Google Analytics Alternative

Animaux

  • Un foyer de grippe aviaire détecté dans une entreprise en Zélande

    Un foyer de grippe aviaire a été détecté dans une entreprise avicole dans la commune néerlandaise de Sint Philipsland, en Zélande, à 25 kilomètres de la frontière avec la Belgique. Quelque 42.000 poules ont été abattues afin d’éviter la propagation du virus.

    Un foyer de grippe aviaire a été détecté dans une entreprise avicole dans la commune néerlandaise de Sint Philipsland, en Zélande, à 25 kilomètres de la frontière avec la Belgique. Quelque 42.000 poules ont été abattues afin d’éviter la propagation du virus.

    Selon le ministère néerlandais des affaires économiques, il s’agit d’une variante faiblement pathogène de la grippe aviaire mais qui peut muter vers une forme plus contagieuse et mortelle pour la volaille.

    (Belga)

  • La photo du jour. Marguerite en balade à Bassenge…

    Une photo de Rälph Mïata prise ce jeudi 12 octobre 2017 à Bassenge.

    Comme on peut le voir sur la photo, Marguerite était vachement intéressée par le magasin «  A la fleur des champs »…

  • Santé. Rage : gare aux chauves-souris ! Après la morsure, il faut intervenir rapidement

    En Belgique, la chauve-souris est le seul animal qui transmet encore la rage. Une maladie qui fait encore 60.000 victimes dans le monde chaque année. 

    La rage ne se trouve plus officiellement en Belgique chez les chiens, mais le contact avec les chauves-souris reste dangereux, indique l’Institut de médecine tropicale d’Anvers dans le cadre de la journée mondiale de la rage ce jeudi. Bien qu’elle soit facile à prévenir, cette maladie infectieuse tue encore chaque année quelque 60.000 personnes dans le monde.

    L’Institut de médecine tropicale (IMT) d’Anvers est depuis juillet 2017 un centre national de référence pour la rage.

    Au cours des trois derniers mois, 46 patients ont été pris en charge par l’institut, après avoir été égratignés ou mordus par un animal contaminé. La plupart des cas étaient des voyageurs belges qui sont entrés en contact avec des chiens, des singes ou d’autres animaux contagieux dans des pays à risque en Afrique ou en Asie.

    Sur les 46 patients, six présentaient des blessures de crabe et de morsures causées par des chauves-souris belges.

    C’est pourquoi, à l’occasion de la journée mondiale de la rage, l’IMT attire l’attention sur cette « maladie oubliée qui fait chaque année 60.000 victimes dans le monde ».

    L’article complet sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-09-28,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-09-28,BASSE-MEUSE,1|18

  • Malgré le décret qui interdit la vente d’animaux sur Internet. Animaux vendus illégalement ! On trouve encore plein d’animaux sur le net

    Quatre mois après le nouveau décret wallon qui interdit la vente et le don de tout animal sur internet (hormis sur les sites spécialisés), on trouve encore pas mal d’annonces sur la toile... Un décret « pour du beurre » ? Non ! Le ministre Di Antonio (cdH) va passer à la phase répressive, nous dit-on. 

    Grand-duc africain femelle de 4 ans à vendre 300 euros à Herve ; Buse de harris à vendre à Lessines 375 euros ; Varan des savanes à vendre 50 euros à Erquelinnes ; chiot labrador chocolat à vendre 675 euros à Boussu ; buse à queue rousse à vendre 550 euros à Verviers ; Buse de Harris idéale pour la chasse ou volerie à vendre 500 euros à Liège…

    Ceci n’est qu’un échantillon de ce que l’on peut trouver comme animaux mis en vente sur le site internet 2ememain.be.

    Depuis le 1 er juin 2017, un décret wallon interdit pourtant de donner ou de vendre des animaux sur internet. Interdiction donc de donner des chatons via Facebook ou de vendre une perruche sur eBay ou sur 2ememain.be. Les réseaux sociaux sont visés, de même que les sites généralistes. Seuls les refuges agréés et les éleveurs agréés peuvent publier de telles annonces sur leur propre site internet ou leur magazine. Le décret interdit même d’afficher un mot aux valves du magasin pour donner les « quatre adorables chatons sevrés ».

    Si de telles pratiques sont interdites, comment se fait-il qu’elles subsistent ? Au vu et au su de tout le monde puisque nous ne sommes pas sur le darknet.

    « Le ministre du Bien-Etre animal, Carlo Di Antonio (cdH), a voulu laisser le temps aux gens de bien prendre connaissance du nouveau décret » , explique-t-on à son cabinet. « Cette période de tolérance, consacrée à la prévention et l‘information s‘achève. On va passer dans les prochaines semaines à la phase de répression. Le ministre a convoqué son administration afin de clarifier le calendrier«.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-09-27,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-09-27,BASSE-MEUSE,1|18

  • A proximité. Herstal – Hauts-Sarts. Ce weekend, « Salon du cheval »

    Le Zoning Des Hauts Sarts, rue d'Abhooz à Herstal, sera le cadre d’un grand salon qui mettra le cheval à l’honneur. A voir samedi de 15h00 à 20h00 et dimanche de 8 à 18h. Au programme : des shows équestres, des concours, des spectacles autour du cheval, mais aussi des dégustations de vins, de bières spéciales, et une petite restauration. (Photo illustration Celia Renard)

  • En Wallonie. La vente de l’écureuil de Corée, bientôt interdite !

    écureuil corée.jpgAdorable, nerveux, vif et joueur : comment ne pas craquer face au petit écureuil rayé de Corée, que Walt Disney a rendu si sympathique à travers Tic et Tac ? Importé dans les années 60, ce petit rongeur est devenu un nouvel animal de compagnie en Europe et en Belgique. On en trouvait encore il y a peu dans les animaleries, ils vivent désormais en cages dans nos cuisines… 

    Eh bien, en Wallonie, il sera très bientôt interdit de détenir cette espèce. Ainsi en a décidé ce jeudi le gouvernement wallon. Le ministre du Bien Être animal Carlo Di Antonio (cdH) a sorti l’écureuil rayé de Corée (Le Tamias sibiricus) de la liste des mammifères que l’on pouvait détenir. (Photos youtube)

  • Environnement. Pauvres canards à Glons !

    Il y a maintenant plusieurs mois, suite à une pollution du Geer par du mazout (ou hydrocarbure), la protection civile avait été appelée par la commune pour installer un barrage filtrant sur la rivière à hauteur approximative de l’entrée de la rue Pont Saint Pierre en venant de la rue devant les cours. Le barrage filtrant, qui n’est plus opérationnel ni n'a de raison d'être, est toujours en place et les déchets en plastiques s’amoncellent… Pauvres canards… (Photo A.F.)

  • SRPA. Chiens et chats : 20 % d’abandons en plus durant l’été. Les animaux, premières victimes des grandes vacances

    Laissés pour compte durant l’été, les chats et les chiens pullulent actuellement dans les refuges. L’été reste la période la plus critique pour les abandons d’animaux, les chats restant les premiers concernés 

    Chaque année, c’est la même rengaine : les refuges pour animaux de compagnie affichent complet durant l’été. En cause, la malveillance des propriétaires qui n’hésitent pas à abandonner leur chien ou leur chat s’ils ne trouvent pas de solution de garde pour les vacances.

    Les premiers touchés restent les chats. « On en stérilise 1.400 par an, mais ce n’est pas encore suffisant pour faire diminuer le nombre d’abandons. Beaucoup viennent nous déposer des portées entières de chatons qui n’ont parfois que quelques heures. Ils ne sont donc pas stérilisés et peuvent même venir de chats errants », explique Fabrice Renard, inspecteur principal à la SRPA de Liège.

    La suite de l’article sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-08-28,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-08-28,BASSE-MEUSE,1|17

  • Hier, un groupe de grues cendrées a survolé Bassenge

    Ce mardi 22 août, aux alentours de 10h00, un groupe d’une vingtaine de grues cendrées a survolé Bassenge en remontant le cours du Geer. La migration vers le sud est en cours… (Photos Regor)

    grues cendrées 2.jpg

    Ci-dessus, photo d'illustration. Elle a été prise en mars 2013 lors de survol de notre région

  • Communiqué de presse de l’AFSCA - Fipronil et produits transformés à base d’oeufs : l’Agence applique les mesures habituelles pour le retrait du marché et/ou le recall

    L’AFSCA insiste une nouvelle fois sur le fait que des mesures sont prévues et appliquées en Belgique afin de retirer du marché les produits transformés à base d’œufs non conformes qui dépassent la norme réglementaire (0,005mg/kg), même s’ils ne constituent pas de risque pour la santé publique. S’il est constaté que des produits transformés à base d’œufs constituent un danger pour la santé publique, les consommateurs en seront immédiatement informés (recall).  Ces procédures sont depuis des années appliquées et définies au niveau européen.

    Dans le cadre du suivi de la contamination d’oeufs par le fipronil, des mesures sont également prises pour les produits transformés à base d’oeufs. Les produits transformés à base d’oeufs qui dépassent la norme réglementaire sont non conformes et sont dès lors retirés du marché, même s’ils ne constituent pas un risque pour la santé publique. Tous les produits transformés à base d’œufs non conformes sont donc éliminés à tous les niveaux de la chaîne alimentaire (fabriquant, grossiste, etc. jusqu’aux points de vente au détail).

    S’il est constaté que des produits transformés à base d’œufs constituent un danger pour la santé publique (dépassement de la limite de santé publique), les consommateurs en seront immédiatement informés. Le recall est effectué dès qu’un danger pour la santé des consommateurs est constaté. En ce qui concerne le fipronil, aucun produit transformé à base d’œufs n’a présenté jusqu’à ce jour un danger pour le consommateur. 

    Ces procédures de retrait et de recall sont depuis des années appliquées de manière transparente au sein de l’Agence alimentaire(*), et définie au niveau européen.

    Les recalls sont publiés sur : http://www.afsca.be/rappelsdeproduits/

  • Communiqué de l’AFSCA. Fipronil : résultats des actions supplémentaires (15/08/2017)

    Après le blocage initial d’exploitations suspectes, l’AFSCA a entrepris plusieurs actions supplémentaires dans l’enquête sur l’utilisation de fipronil dans le secteur de la volaille. D’une part, un contrôle et un monitoring renforcé ont été mis en place concernant la présence de fipronil dans la viande des poules pondeuses et les ovoproduits ; d’autre part, des analyses complémentaires ont été effectuées dans toutes les exploitations de ponte qui n’avaient pas été suspectées sur base de l’enquête. Tous les résultats obtenus indiquent qu’il n’y a pas de danger pour la santé publique.

    Outre les contrôles et échantillonnages d'œufs réalisés dans les exploitations qui avaient déjà été identifiées comme suspectes sur base de l’enquête du parquet, l’AFSCA a effectué un monitoring des œufs dans les exploitations non suspectées, des ovoproduits dans les casseries d'œufs et de la viande de poules pondeuses dans les 2 seuls abattoirs belges pour les poules pondeuses.

    178 exploitations de ponte qui n’avaient pas été suspectées sur base de l’enquête du parquet, ont été visitées et toutes les étables de ces exploitations (266 au total) où des œufs sont pondus, ont été échantillonnées. Les résultats du monitoring de toutes les exploitations et leurs étables

    sont désormais disponibles. De faibles concentrations de fipronil ont été constatées dans 7 exploitations. Ces concentrations se trouvent en dessous de la valeur limite européenne (basée sur l’ARfD). Ces exploitations ont été bloquées immédiatement et les œufs provenant de ces exploitations ont été retirés du marché et détruits. Les résultats ont également été transférés au juge d’instruction.

    Après ce monitoring dans les exploitations non-suspectes, tout le secteur des poules pondeuses a été contrôlé. A l’exception d’un seul, tous les résultats sont en dessous de la valeur limite européenne.

    Pour rappel : les œufs concernés (code 3BE3114) sont rappelés au niveau du consommateur depuis le 8 aout.

    Dans le cadre du monitoring, treize analyses ont été réalisées sur des ovoproduits fabriqués durant la période juin-juillet dans les casseries d'œufs. Onze résultats sont conformes. Dans 2 échantillons une très faible concentration de fipronil a été découverte. Cette concentration est en dessous de la valeur limite européenne et ne représente aucun danger pour la santé publique. Les ovoproduits concernés ont été retirés du marché et détruits.

    La viande des poules pondeuses a également été analysée dans les abattoirs dans le cadre du monitoring. Les 30 analyses réalisées sont toutes conformes. Aucune trace de fipronil n’a été découverte dans la viande.

    L’Agence alimentaire effectue également des contrôles dans le secteur de la distribution afin de s’assurer que toutes les consignes sur le retrait des œufs sont respectées. Les directives sont en général bien suivies par le secteur de la distribution. Si des infractions sont constatées un procès-verbal est rédigé et les œufs ont été détruits.

    L’AFSCA rappelle également qu’outre le monitoring mis en place dans le secteur avicole, elle a réalisé environ 3 000 analyses quant à la présence de fipronil dans les produits végétaux tels que les fruits et légumes, le miel, les épices, le thé, etc. au cours de ces 3 dernières années. Plus de 99,9% de ces analyses étaient conformes.

    Vous trouverez l’état d’avancement concernant les exploitations de ponte bloquées et la méthode de travail appliquée sur le site Internet de l’AFSCA

    (http://www.favv-afsca.fgov.be/professionnels/denreesalimentaires/incidents/fipronil/ ).

    Les consommateurs peuvent toujours poser leurs questions via le numéro gratuit 0800/13.550.

  • Epinglé. Ces trois chiens vont redonner vie à des forêts ravagées par des incendies

    L’histoire se passe au Chili. Trois Border Collie ont reçu pour mission de sauver des forêts du pays. En effet, au début de cette année, ce sont 470.000 hectares de forêts – oui, vous avez bien lu - qui sont partis en fumée suite à un gigantesque incendie que jamais le Chili n’avait connu jusque-là. Un épouvantable drame environnemental sur lequel l’association écologique Pewos a planché. De là est né une idée de génie. Le principe est pourtant simple : équiper des chiens de sacs à dos percés, les remplir de graines et ensuite emmener les chiens en balade dans les bois en les incitant à courir, jouer, explorer, batifoler… Et le tour est joué. Partout là où ils passent, les graines sont libérées et, le temps aidant, une nouvelle végétation verra le jour.

    Voilà certes une idée qui ne manque pas d’intérêt et, qui sait, pourrait inspirer d’autres utilisations. Tenons à préciser, comme le montre la vidéo, que la santé des chiens n’est pas mise en question et qu’il ne s’agit nullement de lieux pollués mais bien exempts de végétation.

    Voici donc le chien, meilleur ami de l’homme, devenu aussi sauveur de son environnement…

    Regor

  • Bassenge: «Mes 14 poules n’avaient pas la grippe aviaire»

    Étrange histoire du côté de Bassenge. Un foyer de grippe aviaire a en effet été décelé chez un couple de particulier qui possédait 15 magnifiques poules. Les volatiles ont tous été euthanasiés par l’AFSCA, principe de précaution et de sécurité oblige. Seulement voilà, les analyses que vient de recevoir le couple sont formelles : tous les tests sont… négatifs ! En réalité, c’est une quinzième poule, morte une semaine avant, qui était porteuse du virus.

    L’article complet à découvrir en suivant ce lien :

    http://basse-meuse.lameuse.be/105592/article/2017-07-21/bassenge-mes-14-poules-navaient-pas-la-grippe-aviaire

  • Grippe aviaire : levée du confinement à Oupeye, Bassenge et Visé !

    L'AFSCA informe que les particuliers ne sont plus obligés de confiner leurs poules et autres volatiles.

    Les mesures prises pour lutter contre la propagation de la grippe aviaire suite au cas découvert à Bassenge sont donc levées comme le montre le courrier de l'afsca aux Bourgmestres concernés.

    grippe aviaire levée.jpg

  • Amusant. Le selfie stick gourmand qui va faire sourire Médor

    Les photos des toutous souriants sur les réseaux sociaux sont légion. Mais lorsqu’on essaye de prendre notre compagnon à quatre pattes en photo à la maison, il se défile toujours, ce bougre ! Une firme californienne a trouvé la solution idéale pour obtenir le plus beau cliché : un selfie stick doté d’un petit os pour faire « sourire » votre chien.

    La suite sur :

    http://journal.sudinfo.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-07-17,BASSE-MEUSE|SU_QUOTIDIENS,2017-07-17,BASSE-MEUSE,1|18