Google Analytics Alternative

Ça se passe chez nous. Bassenge : elle recueille deux bébés tourterelles tombés du nid. Elle les nourrit à l’aide d’une seringue. Voici l’histoire de deux "Pioupious"…

pioupiou 1.jpgC’est une histoire toute simple mais qui mérite certainement d’être racontée.

Le 6 juin dernier, lundi de Pentecôte, le chat de Christel n’arrêtait pas de miauler sur la terrasse, comme s’il voulait attirer son attention. Intriguée par le comportement inhabituel de son chat, la jeune dame, quittant sa cuisine, se rendit sur la terrasse, s’attendant à ce que son chat ait découvert une souris, un escargot, une araignée, un orvet ou une bêbête de ce genre… Son imagination courrait.

Quel ne fut pas son étonnement de découvrir sur le sol une petite boule de plumes flanquée d’un gros bec. L’oisillon ne bougeait plus. Il était vivant mais comme amorphe, sonné.

Alors Christel ne fit ni une ni deux. Elle s’emparât de la petite bête qu’elle déposa délicatement dans une boîte à chaussures. Dans son nouveau nid improvisé, il ne fallut pas attendre longtemps pour que le petit « Pioupiou », comme Christel a décidé de l’appeler, reprenne connaissance et commence à gigoter. Pendant ce temps-là, sur la terrasse, Vinaigrette, le chat, avait recommencé à miauler, et cette fois, avec encore plus d’insistance. Un second Pioupiou ? Pensa Christel.  Et, en effet, ce fut bien le cas. La dame s’en emparât et l’amena rejoindre son congénère dans la boîte à chaussures en carton. Mais où étaient les parents ? Où était le nid ? Alors, elle commença à chercher. Elle connaissait le lieu comme sa poche, mais après l’avoir inspecté minutieusement plusieurs fois, les questions restèrent sans réponses. Pas de nid et pas de parents.

christel moermans.jpgPour Christel, force fut de prendre la décision cruciale : devenir leur mère adoptive. Elle n’hésita aucune seconde pour la prendre. Etre mère adoptive, c’est très bien, encore faut-il savoir à quel oiseau on a affaire et comment le nourrir. Ça mange quoi, un Pioupiou ? Devant ces questions, le nom d’Ali Aghroum (Passionné de nature résidant à Wonck) s’est imposé, tout naturellement. Echange de messages. Verdict devant les photos. Ali fut catégorique ; ce sont des bébés tourterelles. Et c’est ainsi que sur ses conseils, à l’aide d’une seringue, Christel alimente les deux bébés avec de l’œuf cru mélangé avec de la chapelure et de l’eau tiède à une fréquence de 3 à 4 séances de nourrissage par jour.

Par la suite, le régime devra être adapté. S’agissant d’une tourterelle, race proche de la colombe ou du pigeon, Christel devra certainement avoir recours à la farine puis à des graines adaptées. A ce sujet, tout conseil lui est bienvenu.

Mais pour l’instant, les petits Pioupious grandissent et prennent du poids, chouchoutés par leur maman adoptive. Allongée à côté de la boîte en carton, Vinaigrette les observe. Elle ne miaule plus. Elle ronronne.

Une belle leçon de vie. Et ça se passe chez nous, en Vallée du Geer.

Regor

Commentaires

  • Bravo pour ce sauvetage, viendra le moment de mettre des petites graines trempées et eau à disposition , puis des graines de plus gros calibre et le sevrage se fera en douceur car arrivé un moment les petits refuseront d'eux mêmes la seringue. Pensez aussi à peser les oisillons, cela vous donnera une idée de la fréquence de nourrissage à adapter en fonction de la prise ou perte de poids (maintenant ce n'est plus utile) . Les gros oiseaux sont plus long à être sevrés, le sevrage démarre au début de la sortie du nid et des premiers vols mais ils ont encore besoin d'être nourris quelques temps de plus , jusqu'à ce qu'ils se débrouillent seuls .Ils sauront vous faire comprendre le moment venu. A voir la photo la période critique est passé, ils sont déjà plumés, il faut nettoyer les plumes de reste de nourriture collée et des fientes avec un linge ou sopalin humidifié d'eau tiède, cela évite le durcissement et les problème de peau ou de plumage comme leur maman le ferait , comme ils sont deux bien vite ils vont se toiletter réciproquement. Attention lors du début du vol, bien sécuriser la pièce car ils se cogneront partout au début, c'est assez impressionnant les premières fois , donc fenêtre, miroir , ampoule risque de brûlures , autres animaux etc et pas dehors tant qu'ils ne sont pas totalement autonomes car ils ne retrouveront pas votre chemin. Bonne chance, je l'ai réalisé également plusieurs fois , c'est contraignant mais quel bonheur de sauver des petites vies , attention aussi à ne pas trop familiariser les oiseaux sinon il ne se débrouilleront plus dans la nature seuls. Dans le cas de pigeons ou tourterelles ce n'est pas trop grave, ce sont déjà des animaux "plutôt" familiers , elles resteront dans le jardin proche de vous voir semi apprivoisées. Bonne continuation et longue vie à vos protégés.

Les commentaires sont fermés.