mercredi 24 octobre 2018 sur les hauteurs de Glons, côté rive gauche du Geer.

    photo du jour glons.jpg

  • Solidarité – Basse-Meuse. Un resto social voit le jour à Haccourt. Des repas à 1 euro !

    Dès le 6 novembre, des repas seront servis les mardis et jeudis au prix d’un euro

    Après la Toussaint, c’est un tout nouveau service qui voit le jour au sein de l’ASBL Racynes à Haccourt. Chaque mardi et jeudi, un repas au prix d’1 € sera servi dans leur restaurant social aux habitants de la Basse-Meuse en situation financière difficile. Détails. 

    L’ASBL Racynes a vu le jour à Haccourt (entité d’Oupeye) en 2015. Elle vise à mettre en place toute une série d’actions afin de lutter contre l’exclusion sociale et la pauvreté dans une philosophie d’épanouissement personnel, éducatif et social. « Le but est d’accompagner des personnes vers un mieux-être, une meilleure intégration dans la société », explique l’ASBL. En parallèle du service d’insertion sociale, de l’association de promotion du logement, de l’école de devoirs, l’accueil à la ferme ou encore l’épicerie sociale déjà existante, un nouveau projet se met aujourd’hui en place : la création d’un restaurant social. Celui-ci verra officiellement le jour le 6 novembre prochain.

    Informations pratiques

    Ouverture du resto dès le 06/11, de 11h30 à 14h, chez Racynes (rue du Moulin, 65 - 4684 Haccourt). Une réservation est plutôt recommandée (mais non obligatoire): 0494/42.45.44 ou via info@racynes.be.

    L’article complet en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-10-24,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-10-24,BASSE-MEUSE,1|8

  • Eben-Emael. Invitation à une journée fantastiquement insolite dans le parc de la Tour

    L’équipe de la Tour d’Eben-Ezer et du Moulin du Broukay a le plaisir de vous inviter à une journée fantastiquement insolite dans le parc de la Tour à Eben-Emael, le samedi 27 octobre 2018

     A la Tour :

     Au programme :

     14h00 : Visite du Géologium

     15h30 : Au pied de la Tour : Jeu de rôle « Comparution des Chérubins » selon le scénario de l’ouvrage « Métamorphose du Nautile »

     Gouter : tarte – café ou soft

     17h00 : Jazz Band Insolite

     Paf : 4,50 €

     Nocturne Insolite dans l’Art Fantastique :

     Au programme :

     Illumination du Parc et de la Tour

     18h30 : Rassemblement au Moulin du Broukay

     19h00 : Déambulation vers la Tour

     Accueil et Bienvenue poétique et musical au pied de la Tour au rythme de la symphonie du Nouveau Monde

     Balade gourmande nocturne dans le Parc parmi les œuvres d’Art Fantastique

     Repas musical au Moulin du Broukay

    Croustillant de volaille farci à la Duxelle de champignons d’Eben

    Pommes dauphine – poêlée jardinière locale

    Blanc-Manger aux fruits rouges

    Paf : 25 €

    Renseignements et inscriptions avant le 20 octobre 2018 :

    La Tour : 04/286 92 79

    Corry : 0499/21 38 75 - Moulin : 04/286 92 70

    eben.ezer@cybernet.be

    Pour que la réservation soit effective merci de verser au BE67 0682 2050 6487

    ou à la Tour auprès de Corry ou via www.liegetourisme.be 

  • Exclusivité. La ville de Tongres mise sur le Geer pour envisager l’avenir. 13 millions d’euros pour un projet d’envergure ! (Photos + Vidéo )

    geer tongres.jpgC’est un chantier très important qui est en cours actuellement à Tongres du côté du quartier bien connu des bassengeois sous le nom de «  Les Motten ». Les travaux portent sur la modification du tracé du Geer qui, depuis des siècles, est étroitement lié à l’Histoire de Tongres. Rappelons que jusqu’en 1951, la rivière occupait une place de choix au centre-ville mais, devenue alors un véritable égout à ciel ouvert, il fut décidé de la canaliser dans des conduites souterraines à cause notamment des odeurs nauséabondes qui s’en dégageaient. Ainsi, depuis près de septante ans, disparaissait-il sous terre en dessous de voiries et autres parkings d’importance et n’était plus guère visible que longeant l’ancien Béguinage à ciel ouvert. Le projet vise à repenser geer tongres 4.jpgtotalement la zone en aménageant des parcs, des surfaces vertes récréatives, en y intégrant les étangs etc… dans lesquels le Geer serpentera à ciel ouvert en retrouvant la place qu’il occupait au siècle dernier.

    Ce nouveau concept sert de catalyseur au développement urbain en veillant à améliorer la qualité de vie, d’accueil, l’aspect convivial et familial et à travailler sur l’image de la ville qui se verra encore renforcée par les liens forts qu’elle entretient avec son passé (La plus ancienne ville de Belgique).

    D’autre part, les auteurs du projet ont voulu également anticiper le futur en reliant la Culture (Centre Culturel de Velinx) à la Nature (Réserve naturelle De Kevie) en s’appuyant sur l’ancienne configuration geer tongres 5.jpgdu Geer tel qu’il se présentait par le passé.

    Le chantier a débuté en 2017 et la fin des travaux est programmée pour fin 2019. En attendant, c’est un ouvrage hydraulique important et complexe qui demande des solutions afin d’allier la présence de sources (De Motten), le nouveau cours du Geer et les eaux de ruissellement que la remise à ciel ouvert de la rivière impliqueront. Le coût total du projet est estimé à 13 millions d'euros, dont 42% pour VMM et 58% pour la ville de Tongres.

    Nous aurons certainement l’occasion de revenir sur ce sujet dans les mois qui viennent.

    Roger Wauters

    (Source Vlaams Milieu Maatschappij – Traduction d'extraits Roger geer tongres 6.jpgWauters)

    Pour en savoir plus :

    https://www.vmm.be/water/beheer-waterlopen/projecten/jeker-door-tongeren

    LA VIDÉO DIDACTIQUE

  • Glons. Des ateliers papouilles pour… les seniors !

    zoothérapie.pngEntrer en contact avec des animaux, leur donner à manger, les promener… pour stimuler à nouveau ses sens

    Face à l’isolement, les signes de vieillesse et les souffrances engendrées par l’âge ou un éventuel handicap, la zoothérapie a déjà prouvé ses bienfaits. Entrer en contact avec un animal peut être bénéfique et c’est ce que propose le centre Zo’oborne, installé à Glons. Dès ce jeudi, sa gérante et ergothérapeute y propose des après-midi spéciales « seniors ». Détails d’un nouveau concept. 

    Mi-juillet, Zo’oborne, un centre de zoothérapie, a ouvert ses portes à Glons (entité de Bassenge). Son objectif : stimuler les personnes qui souffrent de troubles, de maladies ou sont porteuses d’un handicap par la présence et le contact d’animaux.

    Près de deux mois après ses débuts, sa gérante et ergothérapeute Isabelle Mathei lance des « après-midi seniors ». « Lors de l’ouverture, 2-3 personnes âgées se montraient intéressées de sortir un peu de chez elles et d’entrer en contact avec les animaux, d’où m’est donc venue l’idée d’organiser ces ateliers », introduit-elle.

    Au programme, visite du centre et de ses animaux (vaches, cochons, moutons, poules, canards…) et, ensuite, séances de jeux et de papouilles avec les lapins et Nala, la chienne Border Collie d’Isabelle. « Je ferai le même type d’activités que ce que je propose en maisons de repos. Selon les personnes présentes et leurs capacités, je leur proposerai des contacts avec les animaux via des caresses, des touchers… Pour les personnes plus valides, ces activités toucheront davantage la motricité, en donnant une friandise, en brossant les lapins… ou par une promenade avec le chien. Cela apporte aux personnes une motivation supplémentaire que celle « d’aller marcher », comme on peut le faire avec un kiné par exemple . »

    En parallèle, l’initiative vise aussi à créer un moment de convivialité durant lequel ces personnes, souvent isolées, pourront en rencontrer d’autres, discuter et échanger. « Et rien de tel que les animaux pour introduire les sujets de conversation. Ils lancent une discussion et poussent aussi les personnes à se remémorer les propres animaux qu’ils avaient peut-être chez eux auparavant », poursuit l’ergothérapeute.

    La suite de l’article en suivant ce lien :

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-10-18,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-10-18,BASSE-MEUSE,1|10

  • Le blog Bassenge Sudinfo fermé quelques jours pour cause de congés

    Après 6 ans de gestion du blog de Bassenge sans discontinuer (Articles quotidiens), Roger Wauters prend quelques jours de congé bien mérités.

    Je vous dis à bientôt et profitez-bien de ce début de belle arrière-saison sous un magnifique soleil qui nous offre des températures clémentes !

  • Article sur ce blog. Inauguration de la 10ème réserve Natagora : démenti

    A la demande du Collège communal de Bassenge, nous publions ce jeudi 4 octobre 2018 à 10h30 un démenti sur une phrase apparaissant dans l’article qui fut publié sur ce blog en date du 18 septembre 2018 dernier.

    J’avais écrit dans mon reportage : « Philippe Ory n’a pas caché son étonnement devant l’absence à cette inauguration des autorités communales en place (Cdh). En effet, s’adressant à l’assemblée aucun représentant de la commune n’a répondu à son appel »

    A la demande du Collège de Bassenge nous publions le courrier de Rudi Van Herck de Life Pays Mosan adressé au Collège de Bassenge :BASSENGE MAIL VAN HERCK Natagora.pdf

  • Bien-être animal. Des amendes jusqu’à 10 millions d’euros !

    bien-être animal.jpgLa maltraitance animale sera désormais considérée comme infraction de 1ère catégorie 

    Sur la table depuis des mois, le nouveau code wallon du Bien-Être animal devrait être voté ce mercredi en séance plénière au Parlement wallon. L’occasion de faire le point sur les avancées apportées par ce texte qui fait passer les infractions en matière de maltraitance animale de la deuxième à la première catégorie. 

    Ce mercredi devrait être approuvé en séance plénière, le nouveau code wallon du Bien-Être animal, porté par Carlo Di Antonio. Après plusieurs relectures, le texte devrait être voté sans trop de problèmes. Gaia a d’ailleurs déjà prévu de fêter cette avancée en offrant une omelette aux ministres et députés à la sortie du Parlement ce mercredi à 13h. Omelette faite avec des œufs issus de poules qui n’ont bien sûr pas été élevées en batterie. L’association qui défend les animaux de tous poils se réjouit de ce nouveau code wallon qui « place la Wallonie comme précurseur dans le domaine », estime Michel Vandenbosch. Avec lui, nous avons listé plusieurs avancées majeures qui seront entérinées.

    Les peines et amendes.

    Au préalable, la maltraitance animale était considérée comme une infraction de deuxième catégorie. « Les amendes allaient donc de 100 euros à 1 million euros. Quant aux peines de prison, elles allaient de 8 jours à 3 ans.

    L’article complet à lire dans votre journal La Meuse de ce mercredi

    https://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-10-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-10-03,BASSE-MEUSE,1|16