Google Analytics Alternative

Bassenge

  • La photo du jour. 5 mois après…

    5 mois après…

    Septembre 2016

    abribus détruit.jpg

    Fin janvier 2017

    abribus.jpg

  • Météo: un dimanche sous le soleil avant le retour des nuages

    Le soleil sera parfois voilé par des nuages d’altitude ce dimanche. Les maxima s’échelonneront entre -1 et +5 degrés avec peu ou pas de vent. Pour lundi et mardi, l’IRM prévoit un temps toujours plutôt froid mais avec davantage de nuages avant un retour d’un soleil plus généreux mercredi et jeudi. Les gelées nocturnes persisteront sur l’ensemble du territoire

    La suite des prévisions sur :

    http://www.lameuse.be/1768698/article/2017-01-22/meteo-un-dimanche-sous-le-soleil-avant-le-retour-des-nuages

  • Bilan. 216 grands gagnants à la Loterie en 2016. Les joueurs ont touché 865,5 millions, soit 13,11 € par gain mais un Belge a emporté 168 millions

    En 2016, estime la Loterie Nationale, il y a eu 216 grands gagnants à ses jeux, dont 39 millionnaires au Lotto et deux super-gagnants à l’EuroMillions. 865,5 millions ont été retournés aux joueurs qui ont misé pour 1,183 milliard d’euros.  L’année 2016, pour la Loterie Nationale aura été une bonne cuvée avec un chiffre d’affaires affiché de 1,183 milliard d’euros. Cela en fait le sixième chiffre d’affaires depuis 1994, le record étant atteint en 2012 avec 1,258 milliard d’euros. 2016 aura été une année record en termes de gains payés aux joueurs. Plus de 865,5 millions d’euros ont été répartis entre 66 millions de gagnants. Cela représente 13,11 € par gain. Ça ne fait pas rêver, certes… mais la Loterie précise qu’il y a eu 216 grands gagnants en 2016. La plupart l’ont été en Flandre ou à Bruxelles. Il y a eu 39 millionnaires au Lotto, 2 grands gagnants à l’EuroMillions – dont un record à 168 millions pour un Bruxellois –, 27 personnes ont gagné une rente à vie grâce au Win For Life. On dénombre 143 gagnants à des gros lots aux billets à gratter, 1 grand gagnant au Joker + et 4 autres millionnaires grâce au nouveau tirage spécial Millionnaires d’EuroMillions.

    L’EuroMillions est, à nouveau, le jeu qui rapporte le plus à la Loterie. Son chiffre d’affaires est de 426,6 millions, soit 36 % du CA total. Le Lotto le suit de près avec un montant de 411,6 millions, soit 34 % du chiffre d’affaires total.

    Les billets à gratter et les jeux instantanés en ligne ont connu leur meilleur résultat depuis dix ans. Le CA est de 235,2 millions d’euros, soit 20 % du CA total. Il peut être attribué à l’introduction de nouvelles familles de jeux à gratter, comme la famille Cash ainsi qu’au succès remporté par les jeux instantanés sur la plate-forme de jeu en ligne.

    Un Lotto relifté

    Les dix autres pour-cent sont représentés par les jeux de tirage Joker+, Keno et Pick 3 ainsi que les paris SCOOORE ! Ils ont généré 110 millions de chiffre d’affaires.

    Les joueurs continuent de préférer les librairies pour miser. 86,3 % du chiffre d’affaires l’a été fait dans le Retail, dont 61 % dans les librairies, 18 % dans l’alimentation et 16 % dans les stations essence. Internet, applications mobiles comprises, représente 11,8 % du CA. Le jeu en ligne a augmenté de 22 % par rapport à 2015, avec près de 655.000 comptes joueurs enregistrés sur e-lotto.

    La Loterie, apprend-on encore, a rapporté 135 millions à l’État grâce à la rente de monopole prélevée annuellement. 185 millions d’euros de subsides ont été alloués à de nombreux projets sociétaux.

    Pour le futur proche, sont prévus les renouvellements des familles Presto et Subito ainsi que le Lotto, en vue d’une présentation en 2018. (Source La Meuse samedi 21 janvier 2017)

  • Clin d’œil. La photo du jour

    Les fruits et les légumes, y a que ça de vrai...

    pomme.jpg

    (Photo Regor : pomme de chez Hustin à Glons)

  • Glons. On est toujours sans nouvelle de Thomas Heirman (14 ans) disparu le 5 janvier !

    Ce vendredi 20 janvier, soit seize jours après sa disparition à Glons, nous avons contacté le papa pour savoir s’il avait eu des nouvelles quelconques. Le papa nous a répondu « Non malheureusement ! Pas de nouvelles non plus à la police ». Cette disparition prend une tournure très inquiétante.

    http://bassenge.blogs.sudinfo.be/archive/2017/01/16/bassenge-inquietant-thomas-14-a-disparu-a-glons-il-a-quitte-213415.html

  • Bassenge On Move asbl. Première journée d’initiation à la plongée sous-marine : reportage et interviews !

    Fin décembre, l’ASBL Bassenge on Move invitait les habitants de la commune de Bassenge à découvrir la plongée sous-marine de manière totalement gratuite via un « toute-boite » dans lequel les responsables de l’ASBL présentaient également leurs vœux à la population. Ce mercredi soir, une petite dizaine de Bassengeois se sont rendus à la piscine de Seraing afin de prendre part à cette initiation encadrée par le C.L.A.S, le centre liégeois d’activité subaquatique. Un moment de détente et de découverte que les participants ne sont pas prêts d’oublier…

    Le président de Bassenge on Move, Christopher Sortino, explique : « La promotion du sport fait partie intégrante de l’objet social de notre ASBL. L’idée était ici de permettre aux habitants de découvrir un sport atypique qui fait souvent rêver : la plongée. Pour rendre cette activité accessible à tous, l’initiation fut totalement gratuite ».

    Résultat ? Une vingtaine d’inscrits, comme l’explique René Deckers, Vice-Président de l’ASBL : « De concert avec le CLAS, nous avons réparti la vingtaine d’inscrits en 2 groupes de 10 afin d’assurer un encadrement optimal. L’initiation se déroule ainsi sur deux journées. La réussite de christopher et rené.pngce type d’évènement dépend généralement de la qualité de l’encadrement, que l’on savait excellente au CLAS ».

    Le CLAS est l’un des plus anciens clubs belges de plongée et le plus important en nombre de membres et de moniteurs en Wallonie. Pour l’activité réalisée avec Bassenge on Move, les dirigeants du CLAS n’ont pas lésiné sur les moyens, comme l’expliquent Christopher Sortino et René Deckers : « Le CLAS a été à la hauteur de sa réputation : professionnel, compétent et chaleureux. Chaque candidat a eu son moniteur personnel, par groupe de 2 maximum. Ces derniers ont ainsi pu découvrir les joies de la plongée dans un environnement adéquat et en toute sécurité. Nous tenons donc à remercier chaleureusement le Conseil d’Administration du Club, son Président et son chef d’école pour avoir mis de tels moyens à notre disposition ».

    plongée sous marine Bassenge On Move 2.jpgPour information :

    Prochaine initiation ? Le mercredi 1er février en soirée. Il est encore possible de s’inscrire ! (bassengeonmove@gmail.com ou 0499/63.42.14)

    Photos prises par la photographe Chloé Geubelle et disponibles au lien suivant (Tous droits réservés) :

    https://www.facebook.com/pg/bassengeonmove/photos/?tab=album&album_id=768315560000954

    Vous souhaitez commencer la plongée ou simplement prendre des renseignements ?

    Site du club : www.clas.be

    Contact : marcpaque@skynet.be (président du CLAS)

  • Scandale Publifin. Qui fait quoi ? Nethys, Publifin... Si vous n’y comprenez plus rien! ( + Dessin Regor)

    Bourgmestre PS d’Ans, Stéphane Moreau est également administrateur-délégué de Nethys. Cette dernière est une S.A., filiale de l’intercommunale liégeoise Publifin. Nethys est active dans les secteurs de l’énergie avec Resa, l’un des gros gestionnaires de réseau d’électricité et de gaz. Il possède aussi la marque VOO, qui propose ses services d’internet et de télédistribution numérique par câble sur l’ensemble de la Wallonie et une partie de Bruxelles. Mais Nethys, c’est aussi le groupe de quotidiens régionaux L’Avenir, la chaîne à péage BeTV, Win, Nethys Energy ou encore Elicio.

    Le scandale Publifin a éclaté en décembre, lorsqu’un échevin cdH d’Olne, Cédric Halin, a révélé que 24 mandataires locaux PS, cdH et MR, nommés par leur parti dans quatre comités de secteur de Publifin, percevaient des rémunérations élevées. Or, le travail y était très « light ». Certains élus gagnaient là plus de 500€ à la minute. Depuis, les révélations et les démissions se succèdent.

    Quant à Elio Di Rupo, il a déclaré hier : "Quand on est bourgmestre, on ne peut pas être patron d'une entreprise privée" (Nethys est une S.A.) (Source La Meuse vendredi 20 janvier 2017)

    dessin publifin 3 complet.jpg

  • L'arbitrage vidéo influencera le foot belge dès cette année...

    Le mariage entre le football et la vidéo se rapproche à grands pas. En Belgique, des tests « offline » seront réalisés dès ce vendredi lors de Gand-Charleroi. Avant de passer aux choses sérieuses avec des tests « online » lors de la saison 2017-18. 

    Ce vendredi, c’est la reprise du championnat de Belgique avec une belle affiche entre Gand et Charleroi. Mais, Gantois et Carolos n’auront pas seulement la primeur de relancer la compétition. Cette rencontre sera également le point de départ officiel des tests d’arbitrage vidéo « offline » après un galop d’essai en 2016 pour choisir l’opérateur qui sera finalement la société canadienne Evertz basée à Haren.

    En clair, un dispositif vidéo sera placé à côté de la Ghelamco Arena (NDLR : une camionnette avec sept écrans et un ancien arbitre de D1) mais l’arbitre vidéo n’interférera pas sur le déroulement de la rencontre. Ce ne sera pas le seul match de la 22 e journée à recevoir cet honneur puisque le même dispositif sera de mise lors de Courtrai – Zulte Waregem samedi et Standard – FC Bruges dimanche.

    Par contre, pour que l’arbitrage vidéo influence directement le cours d’une rencontre en Belgique, il faudra encore patienter quelques mois de plus.

    Dans le calendrier établi de concert par l’Union belge et la Pro League, 48 rencontres de la saison 2017-18 serviront de base pour des tests « online », c’est-à-dire avec une influence sur le déroulement de la rencontre. Concrètement, lors d’une de ces 48 joutes du championnat de D1A, si l’arbitre central considère qu’il ne faut pas donner un penalty alors que les images montrent qu’il y a une faute, l’arbitre vidéo (NDLR : ce seront des anciens arbitres de D1 dont Christophe Delacour, Tim Pots, Yves Marchand et Kris Bellon) pourra directement lui indiquer qu’il devrait désigner le coup de réparation. Le tout en ayant à l’esprit que la décision finale revient à l’arbitre principal et que ce dernier pourra regarder les images sur un écran de télé placé aux abords de la pelouse. Un modus operandi prévu pour trois autres phases de jeu en plus du penalty : but ou non, carte rouge ou non et identité d’un joueur.

    Article complet à lire ici :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-01-20,LIEGE|SU_QUOTIDIENS,2017-01-20,LIEGE,1|23

  • Cointe – Bien-être animal. 1.130 plaintes en 2016 à la SRPA de Liège. 87 animaux ont finalement été saisis

    Le nombre de plaintes pour des animaux maltraités ne diminue pas. « Les gens sont de plus en plus sensibles à la détresse animale », nous explique-t-on à la SRPA. 

    La négligence et la maltraitance des animaux demeurent plus que jamais d’actualité. Les chiffres de 2016 à la SRPA de Liège le démontrent une fois de plus. En effet, pas moins de 1.130 plaintes sont arrivées au refuge au cours de l’année 2016. Et ce sont 87 animaux qui ont été saisis des suites de ces plaintes.

    Un chiffre élevé pour lequel Fabrice Renard, responsable du refuge et inspecteur principal de la SPA de Cointe, a une explication : « Ce phénomène de maltraitance a toujours existé, mais aujourd’hui, les gens sont de plus en plus sensibles à la cause animale et se rendent compte qu’il faut aider ces animaux en détresse. C’est pourquoi ils dénoncent de plus en plus.»

    La suite sur :

    http://journal.lameuse.be/journal.php#Sudpresse/web,2017-01-19,LIEGE|SU_QUOTIDIENS,2017-01-19,LIEGE,1|40

  • La photo du jour. Bassenge. Qui a éteint la lumière ? Un cheval en bien mauvaise posture…

    carine propriétaire cheval.jpgHier, à Bassenge, un cheval s’est empêtré la tête dans un bidon. Plus de peur que de mal, car Carine sa propriétaire est rapidement intervenue pour le sortir de cette situation pour le moins cocasse.

    cheval tête dans bidon2.jpg

  • Exposition « Je découvre le Geer, une rivière bien belge… ». Vernissage ce vendredi à Blehen-Hannut

    Dès ce vendredi et jusqu’au mois d’avril, à Blehen-Hannut, prend place l’exposition des photographies de Aris Koudaya qui s’articule autour de l’identité du Geer, le Patrimoine qui l’entoure et l’activité humaine proche.

    L'expo se tient dans un beau petit local à deux pas des sources du Geer. L'inauguration c'est ce vendredi 20 janvier à 19h.

    Evénement Facebook :

    https://www.facebook.com/events/1814045988851391/

    Aris : « Découvrir le Geer. Des sources jusqu'à l'embouchure. Le patrimoine,  la vie, panneaux didactiques, photos...

    Idéal pour les écoles, les groupes ou les personnes désireuses d'en savoir un peu plus sur la rivière. »

    Tous les renseignements sur affichette ci-dessous :

    le geer exposition.jpg

  • Des vélos électriques gratuits ! Des vélos seront proposés aux citoyens pendant un mois. Carlo Di Antonio veut les multiplier en Wallonie

    C’est une grande première que le ministre wallon de la Mobilité prépare pour le printemps : il va mettre 76 vélos à assistance électrique gratuitement à la disposition des citoyens à travers toute la Wallonie. Son idée : encourager ce mode de transport et soutenir les marchands de vélos du sud du pays.

    On sait que le vélo à assistance électrique est en plein boum dans notre pays. En 2015, 150.000 exemplaires ont été vendus, majoritairement à des femmes. Et 50.000 d’entre eux ont été achetés par des cyclistes de moins de 50 ans.

    AUSSI EN WALLONIE

    Le ministre cdH de la Mobilité veut désormais encourager ce mode de déplacement en Wallonie, convaincu que le vélo à assistance électrique est approprié au sud du pays, malgré le relief. Et qu’il convient aussi bien à la ville et à la campagne, pour les déplacements professionnels ou privés, pour les déplacements quotidiens ou les loisirs. Pour permettre aux Wallons de tester le vélo électrique avant, éventuellement, d’en acheter un, Carlo Di Antonio a débloqué un budget pour trois ans, histoire de permettre à chacun de tenter sa propre expérience. Dès le printemps prochain, 76 vélos à assistance électrique seront proposés gratuitement aux Wallons. Les modalités d’inscription ne sont pas encore définies, mais 38 « vélocistes » (des marchands de vélos) participeront à l’expérience, à raison de deux vélos par boutique. Répartis à travers toute la Wallonie, les vélocistes bénéficieront tous d’un budget de 5.000 euros pour mettre deux vélos électriques à la disposition de ceux qui en auront fait la demande. À ce prix-là, il devrait évidemment s’agir de vélos de très bonne qualité. « Les bénéficiaires pourront tester le vélo à leur guise durant un mois », explique Marie Minet, porte-parole de Carlo Di Antonio. « Certains l’utiliseront sans doute pour se rendre au boulot, d’autres pour aller au marché, pour faire les courses ou pour d’autres déplacements privés ou leurs loisirs. S’ils l’utilisent déjà une ou deux fois par semaine pour le tester en situation réelle, dans leur univers, qu’il soit urbain ou rural, plat ou accidenté, cela leur permettra d’apprécier au quotidien les avantages d’un vélo à assistance électrique. Et de conclure si ce moyen de déplacement leur convient ou non. Le partenariat avec les vélocistes de Wallonie vise aussi à encourager le retour des clients dans les boutiques de Wallonie. »

    POUR 2.700 WALLONS

    Avec 76 vélos mis à la disposition des Wallons pendant un mois, cette grande première devrait permettre à 900 Wallons de tenter l’expérience du vélo à assistance électrique durant la première année, soit 2.700 sur les trois ans. « De telles initiatives dans d’autres secteurs ont déjà montré un taux de satisfaction très élevé de la part des utilisateurs et un transfert de mode de déplacement au terme de la période de test », insiste le ministre Di Antonio.

    CHANGER LES HABITUDES

    « Aujourd’hui, en Wallonie, la majorité des déplacements utilitaires à vélo sont toujours effectués avec un vélo classique ou pliant et les trajets effectués restent généralement courts », analyse Marie Minet. « Le vélo classique ne répond donc pas forcément aux besoins de personnes devant se déplacer sur des distances moyennes ou lorsque le relief est accidenté. Le vélo à assistance électrique est un mode de transport complémentaire que le ministre entend soutenir, pour des navettes domicile-travail ou pour des déplacements privés. » D’ici peu, le ministre communiquera sur la manière de s’inscrire à cette expérience.

    Source : Michel Royer Sudpresse

  • "Mise au vert", pour réintégrer la nature dans les espaces publics et privés

    nature ville.jpgLe 13 janvier dernier, le ministre wallon de la Nature, de la Ruralité et du Tourisme, René Collin, a présenté un nouveau programme intitulé « Mise au Vert ». Son but: réintégrer la nature dans les espaces publics et privés. 

    Depuis le lancement en mai 2015 du « Réseau Wallonie Nature », communes, écoles, entreprises, associations et citoyens ont été sensibilisés  au rôle essentiel de la biodiversité au quotidien. La mise en œuvre de projets tels que « Cimetière Nature », « 110 kms haies » ou encore « Ose le vert, recrée ta cour », a permis à différents publics de découvrir qu’il était possible de faire mieux coexister nature et activités humaines. 

    Ce nouveau programme se décline en 3 actions concrètes qui seront développées en 2017 : « Prime’Vert », « Le Week-end des Parcs et Jardins de Wallonie » et le concours des « Villes et villages fleuris de Wallonie ».

    Prime'Vert, pour les communes

    Prime’Vert est un appel à projets destiné aux administrations communales. Elles sont invitées à concevoir un projet de création d’espaces verts dans leurs zones urbaines et semi-urbaines.

    L’objectif est de « revégétaliser » ces zones pour favoriser le bien-être des citoyens avec des aménagements bien pensés au cœur des villages ou des villes au travers, par exemple, d’une toiture végétale, d’un hôtel à insectes, de verdurisation des abords des bâtiments publics, etc.

    A la clôture de cet appel à projets, prévu le 20 avril, 35 projets seront sélectionnés par un jury multidisciplinaire. Les lauréats seront proclamés fin mai. Les dossiers retenus pourront bénéficier jusqu’à 15.000 euros de subside.

    Week-end des Parcs et Jardins de Wallonie

    Mis en œuvre par l’asbl « Valorisation des Parcs et Jardins de Wallonie » en collaboration avec le Commissariat Général au Tourisme et la Dgo3, la première édition du « Week-end des Parcs et Jardins de Wallonie» se déroulera les 10 et 11 juin prochains. Le fil conducteur de cette première édition sera la Gourmandise, de quoi rejoindre un des objectifs majeurs du tourisme wallon en 2017.

    Ce week-end fera l’objet d’un appel à candidatures, ouvert jusqu’au 1er mars, à destination des parcs publics et des jardins privés qui souhaitent, pour l’occasion, ouvrir leurs portes au grand public. Les lauréats pourront disposer d’une aide de 500 euros maximum pour les jardins privés et de 2.000 euros maximum pour les parcs et jardins publics pour concrétiser leurs projets : création de potager durable, pose de nichoirs, création, achat de plantes,…

    Plus d’infos et formulaires : www.jardins.tourismewallonie.be .

    Villes et Villages fleuris de Wallonie

    René Collin a également annoncé un prochain concours des « Villes et Villages fleuris de Wallonie » qui viendra compléter le programme « Mise au Vert ».

    "En 2017, la nature et la biodiversité vont se propager davantage, de quoi contribuer à améliorer sensiblement nos cadres de vie et par ailleurs, à en renforcer l’attractivité", vante le ministre. (Source Sillon belge)

    jardins concours.jpg

  • Bassenge – Inquiétant. Thomas (14) a disparu à Glons. Il a quitté son domicile depuis maintenant 12 jours

    Thomas Heirman, 14 ans, n’a plus donné signe de vie depuis le 4 janvier. Date à laquelle, coïncidence ou pas, il avait eu une altercation avec un garçon qui fréquente la même école que lui et qui l’avait menacé via les réseaux sociaux.   

    Où se trouve Thomas Heirman aujourd’hui ? C’est la question que se posent notamment son papa et tous ses amis depuis que le jeune homme de 14 ans a disparu, voici une douzaine de jours, de son domicile, rue Brouck-du-Tilleul à Glons. Depuis lors, il n’a plus donné signe de vie.

    « La dernière fois que je l’ai vu, c’était le 4 janvier, raconte son papa, Christian Heirman, entre 21 et 22h. Il venait de sortir de sa douche et s’était mis en pyjama. D’après mes filles, qui l’ont vu à ce moment-là, il avait même fait sa valise. Depuis lors, j’ai essayé de le contacter sur son téléphone à plusieurs reprises, mais je tombe toujours sur sa boîte vocale. »

    Bien qu’il soit persuadé qu’il s’agit d’une fugue, M. Heirman n’en est pas moins inquiet. D’autant que la disparition de son fils date maintenant de près de deux semaines et qu’il est toujours sans nouvelles de lui.

    « D’après la police, que j’ai informée de sa disparition, mon fils aurait eu des contacts avec sa maman, dont je suis séparé, dans un premier temps. Puis elle n’a plus eu de nouvelles non plus. »

    Christian Heirman a depuis lors contacté également Child Focus et lancé un avis de recherche sur les réseaux sociaux pour tenter de retrouver son fils.

    En vain, malgré quelques infos qui se sont finalement avérées infondées.

    « On m’a dit qu’on l’avait vu à Liège. J’ai fait le tour des endroits où dorment les SDF mais personne ne l’avait vu. Après, quelqu’un a pensé l’avoir repéré à Visé. J’y suis aussi allé avec des amis, mais ça n’a pas donné plus de résultats. »

    Son inquiétude grandit donc de jour en jour. D’autant qu’il ne s’explique pas la fugue de Thomas. « Tout allait bien dans sa vie », estime-t-il.

    Tout, sinon qu’il avait manifestement un souci avec un garçon de son école. Avec qui Thomas a eu des mots sur Facebook la veille de sa disparition.

    Un échange de mots qui s’est rapidement mué en menaces – « Je te vois, je te tue » – avant que le jeune homme ne fixe rendez-vous à Thomas le 5 janvier en matinée devant l’église de Glons, manifestement pour en découdre.

    Cette dispute sur les réseaux sociaux a-t-elle un lien avec la disparition, le lendemain, de Thomas ? Christian Heirman ne le pense pas actuellement.

    « Je sais qu’il avait des ennuis à l’école avec ce garçon, mais la directrice avait été prévenue et ça semblait réglé. À mon avis, il n’y a pas de rapport. S’il avait eu des problèmes, il savait que j’étais là, il me l’aurait dit… »

    Il espère donc maintenant que son fils donnera rapidement de ses nouvelles à ses proches. Ou sera retrouvé par la police, qui a maintenant pris l’affaire en main. (Geoffrey Wolf - La Meuse lundi 16 janvier 2017)

  • Bassenge. Le cheval était tombé dans le Geer, les pompiers l’avaient sorti de l’eau. Nous avons pris de ses nouvelles et… une surprise !

    cheval sauvé.jpgL’on se souvient de ce cheval qui, tombé malencontreusement dans le Geer en décembre dernier, risquait la noyade. Il avait été sauvé par les pompiers avec l’aide des ouvriers de la commune de Bassenge apportant ainsi un soulagement à tous. Aujourd’hui totalement remis de ses émotions, la jument est en bonne santé et en pleine forme.

    Une surprise…

    La propriétaire nous a appris qu’au moment de l’accident, la jument attendait un petit - dans le jargon, on dit que la jument était pleine – Physiquement comme émotionnellement, le risque était donc de perdre le « bébé »… Mais il n’en est rien. Le diagnostic du vétérinaire est formel : le bébé (poulain ou pouliche) se porte bien. Il se développe normalement.

    Voilà certainement de quoi attendrir le cœur des sauveteurs de savoir qu’ils ont sauvé deux vies plutôt qu’une ! La mise bas est prévue dans les mois qui viennent.

    Pour rappel, la vidéo du sauvetage :