Google Analytics Alternative

Bassenge

  • Glons – Slins. Intrusion dans la vie intime d’un troupeau de vaches normandes. Une vie empreinte de bien-être et ponctuée de moments de tendresse… En vidéo

    vaches normandes 2.jpgLorsqu’on évoque aujourd’hui le bien-être animal, c’est malheureusement souvent son contraire qui nous vient à l’esprit.

    Et pourtant…

    Une grande prairie dans la campagne entre Glons et Slins. Là, ce sont les vaches de race « Normande » de l’éleveur Barbe de Slins qui ont retenu toute notre attention tellement elles avaient l’air d’être vraiment bien et épanouies. Arborant une magnifique robe aux poils soyeux, elles évoluaient paisiblement, occupées à brouter une herbe aussi verdoyante qu’abondante.

    Durant la prise de vue de la vidéo, certains moments de véritable intimité et de tendresse voire même d’amour entre une jeune génisse et un taureau n’ont pas manqué de nous interpeller.

    Une vidéo qui se veut illustrer la notion de « Bien-être » animal.

    Regor

  • La photo du jour. Boirs : espace réservé aux bulles à verres

    bulles à verres boirs.jpgNon, une bonne fois pour toutes : les encombrants, comme un élément de cuisine par exemple, ne savent pas entrer dans l’orifice réservé aux flacons en verre…

    bulles à verres boirs 2.jpg

  • Météo: de nouveaux orages à craindre ce samedi avec des températures qui resteront douces avant de chuter en début de semaine

    météo grenouille.jpgAprès une fin de journée très mouvementée vendredi, le calme est revenu pendant la nuit mais c’est le brouillard, souvent épais, qu’on connaît ce samedi matin. Et on n’en a pas fini avec les orages. Ils risquent de faire leur réapparition dans l’après-midi.

    http://www.lameuse.be/1583326/article/2016-05-28/meteo-de-nouveaux-orages-a-craindre-ce-samedi-avec-des-temperatures-qui-resteron

  • A proximité - Insolite. Une interminable file d’attente, un jeudi après-midi, devant une friterie ? Oui, à Maastricht ! Photos + Vidéo !

    maastricht reitz 2.jpgSur la place du Marché à Maastricht, c’est un drôle de spectacle qui s’offre aux passants. Une longue file d’attente devant une friterie. Pourtant, ce ne sont pas les établissements de ce genre qui manquent, à Maastricht. Nous sommes sur la Place du Marché ceinturée d’une kyrielle de restaurants et d’établissements Horeca. Ce jeudi après-midi (il est 14h30), les terrasses sont bondées. Puis, devant la friterie-restaurant Reitz, nous découvrons une interminable file d’attente. A tel point que pour poursuivre leur chemin, les passants sont obligés de la contourner et d’emprunter l’esplanade de la Place proprement dite.

    maastricht reitz 3.jpgPourquoi un tel engouement pour cet établissement ?

    C’est la marchande de poissons frits qui tient l’échoppe en face qui nous apporte la réponse « Reitz, ce sont les meilleures frites de Maastricht ! »

    Etablie en 1909, la friterie Reitz est la plus ancienne de Maastricht. Mais elle aurait été, en Hollande, la première « friterie » digne de ce nom. Fondée par la famille Reitz en 1909, la friterie a été reprise par Ronald Consten en 1987 qui lui a adjointe un restaurant, lequel propose des plats typiques locaux réalisés de manière tout à fait artisanale.

    Si, on le sait, tout l’Art d’une bonne frite repose sur les deux cuissons intermittentes dans un bain d’huile, la qualité de la pomme de terre maastricht reitz 4.jpgcomme sa provenance jouent un rôle déterminant.

    Alors… D’où proviennent ces fameuses pommes de terre de la friterie Reitz dont on dit que les frites sont les meilleures de Maastricht et bien au-delà ?

    En fait, elles ne viennent pas de très loin ces pommes de terre. Elles sont cultivées dans la région de… Maastricht ! C’est aussi simple que cela.

    L’occasion ici de créer un certain rapprochement entre la composition du sol de la région de production des pommes de terre transformées en excellentes frites par la maison Reitz, la région de la Montagne Saint-Pierre, et la fameuse pomme de terre de Florenville* (indication géographique protégée) dont la production se limite à un terroir de sols sableux et calcaires.

    Vous avez dit meilleures frites de Maastricht, issues de patates cultivées sur un sol calcaire ? Alors… A quand les excellentes frites de Bassenge issues de pommes de terre cultivées sur le sol calcaire de la Vallée du Geer ? Quelle friterie bassengeoise va en faire sa spécialité, à moins que cela ne soit déjà le cas mais que personne ne soit au courant ?

    En tout cas, en 1909, la famille Reitz avait déjà tout compris : toute son activité reposait sur le circuit court. Et cela fait aujourd’hui plus de cent ans.

    Regor

    *La Plate de Florenville est une production de pommes de terre traditionnelle, spécifique de la région belge de la Gaume en Wallonie. Cette production de pommes de terre de la variété 'Rosa', limitée à un terroir de sols sableux et calcaires dans la commune de Florenville et les communes voisines, a été enregistrée par l'UE en qualité d'indication géographique protégée (IGP) dans le Règlement d'exécution (UE) 2015/1311 (JOUE L 203 du 31.VII.2015)1.

    maastricht place du marché.jpg

    maastricht reitz 2.jpg

    maastricht reitz 4.jpg 

  • Nouvelle journée de grève à la SNCB: le rail est à l'arrêt en Wallonie, des navettes mise en place entre Bruxelles et Nivelles

    grève trains.jpgAucun train ne circule en Wallonie ce vendredi matin suite à l’action des cheminots qui protestent contre une note relative aux jours de compensation. Les répercussions de ces actions pourraient engendrer des problèmes sur les routes.

    http://www.lameuse.be/1582366/article/2016-05-27/nouvelle-journee-de-greve-a-la-sncb-le-rail-est-a-l-arret-en-wallonie-des-navett

  • Bassenge. Ces jeunes bassengeois qui se distinguent. Achille Dony (18) de Wonck, premier de la promotion 2016 des cadets de l’Ecole du Feu de la Province de Liège

    école du feu 2.jpgSamedi 21 mai dernier, se tenait au Country Hall du Sart Tilman,  la séance protocolaire et la remise des certificats aux Cadets de l’Ecole du Feu de la Province de Liège en présence de nombreuses personnalités dont le Député provincial André Gilles.

    L’école des cadets compte trois promotions représentant un total de 300 candidats. La dernière année, après laquelle le Certificat est obtenu, en comptait 90 en ce mois de mai 2016. Et parmi ces nonante, le jeune Achille Dony de Wonck a acquis la première place en obtenant ainsi, avec brio, le certificat de Cadet pompier. Cela lui a valu les école du feu.jpgfélicitations du Député Provincial André Gilles, celles de tout le corps des pompiers et des personnalités présentes sans oublier le tonnerre d’applaudissements venu du public en nombre dans la salle.

    A Bassenge, Achille Dony, qui suit les cours d’éducation physique à la haute école Helmo de Loncin, est aussi connu pour être un des coaches de la Jogging Academy de l’asbl Bassenge On Move.

    Regor de Bassenge Sudinfo adresse ses plus vives félicitations au jeune promu, et invite ses lecteurs et lectrices à s’associer à lui pour en faire de même.

    Regor

    Source Photos : page Facebook du Député André Gilles

    D’autres photos sur la page Facebook du Député Provincial André Gilles en suivant le lien ci-dessous :

    https://www.facebook.com/andregillesdepute?fref=ts

    école du feu 5 achille.jpg

    école du feu 3  achille dony.jpg

  • Le dimanche 5 juin, Fancy Fair à l’Ecole fondamentale autonome de la Fédération Wallonie-Bruxelles

    fancy fair école emael.pngLe dimanche 5 juin dès 15h00, grande Fancy Fair à l’école ! L’occasion de découvrir toute l’infrastructure et le potager !

    Activités pour petits et grands : Pêche aux canards, jeu de massacre, jeu de l’œuf, pêche surprise, jeu des pistolets à eau, château gonflable, karting, space bowling, jeu du clou et jeu de la roue, ...

    Bar, bières spéciales et petite restauration à prix démocratiques

    Souper (réservations souhaitées) Boulettes sauce lapin ou vol-au-vent accompagnés de frites

    Programme complet en cliquant ICI

    Pensez déjà à réserver !

  • Bassenge – Sécurité. Les caméras sont opérationnelles

    caméra surveillance boirs 3 herman.jpgElles surveillent des bâtiments communaux, sauf une…

    Annoncées au début de la législature, les premières caméras de surveillance viennent d’être installées à Bassenge. Elles assureront la surveillance de plusieurs bâtiments communaux. Mais aussi, un lieu connu pour attirer les dépôts clandestins.

    Près de 90.000 euros viennent d’être investis dans la sécurisation de bâtiments communaux. Depuis quelques jours, des caméras de surveillance ont ainsi été installées à différents endroits.

    Voici la liste des lieux ouverts (puisque les caméras sont placées à l’extérieur des bâtiments accessibles au public) qui ont été retenus ainsi que le nombre de caméras : une aux « Lieux Magiques » à Wonck, deux au Centre Administratif de Bassenge, une à la Maison communale de Roclenge, deux au service Travaux/Cpas à Boirs, deux à la bibliothèque de Glons et entre 5 et 7 au Val d’Oborne à Glons.

    LE COMMISSARIAT SÉCURISÉ

    À ces lieux s’ajoutera prochainement la sécurisation de commissariat de Bassenge, une nécessité depuis la menace terroriste. Mais ce n’est pas tout car il faut également ajouter une caméra qui a été placée à l’entrée de la rue d’Once, dans sa partie prolongée par le Thier Xhavée. Et comme le soulignait notre blogueur Regor, cette installation étonne les riverains puisque selon eux, leur quartier est tranquille. Pourtant, l’installation d’une caméra de surveillance à cet endroit n’est évidemment pas sans raison. « On ne l’a pas mis pour le plaisir de surveiller les gens », souligne Philippe Knapen, échevin de l’Environnement. « Mais à cet endroit-là, nous avons pas mal de problème de dépôts clandestins. Et on a bien souvent du mal à identifier les personnes. Cette caméra doit donc nous y aider. Quand on aura découvert un dépôt sauvage, on regardera les images avec la police pour identifier les véhicules qui sont passés par cet endroit. Cela devrait ainsi nous aider, après enquête de police bien sûr, à trouver les inciviques. »

    CAMÉRA TEST

    Et si cette caméra est concluante, d’autres endroits pourraient en être équipés. « C’est un peu une phase de test. On va bien voir si elle a un effet positif ou non sur les dépôts clandestins. Si elle dissuade les inciviques, si elle a vraiment son utilité dans l’identification des auteurs et si elle n’a pas pour conséquence négative de déplacer le phénomène. » L’installation de toutes ces caméras de surveillance a reçu l’aval de la commission sur la protection de la vie privée. Les images qu’elles captent sont enregistrées et conservées, durant plusieurs jours, sur un serveur placé à l’administration communale. En cas d’infraction, que ça soit des dépôts clandestins dans le Thier Xhavée ou des dégradations sur un bâtiment communal, la police pourra dès lors visionner les images et mener son enquête. (La Meuse mercredi 25 mai 2016)

  • Rouler sur la rue avec un… hoverboard ?

    hoverboard,hoverboard sur rueLe nom de cette machine évoque aux nostalgiques la planche en lévitation de Retour vers le futur 2. Son allure, un peu moins. L’hoverboard ressemble plutôt à une planche à roulettes croisée à une trottinette électrique.

    Publiées des millions de fois sur les réseaux sociaux, les vidéos de stars telles que Kendall Jenner ou Justin Bieber avec leur hoverboard ont boosté les ventes de ces appareils du 21ème siècle. D’après les estimations du site américain BuzzFeed, il se vendait, l’an dernier, une planche motorisée toutes les deux minutes aux États-Unis.

    hoverboard,hoverboard sur rue« Le marché s’y est développé tellement vite qu’il inquiète les autorités locales, un peu dépassées par cet afflux d’engins motorisés roulant sur les trottoirs et slalomant entre les piétons » , explique une enquête du Lefigaro.fr. « Les hoverboards sont déjà interdits sur les campus universitaires californiens et dans l’État de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. À New York, il n’est pas possible de les utiliser dans la rue, car la loi impose l’immatriculation de tout véhicule motorisé utilisé sur les routes. »

    En Belgique, il existe, depuis le 3 février 2007, un arrêté royal relatif aux engins de déplacement. Le gyropode (NDLR : plus communément appelé Segway) fait partie des « nouveaux engins de déplacement ». C’est le cas aussi de l’hoverboard. Il est assimilé à un piéton s’il respecte la vitesse du pas, c’est-à-dire 6 km/h sur les zones prévues comme le trottoir. Il est également possible de se déplacer sur les routes ou les pistes cyclables dès que l’on dépasse la vitesse du pas, c’est-à-dire au-delà de 6km/h.

    Au Luxembourg, les hoverboards sont soumis à la même législation que les rollers et les skateboards. Leur utilisation est interdite sur la voie publique.

    Lors d’un test, notre collègue du Soir, Alexandre Colleau, l’écrit : « L’utilisation de l’hoverboard est un réel plaisir, à condition cependant de l’utiliser dans des endroits adaptés : un parking peu fréquenté, une route en très bon état et peu fréquentée également ou tout simplement sur un trottoir, mais gare à votre sécurité, ainsi qu’à celle des piétons. » À bon entendeur… (La Meuse mercredi 25 mai 2016)

  • Dans le journal La Meuse, ça se confirme : Regor de Bassenge Sudinfo est vraiment le cama de Tchantchès…

    tchantchès.pngEn effet, les billets que Tchantchès consacre aux articles du blog régional Sudpresse de Regor ne se comptent plus. Cette fois, c’est un sujet abordé par Regor qui a bien fait rire Thantchès.

    Voici son billet publié hier dans La Meuse.

    Le billet de Tchantchès. Un film érotique aux urgences du Bois de l’Abbaye de Seraing

    Valet, j’ai bien rigolé dimanche soir quand mon cama Regor, qui tient un blog sur Bassenge http://bassenge.blogs.sudinfo.be , m’a fait suivre une vidéo.

    En fait, un certain David est aux urgences à l’hôpital du Bois de l’Abbaye, à Seraing… Il est devant la porte du local « zone de soins » et juste au-dessus de cette fameuse porte se trouve une télévision.

    Sans doute pour faire passer le temps aux gens qui attendent. Pas de quoi fouetter un chat, me diras-tu valet ? Mais cama, attends, tu ne devineras jamais ce qui passait à ce moment: un film que l’on peut qualifier d’érotique.

    Neni, David n’avait nin forcé sur le frisse pèkèt. D’ailleurs, il a filmé toute la scène. Tu l’avoueras comme moi, c’est à mourir de rire! (Source La Meuse lundi 23 mai 2016)

    Un sujet qui, non seulement a fait rire Tchantchès, mais aussi, les 7.000 visiteurs du blog Bassenge Sudinfo de Regor, en un seul jour !

    tchantchès.png

  • Bassenge. Le marché de Noël de retour dans les grottes de Wonck

    marché noël wonck.jpgLe Syndicat d’Initiative de Bassenge vient de fêter son vingtième anniversaire. Chaque jour, Katrijn Lekens et Joël Stokis sont présents pour renseigner les touristes. « Les principales demandes des personnes qui poussent la porte sont relatives aux différentes balades que nous pouvons proposer, expliquent-ils. Ils sont intéressés par la découverte de la nature soit à pied ou à vélo. Et, nous avons de quoi les satisfaire avec quelque 120 km d’itinéraire balisé dans les deux sens et une douzaine de réserves naturelles. A vélo, les randonneurs peuvent aller jusque Tongres, Bilzen ou Maastricht et s’arrêter de nombreuses fois pour visiter, admirer le paysage… Une dizaine de fois par an, nous sommes sollicités par des clubs de pensionnés, des associations, des groupes d’amis… pour leur concocter une journée de visite. Nous proposons le fort d’Eben-Emael, la Tour d’Eben-Ezer, les musées de Nicole et Freddy Close et même, une pause à midi ».

    16, 17 & 18 DÉCEMBRE

    Le marché de Noël dans les grottes de Wonck, c’est reparti ! Après une 20ème édition avortée suite au risque de menaces terroristes, les petits lutins sont attendus, les 16, 17 et 18 décembre 2016 dans les plus belles grottes de tuffeau pour un joyeux Noël. Quelques 80 exposants sont attendus et vous proposeront leurs nouvelles échoppes tant gastronomiques que décoratives… (Lem La Meuse mardi 24 mai 2016)

  • Manifestation fédérale du 24 mai: les trains circulent normalement, la circulation des bus fortement perturbée à Liège et Charleroi (voici la situation)

    tec grève.jpgLa SNCB indique que les trains circulent normalement mardi matin sur le réseau ferroviaire belge, alors qu’une manifestation fédérale est prévue dans la journée. La circulation des bus Tec, STIB et De Lijn est fortement perturbée. Nous faisons un point sur la situation. Suivre le lien ci-dessous :

    http://www.lameuse.be/1579750/article/2016-05-24/manifestation-federale-du-24-mai-les-trains-circulent-normalement-la-circulation

  • Bassenge. Des caméras de surveillance ont été placées. A Boirs, il en est une qui ne manque pas de singularité : son objectif est pointé sur l’entrée d’une rue !

    caméra surveillance boirs 3 herman.jpgElles étaient annoncées depuis longtemps. Aujourd’hui, c’est chose faite : les caméras de surveillance ont été placées en différents endroits et, principalement, à l’entrée des bâtiments communaux bassengeois (lieux fermés). Parmi les différentes caméras, il en est une cependant qui ne manque pas de singularité : elle filme les va-et-vient d’une rue de Boirs (lieu ouvert). Cette caméra a été placée à l’entrée d’une portion de la rue d’Once qui se prolonge par le Thier Xhavée. Interrogés, les riverains, qui ont souligné toutefois que le quartier est sans histoire et ne souffre d’aucun phénomène de délinquance ou autres faits de ce genre, nous ont renvoyés vers le Conseiller communal dont la propriété est toute proche (la caméra a été placée à hauteur de sa maison) afin d’obtenir des explications et connaître la raison qui, du chef de la commune, a motivé la décision de l’implantation d’une caméra de surveillance à cet endroit. Contacté, Philippe Defraigne Conseiller communal (CdH) nous a expliqué que deux raisons majeures en justifiaient le placement. Tout d’abord, caméra surveillance boirs 4 herman.jpgles nombreux dépôts sauvages constatés tout au long de l’année sur cette voirie – rue d’Once et Thier de la Xhavée - menant à la campagne boirseoise et, secundo, un trafic de véhicules « louches » s’opérant la nuit tombée et dans lequel des véhicules immatriculés en Hollande font aussi partie…

    Pour la circonstance, comme l’indique le panonceau signalant la présence de la caméra, la rue d’Once et son prolongement le Thier Xhavée ont été rebaptisés par la commune pour  leur donner le nom de « Thier Herman ».

    Si manifestement, les caméras peuvent s’avèrer utiles en cas d’effractions et autres*,  à Bassenge ces décisions d'en placer de nombreuses impliquent aussi le fait que pour les habitants de la petite communale rurale, être constamment surveillés par toutes ces caméras fait désormais partie de leur « nouveau » cadre de vie.

    Regor

     

    *Loi du 21 mars 2007 « En ce qui concerne l'enregistrement et la conservation des images, les règles sont les mêmes pour toutes les catégories de lieux : les images peuvent être enregistrées uniquement dans le but de réunir des preuves de faits ou d'identifier des personnes (auteurs, perturbateurs de l'ordre public, victimes, témoins).»

    caméra surveillance boirs 6 herman.jpg

    caméra surveillance boirs 5 herman.jpg

    caméra surveillance boirs 7 herman.jpg

    caméra surveillance boirs.jpg

    caméra surveillance boirs 2.jpg

    caméra surveillance glons.jpg2.jpg

    caméra surveillance glons.jpg

    dessin caméra 4.jpg

    Voir aussi la loi du 27 mars 2007 : -loi_cameras.pdf

    et la circulaire : 01.02.02.16-circulaire_loi_cameras_13_05_2011.pdf

     

  • Exclusif Bassenge Sudinfo ! Il est aux urgences au Bois de l’Abbaye à Seraing quand un film érotique passe à la télé ! Vidéo !

    hôpital.pnghôpital 2.pngDavid est aux urgences à l’hôpital du Bois de l’abbaye à Seraing…  Il est devant la porte du local «  Zone de soins » Regardez la vidéo ! A mourir de rire !

  • Liège – Nouveauté. Le wallon revient à la mode

    tchantchès.pngSi le wallon est d’ordinaire plus associé au Liège d’antan et à nos grands-parents, Céline Hennen compte bien le dépoussiérer et le rendre plus tendance que jamais.

    Avec Badjawe, sa marque d’accessoires ornés de truculentes expressions en wallon, la jeune femme remet cette langue quelque peu oubliée au goût du jour. Et s’avoue être agréablement étonnée du succès de son projet.

    « Il y a un an, j’ai acheté une machine à badges, avec laquelle j’ai commencé à faire des aimants pour mon frigo. Comme je lâche souvent des expressions en wallon, j’ai fait des aimants avec « oufti » ou « baraki » dessus. C’est quand j’ai écrit un post sur Facebook pour demander des idées d’expression que je me suis rendue compte qu’il y avait un vrai engouement pour le produit ».

    badjawe.pngDe quoi motiver Céline à demander un statut d’indépendant complémentaire pour se consacrer à son projet.

    Avec succès : aujourd’hui vendu dans plus de 20 points de vente, Badjawe compte, outre les badges, des décapsuleurs, des cartes de voeux, des aimants et des miroirs. Le tout, orné d’expressions issues des différentes langues wallonnes, du wallon liégeois au picard. « Ces langues sont associées à l’enfance, à nos grands-parents, alors mes objets rappellent de bons souvenirs » sourit Céline. Le wallon, une langue morte? Nenni sés! (La Meuse jeudi 19 mai 2016 Kathleen Wuyard)

    Le site de Céline :

    http://badjawe.com/

Nos rubriques