Google Analytics Alternative

  • Acte barbare. Ce chaton a été enfermé dans un four à 200º C !

    Il devrait s’en sortir. « Il reste si gentil malgré le calvaire que l’homme lui a fait subir », s’étonne le vétérinaire

    Un chaton de 10 mois traité comme un ballon de foot puis enfermé dans un four chauffé à 200 degrés ! Il y aurait passé 15 minutes avant d’être sauvé. Cela s’est déroulé chez nous en Belgique. Le tortionnaire risque gros. Quant au chaton, Sprotje, qui a terriblement souffert, il est aux petits soins et va s’en sortir. Un miracle… 

    Dans la nuit de mercredi à jeudi, lors d’une soirée bien arrosée entre amis à Courtrai, un chaton a subi un véritable calvaire. Non seulement il aurait été utilisé comme un ballon de foot pour divertir l’assemblée, mais il a fini dans le four de la cuisine. Il y aurait passé 15 minutes à 200 degrés. C’est un participant à la fête qui, entendant des bruits sourds à la cuisine (le chat se débattait pour sortir), l’a délivré. Il a d’abord tenté de soigner le pauvre animal, en passant ses brûlures sous la douche puis l’a amené, vendredi, chez un vétérinaire. L’animal était dans un état particulièrement grave : il souffrait de graves brûlures et de saignements internes, les coussinets de ses pattes sont complètement brûlés .« Mais son état évolue bien », comme nous l’a indiqué ce dimanche après-midi, Joshua Dutré, vétérinaire au cabinet Overleie de Courtrai. « Vu les circonstances, il ne va pas trop mal. Le chemin sera long vers une guérison complète, mais il devrait s’en sortir. Cela prendra plusieurs semaines. Le chaton commence à manger et à boire. On lui donne des antidouleurs et un médicament de la même famille que la morphine. Ses brûlures sont en ligne ou par rond, mais nous avons dû le bander quasi sur tout le corps, avec un bandage qui contient du miel. Le miel soulage et guérit la peau, il a un effet antibactérien. »

    L’article complet en suivant ce lien :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2018-06-11,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2018-06-11,BASSE-MEUSE,1|16

  • Intempéries. Les orages feront augmenter les primes d’assurance incendie

    Le réchauffement climatique multiplie les calamités et alourdit la facture totale des assureurs  Le réchauffement climatique accélère et intensifie les orages sous nos latitudes. Les assureurs, de plus en plus sollicités par les personnes sinistrées, le savent. Cela va-t-il avoir une influence sur les primes ? « Oui, cela va faire augmenter les primes de votre assurance incendie », répond Assuralia, la fédération des entreprises d’assurance.

    Depuis 2017, c’est une obligation : l’assurance incendie de votre habitation couvre aussi les dégâts de tempête, d’inondation, de tremblement de terre, de glissement de terrain, de refoulement d’égout… Bref, tout ce qui est lié aux catastrophes naturelles.

    Or, il se fait que ces catastrophes ont tendance à gagner en intensité et à se répéter à des intervalles de plus en plus courts. En termes de dégâts, les inondations de ces mois de mai et de juin pourraient égaler celles de mai et juin 2016 où 84.100 sinistres avaient été dénombrés sur la Belgique avec des indemnisations totales de 305 millions d’euros. L’année 2014 avait été pas mal non plus avec de gros dégâts dus à la grêle.

    Bref, on a l’impression qu’en Belgique, les orages font de gros dégâts tous les deux ans. « Les années plus calmes comme 2017 et 2015 permettent heureusement aux assurances de faire des réserves, pour des années plus mouvementées comme celle que nous connaissons », explique Wauthier Robyns, porte-parole d’Assuralia. « Mais les assureurs sont des gens prudents : il faut que les primes tiennent compte d’une possible répétition de phénomènes naturels. Les assureurs s’informent donc auprès des scientifiques qui leur disent en effet qu’il faut s’attendre à des phénomènes plus intenses d’inondations et de tempête. Donc, à long terme, oui : les primes des assurances incendie vont augmenter ». C’est nous, donc, qui allons devoir mettre la main au portefeuille.

    L'article complet dans votre journal La Meuse de ce lundi 11 juin 2018