Google Analytics Alternative

La commune de Bassenge confrontée à un problème de chats errants.

chat errant 5.jpgA la demande d’une dame wonckoise bénévole active dans le domaine du bien-être animal, nous nous sommes rendus, mercredi dernier dans l’après-midi, dans un des villages de la Vallée du Geer. Nous y avons rencontré de braves personnes victimes d’un afflux massif de chats errants. Depuis plusieurs années, les chats viennent trouver refuge dans leurs installations au centre d’un site agreste situé à quelques encablures de leur habitation. Pour nous, difficile de dénombrer les chats tant ils sont nombreux mais, selon notre guide Maud, ces chats de tous âges devraient être une bonne vingtaine à être disséminés, à l’intérieur des remises et du hangar et autant à évoluer à l’extérieur sur l’ensemble du site.

Sur leur propriété, une quarantaine de chats errants… Ils vont, ils viennent…

La dame explique : « Cela fait plusieurs années que le phénomène a commencé. Les chats errants se réfugient dans le hangar et les petites remises situées sur notre site. Ce lieu est devenu leur point d’attache. Je ne vais pas les laisser là, comme ça. Alors, tous les jours, je vais leur donner à manger et à boire, je les soigne, je leur apporte un peu d’affection. Je leur ai donné des noms. Pas à tous, car vous savez, ils sont trop nombreux et  ils vont, ils viennent… Il y en a deux qui sont ici depuis près de 8 ans certainement, mais je ne peux leur donner un âge, car je ne sais pas l’âge qu’ils avaient lorsqu’ils se sont installés ici… Dans quelques jours d’autres femelles, plus jeunes, vont encore mettre bas.

chat errant 12.jpgMaud et Gina, de très gentilles personnes habitant la région (membres bénévoles association de bien-être animal), viennent souvent nous rendre visite et nous donner un coup de main car, mon mari et moi avançons en âge, et il nous est de plus en plus difficile de maîtriser la situation… d’autant qu’elle ne fait qu’empirer. Pour se débarrasser de leurs chats ou chatons, certaines personnes vont même jusqu’à les déposer durant la nuit  aux abords de notre site ! Pour nous, la situation est intenable. Trop, c’est trop. Nos installations n’ont pas fonction de refuge pour chats errants ! Nous craignons pourtant que cela ne se dise…

Et subvenir aux besoins de tous ces chats nous coûte.  Certains sont malades, leur état nécessite la prise de médicaments.

« Notre site n’est pas un refuge pour chats errants ». Devant la surpopulation de chats errants, sensibiliser la population et stériliser les chats sont les seules parades.

La dame poursuit : « Pour arrêter le phénomène, il faudrait faire stériliser les chats, mais à 150 euros l’opération chez le Vétérinaire, pour nous, c’est inabordable ! J’ai déjà téléphoné plusieurs fois à la commune de Bassenge pour signaler le problème, aucune suite n’a jamais été donnée. J’espère vraiment que votre article pourra conscientiser les autorités communales et qu’une solution soit enfin trouvée… » 

Nous ne pouvons également que l’espérer car, sur la commune de Bassenge, les deux bénévoles Maud et Gina ont déjà été appelées à la rescousse pour d’autres cas de surpopulation de chats errants.

Note : Un projet d’arrêté royal (juin 2012) s'adresse aux communes, qui devront prévoir un point de contact permettant aux habitants de signaler les chats errants.

montage chats errants.jpg

Le dossier.

En Belgique, le problème des chats errants est devenu assez récurrent. Alors, comment le maîtrise-t-on ?

Nous vous invitons à lire, ci-dessous, tout d’abord l’article relatif aux projets de lois visant à endiguer la croissance de la population féline (juin 2012) et ensuite, celui de Gaïa.

Bientôt un plan de stérilisation obligatoire des chats domestiques ?

(Sources 8 juin 2012 source RTBF et Belga)

8 juin 2012. Le Conseil des ministres a approuvé vendredi deux projets d'arrêté royal relatifs au plan pluriannuel "Chats", qui prévoient la stérilisation des félins domestiques en plusieurs phases.

Le projet vise à endiguer la croissance de la population féline, qui augmente annuellement de 6%, explique la ministre de la Santé Laurette Onkelinx, en charge du Bien-être animal.

Cette augmentation entraîne une surpopulation dans les refuges ainsi qu'une prolifération de chats errants, qui augmentent le risque de propagation de maladies contagieuses (la leucose, le sida félin, le coryza, la péritonite infectieuse féline ainsi que des zoonoses telles que la toxoplasmose, la teigne et la rage).

Un arrêté royal approuvé vendredi constitue le fondement légal du Plan pluriannuel élaboré par le SPF Santé publique.

A partir du 1er septembre 2012, tous les chats se trouvant dans un refuge belge devront être stérilisés, identifiés et enregistrés avant de pouvoir être adoptés.

L'adoptant peut toutefois conclure un contrat avec le refuge jusqu'au 1er mars 2013 et choisir un vétérinaire de son choix pour la stérilisation, dans les six mois qui suivent l'adoption. Un tel contrat est encore possible jusqu'au 1er mars 2014 pour les chats âgés de moins de six mois au moment de l'adoption.

A partir du 1er septembre 2014, cette mesure sera étendue aux éleveurs et aux particuliers. Il faudra alors que chaque chat soit stérilisé, identifié et enregistré avant d'être vendu ou donné. Seuls les chats destinés à un élevage agréé ou à des personnes à l'étranger pourront encore être vendus sans avoir été stérilisés au préalable.

Signaler les chats errants…

Un second arrêté royal s'adresse aux communes, qui devront prévoir un point de contact permettant aux habitants de signaler les chats errants, de manière à ce que ceux-ci puissent être capturés, stérilisés, relâchés ou, le cas échéant, euthanasiés.

Les communes devront veiller à ce que les chats errants stérilisés soient nourris et puissent s'abriter en cas de conditions climatiques extrêmes. Elles devront tenir certaines données en ce qui concerne leur politique à l'égard des chats errants en remplissant un formulaire prévu à cet effet.

Un grand nombre de refuges et d'associations de protection des animaux organisent d'ores et déjà des campagnes de stérilisation et de sensibilisation. C'est dans ce cadre que sera lancée la campagne "L'été du chat" le 14 juin prochain.

Sur les 35 000 chats recueillis dans les refuges l'an dernier, 12 000 ont dû être euthanasiés, soit 2000 de plus qu'en 2010.

En janvier dernier, les sociétés protectrices des animaux (SPA) avaient tiré la sonnette d'alarme, dans l'attente du plan "Chats" du SPF Santé publique, dont la mise en œuvre avait été retardée par la chute du gouvernement en 2010.

Le plan bénéficie par ailleurs du soutien de l'association de protection de la nature Natagora, qui y voit aussi une manière de contenir le nombre de plus en plus élevé de petits rongeurs, oiseaux, lézards, etc, tués par des chats errants ou domestiques de plus en plus nombreux.

Belga

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_bientot-un-plan-de-sterilisation-obligatoire-des-chats-domestiques?id=7783592

La Belgique compte 92 échevins du bien-être animal…

En Belgique, une ville ou commune sur six (environ 16 %) dispose d'un échevin du Bien-être animal. Depuis les élections communales d'octobre 2012, notre pays compte ainsi 92 échevins portant cette compétence dans leurs attributions. C'est 33 % de plus (+56%) que pendant la législature précédente. En Wallonie, 21 administrations locales ont un échevin du Bien-être animal dans leurs rangs, dont un dans la Communauté germanophone (plus précisément à Eupen). C'est ce qui ressort d'une enquête de l'association de défense des animaux GAIA.

En Wallonie/Bruxelles-Capitale

Par province, les échevins menant une politique locale de bien-être animal sont au nombre de 9 dans le Hainaut, 5 dans la province de Liège, 4 dans le Namurois, 2 dans le Brabant wallon et 1 dans le Luxembourg. C'est également le cas de 2 communes de la Région de Bruxelles-Capitale (Ixelles et Molenbeek-Saint-Jean).

En Flandre

Trois provinces – celles d'Anvers, du Limbourg et du Brabant flamand – disposent d'un député du Bien-être animal. Et près d'une administration locale sur quatre compte un échevin du Bien-être animal au sein du Collège du Bourgmestre et des Echevins (69, soit 22 %).

Progrès

Michel Vandenbosch, le président de GAIA, commente : « Nous avons mené campagne avant les élections communales pour que davantage d'échevins du Bien-être animal soient nommés. Ceux-ci peuvent ainsi mener à un niveau local une politique de bien-être animal digne de ce nom, permettant par exemple de réduire de façon respectueuse la surpopulation des chats errants. Notre campagne a permis d'amener des avancées. »

Liste à allonger

Par ailleurs, il est possible que d'autres échevins du Bien-être animal s'ajoutent à la liste dans le courant de la législature. « C'est certainement nécessaire en Wallonie et à Bruxelles, et nous continuerons à le demander », conclut Michel Vandenbosch.

Source : http://www.gaia.be/fr/actualite/la-belgique-compte-92-chevins-du-bien-tre-animal 

chat errant 8.jpg

chat errant 11.jpg

chat errant 7.jpg

Commentaires

  • merci à vous de vous en occupez comme ça de ces pauvres petits malheureux, quand on a emménagé il y avait qq chats qui sont venus, je les ai nourris un fois, 2 fois et une histoire d'amour s'est installée entre eux et nous. Certains ont été empoisonnés, d'autres ont disparus, et d'autres sont venus, cela fait des années que l'on s'en occupe, il n'y a plus de sauvages car on les a adoptés chez nous :) et je ne le regrette pas ...

  • Je ne pense pas que ce soit la solution de nourrir et d'entretenir ses chats. Ce sont des chats errants et leur reproduction doit être contrôlée. Ils sont 40 aujourd'hui mais combien d'ici qques mois ou années?
    Si vous choississez de vous en occuper, il faut alors assumer les frais qui en découlent.
    De plus, à ce que je sache, il est obligatoire de faire stériliser ses chats.
    N'hésitez pas à vous adresser à des associations. Je pense que la SPA stérilise gratuitement les chats errants. Ils viennent eux même déposer des cages, emmènent les chats et les stérilisent. En échange, ils demandent juste que la personne qui introduit la demande prenne une carte de membre chez eux.

  • Après les chiens, à la chasse aux chats errants!!!
    Dans notre société, les animaux ont de moins en moins de place pour vivre. En tout cas pas en liberté. Et cela peut se comprendre. Mais bof!
    Ce que je n'admets pas c'est que des gens comme Gaia s'implique pour chasser le chat errant alors qu'il souhaite que les animaux de cirque exotiques devraient retournés dans leur pays d'origine et vivre en liberté avec les habitants de ces pays. C'est pas du tout logique. Si on fait la chasse du chat ici. Il est alors normal et plus que normal que l'on fasse la chasse du lion en Afrique. Il est bien plus dangereux de vivre avec des lions sauvages qu'avec des chats errants. Mais pour Gaia et consorts, nous c'est nous en Afrique c'est les noirs.... Pauvre humanité!

Les commentaires sont fermés.