Google Analytics Alternative

Basse –Meuse. Catastrophe pour la récolte des poires

La sécheresse impacte fortement les récoltes de poires et de pommes.

Avec les explications de Philippe Hustin, fruiticulteur à Glons.

Le rendement des poires est compromis, tandis qu’un mince espoir subsiste pour les pommes

Après les gelées tardives de 2017, les fruiticulteurs vivent une nouvelle année difficile. La sécheresse que nous connaissons depuis un mois compromet grandement les récoltes. Et comme aucune pluie n’est annoncée d’ici 15 jours, les poires semblent condamnées à plus ou moins brève échéance. 

Pommiers et poiriers sont également victimes de la sécheresse qui sévit sur le pays depuis un mois. Et s’il y a encore une grosse semaine, les fruiticulteurs de la Basse-Meuse regardaient leurs vergers avec une pointe d’optimisme, ce n’est plus du tout le cas. « Jusqu’à la fin de la semaine dernière, les arbres parvenaient encore à s’en sortir », explique Philippe Hustin, fruiticulteur sur Bassenge. « Mais le gros coup de chaleur de la fin de semaine dernière a été le coup de grâce. Ils manquent d’eau et les fruits dépérissent de jour en jour. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant puisqu’on n’annonce pas de pluie avant 15 jours au moins ». Et Georges Leclerc, fruiticulteur à Dalhem d’ajouter : « En ce moment, les arbres végètent. Ils lâchent leur fruit et les autres ne grossissent plus. On voit les feuilles des arbres brunir. Les pommes sont brûlées par le soleil. Et les arbres spéculent entre leur survie, l’alimentation du fruit ou les bourgeons de l’année prochaine. Cette sécheresse aura un impact cette année et l’année prochaine ».

Un petit espoir pour les pommes ?

La récolte des poires devrait se faire aux alentours du 18 août, soit deux bonnes semaines plus tôt que d’habitude. « Comme on n’annonce pas de pluie d’ici là, je pense que ça va être catastrophique cette année », poursuit Philippe Hustin. « Les poiriers n’aiment pas les grosses chaleurs c’est d’ailleurs la raison pour laquelle il y a énormément de poiriers en Belgique. Notre climat leur convient. Habituellement. Pour les pommes, j’ai un petit espoir. Elles seront récoltées en septembre et j’espère que d’ici là, il y aura eu de la pluie pour sauver les fruits ».

L’article complet à lire en suivant ce lien :

http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-08-03,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-08-03,BASSE-MEUSE,1|8

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel