Google Analytics Alternative

  • Wonck. Grand route Wonck-Eben : un affaissement de la chaussée dont il faut se méfier…

    grand route wonck.jpgDepuis un certain temps, la rue sous-le-bœuf reliant le village de Wonck à celui d’Eben présente, sur son flanc droit, un affaissement long d’une demi-dizaine de mètres. Le dénivelé est assez important et compte tenu du trafic que subit cette route la situation ne pourra qu’empirer. La prudence est donc de mise.

    grand route wonck 2.jpg

    grand route wonck 3.jpg

    grand route wonck 4.jpg

  • Wonck. Rue large voie : la boulette avérée…

    large voie wonck.jpg« Et voilà le travail ! » La rue large voie a retrouvé son nom. A Wonck, dans les jours qui ont suivi notre article (voir lien ci-dessous), une nouvelle plaque a été placée en remplacement de la fausse indiquant voie de Liège. La boulette était donc bien avérée. Il n’aura fallu que quelques jours pour rectifier l’erreur.

    Voir article précédent ici :

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2015/09/25/commune-de-bassenge-la-boulette-du-jour-163789.html

    large voie wonck 2.jpg

  • AFSCA : 30 % des salades de viande non hygiéniques

    salade viande.jpgSelon une enquête menée dans 110 boucheries par l’Afsca, un tiers des salades de viande et préparations de boucherie ne répondraient pas aux normes d’hygiène. « Des analyses microbiologiques ont été réalisées sur la totalité de ces échantillons », nous explique Jean-Sébastien Wahlin, le porte-parole. « Et ce qu’il en ressort, c’est qu’une bactérie pathologique n’a été détectée que dans un seul échantillon ».

    Reste que dans un tiers des cas, une lacune d’hygiène a tout de même été constatée. « Mais je tiens à rassurer tout le monde, ces micro-organismes présents dans ces salades de viande ne sont pas toxiques », commente notre interlocuteur. « Il n’y a donc aucun de risques pour la santé des consommateurs ».

    « ILS DOIVENT SE METTRE EN ORDRE »

    Salades de viande, poulet curry, poulet andalouse… tous ces produits à base de viandes que vous achetez à la boucherie et qui sont fabriqués par le boucher lui-même sont donc pointés du doigt. « L’américain préparé n’a quant à lui, pas fait l’objet de cette étude », précise le porte-parole.

    Mais si ces aliments ne rendent pas les consommateurs malades, ils dénoncent tout de même un manque d’hygiène chez certains bouchers. « Ils montrent, en effet, qu’il y a au moins une étape de fabrication qui ne respecte pas les règles d’hygiène », nous explique notre interlocuteur. « Mais les différents endroits concernés ont été avertis de cette lacune et ont désormais un laps de temps bien précis pour résoudre le problème ». (Source La Meuse 30 septembre 2015)

  • A proximité. Cueillez vos pommes et poires à 50 cents le kilo !

    cueillette pommes.jpgLe Verger du Bout de l’Allée se trouve à Dalhem, dans le village de Neufchâteau. Xavier Regout y produit des pommes et des poires. Une passion familiale qui se transmet depuis maintenant trois générations.

    Mais depuis un an, Xavier doit faire face, comme tous les producteurs, à l’embargo russe sur les fruits européens. Plutôt que de détruire ses fruits et de toucher les primes européennes, le producteur a eu une autre idée : ouvrir sa plantation au public, pour une auto-cueillette. Une action qu’il réitère ce samedi et dimanche. « L’enthousiasme fut tel, l’ambiance si excellente et les rencontres si belles, que nous recommençons cette année », explique son épouse, Florence Regout.

    Comment l’opération se déroule ? « Concrètement, le public est le bienvenu, avec sacs, paniers et chaussures adaptées. » Les fruits sont pesés à la sortie et vendus pour « un prix défiant toute concurrence : à partir de 50 centimes le kilo. Des fruits bien cueillis et bien conservés peuvent se garder pendant plusieurs mois, même chez vous, à la maison ».

    Les deux spécialistes seront présents aux côtés des apprentis cueilleurs pour leur prodiguer les conseils de récolte adéquats, mais aussi pour faire de cette journée un moment familial et pédagogique : « Nous faisons goûter toutes sortes de variétés (surtout celles que les gens ne connaissent pas et qui sont absolument savoureuses !), donnons des explications sur la production, montrons comment cueillir les fruits sans abîmer ni l’arbre, ni le fruit ».

    UNE DIVERSIFICATION AVEC LES JUS

    L’année dernière, la production a investi dans un atelier de jus pour diversifier ses activités. « Nous diversifier nous semblait une bonne solution face aux problèmes du secteur fruitier. Nous pressons donc des jus pour les gens qui nous apportent les fruits de leur jardin, par exemple, mais nous avons aussi créé notre jus maison : le jus BILOBA, que nous déclinons en cinq variétés. »

    Ils seront bien évidemment en vente durant ces portes ouvertes. De bons jus, sans trop de pesticides. Car la production utilise tant que possible des moyens alternatifs pour lutter contre les insectes.

    Le 3 et 4 octobre de 10h à 17h. Adresse : Bout de l’Allée 5, à Neufchâteau. Parking prévu. Paiement juste en espèces.

  • Boirs: un homme de 44 ans grièvement blessé dans une collision frontale sur l'E313

    accident boirs.pngUn quadragénaire a été grièvement blessé lors d’une collision qui s’est produite avec un véhicule fantôme peu avant une heure du matin, lundi, sur l’E313 à hauteur de Boirs (Bassenge), a-t-on appris de sources concordantes.

    http://www.lameuse.be/1385287/article/2015-09-28/boirs-un-homme-de-44-ans-grievement-blesse-dans-une-collision-frontale-sur-l-e31

  • Politique. Cumuler, c’est tromper ! Un article de Gilles Vanden Burre, député fédéral Ecolo dans Le Soir dans sa rubrique « Carte blanche »

    député écolo.jpgLe cumul des mandats n’est-il quasiment possible que dans la fonction publique. Un mandataire soulève la question de la disponibilité du « cumulard » et du conflit d’intérêts que ses multiples casquettes génèrent.

    Le débat sur le cumul des mandats refait rage depuis la diffusion de l’émission « Questions à la Une » de mercredi dernier et du décret en préparation sur le sujet du côté wallon.

    Trop souvent, cette polémique est noyée dans des considérations techniques ou des interprétations juridiques de textes existant qui ne font qu’enfumer l’opinion publique. Alors que la question qui se pose est en fait assez simple : est-il normal que des mandataires publics puissent exercer plusieurs fonctions « plein-temps » lorsque l’immense majorité des travailleurs belges n’en exerce qu’une seule, que ce soit pour des questions de temps ou d’obligations contractuelles ? En effet, il est extrêmement rare qu’un employeur, public ou privé, permette à un membre de son personnel d’avoir un autre métier à côté de son contrat de travail plein-temps. De même, les indépendants ou gérants d’entreprise qui ont le temps d’exercer une activité professionnelle complémentaire à côté de leur boulot principal se comptent sur les doigts d’une main.

    « Occupé à 100 % » ?

    Pourquoi ce qui est valable pour la quasi-totalité de la population active belge ne le serait-il pas pour la classe politique ? En tout cas, pour ceux et celles qui exercent un mandat considéré comme un temps plein, et rémunéré comme tel : bourgmestre ou échevin d’une ville moyenne, député ou, bien entendu, ministre. En ce qui me concerne, député fédéral depuis un peu plus de deux mois, j’ai franchement l’impression d’être occupé à 100 %. J’en conclus donc que soit mes collègues qui cumulent sont des « surhommes » ou des « surfemmes », soit ils ne remplissent pas leur job de député à fond…

    A côté de la question de la disponibilité, il y a aussi celle du conflit d’intérêts. Venant du monde de l’entreprise, j’ai du mal à imaginer qu’on puisse être à la fois directeur financier et directeur marketing ou, en d’autres termes, décider soi-même des budgets que l’on va recevoir afin de mener un projet à bien. Transposé au monde politique, le même problème se pose pour celui qui cumule ministre et bourgmestre. A nouveau, pourquoi cette règle élémentaire de bonne gestion ne s’appliquerait-elle pas aux décideurs publics ? Enfin, le cumul accentue la concentration de pouvoir entre les mêmes mains et empêche le renouvellement ainsi que l’émergence de nouvelles personnalités.

    Tromperie à plusieurs étages

    Cumuler, c’est donc bien tromper : tromper les électeurs à qui on avait promis de se consacrer entièrement à sa tâche d’élu, tromper ses collègues à qui on empêche d’accéder à de nouvelles fonctions et, probablement, se tromper soi-même en pensant pouvoir gérer de manière optimale plusieurs mandats importants de front.

    Au-delà de ces constats, il est important de proposer des pistes de solution autour desquelles une grande partie de la classe politique pourrait se retrouver. Tâche compliquée s’il en est…

    Tout d’abord, il y a une mesure directe et très claire, portée par les écologistes depuis toujours : l’interdiction totale du cumul député/ministre avec bourgmestre ou échevin. Ceci a été partiellement mis en place en Wallonie sous la précédente législature où seuls 25 % des députés wallons peuvent désormais cumuler, suivant des règles précises. L’objectif prioritaire reste dès lors une évolution vers une interdiction totale, à tous les niveaux de pouvoir, pour laquelle l’appui d’autres formations politiques est indispensable. Ce dernier élément semblant faire défaut actuellement, il est important d’envisager des alternatives ayant un impact plus indirect sur la problématique traitée : la stimulation de la démocratie participative et le renforcement du renouvellement.

    Pour un monde politique plus « poreux »

    Des processus de démocratie participative de plus en plus poussés se développent aux quatre coins du globe et permettent aux citoyens d’influencer, voire de co-décider, des mesures ayant un impact immédiat sur leur quotidien. On peut, par exemple, mentionner la consultation populaire, réalisée sur des sujets locaux très concrets (destruction d’un parc, transformation d’une gare, réaménagement d’une place, etc.) ou la mise en place de budgets participatifs communaux donnant la possibilité à des assemblées citoyennes de voter l’utilisation d’un pourcentage du budget total. De telles innovations diluent de facto la concentration de pouvoir et créent une pression citoyenne accrue par rapport à des pratiques de cumul incompatibles avec la dimension participative. Il en va de même pour le renouvellement, consistant à voir de nouvelles têtes et de nouveaux profils débarquer en politique. En effet, l’arrivée d’ouvriers, de profs, de médecins, d’entrepreneurs… dans les parlements contribuerait à un changement de culture menant à une répartition plus équilibrée des responsabilités et, idéalement, à une érosion naturelle des cumuls. C’est évidemment un raisonnement intuitif mais j’ai la conviction qu’une plus grande porosité entre le monde politique et la société civile donnerait un souffle nouveau à la sphère publique et redorerait son image par rapport au reste de la population. Pour ce faire, les partis devraient réserver des places éligibles sur leurs listes à de tels candidats, ce qui requiert une bonne dose de volonté, voire de courage, politique.

    On le voit bien, le cumul est un véritable fléau de notre système politique, qui le décrédibilise chaque jour un peu plus aux yeux de l’opinion publique. Afin d’y remédier définitivement, de nouvelles règles claires et transparentes seront nécessaires, ainsi qu’une nouvelle culture politique, plus participative et ouverte sur la société civile. Néanmoins, rien de ce qui précède ne sera possible sans de fortes pressions citoyennes et médiatiques, au risque de retomber dans les petits arrangements habituels et les décrets compréhensibles uniquement par ceux qui les ont rédigés.

    (Source Le Soir 23 septembre 2015)

  • Samedi dernier, reconstitution au Fort d’Eben Emael : la vie quotidienne d’une garnison de soldats américains en 44… Reportage vidéo !

    reconstitution.pngSur le site du Fort d'Eben Emael le samedi 26 septembre 2015 dernier, le public a pu assister à la reconstitution de la vie quotidienne d'une garnison de soldats américains. Cette présentation avait lieu dans le cadre de la commémoration de la libération du Fort d'Eben Emael en septembre 44. Bassenge Sudinfo y a promené sa caméra. Reportage vidéo :

  • La Lune disparaît pendant une heure et réapparaît teintée de rouge: les dernières photos + Vidéo !

    éclipse lune.jpgLa Lune s’est totalement éclipsée dans la nuit de dimanche à lundi. A 4h11, le satellite terrestre, parfaitement aligné avec le Soleil et la Terre, a disparu, privé des rayons solaires. Il est réapparu à 05h23 teinté de rouge, selon une vidéo diffusée en direct par la NASA.

    Photos + vidéo en suivant ce lien :

    http://www.lameuse.be/1384847/article/2015-09-28/la-lune-disparait-pendant-une-heure-et-reapparait-teintee-de-rouge-les-dernieres

  • Les cinq choses à connaître pour observer l'éclipse lunaire qui aura lieu la nuit de dimanche à lundi

    éclipse 2.jpgDans la nuit de ce dimanche 27 au lundi 28 septembre, nous pourrons observer une éclipse lunaire. Un événement astronomique à ne pas manquer puisqu’il est extrêmement rare ! Pour vous, nous avons tenté de décrypter ce phénomène exceptionnel en cinq grandes lignes. A découvrir en suivant le lien ci-dessous:

    http://www.lameuse.be/1384204/article/2015-09-26/les-cinq-choses-a-connaitre-pour-observer-l-eclipse-lunaire-qui-aura-lieu-la-nui

  • Route provinciale à Glons : depuis ce samedi matin, c’est à nouveau le chaos !

    route provinciale 3.jpgC’est à nouveau le chaos route provinciale à Glons depuis ce samedi matin 26 septembre 2015. Des dispositifs ralentisseurs ont été renversés, des signaux rendus inopérants. Au niveau des priorités à respecter et autres indications à suivre, plus aucun usager ne s’y retrouve. Une situation qui rend actuellement l’usage de cette route très dangereux. (photos prises ce samedi matin 26 septembre 2015)

    route provinciale 3.jpg

    route provinciale 2.jpg

    Il y a quelques semaines déjà, c'est la signalisation située à hauteur du magasin Spar qui avait été "concernée"

    route provinciale 1.jpg

  • Manque d’hygiène à l’école. Trois boîtes à tartines sur 10 ne sont pas nettoyées quotidiennement

    école hygiène.pngBoîtes à tartines sales, absence de lavage des mains avant de passer à table, tartines préparées la veille et pas de réfrigérateur pour mettre son casse-croûte au frais… Voilà le constat accablant dressé par l’enquête sur la sécurité alimentaire menée par Tetra Pak et GoodPlanet Belgium qui exhortent les écoles à prendre des mesures de sensibilisation.

    Pour mener sa recherche à bien, l’entreprise suédoise d’emballage a interrogé 350 enfants âgés de 8 à 12 ans sur leurs habitudes alimentaires à l’école. Et ils ont pointé un certain nombre de tendances. Un tiers des boîtes à tartines ne sont pas nettoyées tous les jours. Un manque de fraîcheur qui se traduit également dans la composition des piques-niques. 17 % des tartines sont préparées la veille alors qu’à peine 18 % des écoles mettent un réfrigérateur à disposition des élèves qui voudraient y mettre leur casse-croûte.

    Pour ce qui est du lavage des mains, il fait presque figure d’exception à l’intérieur des écoles des petites têtes blondes. À la maison, ils sont 80 % à se les laver avant de passer à table. À l’école, cette pratique fait presque figure d’exception. Ils sont à peine 37 % à se savonner les doigts avant le déjeuner. « Parents, enfants et corps éducatif. Il faut sensibiliser tous les acteurs à l’hygiène alimentaire à l’école. Une boîte à tartines mal lavée, de la nourriture non stockée dans les frigos ou une gourde mal rincée sont autant d’éléments qui permettent une propagation de bactéries dangereuses » commente Birgit Kamp, de Tetra Pak.

    GASPILLAGE

    Dans sa conclusion, l’étude établit un parallèle entre le manque d’hygiène et le gaspillage alimentaire. Des aliments mal conservés finissant bien souvent à la poubelle. Et GoodPlanet de rappeler que chaque année on gaspille en moyenne 50 kg de nourriture par personne. Ce qui constitue un tiers de la production mondiale alors que pendant ce temps-là 840 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde…

    Le lavage des mains avant les repas fait presque figure d’exception à l’école. (Source La Meuse samedi 26 septembre 2015)

    école hygiène.png

  • VW : D’Ieteren lance un site web pour rassurer ses clients

    vw.pngPlongé dans la tourmente depuis la révélation de son trucage de tests antipollution effectués sur ses voitures diesel, l’empire Volkswagen tente de retrouver un peu de stabilité : vendredi soir, Matthias Müller, le patron de Porsche, a été nommé, sans véritable surprise, à la tête du groupe, succédant ainsi à Martin Winterkorn, emporté par le scandale.

    À 62 ans, cet « enfant de la maison » n’a pas besoin de son regard bleu azur pour séduire les actionnaires. Il jouit d’une longue carrière au sein de la société : il est passé par Audi et Lamborghini et il dirigeait Porsche depuis 2010.

    Le plus incroyable dans cette affaire est que l’International Council on Clean Transportation, l’ONG américaine qui a révélé le scandale, comptait, à l’origine, prouver que les véhicules américains étaient les plus propres. Il y a deux ans, cette organisation non gouvernementale a contacté des chercheurs de l’Université de Virginie-Occidentale pour tenter de démontrer que les autos vendues aux États-Unis polluaient moins que les autres. Mais les tests, réalisés sur une VW Jetta et une VW Passat, ont révélé d’étranges écarts entre les émissions réelles de gaz dégagées par les voitures de la marque et celles déclarées lors des tests réglementaires effectués par les autorités. Celles-ci embraient et c’est le scandale. « On a été surpris », a commenté Drew Kodjak, responsable de l’ONG. « Nous ne soupçonnions absolument pas que des VW puissent être équipées de logiciels trompeurs. »

    Vendredi, VW n’a pas reçu le feu vert pour vendre ses modèles 2016 de voitures diesel aux Etats-Unis.

    D’IETEREN LANCE UN SITE

    Le scandale crée aussi des remous chez nous. Vendredi, D’Ieteren, l’importateur des marques VW en Belgique, a lancé un site internet ( www.customercare.dieteren.be ) destiné à fournir des réponses aux questions de ses clients. Le nombre et le type de véhicules concernés chez nous ne sont pas encore déterminés, même si certains véhicules utilitaires font partie des 11 millions d’automobiles concernées, a annoncé D’Ieteren.

    D’Ieteren annonce vouloir contacter chaque client touché dès que les infos seront disponibles. La société assure que la nouvelle génération de moteurs diesel (Euro 6), actuellement sur le marché, est conforme à la législation et aux normes environnementales. (Source La Meuse 26 sept.-15)

  • Glons. Exclusif ! Le chanteur Marka en concert à « La case départ » le mercredi 14 octobre prochain. Pensez à réserver…

    marka.pngLa Case Départ est heureuse de vous annoncer la venue du chanteur Marka en ses murs le mercredi 14 octobre à 21h00, pour vous faire découvrir en avant-première son nouveau spectacle. Soyez parmi les premiers à écouter son nouveau répertoire en anglais, ainsi que ses plus grands succès en français.

    Attention, le nombre de places est limité. Dépêchez-vous d'acheter votre prévente!

    Les places sont disponibles: - Au bar de la Case départ rue du cheval blanc 45 à Bassenge (ouvert tous les jours dès 9h du matin, 12h le lundi).

    - Au restaurant La Sirena 2, rue haute vinave 20 à Glons.

    Prévente 10 euros/ Sur place le jour même: 12 euros

    L’événement sur Facebook :

    https://www.facebook.com/events/1633685343582836/

    marka.png

  • Commune de Bassenge : la boulette du jour…

    rue large voie 3.jpgBillet de Regor. A Wonck, en remplacement d'une ancienne plaque d’identification d'une rue, une nouvelle vient d’être placée par les services communaux. Mais voilà... Pour la circonstance, assez bizarrement, la « rue large voie » a été rebaptisée. Elle s’appelle désormais la « rue voie de Liège ». Vous me direz : « Faut pas en faire tout un plat. Une voie, c’est une voie : qu’elle soit large ou qu’elle mène à Liège… du moment que c’est une voie… »

    N’empêche. Voilà qui devrait donner du fil à retordre aux services de la poste… Quant aux services d’urgence…

     

    Regor

    rue large voie 1.jpg

    rue large voie 2.jpg

    Et à l'autre extrémité de la rue

     

    rue large voie 4.jpg

     

  • Boirs. Les gouttes n’arrêtent pas les cramignons

    cramignons boirs 2015.jpgLe cramignon en vallée du Geer est une véritable tradition festive. Et Boirs n’échappe pas à la règle. Samedi soir, c’est une trentaine de couples des anciens qui étaient à la fête. Et ils n’ont pas été déçus de la première halte. Quelques gouttes de pluie ont contraint les cramignoneurs à prolonger l’étape de quelques verres en plus. Quant à dimanche, c’est une quarantaine de couples de jeunes qui ont arpenté les rues du village. Cette longue farandole s’est arrêtée à sept reprises afin de se désaltérer. (Source La Meuse 25 septembre 2015 LEM)