Google Analytics Alternative

  • Mardi gras à Wonck : une équipe de la télévision RTC est sur place

    rtc télé.pngUne équipe de RTC est à Wonck ce mardi gras 28 février 2017. Au menu potée au chou, tambours et ambiance ... à voir ce soir dans le JT. (Source RTC 28/02/2017)

  • La photo du jour. Petits coins champêtres sur le sentier pédestre à Glons…

    Étonnant. Sur le nouveau sentier pédestre qui a fait l’objet de différents aménagements paysagers, un beau petit coin champêtre. Le joli petit banc taillé dans la pierre bleue sur fond de claustras de saules tressés vient d'être relevé de la présence d’une poubelle… Du coup, de par le volume "démesuré" de la poubelle, le petit coin devient tout de suite moins champêtre... C'est en tout cas mon avis.

    Il est a noter la présence de deux coins semblables sur cette portion de sentier.

    Regor

    poubelle glons sentier pédestre.jpg

  • Évasion spectaculaire à la prison de Lantin: la police émet un avis de recherche sur Mustapha Iken, "dangereux et qui pourrait être armé"+ Vidéo

    Au lendemain de la spectaculaire évasion de Mustapha Iken (30 ans) de la prison de Lantin, près de Liège, la police fédérale a révélé un avis de recherche concernant ce malfrat, « dangereux et qui pourrait être armé ».

    Voici le communiqué de la police fédérale, sur cet avis de recherche :

    « Le dimanche 26 février 2017 vers 15h00, Mustapha Iken, âgé de 30 ans, s'est évadé à l'aide de trois complices de la prison de Lantin. Mustapha Iken est d'origine marocaine. Il mesure environ 1m70 et est de corpulence athlétique. Il a les cheveux noirs et les yeux bruns. Cet individu est dangereux et pourrait être armé.

    Si vous connaissez l'endroit où se trouve Mustapha Iken ou si vous avez des informations sur ce fait, veuillez prendre contact avec les enquêteurs.

    Discrétion assurée », assure encore la police fédérale.

    Si vous avez plus de renseignements concernant ce fait, vous pouvez prendre contact avec la police via le numéro gratuit 0800 30 300.

    Vous pouvez également réagir via e-mail à cette adresse : avisderecherche@police.belgium.eu .

    Mustapha Iken s’est évadé de la prison de Lantin grâce à trois complices qui ont utilisé une échelle pour escalader le mur de l’établissement pénitentiaire et ainsi permettre au détenu liégeois, qui avait franchi un premier mur pour sa part, de s’échapper.

  • Clés trouvées hier au Carnaval de Bassenge

    Ces clés ont été trouvées hier - dimanche 26 février 2017 - au carnaval de Bassenge.

    Pour les récupérer, contacter :

    https://www.facebook.com/carla.greco.75?fref=ufi

  • Météo: vent, pluie, grêle au menu de la semaine

    Le ciel sera encore chargé lundi, avec des averses qui traverseront le pays d’ouest en est. Les précipitations seront parfois intenses et accompagnées de coups de tonnerre. Plus tard dans la journée, quelques éclaircies pourraient faire leur apparition à l’ouest. Les températures seront comprises entre 7 et 10 degrés en Haute Belgique et 9 et 11 degrés en Basse et Moyenne Belgique, sous un vent modéré à assez fort.

    La suite des prévisions sur :

    http://www.lameuse.be/1797060/article/2017-02-27/meteo-vent-pluie-grele-au-menu-de-la-semaine

  • Cambriolage à Roclenge vendredi en soirée…

    Vendredi dernier 24  février, aux alentours de 19h00, en l’absence des habitants, des malfrats se sont introduits avec effraction dans une habitation de la rue Bettonville à Roclenge. Le butin semble dérisoire mais comme toujours dans ces cas-là  le choc émotionnel est grand chez les victimes.

    Une enquête policière est en cours. En notre Vallée du Geer, la vigilance s’impose.(photo google)

  • Les élections 2018 approchent, autant connaitre les nouvelles règles !

    élections 2018 règles, nouvelles règles élections 2018Oui, les élections approchent à grands pas pour les candidats, même s’ils le nient pour la plupart, à plus petits pas pour les primo-votants et pour les citoyens ordinaires... quoique !

    Et puis, n’empêche, autant connaître les nouvelles règles.

    L’article complet sur le blog de notre collègue Charles Clessens de Trooz Sudinfo à découvrir en cliquant sur le lien ci-dessous :

    http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2017/02/23/les-elections-approchent-217203.html

  • Bassenge. Attention migration de batraciens ! La signalisation ad hoc a été placée…

    Récemment, en Vallée du Geer, les barrières nadar avec la signalisation ad hoc ont été placées par les services communaux aux endroits connus : les bannes à Boirs, la rue des écoliers à Glons, etc…

    Prudence donc. Pensez à lever le pied.(photo prétexte 2016)

  • Le début de la saison des asperges a sonné

    Les premières asperges de la saison ont été vendues mercredi à la criée REO de Roulers. Cette première vente du «roi des légumes» s'est soldée par un prix de 14,82 euros par kilogramme, soit près de 5 euros de plus que l'année passée.

    Comme l'an dernier, Kris Bossuyt a été l'un des premiers producteurs à vendre sa récolte. «La consommation des asperges commence traditionnellement aux alentours de Pâques. Tout le monde ne sait pas que cette délicatesse est déjà disponible fin février», a-t-il expliqué. Les asperges blanches mises en vente sont produites sous serres ou grâce à plusieurs techniques comme des tunnels en plastiques et des chauffages dans le sol.

    Le mois d'avril verra la fin de la production en intérieur et laissera place à la saison à ciel ouvert. La saison pleine se termine généralement le 24 juin, à l'occasion de la fête de la Saint-Jean. (Source Le Sillon belge)

  • Glons. La route provinciale à nouveau ouverte à la circulation

    Depuis ce jeudi, la route provinciale est à nouveau ouverte à la circulation. Voilà qui devrait en réjouir plus d’un(e).

  • Visé-Conseil communal. Basse-Meuse. Critiquer police, élus ou ouvriers, c’est fini ! À la clé, une sanction administrative qui pourra atteindre 350 euros

    À Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye ou Visé, pourra-t-on encore critiquer les policiers, les ouvriers communaux, le personnel communal voire même les élus ? Non, si on en croit le nouveau règlement général de police. 

    Traiter, par exemple, sur les réseaux sociaux, les policiers de guignols, les ouvriers communaux d’incapables et les membres du personnel communal de bras cassés, d’ici quelques semaines, il pourrait vous en coûter jusqu’à 350 euros d’amende !

    Une réalité qui a stupéfié Martial Mullenders, conseiller communal Écolo. Lundi soir, comme l’ont déjà fait d’autres communes de la zone de police, le conseil communal devait voter le nouveau règlement général de police. Un nouveau R.G.P. qui intègre toute une série d’infractions dépénalisées qui seront dorénavant passibles d’une sanction administrative communale. Et parmi ces nouvelles infractions, le fait de tenir des propos peu amènes ou des insultes à l’encontre des policiers, du personnel communal, des ouvriers communaux ou des élus.

    « C’est quand même limite », s’insurge l’Écolo. « C’est ouvrir la porte à une restriction de la liberté d’expression ou au droit à la critique. Dire que les ouvriers communaux travaillent comme des cochons, ce sont des propos peu amènes. Que va-t-on encore pouvoir dire sans risquer de se prendre une SAC ? Rien n’est précisé et ça m’inquiète vraiment ».

    Tout sera dans la manière..

    Alors, va-t-on vraiment en arriver, en Basse-Meuse, à ne plus pouvoir s’exprimer ou critiquer librement certaines catégories de personnes ? Non, affirme Alain Lambert, chef de la zone de police. « Tout va dépendre de la manière dont sont tenus les propos. Il faut savoir qu’actuellement, on peut déjà déposer plainte pour insulte ou diffamation.

    Mais le Parquet étant noyé, il donne rarement des suites. Et dans le même temps, on est de plus en plus confronté aux insultes, notamment sur les réseaux sociaux, et plus précisément envers les fonctions citées. Les gens se retranchent derrière leur PC et y vont gaiement. Je pense qu’il est nécessaire de fixer un cadre et de l’intégrer dans le R.G.P.. Alors oui, on pourra continuer à s’exprimer, à critiquer, mais pas n’importe comment. Pas de manière insultante ou diffamatoire, par exemple ».

    Le chef de zone affirme que chaque plainte sera bien analysée.( Source La Meuse jeudi 23 février 2017)

  • Nouveau - Bassenge ! Le Val du Geer innove ! Une collection de mobiliers de jardin, abris, cabanes et autres ouvrages en bois recyclé. Du « Made in Vallée du Geer » disponible dès à présent !

    mobilier jardin val du geer,mobilier jardin val du geer bassenge,ateliers val du geer bassengeA l’heure où plane déjà un air de printemps sur notre belle vallée, le Val du Geer innove, cette année,  en proposant une collection d’ouvrages en bois destinés aux aménagements de jardins. Fabriqués à Bassenge en ses propres ateliers, ces produits sont réalisés sur base de bois (rabotés) de palettes et palox recyclés.

    De la petite jardinière jusqu’à l’abri de jardin, se décline une large gamme de produits qui, disons-le d’emblée, s’adressent aux particuliers. Ainsi y trouvera-t-on d’abord des bancs, des tables de pique-nique, tant pour les adultes que les enfants. Dans un registre plus ludique, ce sont des cabanes pour enfants, avec étage,  – on a beaucoup aimé les portes, fenêtres et jardinière exagérément hors équerre - qui permettront aux petites têtes blondes de donner libre court à leur imagination en s’inventant des histoires*. Qui dit aménagements de jardin dit aussi moments de repos et de détente. Ainsi une attention particulière a été portée à mobilier jardin val du geer,mobilier jardin val du geer bassenge,ateliers val du geer bassengel’accueil de la famille et des amis autour d’un barbecue convivial par exemple, sans oublier l’aspect pratique ; le rangement aisé du matériel de jardinage. Pour répondre à ces différents besoins spécifiques, le Val du Geer a étendu sa collection à des tables « mange-debout » et de pique-nique, nous l’avons dit, des bancs, des abris de rangement du bois de chauffage, des poulaillers, des barrières de jardin, etc… Les amateurs de petits élevages ne seront donc pas en reste.

    Pour avoir eu le privilège de la découvrir en primeur la semaine dernière, cette belle et large collection empreinte d’un esprit gai et ludique est composée d’éléments qui, certes, apporteront une touche personnelle en différents coins du jardin tout en leur conférant un charme indéniable.

    Et en pratique ?

    La gamme se compose actuellement de plus d’une vingtaine de produits, tous disponibles de stock. Voir liste ici.

    Dans un premier temps, le système de commande sera traditionnel. Après avoir porté son choix et passé commande auprès du service commercial du Val du Geer, le client procèdera lui-même à l’enlèvement sur place rue de la grotte à Bassenge. En effet, ce système est une première étape car, à échéance, le principe reposera sur l’E-commerce. Un site web sera mis en ligne. Il proposera une plate-forme interactive où le client pourra lui-même faire ses achats en ligne (formulaire, réservation, commande, payement, etc…). Ce site web devrait être opérationnel d’ici un mois ou deux. Nous y reviendrons.

    Mais en attendant, d’ores et déjà, tous les renseignements peuvent être pris et toutes les commandes passées auprès du service commercial par téléphone, par mail ou en se rendant aux bureaux du Val du Geer à Bassenge.

    Il est à noter que la collection sera présentée à JARDINEXPO aux Halles des foires de Coronmeuse à Liège du 2 au 5 mars. Le public est cordialement invité à venir la découvrir en exclusivité.

    Mais si vous brûlez d’impatience de la découvrir avant, n’hésitez pas à prendre contact avec le service concerné.

    Devant de nouveaux produits « Made in Vallée du Geer », on ne peut évidemment que saluer l’initiative et souhaiter le meilleur à cette nouvelle production des ateliers du Val du Geer.

    Val du Geer rue de la grotte 8  4690 Bassenge

    Personne de contact : Brigitte Buquet 0496.271387

    brigitte.buquet@valdugeer.be

    Ouverture : Du lundi au jeudi : 8h00 à 12h30 et 13h00 à 16h15

    Le vendredi de 8h00 à 15h30

    mobilier jardin val du geer, mobilier jardin val du geer bassenge, ateliers val du geer bassenge

    mobilier jardin val du geer, mobilier jardin val du geer bassenge, ateliers val du geer bassenge

    *Nous avons tous à l’esprit l’image ou le souvenir d’une cabane en bois pour enfant perchée dans un arbre ou cachée dans un coin de terrain. Ceux qui ont eu la chance d’y jouer en étant petits se rappellent de merveilleux souvenirs issus des univers magiques et poétiques que l’on s’invente pendant l’enfance. Repère, cachette, lieu secret ou forteresse, la cabane en bois développe l’imaginaire et permet aux enfants de vivre de nombreuses aventures qui restent dans leurs mémoires quand ils grandissent. C’est un achat qui favorise l’éveil, la curiosité et la créativité, mais aussi l’épanouissement des enfants. Ils y créent leur univers et se construisent le monde imaginaire dont ils ont besoin, disent les spécialistes, pour bien grandir. L’autre atout indéniable de la cabane en bois pour enfant, c’est qu’il n’est plus nécessaire de lutter pour faire lâcher sa télé ou son jeu vidéo à un petit qui devrait passer plus de temps à prendre l’air. Elle appelle irrésistiblement au jeu et même les enfants les plus réfractaires à passer du temps dehors se laissent tenter par leur cabane, et ce, à tout âge. (Source cabanenbois.net)

  • Menace terroriste – Carnavals. De Binche à Malmedy, nos carnavals sous haute surveillance

    Blocs de béton, véhicules blindés, caméras, cavaliers… pour éviter toute attaque

    Suite aux attentats commis avec un camion à Nice, lors de la fête nationale, et à Berlin sur un marché de Noël, la sécurité sera renforcée sur les différents carnavals du pays ce week-end et la semaine prochaine. 

    « Les carnavals sont identifiés comme des lieux à forte concentration de personnes », indique Benoît Ramacker, du Centre de crise du SPF Intérieur. « Comme pour chaque grand événement, chaque zone de police a dû procéder à une analyse de la sécurité. Les organisateurs doivent prendre les mesures qui s’imposent, la police locale peut demander des renforts à la police fédérale… Si un bourgmestre estime que la sécurité ne peut pas être assurée, il annule l’événement mais rien de tel n’est annoncé. Le niveau de la menace terroriste est toujours fixé à 3 sur le pays et, à l’heure où je vous parle, il n’y a aucune menace ciblée sur tel ou tel carnaval. »

    Pas en djihadiste !

    Nous avons pris le cas du carnaval de Malmedy où sont attendus près de 20.000 participants. On peut dire que, là-bas, on a mis le paquet sur la sécurité. On apprend que 35 blocs de béton (d’1m40 sur 80 cm environ) vont être disposés en chicane aux quatre accès de la ville. « L’armée est venue sur place pour nous conseiller sur la meilleure façon de les placer, pour éviter qu’un véhicule bélier ne prenne son élan et ne fonce sur la foule », nous dit-on.

    Les 18 caméras de surveillance qui quadrillent la ville viennent de subir un petit check-up afin de vérifier leur bon état de fonctionnement. Enfin, la police fédérale viendra en renfort avec trois véhicules blindés ! Les organisateurs de bals sont tenus d’engager des agents de gardiennage, qui auront la faculté de fouiller sacoches, vêtements, sacs, etc. De son côté, le bourgmestre a pris un arrêté de police interdisant les participants de se déguiser… en djihadiste. « Les déguisements, masques, accessoires, décorations, inscriptions, petits rôles et chars ou tout autre support, faisant référence au radicalisme, au fondamentalisme, au terrorisme et aux conflits en cours sont interdits. » Toute « arme de guerre factice » sera prohibée, excepté les jouets pour les moins de 14 ans, pour autant qu’ils ne puissent, compte tenu de leur apparence et de leur poids, être raisonnablement utilisées pour menacer. En clair, pistolet jouet à la John Wayne, c’est OK. Une Kalachnikov en plastique, c’est non.

    La police précise que d’autres mesures seront prises, dès samedi 25 février et jusqu’au mercredi matin. Mais pour des raisons évidentes de sécurité, elle préfère en garder la confidentialité.

    16 cavaliers et 400 policiers

    Le carnaval de Binche (ces 26, 27 et 28 février), qui attire jusqu’à 100.000 personnes, sera lui aussi bien protégé. Comme pour le marché de Noël et la fête de septembre, des blocs de béton seront placés. Mais il y en aura plus encore puisqu’on va en mettre aux 24 carrefours qui donnent accès au centre-ville  « Le passage sera filtré, avec des barrières cadenassées notamment. Les services de secours devront toujours pouvoir accéder au centre », nous dit-on. Les 16 caméras de surveillance seront activées et repositionnées différemment pour certaines. La police fédérale enverra des renforts : 18 cavaliers sont attendus pour le Mardi gras. Tout au long des 3 jours de festivités, près de 400 policiers se relaieront. De manière visible ou en civil.( Source La Meuse mardi 21 février 2017)

  • Wonck. Le carnaval, c’est parti pour quelques semaines

    La saison des carnavals en Basse-Meuse a débuté hier avec le cortège de Wonck. Un beau succès de foule. Petits et grands étaient nombreux pour voir passer le long cortège. Un beau cru pour cet évènement car le cortège comptait 21 chars, soit 5 de plus que pour l’édition précédente. Ils étaient venus de Boirs, de Glons, de Hermée… et bien sûr de Wonck. (Source La Meuse lundi 20 février 2017)

  • Travaux - Glons. La route provinciale fermée à la circulation

    A Glons, depuis ce lundi matin 20 février 2017, la route provinciale est fermée à la circulation pour cause de travaux. En effet, au sommet du thier, une entreprise hollandaise place des conduites de gaz qui vont traverser la route. Renseignements pris auprès du Chef d’équipe, les travaux devraient durer jusqu’à vendredi. Une déviation a été mise en place.

    route provinciale fermée,glons route provinciale fermée travaux gaz