02/03/2015

Petite Jack Russell enfuie ce matin à Boirs…

jack russel puity.jpgQui aurait vu la petite Puity? Elle s’est enfuie du manège rue Gadiot ce lundi 2 mars au matin. Petite jack russel, elle porte un collier et est pucée.

 

Si vous la voyez merci de contacter au 0492885217.

A proximité. Remicourt: des arbres et des haies pour lutter contre les inondations et les coulées de boue + Vidéo

remicourt.pngComment lutter contre les inondations et les coulées de boue ? A Remicourt, bénévoles et responsables communaux plantent un maximum d'arbres et de haies. Ces plantations présentent au moins deux avantages: elles retiennent les eaux boueuses et attirent les oiseaux.

Un reportage de la RTBF à découvrir ici :

http://www.rtbf.be/info/regions/detail_remicourt-des-arbr...

remicourt.png

remicourt 2.png

01/03/2015

Moto cross. Premières épreuves du Championnat du monde au Qatar : la bassengeoise Amandine Verstappen dans le top 10 !

amandine au qatar.jpgCes 27 et 28 février, les premières manches du championnat du monde de moto cross se déroulaient au Qatar. Et « Notre Amandine » s’est classée, avec brio, dans le Top 10 !

Amandine sur facebook : « 1ère manche; 8  2ème manche; 10  8 au général et donc 8 au championnat pour le moment… Difficile la seconde manche quand même… Merci à mon entraineur et à mon papa pour ce weekend ». Nous attendons avec impatience les prochaines manches qui auront lieu le 8 mars en Thaïlande… Et bien entendu, « Tout Bassenge est avec Amandine… »

Results from the first round of the FIM Women's Motocross World Championship

http://results.mxgp.com/mxgp/standings.aspx

résultats premières manches amandine verstappen.jpg

amandine au qatar 2.jpg

amandine.jpg

28/02/2015

Humour. La magnifique coquille du Parisien dans le titre de son dossier: "Ça baise et ce n'est pas fini"

le parisien.pngC’est vrai qu’il ne faut pas trop se moquer des confrères, parce qu’une coquille dans un titre, ça peut arriver à tout le monde. Mais on ne voulait pas vous priver de celle-ci, qui est particulièrement savoureuse.

http://www.lameuse.be/1224654/article/2015-02-28/la-magni...

14:22 Publié dans Humour, autodérision | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : le parisien, journal le parisien | |  Facebook | |  Imprimer

Météo: les giboulées de mars arrivent…

Emael sous averse de neige 5.jpgSi la journée s’annonce ensoleillée, l’après-midi de samedi devrait cependant voir la nébulosité augmenter avec des risques de pluie en fin de journée à la Côte et sur l’ouest du pays. Le vent, de secteur sud, sera faible à modéré. Les maxima atteindront 3 degrés en Ardenne et 6 à 9 degrés ailleurs. Les précipitations se généraliseront pendant la soirée et la nuit de samedi. Le mercure descendra jusque 1 degré en Hautes-Fagnes et environ 6 degrés dans le reste du pays.

La suite sur :

http://www.lameuse.be/1224561/article/2015-02-28/meteo-re...

(photo Regor : Emael sous les grêlons)

10:20 Publié dans Météo Bassenge | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : météo bassenge février 2015 | |  Facebook | |  Imprimer

27/02/2015

Le jeune Duke Border collie a été retrouvé ce jeudi soir à Hermalle…

duke sauvé 2 retrouvé.jpgGrâce aux nombreux partages sur facebook de l’avis de recherche paru sur ce blog, le jeune chien qui s’était échappé à Boirs le mercredi 25 février 2015 a été retrouvé le lendemain, jeudi soir à…. Hermalle ! Sacré fugueur, quand même. Mais encore une histoire qui finit bien.

duke sauvé 2 retrouvé.jpg

http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2015/02/26/jeune...

 

Boirs. Une solution contre les inondations : la commune va aménager un bassin de rétention des eaux

inondations boirs août 2014 6.jpgDans les semaines ou mois à venir, un bassin de rétention va être creusé à l’angle des rues des Bannes et d’Once. Il pourra retenir des milliers de litres d’eau. Et s’il devait ne pas être la solution définitive pour endiguer définitivement les inondations dans le quartier des Bannes, il devrait fortement les contenir. À chaque forte pluie ou presque, le quartier des Bannes, à Roclenge (Bassenge), est touché par des inondations. Situé dans une cuvette, il accumule plusieurs phénomènes qui expliquent la montée rapide des eaux dans les rues, jardins et caves. Il y a d’abord le Geer, non curé depuis des années, qui déborde. Viennent ensuite les eaux de IMG_7373.JPGruissellement en provenance des hauteurs. Mais il y a aussi les égouts qui refoulent les eaux. Depuis longtemps, la commune cherche à solutionner ce problème récurrent qui empoisonne la vie des habitants.

Bientôt une convention…

Et une piste a été votée lors du dernier conseil communal. Une convention va en effet être signée entre la commune, le propriétaire de deux parcelles jointives et le locataire de ces dernières. Sur un de ces deux terrains, situés au coin des rues des Bannes et d’Once, la commune va y aménager un grand bassin de rétention qui pourra accueillir plusieurs centaines de m3 d'eau. « Il y a deux parcelles. inondations boirs août 2014 4.jpgUne de 0,34 hectare et l’autre de 0,54 hectare », précise Fabienne Heptia, échevine en charge des Rivières et de l’Agriculture. « Le bassin de rétention sera aménagé sur la plus petite des parcelles, celle qui forme une pointe, et devrait l’occuper totalement. Dans quelques semaines, les ouvriers communaux y creuseront sur 40 cm de profondeur.

Quant à l’autre parcelle, en principe nous n’en aurons besoin que pour accéder au bassin de rétention. Donc, l’agriculteur pourra continuer à y faire paître des animaux, comme c’est le cas actuellement. »

inondations boirs août 2014 3.jpgCompensation pour l’agriculteur.

Et si l’agriculteur recevra bien une compensation annuelle de 500 euros pour la petite parcelle, il ne pourra réclamer les 700 euros supplémentaires que s’il ne sait pas utiliser la grande parcelle. « La convention qu’on va signer aura une durée de 5 ans. Alors évidemment, je ne sais pas qui sera au pouvoir en 2020, mais je suppose que si ce système permet d’endiguer une grande partie des problèmes d’inondations, la future majorité prolongera la convention ». Car si Fabienne Heptia a bien conscience que le inondations boirs août 2014 2.jpgbassin ne solutionnera pas les débordements à 100 %, elle espère quand même que ça les réduira très fortement. Ce qui aura aussi un impact positif sur les finances communales. Car si l’occupation de ces parcelles coûtera annuellement de 500 à 1.200 euros à la commune, on peut logiquement supposer que ce montant sera largement inférieur à celui lié à l’occupation d’ouvriers communaux, durant de nombreuses heures, pour venir à bout des inondations. 

(Source La Meuse 13 février 2015)

Il n’en demeure pas moins que plusieurs inconnues subsistent. 3.400 m2 que les ouvriers vont creuser sur 40 cm de profondeur, cela donne 1.360 m3 de terre : à enlever gratuitement ? Un don des RNOB ? Combien de camions faudra-t-il à raison de 10 tonnes par camion (communal) ? Nous aurons l’occasion d’y revenir dans un futur article après avoir pris différents renseignements.

Regor

 

26/02/2015

Jeune Duke border collie perdu ce mercredi à Boirs…

duke sauvé.jpgCe mercredi soir 25/02/2015 entre 20h30 et 21h, Duke border collie rouge merle s'est sauvé à Boirs. Il porte 2 colliers : un gros rouge en nylon avec une bande réflecteur et un petit bleu ciel brun et blanc. C'est un mâle de 21 mois qui est pucé et non castré. Si vous l’avez aperçu ou recueilli : tél. Isabelle Louis : 0473/92-76-58 (ci-dessous, photo plus récente)

boder collie perdu boirs,border collie boirs

Journées Wallonnes de l’eau du 14 au 30 mars 2015 : un programme copieux avec 30 activités de tous styles…

journée de l'eau 2015.pngComme chaque année, les Contrats de Rivière de Wallonie coordonnent les "Journées Wallonnes de l'Eau" qui se dérouleront du 14 au 30 mars. Pour cette édition 2015, le CRMA vous propose plus de 30 activités de tous styles : balades, conférences, ateliers, visites guidées... sur le thème de l'eau et des pesticides. Le bulletin Meuse Info (en lecture aisée ci-dessous) présente l'ensemble de ces activités.  N'hésitez surtout pas à vous y rejoindre!

D'autre part, le 16 mars 2015 à 13h15 se tiendra une après-midi spécifiquement destinée aux ouvriers communaux pour le passage progressif au "zéro phyto" dans les communes prévu pour 2019.

Voir invitation en annexe.

Il est à noter aussi (épinglé dans la brochure) que le samedi 28 mars, la commune de Bassenge organise sa journée " Rivière propre" Pensez d'ores et déjà à vous y inscrire.

journées wallonnes de l'eau,meuse aval journées de l'eau 2015

25/02/2015

L'article complet ! Des animaux dépecés trouvés en Basse-Meuse. Plusieurs carcasses le long d’un chemin de balade à Bassenge !

braconnage 2.pngDepuis plusieurs semaines, de nombreuses carcasses d’animaux ont été découvertes du côté de Bassenge. Des chevreuils, des sangliers et des blaireaux qui ont malheureusement croisé la route de braconniers.

La Vallée du Geer est en émoi. Sur le chemin de promenade qui de Bassenge remonte vers Houtain-Saint-Siméon, plusieurs cadavres d’animaux y ont été découverts. Si la nouvelle se répand seulement maintenant, les premières découvertes datent de novembre dernier. « C’est une jeune fille de 19 ans qui m’en a parlé », nous rapporte une source fiable, qui préfère garder l’anonymat de peur de représailles. « Elle promène régulièrement son chien sur ce chemin et elle a vu des cadavres de chevreuils, de sangliers et même de blaireaux. Ils ont été dépecés. On a pris toute leur viande et laissé leurs restes sur place ». Mais ce n’est pas tout : des pièges ont également été trouvés. Des pièges dans lesquels des bêtes traquées peuvent se faire prendre mais aussi des chiens, des chats, voire de jeunes enfants.

braconnage 2.pngDes pièges très cruels

«Il s’agit vraisemblablement de pièges à blaireaux ou renards. Ce sont des barres de fer enfoncées dans le sol, auxquelles est fixée une sorte de collier. C’est un piège extrêmement cruel. Les bêtes qui sont ainsi attrapées peuvent avoir un membre sectionné car à force d’essayer de s’enfuir, le collier se resserre de plus en plus. Et la nuit, le braconnier vient relever ses pièges, achève les bêtes et les dépèce. Ce qui les intéresse, c’est uniquement la viande. Quand on voit le prix d’un kilo de chevreuil dans les supermarchés, ce genre de pratique est toute bénéfique. Ce qui me fait dire que ce sont des professionnels. Peut-être des bouchers». En attendant, notre source a décidé de tout mettre en œuvre pour que ces braconniers soient traqués et cessent leurs sordides méfaits : « J’ai averti la commune, la Direction anti-braconnage de la Région wallonne, ainsi que la Division Nature et Forêts. Il faut leur mettre la pression afin qu’ils agissent. Sinon, ils ne bougeront pas. On avait déjà eu pareil cas en 2009 du côté d’Eben et, en mettant ainsi la pression, les braconniers avaient été identifiés et jugés ».

Jusqu’à 100.000 euros d’amende

Pour notre interlocuteur, le temps presse. « Les blaireaux et autres animaux vont bientôt sortir de leur hibernation et il y aura encore plus de victimes». Contactée, la Direction de l’antibraconnage nous a confirmé avoir confié l’enquête à la Division Nature et Forêts de Liège, le phénomène étant localisé à Bassenge. S’ils sont identifiés, les braconniers pourraient encourir de 8 jours à 6 mois de prison, ou 100 à 100.000 euros d’amende pour le braconnage du blaireau, une espèce protégée. Quant aux autres chevreuils, sangliers et renards, seule une amende serait infligée. Celle pourrait aussi aller de 100 à 100.000 euros.

(Source La Meuse mercredi 25 février 2015)

braconnage 2.png

14:29 Publié dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : braconnage bassenge, braconnage vallée du geer | |  Facebook | |  Imprimer

Des animaux dépecés trouvés en Basse-Meuse. Plusieurs carcasses le long d’un chemin de balade à Wonck !

braconnage 2.pngDepuis plusieurs semaines, de nombreuses carcasses d’animaux ont été découvertes du côté de Wonck. Des chevreuils, des sangliers et des blaireaux qui ont malheureusement croisé la route de braconniers.

Un article complet à découvrir dans votre journal La Meuse de ce mercredi 25 février 2015.

braconnage 2.png

24/02/2015

Basse-Meuse. Les carnavals « pollués » par des bandes de mineurs : près de 400 jeunes Liégeois confondent les carnavals de village avec la City Parade…

carnaval fauteurs de troubles première page.pngSamedi, en plein carnaval de Slins, 150 jeunes, essentiellement des mineurs, étaient expulsés du carnaval et raccompagnés, via deux bus, au centre-ville de Liège. La police de la Basse-Meuse explique sa politique et sa façon de travailler sur des événements ultra-spécifiques comme les carnavals. Les policiers de la Basse-Meuse doivent faire face à un phénomène récent qui pollue les sept carnavals que compte la zone : les bandes de jeunes. Et par bande, on entend plusieurs centaines d’individus puisqu’au carnaval de Bassenge, par exemple, ils étaient près de 400. « Les jeunes – ils ont entre 12 et 18 ans – agissent comme s’ils étaient dans une « City Parade », explique le commissaire Jean-François Duchesne, directeur des opérations pour la police de la Basse-Meuse. «Il y a des chars, de la musique techno, de l’alcool et des jeunes filles, il n’en faut pas plus pour voir des comportements inappropriés fleurir. Les ados harcèlent les spectateurs, ils courent derrière les chars pour voler des boissons, ils sont parfois en état d’ivresse et commettent des dégradations. Ils viennent s’amuser au carnaval mais pas avec les mêmes buts que les spectateurs traditionnels. Samedi, à Slins, des groupes de plusieurs dizaines de jeunes suivaient les chars en courant, en bousculant tout sur leur passage, sur les capots et les toits des voitures garées».

Lire la suite

A savoir. Etouffement par obstruction des voies aériennes : le geste qui sauve…

manoeuvre de heimlich.pngOn pouvait s’en douter, l’article paru hier sur ce blog et qui concernait le décès inopiné survenu à une personne d’Eben-Emael par obstruction des voies aériennes a soulevé une importante vague de commentaires sur Facebook. Si la plupart avaient trait au temps nécessaire pour l’arrivée des secours d’urgence, d’autres insistaient sur la nécessité d’informer, même au niveau de l’enseignement primaire, des simples gestes qui sauvent. Parmi ces commentaires, une personne publiait un lien vers un site où la manœuvre de Heimlich est expliquée, un geste qui, en ce cas d’espèce, aurait peut-être permis de sauver une vie. Il nous a paru nécessaire autant qu’utile de relayer cette information - relevant des soins infirmiers - en publiant l’adresse du site amenant vers l’explication de « La manœuvre de Heimlich » (qui s’avère aussi nécessaire de connaître pour les nourrissons) Merci à André Dumoulin pour l'information:

http://www.soins-infirmiers.com/manoeuvre_de_heimlich.php

10:20 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : manoeuvre de heimlich, geste qui sauve | |  Facebook | |  Imprimer

Bon à savoir ! Charlie redevient hebdo à partir de ce mercredi…

charlie hebdo c'est reparti.pngUn chien qui gambade, un Charlie Hebdo roulé dans la gueule. À ses trousses, unemeute de clébards hostiles, qui ont les traits de Sarkozy, de Marine Le Pen, d’un djihadiste, d’un pape avec sa mitre, d’un grand patron, des dollars entre les crocs. Dans la cohue, sur fond rouge vif, on aperçoit un micro de BFM TV. « … C’est reparti ! », proclame la manchette en lettres capitales. Voici la une de Charlie Hebdo numéro 1.179, en kiosque mercredi et signée Luz, comme la précédente. Après six semaines sans parution, et un peu moins de deux mois après l’attentat qui a décimé la rédaction du journal satirique, Charlie reprend une parution hebdomadaire. Entre son tirage habituel (50.000 exemplaires), et celui du numéro « Tout est pardonné » du 14 janvier (8 millions d’exemplaires), la direction du journal a décidé de tirer ce numéro à 2,5 millions d’exemplaires. (Source La Meuse)

http://charliehebdo.fr/

23/02/2015

Décès de Joseph Lattuca, à Eben-Emael : il ne fait pas bon avoir un malaise en Basse-Meuse : trop peu d’ambulances couvrent la région

Secours basse meuse.pngIl manque des ambulances en Basse-Meuse. Le constat n’est pas neuf, mais le décès de Joseph Lattuca, à Eben-Emael, vient relancer ce vieux débat. Être en arrêt respiratoire serait-il synonyme de mort certaine en Basse-Meuse ? C’est peut-être y aller un peu fort en besogne, mais la situation semble difficile dans cette région lorsqu’il y a urgence. Joseph Lattuca et sa famille en ont fait la douloureuse expérience. Souvenez-nous, la semaine dernière. Cet habitant d’Eben-Emael (Bassenge) avait avalé un morceau de jambon de travers. L’épouse de son voisin avait alors contacté les secours. Ceux-ci s’étaient, comme le veut la procédure, rendus sur place « le plus rapidement possible ». Nos informations confirment qu’il s’agit d’une ambulance d’Oupeye qui a été appelée en premier. Seul hic, elle déposait un patient à Hermalle. Ne trouvant probablement pas un autre service d’ambulance disponible, le service 100 a alors recontacté les ambulanciers oupéyens peu après, qui sont alors partis sur les lieux puisque leur course à Hermalle était alors terminée. Ils sont arrivés en une dizaine de minutes à Eben-Emael.

Autre problème avec le SMUR

Un deuxième problème s’est alors posé dans le cadre de l’envoi d’un SMUR. Celui de la Citadelle était occupé avec Blegny, celui de Tongres n’était pas disponible. Voilà qui explique le nouveau délai d’attente pour la famille de Joseph Lattuca. Au final, c’est 30 minutes après leur appel au 100 que le SMUR est arrivé sur les lieux. L’ambulance, elle, avait déjà tenté plusieurs manœuvres pour secourir le pauvre homme, qui est décédé quelques jours plus tard à l’hôpital. Ce dernier s’en serait-il sorti avec une arrivée plus rapide sur place ? Nul ne le sait. Mais, comme le confirme Josly Piette (lire ci-dessous), il existe depuis de nombreuses années un vrai problème en Basse-Meuse : celui de la couverture de cette région par les services de secours. Un témoin nous dit d’ailleurs : « Géographiquement, ce monsieur était déjà mal parti.» Car si les pompiers de Liège ont un poste avancé sur place, ce n’est pas le cas des ambulances.

Ainsi, sur la BasseMeuse, Oupeye et Blegny sont les seuls services 100 agréés. Même si les pompiers de Tongres peuvent également intervenir, les plus proches en Wallonie sont ensuite le PIT André Renard (Herstal), celui de la Citadelle (Liège) ou le poste avancé des pompiers à Ans.

Un projet avorté à Hermalle

Une solution aurait pu être trouvée à Hermalle, avec le projet d’un vrai « pool » secours incluant la police, les pompiers et un service d’ambulance. Mais l’argent a fait défaut et les ambulances n’ont pas pu prendre le train en marche. A l’heure actuelle, aucun projet similaire n’existe... l

Josly Piette Bourgmestre de Bassenge

Josly Piette, bourgmestre de Bassenge, a déjà plaidé pour une meilleure couverture des secours en Basse-Meuse. « Oui, j’ai déjà réagi à plusieurs reprises avec mes autres collègues bourgmestres dont Mauro Lenzini, d’Oupeye, également concerné par cette problématique », confirme-t-il. « Nous avions déjà obtenu un poste avancé des pompiers à Hermalle, mais il n’était pas possible d’en faire de même pour les secours du 100. Pourtant, Hermalle serait un centre névralgique intéressant, qui pourrait couvrir l’ensemble de la Basse-Meuse. Sur un même endroit, il y aurait la police, les pompiers et des ambulances. »

Mais comme souvent, l’argent fait défaut. « Je ne veux pas faire de démagogie, toutes les institutions ont des problèmes financiers. Mais à cet endroit, il y a un potentiel, une vraie possibilité. » Gageons que les paroles de Josly Piette seront entendues !

( Source La Meuse 23 février 2015 )

 

Nos rubriques