Google Analytics Alternative

Visé-Conseil communal. Basse-Meuse. Critiquer police, élus ou ouvriers, c’est fini ! À la clé, une sanction administrative qui pourra atteindre 350 euros

À Bassenge, Blegny, Dalhem, Juprelle, Oupeye ou Visé, pourra-t-on encore critiquer les policiers, les ouvriers communaux, le personnel communal voire même les élus ? Non, si on en croit le nouveau règlement général de police. 

Traiter, par exemple, sur les réseaux sociaux, les policiers de guignols, les ouvriers communaux d’incapables et les membres du personnel communal de bras cassés, d’ici quelques semaines, il pourrait vous en coûter jusqu’à 350 euros d’amende !

Une réalité qui a stupéfié Martial Mullenders, conseiller communal Écolo. Lundi soir, comme l’ont déjà fait d’autres communes de la zone de police, le conseil communal devait voter le nouveau règlement général de police. Un nouveau R.G.P. qui intègre toute une série d’infractions dépénalisées qui seront dorénavant passibles d’une sanction administrative communale. Et parmi ces nouvelles infractions, le fait de tenir des propos peu amènes ou des insultes à l’encontre des policiers, du personnel communal, des ouvriers communaux ou des élus.

« C’est quand même limite », s’insurge l’Écolo. « C’est ouvrir la porte à une restriction de la liberté d’expression ou au droit à la critique. Dire que les ouvriers communaux travaillent comme des cochons, ce sont des propos peu amènes. Que va-t-on encore pouvoir dire sans risquer de se prendre une SAC ? Rien n’est précisé et ça m’inquiète vraiment ».

Tout sera dans la manière..

Alors, va-t-on vraiment en arriver, en Basse-Meuse, à ne plus pouvoir s’exprimer ou critiquer librement certaines catégories de personnes ? Non, affirme Alain Lambert, chef de la zone de police. « Tout va dépendre de la manière dont sont tenus les propos. Il faut savoir qu’actuellement, on peut déjà déposer plainte pour insulte ou diffamation.

Mais le Parquet étant noyé, il donne rarement des suites. Et dans le même temps, on est de plus en plus confronté aux insultes, notamment sur les réseaux sociaux, et plus précisément envers les fonctions citées. Les gens se retranchent derrière leur PC et y vont gaiement. Je pense qu’il est nécessaire de fixer un cadre et de l’intégrer dans le R.G.P.. Alors oui, on pourra continuer à s’exprimer, à critiquer, mais pas n’importe comment. Pas de manière insultante ou diffamatoire, par exemple ».

Le chef de zone affirme que chaque plainte sera bien analysée.( Source La Meuse jeudi 23 février 2017)

Commentaires

  • Pour moi une très bonne décision...La liberté d'expression est une chose; mais les injures en sont une autre, et pour moi inacceptable; surtout envers les policiers, qui méritent notre respect; en dehors du fait que les respecter soit de toute façon une obligation.

  • Que l'on doivent le respect à nos forces de l'ordre, services de secours ou de nos ouvriers communaux, n'est que bien légitime au vu des services qu'ils rendent à la population.
    Mais que nos édiles communaux puissent faire passer ce genre de règlement pour se protéger eux-mêmes de leurs actions inavouables et inavouées est de nouveau un pas trop loin.
    Bienvenue dans le monde des parvenus et profiteurs.

  • Et voila encore un bel exemple de repression, comme il y en a de plus en plus. Maintenant, il y a insultes et insultes, il faut voir le contexte et la facon de dire les choses. Malgre tout, le respect n' est pas un du! Le respect se merite.

  • Comme dit dans l'article: "il faut voir la manière de dire les choses..."Chacun a le droit de dire ce qu'il pense mais personne n'a le droit d'insulter autrui et encore moins nos policiers. Lorsque je lis tous les commentaires sur facebook concernant cet article je suis outrée de certaines réactions. Beaucoup critiquent et pourquoi? Parce que eux-mêmes ne sont pas respectueux envers les autres et vont devoir changer leurs comportements? C'est souvent le cas...la meilleure défense c'est l'attaque dit-on... Pour ma part j'espère vraiment que ce nouveau règlement verra bien le jour...n'en déplaise à certain(es)...

  • Entièrement d'accord pour les policiers, les militaires, les ouvriers, les employés et toutes les chevilles ouvrières communales et ceux qui oeuvrent pour la sécurité du citoyen, A LA CONDITION qu'on fasse sauter à tout jamais cette histoire d'immunité parlementaire qui n'est qu'un vaste placard à squelettes, escroqueries et autres sa...ries au détriment de la population ! Quand on est droit dans ses bottes on n'a rien à cacher, un élu n'est qu'un humain comme les autres, terminés les passe-droits dégoutants derrière lesquels ils cachent leur lacheté, leurs turpitudes et cie !

  • Tss tss, on doit le respect à qui le mérite.....et personne ne le mérite d'office vu sa fonction, mais peut le mériter d'après la manière dont il exerce sa fonction !!!
    Bref pour être respecté, il faut être respectable !

  • Bien vu !

Les commentaires sont fermés.