Google Analytics Alternative

  • Bassenge. Une soirée débat autour du film « Demain », ce vendredi 2 septembre à la salle paroissiale rue Nouwen.

    L’asbl « Vivre jeune à Bassenge » propose, ce vendredi 2 septembre 2016, une soirée débat articulée autour du film «  Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent. Cette soirée sera animée par la journaliste Irène Brône.

    L’entrée est gratuite et le public est attendu dès 19h00. Tous les renseignements sur l’illustration ci-dessous.

    La bande annonce !

    Extrait du film "Demain" - Rob Hopkins, l'un des fondateurs du Transition Network 

    soirée débat film demain bassenge,fil demain bassenge,mélanie laurent,cyril dion,film demain,bande annonce film demain,projection film demain bassenge

  • Flash info trafic ! Accident en dessous du pont de Bassenge. Tracteur contre camion ! A éviter !

    On vient d’apprendre qu’un accident s’est produit ce mardi 30 août 2016 aux alentours de 15h00 en dessous du pont de Bassenge (Tracteur contre camion). Le trafic est à l’arrêt. Mieux vaut donc éviter le lieu.

  • Reportage. La 3ème édition de l’école de la réussite de l’ASBL Bassenge on Move : une initiative solidaire qui grandit, séduit et marque les esprits à Bassenge !

    On ne la présente plus : " Bassenge on Move ", cette ASBL particulièrement active sur la commune de Bassenge avec sa Jogging Academy,  son exposition internationale de photographie « Clic&Shoot » ou encore, ses diverses manifestations solidaires. Parmi celles-ci, il en est une qui, en cette fin de mois d’août, fait particulièrement parler d’elle : l’école de la réussite. Celle-ci vise à dispenser gratuitement des cours de rattrapage à des élèves devant présenter des examens de passage. Un concept unique en Wallonie, soutenu par les Ministres Jean-Claude Marcourt et Isabelle Simonis, et qui n’a visiblement pas fini de faire parler de lui…

    L’école de la réussite vient de souffler sa troisième bougie. Cette année, l’ASBL Bassenge on Move a enregistré pas moins de 33 demandes d’aide, comme l’explique Christopher Sortino, Président de l’ASBL : « Le nombre d’inscrits est croissant d’année en année. Cela témoigne, à notre sens, de la qualité des cours et de la reconnaissance de l’initiative à l’échelle de la commune, voire au-delà.  Les parents nous font confiance. Ils savent que nous serons exigeants avec leur enfant. Ils savent surtout que nous pourrons, à notre échelle, les aider à préparer au mieux leurs examens ».

    33 demandes d’aide !

    Cela ne surprendra personne : la quasi-totalité des étudiants inscrits ont demandé une aide en… mathématique. Tiens donc ? Selon René Deckers, Vice-président de l’ASBL, l’équipe a du s’adapter à cette réalité : « Dès le mois de septembre 2015, nous avons réalisé un gros travail de recrutement afin de faire grandir l’équipe, spécialement en mathématiques. Une telle initiative ne s’improvise en effet pas : il faut s’y prendre des mois à l’avance ! » Et Marie-Noëlle Deil, professeur de Français, d’ajouter : « Désormais, l’équipe se compose de 6 professeurs, dont deux uniquement pour les mathématiques. L’encadrement a donc doublé, tout comme le nombre d’élèves que nous pouvons accueillir. L’initiative grandit : on peut s’en réjouir ».

    La préparation des cours : un véritable challenge !

    Pour Margot Dujardin et Gaël Sortino, professeurs de Mathématique et de langues, la participation à l’école de la réussite reste un défi : « Nous avons l’habitude de donner cours dans notre activité professionnelle. On suit un programme, on sait se préparer et s’organiser durant toute l’année scolaire. Ici, ce n’est pas comparable : la difficulté réside dans la variété des cours à donner. Chaque élève vient avec sa demande spécifique, qu’il faut pouvoir préparer dans un délai assez court. C’est un véritable challenge en soi et un travail considérable sur le plan de la préparation des cours. Mais au final, on peut être fiers d’avoir participé à un si beau projet ! »

    Une initiative qui ne serait possible sans une équipe ultra motivée !

    L’Ecole de la réussite est, chaque année, un défi à relever, comme aiment le rappeler Christopher Sortino et René Deckers : « Ce type d’activité génère beaucoup de dépenses, sans aucune recette. C’est la raison pour laquelle nous organisons, tout au long de l’année, diverses activités. Sans ces revenus, sans nos sponsors, sans nos professeurs, sans l’aide de Monsieur Jean-Claude Marcourt, Madame Isabelle Simonis et Monsieur Marchand, le Directeur de l’Ecole Fondamentale d’Eben-Emael qui répond toujours présent pour nous aider, l’initiative ne pourrait voir le jour. Nous tenons donc à leur adresser, au nom de l’ensemble de l’équipe de Bassenge on Move et des élèves qui ont participé à cette édition 2016 de l’école de la réussite, nos plus chaleureux remerciements ».

    marcourt.jpg

    Photo bandeau : Stéphanie Bertrand, qui a rejoint l'équipe, en train de donner cours de Mathématiques

    Photo ci-dessus. De droite à gauche : Christopher Sortino, Président de Bassenge on Move, Jean-Claude Marcourt, Ministre de l'Enseignement Supérieur et René Deckers, Vice-Président de l'ASBL (Photo Regor)

  • Avez-vous vu Zia ? Le chat a disparu à Glons jeudi dernier

    Elle a disparu dans la nuit du 25 au 26 août 2016 à Glons. Chatte stérilisée, âgée de 3 ans, peureuse et pas sociable. Tache brune sur le nez et pattes blanches

    Pour contact : Alizée au 0494 / 276137

  • Hier, quelques cigognes ont fait halte à Bassenge et Roclenge

    Ce lundi 29 août, quelques cigognes ont été aperçues à Roclenge et à Bassenge. Verra-t-on bientôt tout un groupe faire escale dans notre région ? (photo P.W.)

  • Emael. Retour sur le Christ de la rue Mélotte : les auteurs de sa restauration sont maintenant connus…

    La semaine dernière, nous consacrions un article au Christ de la rue Mélotte à Emael qui, après restauration complète, avait retrouvé son emplacement. Et nous écrivions : « Il a fait l’objet d’une magnifique restauration dont on devrait connaître, plus tard, quel en a été l’auteur. En effet, jusqu’à présent les autorités communales se sont abstenues de tout communiqué ». Or, peu de temps après, avec pour titre « Historique du calvaire Bastin », un communiqué était publié sur le site de Bassenge (Bassenge.be).  On y apprend que les restaurateurs du Christ sont Roland et Monique Marchot du Centre d’Art Cama de Wonck (ancien presbytère).

    Suivre le lien ci-dessous pour découvrir l’historique publié par la commune de Bassenge:

    Histoire de la restauration du crucifix à l’angle de la Rue de la Vallée et de la Rue Joseph Mélotte à Emael.

  • Emploi. En Belgique, 24 % des CV ne sont pas conformes à la réalité

    CV.pngEn Belgique, 24 % des curriculum vitae présenteraient au moins une information qui n’est pas véridique. C’est du moins ce que nous explique David Goldenberg, fondateur de la société CvTrust, une plateforme en ligne qui propose aux entreprises de vérifier l’authenticité d’un CV.

    CHASSE À L’EMPLOI

    « Ce que nous constatons, c’est que les chercheurs d’emploi mentent principalement sur trois éléments », confie l’homme. « Il y a tout d’abord le mensonge sur les expériences professionnelles. Vient ensuite l’exagération du parcours de formation. La personne s’ajoute une formation par exemple. Enfin, le niveau des langues pose également problème. Elles sont nombreuses les personnes qui disent parler couramment une langue alors qu’en réalité, elles n’ont même pas les bases. »

    Ce qui pousse les chercheurs d’emploi à rendre leur CV plus attrayant n’échappe à personne. « Le marché de l’emploi devient de plus en plus difficile », poursuit le fondateur de CvTrust. « On est obligé d’avoir le CV le plus complet pour pouvoir se trouver une place dans le monde de l’emploi. De plus, les expériences deviennent très vite désuètes. Il faut sans cesse être à la pointe de la formation et se montrer sur son plus beau jour. »

    C’est pour lutter contre ces « fraudes au CV » que David Goldenberg a mis en point une plateforme qui permet de détecter les faux. « Elle permet au monde de l’éducation de distribuer des certificats numériques à leurs diplômés », nous explique-t-il. « En clair, lorsqu’un étudiant est diplômé, il reçoit directement un mail qui lui permet d’accéder à sa certification. »

    Le recruteur peut, quant à lui, vérifier en un clic que le CV n’a pas été altéré en cours de route.

    En Belgique, certaines formations Solvay utilisent déjà cette technologie. « L’ULB, quant à elle, compte mettre en place ce projet à la rentrée 2017 », conclut notre interlocuteur. (Source La Meuse lundi 29 août 2016)

  • Comique. La photo du jour prise du côté de Bruxelles. Comment adapter votre conduite sur la route en cas de vent ?

    Cette photo prise récemment du côté de Bruxelles apporte la réponse.

    Source Facebook « Alertes Contrôles de Police - Infos Bruxelles »

  • Météo: du soleil avant des risques d'averse dimanche après-midi

    La journée de dimanche sera dans un premier temps ensoleillée, mais les nuages arriveront par la suite depuis le littoral et des averses seront possibles localement, selon les prévisions de l’Institut royal météorologique.

    La suite des prévisions sur :

    http://www.lameuse.be/1655529/article/2016-08-28/meteo-du-soleil-avant-des-risques-d-averse-dimanche-apres-midi

  • Wanze. Le Bourgmestre de Bassenge, Josly Piette, à l’inauguration de l’exposition « Phenix 21

    Vendredi dernier 26 août 2016, à Wanze en Hesbaye, avait lieu l’inauguration officielle de l’exposition « Phenix 21 ». Le Bourgmestre de Bassenge y assistait.

    Initiée par la Province de Liège, cette exposition itinérante, qui en est déjà à sa 11ème étape, évoque et retrace le destin du bassin industriel liégeois depuis « la Belle Epoque » jusqu'à « Liège, c'est vous ».

    « PHENIX 21 » propose un autre regard sur le Centenaire de 14-18. Elle se compose de cinq espaces retraçant le destin du bassin industriel liégeois depuis « la Belle Epoque » jusqu'à « Liège, c'est vous ».

    1. La Belle Epoque : l'Exposition Universelle de 1905, reflet d'une époque, industrie florissante, monde scientifique, début des conquêtes sociales.
    2. La Première Guerre mondiale et la destruction : la bataille de Liège ; l'Université, la vie quotidienne et l'industrie sous l'occupation ; de la militance sociale à l'action patriotique ;
    3. La reconstruction : l'après-guerre en Belgique et les acquis sociaux ; la reconstruction industrielle, la science et la recherche ;
    4. Liège aujourd'hui : la descente aux enfers de l'industrie lourde ; les friches industrielles aujourd'hui, un atout pour demain ; les pôles de compétitivité ; quelques fleurons du renouveau liégeois ; la recherche, l'enseignement et la jeunesse, notre avenir ;
    5. Liège, c'est vous : grâce aux nouvelles technologies, le visiteur est à la fois intégré à l'exposition et projeté dans le Liège de demain.

    En effet, l’expo interactive utilise les technologies les plus récentes et le côté didactique s’en voit renforcé.

    L'exposition " PHENIX 21, Morts et Renaissances d'une Région Industrielle, Liège 1914-2014 " a pris ses quartiers à Wanze dans la salle Jacques Brel. Elle est ouverte du lundi 29 août au jeudi 1er septembre de 9h00 à 16 h00 et les 2,3 et 4 septembre de 13h00 à 18 h00 (Accès libre)

    Suite à l’intérêt manifesté par le Bourgmestre, n’y aurait-il fort à parier que cette magnifique exposition fasse escale à Bassenge ?

    Pour tout savoir sur « Phenix 21 » suivre le lien ci-dessous :

    http://www.provincedeliege.be/node/7216

    http://www.wanze.be/loisirs-et-tourisme/centre-culturel/centre-culturel/phenix-21-a-la-salle-j.-brel

    phenix 21 2.jpg

    Sur la photo, de gauche à droite, Josly Piette Bourgmestre de Bassenge (CdH), André Gilles Député provincial – Président (PS), Meureau Robert Député provincial (PS), Christophe Lacroix Ministre du budget, de la fonction publique et de la simplification administrative (PS), et Claude Parmentier Bourgmestre de Wanze (PS)

    phenix 21 3.jpg

  • A proximité. Un établissement routier gallo-romain découvert aux Hauts-Sarts

    Il a fonctionné entre le 1 er et le 3 e siècle apr. J.-C. 

    Il y a un peu plus d’un an, nous apprenions la présence d’archéologues dans le zoning des Hauts-Sarts à Herstal. Ils étaient à la recherche de vestiges datant du début de notre ère. Et ce qu’ils y ont trouvé est digne d’intérêt. Retour sur cette découverte. 

    Alors que les établissements routiers sont nombreux dans le zoning des Hauts-Sarts, il est comique de constater que notre époque et notre industrie n’ont pas été les premiers à le coloniser de la sorte.

    L’an dernier, des archéologues de la Région wallonne ont en effet mis au jour une sorte de station-service de l’époque gallo-romaine. Une halte ravitaillement qui a essentiellement fonctionné entre le 1 er et le 3 ème siècle de notre ère.

    La découverte a été faite durant le premier semestre 2015, lors des travaux d’extension de l’entreprise Skechers. En réalité, les archéologues soupçonnaient depuis longtemps l’existence de tels vestiges. En 2001, des restes datant de l’Antiquité tardive avaient été découverts à proximité immédiate du site. Et lorsqu’en 2014, Skechers a introduit sa demande de permis pour son extension, les archéologues ont sauté sur l’occasion.

    Après une première évaluation, des fouilles plus complètes ont été menées de janvier à juillet 2015. Elles ont donc permis de mettre au jour un établissement routier d’époque romaine. Ce dernier avait été aménagé le long de la voie qui reliait Tongres à la Meuse, une voie qui correspond à l’actuel tracé de la chaussée Brunehaut.

    Cet établissement routier avait bel et bien pour vocation de ravitailler les voyageurs et leurs montures, le tout dans un certain confort. Pour preuve, l’inventaire exact de ce qui y a été trouvé. On sait ainsi qu’il y avait plusieurs bâtiments fondés sur poteaux de bois. L’un d’entre eux possédait une cave en pierre ornée de niches dont le comblement a livré des restes d’enduits peints. Pour le confort des voyageurs, des sortes de thermes sont aussi apparus, avec un ensemble de bains maçonné, avec chauffage par le sol, des baignoires pour l’eau chaude et d’autres pour l’eau froide.

    L’établissement servait aussi à se restaurer. Des structures de traitement des denrées périssables comme un séchoir et d’autres servant de stockage pour la conservation des denrées périssables comme des silos enterrés ont ainsi été mis au jour tout comme des batteries de foyers servant à la cuisson des aliments.

    Enfin, on y a également trouvé des vestiges indiquant un travail de forge sur place. Une découverte qui ne surprend pas puisqu’il n’était pas rare de devoir réparer les véhicules. D’ailleurs, un bandage/cerclage de roue en fer a ainsi été remonté à la surface.

    Tous ces éléments ont bien évidemment permis de dater la période d’activité de cet établissement routier. Ce dernier aurait ainsi essentiellement fonctionné durant le Haut-Empire (1 er -3 e siècle après Jésus-Christ) mais aussi durant l’époque de l’Antiquité tardive (4 ème siècle). (Source La Meuse samedi 27 août 2016)

  • Ce 26 août, journée mondiale du chien…

    La journée mondiale du chien s'adresse bien entendu à l'homme qui, en théorie, devrait être le meilleur ami du chien.

    La journée mondiale du chien, qui se tient chaque 26 août, insiste surtout sur le lien qui unit depuis des millénaires les hommes et les chiens partout dans le monde.

    La suite sur le blog de notre collègue Charles Clessens de Trooz Sudinfo ici :

    http://trooz.blogs.sudinfo.be/archive/2016/08/26/journee-mondiale-du-chien-ce-26-aout-199260.html

    journée mondiale du chien.png

  • AB InBev, le 1er brasseur mondial, recrute pour son site liégeois. Le leader mondial de la bière a récemment investi dans deux nouvelles lignes de production à Jupille

    JUPILER.jpgAB InBev c’est 650 ans d’histoire, 155.000 personnes à travers le monde dont 2.500 en Belgique, et plus de 200 marques de bière représentant 25 pays ! Ces chiffres éloquents donnent une meilleure idée de l’importance du groupe - véritable fleuron national, régional et liégeois, dont la représentation fait partie intégrante de l’inconscient et l’imaginaire collectif belge et wallon, tant la bière est profondément ancrée dans la culture populaire en Belgique, et associée à celle-ci à l’étranger - au niveau mondial. Il est en effet le plus grand groupe brassicole au monde en termes de volume de bière brassée. Outre le siège mondial et européen du groupe (à Louvain, où est brassée la Stella Artois), notre pays compte également 3 autres brasseries, dont celle de Jupille, fief de la célèbre Jupiler, star du marché intérieur belge. Pour nous parler de l’implantation liégeoise, et de ses spécificités et besoins en termes d’emploi, nous avons rencontré Luc Doemer, People Manager du site de Jupille (qui compte 520 travailleurs). 

    ILS SERONT À TALENTUM LIÈGE - LE 15 SEPTEMBRE 2016 - TOUT SAVOIR SUR UN EMPLOYEUR EN 4 QUESTIONS

    1. Que pouvez-vous nous dire sur le site AB InBev de Jupille et ses différentes activités?

    « Nous sommes le 2 ème site en termes de volume de bière brassée en Belgique, après celui de Louvain. Nous brassons principalement de la Jupiler, de la Stella Artois, et de la Leffe, mais nous sommes également capables de brasser d’autres bières. Le site est exclusivement dédié aux activités industrielles de production (incluant évidemment le management industriel), les activités commerciales et marketing ayant été centralisées à Louvain. Nos activités se divisent donc en 3 parties: le brassage proprement dit, le mariage contenu et contenant (packaging), c’est-à-dire le remplissage, nettoyage et reconditionnement des différents types de bouteilles et fûts, et enfin le département logistique. Chaque département est technologiquement très développé et requiert ainsi des services techniques et de maintenance de pointe. Tous ces postes sont donc exigeants qualitativement, car il y a chez AB InBev, une forte culture de la performance. »

    1. Quels sont les postes que vous recherchez à l’heure actuelle ?

    « Notre recrutement est fréquent, notamment du fait de l’importante composante de saisonnalité dans notre production (NDLA : les 4 mois « estivaux » engendrent une augmentation significative de la demande et donc de la production). Nous comptons donc de manière permanente (en basse saison) 520 personnes, dont 120 employés, auxquels il faut ajouter en moyenne une cinquantaine de « saisonniers ». Nous avons donc des besoins récurrents de renforts dans les postes ouvriers au moment des pics de production, qui se voient dès lors proposer des contrats à durée déterminée ; porte d’entrée obligatoire pour les postes d’opérateurs en production. Chaque fonction est spécifique au département, mais les valeurs sécurité, qualité et performance sont communes. En raison de la saisonnalité, mais aussi des nouveaux investissements, nous sommes à la recherche d’opérateurs de production pour les départements packaging et logistique. Par ailleurs, pour faire face à cette augmentation de capacité, nous devons également renforcer les fonctions support. Nous sommes ainsi à la recherche de Process Engineer, pour déployer les nouveaux investissements et l’amélioration continue, de FLM (First Line Manager) pour encadrer des équipes de production renforcées, et de techniciens de maintenance. Nous sommes très soucieux de l’accueil et de l’intégration de nos nouveaux collègues, qui débutent ainsi une carrière dans un groupe international, où la mobilité est appréciée. »

    1. Pourquoi les gens devraient-ils venir travailler chez vous? En quoi êtes-vous attractifs?

    « Je pense pour commencer que nous fabriquons un produit très attractif. La bière est la boisson nationale et préférée des belges. Sur un second plan, le groupe AB InBev est mondialement connu et représente une véritable success story, à laquelle il est donc agréable et valorisant de contribuer. Faire partie du premier groupe brassicole mondial peut constituer en soi une véritable fierté. La taille et la croissance du groupe, permettent de plus d’envisager des carrières internationales. Troisièmement, les conditions salariales sont attractives, que ce soit comparativement à notre secteur mais également aux autres. Enfin, la pérennité de l’entreprise, qui garantit à notre personnel une certaine sécurité d’emploi, et des possibilités de mobilité interne tant verticales qu’horizontales. L’investissement récent de plusieurs dizaines de millions d’euros sur le site de Jupille, consacré par le groupe à l’installation de deux nouvelles lignes de production (s’ajoutant aux 5 existantes) à hautes cadences, destinées à la grande exportation, montre simultanément la confiance accordée à notre site, et la volonté de croissance du groupe. »

    1. Pourquoi avoir choisi de participer à Talentum ?

    « En tant qu’employeur local de premier plan, nous participons à Talentum depuis ses débuts. Ce salon constitue un beau lieu de rencontre et nous offre l’opportunité de rencontrer un maximum de candidats en une seule journée, pour parer à nos recrutements actuels et futurs. Nous donnons rendez-vous aux candidats Process Engineer, FLM, techniciens et opérateurs de production pour un premier contact sur notre stand. »

    Inscription et renseignements :

    www.talentumliege.be

    (Source La Meuse Jobs région vendredi 26 août 2016)

  • Rappel de Colruyt, OKay et Solucious. Rappel du jus d’orange « 100 % pur jus pressé » d’Everyday (2 L).

    Problématique : Présence de levures qui forment du gaz ayant pour conséquence un gonflement, un déchirement ou un éclatement de la bouteille.

    À la suite de remarques de clients, la présence de saccharomyces a été détectée dans le jus d’orange « 100 % pur jus pressé » d’Everyday (espace fraîcheur, bouteille en plastique de 2 L).

    La levure de type saccharomyces transforme les sucres en gaz. Ce phénomène peut amener la bouteille à se fendre ou à s’ouvrir (surtout pendant le transport). Cela ne représente aucun danger pour la santé. Le jus d’orange peut devenir acide, mais reste propre à la consommation. Entre-temps, tous les articles concernés ont été retirés des rayons dans tous les magasins.

    Les clients qui ont acheté ce produit sont invités à ouvrir avec précaution la bouteille à l’extérieur et à rapporter soit la bouteille vide soit le ticket de caisse dans leur magasin Colruyt ou OKay. Le produit leur sera intégralement remboursé.

    Description du produit

    Everyday jus d’orange 100 % pur jus pressé (2 L)

    En vente chez Colruyt, Colruyt Luxemburg, OKay et Solucious.

    Numéro d’article : 44390

    Tous les numéros de lot peuvent être rapportés.

    Pour plus d’informations, les clients peuvent appeler le 02 360 10 40.

    (Source AFSCA)

  • Météo: nouvelle journée de chaleur mais l'orage pourrait arriver samedi en fin de journée

    Nouvelle journée de forte chaleur, ce vendredi. Surtout dans le centre et l’est du pays. A l'ouest, il y aura davantage de nuages à l'aube et en matinée. A la côte, le temps sera plus respirable que la veille grâce à la brise de mer. La suite sur :

    http://www.lameuse.be/1654288/article/2016-08-26/meteo-nouvelle-journee-de-chaleur-mais-l-orage-pourrait-arriver-samedi-en-fin-de